Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Réflexions - Page 214

  • Rue 89 - Benjamin Coriat, économiste atterré : « Mittal s’en est bien tiré »

    Déçu par l’abandon de l’idée d’une nationalisation, Benjamin Coriat reproche au gouvernement de céder à « toutes les demandes des lobbys patronaux ».

    Il n’y aura pas de nationalisation temporaire du site sidérurgique de Florange. L’annonce de Jean-Marc Ayrault vendredi a cassé le projet d’Arnaud Montebourg. Une nouvelle couleuvre pour le ministre du Redressement productif. A tel point qu’il était légitime de se demander s’il n’allait pas démissionner.

    Lire la suite
    _________________________________________________________________________________
    _________________________________________________________________________________

  • La Vie des Idées : Les nouveaux espaces de la bourgeoisie

    La bourgeoisie actuelle ne se définit pas seulement par l’exclusion des groupes dominés, mais par des processus d’inclusion visibles (valorisation de la diversité sociale, revendication de la tolérance). En montrant qu’il y a là plus qu’une simple reproduction des rapports sociaux, l’enquête de Sylvie Tissot à Boston met en évidence les enjeux des recompositions des classes dominantes.

    Recensé : Sylvie Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’Agir, 2011. 313 p., 20 €.

    Le South End de Boston connaît depuis la fin des années 1960, comme de nombreux quartiers centraux des grandes agglomérations nord-américaines et européennes, un processus de gentrification, c’est-à-dire une transformation sociale, économique et symbolique découlant de l’afflux de ménages appartenant aux classes moyennes et supérieures dans un quartier initialement populaire. Ce processus, étroitement lié aux transformations des valeurs des classes moyennes depuis l’ébranlement idéologique des années 1960, donne lieu à des situations de coprésence entre des groupes sociaux aux habitus, aux intérêts et aux ressources profondément divergents, régulées et prises en charge par les nouveaux habitants à travers leur goût progressiste pour la mixité sociale - « diversity » en anglais. Après avoir montré comment et sous quelle forme la « mixité sociale » était devenue un mot d’ordre des politiques de la ville en France [1], Sylvie Tissot continue à explorer cette catégorie.

    Lire la suite
    __________________________________________________________________________________
    __________________________________________________________________________________

  • Public Sénat - Le Débat,Quelle médecine pour les territoires ?


    LE DEBAT,Quelle médecine pour les territoires ? par publicsenat

  • La Vie des Idées : Le suspens du sens, Entretien avec Jean Starobinski

    Créer de la relation : telle est, depuis plus d’un demi-siècle, l’ambition de l’œuvre de Jean Starobinski. Œuvre généreuse et mouvante, construite à l’écoute de la vie, entre critique et clinique. La Vie des idées a rencontré ce citoyen du monde chez lui, à Genève, à l’occasion de la parution de trois ouvrages importants.

    Malgré la stature qu’il a acquise au long d’un demi-siècle d’activité intellectuelle, Jean Starobinski n’apparaît pas souvent à l’écran. Écrivain, professeur, Président des Rencontres Internationales de Genève (1967-1996), il a prôné une autre forme d’ouverture : celle qu’offre un comparatisme élargi, se déployant de la philologie à la politique, de la littérature à l’histoire des idées et des arts ; celle qu’offre une écriture soucieuse d’harmonie autant que de justesse.

    Lire la suite
    _________________________________________________________________________________
    _________________________________________________________________________________

  • OFCE : Une revue récente de la littérature sur les multiplicateurs budgétaires : la taille compte !

    21 novembre 2012

    Par Eric Heyer

    Les multiplicateurs budgétaires à court terme sont-ils sous-estimés? La croyance que l’on peut réduire brutalement les déficits par une restriction budgétaire sans peser sur les perspectives d’activités, voire en les améliorant à moyen terme est-elle fondée ? C’est à cette interrogation que le FMI tente de répondre dans son dernier rapport sur les Perspectives mondiales. Le Fonds consacre un encadré à la sous-estimation des multiplicateurs budgétaires au cours de la crise de 2008. Alors qu’il les évaluait à un niveau proche de 0,5 en moyenne dans les pays développés jusqu’en 2009, le FMI les échelonnent aujourd’hui de 0,9 à 1,7 depuis la Grande récession.

    Lire la suite
    _____________________________________________________________________________________
    _____________________________________________________________________________________

  • Observatoire de inégalités - Les inégalités dans la crise : insiders contre outsiders ?

    le 27 novembre 2012

    Dans le privé comme dans le public, il existe de fortes disparités entre les salariés en contrat à durée indéterminée et ceux en emploi précaire. Une dualité qui s’est aggravée avec la crise. Le point de vue de Jérôme Gautié, professeur d’économie. Extrait du hors-série poche Alternatives Économiques "Les inégalités en France".

    Le marché du travail français est souvent dénoncé pour son caractère dualiste. Alors que ce sont les inégalités de salaires qui caractérisent les pays anglo-saxons, ce sont les différences de statut d’emploi qui marquent les positions sur le marché du travail en France et, plus largement, dans les pays d’Europe continentale et surtout du Sud.

    Lire la suite
    ______________________________________________________________________________
    ______________________________________________________________________________

  • Non Fiction : Les familles de la gauche

    2012 restera vraisemblablement dans l'histoire de la gauche, tout comme elle marquera son historiographie grâce au dernier livre de Jacques Julliard, historien, essayiste et journaliste : Les Gauches françaises. 1762-2012 : Histoire, politique et imaginaire. Cette somme ambitieuse est l'aboutissement d'une carrière déjà longue, consacrée à l'histoire politique, mais aussi marquée par un engagement au sein de la "deuxième gauche", via, entre autres, le syndicalisme. Cette histoire des gauches n'est cependant pas une première tentative. Il suffit de citer La gauche en France depuis 1900 de Jean Touchard , moins ambitieux dans la périodisation et centré sur les partis, ou l'ouvrage collectif plus récent dirigé par Jean-Jacques Becker et Gilles Candar . Toutefois, devant une telle entreprise, c'est bien sûr celle de René Rémond, qui s'intéressait aux droites, qui vient tout de suite à l'esprit, puisque Julliard s'essaie aussi à dresser une typologie des familles en présence .

    Lire la suite
    __________________________________________________________________________________
    __________________________________________________________________________________

  • Le Monde - La démocratie ne se réduit pas aux partis

    Par Yves Sintomer, professeur de science politique et chercheur au CSU-CRESPPA (CNRS/Université de Paris-VIII)

    Le combat Fillon-Copé pour la présidence de l'UMP laisse pantois. Il rappelle l'élection contestée de la première secrétaire du Parti socialiste en 2008.

    Après le dernier congrès du PS, qui a consterné les observateurs et nombre de militants, le psychodrame qui secoue la droite marque une nouvelle dégradation de la politique institutionnelle.

    Si les "compagnons" et les "camarades" ne se font pas confiance mutuellement pour une chose aussi élémentaire que la non-manipulation des urnes, comment les citoyens pourraient-ils leur faire confiance pour diriger le pays en fonction de l'intérêt général ?

    Lire la suite
    ____________________________________________________________________________________
    ____________________________________________________________________________________

  • OFCE : Que valent les multiplicateurs budgétaires aujourd’hui ?

    21 novembre 2012

    par Xavier Timbeau

    Nous avons hérité de la crise des déficits publics plus élevés et des dettes publiques largement augmentées (tableau 1). Pour résorber ces déficits et dettes publics issus de la crise, un effort budgétaire important s’impose. Mais un effort trop brutal et trop rapide aura un effet dépressif sur l’activité et prolongera la crise, ce qui compromettra à la fois le redressement budgétaire mais également enfermera les économies dans une spirale récessive. La valeur du multiplicateur budgétaire (le lien entre la politique budgétaire et l’activité) tant dans le court terme que dans le long terme est un paramètre critique tant pour la stabilisation des finances publiques que pour le retour au plein emploi.

    Lire la suite
    _____________________________________________________________________________________
    _____________________________________________________________________________________

  • L'observatoire des inégalités : L’état de la précarité de l’emploi en France

    le 27 novembre 2012

    La France compte 25,8 millions d’emplois, dont 3 millions d’indépendants (11.6 %) et 22,8 millions de salariés (88,4 %). 12,3 % des emplois sont précaires, mais les peu qualifiés et les jeunes sont bien plus souvent concernés.

    En France, 25,8 millions de personnes ont un emploi. Parmi elles, 11,6 % sont des indépendants : ils ne perçoivent pas de salaire, mais vendent leur production, des biens ou des services. A l’intérieur de cet ensemble dont on parle relativement peu souvent, les inégalités sont extrêmes, aussi bien en terme de précarité que de niveaux de vie. Quoi de commun entre l’artisan maçon soumis aux aléas du bâtiment et le chirurgien de renom dont la clientèle est assurée ? (voir notre article Les inégalités de revenus des travailleurs indépendants). A l’évidence, il faudrait intégrer une partie des indépendants les moins qualifiés au sein des emplois précaires.

    Lire la suite
    ____________________________________________________________________________
    ____________________________________________________________________________

  • Telos - Faut-il nationaliser Mittal ? Elie Cohen

    29 novembre 2012

    La nationalisation d’une entreprise localisée sur le territoire national est parfaitement légale dès lors qu’une loi est votée et qu’une indemnisation est prévue. Le périmètre de l’activité nationalisée est facilité par l’existence d’une entité juridique contrôlant l’ensemble des activités du site de Florange. Le gouvernement peut donc soumettre au Parlement une loi et il aura la majorité nécessaire pour la faire adopter. Mais est-ce la bonne solution ? C’est toute la question aujourd’hui.

    La motivation de la nationalisation peut poser problème. Les arguments du gouvernement sur les engagements non tenus par Mittal en matière de préservation des sites et des effectifs, des règles de gouvernance ou du volume des investissements sont assez faibles. Car de deux choses l’une : ou Mittal n’a pas respecté des engagements contractuels et il est du devoir de l’État de l’y contraindre par voie de justice, ou il n’y a jamais eu d’engagements à valeur juridique et, dans ce cas, le gouvernement ne peut en tirer argument pour poursuivre et a fortiori nationaliser.

    Lire la suite
    _______________________________________________________________________________________
    _______________________________________________________________________________________