Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2017

Pierre Rosanvallon CFDT et années 70

Etudiant à HEC (Hautes études commerciales), Pierre Rosanvallon prend contact en 1968 avec le monde syndical par le biais de la CGT et du responsable économique André Barjonet. En fait, c'est avec la CFDT qu'il entame son parcours par le biais d'études économiques que lui confie René Bonety, membre de la commission économique de la centrale dont le secrétaire général est alors Eugène Descamps.

Il sera permanent de la CFDT, secrétaire confédéral de 1969 à 1977, assumant tout à la fois le rôle de conseiller économique puis politique d'Edmond Maire, et rédacteur en chef de CFDT Aujourd'hui, la revue de réflexion de la CFDT. Aujourd'hui, professeur au Collège de France, il suit de près l'actualité sociale et sociétale.

Son regard acéré et son expérience du monde syndical lui permet de porter un jugement sur la suite de mai 68, et les luttes qui ont marqué les années 70. Il répond aux questions du journaliste Jean-François Cullafroz

17/09/2017

Fondation Jean Jaurès - Retour sur les élections de 2017 : clôture par Pierre Rosanvallon

Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France, directeur d’études à l’EHESS, clôt les travaux de la deuxième journée, intitulée « Que s’est-il passé ? », du colloque « 2017 : la révolution de velours ? », co-organisé par la Fondation Jean-Jaurès, le Cevipof, Ipsos et Le Monde à la Maison de la Chimie à Paris les 6 et 7 septembre 2017.

10/12/2016

Pierre Rosanvallon répond aux questions d'Ali Baddou

L'année aura été marquée par la montée des populismes. Du Brexit à l'élection de Trump, ce phénomène a pris une ampleur considérable. L'historien est l'invité d'Ali Baddou


Pierre Rosanvallon répond aux questions d'Ali... par franceinter

23:26 Publié dans Vidéo | Tags : rosanvallon, populisme | Lien permanent

27/08/2016

L'Humanité- Egalité ! par Pierre Rosanvallon

Ajoutée le 10 janv. 2016

Les Agoras de l'Humanité. Écoutez la conférence sur le thème de l'Egalité de Pierre Rosanvallon, professeur d’histoire moderne et contemporaine au Collège de France.

10:19 Publié dans Réflexions | Tags : rosanvallon | Lien permanent

14/07/2016

Fondation Jean Jaurès - Regards croisés sur la Deuxième gauche (Rocard/Rosanvallon)

A l’occasion d’un colloque consacré à l’héritage et au bilan de la Deuxième gauche, organisé par la Fondation Jean-Jaurès avec la section PS de l’ENS les 14 et 15 février 2014, Michel Rocard et Pierre Rosanvallon se livrent à un dialogue passionnant, échangeant leurs points de vue sur un mouvement intellectuel et politique auquel ils ont eux-mêmes participé.


03 - Regards croisés sur la Deuxième gauche par fondationjeanjaures

13/03/2016

Que peut la démocratie ? Le débat Badiou-Rosanvallon

13:05 Publié dans Vidéo | Tags : rosanvallon, badiou | Lien permanent

Loïc Blondiaux - La démocratie à venir et à refaire - Collège de France 02.04.2014

Collège de France.
Chaire Histoire moderne et contemporaine du politique
Pierre Rosanvallon

00:10 Publié dans Réflexions | Tags : blondiaux, rosanvallon | Lien permanent

11/03/2016

"Le Problème de la représentation politique" par Pierre Rosanvallon

13:05 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : rosanvallon | Lien permanent

28/12/2015

Pierre Rosanvallon: «Consternation et vive inquiétude»

Professeur au Collège de France, mais aussi acteur et témoin de la gauche, l’historien Pierre Rosanvallon réagit au projet d’inscrire dans la Constitution la déchéance de nationalité qui, écrit-il, « me consterne et m’inquiète beaucoup pour l’avenir ».

Le projet d’inscrire dans la Constitution, après moult atermoiements,  la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux nés français et ayant grandi en France me consterne. Et m’inquiète beaucoup pour l’avenir. Pour plusieurs raisons.

Une raison d’efficacité d’abord. Cela n’aura évidemment aucun effet dissuasif pour les terroristes (voire même le contraire). Ce serait d’ailleurs la même chose pour le rétablissement de la peine d’indignité nationale dont certains ont parlé. Celle-ci n’aurait en effet de sens que pour des personnes bien intégrées pour lesquelles la bonne réputation est un capital social. Elle serait par exemple adaptée pour un Jérôme Cahuzac qui a trahi la confiance publique et s’est déshonoré en commettant l’équivalent d’un crime de « lèse-démocratie », pas pour ceux qui s’enorgueillissent de leur position de rupture radicale.

Lire la suite
___________________
___________________

31/10/2015

« Qu'est ce que le bon gouvernement ? » : les Entretiens de Solférino avec Pierre Rosanvallon


« Qu'est ce que le bon gouvernement ? » : les... par PartiSocialiste

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : rosanvallon | Lien permanent