Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2019

OFCE - L’euro-isation de l’Europe

par Guillaume Sacriste, Paris 1-Sorbonne et Antoine Vauchez, CNRS et Paris 1-Sorbonne

Dans le dernier article de La Revue de l’OFCE (n° 165, 2019) accessible ici, les auteurs analysent l’émergence d’un nouveau gouvernement européen, celui de l’euro, construit pour une large part à la marge du cadre institutionnel de l’Union. Ce faisant, il rend compte d’un processus de transformation de l’Europe (Union européenne et États membres), qu’on qualifie ici « d’€-isation de l’Europe », autour de trois dimensions

Lire la suite
___________________
___________________

11:50 Publié dans Analyses | Tags : ofce, euro | Lien permanent

Non Fiction - Le revenu de base examiné sous toutes les coutures

Les deux chercheurs belges Philippe Van Parijs et Yannick Vanderborght, le premier philosophe de l’université catholique de Louvain et le second politiste de l’université Saint-Louis, signent un nouvel ouvrage sur le revenu de base, qui reprend, actualise et développe en fait une précédente introduction à L’allocation universelle publiée en 2005 .

De quoi le revenu de base est-il le nom ?

Face aux défis majeurs posés par l’accroissement des inégalités, l’automatisation du travail et la crise écologique, ils proposent une solution radicale : la création d’un revenu de base inconditionnel. Les trois piliers d’un tel revenu de base sont rappelés : l’individualité, l’universalité et l’inconditionnalité.

Lire la suite
___________________
___________________

08:30 Publié dans Analyses | Tags : revenu de base | Lien permanent

24/04/2019

Jean Gadrey - Repousser l’âge de la retraite ou le mépris des dominants

Billet invité, par François-Xavier Devetter, professeur d’économie à Lille

La question du report de l’âge de départ en retraite est revenue en force ces dernières semaines. Le passage à 62 ans en 2010 peut alors être perçu comme une première étape permettant d’aller jusqu’à 65 ans et pourquoi pas au-delà... Plusieurs ministres sont allés en ce sens, l’OCDE y a ajouté son point de vue expert tandis que le nouveau président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux,  se prononçait clairement en faveur d’un report au-delà de 62 ans en affirmant que «dire aux Français qu'on peut continuer avec un âge légal à 62 ans, c'est aller contre le simple bon sens de la démographie

Lire la suite
__________________
__________________

22:30 Publié dans Analyses | Tags : gadrey, retraites | Lien permanent

Telos - Extrême et extrémistes de la démocratie, Dominique Schnapper

Le mouvement des Gilets jaunes mène son combat au nom de la « vraie » démocratie et il risque de contribuer à détruire le seul régime démocratique qui ait jamais existé, celui de la démocratie représentative.

La démocratie a toujours eu une double dimension, démocratique et aristocratique. Démocratique parce que le choix des gouvernants est soumis à l’élection des gouvernés qui sanctionnent leur action par le vote. Mais aussi aristocratique puisque les représentants élus sont toujours, d’un certain point de vue, supérieurs à leurs électeurs, plus actifs, ou plus engagés, ou plus compétents. C’est qui devient insupportable dans l’ère démocratique.

Lire la suite
_______________
_______________

20:45 Publié dans Analyses | Tags : schnapper | Lien permanent

Terra Nova - Inclusion bancaire : bilan et perspectives

Dans une société très largement financiarisée, l'inclusion bancaire fait partie des conditions de l'inclusion sociale. Les évolutions récentes du cadre réglementaire et des politiques publiques ont permis de réaliser des progrès significatifs dans ce domaine. Néanmoins, beaucoup reste à faire. Les chiffres en témoignent : 3,6 millions de personnes sont identifiées par les banques comme des clients en situation de "fragilité financière" ; 1,3 millions de personnes sont « interdits bancaires » inscrites au Fichier Central des Chèques (le FCC) ; 2,5 millions de personnes sont inscrites au Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (le FICP) ; 762 000 ménages sont en cours de désendettement dans le cadre d'une procédure de surendettement, et 163 000 dossiers ont été déposés en 2018 auprès des Commissions de surendettement pour un encours total de dettes de 6,6 milliards d'euros... Pour faire de nouveaux progrès, cette étude de François Soulage, président du collectif Alerte et ancien président du Secours Catholique, pour Terra Nova, propose d'explorer différentes pistes, notamment : accentuer les efforts de repérage des clientèles fragiles, rouvrir le débat sur le « registre des crédits à la consommation », renforcer la prévention du surendettement pour éviter le « crédit de trop », améliorer la procédure du « droit au compte », étendre l’offre spécifique pour les clientèles fragiles à un plus grand nombre de personnes, revisiter les différentes fonctions du Livret A, soutenir le développement du microcrédit personnel...

Lire la suite
___________________
___________________

Observatoire des inégalités - Les faibles niveaux d’éducation des jeunes en Europe

Un jeune sur dix possède un faible niveau de formation en Europe. 18 % d’Espagnols sont dans ce cas, contre à peine 5 % des jeunes Suisses.

Près de 11 % des Européens âgés de 18 à 24 ans ont quitté l’école prématurément, avec un niveau équivalent au collège français [1], selon les données 2017 d’Eurostat. Au sein de l’Europe, les disparités sont grandes. 18,3 % des jeunes sont dans ce cas en Espagne. Vient tout de suite après, dans les mêmes proportions, la Roumanie, ensuite l’Italie avec un taux de 14 % et le Portugal (12,6 %). À l’opposé, la Suisse (4,5 %), la Pologne (5,0 %), l’Irlande (5,0 %), la Grèce (6,0 %) et la République tchèque (6,7 %) notamment laissent peu de jeunes au bord de la route, sans formation. La France se situe en-dessous de la moyenne européenne avec 8,9 % de jeunes qui ont un bas niveau de formation.

Lire la suite
_________________
_________________

11:25 Publié dans Analyses | Tags : observatoire des inégalités | Lien permanent

20/04/2019

OFCE - Pourquoi est-il si difficile de réformer l’impôt en France ? par Guillaume Allègre

Jusqu’ici, les réformes de la fiscalité des ménages ont consisté à rajouter un impôt (CSG, 1991), à en supprimer un (taxe d’habitation, 2018-2022) ou à déformer un impôt en particulier (voir les nombreuses modifications de la décote au titre de l’impôt sur le revenu) plutôt qu’à une remise à plat générale. Ceci nuit à la cohérence du système fiscal, à son efficacité, à sa transparence ainsi qu’à sa compréhension par les contribuables (et même souvent par les « experts »). L’exemple de la décote est parlant : elle est calculée après l’application du barème et consiste à réduire l’impôt des contribuables les moins aisés de façon inutilement complexe[1]. L’objectif est d’exonérer certains contribuables tout en réduisant le coût pour les finances publiques. Pour se faire, la décote crée des taux marginaux implicites plus élevés que les taux affichés à l’entrée de l’impôt de façon incompréhensible pour un contribuable lambda[2]. Une fois mise en place, il est politiquement difficile de la réformer. Les citoyens ne comprenant pas les tenants et aboutissants, ils peuvent croire qu’il y a un loup : simplifier c’est compliqué.

Lire la suite
___________________
___________________

14:47 Publié dans Analyses | Tags : impot, ofce | Lien permanent

Les décodeurs du Monde - Derrière la percée des « gilets jaunes », des réseaux pas si « spontanés » et « apolitiques »

Il y a cinq mois exactement, le déclenchement éclair du mouvement s’est appuyé sur une colère bien réelle, mais aussi sur des réseaux militants préexistants. Enquête.

Il y a cinq mois tout juste, le 17 novembre 2018, des Français manifestent pour la première fois au Mans (Sarthe) contre la hausse des taxes sur les carburants. Parmi eux, certains arborent fièrement la mention « Colère 72 » au dos de leur gilet jaune, comme un emblème. Les initiés savent qu’il s’agit là d’une référence à un groupe Facebook qui réunit des milliers de mécontents du département de la Sarthe.

Lire la suite
__________________
__________________

00:51 Publié dans Analyses | Tags : gilet jaune, facebook | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Quatre millions de mal-logés : de quoi parle-t-on ?

Quatre millions de personnes sont considérées comme mal logées par la Fondation Abbé Pierre. 811 000 n’ont pas de domicile personnel, 91 000 vivent dans une habitation de fortune toute l’année. Article extrait du Centre d’observation de la société.

Quatre millions de personnes sont mal logées en France, selon la Fondation Abbé Pierre [1]. Ce chiffre est proche du nombre de personnes qui estiment vivre dans des conditions de logement « insuffisantes » ou « très insuffisantes » : 3,8 millions selon l’Insee. Du sans-domicile fixe au jeune contraint de revenir chez ses parents, en passant par le couple qui vit avec son enfant dans un studio, le mal-logement recouvre des réalités différentes qui parfois se conjuguent. Une mauvaise qualité de l’habitat, une faible superficie et le fait de ne pas avoir de logement à soi en sont les trois formes principales.

Lire la suite
________________
________________

00:51 Publié dans Analyses | Tags : logement | Lien permanent

18/04/2019

OFCE - L’impératif de soutenabilité économique, sociale et environnementale

À l’apogée de la crise de la dette souveraine en zone euro, nous nous sommes engagés dans un examen annuel de la croissance : iAGS -independant Annual Growth Survey. Le projet a fait l’objet d’un premier débat à la fin de l’année 2011 et le premier rapport a été publié en novembre 2011. Notre objectif, en collaboration avec le groupe S & D au Parlement européen, a consisté à discuter et à remettre en question la contribution de la Commission européenne au Semestre européen. Concrètement, il s’agissait de pousser la Commission européenne vers une politique macroéconomique plus réaliste, c’est-à-dire moins axée sur la réduction à court terme de la dette publique, et plus consciente des conséquences sociales de la crise et du parti-pris d’austérité. Pendant 7 ans, nous avons plaidé contre une austérité brutale qui ne permettait pas de contrôler la dette publique, nous avons mis en garde contre le risque catastrophique de la déflation. Nous avons également alerté sur les conséquences sociales de la combinaison mortelle de la crise économique, de la flexibilité accrue du marché du travail et de l’austérité sur les inégalités, en particulier dans la partie basse de la répartition des revenus. Nous ne pouvons pas prétendre avoir changé à nous seuls les politiques de l’Union, mais au moins avoir eu une influence, bien qu’insuffisante et trop tardive pour éviter les cicatrices laissées par la crise.

Lire la suite
_____________________
_____________________

22:36 Publié dans Analyses | Tags : ofce | Lien permanent