Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2013

La Vie des Idées - La politique de la ville en France et en Grande-Bretagne Bilan décennal

Pendant la première décennie des années 2000, la politique de la ville a bénéficié, en France et en Grande-Bretagne, de moyens budgétaires et de soutiens politiques inédits, qui l’ont fait sortir du registre symbolique. Il est aujourd’hui possible d’établir un bilan comparatif des politiques mises en œuvre dans les deux pays.

Comparant les programmes de développement social et de régénération urbaine des quartiers défavorisés en France et en Grande-Bretagne, Patrick Le Galès soulignait en 1995 le décalage entre le volontarisme affiché par les gouvernements et la réalité d’une politique de la ville qui, dans les deux pays, apparaissait « à la fois comme importante, légitime, domaine d’activisme de la part du Gouvernement, avec des essais de rationalisation mais en même temps bricolée, peu importante financièrement, velléitaire, incohérente, avec des initiatives sporadiques, des effets d’annonce et une forte sensibilité à la crise et aux médias [1] ». Trois ans plus tard, les gouvernements de Tony Blair et de Lionel Jospin semblaient démentir cette analyse en initiant d’ambitieux programmes de régénération de quelques dizaines de quartiers emblématiques de l’exclusion socio-spatiale, qui ont été prolongés et étendus par la suite dans le cadre de vastes plans nationaux de réduction des écarts territoriaux.

Lire la suite
__________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________

12:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Libé - Clément Méric, un citoyen du monde sachant dire non

Par AMAURY CHAUOU Professeur d'histoire en classes préparatoires (Lycée Kerichen, Brest)

Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde, et Clément est tombé. Combien de Clément faudra-t-il pour que l’on nous débarrasse sur la place publique de ces vautours de la démocratie qui prospèrent de ses bas morceaux ?

Brillant élève assidu à mon cours d’option Sciences Po à Brest en 2012, Clément, loin d’être un gros bras de l’extrême gauche militante, était avant tout un jeune intellectuel et un citoyen du monde sachant dire non. Non d’abord à la maladie, le cancer qu’il avait combattu durant sa classe de première avec une volonté de fer, forçant l’admiration. Non ensuite au conformisme de la pensée, la synthèse « molle ». J’ai souvenir d’avoir corrigé une de ses copies consacrée à l’Allemagne durant les années 1930 où transparaissaient une culture et une maturité politiques étonnantes pour son jeune âge. Admis à plusieurs Instituts d’Etudes politiques différents — le genre d’étudiant que tout jury de concours recherche —, Clément était naturellement parti à Paris pour parfaire sa formation rue Saint-Guillaume et faire vivre ses idées.

Lire la suite
________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________

02:46 Publié dans Réflexions | Lien permanent

09/06/2013

L'observatoire des inégalités - Les « avantages » des salariés : privilèges ou acquis sociaux ? le 23 mai 2013

Un certain nombre de salariés bénéficient d’avantages de la part de leur employeur. Privilèges ou amélioration de la condition salariale ? Le débat est ultra-sensible et se focaliser sur les privilèges constitue une façon de détourner le débat sur les inégalités de salaires. Une tentative d’éclaircissement par Valérie Schneider de l’Observatoire des inégalités.

Privilèges des salariés : qui sont les vrais profiteurs ?

Publics ou privés, un certain nombre d’employeurs offrent à leurs salariés des avantages qui complètent leurs salaires. Des titres-restaurant en passant par les primes ou l’assurance santé complémentaire, ceux-ci sont très nombreux… et surtout très inégaux. Privilèges ou amélioration de la condition salariale ? Le débat est ultra-sensible et souvent vif, notamment quand il s’agit du secteur public en partie à cause de l’opacité qui entoure ce sujet : ceux qui disposent d’avantages ne les étalent pas sur la place publique.

Lire la suite
______________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

OFCE - Politique familiale : les enfants d’abord !

 

 

 

Par Henri Sterdyniak

 

Alors que la politique familiale française représente une réussite incontestable, le gouvernement Ayrault s’est donné comme objectif d’en réduire le coût, comme si l’investissement en faveur des enfants ne devait pas être la première des priorités du pays. Il fallait donc économiser 1,7 milliard. Ce devait être la contribution de la politique familiale à l’engagement de la France de réduire de 70 milliards les dépenses publiques.

1)      Le document publié le 3 juin 2013 s’intitule « Pour une rénovation de la politique familiale », mais rénover cette politique aurait nécessité de s’interroger sur ses objectifs et ses résultats. La politique familiale a trois objectifs complémentaires

Lire la suite
_____________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

08/06/2013

SEANCE,Projet de Loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles


SEANCE,Projet de Loi de modernisation de l... par publicsenat

13:59 Publié dans Réflexions, Vidéo | Lien permanent

L'observatoire des inégalités - La « crise » ou l’art d’échapper à la solidarité

Connaissez-vous un Français qui échappe à la « crise » ? Le mot est dans toutes les bouches : rien de tel que de se poser en victime pour échapper à un effort de redressement national. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Tribune publiée par le Huffingtonpost du 22 mai 2013.

La hausse du chômage est massive. Le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 50 % entre 2008 et 2012 selon Pôle emploi, soit 1,5 million de personnes. Comptons très large et admettons que le chiffre réel de personnes concernées soit trois fois supérieur en intégrant les conjoints, les enfants, etc. Cela représente 7 % de la population, dans l’immense majorité des cas issus des catégories les moins favorisées. Depuis 2008, 70 % des nouveaux chômeurs sont des ouvriers ou des employés, 80 % des personnes qui ont au mieux le bac. Le chômage touche pour l’essentiel des populations peu qualifiées dans un pays où le diplôme est sacré. La très grande majorité des actifs sont protégés par leur statut (les fonctionnaires) ou leur niveau de diplôme qui leur assure dans la plupart des cas de retrouver un emploi en cas de chômage.

Lire la suite
___________________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________________

12:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

COLLOQUE, La société française penche-t-elle vraiment à droite?


COLLOQUE, La société française penche-t-elle... par publicsenat

10:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Lien permanent

OFCE - Inégalités et déséquilibres globaux : reconsidérer de vieilles idées pour traiter de nouveaux problèmes

 

 

 

par Jean-Luc Gaffard et Francesco Vona

Les accords de Bretton Woods avaient pour objectif de concilier un pouvoir domestique de régulation macroéconomique fondé sur la mise en œuvre de stabilisateurs internes et la recherche de la justice sociale avec une nécessaire discipline internationale susceptible de garantir une libéralisation progressive du commerce, source de croissance (Rodrik 2011). Ils y sont parvenus. Dans un contexte devenu très différent, cet objectif est toujours d’actualité. La forme que peut prendre, aujourd’hui, la discipline nécessaire pourrait bien s’inspirer de Keynes qui avait proposé, en vain, l’adoption d’une sorte de stabilisateur automatique de la demande globale. L’idée est que pour échapper à un mauvais équilibre fait de demande faible et de dettes élevées, réabsorber les déséquilibres globaux grâce à ce type de stabilisateur serait le meilleur moyen de relancer la demande, à la fois directement en laissant les pays en surplus dépenser plus et, indirectement, en réduisant les inégalités.

Lire la suite
___________________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

07/06/2013

OFCE - Les choix du gouvernement sur la politique familiale

3 juin 2013

Le gouvernement a décidé ce matin de ne pas toucher aux allocations familiales, et d’abaisser le plafond du quotient familial de 2 000 euros à 1 500 euros par demi-part fiscale.

Dans un passé récent, l’OFCE s’est penché à plusieurs reprises sur le sujet : Henri Sterdyniak et Guillaume Allègre en 2012; et plus récemment Hélène Périvier et encore Henri Sterdyniak.

La politique familiale est aussi traitée dans « Réforme fiscale », un ouvrage de la série Débats et politiques de la Revue de l’OFCE, publié sous la direction de Guillaume Allègre et Mathieu Plane en avril 2012.
____________________________________________________________________
____________________________________________________________________

20:40 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Gilles Raveaud - “La dispute des économistes” à écouter dans les oreilles

Suite à mon passage dans l’émission de Daniel Mermet sur France Inter, j’ai été invité par l’association Récif (Résistance citoyenne à la finance) pour venir parler de mon petit livre.

Dans mon exposé introductif, je suis parti de la question suivante : “Pourquoi le gouvernement mène-t-il des politiques qui mécontentent tout le monde, même et y compris les entreprises ?”

(Réponse : parce qu’il ne sait pas raisonner en-dehors du cadre libéral, centré sur la notion de “compétitivité”).

On peut écouter la conférence ici. A vous de voir ce que ça donne.
_________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________

14:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent