Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2017

Le Monde - Benoît Hamon à Toulouse, un dernier meeting aux allures d’au revoir

Le candidat socialiste a tenu mardi la dernière réunion publique de sa campagne pour la présidentielle. En cinquième position dans les sondages, il continue de cibler Mélenchon et Macron.

Chez les socialistes, la tradition ou la superstition veulent que leur candidat à l’élection présidentielle termine sa campagne par un meeting à Toulouse. François Mitterrand l’a fait en 1981 et 1988, Lionel Jospin en 1995 et 2002, François Hollande en 2012 (Ségolène Royal, en 2007, avait préféré Lille).
 
Lire la suite
_________________
_________________

Le Parisien - Présidentielle : les artistes qui vont donner de la voix pour Benoît Hamon

Les artistes vont donner de la voix pour Benoît Hamon. Mercredi, pour le dernier grand événement de la campagne du candidat socialiste, une dizaine de chanteurs lui succéderont, sur une estrade, place de la République, à Paris à l’issue de son discours. Une programmation très éclectique !

Lire la suite
_____________________
_____________________

18/04/2017

Boursorama - Urvoas votera Hamon au premier tour

PARIS (Reuters) - Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, a annoncé mardi qu'il voterait pour le candidat socialiste Benoît Hamon au premier tour de l'élection présidentielle dimanche prochain, refusant d'être un "frondeur présidentiel".

Ce proche de l'ancien Premier ministre Manuel Valls, qui votera pour sa part en faveur du candidat d'En Marche! Emmanuel Macron, également rejoint par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, dit vouloir rester fidèle à sa famille socialiste.

Lire la suite
___________________
___________________

Le Monde - Les pires amis de Benoît Hamon

Lâché par Manuel Valls, le candidat socialiste à la présidentielle a tout de même reçu le soutien de quelques ténors de son parti. Pas sûr que cela le réconforte.

S’il est bon de se sentir soutenu dans la course à l’Elysée, il est des « alliés » au franc-parler assassin dont on se passerait bien… La preuve par cinq.
 
Soutien officiel de Benoît Hamon, Arnaud Montebourg qui l’accompagnait au Creusot, en Bourgogne, est arrivé en retard. Avant de rapidement quitter les lieux. Dans l’intervalle, l’ancien candidat de la primaire à gauche a fait observer que, si lui avait gagné, le PS n’en serait pas là : « Ça n’aurait pas été la même chose, j’avais un programme qui permettait de trianguler Macron… »
 
Lire la suite
_________________
_________________

L'Obs - Macron et Le Pen toujours en tête, Fillon et Mélenchon en recul

A six jours du premier tour, l'ex-ministre de l'Economie réaliserait le meilleur score, avec 24% d'intentions de vote.

Emmanuel Macron arriverait en tête au premier tour de l'élection présidentielle avec un point d'avance sur Marine Le Pen, devant François Fillon et Jean-Luc Mélenchon, tous deux en léger recul, selon un sondage Elabe publié lundi 17 avril.

Lire la suite
____________________
____________________

Boursorama - Hamon met en garde sur les "candidats malhonnêtes"

Le candidat socialiste à la présidentielle Benoit Hamon a appelé lundi l'électorat à s'inquiéter de ce que feraient les "candidats malhonnêtes, intellectuellement, ou dans leur rapport à l'argent", avec les pouvoirs importants que confère la Ve République.

"Il faut s'interroger sur ces candidats malhonnêtes, intellectuellement, ou dans leur rapport à l'argent, ce qu'ils vont devenir avec le pouvoir que donne la Ve République au président de la République", a mis en garde M. Hamon à Feugarolles (Lot-et-Garonne), au quatrième jour d'une tournée Ouest/Sud-Ouest.

Lire la suite
___________________
___________________

17/04/2017

Slate - Le «vote utile», coupable trop parfait de la future défaite du PS

Si l'étau formé par Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron fonctionne à ce point, c'est parce que la campagne de Benoît Hamon a été plombée dès le départ par les divisions du quinquennat et des primaires, qui l'ont privé des soutiens de grands élus, jusqu'à un président sortant devenu fantôme dans son propre parti. Illustration avec son dernier grand meeting, à Rennes.

Lire la suite
_________________
_________________

16/04/2017

Boursorama - Hamon ne veut "pas seulement gouverner pour les gens qui vont bien"

Benoît Hamon a poursuivi dimanche sa série de déplacements dans l'Ouest de la France en passant par un quartier populaire d'Angoulême, où il a réaffirmé sa volonté de ne pas "seulement gouverner pour les gens qui vont bien".

Parti de Niort et avant de rallier Bordeaux, le candidat socialiste s'est arrêté deux heures au quartier de Basseau, "un quartier qui ressemble à beaucoup de quartiers en France où les Français font l'expérience de ne pas avoir les mêmes droits que les autres".

Lire la suite
________________
________________

15/04/2017

Le Figaro - Benoît Hamon: «L'adversité me mobilise»

Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, nettement distancé dans les sondages, assure que "l'adversité (l)e mobilise" et mise sur "l'intelligence" des "électeurs de gauche" pour déjouer les pronostics, dans un entretien à Libération à paraître samedi. "L'adversité me mobilise. Je finis la campagne en très grande forme. L'emballement final commence", assure M. Hamon, placé dans toutes les enquêtes d'opinion en cinquième position, loin du carré de tête, à neuf jours du premier tour. "Que ce soit bien clair, je suis en campagne jusqu'au bout pour convaincre et éviter que les électeurs soient tentés de choisir un “bon candidat”, alors que l'enjeu est de choisir un bon président", a-t-il ajouté, en réfutant ainsi la thèse du “vote utile” pour contrer le Front national qui pourrait profiter à Emmanuel Macron, en meilleure position.

Lire la suite
___________________
___________________

14/04/2017

Le JDD - Le PS a-t-il vraiment souffert du quinquennat de François Hollande?

Depuis l’avènement de la Ve République, les majorités au pouvoir ont connu la sanction des élections organisées en fin de période de pouvoir, ou juste après. Le JDD a compilé les pertes de chaque camp depuis 1958 : quelle formation a perdu le plus de régions, de mairies, de sièges à l'Assemblée nationale ou aux européennes? La majorité socialiste sous François Hollande fait partie des grands blessés de ce bilan, mais on dénombre d'autres revers cuisants pour les formations ayant exercé le pouvoir.

Lire la suite
______________________
______________________