Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2018

Terra Nova - Une "dose de proportionnelle" : pourquoi ? comment ? laquelle ?

Le président de la République a souhaité introduire une « dose de proportionnelle » dans le scrutin législatif. Mais laquelle ? Les auteurs de ce rapport estiment que cette dose devrait se situer entre 25% et 50% des sièges de l’Hémicycle pour espérer atteindre l'objectif de la réforme : améliorer la représentativité de l'Assemblée nationale. En-dessous de 25%, la réforme n'aurait sans doute que des effets symboliques ; au-delà de 50%, elle sortirait du cadre qui lui est assigné. La question du nombre de sièges distribués à la proportionnelle est cependant loin d’épuiser le sujet : il faut encore se mettre d’accord sur le mode de calcul présidant à la répartition de ces sièges. Veut-on un système « additif » qui atténuerait l’effet proportionnel du scrutin, ou bien un système « compensatoire » qui l’amplifierait ? L'organisation du scrutin est également déterminante : les élus à la proportionnelle doivent-ils être choisis sur des listes bloquées fixées par les partis ? Et, si oui, à quelle échelle (nationale, régionale…) ? Etc. C'est l'ensemble de ces paramètres qui fixera l'équilibre du scrutin mixte que l'on s'apprête à mettre sur pied. Les auteurs ne se contentent pas d'exprimer leurs préférences : à partir d'un important travail de simulation, ils examinent les conséquences concrètes des différentes solutions envisageables sur la composition de l'Assemblée nationale à partir des rapports de force constatés en 2007, 2012 et 2017.

Lire la suite
____________________
____________________

08:35 Publié dans Analyses | Tags : proportionnelle | Lien permanent

20/03/2018

Jean Gadrey - Brève histoire des services publics de réseau à l’intention des non-initiés (1)

Les services publics concernés par cette série de billets « pédago » ou « grand public » ne sont pas tous les services publics, ni tout le secteur public, ni toutes les administrations publiques. C'est un sous-ensemble que j'ai isolé parce que, depuis le milieu des années 1980, les controverses en France et en Europe ont porté principalement sur lui : les "services publics marchands de réseau national ». Des qualificatifs (publics, marchands, de réseau national) que je précise rapidement.

Lire la suite
____________________
____________________

11:50 Publié dans Analyses | Tags : gadrey, service public | Lien permanent

15/03/2018

Jean Gadrey - Destruction des services publics (3) : la propagande sur les « privilèges », arme à double tranchant

Dans ce dernier billet, j’en viens à l’accompagnement idéologique de la stratégie de destruction des services publics, ces entraves au projet rêvé de marchandisation concurrentielle de tout ce qui peut rendre du profit financier. Cet accompagnement (ou propagande) s’impose pour toute politique, mais ici c’est d’autant plus important qu’il y a un obstacle de taille, du côté de « l’opinion publique ».

L’OBSTACLE : LA (TROP) BONNE IMAGE DES SERVICES PUBLICS

Les armes de destruction précédentes, toutes nécessaires, ne peuvent suffire à faire basculer « l’opinion », laquelle, en France, reste attachée à ses services publics tout en râlant devant certaines défaillances (largement explicables, on l’a vu). Le dernier sondage disponible en 2017 est le gros sondage Kantar de décembre 2017 (13ème édition). Il indique que 72 % des Français seraient satisfaits en tant qu’usagers des différents services publics, chiffre moyen qui a assez peu bougé depuis 2004 et s’est même un peu amélioré ces dernières années. Voici un tableau de résultats par type de service.

Lire la suite
___________________
___________________

17:51 Publié dans Analyses | Tags : gadrey, services publics, sncf | Lien permanent

09/03/2018

Terra Nova - L’Entreprise contributive : 21 propositions pour une gouvernance responsable

Qu’est-ce qu’une entreprise ? A qui appartient-elle ? Quelles sont ses finalités ? Comment devrait-elle être gouvernée ? Quelle place pour l’expression des salariés ? Ces questions sont plus que jamais d'actualité avec la préparation de la loi PACTE ("Plan d'action pour la croissance et la transformation de l'entreprise"). Terra Nova a souhaité apporté sa contribution au débat avec ce nouveau rapport, qui propose de nombreuses mesures concrètes pour créer un nouveau cadre pour adapter la gouvernance de l'entreprise et mieux articuler dialogue professionnel, dialogue social et pilotage stratégique dans "l’entreprise contributive" que nous appelons de nos voeux.

Lire la suite
___________________
___________________

22:33 Publié dans Analyses | Tags : terra nova | Lien permanent

08/03/2018

Le Nouveau Magazine Littéraire - Mai 68 a-t-il « désintégré » la société française ? Les Français répondent non à Zemmour

Selon que vous lisiez « Le Figaro magazine » ou « Le Nouveau Magazine littéraire » ce weekend, votre vision de mai 68 va varier du tout au tout. Le premier, avec Eric Zemmour au bazooka, dénonce sans ambiguïté l’héritage tandis que le second a interrogé les Français… qui le défendent ardemment.

.... Eh bien la grande majorité des Français sont en désaccord, si l’on en croit notre sondage Le NML/Harris interactive, paru mercredi : 79 % des Français attribuent des conséquences positives à Mai 68 et 83 % estiment que ce mouvement a participé à l’amélioration des conditions de travail. Loin de désapprouver ce mouvement de contestation qui déboucha sur la plus grande grève dans un pays industriel, les Français plébiscitent au contraire massivement ces événements.

Lire la suite
________________________
________________________

17:26 Publié dans Analyses, Sondages | Tags : mai 68 | Lien permanent

Non Fiction - Islamisme, fondamentalisme ou conservatisme islamique ?

Un dialogue anglo-américain sur les différentes conceptions de l’islam, sur les rapports entre religion et violence, et sur les possibilités de réforme du culte.

Les débats sur l’islamisme connaissent des développements qui sont propres à chaque pays en fonction de leur actualité, de la place qu'y occupent les violences religieuses, de leur histoire et de leur situation politique et sociale. Ainsi est-il compliqué de restituer les prises de positions auxquelles ces débats donnent lieu et, plus encore, d’opérer les transpositions ou les rapprochements qui pourraient être pertinents et utiles. Lorsque ces positions sont exprimées dans des ouvrages rédigés en langue étrangère s'ajoute une difficulté supplémentaire, liée à l'inévitable décalage temporel impliqué par le travail de traduction.

Lire la suite
__________________
__________________

11:55 Publié dans Analyses | Tags : islamisme | Lien permanent

07/03/2018

Jean Gadrey - Destruction des services publics (2) : asphyxie financière, dégradation de la qualité et dette « insupportable »

Entrons dans les détails, en deux billets, de la stratégie de destruction résumée dans le précédent post. Commençons par les premières armes de destruction, essentielles mais dont on verra qu’elles ne suffisent pas.

La première arme et la principale est l’asphyxie financière. En effet, s’agissant de services publics, le gros du financement est du ressort des décisions publiques (État, collectivités, Sécurité sociale). C’est très variable selon qu’il s’agit d’un côté des services publics non ou peu payants comme l’enseignement, les hôpitaux, la police, etc. ou, d’un autre côté, de (ce qu’il reste de) services publics de réseaux qui vendent leurs services : SNCF, Poste, RATP, auxquels on peut ajouter, en dépit de leur privatisation partielle, EDF/ERDF (devenue Enedis) et Engie/GRDF dans la mesure où l’État détient encore 85% de EDF et 25% de Engie.

Lire la suite
___________________
___________________

11:50 Publié dans Analyses | Tags : gadrey, sncf | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Politiques publiques - « Peut-on faire confiance aux riches ? »

Les politiques publiques peuvent-elles faire confiance aux plus aisés pour redresser l’économie ? Le pari est risqué, si l’on en croit deux études qui montrent que les plus riches contournent davantage les règles que les autres. Un point de vue de Thibault Gajdos, économiste et chercheur au CNRS, extrait du journal Le Monde.

Emmanuel Macron espère que les contribuables libérés de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) vont investir leurs richesses dans les entreprises françaises, et non pas dans des produits financiers bien plus rentables. Il espère aussi que les entreprises utiliseront les baisses de charges inconditionnelles qui remplaceront en 2019 le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) pour investir et embaucher, et non pour augmenter les dividendes versés aux actionnaires et les salaires de leurs dirigeants. Car Emmanuel Macron croit aux vertus de la confiance.

Lire la suite
____________________
____________________

08:30 Publié dans Analyses | Lien permanent

06/03/2018

Centre d'observation de la société - D’où viennent les immigrés ?

Depuis un siècle et demi, la France est une terre d’immigration. Au fil de notre Histoire, un très grand nombre de nationalités se sont établies sur notre sol, en provenance d’Europe, d’Afrique ou d’Asie notamment. Elles constituent une composante importante de la population française, dont une grande part des ascendants vient de l’étranger.

Parmi les six millions d’immigrés 1  présents dans l’Hexagone, deux millions viennent d’Europe, soit 36 % (données 2014). Les Portugais sont les plus représentés (plus de 600 000 personnes), deux fois plus que les Italiens ou les Espagnols. Historiquement, la vague migratoire la plus importante en France est venue d’Italie

Lire la suite
______________________
______________________

22:30 Publié dans Analyses | Lien permanent

La Vie des idées - La part manquante de l’assurance-chômage

Loin de s’orienter vers une flexisécurité à la danoise, la réforme annoncée manque l’occasion de repenser l’articulation entre assurance, solidarité et assistance dans la prise en charge des chômeurs.

La réforme de l’assurance-chômage intervient dans un contexte particulier, seulement quelques mois après l’adoption des ordonnances du 22 septembre 2017 modifiant le cadre du dialogue social et des relations de travail. «  Libérer et protéger  » : c’est autour de ces deux principes que semble s’organiser la matrice du changement proposé ; il s’agit d’accroître à la fois la mobilité et la protection des actifs sur le marché du travail, notamment grâce à la réforme conjointe de l’assurance-chômage, de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Lire la suite
___________________
___________________

17:41 Publié dans Analyses | Tags : assurance chomage | Lien permanent