Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2020

Le triomphe de l'hyper-capitalisme financier [Olivier Passet]

On voudrait nous faire croire que la crise du la Covid solde un épisode du capitalisme et ouvre les portes du monde d’après et en accélère l’avènement. Le monde d’avant, qui se meurt sous nos yeux, c’est celui du productivisme carboné et financiarisé. [...]

17:30 Publié dans Vidéo | Tags : passet | Lien permanent

Institut Rousseau - Illusions et impasses du budget 2021 et du plan de relance sur la question écologique : nos pistes pour faire autrement

Le projet de loi de finances (PLF) pour 2021, comprenant le plan de relance, a été présenté le 28 septembre dernier. Malgré de grands effets d’annonce, dont les fameux 32 milliards supplémentaires « pour l’écologie », une analyse plus détaillée révèle que le compte n’y est pas et que ce budget est largement insuffisant pour amorcer une restructuration en profondeur de notre économie à la hauteur de nos engagements climatiques (seuls 6,6 milliards d’euros de crédits en faveur de l’écologie seront réellement décaissés en 2021). Si des progrès sont à souligner, tels que, entre autres, le plan hydrogène ou le renforcement du plan vélo, des incohérences subsistent puisque les activités polluantes demeurent largement subventionnées en parallèle des dépenses supplémentaires, quoique très insuffisantes, pour le verdissement de l’appareil de production et la maîtrise de nos dépenses d’énergie. En outre, sur le plan de la fiscalité et de la transposition des propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC), on constate peu d’avancées et quelques reculs.

Lire la suite
_________________
_________________

14:30 Publié dans Analyses | Tags : institut rousseau | Lien permanent

Gouverner à gauche : entre conquête et exercice du pouvoir ? Cent ans après le congrès de Tours

Cette table-ronde, animée par Jean-Numa Ducange, professeur à l’université de Rouen, réunit Sophie Cœuré, professeure à l’université de Paris, Éloïse Dreure, doctorante à l’université de Bourgogne, Romain Ducoulombier, historien, expert associé à la Fondation Jean-Jaurès, Jean Vigreux, professeur à l’université de Bourgogne, et Serge Wolikow, président du conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri, dans le cadre des Rendez-vous de l’Histoire de Blois.

Il y a un siècle, en décembre 1920 à Tours, la gauche française se déchire autour de la question de la solidarité avec la Russie bolchévique : socialistes et communistes se séparent. Dans les décennies qui suivent leur influence réciproque évolue. À plusieurs reprises ils s’affrontent, parfois avec virulence, pour être la première force à gauche. Mais se pose également la question des alliances entre frères ennemis pour gouverner le pays (1936, 1945, 1981, 1997). Par-delà la grande diversité des contextes (dans chaque situation historique), se pose à chaque fois la question de leur identité : que faire de l’internationalisme, de l’idéal révolutionnaire et plus généralement du changement social et politique lorsque socialistes et communistes occupent les plus hautes responsabilités ?

09:58 Publié dans Vidéo | Tags : fondation jean jaures | Lien permanent

Laïcité , 30 ans de fracture a gauche | Documentaire LCP INA

00:09 Publié dans Vidéo | Tags : laicite, badinter, valls | Lien permanent

30/10/2020

France Culture - Réseaux sociaux : la régulation face aux libertés

Après l’attentat de Conflans, la régulation des réseaux sociaux se retrouve au coeur de la stratégie anti-terroriste du gouvernement. Samuel Paty a été assassiné après le dénigrement, par une vidéo en ligne, qui dénonçait la leçon qu’il avait faite sur les caricatures du prophète lors d’un cours d’éducation civique. Et le lien avec les réseaux sociaux ne s’arrête pas là, puisqu’il y a ensuite eu la publication sur Twitter par l’auteur de l’attaque d’une photo macabre de la victime.

Le gouvernement a présenté ces premiers éléments de réponse dans la lutte contre le terrorisme : les lois en vigueur sont-elles insuffisantes ? Comment la régulation économique des GAFA peut-elle permettre de lutter contre la haine en ligne ?

Pour en parler, Romain Badouard, maître de conférences et chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’institut Français de presse à Paris 2, auteur de “Les nouvelles lois du web” (Seuil) et Joëlle Toledano, professeure émérite d’économie de l’Université Paris Dauphine et ancienne membre du collège de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP, 2005-2011). Auteure de “GAFA, reprenons le pouvoir !” (Odile Jacob, 2020)

17:40 Publié dans Vidéo | Lien permanent

Institut Rousseau - Le désir de Loi face à la Loi du désir : les ressorts moraux de l’adhésion à la vision islamiste du monde

La mort de Samuel Paty tué par un criminel islamiste a excessivement choqué l’ensemble des citoyens français car, outre son caractère ignoble quant au mode de perpétration, elle atteint comme jamais auparavant l’institution qui incarne ce qui reste du sacré républicain, c’est-à-dire l’école. Ce qui demeure en outre tout à fait choquant c’est que le déroulement de cette sinistre séquence d’une barbarie incroyable semble concentrer tous les maux qui demeuraient à l’état latent au sein de l’institution scolaire, comme si un ensemble de forces jamais émergées, mais présentes de manière invisible, avaient trouvé en cet événement un point nodal pour se manifester. Si l’islamisme radical est naturellement le coupable, il faut nous interroger sur comment il peut avoir autant d’emprise, sur comment une vision religieuse fondamentaliste du monde a pu acquérir tant de légitimité dans la jeunesse. Paradoxalement, l’un de ses facteurs est le relativisme moral.

Lire la suite
__________________
__________________

13:55 Publié dans Idées | Tags : institut rousseau | Lien permanent

29/10/2020

Infirmière en réanimation, Amélie est épuisée : elle témoigne

"On a choisi de faire ce métier, mais on n’a pas choisi de le faire dans ces conditions." Amélie a 22 ans. Infirmière en réanimation depuis un an et demi, elle est épuisée. Elle témoigne.

21:00 Publié dans Vidéo | Lien permanent

La Montagne - Olivier Faure (Parti socialiste) : "Moi, je veux gagner, pas témoigner"

Après l’attentat de Conflans, la gauche a fait l’objet, y compris en son sein, d’accusations de duplicité, voire de complicité. Comment réceptionnez-vous ce procès en «islamo-gauchisme»?

Ce procès ne concerne pas les socialistes. S’il y a bien un parti qui a tenu le cap, c’est le Parti socialiste. Pour mémoire, nous avons refusé de nous joindre à la manifestation du 10 novembre dernier contre « l’islamophobie », à l’appel du CCIF et d’autres personnalités qui expriment ouvertement leur défiance vis-à-vis des lois laïques. Depuis que je suis Premier secrétaire, je mets au défi quiconque de trouver la moindre indulgence dans les positions adoptées face à ceux que je considère comme les ennemis de la République.

Lire la suite
__________________
__________________

Le Vent se lève - Julia Cagé : La demande populaire de référendum d’initiative citoyenne est essentielle

À l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage Libres et égaux en voix (Fayard, 2020) et de son projet de financement citoyen des grands titres de presse Un bout du Monde, nous avons rencontré l’économiste Julia Cagé, spécialiste des structures économiques des institutions démocratiques et médiatiques. Nous l’avons interrogée sur sa vision de l’indépendance des médias en France, ainsi que sur le désir d’émancipation démocratique porté par le mouvement populaire pour le RIC. Entretien réalisé par Simon Woillet. Crédits photographiques Ulysse Guttmann-Faure. Retranscription Dany Meniel.

Lire la suite
________________
________________

13:50 Publié dans Analyses | Tags : julia cage | Lien permanent

Libé - Aux sources de l'«islamo-gauchisme» Par Pierre-André Taguieff, philosophe, politiste et historien des idées

Le philosophe Pierre-André Taguieff revient sur les origines d'un concept qu'il a contribué à forger. Selon lui, les usages polémiques discutables du terme ne doivent pas empêcher de reconnaître qu’il désigne un véritable problème : la collusion entre des groupes d’extrême gauche et des mouvances islamistes de diverses orientations.

Tribune. En France, à entendre les clameurs qui montent de l’arène politico-médiatique, le nouveau grand clivage serait celui qui oppose les «islamo-gauchistes» aux «islamophobes». Cependant, rares sont ceux qui s’assument soit en tant qu’«islamo-gauchistes», soit en tant qu’«islamophobes», sauf par provocation. L’«islamophobe» ou l’«islamo-gauchiste», c’est toujours l’autre. Ces termes d’usage polémique sont des hétéro-désignations. Mais il serait naïf de reprocher à des termes politiques d’être polémiques. En les employant, on vise à stigmatiser un individu ou un groupe, pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

Lire la suite
________________
________________