Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2014

Jean-Marc Ayrault : "Je n'ai pas à distribuer les bons et les mauvais points"


Jean-Marc Ayrault : "Je n'ai pas à distribuer... par rtl-fr

18:29 Publié dans Vidéo | Tags : ayrault, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

13/09/2014

L'actualité des socialistes du 8 au 14 septembre (mise à jour)

A la une

Le Parisien - Vote de confiance à l'Assemblée : Aubry «pour l'indépendance de chacun»

Elle est longtemps resté silencieuse sur la politique conduite par depuis son accession à l'Elysée. Mais en cette fin d'été, sort de plus en plus fréquemment de sa réserve, par petites touches le plus souvent critiques. Nouvelle marque de défiance face au de Manuel Valls ce samedi à l'occasion des états généraux des socialistes du Nord, à Lomme, près de Lille, à propos du vote de confiance mardi à l'Assemblée nationale.

14 septembre

Le Monde - Des « frondeurs » au Front de gauche : déjeuner symbolique à la Fête de « L’Humanité »

Les plans de table ne sont jamais aisés à dessiner, surtout dans les familles recomposées. Celui qui a réuni pour déjeuner samedi 13 septembre, à la Fête de L'Humanité, des personnalités aussi diverses que Jean-Luc Mélenchon, Jean-Vincent Placé, le socialiste « frondeur » Jean-Marc Germain ou encore Pierre Laurent ne dérogeait pas à la règle.

Le Monde - Thomas et Sandra Thévenoud, la chute de deux ambitieux

Neuf jours à peine après avoir été nommé secrétaire d'Etat chargé du commerce extérieur, Thomas Thévenoud démissionnait du gouvernement, jeudi 4 septembre, pour s'être mis en irrégularité fiscale.

Quelques jours plus tard, c'est son épouse, Sandra, qui était mise en congé de son poste de chef de cabinet du président du Sénat. Moins d'une semaine a suffi pour transformer le couple en objet de scandale.

Le Monde - En Saône-et-Loire aussi, on demande la démission de Thévenoud

Les voix s'élèvent en Saône-et-Loire comme à Paris pour appeler Thomas Thévenoud à démissionner de ses mandats politiques. Mercredi 10 septembre, Manuel Valls a affirmé qu'il « ne comprend pas » que celui qui a été évincé du gouvernement pour ne pas avoir déclaré ses revenus au fisc décide de rester à son poste de député

Le Lab - Les frondeurs s'affichent à la table de Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon à la fête de l'Huma

La présence de membres du Parti socialiste à la traditionnelle fête de l'Huma n'a rien d'inhabituelle. Mais cette année, alors que l'idée germe à gauche d'une recomposition politique pour s'opposer au gouvernement, le profil des présents est scruté de prêt. Et après la venue surprise de l'ancien trader Jérôme Kerviel, quelques jours après sa sortie de prison, ce sont les "frondeurs" qui s'affichent.

France Info - La Fête de l'Huma sous le signe de la fronde

Y a-t-il à gauche une alternative crédible au pouvoir socialiste ? Réunis à la Fête de l'Huma à La Courneuve, écologistes, députés PS "frondeurs", "mélenchonistes" et communistes discutent d'un éventuel avenir en commun...

Le Monde, Françoise Fressoz - Postures

Cette semaine, le gouvernement, la mine un peu défaite, a fait un grand pas vers les frondeurs et vers tous ceux qui, à gauche, contestent sa politique économique. Il a renoncé à réduire le déficit budgétaire en invoquant le risque de déflation qui menace l'Europe.

L'Express - François Hollande et Julien Dray, son ami du week-end

Avec François Hollande, l'ancien fondateur de SOS-Racisme parle de tout. Et cash. L'onde de choc Trierweiler le pousse à ne plus être seulementun visiteur discret et à riposter publiquement.  

Libération - Kader Arif ne se sent pas concerné par l'enquête de Toulouse

Des magistrats se penchent sur des marchés conclus entre la région Midi-Pyrénées et des sociétés appartenant à des proches du secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants.

Libé - Arnaud Leroy. Montebourg Boy

PORTRAITDéputé des Français de l’étranger, ce proche de l’ex-ministre de l’Economie tâche de surnager après l’éviction de son champion.

Il préfère les vagues lentes qui se meurent en douceur jusqu’au rivage. Bien plus propices à déployer ses «90 kilos» et son quasi double mètre sur son longboard. Mais celle qu’il vient de ramasser sur le râble est du genre à «casser» vite. Formée sans prévenir et renversante, à vous faire compter des yeux les rares camarades restés debout.

13 septembre

Le Nouvel Obs - Hollande en visite au Kurdistan, une première historique

Le chef de l'Etat était en Irak aujourd'hui et il a fait étape à Erbil, dans le Kurdistan irakien. Une première pour un chef de l'Etat français.

Huffington Post -Fête de l'Humanité: ces socialistes qui sont encore les bienvenus

Cette année encore, les festivaliers ne risquent pas de croiser beaucoup de ministres dans les allées de la Fête de l'Huma. Et pour cause: depuis l'élection de François Hollande, les membres du gouvernement sont persona non grata dans ce temple de la gauche contestataire qui rouvre ces portes ce vendredi 12 septembre pour trois jours de musique et de débats politiques.

Slate - Projections: on est le lendemain des régionales de 2015 et le FN a remporté deux super-régions, Nord-Picardie et Paca

Le politologue Thomas Guénolé nous présente le résultat de ses projections électorales pour les régionales de 2015, élections dont le calendrier n'est pas encore fixé par le gouvernement, et qui seront les premières à entériner le redécoupage des régions et la réduction de leur nombre, décidée par le président de la République et encore discutée au Parlement (le texte a été voté en première lecture par le Sénat puis l'Assemblée, mais les deux Chambres sont en profond désaccord).

Terra Femina - Najat Vallaud-Belkacem à l'Education nationale : "Hollande aime les jolies femmes", insinue Gérard Collomb

Non, la droite n'a pas le monopole des attaques sexistes contre Najat Vallaud-Belkacem. Interrogée par L'Express, le maire PS de Lyon, Gérard Collomb, y est aussi allé de son insinuation sexiste. L'édile a qualifié la ministre de l'Education nationale de « communicante (…) séductrice » et lié l'obtention de son ministère au fait que « François Hollande aime les jolies femmes ».

INVITÉ RTL - Le député européen salue la politique "volontariste" d'Arnaud Montebourg et reconnaît que François Hollande n'a pas tenu ses engagements.

12 septembre

Slate - Le PS, pas plus avancé dans ses réflexions qu’il y a trente ans

Rue de Solférino, le schéma de pensée est le même qu'en 1981: le terme entreprise y reste un gros mot, la dépense publique y reste l’alpha et l’oméga de l’action économique et parler de rigueur équivaut à une trahison.

France Info - Les socialistes se disputent autour de l’association des maires de France

François Baroin devrait succéder à Jacques Pelissard à la présidence de cette association où la droite est majoritaire. Le socialiste André Laignel en sera le secrétaire général, comme depuis dix ans. Mais cette année, cette répartition agace le Parti socialiste.

Le Monde - « PS d'or » : qui succède à Harlem Désir pour le prix de la Langue de bois 2014 ?

(Quasiment) aussi anciens que le festival de Cannes, (quasiment) aussi prestigieux que les Oscars, (quasiment) aussi attendus que les Grammy awards... le palmarès des « PS d'or » a été dévoilé jeudi 11 septembre. Ces prix très courus récompensent depuis 2009 les dirigeants socialistes qui se sont particulièrement distingués dans différentes catégories au long de l'année. Une quarantaine de journalistes chargés du suivi de l'exécutif et de la majorité composent le corps électoral. Et cette année, trois anciens ministres se sont également prêtés au jeu.

Le Nouvel Obs - Moscovici : joker du président ou boulet pour l’Europe ?

Nommé à l’arraché commissaire aux Affaires économiques, l’ex-ministre des Finances représentera la France à Bruxelles. Avec l'espoir d'incarner une autre politique.

Le Nouvel Obs - La (très) longue liste des impayés et autres oublis de Thévenoud

Impôts, loyer, amendes, facture de kinésithérapeute... "Le Nouvel Obs" fait le point sur les révélations en série autour de l'ex-secrétaire d'Etat.

Le Monde - Martine Aubry, un retour en cinq étapes

Le retour sur la scène politique nationale de Martine Aubry ne fait désormais plus aucun doute. La maire de Lille a annoncé qu'elle ferait, probablement sous forme écrite, des propositions sur la politique économique dans les semaines à venir. Mais en réalité, voilà quelques semaines que Martine Aubry joue le feuilleton de son come-back. Retour sur les différents actes.

11 septembre

Le Nouvel Obs - "Hollande reste pudique mais combatif sur le terrain politique"

VIDEO. Livre de Valérie Trierweiler, rumeurs sur sa démission... Serge Raffy, journaliste du "Nouvel Observateur", raconte l'état d'esprit du président.

Le Monde - Enquête préliminaire sur l'attribution de marchés à des proches de Kader Arif

Une enquête préliminaire a été ouverte à Toulouse sur des passations de marchés à des proches du secrétaire d'Etat chargé des anciens combattants, Kader Arif, a anoncé mercredi 10 septembre le procureur de la République de Toulouse. Cette enquête fait suite à un « signalement » déposé lundi par des élus du groupe d'opposition au sein du conseil régional « faisant état d'anomalies dans les relations contractuelles existant entre la région et certaines sociétés », a expliqué le procureur Michel Valet.

Europe 1 - Cambadélis : "Thévenoud ne tiendra pas, il démissionnera"

Jean-Christophe Cambadélis était face à Gérard Carreyrou, Olivier Duhamel et Michèle Cotta dans "Le Club de la Presse".

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité du "Club de la Presse" mercredi soir sur Europe 1. Le premier secrétaire du PS s’est notamment exprimé sur l’affaire Trierweiler et sur l’affaire Thévenoud et plus largement sur l’avenir de la gauche dans le paysage politique français.

Le Nouvel Obs - EXCLUSIF. Hollande et les "sans-dents" : "C'est un mensonge qui me blesse"

Son ex-compagne, Valérie Trierweiler, l'accuse de mépriser les pauvres. Le président réplique. Et revient sur son engagement au service "des gens de peu". A lire jeudi dans "le Nouvel Observateur".

10 septembre

Francetvinfo - Vote de confiance : les députés PS frondeurs vers une "abstention collective"

Un de leurs chefs de file, Christian Paul, l'a annoncé mardi lors d'une conférence de presse à quelques heures de la rentrée parlementaire.

Le Monde - L'exclusion de Thomas Thévenoud fragilise un peu plus la majorité socialiste

Faute de démission de son mandat de député, l'éphémère secrétaire d'Etat au commerce extérieur en délicatesse avec le fisc, Thomas Thévenoud, va devoir quitter le Parti socialiste et le groupe socialiste à l'Assemblée nationale. Une décision visiblement réclamée par le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, bien qu'elle n'arrange pas les affaires de la majorité.

Le Figaro - Manuel Valls appelle les députés PS frondeurs à «la responsabilité»

Les contestataires de la ligne économique du gouvernement devraient observerune « abstention collective » lors du votede confiance le 16 septembre prochain.

Le Parisien - Déficit budgétaire : Valls reconnaît qu'il sera supérieur à 4 % en 2015

Manuel Valls ne s'est pas contenté d'appeler les parlementaires socialistes à voter la confiance à son gouvernement le 16 septembre. Le Premier ministre en a profité pour faire un état des lieux des comptes publics.

France Info - Rentrée des députés sous haute tension

Affaiblissement historique du chef de l’État, l'affaire Thévenoud, fronde persistante des députés socialistes. Le cocktail de cette rentrée est explosif pour le gouvernement alors que les députés ont retrouvé les bancs de l'Assemblée aujourd'hui. C'est un "moment difficile" reconnaît d'ailleurs le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis.Les explications de Yannick Falt.

Rue 89 - Perrin-Gilbert, une maire sans pouvoir mais pas sans idées

La maire du 1er arrondissement veut faire exploser la loi « Paris-Lyon-Marseille » qui nous fait élire les conseillers municipaux par arrondissement mais qui ne donne aucun pouvoir (ou presque) aux mairies d’arrondissement.

Le Parisien - Exclusif. Taubira : «Nous voulons faciliter l'accès à la justice pour tous»

Réforme. La garde des Sceaux présente demain en Conseil des ministres une série de mesures qu'elle nous livre en exclusivité. Christiane Taubira en profite pour justifier sa présence aux côtés des frondeurs de La Rochelle.

9 septembre

Le Monde - En réponse à Aubry, Valls « demande aux socialistes de donner l'exemple »

C'est par conférences de presse interposées que Martine Aubry et Manuel Valls se répondent l'un à l'autre. Lundi 8 septembre, la maire de Lille a souhaité clarifier les choses avec le premier ministre. Juste après sa visite au Secours populaire à Lille-Fives, la maire de Lille a affirmé : « Mes propos ont été un peu mal compris. Manuel Valls n'a peut-être pas eu le temps de lire l'entièreté de ce que j'ai dit [dimanche]. »

Libé - Lyon : Gérard Collomb, tête de liste et de cumul

LES GENS Tant que la loi ne le lui interdit pas, Gérard Collomb, le sénateur-maire de Lyon et président de la future métropole lyonnaise, continue de cumuler les mandats. C’est lui qui conduira la liste socialiste pour les sénatoriales du 28 septembre. Il a jusqu’à 2017 pour choisir entre son mandat de sénateur et celui de maire.

Libé - La gauche a-t-elle une chance de conserver le Sénat ?

DÉCRYPTAGE Le dépôt des candidatures s'ouvre ce lundi pour le renouvellement de la moitié de la chambre haute. La droite pourrait regagner la majorité, après sa victoire aux municipales de mars.

Libé - Thévenoud quitte le PS, pas l'Assemblée

L'ex-secrétaire d'Etat, écarté après des déboires fiscaux, ne démissionne pas de son mandat de député.

Le Nouvel Obs - Thomas Thévenoud quitte le PS mais garde son mandat de député

"Je veux rappeler que l'enchaînement de négligences choquantes qui m'ont placé dans cette situation ne fait pas de moi un fraudeur", a déclaré l'éphémère secrétaire d'Etat, démissionné pour défaillance fiscale.

Le Monde - Comment Valls a « démissionné » Thévenoud

« On ne peut pas te garder. » C'est en ces termes que Manuel Valls, qui recevait Thomas Thévenoud, jeudi 4 septembre après-midi dans son bureau à Matignon, a annoncé à son éphémère secrétaire d'Etat au commerce extérieur qu'il était démissionné. Un limogeage qui intervient à peine plus d'une semaine après sa nomination, justifié par l'irrégularité de sa situation fiscale. De source gouvernementale, celle-ci serait caractérisée à la fois par des retards dans le paiement de ses impôts, mais aussi des non-déclarations de revenus.

Libé - Cambadélis : le FN au pouvoir serait «le chaos en France»

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a prédit lundi «le chaos en France» si le Front National arrivait au pouvoir.

Le Nouvel Obs - Aubry à Valls : "Faut pas se crisper"

La maire de Lille tente de calmer le jeu après des échanges à fleurets mouchetés avec le Premier ministre au sujet de la politique économique du gouvernement.

Libé - Thomas Thévenoud, démission à double tranchant pour le PS

RÉCIT Certains socialistes pressent l'éphémère secrétaire d'Etat de quitter son siège de député... au risque de déclencher une élection partielle périlleuse.

Le Monde - Thomas Thévenoud peut-il conserver son siège de parlementaire ?

Débarqué du gouvernement pour des « problèmes de conformité avec les impôts » pendant plusieurs années, Thomas Thévenoud va-t-il rejoindre, mardi 9 septembre, le groupe socialiste à l'Assemblée nationale ?

Le Monde - Martine Aubry va « faire des propositions » au gouvernement

La maire socialiste de Lille, Martine Aubry, a déclaré dimanche 7 septembre au micro d'Europe 1, qu'elle allait faire des propositions au gouvernement pour tenter d'infléchir sa politique économique.

Huffington Post - Martine Aubry va faire des propositions pour infléchir la politique économique du gouvernement

"Oui l'abstinence médiatique de Martine Aubry est terminée", déclarait récemment un député proche de la maire de Lille, plutôt effacée depuis plusieurs mois. La socialiste, battue par François Hollande au second tour de la primaire socialiste en octobre 2011, a déclaré dimanche 7 septembre qu'elle allait faire "dans les semaines qui viennent" des propositions pour infléchir la politique économique du gouvernement.

8 septembre

Le Nouvel Obs - Impôts: Cambadélis convoque Thévenoud, qui veut rester député

Jean-Christophe Cambadélis, patron du PS, a annoncé lundi avoir convoqué l'éphémère secrétaire d'Etat Thomas Thévenoud pour "tirer les conséquences" de sa défaillance fiscale sur son mandat de député, qu'il dit vouloir garder contre l'avis général à gauche comme à droite.

Le Nouvel Obs - Jean-Marc Ayrault fait sa première autocritique

Cinq mois après son départ de Matignon, l'ancien Premier ministre admet "ne pas avoir assez décrit aux Français les difficultés du pays".

Libé - Cynique, menteur, antipauvres... Vraiment ?

Des proches, des collaborateurs ou des ennemis politiques de longue date reviennent point par point sur les attaques de Valérie Trierweiler contre François Hollande.

Les Echos - Plus de 8 Français sur 10 ne souhaitent pas que Hollande se représente

Selon une enquête de l'Ifop pour le Journal du dimanche, 85% des Français ne souhaitent pas qu'il postule à un second mandat et, surtout, l'idée d'une dissolution progresse, passant en moins de trois mois de 17% à 23%.

Libé - A une gauche divisée en France, Valls oppose unité avec Renzi et menace du FN

Contesté sur son aile gauche en France, Manuel Valls s’est rendu dimanche en Italie, au côté de son homologue Matteo Renzi, pour vanter une gauche européenne «unie», capable d’obtenir des inflexions de l’UE et de barrer à la route à une extrême droite «aux portes du pouvoir» dans l’Hexagone.

Slate - Cinq questions sur une rentrée politique folle

La gauche a-t-elle déjà connu une crise de cette ampleur? Dans quelle mesure les destins de Valls et Hollande sont-ils liés? Faut-il prendre au sérieux les premiers sondages sur la présidentielle 2017? L'éclairage du politologue Jérôme Jaffré.

Le JDD - Manuel Valls : "Il faut tenir!"

Le Premier ministre et les ténors du Parti socialiste - Jean-Christophe Cambadélis et Claude Bartolone - appellent les membres de la majorité à serrer les rangs pour défendre le Président.

Campagne d'Italie, Le Monde - Les socialistes français font le voyage en Italie comme on va à Lourdes

La présence de Manuel Valls, dimanche 7 septembre, à la Festa dell'Unità de Bologne (Emilie-Romagne) aux côtés de Matteo Renzi et du nouveau leader du Parti socialiste espagnol, Pedro Sanchez (tous en total look chemise blanche et pantalon noir) permettra-t-elle au premier de récupérer quelques miettes de la popularité du second ? Pourra-t-il, une fois rentré à Matignon, s'inspirer de la méthode du président du conseil pour conduire ses réformes jugées aussi indispensables à Paris qu'à Rome ? Parviendra-t-il à rassembler le PS derrière lui avant le vote de confiance du 16 septembre comme son homologue italien tente de le faire avec le Parti démocrate ?

Le Nouvel Obs - Valls : l'extrême droite est "aux portes du pouvoir"

"Nous devons agir autrement. Et parler autrement. Pour être écoutés, et entendus. Nous savons quel serait le prix terrible de notre échec", a lancé Manuel Valls en déplacement en Italie.

Les Echos - Dans la tourmente, François Hollande et Manuel Valls tentent de « tenir bon »

Attaqué sur sa légitimité, affaibli, l’exécutif a appelé la gauche à la « responsabilité ».

Que faire ? Comment se relancer un tant soit peu après une nouvelle « semaine noire », dixit un proche de François Hollande, marquée par la publication surprise du brûlot de Valérie Trierweiler, une nouvelle chute dans les sondages et la démission forcée d’un tout nouveau membre du gouvernement, Thomas Thévenoud, pour des problèmes fiscaux ?

Le JDD - Hollande "a le devoir de rester"

Politiques, spécialistes et proches du Président de la République donnent leur sentiment sur les marges de manœuvre dont dispose François Hollande.

Le Monde - La vie d'après des débarqués du gouvernement

Visiblement, notre coup de fil n'interrompt pas Arnaud Montebourg en plein labeur. Deux jours après son départ fracassant du gouvernement, l'ancien ministre n'a pas encore empoigné sa charrue dans le droit sillon du consul Cincinnatus, sa désormais célèbre référence antique. Pour l'heure, le modèle du citoyen Montebourg serait plutôt Alexandre le Bienheureux : « J'ai pris un petit déjeuner à deux heures de l'après-midi, ça ne m'était pas arrivé depuis dix ans », lâche-t-il sur un ton guilleret qui paraît un tantinet forcé.

Le Figaro - Patricia Adam : «La France ne peut baisser la garde»

En Ukraine, au Sahel et au Proche-Orient, « les efforts diplomatiques ne peuvent être efficaces sans puissance militaire », souligne la présidente de la commission de la défense de l'Assemblée nationale.

Le Monde - Huchon et Cosse demandent l'encadrement des loyers en petite couronne parisienne

« Comme vous le savez, la question de l'habitat et de l'hébergement revêt une importance décisive dans la vie quotidienne des Franciliens. » Dans une lettre au premier ministre révélée dimanche 7 septembre par Le Journal du dimanche, le président PS de l'Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, et la vice-présidente écologiste chargée du logement, Emmanuelle Cosse, demandent l'expérimentation de l'encadrement des loyers dans les villes de la petite couronne francilienne.

Rue 89 - Schnapper : « Quand la gauche dit des vérités, cela fait scandale »

Ses propos ne vont pas pas plaire à tout le monde : pour la sociologue, l’idée d’un contrôle accru des chômeurs n’a rien de choquant. Elle ne fait que heurter les mythologies d’une certaine gauche.

05/04/2014

L'actualité des socialistes du 31 mars au 5 avril (mise à jour)

A la une

Le Monde - Hollande-Valls, l'histoire secrète du remaniement

Depuis quand le président a-t-il compris qu’il y avait quelque chose de dysfonctionnel dans le couple qu’il formait avec Jean-Marc Ayrault ? « En réalité, il a tranché depuis très longtemps, assure un intime. Depuis la fin de l’été 2012, il sait que cela ne marche pas. » Il aura pourtant fallu patienter jusqu’à la dernière minute de la dernière réunion pour que M. Hollande, après avoir laissé pendant des mois planer un anxiogène suspense, signifie à Manuel Valls qu’il le nommait premier ministre. Et encore le président ne l’a-t-il pas complètement verbalisé. En mai 2012, il le lui avait annoncé sans ambages, en tête à tête : « Tu seras le ministre de l’intérieur. » Cette fois, il est resté plus sibyllin : « Jean-Marc Ayrault m’a adressé sa lettre de démission. »

5 et 6 avril

Le Monde - Cent députés PS en colère réclament un « contrat de majorité »

Ils considèrent que plus rien ne doit jamais être comme avant. Selon nos informations, près de cent députés socialistes – soit un tiers du groupe à l'Assemblée nationale – ont signé une lettre, que Le Monde et BFM TV se sont procurés, réclamant un « contrat de majorité » avec le nouveau gouvernement. La liste définitive des signataires devrait être connue ce week-end, avant le discours de politique générale de Manuel Valls et le vote de confiance à son gouvernement, mardi 8 avril.

Le Nouvel Obs - Vote de confiance : 100 députés PS posent leurs conditions

Près de cent députés socialiste en colère ont signé une lettre réclamant un "contrat de majorité" avec le nouveau gouvernement, juste avant le discours de politique générale de Manuel Valls mardi.

Le Monde - Comment Hollande et Valls ont défini leur plan de bataille

Le remaniement a poursuivi François Hollande jusqu'à Bruxelles. Le président n'a pu profiter de l'entrée servie au dîner des chefs d'Etat et de gouvernement réunis pour le sommet Union européenne-Afrique, mercredi 2 avril : il suivait en direct la première prestation télévisée de Manuel Valls, à 20 heures sur TF1.

Le Monde - L'urgence d'une refondation du Parti socialiste

Henri Emmanuelli aime le parler dru. A 68 ans, l'ancien premier secrétaire du Parti socialiste – de juin 1994 à octobre 1995 –, auquel il a adhéré dès 1971, a perdu de l'influence, mais il cultive son image de sage un peu « archaïque ». La déroute historique du PS aux élections municipales l'a conduit à assener un véritable coup de semonce. « Le PS n'existe plus, a martelé le député et président du conseil général des Landes, jeudi 3 avril, à Mediapart. Ni à l'attaque ni en défense. » Il est devenu, enchaîne-t-il, « un parc à moutons » en état de « coma profond ».

Le Monde - Le ministère « voiture-balai » de Najat Vallaud-Belkacem

Un « ministère fourre-tout » ou une mission inspirée de Léo Lagrange, secrétaire d'Etat aux sports et aux loisirs du Front populaire ? L'étendue du portefeuille de Najat Vallaud-Belkacem, promue ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports n'a pas manqué d'interroger les acteurs des quatre domaines concernés. Est-ce le signe d'une promotion pour la jeune et brillante ex-porte-parole du gouvernement Ayrault ? Ou un ministère sans cohérence dans lequel sont rassemblés tous les dossiers sensibles mais sur lesquels le gouvernement ne compte pas faire grand-chose ?

Le Nouvel Obs - Ce que Valls a vraiment proposé aux écolos

Nucléaire, EPR, gaz de schiste, OGM, décentralisation… Voici comment le Premier ministre a tenté de convaincre EELV.

Le Monde - Valls-Montebourg-Hamon : le pacte des ambitieux

C'est l'histoire d'un trio qui ne fait plus qu'un. Depuis mercredi 2 avril, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon sont deux des poids lourds – le premier comme copatron de Bercy, le second à la tête du ministère de l'éducation nationale – du gouvernement d'un troisième, Manuel Valls. S'il peut paraître détonant, vu le parcours de chacun, ce ménage à trois n'est pas une surprise au regard des rapprochements tissés au fil des derniers mois

4 avril

Libé - Le PS est dans un état de «coma profond» pour Emmanuelli

Le député et ex-premier secrétaire du parti appelle à un congrès extraordinaire ou à la démission d'Harlem Désir.

Le député socialiste Henri Emmanuelli a appelé à la tenue d’un congrès extraordinaire du Parti socialiste ou à une démission de son premier secrétaire, Harlem Désir, estimant dans une interview à Mediapart diffusée jeudi que ce parti, «parc à moutons», était plongé dans un état de «coma profond».

L'Humanité - Crise politique et maintenant? On n’a jamais redressé un pays dans l’austérité

Par Christian Paul, député PS de la Nièvre, représentant de la Gauche durable. Le 30 mars, la gauche a subi une des pires déroutes électorales de son histoire sur fond d’abstention massive. Avec la crise politique qui touche droite et gauche, et le poids menaçant de l’extrême droite, quelles réponses apporter à cette coupure profonde avec les Français ? Et pour la gauche, où sont les alternatives ? L’Humanité ouvre d’urgence le débat.

Libé - Ségolène Royal souhaite «remettre à plat» l'écotaxe

La nouvelle ministre de l'Ecologie a indiqué n'être pas favorable à une «écologie punitive» assortie de taxes qui frapperaient ceux qui n'ont pas accès à des transports propres.

Le Figaro - Avec Moscovici à Bruxelles, le PS pourrait perdre la majorité absolue à l'Assemblée

Le député du Doubs serait obligé de remettre en jeu son mandat lors d'une législative partielle risquée pour le PS. En cas de défaite, le Parti radical de gauche deviendrait indispensable au Parti socialiste à l'Assemblée.

Libé - Des députés PS et écolos proposent une loi sur la famille

Après le report de la loi Bertinotti sur la famille, des élus ont déposé une proposition de loi en reprenant le contenu.

Une proposition de loi PS-écologistes concernant «l’autorité parentale et l’intérêt de l’enfant» a été déposée à l’Assemblée nationale, traduction de la promesse de textes spécifiques faite après le report sine die du projet de loi Bertinotti.

Le Point - Lyon : le torchon brûle entre les Verts et l'exécutif

Les membres d'EELV, élus sur les listes PS, ne participeront pas à l'exécutif faute d'avoir trouvé un accord avec le maire de la ville Gérard Collomb.

Les Echos - La France veut négocier le rythme de réduction des déficits, affirme Michel Sapin

Selon Michel Sapin, ministre des Finances et des comptes publics, "le rythme" de réduction du déficit public sera "discuté" à Bruxelles, car il est dans "l'intérêt commun de l'Europe de trouver le bon rythme".

Libé - A la télé, Manuel Valls joue la carte de la loyauté

Pour sa première intervention télévisée en tant que Premier ministre, Manuel Valls a évoqué avec déférence le président Hollande et a insisté sur le besoin de justice dans la société française.

Les Echos - Quand Valls reçoit Pigasse, le banquier qui pourfend l’amateurisme de la « présidence normale »

Le banquier d’affaires et patron de presse Matthieu Pigasse, ancien conseiller de DSK, a été reçu par Manuel Valls jeudi. L’économiste, qui éreinte dans son dernier livre la politique menée par François Hollande, plaide pour des réformes structurelles associées à une relance économique à l’italienne...

Les Echos - Sondage : pas d’état de grâce pour Manuel Valls

Selon le baromètre CSA pour « Les Echos » et Radio Classique, 41% seulement des Français font « confiance » à Manuel Valls pour « résoudre les problèmes ». Un niveau très bas. 47% ne lui font pas confiance.

Le Monde - Védrine torpille les illusions françaises

Pays en état dépressif mais aux atouts substantiels. Puissance moyenne confirmée mais sur le déclin. Economie largement mondialisée mais victime de blocages structurels et psychologiques. Personnalité collective encline à entretenir des illusions, sur elle-même et sur le monde, victime d'un système politico-médiatique narcissique et hostile au changement. Ce diagnostic porté sur la France, sans complaisance mais sans catastrophisme, est signé Hubert Védrine.

Slate, Laurent Bouvet - L'équation Manuel Valls, ou la nouvelle bataille des deux gauches

Par son réformisme en matière économique comme son républicanisme sur le plan des valeurs et de l’ordre, Manuel Valls incarne une synthèse nouvelle de la gauche qui s'oppose terme à terme à celle défendue par Christiane Taubira, EELV ou l'aile gauche du PS. Mais les deux mouvances sont condamnées à s'unir pour accéder au pouvoir.

Huffington Post - Anciens ministres : les pouvoirs sont passés, que vont-ils devenir?

Ministres, ils ne le sont plus. Par choix personnel ou parce que François Hollande et Manuel Valls l'ont décidé, ils sont une petite dizaine -sur 20 membres de l'équipe Ayrault- à ne pas avoir intégré le gouvernement resserré annoncé mercredi matin. Depuis, ils ont passé les pouvoirs aux nouveaux ministres, au cours de cérémonies souvent convenues où ils ont loué leur bilan et adressé leurs encouragements à leur successeur.

3 avril

Le Monde - Royal, Montebourg, Hamon... l'équation risquée de Manuel Valls

Au lendemain de la passation de pouvoir à Matignon entre Jean-Marc Ayrault et le nouveau premier ministre, Manuel Valls, la composition du gouvernement a été annoncée par le secrétaire général de l'Elysée, Pierre-René Lemas, mercredi matin. Seuls les ministres de plein exercice ont été donnés, il faudra attendre la semaine prochaine pour connaître les secrétaires d'Etat.

Le Monde - L'éducation, un « short » ministériel taille XL pour Benoît Hamon

Ces derniers mois, Benoît Hamon s'estimait à l'étroit au ministère délégué à l'économie sociale et solidaire et à la consommation. « Il trouve que Hollande lui a donné un short trop petit dans l'équipe du gouvernement », plaisantait un cadre socialiste. En privé, ce quadra, fan de rugby, hésitait entre trois futurs possibles: soit un «short» ministériel taillé plus grand, soit la tête du PS, soit briguer la présidence de la région Ile-de-France en 2015. Ce sera donc le «short» taille XL.

Le Monde - La revanche de Ségolène Royal

Ségolène Royal, ministre de François Hollande. Comment ne pas sourire ? Comment ne pas penser à tout ce qu'a d'extraordinaire une telle situation ? En entendant Pierre-René Lemas, le secrétaire général de l'Elysée, annoncer mercredi 2 avril que « Madame Ségolène Royal » était nommée « ministre de l'écologie », il était évidemment impossible de rester impassible.

Libé- Cambadélis (PS): Manuel Valls ne sera pas «le droitier de service»

Le député et secrétaire national du PS Jean-Christophe Cambadélis a jugé mardi qu’il existait «une confusion» au sujet de Manuel Valls, qui ne sera pas «le droitier de service» mais a été nommé à Matignon pour «mettre en mouvement la feuille de route de François Hollande».

2 avril

Libé - Valls à Matignon : de nouveaux espaces pour «l'opposition de gauche» ?

Très remontée vis-à-vis du nouveau Premier ministre, la gauche radicale espère rallier les mécontents dans la rue le 12 avril – et pourquoi pas s'entendre avec les écologistes, si ceux-ci quittent l'exécutif

Le Nouvel Obs, Laurent Joffrin - Valls est-il trop à droite ?

Le nouveau Premier ministre, au profil jugé "droitier", correspond à la demande des Français exprimée dans les urnes. Encore faut-il qu'il obtienne des résultats.

Le Nouvel Obs, Renaud Dély - Manuel Valls, l'évidence

Comme souvent, ce n’est pas le président de la République qui choisit le nouveau Premier ministre. C’est la situation politique qui le lui impose.

Le Nouvel Obs - Ces chantiers qui attendent le gouvernement Valls

Economie, chômage, énergie, éducation... Les chantiers qui attendent le nouveau Premier ministre Manuel Valls s'annoncent difficiles.

Le Nouvel Obs - Le non de EELV à Valls : "C’est de la folie !"

"Il y a une fracture énorme entre les parlementaires et les instances dirigeantes du parti", fait savoir François-Michel Lambert, député EELV qui, lui, "veut gouverner". Interview.

Le Huffington Post, Julien Dray - 1977 à l'envers...

Les urnes ont parlé et, comme toujours en pareille circonstance, on aurait tort de se focaliser sur le seul Front National. On a d'ailleurs tort de succomber à la fascination, tort de s'en remettre aux seuls anathèmes et à des discours incantatoires. Le FN obtient des victoires dans plusieurs communes, comme Hayange, Hénin-Beaumont, Fréjus et a soutenu la victoire de Robert Ménard à Béziers... Ce sont des faits, mais il faut savoir les comprendre rationnellement. Au-delà de ces quelques très emblématiques communes, c'est le bleu horizon des listes UMP, UDI, DVD qui a coloré la carte de notre pays et c'est cela la leçon première à tirer de ces élections.

Le Nouvel Obs + - Choisir Valls est une provocation : militant PS, je me trouve désormais dans l'opposition

LE PLUS. François Hollande a fini par trancher. Fragilisé par la claque reçue par le PS lors des élections municipales, le président de la République a choisi de changer de Premier ministre : Jean-Marc Ayrault s'en va et c'est Manuel Valls qui le remplace à Matignon. Une nomination qui est loin de réjouir notre contributeur Roland Greuzat, militant socialiste proche de la gauche du parti.

RTL - Remaniement ministériel : les guerriers de Manuel Valls seront avant tout "hollandais"

DÉCRYPTAGE - Depuis sa nomination, Manuel Valls est est à la manœuvre pour composer son gouvernement, dont les membres seront annoncés mercredi dans la matinée.

Les Echos - Valls aurait proposé aux Verts un grand ministère de l'Ecologie

Pour convaincre les Verts de participer à son gouvernement, Manuel Valls leur aurait proposé un grand ministère de l'Ecologie. Il se serait également engagé sur trois thèmes  : la transition énergétique, la décentralisation et la justice sociale.

Lyon Capitale - Bret engage le bras de fer avec Collomb

Jean-Paul Bret annonce, ce mardi, qu'il veut monter avec les socialistes de Villeurbanne son propre groupe politique. Il se démarque de Gérard Collomb, engageant ainsi un rapport de force. Le maire réélu avec 45% des voix veut récupérer plus de projets et de financements pour sa commune. Pour lui, "la métropole doit être moins polarisée" sur Lyon.

Libé - Seine-Saint-Denis : de la ceinture rouge à la vague bleue

Malgré la conquête de Montreuil et d'Aubervilliers, l'emprise communiste a encore reculé dans le département francilien, principalement au bénéfice de la droite, qui y détient désormais plus de communes que la gauche.

Libé - Les syndicats inquiets face à la feuille de route donnée à Valls

Changement de cap ou continuité ? Mardi, plusieurs syndicats ont fait part de leur perplexité au regard des instructions données par François Hollande à son nouveau Premier ministre.

Rue 89 - Grand Lyon : comment Gérard Collomb peut résister à la vague bleue

Maire de Lyon, ce n’est finalement qu’une étape dans la conquête du pouvoir sur le grand territoire lyonnais. Après l’hécatombe de la gauche qui a vu plusieurs de ses villes basculer à droite dans le Grand Lyon, le socialiste Gérard Collomb va devoir batailler pour conserver la présidence de la communauté urbaine, future Métropole.

Le Nouvel Obs - Ce qu'il faut retenir de l'intervention de Hollande

VIDEO. Manuel Valls est nommé Premier ministre. Le président annonce un pacte de solidarité pour redonner du pouvoir d'achat aux Français.

Le Monde - Hollande nomme Valls à Matignon et promet des baisses d'impôts

Le chef de l'Etat a confirmé lundi 31 mars qu'il avait confié à Manuel Valls la mission de « conduire le gouvernement de la France ». Une triple mission lui incombe, a indiqué le chef de l'Etat lors d'une allocution télévisée diffusée à 20 heures : relancer l'économie, garantir la justice sociale et créer le rassemblement.

1er avril

Libé - Manuel Valls, une ascension depuis l'Intérieur

CHRONO Manuel Valls a été nommé lundi soir Premier ministre, après la démission de Jean-Marc Ayrault. Retour sur ses deux années Place Beauvau

Libé - Presque deux ans de gouvernement Ayrault

BILAN Légalisation du mariage gay, efforts budgétaires dans un contexte économique tendu, chômage record et aussi quelques couacs. Que retenir des gouvernements dirigés par Jean-Marc Ayrault depuis le 15 mai 2012 ?

Le JDD - Hollande s’en remet à Valls pour sauver son quinquennat

ANALYSE - Au terme d’une folle journée émaillée de rumeurs, tensions et même chantage, le chef de l’Etat a fini par trancher en remerciant Jean-Marc Ayrault et nommant Manuel Valls à sa place. Un coup de Poker du Président contraint de tirer les leçons d’une claque monumentale aux municipales. Après vingt-deux mois à l’Elysée, François Hollande joue la suite de son mandat à quitte ou double.

Slate - La nomination de Valls à Matignon va-t-elle faire perdre la majorité absolue au PS?

«Pour gouverner, il faut une majorité nette» à l'Assemblée nationale. Alors encore directeur de la communication du tout fraîchement élu président François Hollande, Manuel Valls appelait le 7 mai 2012 les électeurs à se mobiliser en vue des législatives.

Le JDD - Le remaniement, c'est quand?

François Hollande a confié le soin à Manuel Valls de former un gouvernement « resserré » et « de combat ». Le calendrier du remaniement reste quant à lui inconnu.

Lundi soir, une seule information était certaine quant au remaniement : Manuel Valls remplace Jean-Marc Ayrault à Matignon, à la tête d’un "gouvernement de combat" et "resserré", conformément aux vœux de François Hollande. Combien de ministres composeront cette future équipe, et surtout, quand sa composition sera-t-elle annoncée? Le chef de l’Etat ne l’a pas indiqué.

France Info - Le PS rassuré par le nouveau cap de Hollande

REACTIONS | Le "gouvernement de combat" tel qu'il a été décidé par le chef de l'Etat devra appuyer sur trois leviers : l'économie relancée, la justice sociale renforcée et le pouvoir d'achat privilégié.  Message clair, dit-on au PS. Les Verts laissent planer le doute sur leur présence dans la nouvelle équipe. A l'UMP, Jean-François Copé n'a pas entendu de "changement de cap". Marine Le Pen au FN voit Manuel Valls en "homme dangereux."

France Info - Manuel Valls : l'aile droite de la gauche entre à Matignon

Manuel Valls a été désigné par François Hollande pour succéder à Jean-Marc Ayrault. Le nouveau Premier ministre devrait rapidement prendre ses fonctions et composer son gouvernement. Itinéraire de l'ascension politique, de la faculté de Tolbiac à Matignon, de celui que l'on présente souvent comme le "Sarkozy de gauche"

Europe 1 - Le jour où Matignon a valsé

COULISSES - Jean-Marc Ayrault est remplacé par Manuel Valls à Matignon. Retour sur un lundi peu ordinaire.

Un dernier pied de nez. La nouvelle est tombée un communiqué de Matignon, peu avant 18h ce lundi. Fait inédit, Jean-Marc Ayrault a tenu à annoncer lui-même sa démission et celle de son gouvernement, court-circuitant l'Elysée qui avait prévu de le faire. Et dans un ultime défi, le Premier ministre a fait porter sa lettre de démission par son chef de cabinet sans la présenter directement à François Hollande, comme le veut pourtant l'usage de la Ve République. Quelques minutes plus tard, le nom de Manuel Valls bruissait dans tous les médias avant d'être annoncé officiellement par le président en personne, lors d'une allocution télévisée de quelques minutes, enregistrée à l'Elysée et diffusée lundi à 20h.

Le Nouvel Obs - Manuel Valls, l'évidence

Comme souvent, ce n’est pas le président de la République qui choisit le nouveau Premier ministre. C’est la situation politique qui le lui impose.

Le Monde - Manuel Valls, un ambitieux à Matignon

Ce sera donc Manuel Valls. Après des semaines de spéculations, qui avaient vu la liste des prétendants crédibles pour Matignon se réduire à son nom et à celui de Jean-Marc Ayrault, après plusieurs jours d'un intense rapport de force entre les deux hommes et quelques heures qui ont vu, dans la foulée de la sévère défaite reçue aux municipales, ministres et conseillers friser la crise de nerfs, la nomination de M. Valls au poste de premier ministre a été confirmée, lundi 31 mars.

Les Echos - DIRECT François Hollande s'adressera aux Français ce soir à 20H

+ VIDEOS - La vague bleue des municipales accélère le calendrier du remaniement. Le président de la République s'adressera ce soir à 20H aux Français lors d'une allocution télévisée. Ce lundi matin, le président s'est longuement entretenu avec son Premier ministre et leur déjeuner a ensuite été annulé.

La Croix - Limoges, symbole de la déroute du PS aux municipales

Bastion historique du PS depuis un siècle, la préfecture de Haute-Vienne a été remportée dimanche 30 mars par Emile-Roger Lombertie (UMP). L’une des plus belles victoires de la droite.

Le Monde - Nuit de défaite pour le « socialisme municipal »

Ce sont de grosses larmes, lourdes et chaudes, qui, dimanche soir, ont coulé dans les mairies socialistes de France. Des larmes que, comme la maire défaite de Reims, Adeline Hazan – une femme qui pourtant « ne pleure pas facilement » – l'on a séchées à l'écart, mais pas tout le temps. A Palaiseau (Essonne), Roubaix, Tourcoing (Nord), Toulouse, et dans tant d'autres salles de conseil municipal en France, des milliers de militants épuisés, de personnels administratifs sonnés et bientôt désoeuvrés, mais aussi d'édiles sidérés ont inauguré leur soirée du 30 mars en sanglotant. Un gros chagrin. Les larmes du « socialisme municipal ».

Le Point - Municipales 2014 : changement de cap ou de méthode ? Les socialistes se divisent.

La fronde monte dans les rangs socialistes, où percent les clivages entre partisans d'un coup de barre à gauche et ceux qui dénoncent un "problème de méthode"

Libé - Municipales : "Ce vote est un rejet du pouvoir socialiste"

Pour le politologue Gérard Grunberg, la défaite du PS marque l'usure du socialisme municipal et peut entraîner une crise politique majeure. Interview.

Libé - «La confiance au gouvernement, cela se mérite»

INTERVIEW Des parlementaires PS se réunissent ce soir pour plancher sur une politique alternative. Parmi eux, le le député Christian Paul, sévère sur les deux premières années du quinquennat

Libé - François, remanie-toi d’abord !

Allez, c’est reparti comme en 14 ! Ayrault contre Valls, Valls contre Ayrault. Voilà une bonne guerre, façon naguère, pas vrai ? Avec Hollande en Dieu le père à la ligne Maginot enfoncée, ou plutôt en sous-Kaiser à casque sans pointe, qui va finir par décider qui il mettra dans la tranchée, qui en bandes molletières et qui en tenue bleu horizon.

Le Monde - L'avertissement de l'aile gauche du PS à Hollande

L'aile gauche du Parti socialiste n'a pas tardé à réagir. Dès les résultats du second tour des élections municipales connus, le courant socialiste « Maintenant la gauche » dirigé par le conseiller régional d'Ile-de-France Emmanuel Maurel, la sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienemann et le député de l'Essonne Jérôme Guedj, a envoyé un coup de semonce à François Hollande. Dans une « adresse » au chef de l'Etat rendue publique près après 20 heures et que s'est procurée Le Monde, ils remettent directement en cause la politique économique suivie depuis bientôt deux ans. « Le sursaut, c'est maintenant! », lancent-ils.

La Vie - "La déroute du PS était prévisible"

Laurent Bouvet est professeur de sciences-politiques à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, auteur de Le sens du peuple (Gallimard, 2012). Il décrypte pour nous les résultats des municipales, alors que ceux du deuxième tour viennent de tomber.

31 mars

Les Echos - Majorité : des députés PS envisagent de ne pas voter la confiance au gouvernement

Des députés socialistes se réunissent demain pour réclamer à François Hollande un changement de politique après des municipales mauvaises pour la gauche. Certains menacent de ne pas voter la confiance au gouvernement, issu du remaniement.

Le Figaro - Après les municipales, la révolte gronde au Parti socialiste

Menace sur la majorité de François Hollande. Au lendemain de la défaite historique du PS lors des élections municipales, le chef de l'État se trouve confronté à une fronde au sein de son propre camp pour qu'il engage un changement de politique. Faute de quoi, plusieurs députés socialistes menacent de ne pas voter la confiance lorsque le nouveau gouvernement que compte mettre en place François Hollande se présentera devant l'Assemblée nationale. «Sans réorientation réelle de la politique de la gauche au pouvoir, notre vote de confiance au futur gouvernement n'est pas aujourd'hui acquis», a assuré dès dimanche soir la gauche populaire, mouvement du PS qui compte suffisamment de députés pour pouvoir sérieusement remettre en cause la cohésion de la majorité.

Le Nouvel Obs - Vers un remaniement gouvernemental dès ce lundi ?

A l'heure des résultats des municipales, la question d'un remaniement se pose. François Hollande pourrait être au journal de 20h de TF1 lundi.

Le Figaro - Municipales 2014 : Collomb réélu pour un troisième mandat à Lyon

Gérard Collomb va entamer son troisième mandat à Lyon. Élu pour la première fois en 2001, le sénateur maire PS de la capitale des Gaules, dont les listes ont obtenu 50,65 % des voix au second tour, a remporté dimanche soir six des neuf arrondissements de la ville (IIIe, IVe, Ve, VIIe, VIIIe et IXe), alors que son adversaire UMP, Michel Havard, dont les listes UMP-UDI ont recueilli 34,23 % des suffrages, n'a pas réussi à prendre un seul arrondissement à la gauche, ce qui était la condition sine qua non pour tenter de faire basculer la ville à droite.

Le Nouvel Obs - Municipales : le PS coulé par la vague bleue

VIDEOS. Les appels au sursaut d'entre-deux tours n'auront eu que très peu d'impact. Les basculements annoncés ont eu lieu, touchant jusqu'aux fiefs historiques de gauche.

Le Monde - Municipales : le PS en déroute conserve Paris

Pau, Reims, Saint-Etienne, Limoges, Ajaccio, Roubaix, Belfort basculent à droite. Le FN remporte la mairie à Béziers, Fréjus, Hayange, Beaucaire, Villers-Cotterêts, Le Luc, Le Pontet et Cogolin.

Le Nouvel Obs - Municipales : ce qu'il faut retenir du second tour

VIDEO. Déroute pour la gauche, percée du FN et abstention record : "Le Nouvel Observateur" tire les enseignements du scrutin.

Libé - Municipales : la déroute se confirme pour le PS

Une abstention toujours forte, de nouvelles mairies Front national, de grandes villes perdues par les socialistes : le second tour des élections municipales semble confirmer les tendances du premier.

Une abstention toujours forte, de nouvelles mairies Front national, de grandes villes perdues par le PS : le second tour des élections municipales semble confirmer les tendances du premier. Libération synthétise ici les principaux enseignements du scrutin, et les mettra à jour tout au long de la soirée.

Le Monde - Grenoble : les écolos arrachent la ville au PS 

Eric Piolle, candidat EELV allié au Parti de gauche et à un collectif citoyen, a remporté la mairie, dimanche 30 mars, dans une quadrangulaire avec 40,8 % des voix.

Le Monde - Municipales 2014 : Najat Vallaud-Belkacem reconnaît « l'impatience » des Français

Najat Vallaud-Belkacem a reconnu dimanche sur TF1 la « dimension nationale » des résultats « décevants » de la majorité au second tour des municipales. « Nous entendons le message des électeurs ce soir, a déclaré la porte-parole du gouvernement. Il nous faut plus de clarté, renouer le dialogue sur un certain nombre de points de notre politique. »

02/04/2014

Démission de Jean-Marc Ayrault : "Il y a eu beaucoup de larmes", dit Olivier Faure par rtl.fr


Démission de Jean-Marc Ayrault : "Il y a eu... par rtl-fr

10:00 Publié dans Vidéo | Tags : ayrault, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

Carlos Da Silva et Olivier Faure: le face à face de Ruth Elkrief par BFMTV


Carlos Da Silva et Olivier Faure: le face à... par BFMTV

31/03/2014

Ayrault menacé, Valls en embuscade, Hollande piégé : les coulisses du remaniement par Le Monde.fr


Ayrault menacé, Valls en embuscade, Hollande... par lemondefr

28/03/2014

L'actualité des socialistes du 24 au 30 mars (mise à jour)

Pour cause de fin de campagne la prochaine mise à jour de l'actualité interviendra dimanche soir. En attendant  la fin de semaine sera exclusivement consacrée aux réflexions.

A la une

Le Monde - Municipales : les second tour est-il déjà joué ?

Le premier tour des élections municipales est marqué par un taux d'abstention record, un effondrement des listes socialistes, et une montée des listes d'opposition (UMP et FN). Ces tendances vont-elles se confirmer au second tour ? Peut-il y avoir un changement de tendance à la faveur d'une remobilisation de l'électorat de gauche ?

Slate - Municipales: la défaite du PS va-t-elle dépasser celles de 1983 et 2001?

Le PS a été sanctionné. C'est l'un des points sur lesquels tous les observateurs et spécialistes de la politique française s'accordent après le premier tour des élections municipales. La question qui se pose désormais est: le second tour va-t-il marquer la plus importante défaite de l'histoire du parti lors d'un scrutin municipal?

29 et 30 mars

Arrêt sur Images - Avec Jérôme Safar, le rebelle socialiste de Grenoble

"Et d'abord, depuis quand Mélenchon est écologiste ?"

Attaques. Contre-attaques. En maintenant aux municipales de Grenoble sa liste au second tour – contre l’avis du Parti socialiste qui lui a retiré son investiture, voir notre reportage d'hier – Jérôme Safar entend défendre son programme avec une équipe motivée. Non il n’est pas un homme seul et déçu comme l’affirme la tête de liste Eric Piolle qui rassemble écolos, Parti de gauche et mouvements citoyens. Safar s’affiche en homme libre et attaque le projet du camp adverse. Qui réplique aussi sec.

Arrêt sur Images - Une journée à Grenoble avec les militants d'Eric Piolle

Anticor, Amnesty, RESF : le Vert-surprise qui a tout pour lui

"Comme on dit ici, c’est Grenoble". Entendez : on ne fait rien comme tout le monde. La tournure prise par les municipales ne déroge pas. Dimanche, on a vu la liste qui rassemble les Verts, le Parti de gauche et des mouvements citoyens arriver en tête au premier tour devant la liste des socialistes et des communistes. Une première. Mardi, au terme d’un long suspens, les socialistes décident de se maintenir malgré les consignes inverses de Paris. Une rébellion. Et demain ? Grenoble sera-t-il le théâtre en plein air des prémices de la recomposition à gauche ?

Libé - Hidalgo : «Une campagne, ce n'est pas de l'enfumage permanent»

Sa stratégie, son adversaire, son programme, ses alliances... la candidate socialiste à Paris revient sur sa campagne.

A trois jours du deuxième tour, la candidate socialiste Anne Hidalgo espère faire de Paris le symbole de la résistance face à la poussée de la droite lors de ces municipales. Dans une interview à Libération, elle s’explique sur sa campagne, les résultats du premier tour, son adversaire, son alliance avec les écologistes et la politique nationale.

Le Monde - Deux ans après, sur les traces de François Hollande dans la Moselle délaissée

C'était une magnifique carte postale de campagne. Une « séquence » comme les apprécient les communicants et les animaux politiques en chasse de bulletins. Le 4 mai 2012, deux jours avant le second tour de la présidentielle, Francois Hollande, avait entamé une journée marathon par un déplacement à Hombourg-Haut, ville au cœur du bassin houiller de Moselle. Juché sur un camion, au milieu des petits immeubles délabrés de la cité minière, le candidat socialiste, marqué par le score de Marine Le Pen au premier tour, avait chanté une ode à l'unité nationale. « Nous n'aurons pas besoin de rejeter ceux qui n'auront pas fait le même choix que nous. Nous aurons besoin de cette réconciliation, de ce redressement, de ce rassemblement », avait-il harangué, la voix éraillée.

Libé - La Seine-Saint-Denis à bastons rompues

Duels fratricides à gauche, risques de bascule à droite, le département de Claude Bartolone devrait tanguer dimanche.

Libé - «Loi Florange»: les députés PS n’entendent pas en rester là

Les députés socialistes, assez remontés, cherchaient vendredi comment réintroduire les dispositions censurées de la «loi Florange» sur la reprise de sites rentables, notamment son volet sur les sanctions des dirigeants en l’adaptant, l’un d’eux suggérant même de modifier la Constitution.

Lyon Capitale - Les enjeux du 2nd tour à Lyon

Si l'issue du scrutin à Lyon ne fait plus vraiment de mystère après le 1er tour – Gérard Collomb devrait être réélu maire de Lyon –, le 2nd tour présente de grands enjeux pour Nathalie Perrin-Gilbert (Gram) et Michel Havard (UMP). Le vote de dimanche devrait aussi acter le retour du FN au conseil municipal. Tour d'horizon des points chauds du 2e tour.

Politis - Grenoble : tensions de l’entre-deux-tours 

À Grenoble, l’ex-candidat socialiste Jérôme Safar et l’écologiste Éric Piolle s’affrontent sur fond de rumeurs. Depuis l’annonce, mardi, du maintien du candidat PS Jérôme Safar au second tour, Grenoble est devenu le champ de bataille de candidats à couteaux tirés. Toujours en lice, la candidate Front national Mireille d’Ornano (12,56 %) et le candidat UMP Matthieu Chamussy (20,86 %) alignent les critiques sur les programmes de leurs rivaux.

France Info - Grenoble : les Verts à une marche de la mairie, tensions à gauche

Le premier tour des élections municipales à Grenoble a créé la surprise avec l'arrivée en tête du candidat écologiste Eric Piolle, devant le socialiste de l'équipe municipale sortante Jérôme Safar, l'UMP Matthieu Chamussy et la candidate FN Mirelle D'Ornano. Le second tour donnera lieu à une quadrangulaire après que le candidat socialiste a refusé l'union avec les Verts

Rue 89 - Mais qui est ce socialiste Jérôme Safar qui s’entête à Grenoble ?

Pour la gauche, il y avait au moins une nouvelle rafraîchissante dans l’horreur du premier tour des municipales : à Grenoble (Isère), une nouvelle tête, un candidat inattendu, avait créé la surprise en arrivant en tête, sur une liste Europe écologie-Les Verts-Parti de gauche.

Le Monde - Municipales : Toulouse pourrait symboliser la débâcle socialiste

« Je sais que le match sera serré mais je suis confiant et serein. Il le faut », confie le maire socialiste sortant de Toulouse, Pierre Cohen, à deux jours du second tour des municipales. Sur cette terre où les « rouge et noir » du Stade toulousain sont érigés en demi-dieux, on parle de politique avec les métaphores de l'ovalie.

Le Figaro - La droite lorgne les métropoles de Paris et de Lyon

Dans l'hypothèse d'une «vague bleue» au second tour des municipales, l'opposition peut espérer gagner des communautés d'agglomération.

28 mars

Le Nouvel Obs - Loi "Florange" : Martin fustige "l'attitude politicienne" de l'UMP

La loi censurée par les Sages devrait être remaniée avec des sanctions plus encadrées, prévient de son côté le porte-parole des députés PS.

Le Nouvel Obs - Remaniement : "Dans mon ministère, ça sent la fin"

Mines de déterrés, bureaux mal rangés... Témoignage d'un fonctionnaire, à lire sur Le Plus.

Le Nouvel Obs - Coup de pouce fiscal aux ménages : ce que l'on sait

Après la claque électorale du PS au premier tour des élections municipales, l'idée d'une baisse de la fiscalité des ménages est de plus en plus évoquée.

Le Monde - Remaniement : François Hollande a pris sa décision

Garder ou non Jean-Marc Ayrault comme premier ministre ? François Hollande a choisi. Le président de la République attendra le deuxième tour des élections municipales, dimanche 30 mars, pour finaliser son choix. Mais si la « vague bleue » est aussi importante que l'annoncent les sondeurs, il n'hésitera pas à changer son dispositif.

Hollande reconnaît le vote-sanction. Pour le chef de l'Etat, l'analyse de la situation est faite : le gouvernement a été victime d'un vote sanction, la droite a bénéficié d'une bien plus forte mobilisation que la gauche, le score du Front national a révélé les fragilités du pays, qui vit une multitude de crises. Il faut réagir.

Libé - Edouard Martin : la censure de la loi Florange «rend la politique détestable»

L'ex-leader syndical d'ArcelorMittal déplore la décision du Conseil constitutionnel de censurer la loi «Florange». Et fustige les 108 sénateurs et 80 députés UMP qui l'avaient saisi après l'adoption au Parlement le 24 février.

Libé - L'économie au coeur de la campagne du deuxième tour à Grenoble

Le PS battu dimanche par une liste citoyenne de la gauche et des écologistes accuse son rival d'irresponsabilité en matière d'économie.

L’angle d’attaque est donné. Mardi, lorsqu’il a annoncé son refus de fusionner sa liste avec celle du rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes, Jérôme Safar, arrivé second au premier tour des municipales dimanche derrière le rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes d’Eric Piolle, avait mis en avant des divergences sur notamment le développement économique.

Le Monde - A Rennes, la façade de la gauche unie se fissure

« Libérez Aly ! Prouvez que vous êtes de gauche ! » scandent les manifestants – des étudiants pour la plupart – qui ont envahi la scène de la salle de Cité, au cœur de Rennes, où était supposé se tenir un meeting rassemblant les chefs de file des trois principales listes de gauche en lice lors du premier tour de l'élection municipale. Matthieu Theurier (EELV) et Valérie Faucheux (Front de gauche), étaient venus apporter leur soutien à Nathalie Appéré (PS), arrivée en tête au soir du premier tour. Et malgré les efforts du service d'ordre, quelques dizaines de manifestants ont réussi à gâcher la fête.

Libé - Le chef du gouvernement organise la riposte contre ceux qui jugent son remplacement inéluctable.

La garde meurt mais ne se rend pas. Accablé par les socialistes de tous bords après la débâcle électorale de dimanche, Jean-Marc Ayrault a décidé de passer à la contre-offensive. Aussi rare que brutale.

27 mars

Le Nouvel Obs - Remaniement : ils veulent partir, ils veulent rester, ils veulent entrer

Dans la petite classe de Hollande, il y a les bons élèves, les fayots, les fortes têtes, les redoublants et même quelques bonnets d'âne. Revue de détail.

Le Nouvel Obs - Chômage : un "coup de massue qui tombe mal" pour Hollande

VIDEO. La forte hausse du nombre de demandeurs d'emploi en février intervient au pire moment pour le gouvernement, avant le second tour des municipales. Revue de presse. 

Lyon Info - Yves Fournel pressenti par Collomb à la mairie du 1er

Si la liste d’union PS/EELV remporte la mairie du 1er dimanche prochain, ni Émeline Baume, ni Odile Belinga ne s’assiéront dans le fauteuil du maire. C’est Yves Fournel, l’actuel adjoint à la petite enfance, qui succéderait alors à Nathalie Perrin-Gilbert. L’info, savamment tue jusqu’à présent, a été lâchée par Gilles Buna au cours d’une conférence de presse.

Le Monde - A Montreuil, la guerre des gauches fait rage

A Montreuil, élection rime avec élimination au PS. Après l'éviction du socialiste Razzy Hammadi qui, avec 9,8 % des voix, n'a pu se maintenir au second tour, Dominique Voynet, maire EELV de la ville qui ne se représente pas, rêve de voir Jean-Pierre Brard, son prédecesseur (ex-PCF) arrivé en tête avec 25,54% des voix, mordre la poussière, dimanche 30 mars. L'édile écologiste entend aussi régler ses comptes avec Claude Bartolone, l'ex-patron PS du département, figure tutélaire des socialistes en Seine-Saint-Denis qui, estime-t-elle, n'a rien entrepris pour apaiser le climat politique dans la ville ces dernières années.

Le Nouvel Obs - Remaniement : la question qui fâche les écolos : si c’est Valls, on fait quoi ?

Ce n'est encore qu'une hypothèse, mais la possible nomination du ministre de l'Intérieur à Matignon donne des sueurs aux écolos

Le Figaro - Hollande promet de «tirer une leçon» du scrutin

.... Dans les allées du pouvoir, c'est la fébrilité. Chez les premiers ministrables, les manœuvres ont commencé. Valls, qui a réfléchi à son cabinet, a reçu Le Drian (Défense), Montebourg (Redressement productif) et Duflot (Logement). Cette dernière lui a signifié qu'elle quitterait le gouvernement s'il était nommé à Matignon. «Une question de ligne», argue-t-on dans son entourage. Quant à Le Drian, il joue un rôle de go between entre Hollande et Valls. «Ne te méfie pas de Valls», répète-t-il au président.

Les décodeurs - Face à la défaite, le PS fait dans l'intox

Face à une sévère défaite, il est parfois difficile de se justifier. Après le premier tour des municipales, le PS est confronté à cette épreuve.

Depuis lundi 24 mars, Harlem Désir, David Assouline ou Bertrand Delanoë doivent répondre aux questions de la presse, et s'y emploient, quitte parfois à faire dans la langue de bois, voire l'intox pure et simple.

Le Monde - Le patron des députés PS veut moins d'impôts pour les plus modestes

Bruno le Roux l'affirme : « Nous avons entendu le message » des électeurs. A quatre jours du second tour des élections municipales, le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale promet une inflexion sociale de la politique conduite par François Hollande. « Je veux dire à tous ceux qui, à gauche, ont voulu nous donner un signe, que nous l'avons entendu. La question de la justice doit être au cœur des politiques que nous allons mener et continuer à mener pour redresser notre pays », a-t-il déclaré mercredi dans l'émission « Questions d'info » sur LCP en partenariat avec Le Monde, France Info et l'AFP.

Le Figaro - Duflot à Valls : «Si tu es nommé à Matignon, je m'en vais»

Lors d'un déjeuner, mardi, l'écologiste a assuré au ministre de l'Intérieur qu'elle ne resterait pas dans un gouvernement dont il prendrait la tête. «Une question de ligne», explique-t-on dans l'entourage de la ministre.

Le Point - Boutih (PS) : "En 2012, les comptables ont pris le pouvoir"

Le député de l'Essonne a analysé le vote-sanction de dimanche. Selon lui, les électeurs ont le sentiment que les socialistes "n'ont pas mouillé le maillot".

Le Nouvel Obs - Un remaniement, peut-être un geste fiscal: l'après-municipales se dessine

Un remaniement d'ampleur, avec un possible changement de Premier ministre, et peut-être un geste fiscal en faveur des ménages, sans changement de cap économique: la réponse de François Hollande à la claque des municipales commence à s'esquisser.

Europe 1 - Il y a la gauche qui pleure, et celle qui rit

NON, L'AUTRE GAUCHE ! Au premier tour des municipales, le PS a pris une claque. Ses "alliés", en revanche, s'en sont plutôt bien sortis.

Libé - Jean-Noël Guérini renvoyé en correctionnelle

HISTOIRE Le président du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, en voie d’exclusion du PS, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Marseille pour «détournement de fonds publics» dans une affaire de licenciement abusif.

Libé - Second tour : le désistement républicain divise à gauche

A Brignoles et Perpignan, les candidats arrivés derrière la droite et le FN, se retirent pour contrer l'extrême droite. D'autres se maintiennent.

Ils ont fini par trancher leur dilemme. Se maintenir ou se retirer pour éloigner le risque de voir l’extrême droite conquérir leur ville ? Obéir aux consignes de «désistement républicain» données à l’unisson par le PS, EE-LV, le PG et le PCF ou tenter d’obtenir quelques sièges dans l’opposition au conseil municipal ?

26 mars

Le Monde - Municipales : dans quelles villes la gauche sera-t-elle unie au second tour ?

Après le premier tour des municipales, les tractations en vue du second ont duré jusqu'au dépôt des listes, à 18 heures mardi. A Paris, à Nantes ou à Lyon, les listes socialistes ont fusionné avec les écologistes. A Grenoble, aucun accord n'a été trouvé et à Avignon, une fusion avec le Front de gauche est censée faire barrage au FN.

Le Monde (blog) - A Grenoble, le « choix de la division » des socialistes

Coup de tonnerre à Grenoble. Arrivé en deuxième position dimanche au premier tour des municipales derrière l'écologiste Eric Piolle, le candidat socialiste Jérôme Safar a finalement décidé de se maintenir. Il y aura donc quatre listes qui s'affronteront dimanche : deux à gauche, une de l'UMP et une du FN.

Libé - A Grenoble, les socialistes sourds à l'alliance

Malgré des négociations menées jusqu'à Paris, le socialiste Jérôme Safar a refusé de se ranger derrière la liste Europe Ecologie-Les Verts-Parti de gauche arrivée en tête au premier tour.

Lyon Capitale - Pourquoi les Verts ont rallié Collomb

L'accord est gagnant-gagnant. Les Verts conservent des postes à la Ville comme au Grand Lyon. Gérard Collomb lui se donne les moyens de sortir du jeu Nathalie Perrin-Gilbert dans le 1er et Michel Havard dans le 5e. Se faisant, il en profite pour semer la zizanie dans les rangs écolos.

Libé - A Paris, les discussions PS-Front de gauche s'achèvent sur un échec

Le désaccord a été acté dès la nuit de dimanche à lundi. Au prix d'un net durcissement des relations entre le Parti de gauche et le PCF, allié au PS.

«J’en ai la nausée.» Au siège de campagne de Danielle Simonnet, candidate du Front de gauche à Paris, les militants fulminent. Quarante-huit heures après le premier tour du scrutin municipal, c’est acquis : aucun accord ne sera trouvé avec la candidate socialiste Anne Hidalgo. Dans ces conditions, il sera difficile pour leur camp d’être représenté au conseil de Paris – comme il l’était jusqu’à présent, avec deux élus ex-PS ayant rejoint le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon en 2008.

Le Monde - Baylet « désavoue totalement l'accord avec Gaudin » et étrille Mennucci

Le président du Parti radical de gauche (PRG), Jean-Michel Baylet a vivement réagi, mardi 25 mars, à l'annonce faite un peu plus tôt du ralliement-surprise de la candidate PRG Lisette Narducci, fortement soutenue par le président du Conseil général Jean-Noël Guérini, aux listes UMP de Jean-Claude Gaudin.

Le Monde - Municipales : premiers règlements de compte au PS

Au PS, l'heure est aux règlements de compte après les résultats du premier tour de l'élection municipale. Delphine Batho, députée PS des Deux-Sèvres et ex-ministre de l'écologie, débarquée au mois de juillet pour avoir critiqué son budget, est l'une des premières à dégainer dans le Parisien.

Le Monde - Municipales : le point sur les alliances et les désaccords

Après le premier tour des municipales, place à la préparation du second. Les tractations ont commencé dès lundi matin pour négocier des accords et présenter des listes reconfigurées avant mardi 25 mars à 18 heures. Plusieurs cas se présentent avec des objectifs différents. Des fusions simples entre listes sont en cours de négociation, et des retraits de liste sont à attendre. Le porte-parole du PS, David Assouline, a notamment précisé que « les listes qui ne se retireraient pas en cas de menace FN n'auront pas l'investiture du PS » pour le second tour, sans plus de précisions.

25 mars

Le Monde - A Montreuil, un accord Front de gauche-EELV-PS contre Brard

La guerre des gauches continue à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Cinq listes s'affrontaient au premier tour (sept en comptant l'extrême gauche), elles seront trois au second. Patrice Bessac, candidat du Front de Gauche qui a recueilli 18,81% des voix, dimanche 23 mars, conduira une liste avec Ibrahim Dufriche-Soilihi (EELV) qui a obtenu 15,25% des suffrages. Le PS s'est rallié à l'accord après que son candidat, Razzy Hammadi, n'a pu accéder au second tour puisqu'il n'a obtenu que 9,8% des suffrages.

Le Monde - Municipales : pas d'accord PS-PG à Toulouse

Malgré la menace pour la gauche de perdre Toulouse – durement acquise en 2008 avec seulement 1 209 voix d'avance, après plus de trente-sept ans de mandature de centre-droit –, Jean-Christophe Sellin, le candidat du Parti de gauche, a annoncé mardi en fin de matinée qu'il ne donnerait pas de consigne de vote pour le second tour. En cause : le refus du maire sortant Pierre Cohen (PS) de trouver un accord de fusion avec sa liste.

Le Monde - Municipales : pas d'accord entre le PS et les Verts à Grenoble

Le candidat PS à la mairie de Grenoble, Jérôme Safar, arrivé deuxième avec 25,31 % des voix derrière celui d'EELV et du Parti de gauche, Eric Piolle (29,41 %), a annoncé qu'il se maintenait au second tour pour « gagner », refusant de fusionner les listes.

Le Monde - Municipales : quadrangulaire au second tour à Montpellier

« Nous ne ferons d'accord avec personne, nous irons tout droit jusqu'à la victoire, sans soumission, sans concession, hasta la victoria ! » Mardi 25 mars, à quelques heures du dépôt des listes pour le second tour, le candidat dissident socialiste, Philippe Saurel, arrivé deuxième au premier tour a mis fin au suspens.

Le Huffington Post - Municipales: un remaniement gouvernemental attendu après le second tour

En mars 2008, Nicolas Sarkozy avait laissé passer deux jours après le second tour pour remanier à la marge son gouvernement. Six nouveaux entrants, peu de départs... Moins d'un an après la présidentielle, la droite encaissait à l'époque un premier désaveu lors des élections municipales, qui avaient vu Toulouse et Strasbourg basculer dans l'escarcelle d'un Parti socialiste revigoré

Les Echos - Municipales : au PS, le front de soutien à Jean-Marc Ayrault se fissure

Au gouvernement, on élude la question de l’éventuel départ du Premier ministre dans les semaines à venir. D’autres, au Parti socialiste, n’hésitent pas à affirmer que le départ de Jean-Marc Ayrault est inéluctable.

Le Nouvel Obs - Hollande : et s'il s’auto-remaniait ?

Le président doit se jeter dans la fosse aux lions du jeu médiatique, fendre l’armure, en finir avec sa sempiternelle stratégie de l’esquive.

Libé - Municipales : comment le PS a fait fuir les électeurs

Quelle est la véritable progression du FN ? Quelles sont les villes les plus abstentionnistes ? La droite a-t-elle gagné ? «Libération» décrypte les votes.

Rue 89 - Message à Hollande : le changement, c’est maintenant

Fort taux d’abstention, bons scores du Front national, débâcle du PS à Marseille... Le message envoyé par les Français lors de ce premier tour des municipales est clair : le gouvernement fait fausse route.

Le Progrès - Lyon: la liste Collomb fusionne avec EELV face à la «percée du FN» 

La liste du maire PS de Lyon Gérard Collomb, en ballottage pour le second tour avec 35,76% des suffrages, a fusionné lundi avec celle d’EELV (8,90%) pour le second tour, notamment en raison de la percée du Front national, a annoncé son entourage.

 
Après le premier tour des municipales, place à la préparation du second. Les tractations ont commencé dès lundi matin pour négocier des accords et présenter des listes reconfigurées avant mardi 25 mars à 18 heures. Plusieurs cas se présentent avec des objectifs différents. Des fusions simples entre listes sont en cours de négociation, et des retraits de liste sont à attendre. Le porte-parole du PS, David Assouline, a notamment précisé que « les listes qui ne se retireraient pas en cas de menace FN n'auront pas l'investiture du PS » pour le second tour, sans plus de précisions.

Le Monde - Municipales : les listes de gauche fusionnent à Avignon

Au terme d'une longue négociation, le PS et le Front de gauche sont parvenus, mardi 25 mars en fin de matinée, à un accord de fusion de leurs listes à Avignon pour le second tour des municipales. La nouvelle liste de gauche qui en est issue, et qui sera officiellement déposée dans l'après-midi, affrontera au second tour dans une triangulaire la liste du Rassemblement bleu Marine conduite par Philippe Lottiaux, arrivée en tête le 23 mars avec 29,63 % des suffrages exprimés – soit 27 voix d'avance sur la liste conduite par la socialiste Cécile Helle (29,54 %) –, ainsi que la liste conduite par l'UMP Bernard Chaussegros (20,91 %). Le Front de gauche, dont la liste dirigée par le communiste André Castelli avait obtenu 12,46 % au premier tour, était en capacité de se maintenir.

Le Monde- A Toulouse, le PS et EELV fusionnent pour faire barrage à la droite

En ce lendemain de premier tour, lundi 24 mars, le maire sortant de Toulouse, Pierre Cohen (PS), a affiché la sérénité et la détermination de ceux qui ont repris les choses en mains après avoir subi un revers douloureux. Hier soir encore, il encaissait le choc des six points d'avance de son challenger UMP Jean-Luc Moudenc – qui a totalisé 38,2 % des suffrages –, quand il s'attendait à être devancé de deux à trois points « maximum ».

Le Monde - Béziers : le candidat PS veut se maintenir face à Robert Ménard

A l'issue d'une réunion organisée lundi 24 mars avec une centaine de militants socialistes de Béziers, le candidat du parti Jean-Michel du Plaa, arrivé troisième dimanche au premier tour, a laissé clairement entendre qu'il maintiendrait sa candidature au second tour. Et ce malgré le risque de voir Robert Ménard, soutenu par le FN, l'emporter dimanche prochain dans cette ville de 70 000 habitants.

Le Monde - Face au FN, un front républicain s'ébauche à Fréjus

A Fréjus, d'âpres négociations sont en cours pour opposer un front républicain au candidat du FN, David Rachline, arrivé largement en tête (40,3 %) au premier tour des élections municipales. Ces discussions, confirmées au Monde par le maire sortant, Elie Brun (droite), visent à éviter une potentielle quadrangulaire en fusionnant la liste de ce dernier, arrivé 3e du scrutin avec 17,6 % des voix, et celle du candidat investi par l'UMP, Philippe Mougin, en deuxième place avec 18,8 %.

Libé - Grenoble se donne aux Verts par surprise

La liste conduite par Eric Piolle est arrivée en tête devant le PS et l'UMP.

Grenoble, laboratoire de la gauche non socialiste ? Eric Piolle, candidat EE-LV à la tête d’une liste d’alliance comprenant notamment le Parti de gauche, est arrivé en tête au premier tour des municipales ce dimanche, devant le socialiste Jérôme Safar, dauphin désigné du maire sortant Michel Destot, et l’UMP Matthieu Chamussy. Il a recueilli 29,41% des voix contre 25,31% pour Safar et 20,86% pour Chamussy. Avec 12,56% des voix, le FN peut se maintenir au second tour.

20 minutes - Grenoble: Pourquoi les Verts sont-ils numéro 1?

Jérôme Safar a vécu une sale soirée dimanche soir. Annoncé vainqueur dans les sondages, le candidat socialiste a été devancé de quatre points par son concurrent écologiste Eric Piolle. Le politologue Simon Labouret analyse ce retournement de situation pour 20Minutes…

Libé - A Grenoble, PS et Verts vont-ils enterrer la hache de guerre ?

La liste conduite par le candidat EE-LV Eric Piolle est arrivée devant celle du socialiste Jérôme Safar, dauphin de Michel Destot, le maire sortant. Des discussions pour faire liste commune au second tour sont en cours.

Rue 89 Lyon - Lyon 2014 : FN renforcé, gauche divisée, Gérard Collomb joue serré pour garder Lyon

Il est en tête dans six arrondissements sur neuf mais n’en remporte aucun au 1er tour. Pas le grand chelem rêvé. Gérard Collomb fait toutefois un bon score, dans une France où les socialistes n’ont pas eu la cote. Pour le second tour, il doit composer avec un Front national pour la première fois aussi important (soit 12,19% des voix), et surtout avec sa gauche est divisée. Jouera-t-il la carte du rassembleur ?

Lyon Capitale - Accord imminent entre les écolos et Collomb à Lyon

"Vous en saurez plus vers 15 heures. Les négociations avancent assez vite", nous a confié un socialiste qui participe aux discussions entre Gérard Collomb et les écologistes. Depuis dimanche soir tard dans la nuit, les deux listes de gauche ont entamé des tractations. Initialement, les représentants d'Europe-Écologie-Les Verts demandaient 20 conseillers d'arrondissements ainsi qu'une mairie d'arrondissement : le 1er pour Émeline Baume ou le 7e. Gérard Collomb les aurait ramener à plus de modestie.

Lyon Capitale - Pas d'accord PS/Front de Gauche à Lyon

Le maire, Gérard Collomb, ne signera pas un accord de second tour avec les listes Gram/Front de Gauche à Lyon. Le Front de Gauche a refusé de signer un accord sur seulement 8 arrondissements et s'est montré solidaire de Nathalie Perrin-Gilbert que Gérard Collomb voulait maintenir hors de l'accord.

Libé - Pour Hollande, la claque

Elu en voulant «apaiser» le pays, le Président assiste à une poussée historique du FN. Un désaveu.

C’est bien un scénario noir pour François Hollande qui est sorti des urnes de ce premier tour des municipales. La France a voté, et c’est une France en crise qui a voulu infliger un désaveu au gouvernement, à la gauche et à la politique en général.

Le Monde - Une abstention-sanction pour le Parti socialiste

Le PS en avait fait son espoir principal, celui qui était à même de masquer une éventuelle perte massive de villes moyennes. Sauf qu'à Marseille, rien ne s'est passé comme prévu au premier tour pour les socialistes. Selon nos premières estimations, Patrick Mennucci n'arrive qu'en troisième position avec 21,2%, derrière le maire sortant UMP Jean-Claude Gaudin (36,5%) et le candidat du FN Stéphane Ravier (22,5%). Une claque totalement inattendue pour le socialiste, qui pourrait notamment s'expliquer par les mauvais résultats de ses co-listiers Marie-Arlette Carlotti et Christophe Masse dans les 3e et 6e secteurs

24 mars

Le Monde - Un vote-sanction contre la politique de Hollande ?

Le Parti socialiste est en net recul lors de ce premier tour des élections municipales. S'agit-il d'un vote-sanction contre la politique du gouvernement ? Le « front républicain » sera-t-il la réponse de l'exécutif ? Les explications de David Revault-d'Allonnes, journaliste au service politique du Monde

Le Monde - Valls : le message de l'abstention, "tous les responsables politiques doivent l'entendre"

Le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, a estimé dans la nuit de dimanche à lundi que « tous les responsables politiques » devaient entendre le message de l'abstention « trop élevée » au premier tour des élections municipales.

Le Monde - A Lyon, Gérard Collomb (PS) résiste à la « vague bleue »

Le maire socialiste de Lyon, Gérard Collomb, est en ballottage favorable, dimanche 23 mars, au soir du premier tour des élections municipales, dont il est sorti en tête avec 35,76 % des voix, devançant de 5 points son adversaire UMP, Michel Havard.

Le Monde - A Grenoble, le candidat écologiste crée la surprise

C'est un petit tremblement de terre politique qui vient de se produire à Grenoble. Après dix-neuf ans de domination socialiste, les écologistes sont en passe de s'emparer de la mairie. Arrivé en tête du premier tour dimanche 23 mars, Eric Piolle obtient 29,41 % des voix devant le socialiste Jérôme Safar (25,31 %) et l'UMP Matthieu Chamussy (20,86 %). Avec 12,56 % des voix, le FN parvient aussi à se qualifier.

Le Monde - A Lille, le Front national et la colère de Martine Aubry

Sans surprise à Lille, la maire sortante socialiste Martine Aubry est arrivée en tête avec 34,86 %, soit douze points de moins qu'en 2008. Mais pour la première fois, le PC est parti seul au premier tour avec la liste Front de gauche qui décroche 6,17 % des suffrages.

Le Monde - Roubaix : abstention record et gauche affaiblie au premier tour des municipales

Avec dix listes pour ce premier tour des municipales, la ville la plus pauvre de France se distingue par un taux d'abstention record : 61,58 % des électeurs roubaisiens ne se sont pas déplacés (contre 60,48 % en 2008).

Le Monde - Municipales : Ries, au coude à coude avec Keller à Strasbourg

Peu après 17 heures, dimanche 23 mars, un premier chiffre est venu inquiéter Roland Ries. Avec une participation près de six points inférieure à 2008, le maire de Strasbourg et son entourage se sont dit que cette soirée d’'élection municipale n'’allait pas être fameuse. La bataille, face à l’'UMP Fabienne Keller, était annoncée très serré par les sondages.

Le Monde - Municipales : situation très compliquée pour le PS à Montpellier

A Montpellier, les résultats quasi définitifs tombés vers 22 heures dans la soirée de ce dimanche 23 mars ne permettent toujours pas d'y voir plus clair. Comme le prévoyaient les estimations, le candidat investi par le Parti socialiste, Jean-Pierre Moure, arriverait bien en tête avec 25,2 % des suffrages, devant le candidat socialiste dissident, Philippe Saurel, et l'UMP Jacques Domergue, qui se disputent âprement la place de deuxième, entre 22,9 % pour le premier et 22,5 % pour le second.

Les Echos - Les Français se sont décidés sur des enjeux locaux, mais 27 % ont voulu sanctionner Hollande

Selon un sondage ­OpinionWay pour « Le Figaro », les enjeux locaux ont primé auprès d’électeurs par ailleurs peu intéressés par la campagne des municipales.

Le Nouvel Obs - Claque, plébiscite ou ballotage : quid des ministres candidats ?

La liste de Fabius l'a largement emporté a Grand-Quevilly. Frédéric Cuvillier, qui l'avait emporté dès le premier tour au dernier scrutin, est mis en ballotage. Marie-Arlette Carlotti est défaite à Marseille.

Libé - Le Parti socialiste à la peine

Le Front national est en tête dans plusieurs villes comme Hénin-Beaumont ou Perpignan. Marine Le Pen parle d'un «cru exceptionnel».

Abstention en hausse, forte poussée du Front national, réélection de plusieurs personnalités dès le premier tour : les élections municipales livrent leurs premiers enseignements, les opérations de dépouillement étant achevées dans de nombreuses communes. Libération synthétise ici les principales informations sur le scrutin – et les actualisera au fil de la soirée.

23/03/2014

Jean-Marc Ayrault appelle à faire barrage au Front national Le Monde.fr


Jean-Marc Ayrault appelle à faire barrage au... par lemondefr

22:45 Publié dans Vidéo | Tags : ayrault, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

21/03/2014

L'actualité des socialistes du 17 au 23 mars (mise à jour)

Dernière mise à jour jusqu'à dimanche soir pour cause de fin de campagne électorale. Une fin de semaine exclusivement consacrée aux réflexions.

A la une

Rue 89 - « De la difficulté d’être normal… » : Christiane Taubira répond à Nicolas Sarkozy

Et voilà que la France, cette vieille République qui a érigé l’égalité en passion nationale, a inventé pour y parvenir la fiction du citoyen sans origine, ni « race », ni religion. Et afin que nul ne l’ignore, elle l’a inscrit à l’article premier de sa Loi fondamentale, la Constitution.

Le Monde - François Hollande répond à la tribune de Nicolas Sarkozy

François Hollande a affirmé à Bruxelles que "toute comparaison avec des dictatures (était) forcément insupportable", en réponse à la tribune de Nicolas Sarkozy comparant les écoutes le visant aux méthodes de la Stasi.

21 mars

Challenges - L'exécutif français suspendu aux résultats des municipales

"Confiants mais prudents" : telle est la formule consacrée dans l'entourage du Premier ministre à quelques jours des élections municipales, premier test depuis le début d'un quinquennat de François Hollande entamé dans la douleur. Malgré leurs faibles cotes de popularité, chef de l'Etat et chef du gouvernement espèrent que les dégâts resteront limités pour les socialistes dans un scrutin aux enjeux locaux par définition

Libé - Municipales : la gauche a des rêves de Bourges

Après trois mandats, le maire sortant UDI, Serge Lepeltier, ne se représente pas. Du coup, la droite se divise et la gauche espère en profiter.

Dans la capitale berrichonne, la gauche se met à y croire. Après trois mandats consécutifs, Serge Lepeltier (UDI), maire de Bourges, jette l’éponge. Si la décision de cet ancien ministre de Jean-Pierre Raffarin, passé par le RPR et l’UMP, n’est pas une surprise, elle a tout de même fait imploser la droite locale, aucun des potentiels successeurs n’acceptant de céder la place de leader.

Europe 1 - Les municipales peuvent-elles faire basculer le Sénat ?

UN SCRUTIN EN CACHE UN AUTRE - En désignant les conseillers municipaux, les municipales vont indirectement impacter le Sénat. À quel point ?

Le Monde - Harlem Désir demande à Nicolas Sarkozy de «s'expliquer devant les français»

L'affaire des écoutes judiciaires de Nicolas Sarkozy marque les derniers jours de la campagne des élections municipales. Invité mercredi de l'émission Questions d'info sur LCP en partenariat avec Le Monde, France info et l'AFP, Harlem Désir s'est montré très offensif. Il demande à l'ancien président de la République de s'expliquer devant les Français.

20 mars

Libé - Scandale

S’il y avait encore un doute, il vient d’être levé. Les écoutes judiciaires mises en place à l’encontre de Nicolas Sarkozy font désormais apparaître tous les éléments d’un scandale d’Etat que la droite elle-même ne pourra pas nier. Les révélations de Mediapart sur le contenu des enregistrements récupérés par les juges justifient pleinement l’enquête ouverte pour trafic d’influence et violation du secret de l’instruction.

Le blog de Françoise Fressoz - Municipales J – 4 : l’impossible job d’Harlem Désir

Dur métier que celui de premier secrétaire du PS. Harlem Désir incarne le national, il est celui que les maires socialistes n'ont pas envie de voir. Il en est conscient, ne s'impose pas, mise sur les petites villes  plutôt que sur les grands meetings. Profil bas !

Libé - Ecoutes : Vallaud-Belkacem pointe la «gravité des soupçons»

Le contenu des écoutes de conversations entre Nicolas Sarkozy et son avocat, révélé par Mediapart, suscite de nombreuses réactions indignées à gauche, tandis que la droite insiste sur la présomption d'innocence.

Libé -Manuel Valls appelle à la «lucidité» face à l’antisémitisme

Le ministre de l'Intérieur s'exprimait lors d'un rassemblement à Paris, deux ans après la tuerie de Toulouse.

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a appelé mercredi à «être lucide», à «réfléchir» et à «résister» face à l’antisémitisme, lors d’un rassemblement organisé à Paris deux ans après la tuerie de Toulouse.

 

Le Figaro - Montebourg et le remaniement : «J'attends de savoir qui est le premier ministre»

LE SCAN - Cité dans une enquête du journal Le Monde, le ministre du Redressement productif conditionne sa présence au gouvernement au choix du locataire de Matignon.

En vue d'un éventuel remaniement au lendemain des municipales, Arnaud Montebourg pose ses conditions. Selon les journaliste du Monde, il affirmerait en privé: «Je ne suis pas éternellement candidat à être dans un gouvernement. J'attends de savoir qui est le premier ministre, après on verra».

19 mars

Le blog de Françoise Fressoz - J – 6 Municipales : un scrutin très national

Tous les sondages l'indiquent : les municipales dont le premier tour a lieu dimanche 23 mars sont d'abord des élections locales. Une enquête LH2 réalisée pour la presse régionale et France bleue et dont les résultats ont été publiés le 14 mars fournit des chiffres éloquents : interrogés sur le critère déterminant de leur vote, 70 % des sondés répondent qu'il s'agit « du bilan de leur maire et de l'équipe municipale » et 69 % précisent qu'ils voteront « en fonction d'enjeux locaux en priorité ».

Les Décodeurs - Les approximations du PS sur le bilan du gouvernement

Fin février, le Parti socialiste diffusait sur Internet un tract vantant les 18 mois d'action du gouvernement, tant du point de vue du « progrès social » que du « redressement de la France ». Les Décodeurs ont passé au crible ce document, qui révèle un certain nombre d'imprécisions, ainsi que quelques erreurs factuelles. Pour les découvrir, passez votre curseur sur les pictogrammes qui s'affichent sur le document.

Le Figaro - Municipales : Bruno Le Roux ne croit pas à «une raclée» pour la gauche

Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale vante la «capacité de travail» et la «loyauté vis-à-vis du chef de l'État» de Jean-Marc Ayrault.

Le patron des députés socialistes ne ressent «pas d'agressivité» dans la campagne des municipales. «Il y a une espèce de suspension dans cette campagne, qui est plutôt agréable à vivre même si je suis plutôt dans le flou sur la mobilisation», explique Bruno Le Roux, candidat en troisième position sur la liste socialiste à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) contre la maire sortante Front de gauche Jacqueline Rouillon.

Les Echos - Bernard Cazeneuve, l’homme qui cherchait 50 milliards

Ce fabiusien discret qui s’était ­abstenu de choisir lors de la primaire socialiste est devenu un homme clef pour François Hollande. Armé d’un humour redoutable, le ministre ­délégué au Budget mène une mission périlleuse : ­mettre en œuvre la rigueur.

Le Monde - A Paris, vingt élections pour un seul maire

Si la gauche, en particulier à Paris, commence à se faire un sang d'encre en se demandant si l'abstention de ses électeurs ne va pas peser plus qu'attendu sur les municipales des 23 et 30 mars, tous les voyants sont cependant au vert depuis le début de la campagne pour le PS dans la capitale. Le mode de scrutin l'avantage et aucun sondage n'est venu sonner l'alerte. Rappel des données électorales et d'opinion à moins d'une semaine du premier tour.

Lyon Capitale - Belinga, soutenue par Collomb, mène ses troupes dans le 1er

Odile Belinga, candidate issue de la société civile, a profité de la venue de Gérard Collomb pour descendre les pentes de la Croix-Rousse en sa compagnie et dynamiser un peu sa campagne dans le 1er arrondissement.

Libé - Le bilan de Hollande vu et déformé par les infographistes de l'UMP

DÉSINTOX L'UMP dégaine une série de quatre chiffres accablants... Le jeu consiste à trouver celui qui est vrai. Pas simple.

INTOX. A quelques jours du premier tour des municipales, l’UMP dégaine un nouvel argumentaire viral sous la forme d’une infographie censée dresser le bilan de l’action de François Hollande, et convaincre les électeurs de se servir des scrutins du 23 et du 30 mars pour «dire stop» au Président.

18 mars

Le Monde - Circulation alternée : les dessous d'un arbitrage politique

A une semaine du premier tour des élections municipales, le risque était sans doute trop grand de ne pas agir. Le gouvernement s'est résolu, samedi 15 mars, après cinq jours consécutifs d'une pollution aux particules particulièrement sévère, à mettre en place, lundi, la circulation alternée à Paris et dans les 22 communes de sa petite couronne. L'exécutif a beaucoup hésité, redoutant l'impopularité de la mesure.

Libé - Municipales : le PS dénonce le «pic de pollution du débat public» à droite

Le Parti socialiste appelle à «respecter le moment démocratique» des municipales et à la mobilisation dans les urnes.

Le PS a dénoncé lundi «le pic de pollution du débat public» atteint ces deux dernières semaines par «les affaires et les coups tordus de la droite», lançant un appel à la «mobilisation» pour que les citoyens se rendent «massivement» aux urnes lors des municipales.

Libé - A Lyon, Gérard Collomb à peine en campagne

A quelques jours du premier tour, le maire sortant mène une campagne d'une rare discrétion.

Pour la dernière semaine avant le premier tour des municipales, Gérard Collomb, le sénateur-maire de Lyon, candidat à sa réélection, n’a pas franchement le pied au plancher. Selon l’agence chargée de sa communication, il doit participer à «deux débats» organisés par France 3 et le Progrès. Quelques interviews sont également prévues.

INFO OBS. Sarkozy écouté : le cabinet de Taubira savait. Pas la ministre

"Je ne savais pas", a juré la ministre. Le pis, c’est que c’est vrai ! Sa directrice de cabinet était au courant mais n’a fait suivre l’information qu’à Matignon. Histoire d’un amateurisme coupable.

Le Monde - Ecoutes de Sarkozy : Taubira n'aurait pas été avertie par sa directrice de cabinet

Christiane Taubira avait affirmé, le 10 mars sur TF1, ne pas avoir été informée de la mise sur écoute de Nicolas Sarkozy et en avoir découvert l'existence dans les colonnes du Monde, trois jours avant. Le Nouvel Observateur affirme, lundi 17 mars, que sa directrice de cabinet, informée depuis le 26 février, n'a, en réalité, pas fait remonter l'information à sa ministre, mais seulement au cabinet du premier ministre.

Le Point - Baromètre Ipsos : sale temps pour Taubira !

Outre la garde des Sceaux, Duflot, Sarkozy, Copé et Valls chutent. C'est le mois de la fessée dans notre baromètre Ipsos. Ça sent le ras-le-bol !

Les décodeurs - Bus diesel : l'amnésie sélective d'Anne Hidalgo

Sur fond de pic de polution et de circulation alternée, Anne Hidalgo s'en est pris ce week-end à… un écologiste. La candidate PS a accusé, lors d'un point presse, le vice-président du Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF), Pierre Serne (Europe-Ecologie), d'avoir validé une commande de bus Diesel fin 2013.

Le Monde - François Hollande se veut le garant d'une justice « incontestable »

A la fin d'une semaine marquée par la polémique entre l'opposition et Christiane Taubira, François Hollande s'est exprimé pour la première fois publiquement, samedi 15 mars, sur l'affaire des écoutes visant Nicolas Sarkozy. « La justice passera et je dois faire en sorte qu'elle puisse être incontestable, parce qu'elle ne peut pas être contestée », a déclaré le chef de l'Etat au côté de Matteo Renzi, le nouveau président du conseil italien, lors d'un point de presse commun à l'Elysée.

17 mars

Le Temps.ch - L’autorité de Hollande, un enjeu derrière la bataille pour Paris

Les prochaines élections municipales en France s’annoncent difficiles pour la majorité socialiste. Le PS compte sur sa victoire à Paris pour atténuer les conséquences d’une défaite nationale. Cette victoire est-elle acquise, comme les sondages le suggèrent, interroge le journaliste Jean Bothorel

Le Nouvel Obs - Municipales: à Marseille, l'élection se joue dans 2 ou 3 secteurs

A Marseille, l'élection municipale pourrait se jouer à quelques centaines de voix dans deux ou trois secteurs sur les huit que compte la ville, notamment le 3e où la ministre Marie-Arlette Carlotti (PS) affronte le sortant Bruno Gilles (UMP) et le 6e où un candidat de droite dissident pourrait faire la différence.

BFM TV - Pascal Lamy: "ministre de l'Economie, c'est pas mon trip"

Invité de BFM Politique dimanche soir, l'ancien directeur de l'OMC a expliqué ne pas être intéressé par un éventuel poste au gouvernement.

Marianne - Yamina Benguigui, soutenue par personne

Malgré les allégations de son « entourage », la ministre de la Francophonie n’est soutenue ni par François Hollande, ni par Jean-Marc Ayrault ni par Anne Hidalgo. Ses explications sont jugées insuffisantes.

Front républicain : "Ayrault se donne le beau rôle"


Front républicain : "Ayrault se donne le beau... par rtl-fr

20:00 Publié dans Vidéo | Tags : ayrault, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent