Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2013

Libé - Loi sur l’emploi : risque et sacrifice

Par STÉPHANE LARDY Secrétaire confédéral de Force ouvrière en charge de l’emploi et de la formation professionnelle

Les débats au Parlement à peine achevés (le vote définitif au Sénat doit avoir lieu demain), il est utile de revenir sur les fondements idéologiques qui ont prévalu à la construction de l’accord du 11 janvier 2013, dit de «sécurisation de l’emploi». Disons-le d’emblée, personne ne croit vraiment que ce texte, et la loi qui en résulte, fera baisser le chômage. Ainsi, le caractère historique de cet accord n’est pas à rechercher dans ses effets directs de lutte contre ce fléau mais il parachève une construction doctrinale patiemment élaborée sous couvert de mondialisation et de chômage de masse.

Lire la suite
____________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Après huit mois d'expérimentation, les zones de sécurité prioritaires n'ont rien changé

Par Benoît Muracciole (Président d'Action sécurité éthique républicaine (ASER)), Georges Guillermou (Commissaire principal honoraire de la police nationale, vice-président d'ASER) et Jean Johier (Commandant honoraire de la police nationale, ASER)

Le président de la République a pris conscience de l'importance que revêt la sécurité aux yeux des Français en créant des zones de sécurité prioritaire (ZSP). Conçues, dès juillet 2012, sous l'autorité du ministre de l'intérieur, Manuel Valls, elles devaient reposer "sur la prise en compte des circonstances et des particularismes locaux (...) en fonction des besoins de sécurité exprimés par la population", selon la présentation qu'en fait le site Internet du ministère.

Lire la suite
____________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________

12:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Le Monde - Faisons de la transition énergétique le moteur du couple franco-allemand

Peter Altmaier (Ministre de l'environnement allemand) et Delphine Batho (Ministre de l'écologie du développement durable et de l'énergie)

La France et l'Allemagne font aujourd'hui face à un défi qui marquera le XXIe siècle : l'entrée dans une nouvelle ère énergétique. L'économie de demain devra gérer les matières premières et les ressources de manière beaucoup plus économe, si nous voulons générer une prospérité durable dans un monde qui comptera bientôt 8 milliards d'êtres humains tout en protégeant le climat de manière efficace.

La "transition énergétique" en France ou "l'Energiewende" en Allemagne sont au coeur de cette grande transformation, dont l'enjeu est de découpler croissance et consommation de ressources limitées. Elles devront se traduire par un développement considérable des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique afin de garantir le plus haut niveau de sécurité énergétique et de faire en sorte que l'énergie demeure abordable pour tous.

Lire la suite
___________________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________________

15/05/2013

Observatoire des inégalités - Les seuils de pauvreté en Europe

Le seuil de pauvreté à 60 % du revenu médian est de 1 013 euros par mois en Autriche contre 178 euros en Roumanie. Il est de 912 euros en Allemagne, de 574 euros en Grèce, soit près de deux fois moins.

Pour mesurer la pauvreté en Europe, on n’utilise pas un seuil identique dans tous les pays, mais un seuil par pays, calculé en proportion du revenu médian [1]. Le plus souvent, c’est le seuil de 60 % du revenu médian qui est utilisé. Les seuils varient donc en fonction du niveau de vie de chaque pays et ils sont calculés en parité du pouvoir d’achat [2] : ils prennent en compte les différences de niveaux de vie entre les pays. Le Royaume-Uni par exemple enregistre 16,2 % de pauvres au seuil de 60 % du revenu médian et le seuil de pauvreté est de 860 euros par mois et par personne contre 178 euros en Roumanie qui compte, à ce seuil, 22,2 % de pauvres. Le seuil de pauvreté britannique est près de 5 fois plus élevé qu’en Roumanie...

Lire la suite
________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Libé - Le scrutin de liste étend son territoire

Il permet aux partis de diversifier leurs candidatures sur des critères de sexe et de classe mais aussi sur des critères d’âge, de sensibilité interne au parti…

 

Par Paul Bacot Professeur des universités à Sciences-Po Lyon

Adoptée le 17 avril, la loi «relative à l’élection des conseillers dépar­tementaux, des conseillers muni­cipaux et des conseillers commu­nautaires, et modifiant le calendrier électoral», aura pour effet la considérable ­extension du champ d’application du scrutin de liste. A ce jour, celui-ci n’est appliqué que lors des élections européennes, régionales, et municipales dans les seules communes de 3 500 habitants ou plus. Pour autant que le Conseil constitutionnel ne s’y oppose pas, il deviendra la règle pour les élections appelées jusqu’ici cantonales, ainsi que pour certains conseillers muni­cipaux et communautaires.

Lire la suite
____________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________

13:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

La Vie des Idées : Police et pauvreté urbaine Alternatives canadiennes

L’aggravation de la pauvreté urbaine en Amérique du Nord tend à être appréhendée moins comme une question sociale que comme une question de sécurité. Au Canada, des mobilisations sociales dénoncent cependant avec force les effets délétères de ce traitement pénal de la misère et promeuvent des réponses alternatives face à l’exclusion. Le détour par le Canada permet de les illustrer.

À son arrivée place Beauvau, Manuel Valls s’est fixé comme priorité de restaurer la confiance à l’égard de forces de l’ordre accusées de discrimination à l’égard des jeunes de banlieue après la « frénésie sécuritaire » de la droite. Dans cette perspective, le nouveau directeur général de la Police nationale confie une mission d’audit à des observateurs étrangers, mission dont les résultats ont fait à ce jour une diffusion des plus restreintes au sein des services centraux du ministère de l’Intérieur. Fin 2012, quatre hauts gradés de polices nord-américaines (trois américains et un canadien) se rendent ainsi en Essonne et dans les Yvelines pour rencontrer des élus locaux, des policiers, des travailleurs sociaux, des commerçants, des jeunes et des enseignants. Frappés par la coupure entre la police et les habitants, notamment les plus jeunes dans les quartiers défavorisés, ils enjoignent à leurs homologues français de remettre en question l’approche répressive, tandis que les enjeux de reconnaissance de ces populations et de sensibilisation à leurs besoins spécifiques sont largement mis en avant à travers l’idée récurrente de « compassionate policing [1] ».

Lire la suite
_____________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________

12:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

14/05/2013

Non Fiction : Dossier - Les enjeux et les voies du redressement productif

 

L’industrie suscite depuis quelque temps un fort regain d’intérêt. La crise financière a mis à mal les promesses de la société post-industrielle et l’industrie est aujourd’hui reconsidérée, comme moyen de préserver des emplois et de rééquilibrer la balance commerciale.

Mais le diagnostic et les recommandations diffèrent selon les auteurs. Un premier partage renvoie à l‘importance qu’ils attribuent au coût du travail dans la désindustrialisation et à l’effet qu’ils escomptent de la baisse de celui-ci. Une autre séparation, qui ne recoupe pas totalement la première, fonction du diagnostic qu’ils établissent, porte sur la méthode à mettre en œuvre pour remédier à l’affaiblissement de l’industrie française, soit en cherchant à mieux prendre en compte ses contraintes et à améliorer son environnement, soit en cherchant à modifier certaines des orientations fondamentales de notre économie.

Pierre-Noël Giraud et Thierry Weil s’inscrivent, par exemple, plutôt dans la première veine, et Gabriel Colletis plutôt dans la seconde. Les premiers insistent avant tout sur l’amélioration du dialogue social et de la coopération entre entreprises et le renforcement de la formation professionnelle (même s’ils adoptent ensuite un point de vue plus original et revendicatif en ce qui concerne les négociations à mener avec les grands pays émergents), tandis que le second met l’accent sur la revalorisation du travail à travers la reconnaissance des compétences des travailleurs, d’une part, et la refondation de l’entreprise, d’autre part, et insiste sur la nécessité d'alléger le poids des activités productives sur la nature ainsi que sur celle d'un meilleur ancrage territorial des activités.

Lire la suite
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________

18:59 Publié dans Réflexions | Tags : non fiction | Lien permanent

13/05/2013

La Vie des idées : Entretien avec M.-H. Bacqué

L’empowerment est, en France, une notion neuve. Après avoir étudié aux États-Unis cette conception de la politique publique qui vise à donner du pouvoir aux individus, M.-H. Bacqué mène auprès du ministère de la Ville une mission pour en promouvoir la pratique, avec M. Mechmache d’AC-LeFeu. Les institutions sauront-elles faire confiance à la société civile ?


Entretien avec M.-H. Bacqué par laviedesidees

13:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Lien permanent

12/05/2013

Libé - Ensemble, poursuivre le projet de l’Europe

Tribune Des responsables du PS français et du SPD allemand appellent à une réorientation du projet européen.

Par des personnalités allemandes et françaises dont des élus SPD et PS (1)

Le projet européen a besoin d’une réorientation. L’austérité tue l’Europe. Le chômage au plus haut depuis 1960 pèse lourd sur le destin d’une génération : il prive d’emploi un jeune sur quatre, un sur deux en Grèce ou en Espagne. Quand la vie quotidienne devient précaire, les peuples se détournent de l’Europe. A ces angoisses, la solidarité et la démocratie sont les seules réponses. Dans la tourmente, nous savons l’importance d’une parole commune. L’Allemagne n’est pas le mal européen. Le mal européen, c’est l’alliance néolibérale et conservatrice majoritaire incapable de changer de cap, et de reconnaître que «l’austérité sans fin» dénoncée par François Hollande enferme dans une impasse. Aujourd’hui, Angela Merkel et David Cameron symbolisent cette politique. L’élection de 2012 a modifié la donne en France, et permis d’espérer une réorientation en Europe. L’Allemagne aura sa chance aux élections en septembre.

Lire la suite
__________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________

Terra Nova - Mali: quelle présence pour la France après le retrait des troupes? Note Par Gilles Toudic, Jean-Paul Hughes

La France doit s’appuyer sur le succès de son intervention au Mali pour redéfinir sur de nouvelles bases ses relations avec le continent africain. Elle doit à présent jouer un rôle central dans la phase post-conflit, alors que les risques sécuritaires persistent et qu'un pouvoir légitime doit être restauré au Mali. Dans la perspective de la conférence internationale qui se tiendra à Bruxelles le 15 mai prochain, cette note plaide pour une forte implication française dans l'aide à la restauration de la puissance publique et dans la mise en place des conditions du développement économique : en termes d'aide internationale, la France pourrait ainsi piloter la mise en oeuvre d'un véritable fonds multilatéral, cogéré par la communauté internationale et les autorités maliennes.

Lire la suite
_________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : terra nova | Lien permanent