Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2017

La Vie des idées - Produire jusqu’à l’épuisement À propos de : Robert J. Gordon, The Rise and Fall of American Growth : The U.S. Standard of Living since the Civil War, Princeton University Press.

Dans un ouvrage documenté et limpide, Robert J. Gordon retrace le progrès économique aux États-Unis depuis 1870. La croissance soutenue de la productivité et du niveau de vie semble s’être épuisée depuis 1970 : la révolution numérique pourrait à cet égard n’être que mirage.

 
Recensé : Robert J. Gordon, The Rise and Fall of American Growth : The U.S. Standard of Living since the Civil War, Princeton, Princeton University Press, 2016.

Si les Trente glorieuses exercent sur nos contemporains une telle fascination, c’est qu’elles représentent l’âge d’or de notre modernité et que le rythme trépidant auquel s’y accomplirent les changements de nos modes de vie, fait cruellement défaut à notre époque. Au rebours des graphiques où les courbes des indicateurs semblent s’élever inexorablement, le livre de R. J. Gordon nous apporte la démonstration que le meilleur est derrière nous et que le monde développé est déjà entré, depuis une génération, dans la « longue stagnation ». Ce faisant, il nous invite à changer de perspective sur notre présent : le buzz qui entoure les nouvelles technologies nous masque les dynamiques souterraines actuelles. L’auteur reprend et généralise le fameux « kitchen test » de Paul Krugman, qui montre que nous exagérons à tort l’importance des nouveautés les plus récentes. À y regarder de près, c’est une erreur de perspective : une cuisine-type du début du 21e siècle partage en réalité beaucoup plus de traits avec une cuisine des années 1950 que cette dernière avec une cuisine du début du 20e siècle.

Lire la suite
_____________________
_____________________

10:40 Publié dans Analyses | Tags : robert j. gordon | Lien permanent

18/02/2017

Le Monde - Présidentielle : la désagrégation du vote de gauche se poursuit

L’ancrage électoral des catégories socioprofessionnelles dépasse le traditionnel clivage gauche-droite, selon Martial Foucault, le directeur du Cevipof.....

La onzième vague de l’enquête du Cevipof confirme l’érosion d’un vote de classe, amplifiée par une recomposition de l’espace électoral autour de quatre ensembles de familles politiques (gauche, centre, droite et extrême droite). Lors de chaque scrutin se pose la question du vote des différentes catégories socioprofessionnelles avec son lot de polémiques. Pour répondre avec exactitude, il est important de distinguer l’effet de composition (sur cent ouvriers, y a-t-il une majorité d’entre eux qui s’expriment pour le Front national ?) et l’effet de structure (parmi cent électeurs de Benoît Hamon, combien sont ouvriers ?).
 
Lire la suite
______________________
______________________

13:00 Publié dans Analyses | Tags : cevipof | Lien permanent

13/02/2017

Le vent se léve - L’urgence de renouer avec la « France périphérique » : la leçon de C. Guilluy

Lorsque ses essais sont publiés, Christophe Guilluy provoque souvent des polémiques, lui valant des critiques vives venant du monde universitaire et du monde politique. Il est entre autres auteur de La France périphérique, comment on a sacrifié les classes populaires en 2015 ou, plus récemment, du Crépuscule de la France d’en haut, et peut être qualifié de « géographe de gauche » à tendance chevènementiste. Retour sur une grille de lecture intéressante, au-delà des polémiques.

Lire la suite
__________________
__________________

17:30 Publié dans Analyses | Tags : guilluy | Lien permanent

12/02/2017

Mediapart - Affaire Fillon : pas d’atteinte à la séparation des pouvoirs

Le professeur de droit constitutionnel Dominique Rousseau réplique aux avocats de François et Penelope Fillon qui affirment que l’enquête judiciaire porterait atteinte au principe de séparation des pouvoirs et qu’aucun parlementaire ne pourrait jamais être poursuivi pour «détournement de fonds publics» dans l'exercice de son mandat.
La séparation des pouvoirs ne signifie pas droit pour le pouvoir exécutif de faire ce qu’il veut, droit pour les parlementaires de faire ce qu’ils veulent, droit pour les juges de juger comme ils le veulent. Elle signifie que chacun des trois pouvoirs doit être indépendant dans sa formation et dans l’exercice de ses compétences.

Ainsi, pour les parlementaires, afin de protéger l’exercice de leur mandat de toute intrusion de l’exécutif et du judiciaire, l’article 26 de la constitution prévoit qu’aucun « membre du Parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou vote émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Ce que la séparation des pouvoirs protège, c’est la liberté d’expression politique de la Nation qui parle par la voix du parlementaire – « ses votes et ses opinions » – ce n’est pas l’utilisation qu’il peut faire du crédit affecté à la rémunération de ses collaborateurs.
 
Lire la suite
______________________
______________________

17:00 Publié dans Analyses | Tags : dominique rousseau, fillon | Lien permanent

Fondation Jean Jaurès - Le revenu d’existence : une nouvelle régulation sociale

Depuis près d’un an, la Fondation Jean-Jaurès se penche sur la question du revenu d’existence, par différents moyens : expérimentation en partenariat avec le conseil départemental de Gironde, simulations chiffrées avec le Cepremap de Daniel Cohen et l’IPP d’Antoine Bozio, publication de travaux sur le sujet. Sans a priori, elle explore ainsi les potentiels mais aussi les limites d’une proposition au cœur du débat d’idées dans notre pays. C’est dans ce cadre que s’inscrit la contribution de David Djaïz et Julien Dourgnon. 

Lire la suite
____________________
____________________

11/02/2017

Libé - Michéa, c’était tellement mieux avant

Le philosophe creuse son sillon : la gauche a trahi le socialisme des origines et le peuple. Ennemi du libéralisme économique et culturel, il se trouve mis à distance par les intellos de gauche et chéri par droite et extrême droite.....

Pourtant dans l’interview (musclée) qu’il a donnée à Libération, Michéa rappelle que tout son livre «doit être lu comme un soutien à la révolution culturelle accomplie par Podemos et aux combats des partisans de la décroissance !» Le mouvement espagnol s’est affranchi du vieux clivage gauche-droite – qui ne conduit pour Michéa qu’à opposer un peuple de gauche à un peuple de droite – pour mieux combattre «ceux d’en haut». Il cite à de nombreuses reprises les philosophes Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, qui, par leur réhabilitation d’un populisme généreux, ont largement inspiré le mouvement espagnol. Mais Chantal Mouffe, elle, assure «très mal connaître l’œuvre de Michéa». Quant à l’économiste de la gauche radicale Frédéric Lordon, qui partage l’anticapitalisme de Michéa et «sa vacherie sarcastique à propos des plus ridicules manifestations de la branchitude mondialisée», il a pris ses distances avec le philosophe

Lire la suite
________________
________________

22:30 Publié dans Analyses, Article du jour | Tags : michea | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Les sports d’hiver, une pratique de privilégiés

3 février 2017 - 40 % des cadres partent en vacances l’hiver au moins une fois tous les deux ans, contre 9 % des ouvriers. Seuls 8 % des Français partent au ski au moins un an sur deux.


Les deux tiers des Français ne partent jamais en vacances l’hiver (de début décembre à fin mars) selon le Crédoc [1]. Moins d’un Français sur cinq (17 %) part au moins une fois tous les deux ans, un sur dix tous les ans. Partir skier est encore plus rare. 8 % des Français partent au ski au moins une fois tous les deux ans (voir encadré).

Seuls certains groupes - les cadres (40 %), les hauts revenus [2] (31 %) ou les diplômés du supérieur (33 %) - plient bagages au moins un an sur deux à cette période de l’année. Et parmi ceux qui partent, moins de la moitié vont à la montagne.

Lire la suite
___________________
___________________

09:41 Publié dans Analyses | Tags : observatoire des inégalités | Lien permanent

10/02/2017

Observatoire des inégalités - Les adolescents des cités sont-ils enfermés dans des ghettos ?

7 février 2017 - Les jeunes sont inégaux face à la faculté de se déplacer, comme le montre l’exemple des adolescents des cités. Encore faut-il se méfier de tout simplisme dans ce domaine : davantage que l’effet de quartier, c’est celui qui milieu social d’origine qui pèse sur leurs déplacements vers d’autres territoires que le leur. L’analyse de Nicolas Oppenchaim, sociologue, maître de conférences à l’université de Tours.

Cet article s’appuie sur l’exploitation de l’Enquête globale transport de 2010 et d’une enquête de terrain dans des quartiers pauvres de banlieue parisienne.

La mobilité hors de son quartier d’habitation constitue une expérience essentielle pour les adolescents [1], qui participe à leur socialisation [2]. Elle donne accès à des équipements urbains différents de ceux qu’ils connaissent déjà, elle permet de s’émanciper en partie de la tutelle des adultes et de découvrir de nouveaux univers. En explorant des espaces publics inconnus, les adolescents sont confrontés à d’autres citadins, à des comportements, à des architectures et à des équipements dont ils ne sont pas toujours familiers. Ces mobilités mettent à l’épreuve les habitudes qu’ils ont acquises dans leur famille, dans leur quartier ou à l’école. Les adolescents des quartiers les plus pauvres des villes [3] ont-ils alors les mêmes pratiques de mobilité que celles des jeunes de leur âge ? Sont-ils enfermés dans des « ghettos » ?

Lire la suite
_____________________
_____________________

11:45 Publié dans Analyses | Tags : observatoire des inégalités | Lien permanent

09/02/2017

OFCE - L’économie européenne 2017, ou l’UE après le Brexit

2 février 2017

par Jérôme Creel

L’économie européenne 2017 permet de faire un large tour d’horizon des questions que pose aujourd’hui le projet d’Union européenne. Brexit, migrations, déséquilibres, inégalités, règles économiques rigides et souples à la fois : l’UE reste une énigme. Elle donne aujourd’hui l’impression d’avoir perdu le fil de sa propre histoire et d’aller à rebours de l’Histoire. Celle, récente, de la crise financière internationale. Celle, plus ancienne, de la Grande Dépression.

Quelques mois après la faillite de la banque Lehman Brothers, les chefs d’Etat et de gouvernement réunis à Londres pour le sommet du G-20 en avril 2009 avaient établi une liste de recommandations pour relancer l’économie mondiale. Parmi celles-ci figuraient la mise en œuvre de politiques budgétaires et monétaires actives, le soutien aux banques assorti d’une meilleure réglementation bancaire, le refus de la tentation protectionniste, la lutte contre les inégalités et la pauvreté et le soutien au développement durable.

Lire la suite
____________________
____________________

17:40 Publié dans Analyses | Tags : ofce, brexit | Lien permanent

Questions de communication - Julia Cagé, Sauver les médias. Capitalisme, financement participatif et démocratie

Julia Cagé, Sauver les médias. Capitalisme, financement participatif et démocratie, Paris, Éd. Le Seuil/Éd. La République des idées, 2015, 128 pages

Il y a eu la baisse et le vieillissement du lectorat, les craintes et les espoirs suscités par le développement de l’internet, les hésitations et les désillusions de la recherche de nouveaux modèles économiques, les errements du tout gratuit et la nouvelle concurrence des pure players, le mercato des dirigeants et la valse des actionnaires. Chaque fois que les médias font la une, c’est pour ajouter un couplet à la longue litanie d’une crise qui semble toujours pouvoir trouver de nouvelles formes. Les années 2010 n’ont pas été avares en bouleversements du paysage médiatique : arrêt de France Soir et de La Tribune (même si cette dernière a été relancée sous une autre forme depuis), changement de propriétaire au Monde et au Nouvel Observateur, même opération accompagnée d’un conflit social à Libération, redressement judiciaire de Nice Matin. 2014, et surtout 2015, ont vu la reprise, à un rythme soutenu, d’un mouvement de concentration au profit d’acteurs venus non plus, comme autrefois, de l’industrie (Serge Dassault, Arnaud Lagardère), mais des télécoms (Xavier Niel, Patrick Drahi) ou de la finance (Matthieu Pigasse). Le tout dans un contexte de baisse continue des ventes de journaux et du chiffre d’affaires de la publicité que ne compense pas la diffusion numérique de la presse, et qu’accompagnent des plans de licenciements toujours plus nombreux.

Lire la suite
____________________
____________________

07:48 Publié dans Analyses | Tags : julia cage | Lien permanent