Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2013

Telos - Leipzig ou le réformisme hollandais, Zaki Laïdi

Depuis un an on se demande toujours quelles sont les lignes de force, s’il y en a, du réformisme hollandais. C’est dans son discours de Leipzig devant le SPD qu’on les trouve, à condition bien évidement d’en comprendre le sens et peut-être même la subtilité.

La première interprétation consisterait à ne voir dans ce discours que de simples mots sans grandes conséquences sur les choix du quinquennat. Mais en politique, les mots ont leur importance. Or à Liepzig François Hollande a ditque « le progrès, c’est aussi de faire des réformes courageuses pour préserver l’emploi et anticiper les mutations sociales et culturelles comme l’a montré Gerhard Schröder. On ne construit rien de solide en ignorant le réel ». Il aurait pu parfaitement noyer cet hommage appuyé à Gehrard Schroeder dans une reconnaissance plus large des apports de la social-démocratie allemande. Or il se trouve qu’il a choisi de le faire explicitement, ce qui exprime d’ailleurs moins la volonté de mettre en œuvre en France les lois Hartz, que le souci de réaffirmer sa liberté de jugement politique y compris l’égard de ceux qui en France considèrent l’ancien chancelier allemand comme un social-traître.

Lire la suite
____________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________

23:55 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Le Monde - Accord de libre-échange Etats-Unis-UE : une menace pour le modèle européen

Par Henri Emmanuelli (Député des Landes), Roberto Romero (Secrétaire national du Parti socialiste au commerce extérieur, vice-président de la région Ile-de-France), Guillaume Balas (Membre du bureau national du Parti socialiste, président du groupe socialiste de la région Ile-de-France) et Frédéric Hocquard (Secrétaire national du Parti socialiste à la Culture)

Depuis plusieurs semaines, l'idée d'un accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l'Union européenne refait surface. Les défenseurs de ce projet vantent un accord bénéfique pour les deux zones. La Commission européenne y voit un futur "moteur pour l'emploi et la croissance" et ne veut pas rater cette "chance unique" de sortir de la crise. Il est pourtant impossible à ce stade d'évaluer les bénéfices réels d'un tel accord. On peut en revanche s'inquiéter de l'importance des enjeux qu'il soulève.

Lire la suite
_________________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________

Des class-actions à la française, pour faire mentir Jean de la Fontaine, Note Par Juliette Méadel, directrice générale de Terra Nova.

Dans le débat public depuis plus de trente ans, l’« action de groupe », traduction française de la class action anglo-saxonne, est en passe de voir le jour en France suite au projet de loi déposé par le ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire et à la Consommation. Dans cette tribune publiée aujourd'hui dans Libération, Juliette Méadel souligne les avancées de ce projet de loi, tout en appelant à un régime juridique plus audacieux. Pour donner à la réforme toute sa portée, tout en évitant les écueils constatés dans les pays dans lesquels la class action est déjà en vigueur, le législateur doit notamment assouplir ses conditions de recevabilité et renforcer l’efficacité de ses sanctions.

Lire la suite
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________

23:35 Publié dans Réflexions | Tags : terra nova, meadel, class-action | Lien permanent

Le Monde - Pour l'abolition universelle de la peine de mort Par Laurent Fabius (Ministre des affaires étrangères)

Les progrès vers la protection effective des droits de l'homme ont connu une histoire difficile, avec des hauts et des bas, des coups d'arrêt, quelquefois des retours en arrière. Mais, progressivement, un ensemble de règles et de pratiques garantissant des droits universellement reconnus se consolide, sans que personne ou presque ne les remette plus en question. L'abolition universelle de la peine capitale est une des étapes les plus ardues sur ce chemin. Cela fait largement plus de deux siècles que le père du droit pénal contemporain, Beccaria, écrivait : "si je prouve que la mort n'est ni utile ni nécessaire, j'aurai gagné la cause de l'humanité".

Lire la suite
__________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________

Libé - «Avec le numérique, le prof se recentre sur le cœur du métier»

Interview Entretien croisé avec le ministre de l’Education, Vincent Peillon, qui veut accroître la place de l’ordinateur à l’école, et le philosophe Michel Serres.

Par VÉRONIQUE SOULÉ

Le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, annonce aujourd’hui toute une série de mesures pour faire entrer l’école dans l’ère du numérique. L’occasion de débattre de cette révolution dans l’enseignement avec le philosophe et historien des sciences Michel Serres, passionné par le sujet, et dont le dernier livre Petite Poucette (1) évoque cette génération grandie avec des tablettes.

Lire la suite
__________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________

22:57 Publié dans Réflexions | Tags : peillon, michel serres | Lien permanent

11/06/2013

OFCE - Quelle politique budgétaire pour accompagner les réformes structurelles ? Les enseignements du cas allemand

6 juin 2013

par Eric Heyer

« La France doit copier les réformes allemandes pour prospérer » titre Gerhard Schröder dans une tribune de Financial Times du 5 juin 2013.  De son côté, la Commission européenne (CE), dans ses dernières recommandations annuelles aux Etats membres rendues publiques le 29 mai dernier, semble prendre des distances avec la stratégie de retour rapide et synchronisé à des finances publiques équilibrées, mise en place depuis 2010. La priorité pour l’exécutif européen semble désormais être la mise en place de reformes structurelles des marchés du travail et des services par les pays de la zone euro. Ces derniers devront certes continuer à assainir leurs comptes publics mais la CE leur a laissé un délai de 1 à 2 ans supplémentaire pour y parvenir. C’est le cas notamment pour la France qui devra poursuivre l’assainissement de ses comptes au cours des deux prochaines années (l’effort budgétaire et fiscal demandé par la CE au gouvernement français s’élève à 0,8 point de PIB soit 16 milliards d’euros par an) tout en ayant obtenu un délai de 2 ans pour ramener son déficit sous les 3 % du PIB (2015 au lieu de 2013).

Lire la suite
_____________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

10/06/2013

L’observatoire politique CSA/Les Echos - juin 2013

Avec une cote de confiance minoritaire au sein de l’ensemble des catégories de population, François Hollande peut toutefois se prévaloir d’une relative bienveillance des cadres et des professions libérales (45% lui font confiance, + 3 points), sans doute plus sensibles que les autres catégories de population à la volonté de sérieux budgétaire affichée par le chef de l’Etat et son Premier ministre. Les catégories populaires font quant à elle preuve d’une grande sévérité à son égard : seuls 22% des ouvriers lui font confiance.
 
________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________

 


20:45 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Le Monde - Le double héritage de Pierre Mauroy, Par Michel Noblecourt

C'était un homme de fidélité, fidélité à ses origines ouvrières, à sa région, à une cause, le socialisme, et à l'unité de la gauche" (François Hollande). "Un homme qui incarnait le progrès social" (Jean-Marc Ayrault). "Il était et restera un géant" (Martine Aubry). "Une grande voix de la gauche, fidèle aux racines du socialisme historique" (Pierre Laurent). "Un grand serviteur de la France" (Alain Juppé). "Un homme exceptionnel d'une dimension historique" (Jean-Louis Borloo). Le monde politique a rendu un hommage quasi-unanime à Pierre Mauroy, mort vendredi 7 juin à 84 ans. Mais, au-delà de ce concert de louanges, la question est de savoir ce qui restera du double héritage de l'ancien premier ministre de François Mitterrand, un homme qui incarna à la fois la social-démocratie et la rigueur

Lire la suite
____________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________

Metropolitiques - Les présidentielles à la loupe dans le Grand Lyon

Quelle place tient le contexte local dans les choix des électeurs ? Partant du cas des présidentielles 2012 dans l’agglomération lyonnaise, l’ouvrage Vox populy montre comment, au-delà des thématiques politiques traditionnelles, s’articulent de multiples manières trajectoires individuelles et logiques résidentielles du vote.
 
Recensé : Anouk Flamant, Renaud Payre, Olivier Quéré, Mili Spahic et Julie Vaslin (dir.). 2013. Vox populy. Radiographie du vote lyonnais à la présidentielle de 2012, Lyon : Éditions Libel.
 
Comment et selon quels enjeux les habitants du Grand Lyon ont-ils investi les dernières élections présidentielles ? L’ouvrage Vox populy livre une vision contrastée de leurs rapports à la politique, à partir d’une enquête centrée sur les parcours résidentiels. Il fait le pari d’une approche ancrée dans les espaces sociaux diversifiés que constituent différents territoires ou quartiers de l’agglomération, pour aborder les modalités de socialisation politique, au plus près des trajectoires familiales, professionnelles et résidentielles. Partant d’une mise en contexte fouillée et précise des pratiques électorales (orientation des votes, mais aussi normes morales encourageant la participation ou, au contraire, refus de la consultation électorale), il révèle les critères multiples et hétérogènes qui président aux « choix » réalisés au fil de la campagne (valeurs religieuses, conceptions de la justice sociale, mais aussi qualités humaines imputées aux candidats, ou bien défiance vis-à-vis de la vie politique, etc.), des critères qui sont bien souvent éloignés des thématiques explicitement perçues comme politiques. Délaissant donc une vision restrictive et légitimiste de la participation électorale, le propos de l’ouvrage se concentre sur les rapports « ordinaires » à la politique, qui se nouent dans le quotidien de la vie de quartier, au fil des aspirations sociales, des alliances matrimoniales, des parcours professionnels ou encore des rencontres amicales et des mobilisations associatives.
 
Lire la suite
______________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Henri Weber : «L’extrême gauche et l’extrême droite diffèrent radicalement»

Interview Le député européen (PS), ancien de la Ligue communiste, refuse de renvoyer dos à dos les deux familles politiques.

Recueilli par Sylvain Mouillard

Le député européen Henri Weber a été l'un des confondateurs de la Ligue communiste, en 1969, avant de rejoindre le Parti socialiste dans les années 80. Il livre son analyse des familles politiques dites «extrêmes», en France, qu'il ne renvoie surtout pas dos à dos.

Lire la suite
___________________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________________