Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2013

Le Monde - Débat › La communication, opium du politique ?

Après les "affaires" DSK, Cahuzac ou Guéant, les conseillers en communication politique ont été jugés responsables de la défense calamiteuse de leurs clients. Au point que l'une des principales agences, Euro RSCG, a déclaré vouloir cesser ses activités de conseil politique. Ces rebondissements annoncent-ils une crise de ce métier, qui a connu son âge d'or de la présidence de François Mitterrand à celle de Nicolas Sarkozy? Les méthodes des "gourous" de la "com'" sont-elles obsolètes face aux réseaux sociaux? Qu'en est-il des connivences supposées entre journalistes et communicants? La communication est-elle la mort ou la condition de la politique ?

Lire la suite
________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

11/05/2013

"Il faut faire pression sur les grandes marques"

Peuple solidaire demande aux entreprises responsables des usines qui se sont écroulées au Bangladesh de reconnaître leur faute et dédommager les victimes.


"Il faut faire pression sur les grandes marques" par Europe1fr

16:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Lien permanent

Fondation Jean Jaurès - Election législative partielle de l’Oise : les ressorts de la dynamique frontiste par Christophe Borgel et Jérôme Fourquet

Le second tour de l’élection législative partielle qui se déroulait dans la seconde circonscription de l’Oise le 24 mars dernier a vu s’affronter le candidat UMP et la candidate FN, qui crée la surprise avec une progression spectaculaire entre les deux tours.

En obtenant 48,6% des suffrages face au député sortant – l’UMP Jean-François Mancel –, la candidate lepéniste Florence Italiani a créé la surprise lors du second tour de l’élection partielle qui se déroulait dans la seconde circonscription de l’Oise le 24 mars dernier. Le climat national, les « affaires » et les considérations locales (la personnalité de Jean-François Mancel et son passé judiciaire) ont sans doute contribué à cette forte poussée du Front national entre les deux tours. Cependant, cette dernière est spectaculaire et interroge sur l’origine des voix supplémentaires recueillies au second tour par Florence Italiani.

Lire la suite
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________

14:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

France Culture : Gilberto Gil, Sartre et le Brésil

Dans le cadre du séminaire "Géopolitique de Sartre" et en prévision de la Nuit Sartre du 7 juin 2013, l’ENS accueille une personnalité exceptionnelle, Gilberto Gil, homme politique, musicien, intellectuel qui parvint à faire sortir les enfants démunis des favellas de Rio de Janeiro par la pratique de la musique.
Conférence autour de la Permanence de la pensée sartrienne au Brésil autour du mouvement Tropicaliste 1960-2012, animée et modérée par Annie Cohen-Solal. Avec Gilberto Gil, ancien ministre de la Culture du Brésil, Luiz Felipe de Alencastro et Anaïs Fléchet.


Gilberto Gil, Sartre et le Brésil par franceculture

10:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Lien permanent

Christian Chavagneux - Comment Roosevelt a taxé les riches et les entreprises

Il y a des livres que l’on garde soigneusement tant ils recèlent d’informations et d’analyses pertinentes : celui de Joseph J. Thorndike est de ceux-là. Le directeur du Tax History Project, enseignant et spécialiste d’histoire fiscale, nous livre une remarquable étude du climat intellectuel et politique dans lequel le président américain Franklin Delano Roosevelt a été amené à définir sa politique fiscale.

Le livre commence par nous rappeler le climat des années 1920 : un ministre des Finances ultralibéral, Andrew Mellon, qui ne cesse de baisser les impôts jusqu’à ce que la crise lui impose, la mort dans l’âme, de les relever, car il est partisan de l’équilibre budgétaire. Les Démocrates l’ont d’ailleurs suivi dans les deux phases, soutenant aussi bien les baisses d’impôt que les hausses…

Lire la suite
__________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

10/05/2013

Terra Nova - Politique du logement : et les investisseurs institutionnels ?

Note Par le pôle Logement et Ville de Terra Nova.

Pour faire face à la crise du logement et rattraper le retard pris dans la construction au cours de la décennie précédente, les mesures prises ces derniers mois vont dans le bon sens mais ne suffiront pas à atteindre l'objectif de 500 000 logements construits chaque année. Pourtant, un levier puissant reste à actionner : la contribution des investisseurs institutionnels, en mobilisant l'épargne défiscalisée en faveur du logement intermédiaire. Cette note du pôle Logement de Terra Nova propose ainsi de conditionner les avantages fiscaux accordés aux gestionnaires d'épargne salariale, de sociétés foncières bénéficiant de la transparence fiscale et aux assurances à la détention de logements intermédiaires ou de parts de sociétés agréées se concentrant sur cette activité, à hauteur de 1,6 % de leurs actifs sous gestion. Cette mesure, neutre budgétairement pour l'Etat et indolore économiquement pour les acteurs concernés, permettrait la construction de 250 000 logements en cinq ans.

Lire la suite
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________

20:45 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Non Fiction - L’urgence industrielle : entretien avec Gabriel Colletis

Nonfiction.fr -  Vous avez fait paraître, il y a quelques mois, un livre, L’urgence industrielle ! , sur l’urgence à agir pour sauver l’industrie française. D'où vous vient cet intérêt pour l'industrie et d'où tirez-vous vos connaissances sur le sujet ?

Gabriel Colletis - Mon intérêt pour l'industrie est très ancien. Il vient d'expériences vécues. En voici deux. Enfant, j'ai eu l'occasion de voyager dans plusieurs pays du bord de la Méditerranée. Lorsque je conversais avec des anciens, ils me disaient que la France était un pays riche. Et pour me le montrer, tous les exemples qu'ils évoquaient portaient sur des réalisations industrielles : le France, les barrages, les automobiles françaises... Plus tard, j'ai assisté à des manifestations de viticulteurs en Provence qui défilaient pour dénoncer l'arrachage des pieds de vigne et scandaient qu'ils ne voulaient pas que leur pays se transforme en "bronze-cul" de l'Europe... Plus largement que l'industrie, ce qui importe est bien le développement des activités productives. Tout cela m'a donc conduit, au début des années 80, à engager une thèse de doctorat sur les aides à l'industrie en France et en Allemagne. Je me doutais qu'il y avait bien en Allemagne (contrairement à ce qui est le plus souvent affirmé) une véritable politique de l'industrie. Je voulais aussi comprendre les raisons du déficit des échanges entre la France et ce pays. Déficit qui n'est donc pas nouveau même si certains le découvrent quand il est bien tard.

Lire la suite
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Libé - Pour une République exemplaire au regard du monde

Par ERIC ALT Magistrat, administrateur de Sherpa

En octobre, l’OCDE publiait son rapport sur la mise en œuvre par la France de la convention contre la corruption d’agents publics étrangers. Le constat était cinglant. Il se traduisait notamment dans les chiffres : depuis l’entrée en vigueur de la convention, cinq condamnations seulement avaient été prononcées.

Selon le classement de Transparency international, la France est en 11e position en termes de corruption (les pays étant classés du plus honnête - les Pays-Bas -, au moins honnêt - la Russie). Elle apparaît bien derrière l’Allemagne et précédée du Royaume-Uni et des Etats-Unis. En effet, l’Allemagne a tiré les leçons de l’affaire Siemens. L’entreprise avait été condamnée en 2008 pour avoir versé un total de 1,3 milliard d’euros de commissions illicites. Depuis, les sociétés ont considérablement développé les mesures internes pour prévenir la corruption.

Lire la suite
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

09/05/2013

Observatoire des inégalités - Contre les inégalités territoriales, il faut agir

La part des populations pauvres varie de un à sept au sein des plus grandes villes de France. Il est temps d’agir pour résorber les inégalités territoriales. Le point de vue de Hervé Guéry, directeur du Centre d’observation et de mesure des politiques sociales. Extrait de la Gazette.fr.

Le rapport « Vers l’égalité des territoires » dirigé par Eloi Laurent et remis à Cécile Duflot fin février 2013 dresse un constat précis des inégalités territoriales. Des inégalités que le Compas observe au quotidien depuis vingt ans, notamment dans son travail auprès des centres communaux d’action sociale et des collectivités locales. Son estimation du taux de pauvreté au niveau des communes – une première en France – montre qu’au sein des plus grandes villes la part des populations concernées varie de 1 à 7

Lire la suite
_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

23:55 Publié dans Réflexions | Lien permanent

François Hollande, liquidateur de la social-démocratie

Par ERIC FASSIN Sociologue, MICHEL FEHER Philosophe

«On veut du boulot, pas du mariage homo !» Ce slogan de la «manif pour tous» résonne jusque dans la majorité présidentielle. La Gauche populaire s’inquiète ainsi que le «sociétal» fasse oublier le «social» : le chômage n’est-il pas la préoccupation principale des Français ? Depuis un an, la «question homosexuelle» n’aurait servi qu’à égayer l’opinion, comme pour faire oublier les vrais enjeux, en dernière instance économiques. Le président de la République aurait-il entendu ces critiques ? Le 24 avril, après l’adoption du mariage pour tous, il «appelle chacun à chercher l’apaisement» : «Tout maintenant doit être consacré à ce qui est l’essentiel, c’est-à-dire la réussite économique de notre pays et la cohésion nationale.» Après le dissensus, le consensus : telle est désormais la feuille de route de son mandat. Faut-il pourtant s’en réjouir - du moins, à gauche ?

Lire la suite
________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________

22:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent