Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2013

Fondation Jean Jaurès - Le grand malaise. Enquête sur les classes moyennes

Les classes moyennes sont-elles au bord de la crise de nerfs ? Dans quelle mesure leur situation, se dégrade-t-elle ? A partir d’une grande enquête de l’Ifop, les auteurs décryptent le grand malaise de ceux qui se vivent comme les perdants de la mondialisation.

Synthèse :

Deux ans après une enquête de l’Ifop sur les classes moyennes, alors que la crise s’est durablement installée, la Fondation Jean-Jaurès a souhaité reprendre le pouls de cette catégorie de l’opinion sur le sentiment de « déclassement » qui l’étreint. Jérôme Fourquet en livre les résultats, sans appel : l’ascenseur social fonctionne par le bas, entraînant avec lui les classes moyennes. Si une large majorité de Français continuent de s’identifier aux classes moyennes (48 %) et aux classes moyennes supérieures (11 %), l’appartenance à ce vaste groupe social est en recul par rapport à septembre 2010. La part des catégories les plus modestes, ouvriers et professions intermédiaires, se déclarant appartenir au groupe « classes moyennes » est en net recul. Le poids des classes moyennes « véritables » est passé de 28 % à 20 % quand celui des classes moyennes « inférieures » augmentait de quatre points de 24 % à 28 %. En septembre 2010, 54 % des Français indiquaient qu’ils avaient la possibilité d’épargner de l’argent à la fin du mois, une fois payées toutes les dépenses contraintes ; ils ne sont plus que 47 % désormais. Les classes moyennes véritables se distinguent comme étant le groupe qui, avec les favorisés et aisés, estime le plus que le montant de l’impôt acquitté est élevé. Ce sentiment de se situer juste au-dessus du filet protecteur du modèle social à la française et d’y contribuer fortement sans en percevoir de bénéfices suffisants génère un très puissant rejet de l’assistanat.

Lire la suite
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

12:00 Publié dans Réflexions | Tags : fondation jean jaures | Lien permanent

22/05/2013

Telos - Morale laïque : que c’est flou ! Monique Dagnaud

7 mai 2013

Enseigner la morale laïque, qu’est-ce que cela signifie ? Difficile à dire, car règne le flou. À lire le rapport « Pour un enseignement laïque de la morale », se profile en filigrane la volonté d’introduire une profondeur philosophique à l’enseignement de l’éducation civique, en insistant sur les notions de liberté, devoir et bonheur. Autrement dit, il s’agit de mettre en perspective les valeurs qui fondent le vivre ensemble, d’aider à renouer l’individu et le commun ; et ce, au moment où triomphe l’individualisme, où les familles peinent à transmettre les principes de la citoyenneté. À cette visée grandiose et flottante, le ministre de l’Éducation nationale ajoute une ambition : développer chez les jeunes l’autonomie de penser.

Lire la suite
__________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________

20:40 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Le temps partiel subi en France

27 % des personnes en temps partiel souhaiteraient travailler plus. Essentiellement des femmes. Mais aussi plus de 40 % de jeunes, 37 % d’ouvriers contre 15 % de cadres supérieurs.

Etat des lieux

27 % des salariés à temps partiel déclarent vouloir travailler davantage (la définition officielle du temps partiel subi). Mais cette moyenne masque des écarts : le taux atteint 13,7 % chez les femmes cadres supérieurs contre 35,1 % chez les ouvrières. Pour les jeunes, l’intégration dans l’emploi via le temps partiel est très souvent un pis-aller : plus de 40 % des 15-29 ans en temps partiel souhaiteraient travailler davantage. La proportion est encore plus élevée chez les hommes, mais ces derniers ne représentent que 20 % des salariés à temps partiel. Un million de femmes travaillent à temps partiel et déclarent souhaiter travailler plus contre 300 000 hommes.

Lire la suite
________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Arte : La Ve République et ses Monarques (version intégrale)

En 1958, alors que le pays, pris dans la tourmente de la guerre d'Algérie, se déchire, le président René Coty appelle le "plus illustre des Français", le général de Gaulle, à former un gouvernement. Celui-ci met alors en place la Ve République, régime qui demeure unique au monde et s'appuie sur l'élection du président au suffrage universel. Celui-ci concentre un nombre impressionnant de pouvoirs. Depuis, la France continue, à chaque élection présidentielle, à chercher l'homme providentiel. Dès le début, ce système a suscité de nombreuses critiques, qui ont grandi durant "l'hyperprésidence" de Nicolas Sarkozy et n'ont pas disparu avec la "normalité" prônée par François Hollande.

La Vie des Idées - Islam des banlieues et promesse républicaine

Un rapport sur les questions sociales, politiques, urbaines et religieuses dans une banlieue emblématique de la région parisienne remporte un franc succès médiatique. Ce succès tient-il à la nouveauté des résultats ou à une approche qui ne prend que peu de distances par rapport au cadre étroit de la promesse républicaine ?

La religion, source d’exclusion ou de résilience ?

Le rapport publié en 2011, Banlieue de la République, commandité par l’Institut Montaigne, vise à comprendre pourquoi un mode communautaire d’intégration des immigrés domine aujourd’hui dans le quartier étudié. Gilles Kepel retourne ainsi au défi décrit par la conclusion de son ouvrage Les banlieues de l’islam [1], dont l’objet fut d’analyser l’organisation de l’islam en France dans les années 1980 : « Reste à déterminer, écrivait-il alors, si l’insertion en question est le prélude à l’intégration de demain ou si elle constitue l’une des pièces d’un puzzle communautaire à venir ». Le politologue oppose alors deux modes d’adaptation des immigrés à la société française : intégration et insertion.

Lire la suite
_____________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________

12:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

21/05/2013

Telos - La BCE peut plus mais pas tout…, Charles Wyplosz

6 mai 2013

L’action de la BCE est intervenue après que ses propres prévisions ont confirmé que la reprise n’était pas pour demain. Comment espérer autre chose alors que l’application stricte du funeste Pacte de Stabilité exige de la plupart des gouvernements de la zone euro la poursuite autodestructrice de politiques budgétaires d’austérité ? Tous les espoirs portaient sur des exportations dynamiques, mais vers quels pays ? Pas vers les autres pays européens en récession. Pas vers la Chine qui ralentit. Pas vers les États-Unis qui ont du mal à éviter une rechute dans la récession. Le mystère de la reprise miraculeuse reste tout aussi épais qu’il l’a été depuis deux ans. Le réalisme arrive enfin, mais après tant de dégâts ! 26 millions d’Européens sont au chômage. Les entreprises sont presque toutes en souffrance et les faillites d’entreprises s’accélèrent. Partout la peur s’installe. La bonne nouvelle c’est que la peur n’habite plus seulement les citoyens, mais également les gouvernants.

Lire la suite
______________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Christian Chavagneux - Dénonciation volontaire des fraudeurs fiscaux : pourquoi ça a marché aux Etats-Unis

L’Opinion indique dans sa 1ère édition que le gouvernement serait prêt à ouvrir une politique de dénonciation volontaire pour les fraudeurs fiscaux : ils régularisent et en échange, ils échappent au pénal. L’exemple américain montre qu’il y a trois conditions pour qu’une telle politique soit efficace.

Pas d’amnistie

Rappelons en préambule qu’il ne s’agit pas d’une politique d’amnistie fiscale comme en mène régulièrement l’Italie. Un contribuable français qui viendrait se dénoncer devrait payer les impôts qu’il n’a pas payés ainsi que des pénalités. Il échapperait juste à des poursuites judiciaires, possible s’il s’était fait prendre. En même temps, les gros contribuables finissent rarement au tribunal : ils négocient généralement avec le fisc le montant de leur redressement. Une cellule de régularisation doit donc établir des règles strictes et transparentes pour tous ceux qui viennent se dénoncer.

Lire la suite
________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Gilles Raveaud - Orientation scolaire : 33 000 bacheliers sacrifiés chaque année

Olivier Bouba-Olga, professeur à l’université de Poitiers, spécialiste des stratégies des entreprises, est aussi un fin observateur des politiques éducatives. A partir des erreurs d’orientation créées par notre système éducatif, il a, dans deux billets successifs, estimé le nombre de bacheliers de bacs techniques et professionnels qui “choisissent” d’étudier à la fac où leurs taux d’échec sont très, très élevés.

Résultat : environ 33 000 lycéens seraient dans ce cas en 2011.

Pour rappel, il y a, en France, trois grands types de bacs : les bacs généraux, les bacs technologiques et les bacs professionnels. Les bacheliers détenteurs de bacs généraux ont plutôt vocation à faire des études longues (Université ou grandes écoles). Pour les bacheliers technologiques, la logique les destine plutôt aux études “courtes”, de type STS (les anciens BTS), ou IUT. Enfin, les bacheliers professionnels ont vocation, quant à eux, à entrer directement sur le marché du travail - ou à poursuivre un peu en STS, éventuellement en IUT.

Lire la suite
________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : raveaud | Lien permanent

La Ve République et ses monarques


La Ve République et ses monarques par Telerama_BA

00:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

20/05/2013

Manifeste pour les sciences sociales, par Craig Calhoun et Michel Wieviorka

Ce manifeste est tiré de la revue Socio, n°1, mars 2013, p. 3-38. Il est proposé ici en accès ouvert.

Craig Calhoun : Directeur de la London School of Economics et titulaire de la chaire « Cosmopolitanism and solidarity » au Collège d’études mondiales, Craig Calhoun est un sociologue américain. Pour en savoir plus.

Michel Wieviorka : Docteur d’État ès lettres et sciences humaines, actuellement Administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme et directeur d’études à l’EHESS. Pour en savoir plus.

Si les chercheurs en sciences sociales de tous les pays devaient  s’unir, au- delà de leurs innombrables différences, quel pourrait être le sens de leur engagement ? Quelle cause mériterait-elle qu’ils prennent des risques ?

Lire la suite
__________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________

16:34 Publié dans Réflexions | Lien permanent