Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

glucksmann - Page 8

  • Claire Nouvain, de Place Publique se lance dans la course européenne

    Claire Nouvian, défenseure de l'environnement, co-fondatrice de Place Publique s'engage en politique aux côtés de Raphaël Glucksmann . Objectif les européennes. "Il nous reste si peu de temps pour changer le monde".

  • Élections européennes : Sylvie Guillaume (PS) numéro deux de la liste Glucksman

  • L'actualité des socialistes du 15 au 21 mars

    TRANSITION ECOLOGIQUE

    Terra Nova - Transition écologique, choisissons le réalisme : l'analyse de Jean Pisani-Ferry

    Terra Nova accueille parmi ses experts l'économiste Jean Pisani-Ferry qui publiera désormais une analyse d'un des grands enjeux de l'actualité européenne et internationale une fois par mois sur notre site. Cette première contribution porte sur la transition écologique. Au moment où les débats sur la taxe carbone suscitent passions et inquiétudes dans notre pays, il y plaide pour un discours politique plus réaliste en matière écologique, seul à même de jeter les bases d'une transition concertée et organisée.

    Le Vent se lève - 1. Le philosophe : Dominique Bourg | Les Armes de la Transition

    Dominique Bourg est philosophe, et l’un des premiers à s’être intéressé aux bouleversements environnementaux que nous traversons. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, enseigne à l’Université de Lausanne et dirige la revue La pensée écologique, pour ne citer qu’une petite partie de ses activités. Nous avons choisi de débuter notre série avec son témoignage, car la transition écologique exige avant tout un changement profond de philosophie.


    Dans cette série de grands entretiens, nous avons choisi de poser les mêmes questions à des personnalités du monde de l’écologie ayant chacune une approche, un métier, différents. Un tel projet est inédit, et son but est de donner à voir comment chacun se complète pour esquisser les grandes lignes de l’urgente transition écologique. Chacun détient une partie de la solution, une partie des armes de la transition. La transdisciplinarité doit devenir une norme de travail, pas une exception.

    EHPAD

    Atlantico - Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”

    Pendant près de trois ans, Jean Arcelin a dirigé un Ehpad dans le sud de la France, avant de renoncer. Il publie son témoignage dans "Tu verras maman, tu seras bien" (ed. XO).

    ... Si j'ai écrit ce livre, c'est que je considère que j'ai vu des choses et que je vois des stratégies qui sont incompatibles avec la prise en charge de qualité de personnes âgées. Ce n'est plus de l'ordre du business mais de l'ordre de l'éthique s'il en reste.

    ULTRA GAUCHE

    Fondation Jean Jaurès - « Ultra-gauche » : esquisse de généalogie d’un courant politique radical 

    Le terme même, « ultra-gauche », comme « gauchisme » auparavant, présente la particularité d’être une catégorie largement exogène, forgée et assignée par des acteurs extérieurs et souvent hostiles aux positions ainsi désignées. Qu’il s’agisse de concurrents politiques ou d’agents des forces de l’ordre, à bien des égards il s’agit d’un concept « policier », au sens que Jacques Rancière donne à la « police » : l’activité de gestion hétéronome du social par la catégorisation et l’assignation des places et des activités légitimes – ou, dans ce cas, illégitimes[1]. Il n’est donc pas étonnant que ses acteurs ne l’utilisent que de façon marginale, et lui préfèrent d’autres dénominations, d’ailleurs diverses : « gauche communiste », « communistes révolutionnaires », « communistes des conseils », « conseillistes », « marxistes libertaires », « communistes libertaires », « situationnistes », « autonomes », etc.

    EXTREME GAUCHE

    Slate - Pourquoi l'extrême gauche ne bénéficie pas plus de la crise de la social-démocratie

    Que ce soit en Espagne, en Grèce, en France, en Allemagne ou en Italie, les partis de gauche radicale n'arrivent pas à convaincre massivement les électorats.

    La littérature sur la crise (irréversible?) de la social-démocratie européenne est abondante, et pourrait-on même dire topique. Mais la stagnation des formations politiques situées à sa gauche, et qui pourraient en théorie profiter de son essoufflement, est beaucoup moins documentée.

    Il est vrai que les situations dans les différents pays ne sont pas homogènes. Car certains partis de gauche post-communiste ont une vraie influence politique (le Bloco de Esquerda portugais, le Vänsterpartiet suédois et même Podemos en Espagne malgré la crise interne qu’il traverse). Cependant, en général, ces partis n’ont pas été capables de profiter massivement du mécontentement et de la déception suscités par les sociaux-démocrates

    ALLEMAGNE
     
    Alternatives Economiques - Podcast : Pourquoi la panne de croissance de l’Allemagne va durer

    La chronique éco de Marc Chevallier, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques, est à retrouver tous les mardis dans la matinale du 5-7 de France Inter, à 6 h 45. Vous pouvez écouter celle du 12 mars ci-dessous.

    L’Allemagne a révisé ses prévisions de croissance à la baisse. Le moteur économique de la zone euro est en train de caler ?

    The Conversation - Désinformation et souveraineté des continents virtuels de l’Internet

    Les conditions d’émergence de la désinformation en ligne et hors ligne, à partir de 2012 aux États-Unis, sont importantes à cerner pour en comprendre la spécificité et pour en maîtriser les réponses. Elles s’inscrivent dans la suite du tournant social, qui a vu la naissance des médias sociaux (2005-2007), faisant passer Internet du Web 1.0 au Web 2.0, avec des capacités d’interactions décuplées et des modèles d’affaires avérés (et confirmés par l’entrée au Nasdaq de Facebook et Twitter en 2012).

    Ce tournant social a aussi mis l’accent sur le rôle de la donnée et des algorithmes, sous la forme de big data aux utilisations multiples (data analytics, deep machine learning…). Il prépare les conditions de mise en œuvre de l’intelligence artificielle via la puissance de calcul de l’informatique nuagique......

    Il est grand temps, aussi, de se mobiliser pour que cette souveraineté des continents virtuels soit reprise en main par les États et leurs citoyens, car de fait, elle relève des activités humaines et des valeurs que nous voulons leur donner.

    LA PENSEE LIBERALE

    Le Vent se lève - « Le néolibéralisme est imbibé de catégories darwiniennes » – Entretien avec Barbara Stiegler

    Évoluer dans un monde qui change, s’adapter à un environnement qui est en mutation permanente… d’où viennent ces métaphores biologiques qui imprègnent le discours dominant ? Barbara Stiegler, professeure de philosophie à l’université de Bordeaux-Montaigne, tente de répondre à cette énigme dans son dernier livre publié aux éditions Gallimard, Il faut s’adapter ! Elle s’intéresse aux controverses qui parcouraient la pensée libérale dans les années 1930, à l’époque où l’on débattait de l’héritage de Darwin dans les sciences sociales. Aux origines du néolibéralisme contemporain, on trouve un penseur dont l’influence a été considérable sur le siècle passé : Walter Lippmann. Entretien réalisé par Wonja Ebobisse et Vincent Ortiz, retranscrit par Hélène Pinet.

    EUROPEENNES

    Slate - Raphaël Glucksmann parviendra-t-il à sauver le PS?

    En confiant la tête de la liste PS aux européennes au cofondateur de Place publique, le Premier secrétaire Olivier Faure semble jouer la survie du parti à quitte ou double.

    Pour la première fois en quarante ans la liste du Parti socialiste (PS) aux élections européennes ne sera pas conduite par un... socialiste! Au sens de militant socialiste encarté. De 1979, année des premières européennes, à 1999, date de la dernière consultation avec une seule liste nationale avant la reprise de ce mode de scrutin en 2019 –de 2004 à 2014, la liste nationale unique a été éclatée en huit listes régionales– le chef de file du PS dans la conquête européenne a été, successivement, François Mitterrand (1979), Lionel Jospin (1984), Laurent Fabius (1989), Michel Rocard (1994) et François Hollande (1999). Excusez du peu: deux sont devenus président de la République et les trois autres ont occupé l'hôtel Matignon à une étape de leur parcours politique.

    Ouest France - Européennes. A quoi va ressembler la liste du PS et de Place publique ?

    Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, l’a redit ce dimanche matin : la liste d’union Place publique-PS « restera ouverte jusqu’au dernier jour à Yannick Jadot. » Une liste d’alliance dont les premiers noms commencent à circuler…

    Après avoir été menées par de grands noms de la gauche, comme François Mitterrand (1979), Lionel Jospin (1984), Laurent Fabius (1989), Michel Rocard (1994) ou encore François Hollande (1999), les élections européennes 2019 se feront cette fois sans tête de liste socialiste.

    Le Parisien - Européennes : un proche de Martine Aubry sur la liste Glucksmann-PS

    Après avoir désigné sa tête de liste pour les européennes, le PS cherche désormais à placer ses candidats en position éligible. Parmi eux, Jean-Marc Germain devrait être bien placé.

    Le conseil national du Parti socialiste a massivement voté, samedi, pour que le philosophe Raphaël Glucksmann conduise la liste « socialiste » aux européennes. L’heure est maintenant au placement de ses candidats… Olivier Faure, son Premier secrétaire, peaufine la liste des candidats socialistes qu’il souhaite voir figurer en position éligible pour les européennes. Derrière Raphaël Glucksmann, cofondateur de Place publique, un « aubryste », Jean-Marc Germain, devrait ainsi occuper une place de choix.

    Libé - «Je rejoins la campagne de Place publique, la désunion m’empêche de dormir»

    Pour les élections européennes de mai, Aurore Lalucq, porte-parole de Benoît Hamon, rejoint la liste de Raphaël Glucksmann en «dynamique» pour rassembler la gauche.

    Une période étrange. A gauche, les listes se multiplient et les figures changent d’écurie du jour au lendemain. Lundi, c’est Aurore Lalucq, économiste et porte-parole de Génération·s, le mouvement fondé par Benoît Hamon. Après plusieurs jours de réflexion, elle décide de rejoindre de Raphaël Glucksmann et sa liste en «dynamique» pour rassembler la gauche, dit-elle.

    L'Obs - Le PS derrière Glucksmann : "L’idée c’est d’être la première force à gauche"

    Le Conseil national du PS a largement approuvé l'alliance avec Raphaël Glusckmann qui sera tête de liste aux européennes. Mais, dans la salle, certains ont crié à l'enterrement du PS...

    C’est fait. Pour la première fois de son histoire, le Parti Socialiste ne présentera pas une liste socialiste aux élections européennes. Il se range derrière Raphaël Glucksmann. Ainsi en a décidé son Conseil National ce matin : 128 voix pour, 5 contre, 3 abstentions. 35 personnes n’ont pas pris part au vote, dont les amis de Stéphane Le Foll et ceux de Luc Carvounas.

    Libé - Européennes : Glucksmann et le PS en duo, Jadot toujours solo et Hamon le bec dans l’eau

    A quelques mois des élections, le patron de Génération·s se retrouve isolé alors que son ancien parti fait affaire avec Place publique et qu’EE-LV refuse toute alliance.

    Après des mois de brouillard, le paysage politique se dessine lentement : la gauche avance éparpillée vers les européennes. Chaque famille dégaine de sa besace au moins une bonne raison de présenter son propre logo le jour du vote. Raphaël Glucksmann, qui conduira la liste du PS, est l’unique surprise du film. Et tout le monde n’a pas le sourire. Ce scénario file un goût amer à Benoît Hamon.

    Marianne - L'OPA réussie de Raphaël Glucksmann sur le PS, ou le mariage des repentis

    Raphaël Glucksmann se retrouve tête de liste du PS pour les élections européennes par la grâce d'une opération de communication efficace et après un parcours politique sinueux. Il faut dire que l'historique du fondateur de "Place publique" épouse les reniements passés du Parti socialiste.

    Il y a ceux, comme l'économiste Thomas Porcher, qui sont choqués et déçus par l'annonce de jonction entre la juvénile "Place publique", mouvement citoyen lancé par Raphaël Glucksmann, et le vénérable Parti socialiste. Et puis les autres, qui n'ont pas bronché devant le ralliement de l'intellectuel au PS.

    INEGALITES

    Observatoire des inégalités - Comment l’élitisme social est maquillé en élitisme républicain

    L’élitisme du système scolaire français favorise les enfants de diplômés. Leurs parents, de droite comme de gauche, défendent une école qui fonctionne à leur profit. Le point de vue de Jean-Paul Delahaye, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire.

    Notre école fonctionne plutôt bien pour 70 à 75 % des élèves. La moitié des élèves âgés de 15 ans comptent même parmi les meilleurs élèves du monde selon les évaluations internationales Pisa [1] de l’OCDE. Il faut s’en réjouir. Mais il faut dans le même temps observer le grand écart qui existe entre les résultats de ceux qui réussissent, le plus souvent issus des classes moyennes et favorisées, et les difficultés lourdes rencontrées aux mêmes évaluations par le quart des jeunes de la même génération, issus pour la plupart des milieux populaires. On le sait, la France est l’un des pays où l’origine sociale pèse le plus sur les destins scolaires. Notre élitisme est tout sauf républicain, il est essentiellement un élitisme social qui ne veut pas dire son nom. Cette injustice sociale qui est à l’œuvre au sein de l’éducation nationale ne date pas d’aujourd’hui. Notre système éducatif n’a jamais vraiment été programmé pour faire réussir tous les élèves. L’échec scolaire massif des enfants des milieux populaires n’est pas un accident, il est inhérent au système éducatif français qui a été conçu pour trier et pour sélectionner les meilleurs, ce qu’il fait très bien.

    CLIMAT

    The Conversation - Ces trois « jeunesses » qui se mobilisent pour le climat

    Les manifestations pour le climat sont l’occasion d’un retour sur la scène médiatique et dans le champ politique d’un acteur social majeur, « la jeunesse ». Celle-ci est racontée comme une force homogène porteuse d’un message consensuel : la préservation de la planète au bénéfice des générations futures.

    En ce vendredi 15 mars, jour de grève scolaire mondiale pour le climat, il convient de revenir sur l’implication de la jeunesse dans les mobilisations en faveur d’une transition écologique, afin de saisir, dans sa complexité, cette entrée en scène d’un acteur protéiforme dont l’analyse sociologique est traditionnellement ardue.

  • Le JDD - Européennes : à deux mois du scrutin, le RN se rapproche d’En marche dans les sondages

    INFOGRAPHIE - Le JDD dresse l’évolution de la moyenne des sondages des élections européennes. A deux mois du vote, les rapports de force restent stables, même si la liste RN soutenue par Marine Le Pen suit désormais de près celle de la majorité.

    ..... Intentions de vote de la liste PS-Place publique sur les trois derniers sondages : 5 à 7%. Nombre de sièges à partir de la moyenne actuelle : 6.

    Le sondage Harris Interactive-Agence Epoka publié dimanche a particulièrement ravi la liste d’union portée par le PS et Place publique avec d’autres petits mouvements. Celle-ci était créditée de 7% d’intentions de vote (+2) - un niveau que les socialistes n’avaient plus atteint dans ces sondages depuis décembre - à égalité avec les écologistes et juste derrière les insoumis (8%). De quoi y voir un début de dynamique après rapprochement entre Olivier Faure et Raphaël Glucksmann? Le problème est que ce mouvement ne se confirme pas chez d’autres, comme le rolling de l’Ifop ou Ipsos.

    Lire la suite
    _________________
    _________________

  • France Inter - Dans les coulisses de la campagne | Place Publique et le PS : "Il ne faut pas vivre avec des remords"

  • Raphaël Glucksmann, le sauveur de la gauche - Le Billet de Charline

  • LCI - Raphaël Glucksmann : la liste PS-Place publique n'est "pas seulement une liste de bobos parisiens"

    Tête de liste Place publique-PS aux élections européennes, Raphaël Glucksmann a défendu son projet dimanche au Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. L'essayiste de gauche a prôné une refondation de son camp qui a, selon lui, "délaissé les classes populaires".

    Il incarne une partie de la gauche aux élections européennes. L'essayiste Raphaël Glucksmann, devenu à 39 ans la tête de liste de son mouvement, Place publique, ainsi que celle du Parti socialiste pour le scrutin de mai 2019, a défendu dimanche sa vision de la refondation de la gauche lors du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro.

    Lire la suite
    __________________
    __________________

    LCI - Le Grand Jury - replay du dimanche 24 mars 2019

  • L'actualité des socialistes du 8 au 16 mars

    EUROPEENNES

    Le Parisien - Européennes : «Le PS ne s’effacera pas», prévient Olivier Faure

    Le Parti socialiste a intronisé ce samedi le leader de Place Publique Raphaël Glucksmann, tête de liste aux européennes. Le n°1 du parti espère ainsi donner l’exemple à la gauche pour qu’elle se «rassemble» enfin.

    Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure a reçu mandat, samedi, du Conseil national de son parti pour monter une liste menée par Raphaël Glucksmann, cofondateur de Place Publique. Un effacement historique qu’Olivier Faure justifie.

    France Info - Elections européennes : le Parti socialiste désigne l'essayiste Raphaël Glucksmann comme tête de liste

    La veille, Raphaël Glucksmann expliquait vouloir défendre "une offre écologique et sociale".

    Le Conseil national du PS a approuvé, samedi 16 mars, une résolution désignant Raphaël Glucksmann, essayiste et fondateur de Place publique, comme tête de liste pour les européennes. La résolution prévoit également la constitution d'une liste comportant pour moitié des candidats estampillés PS, pour moitié des candidats issus du mouvement Place publique, de la société civile et des autres formations politiques de gauche engagées dans des discussions avec le PS et Place publique.

    L'Express - Européennes : Olivier Faure lance sa campagne derrière Raphaël Glucksmann

    Le Premier secrétaire du PS a obtenu l'aval de son parti pour se ranger derrière Raphaël Glucksmann lors des élections européennes.

    L'occasion était trop belle de réunir les nouveaux alliés et de s'offrir une première photo de famille. Il est 13 heures ce samedi 16 mars. Olivier Faure vient d'achever son discours de clôture du Conseil national du Parti socialiste. Avec ses proches, il prend le métro parisien. Direction la Place de l'opéra

    Le Figaro - Européennes: le PS entérine son alliance avec Place publique de Raphaël Glucksmann

    L’essayiste sera la tête de liste du Parti socialiste aux élections européennes. Malgré les tergiversations de certains cadres du parti, l’alliance avec le mouvement Place publique a été majoritairement approuvée samedi.

    Olivier Faure en a lui-même convenu dans son discours, ce conseil national du Parti socialiste était «un peu agité». Sa stratégie pour les élections européennes a néanmoins été entérinée par le parlement du parti, rassemblé samedi à la Maison de la Chimie, à Paris. 128 membres ont voté pour, 5 contre, 3 se sont abstenus et 35 n’ont pas pris part au vote.

    France Inter - Raphaël Glucksmann : "On va entrer en campagne, cette campagne vise à ébranler la scène politique"

    Le fondateur du Mouvement Place Publique, Raphaël Glucksmann était l'invité de Nicolas Demorand à 8h20. Il a annoncé le lancement d'une liste commune avec Claire Nouvian, avec qui il avait fondé Place Publique, en vue des Européennes, et appelle au rassemblement de la gauche dans cette liste.

    Libé - Européennes : Glucksmann en tête, Faure en renfort

    Alors que le leader de Place publique va confirmer ce vendredi qu’il conduira une liste lors du scrutin du 26 mai, le PS devrait annoncer samedi qu’il fera cause commune avec le jeune mouvement.

    Huffington Post - Européennes: Glucksmann candidat, peut-être avec le soutien du PS

    L'essayiste va annoncer ce vendredi qu'il compte prendre la tête d'une liste de rassemblement à gauche.

    L'essayiste Raphaël Glucksmann doit annoncer ce vendredi 15 mars sa candidature pour les élections européennes de mai, avec l'objectif de prendre la tête d'une liste de rassemblement de la gauche soutenue par le Parti socialiste, a appris jeudi l'AFP auprès de sources concordantes.

    L'Obs - Raphaël Glucksmann se lance dans la course aux européennes, remous au PS

    L’essayiste dirigera une liste qui pourrait être soutenue par le PS, si Olivier Faure obtient la majorité pour cette aventure électorale.

    Quelques jours avant de lancer Place Publique, en novembre dernier, Raphaël Glucksmann nous confiait "a priori ne pas vouloir être candidat aux européennes". Surtout, il ne voulait pas "rajouter une liste de plus". Mais finalement, ce vendredi matin sur France Inter puis lors d’une conférence de presse à la Maison de l’Europe en compagnie de Claire Nouvian (et en l’absence remarquable de l’économiste Thomas Porcher), l’essayiste va annoncer qu’il conduira bel et bien une liste. "Je suis au clair sur la stratégie. On va y aller", expliquait-il en privé il y a quelques jours.

    PIKETTY

    Libé - Tribune de Faure (PS), Laurent (PCF) et de chercheurs pour taxer les multinationales

    Olivier Faure et Pierre Laurent signent avec des chercheurs, dont l’économiste Thomas Piketty, une tribune publiée lundi dans Le Monde, demandant que les multinationales comme Nike ou Total paient «leurs impôts là où elles font leur chiffre d’affaires».

    «Pourquoi ne taxer que les Gafa ? McDonald’s, Nike, Fiat et Total n’utilisent-ils pas eux aussi les paradis fiscaux à grande échelle ?», se demandent les 24 signataires de la tribune qui interpellent le gouvernement français.

    INEGALITES

    Non Fiction - Lutter contre les petites inégalités grâce aux petites solidarités ?

    La réduction des inégalités (revenu, patrimoine, etc.), qui se sont beaucoup accrues au cours des dernières décennies, s’impose aujourd’hui comme un objectif évident vers lequel nos sociétés devraient tendre. Sans négliger cet aspect, François Dubet met l’accent, dans un livre important, sur un autre phénomène : le développement d’un très grand nombre de petites inégalités au sein de nos sociétés qui se sont beaucoup fragmentées en même temps qu’elles se complexifiaient. Selon le sociologue, elles pourraient expliquer le déferlement de colères, de ressentiments et d’indignations que nous enregistrons actuellement, davantage que le niveau et l’évolution des grandes inégalités.

    Observatoire des inégalités - L’évolution des inégalités de salaires entre hommes et femmes

    Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes se réduisent. Ils ont régulièrement baissé du milieu des années 1970 à la fin des années 1990. Depuis 1995, le rattrapage se poursuit, mais à un rythme ralenti. Selon cette tendance, il faudrait encore plusieurs dizaines d’années pour atteindre l’égalité salariale entre femmes et hommes.

    Dans les années 1950, les femmes employées à temps complet [1] percevaient en moyenne deux tiers des salaires masculins. En 1998, elles ont franchi le seuil des 80 %. Le rattrapage a été particulièrement rapide entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980. Depuis, il se poursuit à un rythme plus lent. Les femmes ont grignoté seulement trois points au cours des quinze dernières années, pour atteindre 83,5 % du niveau de salaire des hommes en 2015.

    ALGERIE

    Libé - Benjamin Stora : «Les Algériens ont beaucoup appris de ce qu’ils ont subi»

    Pour l’historien spécialiste du Maghreb, les défections en cascade de figures historiques, mais aussi des syndicats, de la magistrature et de l’armée, ont contribué au renoncement du clan Bouteflika.

    Benjamin Stora (1) est historien, spécialiste du Maghreb. Nous l’avons joint peu après l’annonce du renoncement de Bouteflika à briguer un cinquième mandat consécutif.

    LA FRANCE INSOUMISE

    Le Vent se lève - La France insoumise : du parti au mouvement

    Un des faits les plus notables des dernières années est l’évolution accélérée des partis vers l’adoption de formes mouvementistes. Sous l’effet de la critique de la représentation et de l’entrée dans une société plus liquide, les entreprises politiques ont fini par intégrer de nouvelles formes d’engagement politique, pas nécessairement plus démocratiques. Les cas les plus notables en France sont En Marche ! et La France insoumise, en partie héritière du Parti de gauche. Analyse d’une mutation à partir du cas du mouvement fondé par Jean-Luc Mélenchon.

    EUROPE

    Fondation Jean Jaurès - Le banquier et le citoyen. L’Europe face aux crises financières

    Dix ans après la crise des subprimes, alors que l’euro fête ses vingt ans, les mécanismes mis en place au niveau européen sont-ils suffisants pour faire face aux risques d’une nouvelle crise financière ? La régulation est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux seuls banquiers, juristes et économistes et les citoyens ont, eux aussi, le droit de se forger une opinion. C’est le sens de cet essai : en démystifiant la finance, en analysant les événements financiers les plus marquants, en apportant données, témoignages et anecdotes, Michael Vincent rend visibles les dynamiques qui font tourner le carrousel infernal, afin que soient tirées toutes les leçons des dix dernières années.

    MARX

    Le Vent se lève - Jean-Numa Ducange : « Il y a un dialogue constant entre la France et Marx »

    Spécialiste des gauches dans les pays germanophones et en France, des marxismes et de la Révolution française, Jean-Numa Ducange est maître de conférences à l’Université de Rouen. Auteur de Jules Guesde, l’anti Jaurès ?, il présente la biographie d’un homme passé aujourd’hui au second plan. Nous sommes revenus avec lui sur des figures marquantes de gauche, l’héritage du marxisme ainsi que sa perception des gilets jaunes en tant qu’historien.

    ECOLO

    Le Monde - Climat : l’association Anciela catalyse les bonnes volontés

    Forte d’une centaine de bénévoles, cette association lyonnaise encourage et soutient les initiatives individuelles ou collectives en faveur du climat et du mieux-vivre ensemble.

    Sur ce grand panneau souple accroché dans le local de l’association Anciela, rue Rachais, dans le 7e arrondissement de Lyon, le plan stylisé d’une ville. Mais aux rues, immeubles, squares, habitants, ont été ajoutées une trentaine de petites bornes, telles des épingles plantées. On croirait un jeu pour enfant. Mais l’affaire est on ne peut plus sérieuse. Chaque borne porte un numéro, qui renvoie à une initiative possible pour améliorer l’environnement : épicerie zéro déchet, composteur collectif, hôtel à insectes, jardin partagé, rucher sur les toits, boîte à livres… « On se sert de ce panneau comme d’un support pédagogique, c’est une sorte de cartes des actions qu’on peut mener prêt de chez soi », explique Justine Swordy, 27 ans, animatrice. L’affiche symbolise ainsi toute l’activité de l’association.

    DEMOCRATIE

     
    Voté par l’Assemblée nationale en octobre 2018, le Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) est actuellement examiné par le Sénat. C’est l’occasion de revenir sur la démocratie d’entreprise, qui vient de faire en France l’objet d’une abondante littérature.

    Le projet de loi PACTE

    « Son ambition est claire : des entreprises libérées, mieux financées, plus innovantes et plus justes ». Voilà comment le gouvernement français présentait le 9 octobre dernier sur Twitter ce vaste projet de loi. Pour réaliser cette ambition, il doit en particulier faciliter les liquidations judiciaires, simplifier la création d’entreprises, tourner les PME françaises vers l’export et les faire grossir, notamment en limitant les « effets de seuil » (par exemple, le seuil à partir duquel une entreprise doit se doter d’un règlement intérieur et d’un local de restauration passera de 20 ou 25 personnes à 50).

    Le Monde, Françaoise Fressoz - La démocratie, en danger, doit se réinventer

    Pour contrer la montée des régimes populistes, il serait temps de « remoraliser » la mondialisation et d’y inclure les peuples.

    Le Cercle des économistes. En mai 2017, le V-Dem Institute, un institut de recherche international basé en Suède, avait placé la France en tête des démocraties libérales. En compilant plus de 300 indicateurs à travers 174 pays, il avait distingué l’Hexagone pour la stabilité de ses institutions, la régularité de ses élections, la présence de contrepoids efficaces à l’exécutif et l’existence de puissants mécanismes de redistribution permettant de réduire les inégalités.

    Le Monde - Marcel Gauchet : « Je crains une anomie démocratique »

    Ce qui pose problème aujourd’hui, ce n’est pas le principe démocratique mais la façon de le traduire et de le faire fonctionner, estime le philosophe et historien Marcel Gauchet.

    Penseur de la démocratie, le philosophe et historien Marcel Gauchet est directeur d’études émérite à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), rédacteur en chef de la revue Le Débat (Gallimard), l’une des principales revues intellectuelles françaises, qu’il a fondée avec l’historien Pierre Nora en 1980. Il est l’auteur notamment d’une tétralogie consacrée à L’Avènement de la démocratie (Gallimard, 2017).

    Trois assemblées citoyennes tirées au sort ont fait de l’Irlande un laboratoire exceptionnel pour la démocratie délibérative – entraînant des révisions constitutionnelles majeures : la légalisation du mariage homosexuel et de l’avortement. Comment expliquer ce processus d’une portée inédite ?

    Le sort de la démocratie

    Le XXIe siècle voit la montée en puissance de « l’impératif délibératif » [1], et cela n’est jamais aussi clair que dans le cas de la République d’Irlande. Trois assemblées citoyennes tirées au sort ont récemment fait de l’Irlande un laboratoire exceptionnel pour l’expérimentation démocratique qui s’institutionnalise progressivement et s’articule à l’outil référendaire pour provoquer des révisions constitutionnelles majeures : la légalisation du mariage homosexuel et de l’avortement. Comment expliquer ce processus d’une portée inédite au niveau mondial ?

    LAICITE

    Non Fiction - Un « républicanisme » identitaire

    Selon le politologue Laurent Bouvet, la nouveauté qui justifie le titre choisi est le surgissement, depuis une trentaine d’années, d’un islam visible, dont le symbole est le foulard dit « islamique ». Cette histoire, commencée en 1989 à Creil, est bien connue et il est inutile d’en rappeler les moments forts. D’une façon générale, l’auteur considère le rapport à l’islam comme révélateur des désaccords interprétatifs sur ce qu’est réellement la laïcité, tout particulièrement au sein de la gauche. Quels sont les points saillants de son argumentation ?

    On a tendance, selon L. Bouvet, à définir la laïcité instaurée par la loi de 1905 comme une laïcité libérale et, ce faisant, à la réduire à un dispositif juridique, la séparation du politique et du religieux. De surcroît, on transformerait le principe, incontestablement central, de la liberté de conscience en liberté religieuse dont elle n’est qu’une simple composante. Mais la laïcité qu’Aristide Briand défendait n’était nullement libérale : elle exprimait un point de vue républicain modéré, et il conviendrait de combattre le glissement (voire la trahison) opéré depuis, sous la néfaste influence du libéralisme anglo-saxon.

    ECHEC SCOLAIRE

    La Vie des idées - Échec scolaire et immigration, À propos de : Mathieu Ichou, Les enfants d’immigrés à l’école. Inégalités scolaires, du primaire à l’enseignement supérieur, Puf

    Pour expliquer le constat d’un échec scolaire plus important des élèves issus de l’immigration, M. Ichou propose de prendre en compte les caractéristiques pré-migratoires des familles. En s’appuyant sur des données et des méthodes originales, il pose de solides fondations pour renouveler le débat.

    L’ouvrage de Mathieu Ichou a pour ambition de « rompre avec la vision de l’immigration comme problème social » (p. 271), et ce n’est pas une mince affaire tant la question en France soulève des débats et controverses qui semblent indépassables. Les convictions des uns se heurtent aux croyances des autres, et les termes du débat peinent souvent à se renouveler. La nature et l’ampleur des débats et prises de position en lien avec la « statistique ethnique » ou « statistique des origines » en témoignent. Ici, Mathieu Ichou tente, avec succès, de démontrer son hypothèse centrale : faire le constat d’un échec scolaire plus important des élèves issus de l’immigration cache en réalité une hétérogénéité importante des parcours scolaires de ces élèves.

    PROGRES SOCIAL

    Non Fiction - Redonner un sens au progrès

    Quel crédit accorder aujourd’hui à l’idée de progrès social ? Quelle vision cohérente peut-on en proposer et quelles transformations faudrait-il mettre en œuvre pour avancer dans sa direction ? A ces questions, le Manifeste pour le progrès social, synthèse des travaux d’un panel d’universitaires, apporte des réponses dont la concrétisation ne dépend que de nous. A sa manière, en évitant les grandes envolées, il offre une plateforme réaliste à bien des idées radicales et tord le cou à bien des conceptions étriquées de l’économie et des réformes à faire. On pourrait trouver qu’il en dit trop, s’agissant d’un « manifeste », ou pas assez, pour qui voudrait entrer dans le détail des réformes proposées. Toutefois, l’équilibre était certainement difficile à trouver et les auteurs voulaient visiblement rendre compte des débats qui ont occupé une partie des travaux du panel.

    Non Fiction - Entretien avec Marc Fleurbaey sur le progrès social

    Marc Fleurbaey vient de publier la traduction française du Manifeste pour le progrès social , qui est une introduction aux travaux d'un important panel international d'universitaires. Il a accepté de répondre à nos questions pour présenter cet ouvrage à nos lecteurs.

    Nonfiction : L’ouvrage que vous avez coordonné pour faire connaître le travail du Panel international pour le progrès social (PIPS) vient de paraître en français. Est-ce que vous pourriez présenter pour nos lecteurs l’origine du Panel et le but que celui-ci poursuit ?

    Marc Fleurbaey : L’objectif du Panel est de faire le point sur les tendances des sociétés du monde et d’explorer les pistes de réformes, les idées novatrices qui apparaissent prometteuses pour progresser vers la réduction des injustices et l’épanouissement de chacun.

    ASCENSEUR SOCIAL

    Telos - Non, l’ascenseur social n’est pas en panne! (2)

    Il y a deux ans et demi, je publiais dans Telos un article sous ce même titre, fondé sur les données de l’INSEE issues des enquêtes Formation et qualification professionnelle (FQP), une des principales sources sur la mobilité sociale en France. Or l’INSEE vient de publier les premiers résultats de la dernière enquête FQP réalisée en 2014-2015[1]. Ils justifient pleinement, à partir de données récentes, le titre que je donnais au papier de 2016, « l’ascenseur social n’est pas en panne ». Il me semble donc utile de revenir sur ces résultats, tant l’idée fausse qu’il n’y a plus de mobilité sociale en France (ou seulement du déclassement) est ancrée dans l’opinion (et malheureusement propagée bien souvent par les médias, voire par certains intellectuels).

  • Paris Match - Les coulisses du deal entre le PS et Place publique

    En décidant de s’allier pour les élections européennes, l’essayiste Raphaël Glucksmann et le socialiste Olivier Faure font un grand saut dans le vide.

    «Tu vis ! Ou vois-je ici l’ombre d’une princesse ?» En ce 10 mars, Raphaël Glucksmann relit les vers de Stéphane Mallarmé dans «Hérodiade». Puis il se plonge dans «Horace» de Corneille. Portable coupé pendant trois jours, c’est dans la poésie qu’il a trouvé son réconfort. «Je n’ai jamais été aussi profond en moi», confie-t-il aujourd’hui pour expliquer sa décision de se lancer, avec le PS, comme tête de liste aux élections européennes du 26 mai prochain.

    Lire la suite
    ________________
    ________________

    Le Parisien - Européennes : un proche de Martine Aubry sur la liste Glucksmann-PS

    Après avoir désigné sa tête de liste pour les européennes, le PS cherche désormais à placer ses candidats en position éligible. Parmi eux, Jean-Marc Germain devrait être bien placé.

    Le conseil national du Parti socialiste a massivement voté, samedi, pour que le philosophe Raphaël Glucksmann conduise la liste « socialiste » aux européennes. L’heure est maintenant au placement de ses candidats… Olivier Faure, son Premier secrétaire, peaufine la liste des candidats socialistes qu’il souhaite voir figurer en position éligible pour les européennes. Derrière Raphaël Glucksmann, cofondateur de Place publique, un « aubryste », Jean-Marc Germain, devrait ainsi occuper une place de choix.

    Marianne - L'OPA réussie de Raphaël Glucksmann sur le PS, ou le mariage des repentis

    Raphaël Glucksmann se retrouve tête de liste du PS pour les élections européennes par la grâce d'une opération de communication efficace et après un parcours politique sinueux. Il faut dire que l'historique du fondateur de "Place publique" épouse les reniements passés du Parti socialiste.

    Il y a ceux, comme l'économiste Thomas Porcher, qui sont choqués et déçus par l'annonce de jonction entre la juvénile "Place publique", mouvement citoyen lancé par Raphaël Glucksmann, et le vénérable Parti socialiste. Et puis les autres, qui n'ont pas bronché devant le ralliement de l'intellectuel au PS.