Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2014

RTBF - Paul Krugman : Le triomphe du faux

La course n’est pas aux agiles, ni le combat aux hommes forts, le pain n’est pas non plus aux sages ni même les élections de mi-mandat aux hommes doués d’intelligence. Ou bien ainsi que je l’ai dit à la veille d’une autre victoire du Parti Républicain, la politique détermine qui a du pouvoir, pas qui détient la vérité. Pourtant, ce n’est pas tous les jours qu’un parti qui a tort sur autant de choses se débrouille aussi bien que ce qu’ont fait les républicains mardi.

Lire la suite
__________________________
__________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : paul krugman | Lien permanent

Libé - La CFDT et la crise démocratique Pierre Héritier, Ancien secrétaire national de la CFDT

TRIBUNE

La CFDT célèbre son 50e anniversaire et c’est l’occasion de jeter un regard dans le rétroviseur. En 1964, au congrès de déconfessionnalisation, elle opte pour le «D» de démocratique. A l’époque, il est vrai qu’elle s’est placée dans le camp de la démocratie. Par ses réflexions sur l’autogestion, le socialisme démocratique, elle a nourri le débat.

La CFDT avait choisi le «D» de démocratique comme une référence identitaire. Lors de son récent congrès, elle a remplacé sa référence anticapitaliste par l’option de l’approfondissement démocratique. Elle est placée devant un défi, face à la crise de confiance des citoyens. Elle doit proposer l’élargissement de la démocratie au domaine de l’entreprise et de l’économie, de plus en plus soumis à la logique financière : comment reconquérir du pouvoir sur les fonds de pension et les marchés financiers ?

Lire la suite
__________________________
__________________________

13:03 Publié dans Réflexions | Tags : cfdt | Lien permanent

Non Fiction : Jaurès in the sky...

Résumé : Où commémoration rime avec dépolitisation, décontextualisation, confusion et récupération.

Jean Jaurès est à n'en pas douter l'une des rares figures consensuelles habitant la mémoire de la société française, toutes sensibilités politiques confondues, en ce début de XXIe siècle. À l'occasion du centenaire de son assassinat toutefois, les commémorations et surtout la vague de publications qui l'accompagnent permettent d'observer les ambiguïtés et contradictions multiples que recouvre cette unanimité. S'il apparaît normal, voire évident, que chaque auteur impliqué se donne les moyens de développer un point de vue personnel sur la figure et l'héritage jaurésiens, il est regrettable de constater qu'un tel pic de demandes éditoriales permet trop souvent le passage de l'interprétation à la récupération, en desserrant l'étau des exigences intellectuelles. Les cas les plus flagrants, il faut le souligner, ne sont pas les plus efficaces : ainsi, les ouvrages de Bernard Carayon  et Bernard Antony  sont assurés de ne trouver leur public qu'au sein des franges les plus extrêmes de la droite française – sans doute déjà fondamentalement imperméables aux travaux et analyses de Madeleine Rebérioux, de Jean-Pierre Rioux, et a fortiori de Vincent Duclert et Gilles Candar. Le livre écrit par Éric Vinson et Sophie Viguier-Vinson nous semble en revanche bien plus problématique, dans la mesure où il sombre dans un ésotérisme tout personnel : plutôt que d'afficher clairement leur angle d'attaque et leurs ambitions, les auteurs développent une analyse partiale et partielle, enveloppée d'une rhétorique confuse et confusionniste, qui vise à dépolitiser Jaurès, au travers d'une hagiographie sobrement intitulée Jaurès le prophète. Résultat : notre homme devient une figure quasi-christique, un fils prodigue de l'Église catholique.

Lire la suite
________________________
________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

La dérive sécuritaire, une menace pour la démocratie ?

Résumé : Une analyse fine et documentée des dérives de l'idéologie sécuritaire et du sacrifice des libertés fondamentales qu'elles engendrent.

Les lecteurs assidus des colonnes du "Monde" retrouveront en quelques 60 000 signes une synthèse des analyses publiées depuis près de deux ans par J. Follorou sur notre idéologie sécuritaire et ses dérives. Un examen nourri par plusieurs enquêtes de terrain notamment en Afghanistan, des échanges confidentiels avec des agents des services de renseignement et documenté, depuis des mois, à l’aune des données rassemblées par E Snowden puis mises à sa disposition par le journaliste américain d’investigation Glenn Greenwald.

Lire la suite
__________________
__________________

00:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

09/11/2014

C'est quoi l'entreprise sociale du XXIe siècle? par Libération


C'est quoi l'entreprise sociale du XXIe siècle? par liberation

20:39 Publié dans Réflexions | Lien permanent

«Qu'est-ce qui est fait concrètement par les pouvoirs publics pour soutenir les entrepreneurs sociaux ?» par Libération


«Qu'est-ce qui est fait concrètement par les... par liberation

15:38 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Jean Gadrey - Du « grand espoir du 20ème siècle » à la grande angoisse du 21ème

Jean Fourastié avait écrit en 1949 « le grand espoir du 20ème siècle ». Pendant trois décennies, les faits lui ont donné raison presque en tous points. Les « Trente Glorieuses » ont vu un bond fabuleux de la productivité, une très forte réduction du temps de travail sur la journée, sur l’année et sur l’ensemble de la vie des individus, avec des conquêtes sociales considérables et une importante réduction des inégalités. Il prévoyait pour la fin du 20ème siècle la semaine de 30 heures et une durée de vie active de 35 ans, soit « les 40 000 heures » sur une vie active, titre de son livre de 1965. 40 000 heures, c’est environ 1.200 heures de travail par an pendant 35 ans. Certes, nous n’y sommes pas, mais pendant près de 40 ans, cette tendance a été vérifiée, avant de se gripper. Et d’ailleurs, si on raisonne sur l’ensemble de la population active, chômeurs compris, nous sommes environ aux 48.000 heures, bien plus proches de sa prévision que des 85.000 heures de 1950 et des 80.000 heures de 1965. La durée moyenne de vie au travail est actuellement de 34,2 ans en France, 34,5 ans dans l’UE à 27. Et j’avais montré dans ce billet que « La durée hebdomadaire moyenne du travail PAR PERSONNE ACTIVE est passée de 46h à 31h entre 1960 et 2010. En Allemagne, elle est de 29h ! »

Lire la suite
________________________
________________________

 

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : gadrey | Lien permanent

Libé - Insécurités territoriales Luc GWIAZDZINSKI Géographe et Gilles RABIN Economiste (laboratoire Pacte, Grenoble)

TRIBUNE

Après avoir abandonné la souveraineté budgétaire et monétaire à l’Europe pour un gain politique et économique dérisoire, l’Etat français s’apprête à rétrécir encore dans la précipitation et l’improvisation des réformes mal engagées.

Course à l’abîme. L’Etat se déshabille. Il est bientôt nu. Lui, qui s’occupait du temps long, de l’aménagement d’un territoire profond et de l’intérêt général, semble soumis à la dictature du court terme, de l’urgence, de la proximité et de l’émotion. Dans un double mouvement, les fondements d’une Nation construite autour de la République et de l’Etat s’effritent. Les valeurs républicaines semblent passées de mode, et l’Etat se solde lui-même pour des raisons budgétaires auxquelles la réforme territoriale ne répondra pas.

Lire la suite
__________________________
__________________________

12:00 Publié dans Réflexions | Tags : gwiazdzinski, gilles rabin | Lien permanent

Gaël Giraud : "La dérégulation financière est notre veau d'or" par Marianne

Marianne - Gaël Giraud: Le jésuite qui tient tête aux banques

L'économiste Gaël Giraud, auteur d'"Illusion financière", dénonce la collusion entre banques et haute finance publique, et propose un point de vue engagé sur la crise.


Gaël Giraud : "La dérégulation financière est... par Marianne2fr

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : gaël giraud | Lien permanent

États généraux : audition de Pervenche Bérès et Renaud Thillaye par Parti socialiste


États généraux : audition de Pervenche Bérès et... par PartiSocialiste