Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2013

Non fiction : Interview - Modèle rhénan et malentendu français

Une pause dans le suivi de l'actualité quotidienne jusqu'au 5 décembre. Prochaine mise à jour de l'actualité le 6 décembre Jusque là, quotidiennement, des vidéos ou des articles de réflexion
_____________________________________________________________

Il est rare qu'un livre sur l' Allemagne sache concilier une connaissance assurée de ce pays et de sa culture avec une vision critique, au sens positif de ce terme,  du rôle de l' Allemagne  dans  le contexte économique européen.  La prééminence de la relation franco-allemande semble trop souvent confondue avec une inhibition de toute discussion de la politique de Berlin. A contrario, certaines attaques semblent en effet empreintes d'une méconnaissance et de préjugés envers notre voisin rhénan.

Dans Made in Germany, Guillaume Duval a réussi à éviter ces divers écueils dans un ouvrage où, sans renier le moins du monde son engagement européen, il interroge à la fois les présupposés économiques  théoriques régnant à Francfort et le mésusage de la question allemande qui donne lieu, dans notre débat public, à de nombreux contresens.

Lire la suite
___________________________________________________________
___________________________________________________________

00:00 Publié dans Réflexions | Tags : guillaume duval | Lien permanent

21/11/2013

Le libéralisme a-t-il tué l'Europe? Frédéric Simon, Directeur de la publication EurActiv

Une pause dans le suivi de l'actualité quotidienne jusqu'au 5 décembre. Prochaine mise à jour de l'actualité le 6 décembre Jusque là, quotidiennement, des vidéos ou des articles de réflexion
________________________________________________________________________

A l'approche des élections européennes, cette question posée lors d'un débat aux journées de Bruxelles, résume bien le divorce désormais patent entre l'opinion publique française et la construction Européenne.

Depuis le "Non" au référendum de 2005 sur la Constitution européenne, c'est le désamour entre les Français et l'Europe. Trop libérale, chantre de la "pensée unique", sourde à la détresse sociale, et soumise à la seule loi des marchés, l'Europe ne répond plus aux aspirations des Français.

Lire la suite
________________________________________________
________________________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Jean Gadrey - Préserver la nature en lui donnant un prix (ou une valeur monétaire) ? (1 : le décor)

Ce billet et trois autres à venir (oui, hélas, trois) sont une version un peu révisée de ce que j’ai présenté au cours d’une conférence organisée le 3 octobre à Namur par une fédération d’organisations et associations environnementales (IEW). Ce thème redoutable m’avait été proposé, et je l’ai imprudemment accepté : peut-on mettre des instruments monétaires, voire des prix, au service de la « préservation » de la nature ? Pour les lecteurs ne souhaitant pas entrer dans la totalité des quatre billets, un résumé en deux pages téléchargeable sera fourni en fin de parcours.

Lire la suite
________________________________________________
________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : jean gadrey | Lien permanent

Bulles de savoir : Penser la justice fiscale à partir de John Rawls

Une pause dans le suivi de l'actualité quotidienne jusqu'au 5 décembre. Prochaine mise à jour de l'actualité le 6 décembre Jusque là, quotidiennement, des vidéos ou des articles de réflexion
________________________________________________________________________

L’impôt est l’une des institutions fondamentales des États et des économies capitalistes modernes. Aux côtés du monopole de la violence légale, le monopole fiscal apparaît comme l’une des attributions constitutives de la puissance étatique, sans laquelle l’organisation politique et administrative ne pourrait fonctionner de manière régulière, comme c’était le cas à l’époque féodale, lorsque les rois devaient se contenter des revenus de leurs terres et ne pouvaient effectuer de prélèvements qu’en temps de crise. L’impôt permet de financer infrastructures, biens et services publics indispensables au fonctionnement des économies ; chaque système fiscal induit également une certaine répartition des richesses dans une société entre domaines privé et public d’une part, et entre les membres de la collectivité d’autre part. Il est donc directement en prise avec le problème de la justice, à savoir celui de la répartition des coûts et des avantages entre les participants de la coopération sociale. L’impôt fait ainsi l’objet d’importantes controverses dans la vie démocratique car, s’il crée un lien concret entre les citoyens et l’organisation étatique, il empiète en même temps de manière directe et tangible sur les intérêts matériels de ceux-ci en tant que contribuables. L’impôt est l’institution dans laquelle la tension entre les revendications particulières de la personne et l’intérêt général se fait le plus nettement ressentir. Les débats récurrents à propos de la justice fiscale révèlent les conflits d’intérêts entre les individus et groupes de la société, mais également entre les conceptions plus générales de la justice.

Lire la suite
_________________________________________________________
_________________________________________________________

12:00 Publié dans Réflexions | Tags : bulles de savoir | Lien permanent

Observatoire des inégalités : 840 millions de personnes sous-alimentées dans le monde

Une pause dans le suivi de l'actualité quotidienne jusqu'au 5 décembre. Prochaine mise à jour de l'actualité le 6 décembre Jusque là, quotidiennement, des vidéos ou des articles de réflexion
_____________________________________________________________

840 millions de personnes demeurent sous-alimentées dans le monde, dont 550 millions en Asie.

842 millions de personnes demeurent sous-alimentées dans le monde en 2013 contre un milliard en 1992, selon les dernières estimations de la Food and Agriculture Organization (FAO), organisation des Nations Unies en charge des questions d’alimentation (lire en ligne). Le pourcentage de personnes sous-alimentées est le plus fort en Afrique subsaharienne (25 % sur la période 2011-2013, soit 223 millions de personnes). Mais l’Asie, plus peuplée, compte le nombre le plus important de personnes souffrant de sous-nutrition (552 millions).

Lire la suite
____________________________________________________________
____________________________________________________________

20/11/2013

L'interview d'Europe Nuit : Alain Touraine

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : alain touraine | Lien permanent

La Vie des Idées - L’opinion publique et ses élites

Dans sa Critique de l’opinion publique, parue en 1922 et récemment traduite en français, F. Tönnies analyse l’émergence dans les sociétés modernes de ce tribunal moral qu’est l’opinion publique, aussi puissant que l’était la religion. Mais ce rapprochement l’empêche de voir que cette expression collective est le plus souvent mise sous contrôle.

Recensé : Ferdinand Tönnies, Critique de l’opinion publique, traduit de l’allemand par Pierre Osmo, Gallimard, Paris, 2012. 784 p., 36, 90 €.

La réception française de l’œuvre de Ferdinand Tönnies (1855-1936), considéré outre-Rhin comme l’un des « pères fondateurs de la sociologie » (avec Georg Simmel et Max Weber, qui lui doivent nombre de problématiques et d’intuitions), a été assez sinueuse. Plus vite traduit et introduit en France que Weber [1], il est ensuite tombé dans un oubli et un discrédit presque complet. Mais il connaît actuellement une sorte de seconde naissance : Communauté et société, son ouvrage majeur de 1887, a été retraduit en 2010 [2], et dans la foulée viennent d’être publiées sa monographie sur Marx [3] (1921) ainsi qu’une monumentale Critique de l’opinion publique (1922).

Lire la suite
___________________________________________________
___________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : vie des idées | Lien permanent

Jacques Attali, économiste, écrivain, président de PlaNet finance

Une pause dans le suivi de l'actualité quotidienne jusqu'au 5 décembre. Prochaine mise à jour de l'actualité le 6 décembre Jusque là, quotidiennement, des vidéos ou des articles de réflexion
________________________________________________________________________


Jacques Attali, économiste, écrivain, président... par rfi

12:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Lien permanent

Observatoire des inégalités : Le niveau de chômage dans les pays riches

Une pause dans le suivi de l'actualité quotidienne jusqu'au 5 décembre. Prochaine mise à jour de l'actualité le 6 décembre Jusque là, quotidiennement, des vidéos ou des articles de réflexion
_____________________________________________________________

Toute la planète subit le choc de la crise mais les niveaux de chômage varient considérablement d’un pays à l’autre : 4,4 % de chômeurs au Japon, contre 25 % en Espagne.

Etat des lieux

Les Pays-Bas et l’Allemagne affichent de loin les meilleurs résultats pour l’Europe, respectivement 5,3 % et 5,5 % de chômeurs selon l’OCDE (données 2012). A l’opposé, l’Espagne avec un taux de 25,1 % figure parmi les mauvais élèves, suivie de la Grèce (24,3 %), du Portugal (15,9 %) et de l’Irlande (14,7 %). La France se classe en-dessous de la moyenne de la zone euro (11,4 %) avec un taux de 10,3 %, mais fait moins bien que la plupart des pays européens comparables comme le Royaume-Uni (7,9 %), hormis l’Espagne et l’Italie (10,7 %).

Lire la suite
________________________________________________
________________________________________________

19/11/2013

Les économistes atterrés : A propos du "Prix Nobel" de Fama

Une pause dans le suivi de l'actualité quotidienne jusqu'au 5 décembre. Prochaine mise à jour de l'actualité le 6 décembre Jusque là, quotidiennement, des vidéos ou des articles de réflexion
________________________________________________________________________

Le « prix Nobel » 2013 attribué à Eugène Fama a de quoi étonner – quel que soit le bord auquel on appartient. Car, comme tous les commentateurs n’ont pas manqué de le remarquer, Fama est connu comme étant le père de l’« hypothèse des marchés efficients », alors que cette « hypothèse » n’a apporté que confusion et faux débats. Quand Fama l’a avancée pour la première fois, il s’est contenté d’une formulation vague : « un marché dans lequel les prix ‘reflètent pleinement’ et toujours l’information disponible est appelé ‘efficient’ ».

Lire la suite
______________________________________________
______________________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : economistes atterrés | Lien permanent