Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2017

PS - Hydrocarbures : poursuivre l’engagement pris par la France dans la transition écologique

Le Parti socialiste accueille favorablement le projet de loi présenté hier par Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, qui vise à mettre fin à l’exploration et à l’exploitation des hydrocarbures en France d’ici à 2040.

Sur le plan écologique, la mesure s’avère pour le moins symbolique au regard de la très modeste production d’hydrocarbures en France (815.000 tonnes, 1% de la consommation des Français). Mais elle envoie un message au reste du monde, comme la France l’avait fait en 2015, avec l’adoption de l’importante loi « de transition énergétique pour la croissance verte », à quelques mois de la Conférence de Paris sur le climat. Le Parti socialiste œuvrera pour que cette nouvelle décision de la France soit suivie par d’autres États.

Ce projet loi va dans le bon sens. Gageons que la discussion parlementaire permettra d’en lever les dernières ambiguïtés, notamment pour éviter que les 31 permis d’exploration d’hydrocarbures délivrés en France ces dernières années ne se transforment en permis d’exploitation. Elle devra s’accompagner d’une position claire du Gouvernement de ne plus recourir à l’importation d’énergies fossiles non conventionnelles, comme les gaz et les pétroles de schiste, aux impacts catastrophiques pour l’environnement et la planète.

Le Parti socialiste soutiendra les initiatives qui engagent la France dans la transition écologique, qui passe par la fin du recours aux énergies fossiles mais aussi par la réduction de la part du nucléaire et l’accroissement des énergies renouvelables dans notre mix énergétique ainsi qu’une amélioration de notre efficacité énergétique.

07/09/2017

Ordonnances Macron-Pénicaud : le Parti socialiste a rencontré la CFDT aujourd’hui

07 septembre 2017

Après avoir rappelé, à l’unanimité, leur opposition aux ordonnances Macron-Pénicaud contre le Code du travail, les socialistes ont souhaité rencontrer les organisations syndicales.

Cette après-midi, une délégation composée de Guillaume Bachelay, Secrétaire national chargé de l’animation, l’expression et la coordination des pôles, Rachid Temal, Secrétaire national chargé de la coordination et de l’organisation et Rita Maalouf, Secrétaire nationale chargée du pôle production et répartition des richesses, a rencontré la direction de la CFDT.

Vendredi 8 septembre, les échanges se poursuivront avec l’UNSA.

05/09/2017

PS - Manifestation du 12 septembre : position du Parti socialiste

05 septembre 2017

Le Parti socialiste soutient, dans le respect de l’indépendance syndicale, toutes les démarches de mobilisation, mais il ne sera pas pour autant co-initiateur de la manifestation du 12 septembre prochain.

Il va promouvoir une campagne pour l’unité au travers d’un tract qui sera publié à plusieurs millions d’exemplaires et des rassemblements devant les préfectures.

 

PS - Rentrée 2017: Monsieur le Ministre, effacer n’est pas progresser !

Le Parti socialiste souhaite une bonne rentrée aux élèves et à leurs parents ainsi, plus généralement, qu’à celles et ceux qui œuvrent, à l’école, dans les collectivités locales ou les associations, à la réussite éducative des enfants et des jeunes dans notre pays.

La rentrée 2017 porte la marque de la contre-réforme Blanquer qui aura consisté, en quelques mois, à détricoter sans évaluation ni concertation, et sans jamais mettre au centre de la décision politique l’intérêt de l’enfant, tout ce qui avait été patiemment construit avec la Refondation de l’école : rythmes scolaires, dispositif « Plus de maîtres que de classes », réforme du collège…

Le Parti socialiste rappelle que défaire à tour de bras ne saurait constituer une politique éducative. D’autant que les mesures prises par le Ministre ne sont pas à la hauteur des défis de notre système éducatif. Elles donnent des gages aux tenants du conservatisme scolaire, scotchés à une école du passé qui a déjà a déjà échoué en s’intéressant aux 70% des élèves qui vont bien à l’école davantage qu’aux 30% qui échouent. Avec le risque d’une aggravation des inégalités sociales, scolaires et territoriales.

Faute de postes supplémentaires suffisants (l’augmentation du budget annoncé pour 2018 est un leurre), le dédoublement des classes de CP en REP+, érigé comme modèle pédagogique définitif, ne peut se réaliser qu’en ponctionnant les moyens des autres écoles, renvoyant aux calendes l’amélioration pour tous les élèves des remplacements ou de la formation des enseignants. Avec le spectre d’un retour à une école à plusieurs vitesses.

A ce stade, la réforme du baccalauréat proposée par le Ministre est appréhendée par le petit bout de la lorgnette et se révèlera contre-productive si elle ne permet pas de réfléchir à un continuum éducatif « -3/+3 » qui favorisent la réussite des élèves dans l’enseignement supérieur.

Les socialistes déplorent  enfin le climat dans lequel s’est déroulée cette rentrée, polluée par des polémiques inutiles et obsolètes lancées par le Ministre sur l’apprentissage de la lecture ou encore sur les conséquences désastreuses de la suppression des emplois aidés qui n’ont pas permis, comme nous l’annoncions, à certaines écoles d’ouvrir normalement en ce jour de rentrée.

« L’école de la confiance », à laquelle le Ministre prétend aspirer, ne se décrète pas, elle se construit dans la concertation et le dialogue.

03/09/2017

PS - Rentrée 2017, les socialistes mobilisés !

Olivier Faure, président du groupe « Nouvelle Gauche » à l’Assemblée nationale, Martial Bourquin, sénateur, et Christine Revault d’Allonnes, présidente de la délégation socialiste française du PS au Parlement européen, sont revenus sur les grands enjeux de la rentrée politique et les combats à mener.

Nadège Azzaz, qui animait cette table ronde, a rappelé en introduction que la politique menée est bel et bien de droite, « elle est sacralisée par le triumvirat de droite, Philippe, Le Maire et Darmanin ».

Que ce soit à l’Assemblée nationale, au Sénat ou au Parlement européen, les élus socialistes sont mobilisés pour proposer des solutions concrètes aux difficultés de nos concitoyens et porter haut les valeurs de la gauche sociale-démocrate.

Christine Revault d’Allonnes, après être revenue sur les évolutions du fonctionnement politique de l’Union européenne, a annoncé que désormais ce sont les militants qui désigneront le président du Parti socialiste européen.

Les euro-députés socialistes français, conformément aux axes de campagne de 2014, sont principalement mobilisés sur les questions sociales. Ainsi en est-il de la révision de la directive dite « travailleurs détachés », actuellement examinée en Commission Emploi, où Guillaume Balas nous représente. « Les gouvernements précédents du quinquennat de François Hollande ont été très actifs, on abouttissait à quelque chose qui était protecteur pour les travailleurs et conforme à nos valeurs », a déclaré Christine Revault d’Allones.

Elle a également rappelé le travail fait par notre délégation en faveur de l’accueil des réfugiés, et la traduction dans le droit communautaire des engagements pris lors de la COP21.

Martial Bourquin, sénateur, a d’emblée évoqué la nécessité d’une « clarification indispensable » : « Il y a rupture avec le quinquennat précédent, dans une version très néolibérale des politiques qui sont proposées ». Mais si notre position d’opposition est certaine, Martial Bourquin a également insisté sur le fait que nous devons également être une force de propositions. « Nous devons être les défenseurs des plus humbles. Nous devons être les défenseurs de ceux qui paient les pots cassés de la crise financière », a-t-il poursuivi.

En outre, les sénateurs socialistes comptent bien défendre l’existence de collectivités locales efficaces et autonomes financièrement, en se battant contre le plan de réduction des dotations aux collectivités locales. «

Olivier Faure a quant à lui débuté son intervention en notant la baisse d’Emmanuel Macron dans les sondages, président le plus impopulaire au bout de trois mois : « On a des Français qui ont aimé la bande annonce, mais qui sont extrêmement déçus par le film. Donc, au bout du premier quart d’heure, plus de la moitié a quitté la salle. Le problème, c’est qu’ils n’ont pas encore regagné les salles voisines ». Malgré tout, Olivier Faure prône un certain optimisme. Les députés La France insoumise se sont « auto-limités » : « Il alignent des boites de conserve, tendent le Code du Travail, font en sorte d’être visibles. Mais leur activisme, leur capacité à être dans l’agitation propre les cantonnent aussi à un rôle qui ne peut pas être celui des alternants ». Face à cela, les socialistes et apparentés à l’Assemblée doivent montrer que nous pouvons nous réinventer, d’où le nom « Nouvelle Gauche » pour notre groupe à l’Assemblée : « Nous voulions arriver à donner un signal à l’opinion publique que nous étions, non pas la reconduction de ce que nous avions été précédemment, mais que nous étions les premiers de la cordée d’une nouvelle ascension ».

Pour notre avenir, Olivier Faure a déclaré qu’avec « tous les talents » qui composent notre parti, nous pourrons « retrouver le succès qui était le nôtre ».

02/09/2017

PS - Elections 2017 : Quelle évolution des clivages politiques en France ?

Chloé Morin, directrice de l’Observatoire de l’opinion de la Fondation Jean-Jaurès, Hervé Le Bras, directeur de recherche à l’IHESS et stratégie à l’IFOP étaient réunis pour cette table ronde intitulée « Nouveau monde / ancien monde, clivage gauche/droite, et les socialistes ? », animée par Isabelle This-Saint-Jean, secrétaire nationale et membre de la Direction collégiale provisoire.

L’année 2017 fut, pour notre parti, « une succession de difficultés lors des différentes échéances électorales » a rappelé Isabelle This-Saint-Jean. Ce fut également une année importante à différents titres pour Les Républicains, divisés, évincés de l’alternance à laquelle ils pensaient avoir droit, pour la France insoumise de Jean-Luc Melenchon, qui s’est installée dans notre paysage politique, pour le Front national, qui conforte sa place en France malgré un recul aux élections législatives, enfin, pour La République en Marche.

Pour Chloé Morin, « nous sommes dans un processus de décomposition/recomposition loin d’être achevé, en tout cas sur le plan idéologique ». En effet, d’apparence, le Parti socialiste comme Les Républicains sont divisés en deux, faisant dire que le clivage gauche/droite n’est plus significatif.

En réalité, le paysage est bien plus fragmenté qu’il n’y paraît. « Il reste des questions sur lesquelles le socle électoral d’Emmanuel Macron est divisé en deux, avec un clivage gauche/droite qui continue de fonctionner. Il existe des sujets sur lesquels les sympathisants socialistes sont proches de La France Insoumise et éloignés d’Emmanuel Macron, et inversement sur d’autres questions », ajoute Chloé Morin.

Des propos approuvés par Hervé Le Bras, pour qui un deuxième clivage « ouvert/fermé » est apparu, sans toutefois faire disparaître le traditionnel clivage gauche/droite. Selon lui, malgré les divisions multiples à gauche et à droite, trois éléments montrent que le clivage gauche/droite reste pertinent. Tout d’abord, les sondages quotidiens de l’IFOP avant l’élection présidentielle, ont montré la constance de la somme des voix de Benoit Hamon et Jean-Luc Melenchon. Les différentes études montrent également qu’il n’y a pas eu de porosité entre les électorats de Jean-Luc Melenchon et Marine Le Pen. Enfin, à l’intérieur même de l’électorat d’Emmanuel Macron subsiste le clivage gauche/droite.

Pour Hervé Le Bras, deux oppositions cohabitent désormais. Il existe bel et bien un clivage ouvert/fermé évident si l’on observe la cartographie des votes Macron et Le Pen. Mais, deux oppositions existent : ouvert/fermé qui correspond à Macron/Le Pen, et riches/pauvres, plus classique, que recouvre l’opposition Fillon/Melenchon. Pour Hervé Le Bras, « la première opposition a légèrement devancé la deuxième, mais la deuxième continue d’exister et pourrait repasser au premier plan ».

L’électorat socialiste s’est homogénéisé sur de nombreuses questions, comme par exemple l’idée que la mondialisation est une opportunité, souligne Chloé Morin, mais reste divisé sur d’autres, notamment sur le rapport à l’avenir et l’idée que le pays serait en déclin, ou sur le rapport au parti et aux hommes politiques.

Aujourd’hui, ce paysage n’est pourtant pas stabilisé. Hervé Le Bras rappelle qu’au 1er tour des élections législatives, La République En Marche n’a fait que 24%. Le débat sur l’insécurité en terme d’emploi, sur les étudiants et l’université, la baisse des APL, marque un retour « vers des problématiques qui me paraissent être plus proches de la coupure droite/gauche », estime Hervé Le Bras. Une analyse partagée par Chloé Morin pour qui, à l’heure actuelle, le débat est à gauche, « le mécontentement qui grandit est plutôt à gauche ». « Sur son flanc gauche, la question de la justice sociale commence à s’imposer comme étant vraiment problématique » ajoute-elle, ce qui ne signifie pour autant pas que « le Parti socialiste sera automatiquement bénéficiaire de ces débats-là ».

L’espace politique pour une gauche sociale-démocrate, une gauche d’opposition, une gauche de gouvernement existe donc toujours bel et bien. Au PS, ses élus, ses cadres, ses militants, de continuer à la faire vivre !

31/08/2017

PS - Des ordonnances insoutenables

31 août 2017

La présentation des ordonnances aujourd’hui par le Premier ministre et la ministre du Travail a confirmé de nombreuses craintes qui s’étaient fait jour au cours de la concertation avec les organisations syndicales et patronales. Les ordonnances reposent sur un déséquilibre dans la relation entre les employeurs et les salariés que le Parti socialiste ne peut soutenir.

Ainsi, la disparition des Comités d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail est confirmée avec la fusion des instances représentatives du personnel, à l’exception de quelques secteurs à risque. C’est oublier que tout travail peut comporter des dangers pour un salarié, notamment celui du harcèlement. Avec la fusion, les élus auront moins de temps à consacrer à ces questions et seront moins nombreux pour le faire. De même, la remise en cause d’une partie des critères de pénibilité est un coup supplémentaire porté à la santé des travailleurs.

L’abandon du mandatement syndical dans les entreprises de moins de 50 salariés et la possibilité de recourir à l’adoption d’un accord d’entreprise par un référendum d’initiative patronale constituent une profonde remise en cause de la place des syndicats dans l’entreprise. En ouvrant ces deux possibilités, le gouvernement ne tient pas compte de l’asymétrie du rapport de force entre salariés et employeurs, que les syndicats rééquilibraient jusque-là. Les salariés seront fragilisés face aux pressions d’une direction qui souhaiterait, par exemple, baisser les salaires ou augmenter le temps de travail. Quant à la création de la rupture conventionnelle collective, où va-t-on ?

La mise en place d’un barème obligatoire pour les indemnités en cas de licenciement abusif, avec un plancher bas et un plafond également très inférieur à la jurisprudence, constitue une ligne rouge invariable pour le Parti socialiste. Il s’agit d’une mesure qui n’a pour but que de permettre à des employeurs parfois mal intentionnés de provisionner le coût d’un licenciement injuste et injustifié. Plus encore, à partir du moment où un barème obligatoire est fixé, on peut même s’interroger sur l’utilité des prud’hommes !

Autant de raisons qui avaient conduit en 2016 le Parti socialiste à refuser la première loi travail. Il réitère aujourd’hui son désaccord sur le contenu des ordonnances prises par le gouvernement. Si la concertation a été saluée avec raison par les organisations syndicales, elle n’a pas permis d’arriver à l’équilibre revendiqué par le gouvernement. Les ordonnances permettront surtout de licencier plus facilement tout en protégeant moins efficacement.

Le Parti socialiste condamne fermement l’agression de Boris Faure

31 août 2017

En fin de journée, une altercation a eu lieu à Paris entre Boris Faure, Premier secrétaire de la Fédération socialiste des Français de l’Etranger, et un député de La République En Marche, M’jid El Guerrab.

Si les circonstances restent encore à éclaircir, il semble établi que notre camarade a reçu des coups, notamment de casque de scooter, d’une violence telle que les pompiers ont été contraints de le transporter en urgence à l’hôpital où il a dû subir une opération chirurgicale.

Le Parti socialiste condamne avec la plus grande fermeté cette agression. Rien ne saurait justifier un tel déchainement de violence. Toutes les conséquences de cet acte devront être tirées.

Nous adressons notre fraternel soutien à notre camarade, à sa famille et à ses proches. Qu’ils sachent que la famille socialiste est unie derrière eux.

30/08/2017

PS, G.Bachelay - Pourquoi il faut une vision claire et forte pour l’industrie française

Il y a un mois, le gouvernement annonçait la nationalisation transitoire des chantiers navals de Saint-Nazaire. A cette occasion, l’industrie s’est trouvée au cœur du débat public après une période électorale dont elle fut hélas absente. Au-delà de cette décision nécessaire pour STX France, il faut une vision globale, claire et forte pour l’industrie française.

On ne dira jamais assez les dégâts causés par l’idéologie post-industrielle qui irrigua la pensée économique de la fin des années 1970 à la crise de 2008, aux Etats-Unis et en Europe, à l’exception constante de l’Allemagne.

Le quinquennat précédent, c’est l’un de ses apports, avait fait du défi productif une urgence. L’industrie représente dans notre pays 80% de la recherche privée et les trois-quarts des exportations. Sans elle, pas de création durable d’emploi ni de ressources pérennes pour la protection sociale, pas d’aménagement des territoires ni de réelle pesée dans le concert des nations. Sans oublier l’enjeu démocratique: là où l’industrie décroît, l’extrême droite et l’abstention progressent.

Sous l’effet du Pacte de responsabilité, du CICE, du crédit d’impôt recherche sanctuarisé, de la banque publique d’investissement (bpifrance), des plans de la Nouvelle France industrielle, des investissements d’avenir accrus, et d’une conjoncture plus favorable, aujourd’hui des résultats sont là: les marges des entreprises sont regonflées et l’investissement redémarre. Selon l’INSEE, les dépenses d’investissement des industriels pourraient croître de 7% cette année.

Diversifier l’investissement

La politique industrielle doit rester une priorité. La concurrence mondiale est féroce. L’économie de l’immatériel percute l’organisation de la production et du travail. Produire bas carbone est d’intérêt humain. Aux réalités globales s’ajoutent des données hexagonales: trop peu d’entreprises exportatrices et de brevets déposés.

L’investissement, clé de voûte de la réindustrialisation, doit être diversifié, notamment en direction des PME pour diffuser la culture numérique en leur sein, mais aussi déconcentré afin de ne pas se limiter à une partie des entreprises, des activités ou des territoires. Il doit être matériel – machines, logiciels, services – et humain – pour renforcer la formation professionnelle initiale et continue, anticiper et accompagner les transitions professionnelles grâce à des sécurités nouvelles pour les salariés. Leurs qualifications et leurs savoir-faire sont la première richesse d’une entreprise. Tel devrait être le sens d’une véritable réflexion sur le travail à l’heure de la mondialisation déloyale et de la révolution digitale. C’était la raison d’être du Compte personnel d’activité mis en place en janvier dernier.

En matière d’investissement, toute la chaine de valeur est à irriguer – le soutien aux sous-traitants est décisif –, comme toutes les infrastructures: réseau ferré, très haut débit, équipements portuaires. Côté financement, la priorité aux PME pour qu’elles investissent, innovent, exportent, embauchent, est à conforter. A cet égard, prolonger la mesure de suramortissement mise en place en 2015 et qui a fait ses preuves, serait plus utile aux PME et aux ETI industrielles pour se moderniser que le démantèlement programmé de l’impôt sur la fortune.

Dans la mondialisation, c’est la montée en gamme qui fera la différence, la performance et l’indépendance, qui évitera au « fabriqué en France » d’être exposé à la concurrence par les prix. La qualité de l’offre industrielle française passe par l’innovation pour consolider, par une stratégie où Etat, Régions et intercommunalités sont partenaires, les filières du futur –objets intelligents, ville durable, transports autonomes, efficacité énergétique, alimentation saine et sûre, santé, économie des données, etc. –, développer les services clients et faire primer l’excellence écologique.

Economie circulaire qui ancre l’activité dans les territoires, recyclage des matériaux, stockage de l’énergie: la compétitivité industrielle et la transition écologique sont indissociables. Le Plan Climat du gouvernement a confirmé les engagements pris par la précédente majorité et lors de la COP21. Pour se concrétiser, il exige que tous les acteurs – entreprises, filières, branches professionnelles, collectivités territoriales, réseau consulaire, partenaires sociaux, Etat – soient mobilisés autour d’une politique industrielle bas carbone avec un agenda partagé, des objectifs précis, des moyens identifiés, des résultats évalués et publics.

L’innovation doit aussi être sociale. Renforcer, comme la gauche l’a fait, la présence des salariés dans les conseils d’administration ou de surveillance est essentiel pour définir et mettre en œuvre la meilleure stratégie économique – et non court-termiste et financière – pour l’entreprise, ses savoir-faire, ses équipes.

Encore faut-il, pour une telle stratégie d’ensemble, que les politiques de l’Union européenne servent l’industrie durable. Le plan d’investissements dit Juncker, voulu par la France dès 2012, est une évolution positive. Il en faudra au moins deux autres. D’une part, réduire le rôle juridique de la Commission en matière de concurrence car elle empêche la constitution de champions européens – comme dans le domaine stratégique de l’intelligence artificielle. D’autre part, muscler la politique commerciale de l’Union pour qu’elle défende ses valeurs, ses intérêts, ses normes sociales et environnementales dans le libre-échange. Le réveil de l’Union européenne face au dumping chinois sur le marché de l’acier ou au protectionnisme de Trump est bienvenu, mais il est tardif et encore timide.

Décidément, beaucoup du futur du pays et du continent se joue dans l’ambition pour l’industrie.

Lire sur le site de Challenges

29/08/2017

PS - Blanquer, la droite décomplexée pour une école du passé

Le Parti socialiste exprime son étonnement et sa désapprobation à la suite des déclarations de Monsieur Blanquer, Ministre de l’éducation nationale, dans les colonnes du JDD.

Pour le Ministre,  » l’ennemi du service public, c’est l’égalitarisme. Son ami, la liberté« . Comment peut-on vouloir la liberté sans l’égalité ? Pourquoi dévoyer ainsi l’égalité et la confondre avec l’égalitarisme ? La liberté dont se réclame le Ministre serait-elle le parangon du libéralisme à l’école ?

Plus inquiétant, Monsieur Blanquer semble oublier que depuis des années notre système scolaire souffre d’abord d’être l’un des plus inégalitaire de l’OCDE, que les déterminismes sociaux y pèsent davantage qu’ailleurs dans le destin scolaire des élèves et qu’il est donc du devoir de l’Etat d’intervenir pour donner les mêmes chances de réussir à tous les élèves, quelles que soient leurs origines, dans tous les territoires. Pour les socialistes, puisqu’il s’agit d’élever le niveau général de savoir, de connaissances et de culture de notre pays, l’ennemi reste la reproduction, et même l’aggravation, des inégalités sociales et culturelles à l’école. C’était tout le sens de la Refondation de l’école qui aurait dû se prolonger et que le gouvernement détricote avec méthode pour faire des économies sur l’éducation, de la maternelle à l’université.

Le Ministre déclare un peu plus loin  » Nous ne venons pas de nulle part, nos racines gréco-latines structurent notre vie « . Qu’avait-il besoin de rouvrir ce débat ? et avec autant de maladresse ? Le Parti socialiste reste en effet interdit devant de tels propos qui s’inscrivent dans une vision erronée et tronquée de l’histoire de France qui ferait passer Clovis pour un romain et les Celtes pour des hellénistes. Comment le Ministre peut-il parler de  » vivre ensemble  » en négligeant toutes les origines et influences qui se sont brassées sur notre sol pour constituer la France ? Monsieur Blanquer avait émis des doutes en mai dernier sur les programmes d’histoire, nous ne saurions trop lui conseiller de profiter de l’été, d’abord, pour les réviser.

Il n’est donc pas étonnant que l’hebdomadaire Valeurs Actuelles ait affiché son soutien à Monsieur Blanquer, à la suite de ses déclarations qui empruntent très largement à la droite décomplexée. Pour le Parti socialiste, cette voie apparient au passé et l’expérience nous a montré que l’école n’avait rien à y gagner.