Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2017

L'actualité des socialistes du 3 au 9 novembre

France 2 : La chanson de Craonne et les "fusillés pour l'exemple" pendant la guerre 14/18

Dans notre nouvelle série «  mauvais rêve » consacrée à 14-18, « 13.15 Le Dimanche » vous raconte l’histoire d’une chanson, une valse maudite, « la chanson de Craonne ». Au Printemps 1917, elle racontait le destin de ceux qui refusaient de monter au front, ceux qu’on appellera par la suite « les mutins »…Au Chemin des Dames, ils furent près de 60 000 ! Ils ne supportaient plus l’absurdité des batailles...

A LA UNE

Le Vent se lève - Macron est un joueur de flute – Entretien avec Gaël Brustier

Gaël Brustier est conseiller politique, essayiste et politologue. Il est notamment l’auteur de Le Mai 68 conservateur : que restera-t-il de la Manif pour tous ? paru en 2014 aux éditions du Cerf et de A demain gramsci, paru en 2015 chez les mêmes éditions.....

LVSL : Comment définiriez-vous l’ « objet politique » Macron ? Certains auteurs parlent d’un populisme néolibéral, vous employez l’expression de « populisme élitaire ». Sa victoire n’est-elle pas la manifestation d’une révolution passive, sur le mode du « tout changer pour que rien ne change » ?

Emmanuel Macron, c’est l’homme qui part de 6% d’électeurs sociaux-libéraux et qui agglomère autour de lui un électorat composé des groupes sociaux les plus favorisés, et une France « optimiste » notamment ceux de l’ouest qui ressentent la situation comme meilleure qu’il y a trente ans. Il vise à adapter le pays au capitalisme californien et à une Ve République régénérée. Cela suppose de liquider le système partisan précédent pour imposer une armée de clones. Íñigo Errejón parle de populisme antipopuliste. C’est un populisme qui nie les clivages, les frontières entre les Français, qui utilise l’idéologie du rassemblement national. C’est une tentative de transformisme, un populisme des élites dans le sens où son projet va bénéficier aux groupes sociaux les plus favorisés qui essaient de reprendre le contrôle du pays. Lui, c’est le joueur de flûte qui raconte une histoire à laquelle sont supposés adhérer les Français.

PARADISE PAPERS

OXfam - ParadisePapers : ce scandale fiscal doit être le dernier

Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a publié aujourd’hui des informations sur des entreprises et des particuliers qui soustraient aux États des milliards de dollars de recettes fiscales. En réaction, Oxfam rappelle plus que jamais l’urgence pour les responsables politiques de prendre des mesures permettant de mettre un terme aux pratiques d’évasion fiscale des grandes entreprises et des grandes fortunes.

Le Monde - Gabriel Zucman : « L’évasion fiscale est non seulement injuste mais augmente aussi les inégalités »

L’économiste spécialiste des paradis fiscaux a répondu, mardi, aux questions des lecteurs du « Monde.fr ».

Deux jours après le début des révélations de l’enquête internationale « Paradise Papers », menée conjointement par Le Monde, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et 95 médias dans le monde, Gabriel Zucman, économiste spécialiste des paradis fiscaux et des inégalités, a répondu, mardi 7 novembre, aux questions des lecteurs du Monde.fr.
 

Les schémas fiscaux que permettent d’observer les documents obtenus par Le Monde et ses partenaires de l’ICIJ montrent l’impuissance des Etats à réguler durablement les pratiques d’évitement fiscal des grandes entreprises.

« Nous nous engageons à prendre des actions pour parvenir à un système fiscal international moderne et juste à l’échelle internationale. » Le 16 novembre 2015, la déclaration du G20 avait résonné comme un coup de semonce à l’encontre des multinationales et de leurs stratégies de délocalisation des profits dans les paradis fiscaux. Les ministres de l’économie et des finances des vingt plus grandes puissantes mondiales venaient d’aboutir à un compromis politique pour entériner le fameux plan « BEPS » de lutte contre l’optimisation fiscale abusive des très grandes entreprises.
 
INEGALITES
 
Données 3 novembre 2017

Les revenus moyens progressent avec l’âge, mais comment les revenus par âge ont-ils évolué ces dix dernières années ? Pour les 60-69 ans, ils sont orientés à la hausse, avec une progression de 13 %. Chez les jeunes de 18 à 29 ans, le niveau de vie moyen stagne. Les inégalités de revenus entre groupes d’âge se creusent et se doublent d’inégalités d’accès au logement et à la propriété.

Observatoire des inégalités - Favoriser l’autonomie des jeunes

Taux de chômage et de pauvreté élevés, précarité grandissante : les jeunes d’aujourd’hui ne sont pas épargnés. Lutter contre la reproduction des inégalités sociales au sein de la jeunesse nécessite d’étendre les droits sociaux dès 18 ans et de créer un dispositif universel d’accès à l’autonomie. Par Camille Peugny Sociologue, maître de conférences à l’université Paris VIII. Extrait de l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? ».

CHANGEMENT CLIMATIQUE

Oxfam - Les plus pauvres sont cinq fois plus victimes des déplacements climatiques

Selon Oxfam, les populations vivant dans des pays à revenu faible et à revenu intermédiaire sont en moyenne cinq fois plus susceptibles d'être déplacées à cause de catastrophes climatiques extrêmes et soudaines (comme les tempêtes ou les inondations) que les habitants de pays à revenu élevé.

Dans son rapport « Déracinés par le changement climatique »,Oxfam démontre l’extrême inégalité du changement climatique qui touche plus durement les populations les plus pauvres, celles dont les émissions de gaz à effet de serre sont à peine mesurables. Ainsi, entre 2008 et 2016, 14 millions de personnes ont été déplacées dans les pays à revenu faible et intermédiaire contre seulement 1 million dans les pays riches.

CHARLIE

Fabrice Nicolino - Cette gauche qui s’est toujours couchée devant les despotes

Deux ans déjà. Deux ans qu’il nous faut supporter leurs leçons politiques et morales. Charlie serait allé trop loin. Charlie ne respecterait rien. Charlie l’aurait peut-être bien cherché. Mais derrière les dégoûtantes vomissures de nos grands penseurs de gauche, il y a une histoire. La soumission au totalitarisme.

Vous les Pleureuses, vous les salauds qui avez craché sur Charlie tout en faisant les beaux esprits, voici votre histoire, et elle est sinistre. Elle ne commence pas avec la Russie stalinienne, mais c’est là qu’elle a déployé, pour la première fois avec tant de force, sa bassesse. Entre 1917, date de la révolution d’Octobre et 1991, année de la disparition de l’URSS, les intellectuels de gauche français se seront (presque) tous couchés.

ROBOTS

Non Fiction - Comment se répartiront à l'avenir les compétences entre nous et les robots ?

Nicholas Carr s’est rendu célèbre par sa dénonciation des effets d’Internet sur notre intelligence . Il récidive avec Remplacer l’humain, critique de l’automatisation de la société, paru aux Etats-Unis en 2014, qui vient d’être traduit en français aux éditions de L’échappée.

Une automatisation synonyme de déqualification

L’automatisation, explique-t-il, entraîne une déqualification qui se révèle particulièrement dangereuse lorsque l’homme doit reprendre la main dans des situations exceptionnelles. L’utilisation systématique du pilote automatique dans les avions prive ainsi les pilotes de la possibilité d’entretenir leurs compétences et compromet finalement la sécurité des appareils. La numérisation des dossiers médicaux se traduit par une inflation des coûts, y compris parce qu’elle favorise, semble-t-il, les considérations mercantiles, mais également une baisse de qualification des médecins et une dégradation de leur réflexion liée en particulier à la modification induite par l’automatisation de la prise de notes.

ISLAMISME RADICAL

Drôle de journée. Tu suis de loin les divagations de l’avocate de C8, appelant quasiment à euthanasier les journalistes. Et puis, finalement, tu tombes sur ça… Un éditorial de Le Boucher, qui te laisse scotché sur place, interdit, plié de rire, les bras ballants, la libido démolie pour au moins deux jours. Mais l’ancien élève de 1ère que tu es reprend vite le dessus et se dit qu’il y a un sacré commentaire de texte à faire. « Ah l’enc***, il a osé le medley ultime du journaliste économique de caniveau ? », tu te dis. « Eh ben, on y va ».

Bon, on résume brièvement les paroles de Le Boucher : le Français moyen est inculte en économie, donc il ne comprend pas le sens profondément économique des réformes d’Emmanuel Macron. Et je [Nda : pas moi, lui] vais vous expliquer pourquoi. Vous comprendrez en quoi c’est grave.

EUROPE

La Vie des idées - L’économie politique européenne

À propos de : Michel Aglietta et Nicolas Leron, La double démocratie : Une Europe politique pour la croissance, Seuil

« Euro », « budget européen », « dette commune »… Le récent ouvrage de deux économistes restaure patiemment la signification politique et sociale de ces « gros mots » de l’Union économique et monétaire, renouant avec le projet trop longtemps laissé en friche d’une économie politique européenne.

Recensé : Michel Aglietta et Nicolas Leron, La double démocratie : Une Europe politique pour la croissance, Paris, Seuil, 2017, 208 p., 20 €.

Il en coûterait à chacun d’entre nous… mais il faudrait peut-être s’astreindre, avant de courir acheter l’ouvrage de Michel Aglietta et Nicola Leron, à la lecture de l’imposante littérature de rapports, feuilles de route et autres mémorandums qui forment la trame du discours réformateur en matière de gouvernement de la zone euro.

ERNESTO LACLAU

La Vie des Idées - Le peuple selon Ernesto Laclau

Du philosophe argentin récemment disparu, le lectorat français connaît la théorie du populisme de gauche, source d’inspiration pour les partis Podemos et Syriza. Mais cette théorie n’est qu’un rouage d’une réflexion plus générale sur le conflit démocratique, ouvrant de nombreuses pistes pour les sciences sociales.

Le 13 avril 2014 s’est éteint à Séville le philosophe Ernesto Laclau (1935-2014). Ce théoricien post-marxiste a marqué toute une génération de spécialistes de l’action collective et des mouvements sociaux, entre l’Amérique Latine et l’Europe. Il est connu aujourd’hui surtout pour sa théorie du populisme de gauche, qui a inspiré les renouvellements de la gauche radicale en Espagne (Podemos) et en Grèce (Syriza). Mais cette théorie ne constitue qu’un aspect d’un questionnement plus général, auquel le philosophe a consacré toute sa vie : quelle place faire au conflit populaire, à ses catégories et ses formes propres, dans les démocraties représentatives modernes ? Sa réponse, étayée à partir de l’observation de la politique latino-américaine et européenne, est double.

TARIQ RAMADAN

Atlantico - Mediapart et Tariq Ramadan : les angles morts de l’investigation impartiale

Mediapart, en enquêtant longuement sur Tariq Ramadan, avait été informé de la « vie bien remplie » de ce pourfendeur de femmes adultères. Mais ce détail était passé à l’as au nom du respect de « la vie privée ».

Pour quiconque suit un peu le travail de Caroline Fourest, pour ne citer qu’elle, Tariq Ramadan a toujours été un type dont il convenait de se méfier. Mais il s’agissait d’une méfiance de laïque modèle 1905 non-customisé à l’égard d’un prédicateur intégriste bataillant pour des piscines non-mixtes, pas spécialement du sentiment qu’on avait affaire à un prédateur sexuel en série.

Maintenant que les langues se délient, que les témoins d’immoralité se bousculent au portillon (et je parle juste du libertinage appuyé à la Donatien Alphonse, pas des viols qui devront être confirmés par la justice et pour lesquels il reste présumé innocent) le personnage prend une toute autre envergure...

 
PHILIPPE SEGUIN

Slatre, Gaël Brustier - Philippe Séguin, une autre Ve République était possible

Vingt-cinq ans après la campagne référendaire sur le traité de Maastricht, le destin de l’un de ses principaux pourfendeurs donne un éclairage passionnant sur les mutations qui ont frappé notre vie politique....

Comme le rappelle la récente biographie de l’historien Arnaud Teyssier Philippe Séguin, le remords de la droite, son destin politique est indissociable des questionnements fondamentaux que le régime de 1958 a dû affronter: qu’est ce que la politique à l’heure de la mondialisation? Quel rapport entretenir avec le processus d’intégration européenne, initiée à Messine sous la IVe République mais assumé par la Ve République.

REFORME CONSTITUTIONNELLE

Public Sénat - Réforme du Parlement : « C’est du populisme BCBG », dénonce Olivier Faure

Le président du groupe socialiste « Nouvelle Gauche » à l’Assemblée nationale a sévèrement critiqué dans Parlement Hebdo la future réforme constitutionnelle d’Emmanuel Macron.

Réforme du Parlement : « C’est du populisme BCBG », dénonce Olivier Faure

Le patron des députés socialistes ne mâche pas ses mots. Dans Parlement Hebdo, diffusé sur les chaînes parlementaires, Olivier Faure voit la réforme institutionnelle portée par Emmanuel Macron comme du « populisme BCBG ».

CATALOGNE

Libé - «Le gouvernement Puigdemont a été le pire de l'histoire de la Catalogne»

Opposée à l'indépendance, la députée du parti socialiste catalan Esther Niubó dresse un bilan sévère de la législature entamée en 2015 et dessine les enjeux des élections du 21 décembre.

Esther Niubó est porte-parole du Parti socialiste catalan (PSC), allié du PSOE, et députée régionale. Son groupe parlementaire n’a pas participé au vote proclamant l’indépendance vendredi dernier et a quitté l’hémicycle pour protester contre une démarche qu’il jugeait illégale. Nous l’avons rencontrée au siège du PSC à Barcelone.

PS

Marianne - "On est allé au bout de la social-démocratie", juge le coordinateur du PS

Rachid Temal est un rouage central de l'organisation du prochain congrès des socialistes, prévu pour février 2018. Ce proche de Jean-Christophe Cambadélis se défend d'être un apparatchik, et plaide pour un PS axé sur le fond plutôt que les ambitions personnelles.

Le Figaro - Les quadras du PS se serrent les coudes pour prendre le contrôle du Parti

Élus ou ex-ministres, ils ont grandi sous Hollande et pensent que c'est désormais à leur génération d'être aux manettes.

Peu à peu, le casting du prochain congrès du PS se dessine. Si le carré des hollandais peut compter sur Stéphane Le Foll, la génération des quadras a décidé de faire valoir ses droits. Un petit groupe s'évertue, de manière très méthodique, à prendre le contrôle du Parti socialiste. Face aux vieux éléphants, ils sont une dizaine à s'être soudés. Tous des quadras.

Tout a commencé au crépuscule du précédent quinquennat. Au ministère de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem réunit quelques personnalités pour des déjeuners ou des dîners.

Public Sénat - Olivier Faure veut une femme à la tête du Parti socialiste

Le président du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée nationale ne souhaite pas devenir le prochain premier secrétaire du PS. Il espère plutôt une femme à ce rôle.

Quel(le) socialiste pour prendre la succession de Jean-Christophe Cambadélis au Parti socialiste ? Invité de Parlement Hebdo sur LCP-AN et Public Sénat, le député Nouvelle Gauche Olivier Faure ne s’imagine pas vraiment à cette place. « Je sais que mon nom est cité », reconnaît-il.

Président de groupe parlementaire à l’Assemblée, le député de Seine-et-Marne ne se voit pas « cumuler » une autre fonction. « Je ne souhaite pas accaparer tous les pouvoirs, je ne suis pas Jupiter », a-t-il lancé, exprimant sa préférence pour une femme

Europe 1 - Pour Faure (PS), Juppé et Fillon ont "bien gagné" la présidentielle

Selon le chef de file des députés socialistes, Macron applique des mesures qu'Alain Juppé ou François Fillon auraient pu aussi lancer s'ils avaient été élus. 

Le chef de file des députés PS, Olivier Faure, a dénoncé lundi la politique du gouvernement, jugée trop à droite, et estimé que "contrairement à tous les pronostics, Alain Juppé et François Fillon ont bien gagné l'élection présidentielle".

BFMTV - PS: Boris Vallaud tacle DSK et ses commentaires "d'outre-tombe"

Le porte-parole du groupe Nouvelle Gauche n'a que peu goûté les critiques de DSK, ce week-end, depuis Marrakech.

Libé - Aurélie Filippetti : «Il faut savoir qui on veut défendre»

Chaque lundi d’octobre, un élu PS s’allonge sur le divan de «Libé». Cette semaine, l’ex-ministre souhaite une analyse de l’échec du quinquennat et une refonte collective de la gauche.

Un pied à l’intérieur, un autre à l’extérieur : Aurélie Filippetti, qui vient d’être exclue de sa section (Moselle), regarde le PS de loin. A l’entendre, ce n’est pas une mauvaise chose. L’ancienne députée et ministre de la Culture profite de sa nouvelle vie sans mandat pour chercher des solutions afin que la «gauche se relève collectivement». Elle s’oppose à Emmanuel Macron, «l’incarnation triomphante du néolibéralisme».

16/03/2017

L'actualité des socialistes du 3 au 9 mars (Revue de presse hebdomadaire)

En direct : Benoît Hamon présente son programme

A LA UNE

Alternatives Economiques - Tribune : Le revenu universel, socle d’une refondation de la protection sociale, Pierre-Alain Muet

Notre système de protection sociale et de prélèvements sur les ménages, hérité de couches successives de réformes partielles, est devenu injuste et incohérent. Et rien n’a fondamentalement changé ces dernières années sur ce plan car la réforme de l’imposition des revenus a été la grande oubliée du quinquennat de François Hollande. Notre système de prélèvement est en effet profondément injuste, car, pour nos concitoyens les plus modestes, l’imposition des revenus, composée de l’impôt sur le revenu (IR) et de la CSG, n’est pas progressive et commence à un taux très élevé, celui de la CSG (8 %). Dans aucun autre pays démocratique on entre dans l’imposition des revenus à un taux de prélèvement aussi élevé.

France Info - Présidentielle : le nouveau revenu universel de Benoît Hamon "n'est pas moins ambitieux"

Benoît Hamon a annoncé que sa mesure phare du revenu universel coûterait moins cher à la France, 35 milliards d'euros. Une redéfinition du projet qui n'est pas "moins ambitieux" selon Julia Cagé, économiste, membre de l'équipe de campagne.

JEROME GUEDJ

Marianne - Journal de bord d'un socialiste, Le blog de Jérôme Guedj

Déjà un mois et demi que nous sommes en campagne. Et plus encore pour Benoit Hamon en prenant en compte la primaire. Nouer un lien profond avec le pays, partager nos idées, affirmer notre vision, incarner les valeurs de la gauche, de toute la gauche. « Ma France » disait Jean Ferrat. Chaque candidat porte une France en lui « un pacte vingt fois centenaire entre elle et le liberté du monde », aurait dit De Gaulle, toujours commode en citations grandioses. Les places sont chères au panthéon de l’Histoire, rappelons que ceux qui y ont accédé sont les mêmes qui en ont saisi la puissance du récit, et l’ont eux-mêmes écrit par leurs actes de courage, parfois leur folie. Autre temps, autre histoire, le récit commande aujourd’hui une autre narration, les échos des profondeurs nous racontent d’autres aspirations que le retour des temps qui forgeaient les héros. Si nous voulons que la France se retrouve avec elle-même, ressouder là où sont les fractures, tellement nombreuses, il nous faut saisir les réalités contemporaines, sur le vif, et il n’y a rien de mieux qu’une campagne pour ça.

LES SONDAGES

L'Obs

Paris Match

Les Echos

RTL - Présidentielle 2017 : Macron vire en tête au 1er tour, selon un sondage

Le candidat du mouvement "En Marche !" est également donné large vainqueur au second tour, devant Marine Le Pen.

France Info - Présidentielle : 61% des sympathisants du PS approuvent les cadres socialistes qui soutiennent Macron et non Hamon

Un sondage Odoxa pour franceinfo révèle vendredi qu'une majorité de Français approuve le choix de certains cadres du PS de soutenir Emmanuel Macron au détriment de Benoît Hamon, jugé "sympathique" mais moins crédible.

Le Monde - « Les rapports de force de la présidentielle se dessinent »

Nicolas Chapuis, chef du service politique du « Monde », a répondu à vos questions sur la dernière vague de l’enquête électorale du Centre de recherches politiques de Sciences po.

L'Express - Présidentielle: Macron aussi populaire que Hamon à gauche

Pour la première fois depuis le début de la campagne, un sondage place l'ancien ministre de l'Economie au même niveau d'opinions favorables que le candidat socialiste chez les sympathisants de gauche.

LE REVENU UNIVERSEL

Huffington Post - Après l'Émission politique, Benoît Hamon en est à sa cinquième version du revenu universel

Depuis la rentrée 2016, la candidat gagne en crédibilité ce qu'il perd en radicalité.

Le candidat du Parti socialiste a voulu relancer sa campagne avec l'"Emission politique", le 9 mars sur France 2. En point d'orgue, encore une fois, le revenu universel. Ou plutôt des précisions qui ont pris à nouveau des airs de nouvelle version amoindrie.

OFCE - Revenu universel : l’état du débat

Par Guillaume Allègre et Henri Sterdyniak

Dans une situation de maintien d’un niveau élevé de chômage et de pauvreté, d’extension de la précarité du travail, de crainte de disparition des emplois du fait de l’automatisation, le projet de revenu universel s’est installé dans le débat économique et social en France comme dans d’autres pays développés. Il s’agirait de verser à  toute personne résidante dans le pays une allocation mensuelle sans aucune condition de ressources, d’activité, de contrepartie. Dans le cadre de sa mission d’animation et d’éclairage  du débat économique, l’OFCE a organisé, le 13 octobre 2016, une journée d’étude à laquelle ont été conviés des chercheurs qui avaient travaillé sur ce projet, pour le développer, le soutenir ou le critiquer. Un e-book rassemble la plupart des contributions qui ont été présentées et discutées durant cette journée, parfois revues compte-tenu des enseignements de la discussion.

Le Monde - Les décodeurs : Où en est le revenu universel selon Benoît Hamon ?

Le candidat du PS à la présidentielle doit préciser les contours de sa mesure phare lors de « L’Emission politique » de jeudi.

« Le revenu universel, c’est la nouvelle protection sociale », affirmait Benoît Hamon dans Le Monde en janvier. L’idée est devenue une mesure phare du candidat socialiste à la présidentielle et ses contours ont déjà beaucoup évolué durant la campagne. M. Hamon devrait en présenter les modalités jeudi 9 mars, lors de « L’Emission politique » sur France 2.

Libé - Revenu universel : pour mieux intégrer les salariés, le candidat retravaille sa mesure phare

Benoît Hamon modifie sa proposition, vilipendée pour son coût, afin de la rendre plus crédible et d’y intégrer les travailleurs pauvres. Quitte à en dénaturer la philosophie.

Sous la sémantique, la politique. Avant son grand oral de jeudi soir à l’Emission politique de France 2, Benoît Hamon met la dernière main à une nouvelle mouture de son revenu universel d’existence, qui sera assortie d’un cadrage budgétaire maison. En plus des jeunes de 18 à 25 ans et des bénéficiaires du RSA, la mesure qui a fait son succès à la primaire sera finalement élargie dès sa création, au 1er janvier 2018, aux bas salaires. Cela permet d’inclure les travailleurs dans le dispositif - une «étape 1 bis» - mais en le dénaturant un peu. Car ce complément de salaire, qui permettrait d’offrir un 13e mois aux travailleurs les plus fragiles, ne sera plus le même pour tous : l’impact sur les bas salaires sera progressif, ils ne toucheront pas les 600 euros promis aux jeunes dès la première étape.

Alternatives Economiques - Comment donner de l’ampleur au revenu universel de Benoît Hamon

La proposition de revenu universel version Hamon est-elle en train de prendre de l’ampleur ou, au contraire, de s’éteindre, au profit d’une mesure se rapprochant au fond d’un RSA activité modernisé ? C’est la question qu’on peut se poser à lire l’entretien donné par Julia Cagé, économiste proche du candidat, au quotidien Les Echos du mardi 7 mars. Plaide en faveur du premier terme de l’alternative le fait que la première étape déjà annoncée n’est pas remise en cause – revalorisation du RSA socle et création d’une allocation d’autonomie pour les 18-25 ans – et se voit complétée par une sorte de prime d’activité centrée sur les bas salaires, une manière de contrer les propositions d’Emmanuel Macron qui veut augmenter les très bas salaires via la réduction de certaines cotisations sociales. En revanche, le reste de l’entretien donne à réfléchir. Si on ne peut qu’approuver Julia Cagé quand elle dit que le bilan de la révolution numérique en termes d’emploi n’est écrit nulle part, – contredisant au passage les propos parfois trop déterministes de Benoît Hamon sur le sujet –, elle ajoute que « cela n’aurait pas de sens de donner à Liliane Bettencourt 600 euros pour les lui reprendre de l’autre main par une hausse d’impôts ».

LES ROBOTS

France Info - Taxer les robots : cinq questions sur la promesse de Benoît Hamon

Avec le revenu universel, c’est l’une des propositions clés du candidat socialiste à l’élection présidentielle. Pourquoi taxer les robots ? Qui seraient les gagnants et perdants d’une telle mesure ? Décryptage.

C'est une idée pour le moins emblématique, et qui ne manque pas de faire parler d'elle. S'il est élu président de la République, Benoît Hamon propose de taxer les machines qui remplacent les hommes dans les entreprises. Franceinfo passe cette proposition au décrypteur.

Tribune de Genève - Et si on taxait les robots...

Fiscalité - L’idée fait débat. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson la défend.

En France, la proposition figure en bonne place dans le programme du candidat socialiste Benoît Hamon. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson y réfléchit depuis près d’un an. Et plus il y réfléchit, plus il est convaincu: d’une façon ou d’une autre, il faudra taxer les robots. L’idée, bien sûr, nécessiterait beaucoup de discussions mêlant l’économie, l’éthique et la politique. Une utopie? Selon Xavier Oberson, on n’échappera à cet énorme remue-méninges. Il présentera ses recherches ce mardi, lors de la leçon d’ouverture du semestre de printemps 2017 de l’Université de Genève. Interview.

LAICITE

Le Figaro, Par Fatiha Boudjalat -  Journée de la femme : la grande hypocrisie du féminisme occidental

A l'occasion de la « journée internationale pour les droits des femmes », Fatiha Boudjalat interpelle ceux qui présentent les femmes voilées comme des figures du féminisme.


Fatiha Boudjahlat est cofondatrice de Viv(r)e la République, et secrétaire Nationale du MRC en charge de l'Education.


Soyons fous… parlons des droits des femmes… le lendemain de la journée internationale des droits des femmes. Il s'agit de rappeler l'urgence et l'actualité du combat des femmes pour leur émancipation individuelle et collective, pour leur égalité en droits et en dignité. Et pourtant fleurissent des images de femmes voilées comme des figures du féminisme. L'offensive passe par le dévoiement du féminisme. Il y aurait donc des féminismes, au moins deux, un occidental, propre aux femmes blanches, et un pour les femmes en orient et pour les femmes orientales d'ici. Ce féminisme-ci s'accommoderait parfaitement du voilement.

MACRON

La Tribune - Emmanuel Macron et la finance : plus qu'un problème personnel Par Romaric Godin

Emmanuel Macron ne veut pas être réduit à "quatre années" de sa vie au cours de laquelle il était banquier d'affaires. Mais la vraie question est ailleurs : c'est celle de sa vision de l'économie.

C'est sans doute un signe des temps. Alors que François Fillon et Marine Le Pen ne cessent de viser « la presse du système », lors de sa conférence de presse de présentation de son programme électoral le 2 mars, Emmanuel Macron a fait publiquement la leçon à un journaliste de Mediapart. Il l'a accusé de « faire le lit du Front National » en le « réduisant à quatre années de sa vie », celle où le candidat d'En Marche ! était banquier d'affaires. Irrésistiblement, ce genre de recadrage d'un journaliste par un politique fait penser à une autre conférence de presse, celle où Donald Trump dénonçait les « Fake News Medias » (les « médias de fausses nouvelles »). Du moins, ces attaques n'étaient, alors, pas saluées par des applaudissements.

L'EMISSION POLITIQUE

France Info - Le vrai du faux. Retour sur l'Emission politique de Benoît Hamon

Le candidat socialiste était l'invité de France 2 ce jeudi 9 mars. Il a notamment parlé de revenu universel et débattu avec Laurent Wauquiez sur le voile intégral.

Retour sur deux passages de l'Emission politique de France 2 avec Benoît Hamon ce jeudi 9 mars.

Et notamment sur le revenu universel. Le candidat socialiste veut le mettre en place en plusieurs étapes. La première, c'est l'automatisation du RSA augmenté à 600 euros et élargi aux jeunes. Et Benoît Hamon l'a assuré ce jeudi soir, il n'a pas changé d'un pouce sur sa proposition

Le Monde - Pour Benoît Hamon, Emmanuel Macron prépare « une France ingouvernable »

Invité de « L’Emission politique » sur France 2, le prétendant socialiste à la présidentielle a renoncé à son idée d’un revenu universel pour tous les 18-25 ans.

Benoît Hamon déroule. Invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 9 février, le candidat des socialistes et des écologistes à l’élection présidentielle a martelé ses thématiques de prédilection. Raréfaction du travail, taxation des robots, interdiction des pesticides, légalisation de l’euthanasie… Le député des Yvelines a rejoué la partition qui lui a permis de remporter, en janvier, la primaire à gauche, revenant, en outre, sur ses nouvelles propositions sur l’Europe, présentées dans un entretien au Monde, jeudi.
 
 
Benoît Hamon, invité de "l'Emission politique" sur France 2, est monté au créneau contre Emmanuel Macron et a défendu fermement sa vision de la laïcité.
 
Pour Benoît Hamon, le temps presse. Échec des négociations avec Mélenchon, sondages décevants, défections au sein du PS... Les dernières semaines de campagne ont été difficiles pour le candidat socialiste. Avec environ 14% des intentions de vote, il stagne, et ne semble pas même en mesure de se qualifier pour le second tour de la présidentielle.
 
 
Le candidat socialiste a profité de son passage à l’«Emission politique» pour, de nouveau, dénoncer le projet «dangereux» d’Emmanuel Macron, «marche-pied du Front National».
 
Benoît Hamon peut presque remercier Emmanuel Macron. Alors que des ministres socialistes lui réclament des «preuves d’amours» et menacent de rejoindre le candidat En Marche pour «faire barrage au Front national», le socialiste a profité ce jeudi soir de son passage à l’Emission politique pour… défendre le bilan du gouvernement.

France Info - Cinq séquences qu'il ne fallait pas rater dans "L'Emission politique" avec Benoît Hamon

A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat socialiste était invité sur France 2, jeudi soir.

Un peu plus de deux heures pour convaincre. A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielleBenoît Hamon était l'invité de "L'Emission politique" sur France 2, jeudi 9 mars. Son premier passage en décembre lui avait permis de lancer sa campagne dans la primaire de la gauche, qu'il a finalement remportée fin janvier. Mais depuis, le candidat patine, et ne décolle pas dans les intentions de vote. Jeudi soir, l'ancien ministre espérait donc se servir de l'émission pour relancer la dynamique de sa campagne.

France Inter - Le candidat Benoit Hamon à la recherche d’un nouveau souffle

Rassurer sur son programme, repousser Emmanuel Macron à droite de l'échiquier politique: Benoît Hamon tente la remise à flot d'une campagne dangereusement enlisée.

L'Express - Sur France 2, Hamon garde le cap, quitte à perdre des électeurs

En difficulté dans la campagne présidentielle, le candidat du Parti socialiste peine à imposer ses thèmes dans le débat politique. Ce qui lui avait permis de remporter la primaire organisée par son parti, en janvier dernier.

"François Mitterrand disait que le centre, c'est ni de gauche, ni de gauche." Cette phrase, Benoît Hamon ne l'a pas lâchée devant François Bayrou.

L'Obs - Benoît Hamon et Laurent Wauquiez s'écharpent sur le voile et l'islam

Face à Wauquiez, qui l'a accusé de mollesse face au communautarisme, Hamon s'est érigé en défenseur acharné de la loi de 1905.

Et Laurent Wauquiez réveilla Benoît Hamon... Il a fallu attendre jeudi soir la fin de l'émission politique et l'arrivée sur le plateau de France 2 du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour que le candidat socialiste hausse le ton.

EN CAMPAGNE

Boursier - Hamon installe un duel à distance avec Macron, par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Benoît Hamon a poursuivi vendredi, sur le terrain européen, le duel engagé avec Emmanuel Macron, qui s'est amusé de voir son adversaire à l'élection présidentielle lui faire de la "publicité".

L'Obs - Hamon à la baston !

Face à l'envolée d'Emmanuel Macron, la candidature de Benoît Hamon patine. Pour retrouver des couleurs, il doit oublier les petits arrangements et rester lui-même : un pur frondeur. Les Français, en ce moment, aiment ça.

Capital - Critiqué au PS, Hamon se pose en "combattant" décidé à rassembler

PARIS (Reuters) - Déterminé à "tourner la page avec des recettes qui ont échoué", Benoît Hamon s'est présenté jeudi soir en "combattant" déterminé à rassembler sa famille politique malgré les doutes et les critiques d'une partie des socialistes sur sa campagne.

Dans l'Émission politique, sur France 2, le candidat à l'élection présidentielle a rappelé à ses détracteurs la "légitimité" tirée de sa victoire à la primaire organisée en janvier par le PS.

Le Figaro - Benoît Hamon enterre-t-il le revenu universel ?

Invité de France 2 dans «L'Émission politique», le candidat socialiste a mis en avant la première phase de sa mesure-phare: une extension du RSA aux jeunes et à une partie des travailleurs. Mais il s'est peu justifié sur son coût.

Ce jeudi, dans une interview au journal Le Monde puis dans «L'Émission politique» sur France 2, Benoît Hamon s'est défendu d'avoir revu à la baisse son projet de revenu universel. Le candidat socialiste a précisé qu'il s'était engagé lors de la primaire à mettre en œuvre dès 2018 une première phase du revenu universel.

Le Monde - Benoît Hamon veut renforcer la zone euro pour sauver l’Union européenne

Le candidat socialiste doit présenter, vendredi, son projet d’un nouveau traité pour tenter de sortir l’Union européenne de la situation de blocage qu’elle traverse.

Objectif, « sauver l’Europe ». Benoît Hamon doit présenter, vendredi 10 mars, son projet d’un nouveau traité de démocratisation de la gouvernance de la zone euro pour tenter de sortir l’Union de la situation de blocage qu’elle traverse depuis de longs mois. Le candidat socialiste veut, selon son entourage, « trouver un chemin qui refuse tout autant de continuer à construire l’Europe contre les peuples que de participer à sa destruction ». Un positionnement qui, espère-t-il, va le distinguer dans la campagne présidentielle de ses concurrents de gauche comme de droite.
 
 
Benoît Hamon va publier deux ouvrages d'ici la fin du mois de mars. Le premier, un manifeste, est sorti ce jeudi.  
En pleine campagne présidentielle, le candidat socialiste Benoît Hamon publie deux ouvrages. Le premier est lancé jeudi 9 mars : un livre-manifeste de 128 pages intitulé "Pour la génération qui vient". Le 23 mars prochain, ce premier opus sera suivi de "La politique est à nous", co-écrit avec l'ex-candidat écologiste Yannick Jadot aux éditions Robert Laffont.
 

MARSEILLE (Reuters) - Benoît Hamon a durci le ton de sa campagne envers le "candidat chimère" Emmanuel Macron, mardi lors d'une réunion publique à Marseille, fustigeant les socialistes qui envisagent un "vote utile" en faveur de l'ancien ministre de l'Economie pour faire barrage à Marine Le Pen.

 
Le candidat socialiste à la présidentielle a associé à son équipe Yannick Jadot, qui a retiré sa candidature pour le soutenir, ou encore Eva Joly et Michèle Rivasi.
Benoît Hamon a précisé dans un document transmis à la presse, dimanche 5 mars, qu’il avait désormais intégré plusieurs écologistes dans son équipe de campagne. Le candidat socialiste à la présidentielle s’appuiera sur Yannick Jadot, nommé « conseiller spécial » après avoir annoncé, le 23 février, qu’il retirait sa candidature au nom d’Europe Ecologie - Les Verts (EELV) pour soutenir M. Hamon.

Marianne - Inquiétude au PS : Benoît Hamon fait-il campagne pour l'Elysée… ou pour Solférino?

Face à l'étrange campagne de Benoît Hamon, on s'interroge au Parti socialiste : se bat-il vraiment pour l'élection présidentielle ou prépare-t-il simplement la prise du PS ?

D'ex-frondeurs face à la fronde… La vie politique ne manque décidément pas d'ironie. Depuis le résultat de la primaire organisée par le PS, la révolte gronde dans les rangs socialistes. Le parti s'interroge, s'inquiète de cette étrange campagne menée depuis quelques semaines par Benoît Hamon, leur candidat officiel. On s'y demande même, de plus en plus, si l'ancien ministre de l'Education ne serait pas en train de leur faire un bébé dans le dos. "Le sentiment se répand de plus en plus qu'il y a une campagne officielle, très maladroite, pour 2017. Et une autre officieuse, partant du principe que 2017, c'est déjà foutu et qui prépare l'après, qui passe par la conquête du Parti par Benoît Hamon et ses amis", nous décrypte un député de province.

Libé - Laurence Rossignol : «Je soutiens Hamon mais il doit rassembler la gauche dans toute sa diversité, on n’y est pas encore»

La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, proche de Manuel Valls, votera pour le candidat socialiste malgré ses divergences avec certaines de ses propositions.

Lundi, c'est dans son ministère qu'a eu lieu le déjeuner des proches de Manuel Valls autour de l’ex-Premier ministre. Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, apporte aujourd’hui son soutien au candidat socialiste, Benoît Hamon, mais lui demande plus de gestes en faveur du rassemblement et de «dire du bien de la France».

Numerama - Benoît Hamon relance le débat sur une redevance TV étendue à tous les écrans

Le candidat du Parti socialiste s'est montré ouvert à l'idée d'étendre la contribution à l'audiovisuel public à tous les écrans qui permettent de regarder la télévision, comme les smartphones ou les ordinateurs.

Le serpent de mer de la contribution à l’audiovisuel public étendue à tous les écrans s’invite dans la campagne présidentielle, et plus particulièrement dans le programme de Benoît Hamon. Invité jeudi 2 mars par l’Union des entreprises de conseil et achat média, le candidat du Parti socialiste a en effet glissé au détour de la conversation son souhait de réviser la redevance TV, rapporte BFM TV.

Franceinfo - Le décryptage éco. Quand la question de la dette divise à nouveaux les socialistes

A gauche, Manuel Valls a exprimé son inquiétude face à la campagne de Benoît Hamon, et c’est sur l’économie que les tensions sont les plus fortes entre les différentes sensibilités socialistes. Le décryptage de Vincent Giret.

15/03/2017

L'actualité des socialistes du 3 au 9 mars (Revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

Alternatives Economiques - Tribune : Le revenu universel, socle d’une refondation de la protection sociale, Pierre-Alain Muet

Notre système de protection sociale et de prélèvements sur les ménages, hérité de couches successives de réformes partielles, est devenu injuste et incohérent. Et rien n’a fondamentalement changé ces dernières années sur ce plan car la réforme de l’imposition des revenus a été la grande oubliée du quinquennat de François Hollande. Notre système de prélèvement est en effet profondément injuste, car, pour nos concitoyens les plus modestes, l’imposition des revenus, composée de l’impôt sur le revenu (IR) et de la CSG, n’est pas progressive et commence à un taux très élevé, celui de la CSG (8 %). Dans aucun autre pays démocratique on entre dans l’imposition des revenus à un taux de prélèvement aussi élevé.

France Info - Présidentielle : le nouveau revenu universel de Benoît Hamon "n'est pas moins ambitieux"

Benoît Hamon a annoncé que sa mesure phare du revenu universel coûterait moins cher à la France, 35 milliards d'euros. Une redéfinition du projet qui n'est pas "moins ambitieux" selon Julia Cagé, économiste, membre de l'équipe de campagne.

JEROME GUEDJ

Marianne - Journal de bord d'un socialiste, Le blog de Jérôme Guedj

Déjà un mois et demi que nous sommes en campagne. Et plus encore pour Benoit Hamon en prenant en compte la primaire. Nouer un lien profond avec le pays, partager nos idées, affirmer notre vision, incarner les valeurs de la gauche, de toute la gauche. « Ma France » disait Jean Ferrat. Chaque candidat porte une France en lui « un pacte vingt fois centenaire entre elle et le liberté du monde », aurait dit De Gaulle, toujours commode en citations grandioses. Les places sont chères au panthéon de l’Histoire, rappelons que ceux qui y ont accédé sont les mêmes qui en ont saisi la puissance du récit, et l’ont eux-mêmes écrit par leurs actes de courage, parfois leur folie. Autre temps, autre histoire, le récit commande aujourd’hui une autre narration, les échos des profondeurs nous racontent d’autres aspirations que le retour des temps qui forgeaient les héros. Si nous voulons que la France se retrouve avec elle-même, ressouder là où sont les fractures, tellement nombreuses, il nous faut saisir les réalités contemporaines, sur le vif, et il n’y a rien de mieux qu’une campagne pour ça.

LES SONDAGES

L'Obs

Paris Match

Les Echos

RTL - Présidentielle 2017 : Macron vire en tête au 1er tour, selon un sondage

Le candidat du mouvement "En Marche !" est également donné large vainqueur au second tour, devant Marine Le Pen.

France Info - Présidentielle : 61% des sympathisants du PS approuvent les cadres socialistes qui soutiennent Macron et non Hamon

Un sondage Odoxa pour franceinfo révèle vendredi qu'une majorité de Français approuve le choix de certains cadres du PS de soutenir Emmanuel Macron au détriment de Benoît Hamon, jugé "sympathique" mais moins crédible.

Le Monde - « Les rapports de force de la présidentielle se dessinent »

Nicolas Chapuis, chef du service politique du « Monde », a répondu à vos questions sur la dernière vague de l’enquête électorale du Centre de recherches politiques de Sciences po.

L'Express - Présidentielle: Macron aussi populaire que Hamon à gauche

Pour la première fois depuis le début de la campagne, un sondage place l'ancien ministre de l'Economie au même niveau d'opinions favorables que le candidat socialiste chez les sympathisants de gauche.

LE REVENU UNIVERSEL

Huffington Post - Après l'Émission politique, Benoît Hamon en est à sa cinquième version du revenu universel

Depuis la rentrée 2016, la candidat gagne en crédibilité ce qu'il perd en radicalité.

Le candidat du Parti socialiste a voulu relancer sa campagne avec l'"Emission politique", le 9 mars sur France 2. En point d'orgue, encore une fois, le revenu universel. Ou plutôt des précisions qui ont pris à nouveau des airs de nouvelle version amoindrie.

OFCE - Revenu universel : l’état du débat

Par Guillaume Allègre et Henri Sterdyniak

Dans une situation de maintien d’un niveau élevé de chômage et de pauvreté, d’extension de la précarité du travail, de crainte de disparition des emplois du fait de l’automatisation, le projet de revenu universel s’est installé dans le débat économique et social en France comme dans d’autres pays développés. Il s’agirait de verser à  toute personne résidante dans le pays une allocation mensuelle sans aucune condition de ressources, d’activité, de contrepartie. Dans le cadre de sa mission d’animation et d’éclairage  du débat économique, l’OFCE a organisé, le 13 octobre 2016, une journée d’étude à laquelle ont été conviés des chercheurs qui avaient travaillé sur ce projet, pour le développer, le soutenir ou le critiquer. Un e-book rassemble la plupart des contributions qui ont été présentées et discutées durant cette journée, parfois revues compte-tenu des enseignements de la discussion.

Le Monde - Les décodeurs : Où en est le revenu universel selon Benoît Hamon ?

Le candidat du PS à la présidentielle doit préciser les contours de sa mesure phare lors de « L’Emission politique » de jeudi.

« Le revenu universel, c’est la nouvelle protection sociale », affirmait Benoît Hamon dans Le Monde en janvier. L’idée est devenue une mesure phare du candidat socialiste à la présidentielle et ses contours ont déjà beaucoup évolué durant la campagne. M. Hamon devrait en présenter les modalités jeudi 9 mars, lors de « L’Emission politique » sur France 2.

Libé - Revenu universel : pour mieux intégrer les salariés, le candidat retravaille sa mesure phare

Benoît Hamon modifie sa proposition, vilipendée pour son coût, afin de la rendre plus crédible et d’y intégrer les travailleurs pauvres. Quitte à en dénaturer la philosophie.

Sous la sémantique, la politique. Avant son grand oral de jeudi soir à l’Emission politique de France 2, Benoît Hamon met la dernière main à une nouvelle mouture de son revenu universel d’existence, qui sera assortie d’un cadrage budgétaire maison. En plus des jeunes de 18 à 25 ans et des bénéficiaires du RSA, la mesure qui a fait son succès à la primaire sera finalement élargie dès sa création, au 1er janvier 2018, aux bas salaires. Cela permet d’inclure les travailleurs dans le dispositif - une «étape 1 bis» - mais en le dénaturant un peu. Car ce complément de salaire, qui permettrait d’offrir un 13e mois aux travailleurs les plus fragiles, ne sera plus le même pour tous : l’impact sur les bas salaires sera progressif, ils ne toucheront pas les 600 euros promis aux jeunes dès la première étape.

Alternatives Economiques - Comment donner de l’ampleur au revenu universel de Benoît Hamon

La proposition de revenu universel version Hamon est-elle en train de prendre de l’ampleur ou, au contraire, de s’éteindre, au profit d’une mesure se rapprochant au fond d’un RSA activité modernisé ? C’est la question qu’on peut se poser à lire l’entretien donné par Julia Cagé, économiste proche du candidat, au quotidien Les Echos du mardi 7 mars. Plaide en faveur du premier terme de l’alternative le fait que la première étape déjà annoncée n’est pas remise en cause – revalorisation du RSA socle et création d’une allocation d’autonomie pour les 18-25 ans – et se voit complétée par une sorte de prime d’activité centrée sur les bas salaires, une manière de contrer les propositions d’Emmanuel Macron qui veut augmenter les très bas salaires via la réduction de certaines cotisations sociales. En revanche, le reste de l’entretien donne à réfléchir. Si on ne peut qu’approuver Julia Cagé quand elle dit que le bilan de la révolution numérique en termes d’emploi n’est écrit nulle part, – contredisant au passage les propos parfois trop déterministes de Benoît Hamon sur le sujet –, elle ajoute que « cela n’aurait pas de sens de donner à Liliane Bettencourt 600 euros pour les lui reprendre de l’autre main par une hausse d’impôts ».

LES ROBOTS

France Info - Taxer les robots : cinq questions sur la promesse de Benoît Hamon

Avec le revenu universel, c’est l’une des propositions clés du candidat socialiste à l’élection présidentielle. Pourquoi taxer les robots ? Qui seraient les gagnants et perdants d’une telle mesure ? Décryptage.

C'est une idée pour le moins emblématique, et qui ne manque pas de faire parler d'elle. S'il est élu président de la République, Benoît Hamon propose de taxer les machines qui remplacent les hommes dans les entreprises. Franceinfo passe cette proposition au décrypteur.

Tribune de Genève - Et si on taxait les robots...

Fiscalité - L’idée fait débat. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson la défend.

En France, la proposition figure en bonne place dans le programme du candidat socialiste Benoît Hamon. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson y réfléchit depuis près d’un an. Et plus il y réfléchit, plus il est convaincu: d’une façon ou d’une autre, il faudra taxer les robots. L’idée, bien sûr, nécessiterait beaucoup de discussions mêlant l’économie, l’éthique et la politique. Une utopie? Selon Xavier Oberson, on n’échappera à cet énorme remue-méninges. Il présentera ses recherches ce mardi, lors de la leçon d’ouverture du semestre de printemps 2017 de l’Université de Genève. Interview.

LAICITE

Le Figaro, Par Fatiha Boudjalat -  Journée de la femme : la grande hypocrisie du féminisme occidental

A l'occasion de la « journée internationale pour les droits des femmes », Fatiha Boudjalat interpelle ceux qui présentent les femmes voilées comme des figures du féminisme.


Fatiha Boudjahlat est cofondatrice de Viv(r)e la République, et secrétaire Nationale du MRC en charge de l'Education.


Soyons fous… parlons des droits des femmes… le lendemain de la journée internationale des droits des femmes. Il s'agit de rappeler l'urgence et l'actualité du combat des femmes pour leur émancipation individuelle et collective, pour leur égalité en droits et en dignité. Et pourtant fleurissent des images de femmes voilées comme des figures du féminisme. L'offensive passe par le dévoiement du féminisme. Il y aurait donc des féminismes, au moins deux, un occidental, propre aux femmes blanches, et un pour les femmes en orient et pour les femmes orientales d'ici. Ce féminisme-ci s'accommoderait parfaitement du voilement.

MACRON

La Tribune - Emmanuel Macron et la finance : plus qu'un problème personnel Par Romaric Godin

Emmanuel Macron ne veut pas être réduit à "quatre années" de sa vie au cours de laquelle il était banquier d'affaires. Mais la vraie question est ailleurs : c'est celle de sa vision de l'économie.

C'est sans doute un signe des temps. Alors que François Fillon et Marine Le Pen ne cessent de viser « la presse du système », lors de sa conférence de presse de présentation de son programme électoral le 2 mars, Emmanuel Macron a fait publiquement la leçon à un journaliste de Mediapart. Il l'a accusé de « faire le lit du Front National » en le « réduisant à quatre années de sa vie », celle où le candidat d'En Marche ! était banquier d'affaires. Irrésistiblement, ce genre de recadrage d'un journaliste par un politique fait penser à une autre conférence de presse, celle où Donald Trump dénonçait les « Fake News Medias » (les « médias de fausses nouvelles »). Du moins, ces attaques n'étaient, alors, pas saluées par des applaudissements.

L'EMISSION POLITIQUE

France Info - Le vrai du faux. Retour sur l'Emission politique de Benoît Hamon

Le candidat socialiste était l'invité de France 2 ce jeudi 9 mars. Il a notamment parlé de revenu universel et débattu avec Laurent Wauquiez sur le voile intégral.

Retour sur deux passages de l'Emission politique de France 2 avec Benoît Hamon ce jeudi 9 mars.

Et notamment sur le revenu universel. Le candidat socialiste veut le mettre en place en plusieurs étapes. La première, c'est l'automatisation du RSA augmenté à 600 euros et élargi aux jeunes. Et Benoît Hamon l'a assuré ce jeudi soir, il n'a pas changé d'un pouce sur sa proposition

Le Monde - Pour Benoît Hamon, Emmanuel Macron prépare « une France ingouvernable »

Invité de « L’Emission politique » sur France 2, le prétendant socialiste à la présidentielle a renoncé à son idée d’un revenu universel pour tous les 18-25 ans.

Benoît Hamon déroule. Invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 9 février, le candidat des socialistes et des écologistes à l’élection présidentielle a martelé ses thématiques de prédilection. Raréfaction du travail, taxation des robots, interdiction des pesticides, légalisation de l’euthanasie… Le député des Yvelines a rejoué la partition qui lui a permis de remporter, en janvier, la primaire à gauche, revenant, en outre, sur ses nouvelles propositions sur l’Europe, présentées dans un entretien au Monde, jeudi.
 
 
Benoît Hamon, invité de "l'Emission politique" sur France 2, est monté au créneau contre Emmanuel Macron et a défendu fermement sa vision de la laïcité.
 
Pour Benoît Hamon, le temps presse. Échec des négociations avec Mélenchon, sondages décevants, défections au sein du PS... Les dernières semaines de campagne ont été difficiles pour le candidat socialiste. Avec environ 14% des intentions de vote, il stagne, et ne semble pas même en mesure de se qualifier pour le second tour de la présidentielle.
 
 
Le candidat socialiste a profité de son passage à l’«Emission politique» pour, de nouveau, dénoncer le projet «dangereux» d’Emmanuel Macron, «marche-pied du Front National».
 
Benoît Hamon peut presque remercier Emmanuel Macron. Alors que des ministres socialistes lui réclament des «preuves d’amours» et menacent de rejoindre le candidat En Marche pour «faire barrage au Front national», le socialiste a profité ce jeudi soir de son passage à l’Emission politique pour… défendre le bilan du gouvernement.

France Info - Cinq séquences qu'il ne fallait pas rater dans "L'Emission politique" avec Benoît Hamon

A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat socialiste était invité sur France 2, jeudi soir.

Un peu plus de deux heures pour convaincre. A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielleBenoît Hamon était l'invité de "L'Emission politique" sur France 2, jeudi 9 mars. Son premier passage en décembre lui avait permis de lancer sa campagne dans la primaire de la gauche, qu'il a finalement remportée fin janvier. Mais depuis, le candidat patine, et ne décolle pas dans les intentions de vote. Jeudi soir, l'ancien ministre espérait donc se servir de l'émission pour relancer la dynamique de sa campagne.

France Inter - Le candidat Benoit Hamon à la recherche d’un nouveau souffle

Rassurer sur son programme, repousser Emmanuel Macron à droite de l'échiquier politique: Benoît Hamon tente la remise à flot d'une campagne dangereusement enlisée.

L'Express - Sur France 2, Hamon garde le cap, quitte à perdre des électeurs

En difficulté dans la campagne présidentielle, le candidat du Parti socialiste peine à imposer ses thèmes dans le débat politique. Ce qui lui avait permis de remporter la primaire organisée par son parti, en janvier dernier.

"François Mitterrand disait que le centre, c'est ni de gauche, ni de gauche." Cette phrase, Benoît Hamon ne l'a pas lâchée devant François Bayrou.

L'Obs - Benoît Hamon et Laurent Wauquiez s'écharpent sur le voile et l'islam

Face à Wauquiez, qui l'a accusé de mollesse face au communautarisme, Hamon s'est érigé en défenseur acharné de la loi de 1905.

Et Laurent Wauquiez réveilla Benoît Hamon... Il a fallu attendre jeudi soir la fin de l'émission politique et l'arrivée sur le plateau de France 2 du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour que le candidat socialiste hausse le ton.

EN CAMPAGNE

Boursier - Hamon installe un duel à distance avec Macron, par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Benoît Hamon a poursuivi vendredi, sur le terrain européen, le duel engagé avec Emmanuel Macron, qui s'est amusé de voir son adversaire à l'élection présidentielle lui faire de la "publicité".

L'Obs - Hamon à la baston !

Face à l'envolée d'Emmanuel Macron, la candidature de Benoît Hamon patine. Pour retrouver des couleurs, il doit oublier les petits arrangements et rester lui-même : un pur frondeur. Les Français, en ce moment, aiment ça.

Capital - Critiqué au PS, Hamon se pose en "combattant" décidé à rassembler

PARIS (Reuters) - Déterminé à "tourner la page avec des recettes qui ont échoué", Benoît Hamon s'est présenté jeudi soir en "combattant" déterminé à rassembler sa famille politique malgré les doutes et les critiques d'une partie des socialistes sur sa campagne.

Dans l'Émission politique, sur France 2, le candidat à l'élection présidentielle a rappelé à ses détracteurs la "légitimité" tirée de sa victoire à la primaire organisée en janvier par le PS.

Le Figaro - Benoît Hamon enterre-t-il le revenu universel ?

Invité de France 2 dans «L'Émission politique», le candidat socialiste a mis en avant la première phase de sa mesure-phare: une extension du RSA aux jeunes et à une partie des travailleurs. Mais il s'est peu justifié sur son coût.

Ce jeudi, dans une interview au journal Le Monde puis dans «L'Émission politique» sur France 2, Benoît Hamon s'est défendu d'avoir revu à la baisse son projet de revenu universel. Le candidat socialiste a précisé qu'il s'était engagé lors de la primaire à mettre en œuvre dès 2018 une première phase du revenu universel.

Le Monde - Benoît Hamon veut renforcer la zone euro pour sauver l’Union européenne

Le candidat socialiste doit présenter, vendredi, son projet d’un nouveau traité pour tenter de sortir l’Union européenne de la situation de blocage qu’elle traverse.

Objectif, « sauver l’Europe ». Benoît Hamon doit présenter, vendredi 10 mars, son projet d’un nouveau traité de démocratisation de la gouvernance de la zone euro pour tenter de sortir l’Union de la situation de blocage qu’elle traverse depuis de longs mois. Le candidat socialiste veut, selon son entourage, « trouver un chemin qui refuse tout autant de continuer à construire l’Europe contre les peuples que de participer à sa destruction ». Un positionnement qui, espère-t-il, va le distinguer dans la campagne présidentielle de ses concurrents de gauche comme de droite.
 
 
Benoît Hamon va publier deux ouvrages d'ici la fin du mois de mars. Le premier, un manifeste, est sorti ce jeudi.  
En pleine campagne présidentielle, le candidat socialiste Benoît Hamon publie deux ouvrages. Le premier est lancé jeudi 9 mars : un livre-manifeste de 128 pages intitulé "Pour la génération qui vient". Le 23 mars prochain, ce premier opus sera suivi de "La politique est à nous", co-écrit avec l'ex-candidat écologiste Yannick Jadot aux éditions Robert Laffont.
 

MARSEILLE (Reuters) - Benoît Hamon a durci le ton de sa campagne envers le "candidat chimère" Emmanuel Macron, mardi lors d'une réunion publique à Marseille, fustigeant les socialistes qui envisagent un "vote utile" en faveur de l'ancien ministre de l'Economie pour faire barrage à Marine Le Pen.

 
Le candidat socialiste à la présidentielle a associé à son équipe Yannick Jadot, qui a retiré sa candidature pour le soutenir, ou encore Eva Joly et Michèle Rivasi.
Benoît Hamon a précisé dans un document transmis à la presse, dimanche 5 mars, qu’il avait désormais intégré plusieurs écologistes dans son équipe de campagne. Le candidat socialiste à la présidentielle s’appuiera sur Yannick Jadot, nommé « conseiller spécial » après avoir annoncé, le 23 février, qu’il retirait sa candidature au nom d’Europe Ecologie - Les Verts (EELV) pour soutenir M. Hamon.

Marianne - Inquiétude au PS : Benoît Hamon fait-il campagne pour l'Elysée… ou pour Solférino?

Face à l'étrange campagne de Benoît Hamon, on s'interroge au Parti socialiste : se bat-il vraiment pour l'élection présidentielle ou prépare-t-il simplement la prise du PS ?

D'ex-frondeurs face à la fronde… La vie politique ne manque décidément pas d'ironie. Depuis le résultat de la primaire organisée par le PS, la révolte gronde dans les rangs socialistes. Le parti s'interroge, s'inquiète de cette étrange campagne menée depuis quelques semaines par Benoît Hamon, leur candidat officiel. On s'y demande même, de plus en plus, si l'ancien ministre de l'Education ne serait pas en train de leur faire un bébé dans le dos. "Le sentiment se répand de plus en plus qu'il y a une campagne officielle, très maladroite, pour 2017. Et une autre officieuse, partant du principe que 2017, c'est déjà foutu et qui prépare l'après, qui passe par la conquête du Parti par Benoît Hamon et ses amis", nous décrypte un député de province.

Libé - Laurence Rossignol : «Je soutiens Hamon mais il doit rassembler la gauche dans toute sa diversité, on n’y est pas encore»

La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, proche de Manuel Valls, votera pour le candidat socialiste malgré ses divergences avec certaines de ses propositions.

Lundi, c'est dans son ministère qu'a eu lieu le déjeuner des proches de Manuel Valls autour de l’ex-Premier ministre. Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, apporte aujourd’hui son soutien au candidat socialiste, Benoît Hamon, mais lui demande plus de gestes en faveur du rassemblement et de «dire du bien de la France».

Numerama - Benoît Hamon relance le débat sur une redevance TV étendue à tous les écrans

Le candidat du Parti socialiste s'est montré ouvert à l'idée d'étendre la contribution à l'audiovisuel public à tous les écrans qui permettent de regarder la télévision, comme les smartphones ou les ordinateurs.

Le serpent de mer de la contribution à l’audiovisuel public étendue à tous les écrans s’invite dans la campagne présidentielle, et plus particulièrement dans le programme de Benoît Hamon. Invité jeudi 2 mars par l’Union des entreprises de conseil et achat média, le candidat du Parti socialiste a en effet glissé au détour de la conversation son souhait de réviser la redevance TV, rapporte BFM TV.

Franceinfo - Le décryptage éco. Quand la question de la dette divise à nouveaux les socialistes

A gauche, Manuel Valls a exprimé son inquiétude face à la campagne de Benoît Hamon, et c’est sur l’économie que les tensions sont les plus fortes entre les différentes sensibilités socialistes. Le décryptage de Vincent Giret.

14/03/2017

L'actualité des socialistes du 3 au 9 mars (Revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

Alternatives Economiques - Tribune : Le revenu universel, socle d’une refondation de la protection sociale, Pierre-Alain Muet

Notre système de protection sociale et de prélèvements sur les ménages, hérité de couches successives de réformes partielles, est devenu injuste et incohérent. Et rien n’a fondamentalement changé ces dernières années sur ce plan car la réforme de l’imposition des revenus a été la grande oubliée du quinquennat de François Hollande. Notre système de prélèvement est en effet profondément injuste, car, pour nos concitoyens les plus modestes, l’imposition des revenus, composée de l’impôt sur le revenu (IR) et de la CSG, n’est pas progressive et commence à un taux très élevé, celui de la CSG (8 %). Dans aucun autre pays démocratique on entre dans l’imposition des revenus à un taux de prélèvement aussi élevé.

France Info - Présidentielle : le nouveau revenu universel de Benoît Hamon "n'est pas moins ambitieux"

Benoît Hamon a annoncé que sa mesure phare du revenu universel coûterait moins cher à la France, 35 milliards d'euros. Une redéfinition du projet qui n'est pas "moins ambitieux" selon Julia Cagé, économiste, membre de l'équipe de campagne.

JEROME GUEDJ

Marianne - Journal de bord d'un socialiste, Le blog de Jérôme Guedj

Déjà un mois et demi que nous sommes en campagne. Et plus encore pour Benoit Hamon en prenant en compte la primaire. Nouer un lien profond avec le pays, partager nos idées, affirmer notre vision, incarner les valeurs de la gauche, de toute la gauche. « Ma France » disait Jean Ferrat. Chaque candidat porte une France en lui « un pacte vingt fois centenaire entre elle et le liberté du monde », aurait dit De Gaulle, toujours commode en citations grandioses. Les places sont chères au panthéon de l’Histoire, rappelons que ceux qui y ont accédé sont les mêmes qui en ont saisi la puissance du récit, et l’ont eux-mêmes écrit par leurs actes de courage, parfois leur folie. Autre temps, autre histoire, le récit commande aujourd’hui une autre narration, les échos des profondeurs nous racontent d’autres aspirations que le retour des temps qui forgeaient les héros. Si nous voulons que la France se retrouve avec elle-même, ressouder là où sont les fractures, tellement nombreuses, il nous faut saisir les réalités contemporaines, sur le vif, et il n’y a rien de mieux qu’une campagne pour ça.

LES SONDAGES

L'Obs

Paris Match

Les Echos

RTL - Présidentielle 2017 : Macron vire en tête au 1er tour, selon un sondage

Le candidat du mouvement "En Marche !" est également donné large vainqueur au second tour, devant Marine Le Pen.

France Info - Présidentielle : 61% des sympathisants du PS approuvent les cadres socialistes qui soutiennent Macron et non Hamon

Un sondage Odoxa pour franceinfo révèle vendredi qu'une majorité de Français approuve le choix de certains cadres du PS de soutenir Emmanuel Macron au détriment de Benoît Hamon, jugé "sympathique" mais moins crédible.

Le Monde - « Les rapports de force de la présidentielle se dessinent »

Nicolas Chapuis, chef du service politique du « Monde », a répondu à vos questions sur la dernière vague de l’enquête électorale du Centre de recherches politiques de Sciences po.

L'Express - Présidentielle: Macron aussi populaire que Hamon à gauche

Pour la première fois depuis le début de la campagne, un sondage place l'ancien ministre de l'Economie au même niveau d'opinions favorables que le candidat socialiste chez les sympathisants de gauche.

LE REVENU UNIVERSEL

Huffington Post - Après l'Émission politique, Benoît Hamon en est à sa cinquième version du revenu universel

Depuis la rentrée 2016, la candidat gagne en crédibilité ce qu'il perd en radicalité.

Le candidat du Parti socialiste a voulu relancer sa campagne avec l'"Emission politique", le 9 mars sur France 2. En point d'orgue, encore une fois, le revenu universel. Ou plutôt des précisions qui ont pris à nouveau des airs de nouvelle version amoindrie.

OFCE - Revenu universel : l’état du débat

Par Guillaume Allègre et Henri Sterdyniak

Dans une situation de maintien d’un niveau élevé de chômage et de pauvreté, d’extension de la précarité du travail, de crainte de disparition des emplois du fait de l’automatisation, le projet de revenu universel s’est installé dans le débat économique et social en France comme dans d’autres pays développés. Il s’agirait de verser à  toute personne résidante dans le pays une allocation mensuelle sans aucune condition de ressources, d’activité, de contrepartie. Dans le cadre de sa mission d’animation et d’éclairage  du débat économique, l’OFCE a organisé, le 13 octobre 2016, une journée d’étude à laquelle ont été conviés des chercheurs qui avaient travaillé sur ce projet, pour le développer, le soutenir ou le critiquer. Un e-book rassemble la plupart des contributions qui ont été présentées et discutées durant cette journée, parfois revues compte-tenu des enseignements de la discussion.

Le Monde - Les décodeurs : Où en est le revenu universel selon Benoît Hamon ?

Le candidat du PS à la présidentielle doit préciser les contours de sa mesure phare lors de « L’Emission politique » de jeudi.

« Le revenu universel, c’est la nouvelle protection sociale », affirmait Benoît Hamon dans Le Monde en janvier. L’idée est devenue une mesure phare du candidat socialiste à la présidentielle et ses contours ont déjà beaucoup évolué durant la campagne. M. Hamon devrait en présenter les modalités jeudi 9 mars, lors de « L’Emission politique » sur France 2.

Libé - Revenu universel : pour mieux intégrer les salariés, le candidat retravaille sa mesure phare

Benoît Hamon modifie sa proposition, vilipendée pour son coût, afin de la rendre plus crédible et d’y intégrer les travailleurs pauvres. Quitte à en dénaturer la philosophie.

Sous la sémantique, la politique. Avant son grand oral de jeudi soir à l’Emission politique de France 2, Benoît Hamon met la dernière main à une nouvelle mouture de son revenu universel d’existence, qui sera assortie d’un cadrage budgétaire maison. En plus des jeunes de 18 à 25 ans et des bénéficiaires du RSA, la mesure qui a fait son succès à la primaire sera finalement élargie dès sa création, au 1er janvier 2018, aux bas salaires. Cela permet d’inclure les travailleurs dans le dispositif - une «étape 1 bis» - mais en le dénaturant un peu. Car ce complément de salaire, qui permettrait d’offrir un 13e mois aux travailleurs les plus fragiles, ne sera plus le même pour tous : l’impact sur les bas salaires sera progressif, ils ne toucheront pas les 600 euros promis aux jeunes dès la première étape.

Alternatives Economiques - Comment donner de l’ampleur au revenu universel de Benoît Hamon

La proposition de revenu universel version Hamon est-elle en train de prendre de l’ampleur ou, au contraire, de s’éteindre, au profit d’une mesure se rapprochant au fond d’un RSA activité modernisé ? C’est la question qu’on peut se poser à lire l’entretien donné par Julia Cagé, économiste proche du candidat, au quotidien Les Echos du mardi 7 mars. Plaide en faveur du premier terme de l’alternative le fait que la première étape déjà annoncée n’est pas remise en cause – revalorisation du RSA socle et création d’une allocation d’autonomie pour les 18-25 ans – et se voit complétée par une sorte de prime d’activité centrée sur les bas salaires, une manière de contrer les propositions d’Emmanuel Macron qui veut augmenter les très bas salaires via la réduction de certaines cotisations sociales. En revanche, le reste de l’entretien donne à réfléchir. Si on ne peut qu’approuver Julia Cagé quand elle dit que le bilan de la révolution numérique en termes d’emploi n’est écrit nulle part, – contredisant au passage les propos parfois trop déterministes de Benoît Hamon sur le sujet –, elle ajoute que « cela n’aurait pas de sens de donner à Liliane Bettencourt 600 euros pour les lui reprendre de l’autre main par une hausse d’impôts ».

LES ROBOTS

France Info - Taxer les robots : cinq questions sur la promesse de Benoît Hamon

Avec le revenu universel, c’est l’une des propositions clés du candidat socialiste à l’élection présidentielle. Pourquoi taxer les robots ? Qui seraient les gagnants et perdants d’une telle mesure ? Décryptage.

C'est une idée pour le moins emblématique, et qui ne manque pas de faire parler d'elle. S'il est élu président de la République, Benoît Hamon propose de taxer les machines qui remplacent les hommes dans les entreprises. Franceinfo passe cette proposition au décrypteur.

Tribune de Genève - Et si on taxait les robots...

Fiscalité - L’idée fait débat. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson la défend.

En France, la proposition figure en bonne place dans le programme du candidat socialiste Benoît Hamon. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson y réfléchit depuis près d’un an. Et plus il y réfléchit, plus il est convaincu: d’une façon ou d’une autre, il faudra taxer les robots. L’idée, bien sûr, nécessiterait beaucoup de discussions mêlant l’économie, l’éthique et la politique. Une utopie? Selon Xavier Oberson, on n’échappera à cet énorme remue-méninges. Il présentera ses recherches ce mardi, lors de la leçon d’ouverture du semestre de printemps 2017 de l’Université de Genève. Interview.

LAICITE

Le Figaro, Par Fatiha Boudjalat -  Journée de la femme : la grande hypocrisie du féminisme occidental

A l'occasion de la « journée internationale pour les droits des femmes », Fatiha Boudjalat interpelle ceux qui présentent les femmes voilées comme des figures du féminisme.


Fatiha Boudjahlat est cofondatrice de Viv(r)e la République, et secrétaire Nationale du MRC en charge de l'Education.


Soyons fous… parlons des droits des femmes… le lendemain de la journée internationale des droits des femmes. Il s'agit de rappeler l'urgence et l'actualité du combat des femmes pour leur émancipation individuelle et collective, pour leur égalité en droits et en dignité. Et pourtant fleurissent des images de femmes voilées comme des figures du féminisme. L'offensive passe par le dévoiement du féminisme. Il y aurait donc des féminismes, au moins deux, un occidental, propre aux femmes blanches, et un pour les femmes en orient et pour les femmes orientales d'ici. Ce féminisme-ci s'accommoderait parfaitement du voilement.

MACRON

La Tribune - Emmanuel Macron et la finance : plus qu'un problème personnel Par Romaric Godin

Emmanuel Macron ne veut pas être réduit à "quatre années" de sa vie au cours de laquelle il était banquier d'affaires. Mais la vraie question est ailleurs : c'est celle de sa vision de l'économie.

C'est sans doute un signe des temps. Alors que François Fillon et Marine Le Pen ne cessent de viser « la presse du système », lors de sa conférence de presse de présentation de son programme électoral le 2 mars, Emmanuel Macron a fait publiquement la leçon à un journaliste de Mediapart. Il l'a accusé de « faire le lit du Front National » en le « réduisant à quatre années de sa vie », celle où le candidat d'En Marche ! était banquier d'affaires. Irrésistiblement, ce genre de recadrage d'un journaliste par un politique fait penser à une autre conférence de presse, celle où Donald Trump dénonçait les « Fake News Medias » (les « médias de fausses nouvelles »). Du moins, ces attaques n'étaient, alors, pas saluées par des applaudissements.

L'EMISSION POLITIQUE

France Info - Le vrai du faux. Retour sur l'Emission politique de Benoît Hamon

Le candidat socialiste était l'invité de France 2 ce jeudi 9 mars. Il a notamment parlé de revenu universel et débattu avec Laurent Wauquiez sur le voile intégral.

Retour sur deux passages de l'Emission politique de France 2 avec Benoît Hamon ce jeudi 9 mars.

Et notamment sur le revenu universel. Le candidat socialiste veut le mettre en place en plusieurs étapes. La première, c'est l'automatisation du RSA augmenté à 600 euros et élargi aux jeunes. Et Benoît Hamon l'a assuré ce jeudi soir, il n'a pas changé d'un pouce sur sa proposition

Le Monde - Pour Benoît Hamon, Emmanuel Macron prépare « une France ingouvernable »

Invité de « L’Emission politique » sur France 2, le prétendant socialiste à la présidentielle a renoncé à son idée d’un revenu universel pour tous les 18-25 ans.

Benoît Hamon déroule. Invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 9 février, le candidat des socialistes et des écologistes à l’élection présidentielle a martelé ses thématiques de prédilection. Raréfaction du travail, taxation des robots, interdiction des pesticides, légalisation de l’euthanasie… Le député des Yvelines a rejoué la partition qui lui a permis de remporter, en janvier, la primaire à gauche, revenant, en outre, sur ses nouvelles propositions sur l’Europe, présentées dans un entretien au Monde, jeudi.
 
 
Benoît Hamon, invité de "l'Emission politique" sur France 2, est monté au créneau contre Emmanuel Macron et a défendu fermement sa vision de la laïcité.
 
Pour Benoît Hamon, le temps presse. Échec des négociations avec Mélenchon, sondages décevants, défections au sein du PS... Les dernières semaines de campagne ont été difficiles pour le candidat socialiste. Avec environ 14% des intentions de vote, il stagne, et ne semble pas même en mesure de se qualifier pour le second tour de la présidentielle.
 
 
Le candidat socialiste a profité de son passage à l’«Emission politique» pour, de nouveau, dénoncer le projet «dangereux» d’Emmanuel Macron, «marche-pied du Front National».
 
Benoît Hamon peut presque remercier Emmanuel Macron. Alors que des ministres socialistes lui réclament des «preuves d’amours» et menacent de rejoindre le candidat En Marche pour «faire barrage au Front national», le socialiste a profité ce jeudi soir de son passage à l’Emission politique pour… défendre le bilan du gouvernement.

France Info - Cinq séquences qu'il ne fallait pas rater dans "L'Emission politique" avec Benoît Hamon

A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat socialiste était invité sur France 2, jeudi soir.

Un peu plus de deux heures pour convaincre. A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielleBenoît Hamon était l'invité de "L'Emission politique" sur France 2, jeudi 9 mars. Son premier passage en décembre lui avait permis de lancer sa campagne dans la primaire de la gauche, qu'il a finalement remportée fin janvier. Mais depuis, le candidat patine, et ne décolle pas dans les intentions de vote. Jeudi soir, l'ancien ministre espérait donc se servir de l'émission pour relancer la dynamique de sa campagne.

France Inter - Le candidat Benoit Hamon à la recherche d’un nouveau souffle

Rassurer sur son programme, repousser Emmanuel Macron à droite de l'échiquier politique: Benoît Hamon tente la remise à flot d'une campagne dangereusement enlisée.

L'Express - Sur France 2, Hamon garde le cap, quitte à perdre des électeurs

En difficulté dans la campagne présidentielle, le candidat du Parti socialiste peine à imposer ses thèmes dans le débat politique. Ce qui lui avait permis de remporter la primaire organisée par son parti, en janvier dernier.

"François Mitterrand disait que le centre, c'est ni de gauche, ni de gauche." Cette phrase, Benoît Hamon ne l'a pas lâchée devant François Bayrou.

L'Obs - Benoît Hamon et Laurent Wauquiez s'écharpent sur le voile et l'islam

Face à Wauquiez, qui l'a accusé de mollesse face au communautarisme, Hamon s'est érigé en défenseur acharné de la loi de 1905.

Et Laurent Wauquiez réveilla Benoît Hamon... Il a fallu attendre jeudi soir la fin de l'émission politique et l'arrivée sur le plateau de France 2 du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour que le candidat socialiste hausse le ton.

EN CAMPAGNE

Boursier - Hamon installe un duel à distance avec Macron, par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Benoît Hamon a poursuivi vendredi, sur le terrain européen, le duel engagé avec Emmanuel Macron, qui s'est amusé de voir son adversaire à l'élection présidentielle lui faire de la "publicité".

L'Obs - Hamon à la baston !

Face à l'envolée d'Emmanuel Macron, la candidature de Benoît Hamon patine. Pour retrouver des couleurs, il doit oublier les petits arrangements et rester lui-même : un pur frondeur. Les Français, en ce moment, aiment ça.

Capital - Critiqué au PS, Hamon se pose en "combattant" décidé à rassembler

PARIS (Reuters) - Déterminé à "tourner la page avec des recettes qui ont échoué", Benoît Hamon s'est présenté jeudi soir en "combattant" déterminé à rassembler sa famille politique malgré les doutes et les critiques d'une partie des socialistes sur sa campagne.

Dans l'Émission politique, sur France 2, le candidat à l'élection présidentielle a rappelé à ses détracteurs la "légitimité" tirée de sa victoire à la primaire organisée en janvier par le PS.

Le Figaro - Benoît Hamon enterre-t-il le revenu universel ?

Invité de France 2 dans «L'Émission politique», le candidat socialiste a mis en avant la première phase de sa mesure-phare: une extension du RSA aux jeunes et à une partie des travailleurs. Mais il s'est peu justifié sur son coût.

Ce jeudi, dans une interview au journal Le Monde puis dans «L'Émission politique» sur France 2, Benoît Hamon s'est défendu d'avoir revu à la baisse son projet de revenu universel. Le candidat socialiste a précisé qu'il s'était engagé lors de la primaire à mettre en œuvre dès 2018 une première phase du revenu universel.

Le Monde - Benoît Hamon veut renforcer la zone euro pour sauver l’Union européenne

Le candidat socialiste doit présenter, vendredi, son projet d’un nouveau traité pour tenter de sortir l’Union européenne de la situation de blocage qu’elle traverse.

Objectif, « sauver l’Europe ». Benoît Hamon doit présenter, vendredi 10 mars, son projet d’un nouveau traité de démocratisation de la gouvernance de la zone euro pour tenter de sortir l’Union de la situation de blocage qu’elle traverse depuis de longs mois. Le candidat socialiste veut, selon son entourage, « trouver un chemin qui refuse tout autant de continuer à construire l’Europe contre les peuples que de participer à sa destruction ». Un positionnement qui, espère-t-il, va le distinguer dans la campagne présidentielle de ses concurrents de gauche comme de droite.
 
 
Benoît Hamon va publier deux ouvrages d'ici la fin du mois de mars. Le premier, un manifeste, est sorti ce jeudi.  
En pleine campagne présidentielle, le candidat socialiste Benoît Hamon publie deux ouvrages. Le premier est lancé jeudi 9 mars : un livre-manifeste de 128 pages intitulé "Pour la génération qui vient". Le 23 mars prochain, ce premier opus sera suivi de "La politique est à nous", co-écrit avec l'ex-candidat écologiste Yannick Jadot aux éditions Robert Laffont.
 

MARSEILLE (Reuters) - Benoît Hamon a durci le ton de sa campagne envers le "candidat chimère" Emmanuel Macron, mardi lors d'une réunion publique à Marseille, fustigeant les socialistes qui envisagent un "vote utile" en faveur de l'ancien ministre de l'Economie pour faire barrage à Marine Le Pen.

 
Le candidat socialiste à la présidentielle a associé à son équipe Yannick Jadot, qui a retiré sa candidature pour le soutenir, ou encore Eva Joly et Michèle Rivasi.
Benoît Hamon a précisé dans un document transmis à la presse, dimanche 5 mars, qu’il avait désormais intégré plusieurs écologistes dans son équipe de campagne. Le candidat socialiste à la présidentielle s’appuiera sur Yannick Jadot, nommé « conseiller spécial » après avoir annoncé, le 23 février, qu’il retirait sa candidature au nom d’Europe Ecologie - Les Verts (EELV) pour soutenir M. Hamon.

Marianne - Inquiétude au PS : Benoît Hamon fait-il campagne pour l'Elysée… ou pour Solférino?

Face à l'étrange campagne de Benoît Hamon, on s'interroge au Parti socialiste : se bat-il vraiment pour l'élection présidentielle ou prépare-t-il simplement la prise du PS ?

D'ex-frondeurs face à la fronde… La vie politique ne manque décidément pas d'ironie. Depuis le résultat de la primaire organisée par le PS, la révolte gronde dans les rangs socialistes. Le parti s'interroge, s'inquiète de cette étrange campagne menée depuis quelques semaines par Benoît Hamon, leur candidat officiel. On s'y demande même, de plus en plus, si l'ancien ministre de l'Education ne serait pas en train de leur faire un bébé dans le dos. "Le sentiment se répand de plus en plus qu'il y a une campagne officielle, très maladroite, pour 2017. Et une autre officieuse, partant du principe que 2017, c'est déjà foutu et qui prépare l'après, qui passe par la conquête du Parti par Benoît Hamon et ses amis", nous décrypte un député de province.

Libé - Laurence Rossignol : «Je soutiens Hamon mais il doit rassembler la gauche dans toute sa diversité, on n’y est pas encore»

La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, proche de Manuel Valls, votera pour le candidat socialiste malgré ses divergences avec certaines de ses propositions.

Lundi, c'est dans son ministère qu'a eu lieu le déjeuner des proches de Manuel Valls autour de l’ex-Premier ministre. Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, apporte aujourd’hui son soutien au candidat socialiste, Benoît Hamon, mais lui demande plus de gestes en faveur du rassemblement et de «dire du bien de la France».

Numerama - Benoît Hamon relance le débat sur une redevance TV étendue à tous les écrans

Le candidat du Parti socialiste s'est montré ouvert à l'idée d'étendre la contribution à l'audiovisuel public à tous les écrans qui permettent de regarder la télévision, comme les smartphones ou les ordinateurs.

Le serpent de mer de la contribution à l’audiovisuel public étendue à tous les écrans s’invite dans la campagne présidentielle, et plus particulièrement dans le programme de Benoît Hamon. Invité jeudi 2 mars par l’Union des entreprises de conseil et achat média, le candidat du Parti socialiste a en effet glissé au détour de la conversation son souhait de réviser la redevance TV, rapporte BFM TV.

Franceinfo - Le décryptage éco. Quand la question de la dette divise à nouveaux les socialistes

A gauche, Manuel Valls a exprimé son inquiétude face à la campagne de Benoît Hamon, et c’est sur l’économie que les tensions sont les plus fortes entre les différentes sensibilités socialistes. Le décryptage de Vincent Giret.

13/03/2017

L'actualité des socialistes du 3 au 9 mars (Revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

Alternatives Economiques - Tribune : Le revenu universel, socle d’une refondation de la protection sociale, Pierre-Alain Muet

Notre système de protection sociale et de prélèvements sur les ménages, hérité de couches successives de réformes partielles, est devenu injuste et incohérent. Et rien n’a fondamentalement changé ces dernières années sur ce plan car la réforme de l’imposition des revenus a été la grande oubliée du quinquennat de François Hollande. Notre système de prélèvement est en effet profondément injuste, car, pour nos concitoyens les plus modestes, l’imposition des revenus, composée de l’impôt sur le revenu (IR) et de la CSG, n’est pas progressive et commence à un taux très élevé, celui de la CSG (8 %). Dans aucun autre pays démocratique on entre dans l’imposition des revenus à un taux de prélèvement aussi élevé.

France Info - Présidentielle : le nouveau revenu universel de Benoît Hamon "n'est pas moins ambitieux"

Benoît Hamon a annoncé que sa mesure phare du revenu universel coûterait moins cher à la France, 35 milliards d'euros. Une redéfinition du projet qui n'est pas "moins ambitieux" selon Julia Cagé, économiste, membre de l'équipe de campagne.

JEROME GUEDJ

Marianne - Journal de bord d'un socialiste, Le blog de Jérôme Guedj

Déjà un mois et demi que nous sommes en campagne. Et plus encore pour Benoit Hamon en prenant en compte la primaire. Nouer un lien profond avec le pays, partager nos idées, affirmer notre vision, incarner les valeurs de la gauche, de toute la gauche. « Ma France » disait Jean Ferrat. Chaque candidat porte une France en lui « un pacte vingt fois centenaire entre elle et le liberté du monde », aurait dit De Gaulle, toujours commode en citations grandioses. Les places sont chères au panthéon de l’Histoire, rappelons que ceux qui y ont accédé sont les mêmes qui en ont saisi la puissance du récit, et l’ont eux-mêmes écrit par leurs actes de courage, parfois leur folie. Autre temps, autre histoire, le récit commande aujourd’hui une autre narration, les échos des profondeurs nous racontent d’autres aspirations que le retour des temps qui forgeaient les héros. Si nous voulons que la France se retrouve avec elle-même, ressouder là où sont les fractures, tellement nombreuses, il nous faut saisir les réalités contemporaines, sur le vif, et il n’y a rien de mieux qu’une campagne pour ça.

LES SONDAGES

L'Obs

Paris Match

Les Echos

RTL - Présidentielle 2017 : Macron vire en tête au 1er tour, selon un sondage

Le candidat du mouvement "En Marche !" est également donné large vainqueur au second tour, devant Marine Le Pen.

France Info - Présidentielle : 61% des sympathisants du PS approuvent les cadres socialistes qui soutiennent Macron et non Hamon

Un sondage Odoxa pour franceinfo révèle vendredi qu'une majorité de Français approuve le choix de certains cadres du PS de soutenir Emmanuel Macron au détriment de Benoît Hamon, jugé "sympathique" mais moins crédible.

Le Monde - « Les rapports de force de la présidentielle se dessinent »

Nicolas Chapuis, chef du service politique du « Monde », a répondu à vos questions sur la dernière vague de l’enquête électorale du Centre de recherches politiques de Sciences po.

L'Express - Présidentielle: Macron aussi populaire que Hamon à gauche

Pour la première fois depuis le début de la campagne, un sondage place l'ancien ministre de l'Economie au même niveau d'opinions favorables que le candidat socialiste chez les sympathisants de gauche.

LE REVENU UNIVERSEL

Huffington Post - Après l'Émission politique, Benoît Hamon en est à sa cinquième version du revenu universel

Depuis la rentrée 2016, la candidat gagne en crédibilité ce qu'il perd en radicalité.

Le candidat du Parti socialiste a voulu relancer sa campagne avec l'"Emission politique", le 9 mars sur France 2. En point d'orgue, encore une fois, le revenu universel. Ou plutôt des précisions qui ont pris à nouveau des airs de nouvelle version amoindrie.

OFCE - Revenu universel : l’état du débat

Par Guillaume Allègre et Henri Sterdyniak

Dans une situation de maintien d’un niveau élevé de chômage et de pauvreté, d’extension de la précarité du travail, de crainte de disparition des emplois du fait de l’automatisation, le projet de revenu universel s’est installé dans le débat économique et social en France comme dans d’autres pays développés. Il s’agirait de verser à  toute personne résidante dans le pays une allocation mensuelle sans aucune condition de ressources, d’activité, de contrepartie. Dans le cadre de sa mission d’animation et d’éclairage  du débat économique, l’OFCE a organisé, le 13 octobre 2016, une journée d’étude à laquelle ont été conviés des chercheurs qui avaient travaillé sur ce projet, pour le développer, le soutenir ou le critiquer. Un e-book rassemble la plupart des contributions qui ont été présentées et discutées durant cette journée, parfois revues compte-tenu des enseignements de la discussion.

Le Monde - Les décodeurs : Où en est le revenu universel selon Benoît Hamon ?

Le candidat du PS à la présidentielle doit préciser les contours de sa mesure phare lors de « L’Emission politique » de jeudi.

« Le revenu universel, c’est la nouvelle protection sociale », affirmait Benoît Hamon dans Le Monde en janvier. L’idée est devenue une mesure phare du candidat socialiste à la présidentielle et ses contours ont déjà beaucoup évolué durant la campagne. M. Hamon devrait en présenter les modalités jeudi 9 mars, lors de « L’Emission politique » sur France 2.

Libé - Revenu universel : pour mieux intégrer les salariés, le candidat retravaille sa mesure phare

Benoît Hamon modifie sa proposition, vilipendée pour son coût, afin de la rendre plus crédible et d’y intégrer les travailleurs pauvres. Quitte à en dénaturer la philosophie.

Sous la sémantique, la politique. Avant son grand oral de jeudi soir à l’Emission politique de France 2, Benoît Hamon met la dernière main à une nouvelle mouture de son revenu universel d’existence, qui sera assortie d’un cadrage budgétaire maison. En plus des jeunes de 18 à 25 ans et des bénéficiaires du RSA, la mesure qui a fait son succès à la primaire sera finalement élargie dès sa création, au 1er janvier 2018, aux bas salaires. Cela permet d’inclure les travailleurs dans le dispositif - une «étape 1 bis» - mais en le dénaturant un peu. Car ce complément de salaire, qui permettrait d’offrir un 13e mois aux travailleurs les plus fragiles, ne sera plus le même pour tous : l’impact sur les bas salaires sera progressif, ils ne toucheront pas les 600 euros promis aux jeunes dès la première étape.

Alternatives Economiques - Comment donner de l’ampleur au revenu universel de Benoît Hamon

La proposition de revenu universel version Hamon est-elle en train de prendre de l’ampleur ou, au contraire, de s’éteindre, au profit d’une mesure se rapprochant au fond d’un RSA activité modernisé ? C’est la question qu’on peut se poser à lire l’entretien donné par Julia Cagé, économiste proche du candidat, au quotidien Les Echos du mardi 7 mars. Plaide en faveur du premier terme de l’alternative le fait que la première étape déjà annoncée n’est pas remise en cause – revalorisation du RSA socle et création d’une allocation d’autonomie pour les 18-25 ans – et se voit complétée par une sorte de prime d’activité centrée sur les bas salaires, une manière de contrer les propositions d’Emmanuel Macron qui veut augmenter les très bas salaires via la réduction de certaines cotisations sociales. En revanche, le reste de l’entretien donne à réfléchir. Si on ne peut qu’approuver Julia Cagé quand elle dit que le bilan de la révolution numérique en termes d’emploi n’est écrit nulle part, – contredisant au passage les propos parfois trop déterministes de Benoît Hamon sur le sujet –, elle ajoute que « cela n’aurait pas de sens de donner à Liliane Bettencourt 600 euros pour les lui reprendre de l’autre main par une hausse d’impôts ».

LES ROBOTS

France Info - Taxer les robots : cinq questions sur la promesse de Benoît Hamon

Avec le revenu universel, c’est l’une des propositions clés du candidat socialiste à l’élection présidentielle. Pourquoi taxer les robots ? Qui seraient les gagnants et perdants d’une telle mesure ? Décryptage.

C'est une idée pour le moins emblématique, et qui ne manque pas de faire parler d'elle. S'il est élu président de la République, Benoît Hamon propose de taxer les machines qui remplacent les hommes dans les entreprises. Franceinfo passe cette proposition au décrypteur.

Tribune de Genève - Et si on taxait les robots...

Fiscalité - L’idée fait débat. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson la défend.

En France, la proposition figure en bonne place dans le programme du candidat socialiste Benoît Hamon. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson y réfléchit depuis près d’un an. Et plus il y réfléchit, plus il est convaincu: d’une façon ou d’une autre, il faudra taxer les robots. L’idée, bien sûr, nécessiterait beaucoup de discussions mêlant l’économie, l’éthique et la politique. Une utopie? Selon Xavier Oberson, on n’échappera à cet énorme remue-méninges. Il présentera ses recherches ce mardi, lors de la leçon d’ouverture du semestre de printemps 2017 de l’Université de Genève. Interview.

LAICITE

Le Figaro, Par Fatiha Boudjalat -  Journée de la femme : la grande hypocrisie du féminisme occidental

A l'occasion de la « journée internationale pour les droits des femmes », Fatiha Boudjalat interpelle ceux qui présentent les femmes voilées comme des figures du féminisme.


Fatiha Boudjahlat est cofondatrice de Viv(r)e la République, et secrétaire Nationale du MRC en charge de l'Education.


Soyons fous… parlons des droits des femmes… le lendemain de la journée internationale des droits des femmes. Il s'agit de rappeler l'urgence et l'actualité du combat des femmes pour leur émancipation individuelle et collective, pour leur égalité en droits et en dignité. Et pourtant fleurissent des images de femmes voilées comme des figures du féminisme. L'offensive passe par le dévoiement du féminisme. Il y aurait donc des féminismes, au moins deux, un occidental, propre aux femmes blanches, et un pour les femmes en orient et pour les femmes orientales d'ici. Ce féminisme-ci s'accommoderait parfaitement du voilement.

MACRON

La Tribune - Emmanuel Macron et la finance : plus qu'un problème personnel Par Romaric Godin

Emmanuel Macron ne veut pas être réduit à "quatre années" de sa vie au cours de laquelle il était banquier d'affaires. Mais la vraie question est ailleurs : c'est celle de sa vision de l'économie.

C'est sans doute un signe des temps. Alors que François Fillon et Marine Le Pen ne cessent de viser « la presse du système », lors de sa conférence de presse de présentation de son programme électoral le 2 mars, Emmanuel Macron a fait publiquement la leçon à un journaliste de Mediapart. Il l'a accusé de « faire le lit du Front National » en le « réduisant à quatre années de sa vie », celle où le candidat d'En Marche ! était banquier d'affaires. Irrésistiblement, ce genre de recadrage d'un journaliste par un politique fait penser à une autre conférence de presse, celle où Donald Trump dénonçait les « Fake News Medias » (les « médias de fausses nouvelles »). Du moins, ces attaques n'étaient, alors, pas saluées par des applaudissements.

L'EMISSION POLITIQUE

France Info - Le vrai du faux. Retour sur l'Emission politique de Benoît Hamon

Le candidat socialiste était l'invité de France 2 ce jeudi 9 mars. Il a notamment parlé de revenu universel et débattu avec Laurent Wauquiez sur le voile intégral.

Retour sur deux passages de l'Emission politique de France 2 avec Benoît Hamon ce jeudi 9 mars.

Et notamment sur le revenu universel. Le candidat socialiste veut le mettre en place en plusieurs étapes. La première, c'est l'automatisation du RSA augmenté à 600 euros et élargi aux jeunes. Et Benoît Hamon l'a assuré ce jeudi soir, il n'a pas changé d'un pouce sur sa proposition

Le Monde - Pour Benoît Hamon, Emmanuel Macron prépare « une France ingouvernable »

Invité de « L’Emission politique » sur France 2, le prétendant socialiste à la présidentielle a renoncé à son idée d’un revenu universel pour tous les 18-25 ans.

Benoît Hamon déroule. Invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 9 février, le candidat des socialistes et des écologistes à l’élection présidentielle a martelé ses thématiques de prédilection. Raréfaction du travail, taxation des robots, interdiction des pesticides, légalisation de l’euthanasie… Le député des Yvelines a rejoué la partition qui lui a permis de remporter, en janvier, la primaire à gauche, revenant, en outre, sur ses nouvelles propositions sur l’Europe, présentées dans un entretien au Monde, jeudi.
 
 
Benoît Hamon, invité de "l'Emission politique" sur France 2, est monté au créneau contre Emmanuel Macron et a défendu fermement sa vision de la laïcité.
 
Pour Benoît Hamon, le temps presse. Échec des négociations avec Mélenchon, sondages décevants, défections au sein du PS... Les dernières semaines de campagne ont été difficiles pour le candidat socialiste. Avec environ 14% des intentions de vote, il stagne, et ne semble pas même en mesure de se qualifier pour le second tour de la présidentielle.
 
 
Le candidat socialiste a profité de son passage à l’«Emission politique» pour, de nouveau, dénoncer le projet «dangereux» d’Emmanuel Macron, «marche-pied du Front National».
 
Benoît Hamon peut presque remercier Emmanuel Macron. Alors que des ministres socialistes lui réclament des «preuves d’amours» et menacent de rejoindre le candidat En Marche pour «faire barrage au Front national», le socialiste a profité ce jeudi soir de son passage à l’Emission politique pour… défendre le bilan du gouvernement.

France Info - Cinq séquences qu'il ne fallait pas rater dans "L'Emission politique" avec Benoît Hamon

A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat socialiste était invité sur France 2, jeudi soir.

Un peu plus de deux heures pour convaincre. A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielleBenoît Hamon était l'invité de "L'Emission politique" sur France 2, jeudi 9 mars. Son premier passage en décembre lui avait permis de lancer sa campagne dans la primaire de la gauche, qu'il a finalement remportée fin janvier. Mais depuis, le candidat patine, et ne décolle pas dans les intentions de vote. Jeudi soir, l'ancien ministre espérait donc se servir de l'émission pour relancer la dynamique de sa campagne.

France Inter - Le candidat Benoit Hamon à la recherche d’un nouveau souffle

Rassurer sur son programme, repousser Emmanuel Macron à droite de l'échiquier politique: Benoît Hamon tente la remise à flot d'une campagne dangereusement enlisée.

L'Express - Sur France 2, Hamon garde le cap, quitte à perdre des électeurs

En difficulté dans la campagne présidentielle, le candidat du Parti socialiste peine à imposer ses thèmes dans le débat politique. Ce qui lui avait permis de remporter la primaire organisée par son parti, en janvier dernier.

"François Mitterrand disait que le centre, c'est ni de gauche, ni de gauche." Cette phrase, Benoît Hamon ne l'a pas lâchée devant François Bayrou.

L'Obs - Benoît Hamon et Laurent Wauquiez s'écharpent sur le voile et l'islam

Face à Wauquiez, qui l'a accusé de mollesse face au communautarisme, Hamon s'est érigé en défenseur acharné de la loi de 1905.

Et Laurent Wauquiez réveilla Benoît Hamon... Il a fallu attendre jeudi soir la fin de l'émission politique et l'arrivée sur le plateau de France 2 du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour que le candidat socialiste hausse le ton.

EN CAMPAGNE

Boursier - Hamon installe un duel à distance avec Macron, par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Benoît Hamon a poursuivi vendredi, sur le terrain européen, le duel engagé avec Emmanuel Macron, qui s'est amusé de voir son adversaire à l'élection présidentielle lui faire de la "publicité".

L'Obs - Hamon à la baston !

Face à l'envolée d'Emmanuel Macron, la candidature de Benoît Hamon patine. Pour retrouver des couleurs, il doit oublier les petits arrangements et rester lui-même : un pur frondeur. Les Français, en ce moment, aiment ça.

Capital - Critiqué au PS, Hamon se pose en "combattant" décidé à rassembler

PARIS (Reuters) - Déterminé à "tourner la page avec des recettes qui ont échoué", Benoît Hamon s'est présenté jeudi soir en "combattant" déterminé à rassembler sa famille politique malgré les doutes et les critiques d'une partie des socialistes sur sa campagne.

Dans l'Émission politique, sur France 2, le candidat à l'élection présidentielle a rappelé à ses détracteurs la "légitimité" tirée de sa victoire à la primaire organisée en janvier par le PS.

Le Figaro - Benoît Hamon enterre-t-il le revenu universel ?

Invité de France 2 dans «L'Émission politique», le candidat socialiste a mis en avant la première phase de sa mesure-phare: une extension du RSA aux jeunes et à une partie des travailleurs. Mais il s'est peu justifié sur son coût.

Ce jeudi, dans une interview au journal Le Monde puis dans «L'Émission politique» sur France 2, Benoît Hamon s'est défendu d'avoir revu à la baisse son projet de revenu universel. Le candidat socialiste a précisé qu'il s'était engagé lors de la primaire à mettre en œuvre dès 2018 une première phase du revenu universel.

Le Monde - Benoît Hamon veut renforcer la zone euro pour sauver l’Union européenne

Le candidat socialiste doit présenter, vendredi, son projet d’un nouveau traité pour tenter de sortir l’Union européenne de la situation de blocage qu’elle traverse.

Objectif, « sauver l’Europe ». Benoît Hamon doit présenter, vendredi 10 mars, son projet d’un nouveau traité de démocratisation de la gouvernance de la zone euro pour tenter de sortir l’Union de la situation de blocage qu’elle traverse depuis de longs mois. Le candidat socialiste veut, selon son entourage, « trouver un chemin qui refuse tout autant de continuer à construire l’Europe contre les peuples que de participer à sa destruction ». Un positionnement qui, espère-t-il, va le distinguer dans la campagne présidentielle de ses concurrents de gauche comme de droite.
 
 
Benoît Hamon va publier deux ouvrages d'ici la fin du mois de mars. Le premier, un manifeste, est sorti ce jeudi.  
En pleine campagne présidentielle, le candidat socialiste Benoît Hamon publie deux ouvrages. Le premier est lancé jeudi 9 mars : un livre-manifeste de 128 pages intitulé "Pour la génération qui vient". Le 23 mars prochain, ce premier opus sera suivi de "La politique est à nous", co-écrit avec l'ex-candidat écologiste Yannick Jadot aux éditions Robert Laffont.
 

MARSEILLE (Reuters) - Benoît Hamon a durci le ton de sa campagne envers le "candidat chimère" Emmanuel Macron, mardi lors d'une réunion publique à Marseille, fustigeant les socialistes qui envisagent un "vote utile" en faveur de l'ancien ministre de l'Economie pour faire barrage à Marine Le Pen.

 
Le candidat socialiste à la présidentielle a associé à son équipe Yannick Jadot, qui a retiré sa candidature pour le soutenir, ou encore Eva Joly et Michèle Rivasi.
Benoît Hamon a précisé dans un document transmis à la presse, dimanche 5 mars, qu’il avait désormais intégré plusieurs écologistes dans son équipe de campagne. Le candidat socialiste à la présidentielle s’appuiera sur Yannick Jadot, nommé « conseiller spécial » après avoir annoncé, le 23 février, qu’il retirait sa candidature au nom d’Europe Ecologie - Les Verts (EELV) pour soutenir M. Hamon.

Marianne - Inquiétude au PS : Benoît Hamon fait-il campagne pour l'Elysée… ou pour Solférino?

Face à l'étrange campagne de Benoît Hamon, on s'interroge au Parti socialiste : se bat-il vraiment pour l'élection présidentielle ou prépare-t-il simplement la prise du PS ?

D'ex-frondeurs face à la fronde… La vie politique ne manque décidément pas d'ironie. Depuis le résultat de la primaire organisée par le PS, la révolte gronde dans les rangs socialistes. Le parti s'interroge, s'inquiète de cette étrange campagne menée depuis quelques semaines par Benoît Hamon, leur candidat officiel. On s'y demande même, de plus en plus, si l'ancien ministre de l'Education ne serait pas en train de leur faire un bébé dans le dos. "Le sentiment se répand de plus en plus qu'il y a une campagne officielle, très maladroite, pour 2017. Et une autre officieuse, partant du principe que 2017, c'est déjà foutu et qui prépare l'après, qui passe par la conquête du Parti par Benoît Hamon et ses amis", nous décrypte un député de province.

Libé - Laurence Rossignol : «Je soutiens Hamon mais il doit rassembler la gauche dans toute sa diversité, on n’y est pas encore»

La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, proche de Manuel Valls, votera pour le candidat socialiste malgré ses divergences avec certaines de ses propositions.

Lundi, c'est dans son ministère qu'a eu lieu le déjeuner des proches de Manuel Valls autour de l’ex-Premier ministre. Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, apporte aujourd’hui son soutien au candidat socialiste, Benoît Hamon, mais lui demande plus de gestes en faveur du rassemblement et de «dire du bien de la France».

Numerama - Benoît Hamon relance le débat sur une redevance TV étendue à tous les écrans

Le candidat du Parti socialiste s'est montré ouvert à l'idée d'étendre la contribution à l'audiovisuel public à tous les écrans qui permettent de regarder la télévision, comme les smartphones ou les ordinateurs.

Le serpent de mer de la contribution à l’audiovisuel public étendue à tous les écrans s’invite dans la campagne présidentielle, et plus particulièrement dans le programme de Benoît Hamon. Invité jeudi 2 mars par l’Union des entreprises de conseil et achat média, le candidat du Parti socialiste a en effet glissé au détour de la conversation son souhait de réviser la redevance TV, rapporte BFM TV.

Franceinfo - Le décryptage éco. Quand la question de la dette divise à nouveaux les socialistes

A gauche, Manuel Valls a exprimé son inquiétude face à la campagne de Benoît Hamon, et c’est sur l’économie que les tensions sont les plus fortes entre les différentes sensibilités socialistes. Le décryptage de Vincent Giret.

12/03/2017

L'actualité des socialistes du 3 au 9 mars (Revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

La Tribune - Emmanuel Macron et la finance : plus qu'un problème personnel Par Romaric Godin

Emmanuel Macron ne veut pas être réduit à "quatre années" de sa vie au cours de laquelle il était banquier d'affaires. Mais la vraie question est ailleurs : c'est celle de sa vision de l'économie.

C'est sans doute un signe des temps. Alors que François Fillon et Marine Le Pen ne cessent de viser « la presse du système », lors de sa conférence de presse de présentation de son programme électoral le 2 mars, Emmanuel Macron a fait publiquement la leçon à un journaliste de Mediapart. Il l'a accusé de « faire le lit du Front National » en le « réduisant à quatre années de sa vie », celle où le candidat d'En Marche ! était banquier d'affaires. Irrésistiblement, ce genre de recadrage d'un journaliste par un politique fait penser à une autre conférence de presse, celle où Donald Trump dénonçait les « Fake News Medias » (les « médias de fausses nouvelles »). Du moins, ces attaques n'étaient, alors, pas saluées par des applaudissements.

JEROME GUEDJ

Marianne - Journal de bord d'un socialiste, Le blog de Jérôme Guedj

Déjà un mois et demi que nous sommes en campagne. Et plus encore pour Benoit Hamon en prenant en compte la primaire. Nouer un lien profond avec le pays, partager nos idées, affirmer notre vision, incarner les valeurs de la gauche, de toute la gauche. « Ma France » disait Jean Ferrat. Chaque candidat porte une France en lui « un pacte vingt fois centenaire entre elle et le liberté du monde », aurait dit De Gaulle, toujours commode en citations grandioses. Les places sont chères au panthéon de l’Histoire, rappelons que ceux qui y ont accédé sont les mêmes qui en ont saisi la puissance du récit, et l’ont eux-mêmes écrit par leurs actes de courage, parfois leur folie. Autre temps, autre histoire, le récit commande aujourd’hui une autre narration, les échos des profondeurs nous racontent d’autres aspirations que le retour des temps qui forgeaient les héros. Si nous voulons que la France se retrouve avec elle-même, ressouder là où sont les fractures, tellement nombreuses, il nous faut saisir les réalités contemporaines, sur le vif, et il n’y a rien de mieux qu’une campagne pour ça.

LES SONDAGES

L'Obs

Paris Match

Les Echos

France Info - Présidentielle : 61% des sympathisants du PS approuvent les cadres socialistes qui soutiennent Macron et non Hamon

Un sondage Odoxa pour franceinfo révèle vendredi qu'une majorité de Français approuve le choix de certains cadres du PS de soutenir Emmanuel Macron au détriment de Benoît Hamon, jugé "sympathique" mais moins crédible.

Le Monde - « Les rapports de force de la présidentielle se dessinent »

Nicolas Chapuis, chef du service politique du « Monde », a répondu à vos questions sur la dernière vague de l’enquête électorale du Centre de recherches politiques de Sciences po.

L'Express - Présidentielle: Macron aussi populaire que Hamon à gauche

Pour la première fois depuis le début de la campagne, un sondage place l'ancien ministre de l'Economie au même niveau d'opinions favorables que le candidat socialiste chez les sympathisants de gauche.

LE REVENU UNIVERSEL

France Info - Présidentielle : le nouveau revenu universel de Benoît Hamon "n'est pas moins ambitieux"

Benoît Hamon a annoncé que sa mesure phare du revenu universel coûterait moins cher à la France, 35 milliards d'euros. Une redéfinition du projet qui n'est pas "moins ambitieux" selon Julia Cagé, économiste, membre de l'équipe de campagne.

Huffington Post - Après l'Émission politique, Benoît Hamon en est à sa cinquième version du revenu universel

Depuis la rentrée 2016, la candidat gagne en crédibilité ce qu'il perd en radicalité.

Le candidat du Parti socialiste a voulu relancer sa campagne avec l'"Emission politique", le 9 mars sur France 2. En point d'orgue, encore une fois, le revenu universel. Ou plutôt des précisions qui ont pris à nouveau des airs de nouvelle version amoindrie.

OFCE - Revenu universel : l’état du débat

Par Guillaume Allègre et Henri Sterdyniak

Dans une situation de maintien d’un niveau élevé de chômage et de pauvreté, d’extension de la précarité du travail, de crainte de disparition des emplois du fait de l’automatisation, le projet de revenu universel s’est installé dans le débat économique et social en France comme dans d’autres pays développés. Il s’agirait de verser à  toute personne résidante dans le pays une allocation mensuelle sans aucune condition de ressources, d’activité, de contrepartie. Dans le cadre de sa mission d’animation et d’éclairage  du débat économique, l’OFCE a organisé, le 13 octobre 2016, une journée d’étude à laquelle ont été conviés des chercheurs qui avaient travaillé sur ce projet, pour le développer, le soutenir ou le critiquer. Un e-book rassemble la plupart des contributions qui ont été présentées et discutées durant cette journée, parfois revues compte-tenu des enseignements de la discussion.

Le Monde - Les décodeurs : Où en est le revenu universel selon Benoît Hamon ?

Le candidat du PS à la présidentielle doit préciser les contours de sa mesure phare lors de « L’Emission politique » de jeudi.

« Le revenu universel, c’est la nouvelle protection sociale », affirmait Benoît Hamon dans Le Monde en janvier. L’idée est devenue une mesure phare du candidat socialiste à la présidentielle et ses contours ont déjà beaucoup évolué durant la campagne. M. Hamon devrait en présenter les modalités jeudi 9 mars, lors de « L’Emission politique » sur France 2.

Libé - Revenu universel : pour mieux intégrer les salariés, le candidat retravaille sa mesure phare

Benoît Hamon modifie sa proposition, vilipendée pour son coût, afin de la rendre plus crédible et d’y intégrer les travailleurs pauvres. Quitte à en dénaturer la philosophie.

Sous la sémantique, la politique. Avant son grand oral de jeudi soir à l’Emission politique de France 2, Benoît Hamon met la dernière main à une nouvelle mouture de son revenu universel d’existence, qui sera assortie d’un cadrage budgétaire maison. En plus des jeunes de 18 à 25 ans et des bénéficiaires du RSA, la mesure qui a fait son succès à la primaire sera finalement élargie dès sa création, au 1er janvier 2018, aux bas salaires. Cela permet d’inclure les travailleurs dans le dispositif - une «étape 1 bis» - mais en le dénaturant un peu. Car ce complément de salaire, qui permettrait d’offrir un 13e mois aux travailleurs les plus fragiles, ne sera plus le même pour tous : l’impact sur les bas salaires sera progressif, ils ne toucheront pas les 600 euros promis aux jeunes dès la première étape.

Alternatives Economiques - Comment donner de l’ampleur au revenu universel de Benoît Hamon

La proposition de revenu universel version Hamon est-elle en train de prendre de l’ampleur ou, au contraire, de s’éteindre, au profit d’une mesure se rapprochant au fond d’un RSA activité modernisé ? C’est la question qu’on peut se poser à lire l’entretien donné par Julia Cagé, économiste proche du candidat, au quotidien Les Echos du mardi 7 mars. Plaide en faveur du premier terme de l’alternative le fait que la première étape déjà annoncée n’est pas remise en cause – revalorisation du RSA socle et création d’une allocation d’autonomie pour les 18-25 ans – et se voit complétée par une sorte de prime d’activité centrée sur les bas salaires, une manière de contrer les propositions d’Emmanuel Macron qui veut augmenter les très bas salaires via la réduction de certaines cotisations sociales. En revanche, le reste de l’entretien donne à réfléchir. Si on ne peut qu’approuver Julia Cagé quand elle dit que le bilan de la révolution numérique en termes d’emploi n’est écrit nulle part, – contredisant au passage les propos parfois trop déterministes de Benoît Hamon sur le sujet –, elle ajoute que « cela n’aurait pas de sens de donner à Liliane Bettencourt 600 euros pour les lui reprendre de l’autre main par une hausse d’impôts ».

LES ROBOTS

France Info - Taxer les robots : cinq questions sur la promesse de Benoît Hamon

Avec le revenu universel, c’est l’une des propositions clés du candidat socialiste à l’élection présidentielle. Pourquoi taxer les robots ? Qui seraient les gagnants et perdants d’une telle mesure ? Décryptage.

C'est une idée pour le moins emblématique, et qui ne manque pas de faire parler d'elle. S'il est élu président de la République, Benoît Hamon propose de taxer les machines qui remplacent les hommes dans les entreprises. Franceinfo passe cette proposition au décrypteur.

Tribune de Genève - Et si on taxait les robots...

Fiscalité - L’idée fait débat. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson la défend.

En France, la proposition figure en bonne place dans le programme du candidat socialiste Benoît Hamon. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson y réfléchit depuis près d’un an. Et plus il y réfléchit, plus il est convaincu: d’une façon ou d’une autre, il faudra taxer les robots. L’idée, bien sûr, nécessiterait beaucoup de discussions mêlant l’économie, l’éthique et la politique. Une utopie? Selon Xavier Oberson, on n’échappera à cet énorme remue-méninges. Il présentera ses recherches ce mardi, lors de la leçon d’ouverture du semestre de printemps 2017 de l’Université de Genève. Interview.

LAICITE

Le Figaro, Par Fatiha Boudjalat -  Journée de la femme : la grande hypocrisie du féminisme occidental

A l'occasion de la « journée internationale pour les droits des femmes », Fatiha Boudjalat interpelle ceux qui présentent les femmes voilées comme des figures du féminisme.


Fatiha Boudjahlat est cofondatrice de Viv(r)e la République, et secrétaire Nationale du MRC en charge de l'Education.


Soyons fous… parlons des droits des femmes… le lendemain de la journée internationale des droits des femmes. Il s'agit de rappeler l'urgence et l'actualité du combat des femmes pour leur émancipation individuelle et collective, pour leur égalité en droits et en dignité. Et pourtant fleurissent des images de femmes voilées comme des figures du féminisme. L'offensive passe par le dévoiement du féminisme. Il y aurait donc des féminismes, au moins deux, un occidental, propre aux femmes blanches, et un pour les femmes en orient et pour les femmes orientales d'ici. Ce féminisme-ci s'accommoderait parfaitement du voilement.

L'EMISSION POLITIQUE

France Info - Le vrai du faux. Retour sur l'Emission politique de Benoît Hamon

Le candidat socialiste était l'invité de France 2 ce jeudi 9 mars. Il a notamment parlé de revenu universel et débattu avec Laurent Wauquiez sur le voile intégral.

Retour sur deux passages de l'Emission politique de France 2 avec Benoît Hamon ce jeudi 9 mars.

Et notamment sur le revenu universel. Le candidat socialiste veut le mettre en place en plusieurs étapes. La première, c'est l'automatisation du RSA augmenté à 600 euros et élargi aux jeunes. Et Benoît Hamon l'a assuré ce jeudi soir, il n'a pas changé d'un pouce sur sa proposition

Le Monde - Pour Benoît Hamon, Emmanuel Macron prépare « une France ingouvernable »

Invité de « L’Emission politique » sur France 2, le prétendant socialiste à la présidentielle a renoncé à son idée d’un revenu universel pour tous les 18-25 ans.

Benoît Hamon déroule. Invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 9 février, le candidat des socialistes et des écologistes à l’élection présidentielle a martelé ses thématiques de prédilection. Raréfaction du travail, taxation des robots, interdiction des pesticides, légalisation de l’euthanasie… Le député des Yvelines a rejoué la partition qui lui a permis de remporter, en janvier, la primaire à gauche, revenant, en outre, sur ses nouvelles propositions sur l’Europe, présentées dans un entretien au Monde, jeudi.
 
 
Benoît Hamon, invité de "l'Emission politique" sur France 2, est monté au créneau contre Emmanuel Macron et a défendu fermement sa vision de la laïcité.
 
Pour Benoît Hamon, le temps presse. Échec des négociations avec Mélenchon, sondages décevants, défections au sein du PS... Les dernières semaines de campagne ont été difficiles pour le candidat socialiste. Avec environ 14% des intentions de vote, il stagne, et ne semble pas même en mesure de se qualifier pour le second tour de la présidentielle.
 
 
Le candidat socialiste a profité de son passage à l’«Emission politique» pour, de nouveau, dénoncer le projet «dangereux» d’Emmanuel Macron, «marche-pied du Front National».
 
Benoît Hamon peut presque remercier Emmanuel Macron. Alors que des ministres socialistes lui réclament des «preuves d’amours» et menacent de rejoindre le candidat En Marche pour «faire barrage au Front national», le socialiste a profité ce jeudi soir de son passage à l’Emission politique pour… défendre le bilan du gouvernement.

France Info - Cinq séquences qu'il ne fallait pas rater dans "L'Emission politique" avec Benoît Hamon

A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat socialiste était invité sur France 2, jeudi soir.

Un peu plus de deux heures pour convaincre. A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielleBenoît Hamon était l'invité de "L'Emission politique" sur France 2, jeudi 9 mars. Son premier passage en décembre lui avait permis de lancer sa campagne dans la primaire de la gauche, qu'il a finalement remportée fin janvier. Mais depuis, le candidat patine, et ne décolle pas dans les intentions de vote. Jeudi soir, l'ancien ministre espérait donc se servir de l'émission pour relancer la dynamique de sa campagne.

France Inter - Le candidat Benoit Hamon à la recherche d’un nouveau souffle

Rassurer sur son programme, repousser Emmanuel Macron à droite de l'échiquier politique: Benoît Hamon tente la remise à flot d'une campagne dangereusement enlisée.

L'Express - Sur France 2, Hamon garde le cap, quitte à perdre des électeurs

En difficulté dans la campagne présidentielle, le candidat du Parti socialiste peine à imposer ses thèmes dans le débat politique. Ce qui lui avait permis de remporter la primaire organisée par son parti, en janvier dernier.

"François Mitterrand disait que le centre, c'est ni de gauche, ni de gauche." Cette phrase, Benoît Hamon ne l'a pas lâchée devant François Bayrou.

L'Obs - Benoît Hamon et Laurent Wauquiez s'écharpent sur le voile et l'islam

Face à Wauquiez, qui l'a accusé de mollesse face au communautarisme, Hamon s'est érigé en défenseur acharné de la loi de 1905.

Et Laurent Wauquiez réveilla Benoît Hamon... Il a fallu attendre jeudi soir la fin de l'émission politique et l'arrivée sur le plateau de France 2 du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour que le candidat socialiste hausse le ton.

EN CAMPAGNE

Boursier - Hamon installe un duel à distance avec Macron, par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Benoît Hamon a poursuivi vendredi, sur le terrain européen, le duel engagé avec Emmanuel Macron, qui s'est amusé de voir son adversaire à l'élection présidentielle lui faire de la "publicité".

L'Obs - Hamon à la baston !

Face à l'envolée d'Emmanuel Macron, la candidature de Benoît Hamon patine. Pour retrouver des couleurs, il doit oublier les petits arrangements et rester lui-même : un pur frondeur. Les Français, en ce moment, aiment ça.

Capital - Critiqué au PS, Hamon se pose en "combattant" décidé à rassembler

PARIS (Reuters) - Déterminé à "tourner la page avec des recettes qui ont échoué", Benoît Hamon s'est présenté jeudi soir en "combattant" déterminé à rassembler sa famille politique malgré les doutes et les critiques d'une partie des socialistes sur sa campagne.

Dans l'Émission politique, sur France 2, le candidat à l'élection présidentielle a rappelé à ses détracteurs la "légitimité" tirée de sa victoire à la primaire organisée en janvier par le PS.

Le Figaro - Benoît Hamon enterre-t-il le revenu universel ?

Invité de France 2 dans «L'Émission politique», le candidat socialiste a mis en avant la première phase de sa mesure-phare: une extension du RSA aux jeunes et à une partie des travailleurs. Mais il s'est peu justifié sur son coût.

Ce jeudi, dans une interview au journal Le Monde puis dans «L'Émission politique» sur France 2, Benoît Hamon s'est défendu d'avoir revu à la baisse son projet de revenu universel. Le candidat socialiste a précisé qu'il s'était engagé lors de la primaire à mettre en œuvre dès 2018 une première phase du revenu universel.

Le Monde - Benoît Hamon veut renforcer la zone euro pour sauver l’Union européenne

Le candidat socialiste doit présenter, vendredi, son projet d’un nouveau traité pour tenter de sortir l’Union européenne de la situation de blocage qu’elle traverse.

Objectif, « sauver l’Europe ». Benoît Hamon doit présenter, vendredi 10 mars, son projet d’un nouveau traité de démocratisation de la gouvernance de la zone euro pour tenter de sortir l’Union de la situation de blocage qu’elle traverse depuis de longs mois. Le candidat socialiste veut, selon son entourage, « trouver un chemin qui refuse tout autant de continuer à construire l’Europe contre les peuples que de participer à sa destruction ». Un positionnement qui, espère-t-il, va le distinguer dans la campagne présidentielle de ses concurrents de gauche comme de droite.
 
 
Benoît Hamon va publier deux ouvrages d'ici la fin du mois de mars. Le premier, un manifeste, est sorti ce jeudi.  
En pleine campagne présidentielle, le candidat socialiste Benoît Hamon publie deux ouvrages. Le premier est lancé jeudi 9 mars : un livre-manifeste de 128 pages intitulé "Pour la génération qui vient". Le 23 mars prochain, ce premier opus sera suivi de "La politique est à nous", co-écrit avec l'ex-candidat écologiste Yannick Jadot aux éditions Robert Laffont.
 

MARSEILLE (Reuters) - Benoît Hamon a durci le ton de sa campagne envers le "candidat chimère" Emmanuel Macron, mardi lors d'une réunion publique à Marseille, fustigeant les socialistes qui envisagent un "vote utile" en faveur de l'ancien ministre de l'Economie pour faire barrage à Marine Le Pen.

 
Le candidat socialiste à la présidentielle a associé à son équipe Yannick Jadot, qui a retiré sa candidature pour le soutenir, ou encore Eva Joly et Michèle Rivasi.
Benoît Hamon a précisé dans un document transmis à la presse, dimanche 5 mars, qu’il avait désormais intégré plusieurs écologistes dans son équipe de campagne. Le candidat socialiste à la présidentielle s’appuiera sur Yannick Jadot, nommé « conseiller spécial » après avoir annoncé, le 23 février, qu’il retirait sa candidature au nom d’Europe Ecologie - Les Verts (EELV) pour soutenir M. Hamon.

Marianne - Inquiétude au PS : Benoît Hamon fait-il campagne pour l'Elysée… ou pour Solférino?

Face à l'étrange campagne de Benoît Hamon, on s'interroge au Parti socialiste : se bat-il vraiment pour l'élection présidentielle ou prépare-t-il simplement la prise du PS ?

D'ex-frondeurs face à la fronde… La vie politique ne manque décidément pas d'ironie. Depuis le résultat de la primaire organisée par le PS, la révolte gronde dans les rangs socialistes. Le parti s'interroge, s'inquiète de cette étrange campagne menée depuis quelques semaines par Benoît Hamon, leur candidat officiel. On s'y demande même, de plus en plus, si l'ancien ministre de l'Education ne serait pas en train de leur faire un bébé dans le dos. "Le sentiment se répand de plus en plus qu'il y a une campagne officielle, très maladroite, pour 2017. Et une autre officieuse, partant du principe que 2017, c'est déjà foutu et qui prépare l'après, qui passe par la conquête du Parti par Benoît Hamon et ses amis", nous décrypte un député de province.

Libé - Laurence Rossignol : «Je soutiens Hamon mais il doit rassembler la gauche dans toute sa diversité, on n’y est pas encore»

La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, proche de Manuel Valls, votera pour le candidat socialiste malgré ses divergences avec certaines de ses propositions.

Lundi, c'est dans son ministère qu'a eu lieu le déjeuner des proches de Manuel Valls autour de l’ex-Premier ministre. Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, apporte aujourd’hui son soutien au candidat socialiste, Benoît Hamon, mais lui demande plus de gestes en faveur du rassemblement et de «dire du bien de la France».

Numerama - Benoît Hamon relance le débat sur une redevance TV étendue à tous les écrans

Le candidat du Parti socialiste s'est montré ouvert à l'idée d'étendre la contribution à l'audiovisuel public à tous les écrans qui permettent de regarder la télévision, comme les smartphones ou les ordinateurs.

Le serpent de mer de la contribution à l’audiovisuel public étendue à tous les écrans s’invite dans la campagne présidentielle, et plus particulièrement dans le programme de Benoît Hamon. Invité jeudi 2 mars par l’Union des entreprises de conseil et achat média, le candidat du Parti socialiste a en effet glissé au détour de la conversation son souhait de réviser la redevance TV, rapporte BFM TV.

Franceinfo - Le décryptage éco. Quand la question de la dette divise à nouveaux les socialistes

A gauche, Manuel Valls a exprimé son inquiétude face à la campagne de Benoît Hamon, et c’est sur l’économie que les tensions sont les plus fortes entre les différentes sensibilités socialistes. Le décryptage de Vincent Giret.

11/03/2017

L'actualité des socialistes du 3 au 9 mars (Revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

La Tribune - Emmanuel Macron et la finance : plus qu'un problème personnel Par Romaric Godin

Emmanuel Macron ne veut pas être réduit à "quatre années" de sa vie au cours de laquelle il était banquier d'affaires. Mais la vraie question est ailleurs : c'est celle de sa vision de l'économie.

C'est sans doute un signe des temps. Alors que François Fillon et Marine Le Pen ne cessent de viser « la presse du système », lors de sa conférence de presse de présentation de son programme électoral le 2 mars, Emmanuel Macron a fait publiquement la leçon à un journaliste de Mediapart. Il l'a accusé de « faire le lit du Front National » en le « réduisant à quatre années de sa vie », celle où le candidat d'En Marche ! était banquier d'affaires. Irrésistiblement, ce genre de recadrage d'un journaliste par un politique fait penser à une autre conférence de presse, celle où Donald Trump dénonçait les « Fake News Medias » (les « médias de fausses nouvelles »). Du moins, ces attaques n'étaient, alors, pas saluées par des applaudissements.

JEROME GUEDJ

Marianne - Journal de bord d'un socialiste, Le blog de Jérôme Guedj

Déjà un mois et demi que nous sommes en campagne. Et plus encore pour Benoit Hamon en prenant en compte la primaire. Nouer un lien profond avec le pays, partager nos idées, affirmer notre vision, incarner les valeurs de la gauche, de toute la gauche. « Ma France » disait Jean Ferrat. Chaque candidat porte une France en lui « un pacte vingt fois centenaire entre elle et le liberté du monde », aurait dit De Gaulle, toujours commode en citations grandioses. Les places sont chères au panthéon de l’Histoire, rappelons que ceux qui y ont accédé sont les mêmes qui en ont saisi la puissance du récit, et l’ont eux-mêmes écrit par leurs actes de courage, parfois leur folie. Autre temps, autre histoire, le récit commande aujourd’hui une autre narration, les échos des profondeurs nous racontent d’autres aspirations que le retour des temps qui forgeaient les héros. Si nous voulons que la France se retrouve avec elle-même, ressouder là où sont les fractures, tellement nombreuses, il nous faut saisir les réalités contemporaines, sur le vif, et il n’y a rien de mieux qu’une campagne pour ça.

LES SONDAGES

L'Obs

Paris Match

Les Echos

France Info - Présidentielle : 61% des sympathisants du PS approuvent les cadres socialistes qui soutiennent Macron et non Hamon

Un sondage Odoxa pour franceinfo révèle vendredi qu'une majorité de Français approuve le choix de certains cadres du PS de soutenir Emmanuel Macron au détriment de Benoît Hamon, jugé "sympathique" mais moins crédible.

Le Monde - « Les rapports de force de la présidentielle se dessinent »

Nicolas Chapuis, chef du service politique du « Monde », a répondu à vos questions sur la dernière vague de l’enquête électorale du Centre de recherches politiques de Sciences po.

L'Express - Présidentielle: Macron aussi populaire que Hamon à gauche

Pour la première fois depuis le début de la campagne, un sondage place l'ancien ministre de l'Economie au même niveau d'opinions favorables que le candidat socialiste chez les sympathisants de gauche.

LE REVENU UNIVERSEL

France Info - Présidentielle : le nouveau revenu universel de Benoît Hamon "n'est pas moins ambitieux"

Benoît Hamon a annoncé que sa mesure phare du revenu universel coûterait moins cher à la France, 35 milliards d'euros. Une redéfinition du projet qui n'est pas "moins ambitieux" selon Julia Cagé, économiste, membre de l'équipe de campagne.

Huffington Post - Après l'Émission politique, Benoît Hamon en est à sa cinquième version du revenu universel

Depuis la rentrée 2016, la candidat gagne en crédibilité ce qu'il perd en radicalité.

Le candidat du Parti socialiste a voulu relancer sa campagne avec l'"Emission politique", le 9 mars sur France 2. En point d'orgue, encore une fois, le revenu universel. Ou plutôt des précisions qui ont pris à nouveau des airs de nouvelle version amoindrie.

OFCE - Revenu universel : l’état du débat

Par Guillaume Allègre et Henri Sterdyniak

Dans une situation de maintien d’un niveau élevé de chômage et de pauvreté, d’extension de la précarité du travail, de crainte de disparition des emplois du fait de l’automatisation, le projet de revenu universel s’est installé dans le débat économique et social en France comme dans d’autres pays développés. Il s’agirait de verser à  toute personne résidante dans le pays une allocation mensuelle sans aucune condition de ressources, d’activité, de contrepartie. Dans le cadre de sa mission d’animation et d’éclairage  du débat économique, l’OFCE a organisé, le 13 octobre 2016, une journée d’étude à laquelle ont été conviés des chercheurs qui avaient travaillé sur ce projet, pour le développer, le soutenir ou le critiquer. Un e-book rassemble la plupart des contributions qui ont été présentées et discutées durant cette journée, parfois revues compte-tenu des enseignements de la discussion.

Le Monde - Les décodeurs : Où en est le revenu universel selon Benoît Hamon ?

Le candidat du PS à la présidentielle doit préciser les contours de sa mesure phare lors de « L’Emission politique » de jeudi.

« Le revenu universel, c’est la nouvelle protection sociale », affirmait Benoît Hamon dans Le Monde en janvier. L’idée est devenue une mesure phare du candidat socialiste à la présidentielle et ses contours ont déjà beaucoup évolué durant la campagne. M. Hamon devrait en présenter les modalités jeudi 9 mars, lors de « L’Emission politique » sur France 2.

Libé - Revenu universel : pour mieux intégrer les salariés, le candidat retravaille sa mesure phare

Benoît Hamon modifie sa proposition, vilipendée pour son coût, afin de la rendre plus crédible et d’y intégrer les travailleurs pauvres. Quitte à en dénaturer la philosophie.

Sous la sémantique, la politique. Avant son grand oral de jeudi soir à l’Emission politique de France 2, Benoît Hamon met la dernière main à une nouvelle mouture de son revenu universel d’existence, qui sera assortie d’un cadrage budgétaire maison. En plus des jeunes de 18 à 25 ans et des bénéficiaires du RSA, la mesure qui a fait son succès à la primaire sera finalement élargie dès sa création, au 1er janvier 2018, aux bas salaires. Cela permet d’inclure les travailleurs dans le dispositif - une «étape 1 bis» - mais en le dénaturant un peu. Car ce complément de salaire, qui permettrait d’offrir un 13e mois aux travailleurs les plus fragiles, ne sera plus le même pour tous : l’impact sur les bas salaires sera progressif, ils ne toucheront pas les 600 euros promis aux jeunes dès la première étape.

Alternatives Economiques - Comment donner de l’ampleur au revenu universel de Benoît Hamon

La proposition de revenu universel version Hamon est-elle en train de prendre de l’ampleur ou, au contraire, de s’éteindre, au profit d’une mesure se rapprochant au fond d’un RSA activité modernisé ? C’est la question qu’on peut se poser à lire l’entretien donné par Julia Cagé, économiste proche du candidat, au quotidien Les Echos du mardi 7 mars. Plaide en faveur du premier terme de l’alternative le fait que la première étape déjà annoncée n’est pas remise en cause – revalorisation du RSA socle et création d’une allocation d’autonomie pour les 18-25 ans – et se voit complétée par une sorte de prime d’activité centrée sur les bas salaires, une manière de contrer les propositions d’Emmanuel Macron qui veut augmenter les très bas salaires via la réduction de certaines cotisations sociales. En revanche, le reste de l’entretien donne à réfléchir. Si on ne peut qu’approuver Julia Cagé quand elle dit que le bilan de la révolution numérique en termes d’emploi n’est écrit nulle part, – contredisant au passage les propos parfois trop déterministes de Benoît Hamon sur le sujet –, elle ajoute que « cela n’aurait pas de sens de donner à Liliane Bettencourt 600 euros pour les lui reprendre de l’autre main par une hausse d’impôts ».

LES ROBOTS

France Info - Taxer les robots : cinq questions sur la promesse de Benoît Hamon

Avec le revenu universel, c’est l’une des propositions clés du candidat socialiste à l’élection présidentielle. Pourquoi taxer les robots ? Qui seraient les gagnants et perdants d’une telle mesure ? Décryptage.

C'est une idée pour le moins emblématique, et qui ne manque pas de faire parler d'elle. S'il est élu président de la République, Benoît Hamon propose de taxer les machines qui remplacent les hommes dans les entreprises. Franceinfo passe cette proposition au décrypteur.

Tribune de Genève - Et si on taxait les robots...

Fiscalité - L’idée fait débat. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson la défend.

En France, la proposition figure en bonne place dans le programme du candidat socialiste Benoît Hamon. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson y réfléchit depuis près d’un an. Et plus il y réfléchit, plus il est convaincu: d’une façon ou d’une autre, il faudra taxer les robots. L’idée, bien sûr, nécessiterait beaucoup de discussions mêlant l’économie, l’éthique et la politique. Une utopie? Selon Xavier Oberson, on n’échappera à cet énorme remue-méninges. Il présentera ses recherches ce mardi, lors de la leçon d’ouverture du semestre de printemps 2017 de l’Université de Genève. Interview.

LAICITE

Le Figaro, Par Fatiha Boudjalat -  Journée de la femme : la grande hypocrisie du féminisme occidental

A l'occasion de la « journée internationale pour les droits des femmes », Fatiha Boudjalat interpelle ceux qui présentent les femmes voilées comme des figures du féminisme.


Fatiha Boudjahlat est cofondatrice de Viv(r)e la République, et secrétaire Nationale du MRC en charge de l'Education.


Soyons fous… parlons des droits des femmes… le lendemain de la journée internationale des droits des femmes. Il s'agit de rappeler l'urgence et l'actualité du combat des femmes pour leur émancipation individuelle et collective, pour leur égalité en droits et en dignité. Et pourtant fleurissent des images de femmes voilées comme des figures du féminisme. L'offensive passe par le dévoiement du féminisme. Il y aurait donc des féminismes, au moins deux, un occidental, propre aux femmes blanches, et un pour les femmes en orient et pour les femmes orientales d'ici. Ce féminisme-ci s'accommoderait parfaitement du voilement.

L'EMISSION POLITIQUE

France Info - Le vrai du faux. Retour sur l'Emission politique de Benoît Hamon

Le candidat socialiste était l'invité de France 2 ce jeudi 9 mars. Il a notamment parlé de revenu universel et débattu avec Laurent Wauquiez sur le voile intégral.

Retour sur deux passages de l'Emission politique de France 2 avec Benoît Hamon ce jeudi 9 mars.

Et notamment sur le revenu universel. Le candidat socialiste veut le mettre en place en plusieurs étapes. La première, c'est l'automatisation du RSA augmenté à 600 euros et élargi aux jeunes. Et Benoît Hamon l'a assuré ce jeudi soir, il n'a pas changé d'un pouce sur sa proposition

Le Monde - Pour Benoît Hamon, Emmanuel Macron prépare « une France ingouvernable »

Invité de « L’Emission politique » sur France 2, le prétendant socialiste à la présidentielle a renoncé à son idée d’un revenu universel pour tous les 18-25 ans.

Benoît Hamon déroule. Invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 9 février, le candidat des socialistes et des écologistes à l’élection présidentielle a martelé ses thématiques de prédilection. Raréfaction du travail, taxation des robots, interdiction des pesticides, légalisation de l’euthanasie… Le député des Yvelines a rejoué la partition qui lui a permis de remporter, en janvier, la primaire à gauche, revenant, en outre, sur ses nouvelles propositions sur l’Europe, présentées dans un entretien au Monde, jeudi.
 
 
Benoît Hamon, invité de "l'Emission politique" sur France 2, est monté au créneau contre Emmanuel Macron et a défendu fermement sa vision de la laïcité.
 
Pour Benoît Hamon, le temps presse. Échec des négociations avec Mélenchon, sondages décevants, défections au sein du PS... Les dernières semaines de campagne ont été difficiles pour le candidat socialiste. Avec environ 14% des intentions de vote, il stagne, et ne semble pas même en mesure de se qualifier pour le second tour de la présidentielle.
 
 
Le candidat socialiste a profité de son passage à l’«Emission politique» pour, de nouveau, dénoncer le projet «dangereux» d’Emmanuel Macron, «marche-pied du Front National».
 
Benoît Hamon peut presque remercier Emmanuel Macron. Alors que des ministres socialistes lui réclament des «preuves d’amours» et menacent de rejoindre le candidat En Marche pour «faire barrage au Front national», le socialiste a profité ce jeudi soir de son passage à l’Emission politique pour… défendre le bilan du gouvernement.

France Info - Cinq séquences qu'il ne fallait pas rater dans "L'Emission politique" avec Benoît Hamon

A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat socialiste était invité sur France 2, jeudi soir.

Un peu plus de deux heures pour convaincre. A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielleBenoît Hamon était l'invité de "L'Emission politique" sur France 2, jeudi 9 mars. Son premier passage en décembre lui avait permis de lancer sa campagne dans la primaire de la gauche, qu'il a finalement remportée fin janvier. Mais depuis, le candidat patine, et ne décolle pas dans les intentions de vote. Jeudi soir, l'ancien ministre espérait donc se servir de l'émission pour relancer la dynamique de sa campagne.

France Inter - Le candidat Benoit Hamon à la recherche d’un nouveau souffle

Rassurer sur son programme, repousser Emmanuel Macron à droite de l'échiquier politique: Benoît Hamon tente la remise à flot d'une campagne dangereusement enlisée.

L'Express - Sur France 2, Hamon garde le cap, quitte à perdre des électeurs

En difficulté dans la campagne présidentielle, le candidat du Parti socialiste peine à imposer ses thèmes dans le débat politique. Ce qui lui avait permis de remporter la primaire organisée par son parti, en janvier dernier.

"François Mitterrand disait que le centre, c'est ni de gauche, ni de gauche." Cette phrase, Benoît Hamon ne l'a pas lâchée devant François Bayrou.

L'Obs - Benoît Hamon et Laurent Wauquiez s'écharpent sur le voile et l'islam

Face à Wauquiez, qui l'a accusé de mollesse face au communautarisme, Hamon s'est érigé en défenseur acharné de la loi de 1905.

Et Laurent Wauquiez réveilla Benoît Hamon... Il a fallu attendre jeudi soir la fin de l'émission politique et l'arrivée sur le plateau de France 2 du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour que le candidat socialiste hausse le ton.

EN CAMPAGNE

Boursier - Hamon installe un duel à distance avec Macron, par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Benoît Hamon a poursuivi vendredi, sur le terrain européen, le duel engagé avec Emmanuel Macron, qui s'est amusé de voir son adversaire à l'élection présidentielle lui faire de la "publicité".

L'Obs - Hamon à la baston !

Face à l'envolée d'Emmanuel Macron, la candidature de Benoît Hamon patine. Pour retrouver des couleurs, il doit oublier les petits arrangements et rester lui-même : un pur frondeur. Les Français, en ce moment, aiment ça.

Capital - Critiqué au PS, Hamon se pose en "combattant" décidé à rassembler

PARIS (Reuters) - Déterminé à "tourner la page avec des recettes qui ont échoué", Benoît Hamon s'est présenté jeudi soir en "combattant" déterminé à rassembler sa famille politique malgré les doutes et les critiques d'une partie des socialistes sur sa campagne.

Dans l'Émission politique, sur France 2, le candidat à l'élection présidentielle a rappelé à ses détracteurs la "légitimité" tirée de sa victoire à la primaire organisée en janvier par le PS.

Le Figaro - Benoît Hamon enterre-t-il le revenu universel ?

Invité de France 2 dans «L'Émission politique», le candidat socialiste a mis en avant la première phase de sa mesure-phare: une extension du RSA aux jeunes et à une partie des travailleurs. Mais il s'est peu justifié sur son coût.

Ce jeudi, dans une interview au journal Le Monde puis dans «L'Émission politique» sur France 2, Benoît Hamon s'est défendu d'avoir revu à la baisse son projet de revenu universel. Le candidat socialiste a précisé qu'il s'était engagé lors de la primaire à mettre en œuvre dès 2018 une première phase du revenu universel.

Le Monde - Benoît Hamon veut renforcer la zone euro pour sauver l’Union européenne

Le candidat socialiste doit présenter, vendredi, son projet d’un nouveau traité pour tenter de sortir l’Union européenne de la situation de blocage qu’elle traverse.

Objectif, « sauver l’Europe ». Benoît Hamon doit présenter, vendredi 10 mars, son projet d’un nouveau traité de démocratisation de la gouvernance de la zone euro pour tenter de sortir l’Union de la situation de blocage qu’elle traverse depuis de longs mois. Le candidat socialiste veut, selon son entourage, « trouver un chemin qui refuse tout autant de continuer à construire l’Europe contre les peuples que de participer à sa destruction ». Un positionnement qui, espère-t-il, va le distinguer dans la campagne présidentielle de ses concurrents de gauche comme de droite.
 
 
Benoît Hamon va publier deux ouvrages d'ici la fin du mois de mars. Le premier, un manifeste, est sorti ce jeudi.  
En pleine campagne présidentielle, le candidat socialiste Benoît Hamon publie deux ouvrages. Le premier est lancé jeudi 9 mars : un livre-manifeste de 128 pages intitulé "Pour la génération qui vient". Le 23 mars prochain, ce premier opus sera suivi de "La politique est à nous", co-écrit avec l'ex-candidat écologiste Yannick Jadot aux éditions Robert Laffont.
 

MARSEILLE (Reuters) - Benoît Hamon a durci le ton de sa campagne envers le "candidat chimère" Emmanuel Macron, mardi lors d'une réunion publique à Marseille, fustigeant les socialistes qui envisagent un "vote utile" en faveur de l'ancien ministre de l'Economie pour faire barrage à Marine Le Pen.

 
Le candidat socialiste à la présidentielle a associé à son équipe Yannick Jadot, qui a retiré sa candidature pour le soutenir, ou encore Eva Joly et Michèle Rivasi.
Benoît Hamon a précisé dans un document transmis à la presse, dimanche 5 mars, qu’il avait désormais intégré plusieurs écologistes dans son équipe de campagne. Le candidat socialiste à la présidentielle s’appuiera sur Yannick Jadot, nommé « conseiller spécial » après avoir annoncé, le 23 février, qu’il retirait sa candidature au nom d’Europe Ecologie - Les Verts (EELV) pour soutenir M. Hamon.

Marianne - Inquiétude au PS : Benoît Hamon fait-il campagne pour l'Elysée… ou pour Solférino?

Face à l'étrange campagne de Benoît Hamon, on s'interroge au Parti socialiste : se bat-il vraiment pour l'élection présidentielle ou prépare-t-il simplement la prise du PS ?

D'ex-frondeurs face à la fronde… La vie politique ne manque décidément pas d'ironie. Depuis le résultat de la primaire organisée par le PS, la révolte gronde dans les rangs socialistes. Le parti s'interroge, s'inquiète de cette étrange campagne menée depuis quelques semaines par Benoît Hamon, leur candidat officiel. On s'y demande même, de plus en plus, si l'ancien ministre de l'Education ne serait pas en train de leur faire un bébé dans le dos. "Le sentiment se répand de plus en plus qu'il y a une campagne officielle, très maladroite, pour 2017. Et une autre officieuse, partant du principe que 2017, c'est déjà foutu et qui prépare l'après, qui passe par la conquête du Parti par Benoît Hamon et ses amis", nous décrypte un député de province.

Libé - Laurence Rossignol : «Je soutiens Hamon mais il doit rassembler la gauche dans toute sa diversité, on n’y est pas encore»

La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, proche de Manuel Valls, votera pour le candidat socialiste malgré ses divergences avec certaines de ses propositions.

Lundi, c'est dans son ministère qu'a eu lieu le déjeuner des proches de Manuel Valls autour de l’ex-Premier ministre. Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, apporte aujourd’hui son soutien au candidat socialiste, Benoît Hamon, mais lui demande plus de gestes en faveur du rassemblement et de «dire du bien de la France».

Numerama - Benoît Hamon relance le débat sur une redevance TV étendue à tous les écrans

Le candidat du Parti socialiste s'est montré ouvert à l'idée d'étendre la contribution à l'audiovisuel public à tous les écrans qui permettent de regarder la télévision, comme les smartphones ou les ordinateurs.

Le serpent de mer de la contribution à l’audiovisuel public étendue à tous les écrans s’invite dans la campagne présidentielle, et plus particulièrement dans le programme de Benoît Hamon. Invité jeudi 2 mars par l’Union des entreprises de conseil et achat média, le candidat du Parti socialiste a en effet glissé au détour de la conversation son souhait de réviser la redevance TV, rapporte BFM TV.

Franceinfo - Le décryptage éco. Quand la question de la dette divise à nouveaux les socialistes

A gauche, Manuel Valls a exprimé son inquiétude face à la campagne de Benoît Hamon, et c’est sur l’économie que les tensions sont les plus fortes entre les différentes sensibilités socialistes. Le décryptage de Vincent Giret.

10/03/2017

L'actualité des socialistes du 3 au 9 mars (Revue de prese hebdomadaire)

A LA UNE

La Tribune - Emmanuel Macron et la finance : plus qu'un problème personnel Par Romaric Godin

Emmanuel Macron ne veut pas être réduit à "quatre années" de sa vie au cours de laquelle il était banquier d'affaires. Mais la vraie question est ailleurs : c'est celle de sa vision de l'économie.

C'est sans doute un signe des temps. Alors que François Fillon et Marine Le Pen ne cessent de viser « la presse du système », lors de sa conférence de presse de présentation de son programme électoral le 2 mars, Emmanuel Macron a fait publiquement la leçon à un journaliste de Mediapart. Il l'a accusé de « faire le lit du Front National » en le « réduisant à quatre années de sa vie », celle où le candidat d'En Marche ! était banquier d'affaires. Irrésistiblement, ce genre de recadrage d'un journaliste par un politique fait penser à une autre conférence de presse, celle où Donald Trump dénonçait les « Fake News Medias » (les « médias de fausses nouvelles »). Du moins, ces attaques n'étaient, alors, pas saluées par des applaudissements.

JEROME GUEDJ

Marianne - Journal de bord d'un socialiste, Le blog de Jérôme Guedj

Déjà un mois et demi que nous sommes en campagne. Et plus encore pour Benoit Hamon en prenant en compte la primaire. Nouer un lien profond avec le pays, partager nos idées, affirmer notre vision, incarner les valeurs de la gauche, de toute la gauche. « Ma France » disait Jean Ferrat. Chaque candidat porte une France en lui « un pacte vingt fois centenaire entre elle et le liberté du monde », aurait dit De Gaulle, toujours commode en citations grandioses. Les places sont chères au panthéon de l’Histoire, rappelons que ceux qui y ont accédé sont les mêmes qui en ont saisi la puissance du récit, et l’ont eux-mêmes écrit par leurs actes de courage, parfois leur folie. Autre temps, autre histoire, le récit commande aujourd’hui une autre narration, les échos des profondeurs nous racontent d’autres aspirations que le retour des temps qui forgeaient les héros. Si nous voulons que la France se retrouve avec elle-même, ressouder là où sont les fractures, tellement nombreuses, il nous faut saisir les réalités contemporaines, sur le vif, et il n’y a rien de mieux qu’une campagne pour ça.

LES SONDAGES

L'Obs

Paris Match

Les Echos

France Info - Présidentielle : 61% des sympathisants du PS approuvent les cadres socialistes qui soutiennent Macron et non Hamon

Un sondage Odoxa pour franceinfo révèle vendredi qu'une majorité de Français approuve le choix de certains cadres du PS de soutenir Emmanuel Macron au détriment de Benoît Hamon, jugé "sympathique" mais moins crédible.

Le Monde - « Les rapports de force de la présidentielle se dessinent »

Nicolas Chapuis, chef du service politique du « Monde », a répondu à vos questions sur la dernière vague de l’enquête électorale du Centre de recherches politiques de Sciences po.

L'Express - Présidentielle: Macron aussi populaire que Hamon à gauche

Pour la première fois depuis le début de la campagne, un sondage place l'ancien ministre de l'Economie au même niveau d'opinions favorables que le candidat socialiste chez les sympathisants de gauche.

LE REVENU UNIVERSEL

France Info - Présidentielle : le nouveau revenu universel de Benoît Hamon "n'est pas moins ambitieux"

Benoît Hamon a annoncé que sa mesure phare du revenu universel coûterait moins cher à la France, 35 milliards d'euros. Une redéfinition du projet qui n'est pas "moins ambitieux" selon Julia Cagé, économiste, membre de l'équipe de campagne.

Huffington Post - Après l'Émission politique, Benoît Hamon en est à sa cinquième version du revenu universel

Depuis la rentrée 2016, la candidat gagne en crédibilité ce qu'il perd en radicalité.

Le candidat du Parti socialiste a voulu relancer sa campagne avec l'"Emission politique", le 9 mars sur France 2. En point d'orgue, encore une fois, le revenu universel. Ou plutôt des précisions qui ont pris à nouveau des airs de nouvelle version amoindrie.

OFCE - Revenu universel : l’état du débat

Par Guillaume Allègre et Henri Sterdyniak

Dans une situation de maintien d’un niveau élevé de chômage et de pauvreté, d’extension de la précarité du travail, de crainte de disparition des emplois du fait de l’automatisation, le projet de revenu universel s’est installé dans le débat économique et social en France comme dans d’autres pays développés. Il s’agirait de verser à  toute personne résidante dans le pays une allocation mensuelle sans aucune condition de ressources, d’activité, de contrepartie. Dans le cadre de sa mission d’animation et d’éclairage  du débat économique, l’OFCE a organisé, le 13 octobre 2016, une journée d’étude à laquelle ont été conviés des chercheurs qui avaient travaillé sur ce projet, pour le développer, le soutenir ou le critiquer. Un e-book rassemble la plupart des contributions qui ont été présentées et discutées durant cette journée, parfois revues compte-tenu des enseignements de la discussion.

Le Monde - Les décodeurs : Où en est le revenu universel selon Benoît Hamon ?

Le candidat du PS à la présidentielle doit préciser les contours de sa mesure phare lors de « L’Emission politique » de jeudi.

« Le revenu universel, c’est la nouvelle protection sociale », affirmait Benoît Hamon dans Le Monde en janvier. L’idée est devenue une mesure phare du candidat socialiste à la présidentielle et ses contours ont déjà beaucoup évolué durant la campagne. M. Hamon devrait en présenter les modalités jeudi 9 mars, lors de « L’Emission politique » sur France 2.

Libé - Revenu universel : pour mieux intégrer les salariés, le candidat retravaille sa mesure phare

Benoît Hamon modifie sa proposition, vilipendée pour son coût, afin de la rendre plus crédible et d’y intégrer les travailleurs pauvres. Quitte à en dénaturer la philosophie.

Sous la sémantique, la politique. Avant son grand oral de jeudi soir à l’Emission politique de France 2, Benoît Hamon met la dernière main à une nouvelle mouture de son revenu universel d’existence, qui sera assortie d’un cadrage budgétaire maison. En plus des jeunes de 18 à 25 ans et des bénéficiaires du RSA, la mesure qui a fait son succès à la primaire sera finalement élargie dès sa création, au 1er janvier 2018, aux bas salaires. Cela permet d’inclure les travailleurs dans le dispositif - une «étape 1 bis» - mais en le dénaturant un peu. Car ce complément de salaire, qui permettrait d’offrir un 13e mois aux travailleurs les plus fragiles, ne sera plus le même pour tous : l’impact sur les bas salaires sera progressif, ils ne toucheront pas les 600 euros promis aux jeunes dès la première étape.

Alternatives Economiques - Comment donner de l’ampleur au revenu universel de Benoît Hamon

La proposition de revenu universel version Hamon est-elle en train de prendre de l’ampleur ou, au contraire, de s’éteindre, au profit d’une mesure se rapprochant au fond d’un RSA activité modernisé ? C’est la question qu’on peut se poser à lire l’entretien donné par Julia Cagé, économiste proche du candidat, au quotidien Les Echos du mardi 7 mars. Plaide en faveur du premier terme de l’alternative le fait que la première étape déjà annoncée n’est pas remise en cause – revalorisation du RSA socle et création d’une allocation d’autonomie pour les 18-25 ans – et se voit complétée par une sorte de prime d’activité centrée sur les bas salaires, une manière de contrer les propositions d’Emmanuel Macron qui veut augmenter les très bas salaires via la réduction de certaines cotisations sociales. En revanche, le reste de l’entretien donne à réfléchir. Si on ne peut qu’approuver Julia Cagé quand elle dit que le bilan de la révolution numérique en termes d’emploi n’est écrit nulle part, – contredisant au passage les propos parfois trop déterministes de Benoît Hamon sur le sujet –, elle ajoute que « cela n’aurait pas de sens de donner à Liliane Bettencourt 600 euros pour les lui reprendre de l’autre main par une hausse d’impôts ».

LES ROBOTS

France Info - Taxer les robots : cinq questions sur la promesse de Benoît Hamon

Avec le revenu universel, c’est l’une des propositions clés du candidat socialiste à l’élection présidentielle. Pourquoi taxer les robots ? Qui seraient les gagnants et perdants d’une telle mesure ? Décryptage.

C'est une idée pour le moins emblématique, et qui ne manque pas de faire parler d'elle. S'il est élu président de la République, Benoît Hamon propose de taxer les machines qui remplacent les hommes dans les entreprises. Franceinfo passe cette proposition au décrypteur.

Tribune de Genève - Et si on taxait les robots...

Fiscalité - L’idée fait débat. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson la défend.

En France, la proposition figure en bonne place dans le programme du candidat socialiste Benoît Hamon. En Suisse, le professeur de droit fiscal Xavier Oberson y réfléchit depuis près d’un an. Et plus il y réfléchit, plus il est convaincu: d’une façon ou d’une autre, il faudra taxer les robots. L’idée, bien sûr, nécessiterait beaucoup de discussions mêlant l’économie, l’éthique et la politique. Une utopie? Selon Xavier Oberson, on n’échappera à cet énorme remue-méninges. Il présentera ses recherches ce mardi, lors de la leçon d’ouverture du semestre de printemps 2017 de l’Université de Genève. Interview.

LAICITE

Le Figaro, Par Fatiha Boudjalat -  Journée de la femme : la grande hypocrisie du féminisme occidental

A l'occasion de la « journée internationale pour les droits des femmes », Fatiha Boudjalat interpelle ceux qui présentent les femmes voilées comme des figures du féminisme.


Fatiha Boudjahlat est cofondatrice de Viv(r)e la République, et secrétaire Nationale du MRC en charge de l'Education.


Soyons fous… parlons des droits des femmes… le lendemain de la journée internationale des droits des femmes. Il s'agit de rappeler l'urgence et l'actualité du combat des femmes pour leur émancipation individuelle et collective, pour leur égalité en droits et en dignité. Et pourtant fleurissent des images de femmes voilées comme des figures du féminisme. L'offensive passe par le dévoiement du féminisme. Il y aurait donc des féminismes, au moins deux, un occidental, propre aux femmes blanches, et un pour les femmes en orient et pour les femmes orientales d'ici. Ce féminisme-ci s'accommoderait parfaitement du voilement.

L'EMISSION POLITIQUE

France Info - Le vrai du faux. Retour sur l'Emission politique de Benoît Hamon

Le candidat socialiste était l'invité de France 2 ce jeudi 9 mars. Il a notamment parlé de revenu universel et débattu avec Laurent Wauquiez sur le voile intégral.

Retour sur deux passages de l'Emission politique de France 2 avec Benoît Hamon ce jeudi 9 mars.

Et notamment sur le revenu universel. Le candidat socialiste veut le mettre en place en plusieurs étapes. La première, c'est l'automatisation du RSA augmenté à 600 euros et élargi aux jeunes. Et Benoît Hamon l'a assuré ce jeudi soir, il n'a pas changé d'un pouce sur sa proposition

Le Monde - Pour Benoît Hamon, Emmanuel Macron prépare « une France ingouvernable »

Invité de « L’Emission politique » sur France 2, le prétendant socialiste à la présidentielle a renoncé à son idée d’un revenu universel pour tous les 18-25 ans.

Benoît Hamon déroule. Invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 9 février, le candidat des socialistes et des écologistes à l’élection présidentielle a martelé ses thématiques de prédilection. Raréfaction du travail, taxation des robots, interdiction des pesticides, légalisation de l’euthanasie… Le député des Yvelines a rejoué la partition qui lui a permis de remporter, en janvier, la primaire à gauche, revenant, en outre, sur ses nouvelles propositions sur l’Europe, présentées dans un entretien au Monde, jeudi.
 
 
Benoît Hamon, invité de "l'Emission politique" sur France 2, est monté au créneau contre Emmanuel Macron et a défendu fermement sa vision de la laïcité.
 
Pour Benoît Hamon, le temps presse. Échec des négociations avec Mélenchon, sondages décevants, défections au sein du PS... Les dernières semaines de campagne ont été difficiles pour le candidat socialiste. Avec environ 14% des intentions de vote, il stagne, et ne semble pas même en mesure de se qualifier pour le second tour de la présidentielle.
 
 
Le candidat socialiste a profité de son passage à l’«Emission politique» pour, de nouveau, dénoncer le projet «dangereux» d’Emmanuel Macron, «marche-pied du Front National».
 
Benoît Hamon peut presque remercier Emmanuel Macron. Alors que des ministres socialistes lui réclament des «preuves d’amours» et menacent de rejoindre le candidat En Marche pour «faire barrage au Front national», le socialiste a profité ce jeudi soir de son passage à l’Emission politique pour… défendre le bilan du gouvernement.

France Info - Cinq séquences qu'il ne fallait pas rater dans "L'Emission politique" avec Benoît Hamon

A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat socialiste était invité sur France 2, jeudi soir.

Un peu plus de deux heures pour convaincre. A 45 jours du premier tour de l'élection présidentielleBenoît Hamon était l'invité de "L'Emission politique" sur France 2, jeudi 9 mars. Son premier passage en décembre lui avait permis de lancer sa campagne dans la primaire de la gauche, qu'il a finalement remportée fin janvier. Mais depuis, le candidat patine, et ne décolle pas dans les intentions de vote. Jeudi soir, l'ancien ministre espérait donc se servir de l'émission pour relancer la dynamique de sa campagne.

France Inter - Le candidat Benoit Hamon à la recherche d’un nouveau souffle

Rassurer sur son programme, repousser Emmanuel Macron à droite de l'échiquier politique: Benoît Hamon tente la remise à flot d'une campagne dangereusement enlisée.

L'Express - Sur France 2, Hamon garde le cap, quitte à perdre des électeurs

En difficulté dans la campagne présidentielle, le candidat du Parti socialiste peine à imposer ses thèmes dans le débat politique. Ce qui lui avait permis de remporter la primaire organisée par son parti, en janvier dernier.

"François Mitterrand disait que le centre, c'est ni de gauche, ni de gauche." Cette phrase, Benoît Hamon ne l'a pas lâchée devant François Bayrou.

L'Obs - Benoît Hamon et Laurent Wauquiez s'écharpent sur le voile et l'islam

Face à Wauquiez, qui l'a accusé de mollesse face au communautarisme, Hamon s'est érigé en défenseur acharné de la loi de 1905.

Et Laurent Wauquiez réveilla Benoît Hamon... Il a fallu attendre jeudi soir la fin de l'émission politique et l'arrivée sur le plateau de France 2 du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour que le candidat socialiste hausse le ton.

EN CAMPAGNE

L'Obs - Hamon à la baston !

Face à l'envolée d'Emmanuel Macron, la candidature de Benoît Hamon patine. Pour retrouver des couleurs, il doit oublier les petits arrangements et rester lui-même : un pur frondeur. Les Français, en ce moment, aiment ça.

Capital - Critiqué au PS, Hamon se pose en "combattant" décidé à rassembler

PARIS (Reuters) - Déterminé à "tourner la page avec des recettes qui ont échoué", Benoît Hamon s'est présenté jeudi soir en "combattant" déterminé à rassembler sa famille politique malgré les doutes et les critiques d'une partie des socialistes sur sa campagne.

Dans l'Émission politique, sur France 2, le candidat à l'élection présidentielle a rappelé à ses détracteurs la "légitimité" tirée de sa victoire à la primaire organisée en janvier par le PS.

Le Figaro - Benoît Hamon enterre-t-il le revenu universel ?

Invité de France 2 dans «L'Émission politique», le candidat socialiste a mis en avant la première phase de sa mesure-phare: une extension du RSA aux jeunes et à une partie des travailleurs. Mais il s'est peu justifié sur son coût.

Ce jeudi, dans une interview au journal Le Monde puis dans «L'Émission politique» sur France 2, Benoît Hamon s'est défendu d'avoir revu à la baisse son projet de revenu universel. Le candidat socialiste a précisé qu'il s'était engagé lors de la primaire à mettre en œuvre dès 2018 une première phase du revenu universel.

Le Monde - Benoît Hamon veut renforcer la zone euro pour sauver l’Union européenne

Le candidat socialiste doit présenter, vendredi, son projet d’un nouveau traité pour tenter de sortir l’Union européenne de la situation de blocage qu’elle traverse.

Objectif, « sauver l’Europe ». Benoît Hamon doit présenter, vendredi 10 mars, son projet d’un nouveau traité de démocratisation de la gouvernance de la zone euro pour tenter de sortir l’Union de la situation de blocage qu’elle traverse depuis de longs mois. Le candidat socialiste veut, selon son entourage, « trouver un chemin qui refuse tout autant de continuer à construire l’Europe contre les peuples que de participer à sa destruction ». Un positionnement qui, espère-t-il, va le distinguer dans la campagne présidentielle de ses concurrents de gauche comme de droite.
 
 
Benoît Hamon va publier deux ouvrages d'ici la fin du mois de mars. Le premier, un manifeste, est sorti ce jeudi.  
En pleine campagne présidentielle, le candidat socialiste Benoît Hamon publie deux ouvrages. Le premier est lancé jeudi 9 mars : un livre-manifeste de 128 pages intitulé "Pour la génération qui vient". Le 23 mars prochain, ce premier opus sera suivi de "La politique est à nous", co-écrit avec l'ex-candidat écologiste Yannick Jadot aux éditions Robert Laffont.
 

MARSEILLE (Reuters) - Benoît Hamon a durci le ton de sa campagne envers le "candidat chimère" Emmanuel Macron, mardi lors d'une réunion publique à Marseille, fustigeant les socialistes qui envisagent un "vote utile" en faveur de l'ancien ministre de l'Economie pour faire barrage à Marine Le Pen.

 
Le candidat socialiste à la présidentielle a associé à son équipe Yannick Jadot, qui a retiré sa candidature pour le soutenir, ou encore Eva Joly et Michèle Rivasi.
Benoît Hamon a précisé dans un document transmis à la presse, dimanche 5 mars, qu’il avait désormais intégré plusieurs écologistes dans son équipe de campagne. Le candidat socialiste à la présidentielle s’appuiera sur Yannick Jadot, nommé « conseiller spécial » après avoir annoncé, le 23 février, qu’il retirait sa candidature au nom d’Europe Ecologie - Les Verts (EELV) pour soutenir M. Hamon.

Marianne - Inquiétude au PS : Benoît Hamon fait-il campagne pour l'Elysée… ou pour Solférino?

Face à l'étrange campagne de Benoît Hamon, on s'interroge au Parti socialiste : se bat-il vraiment pour l'élection présidentielle ou prépare-t-il simplement la prise du PS ?

D'ex-frondeurs face à la fronde… La vie politique ne manque décidément pas d'ironie. Depuis le résultat de la primaire organisée par le PS, la révolte gronde dans les rangs socialistes. Le parti s'interroge, s'inquiète de cette étrange campagne menée depuis quelques semaines par Benoît Hamon, leur candidat officiel. On s'y demande même, de plus en plus, si l'ancien ministre de l'Education ne serait pas en train de leur faire un bébé dans le dos. "Le sentiment se répand de plus en plus qu'il y a une campagne officielle, très maladroite, pour 2017. Et une autre officieuse, partant du principe que 2017, c'est déjà foutu et qui prépare l'après, qui passe par la conquête du Parti par Benoît Hamon et ses amis", nous décrypte un député de province.

Libé - Laurence Rossignol : «Je soutiens Hamon mais il doit rassembler la gauche dans toute sa diversité, on n’y est pas encore»

La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, proche de Manuel Valls, votera pour le candidat socialiste malgré ses divergences avec certaines de ses propositions.

Lundi, c'est dans son ministère qu'a eu lieu le déjeuner des proches de Manuel Valls autour de l’ex-Premier ministre. Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, apporte aujourd’hui son soutien au candidat socialiste, Benoît Hamon, mais lui demande plus de gestes en faveur du rassemblement et de «dire du bien de la France».

Numerama - Benoît Hamon relance le débat sur une redevance TV étendue à tous les écrans

Le candidat du Parti socialiste s'est montré ouvert à l'idée d'étendre la contribution à l'audiovisuel public à tous les écrans qui permettent de regarder la télévision, comme les smartphones ou les ordinateurs.

Le serpent de mer de la contribution à l’audiovisuel public étendue à tous les écrans s’invite dans la campagne présidentielle, et plus particulièrement dans le programme de Benoît Hamon. Invité jeudi 2 mars par l’Union des entreprises de conseil et achat média, le candidat du Parti socialiste a en effet glissé au détour de la conversation son souhait de réviser la redevance TV, rapporte BFM TV.

Franceinfo - Le décryptage éco. Quand la question de la dette divise à nouveaux les socialistes

A gauche, Manuel Valls a exprimé son inquiétude face à la campagne de Benoît Hamon, et c’est sur l’économie que les tensions sont les plus fortes entre les différentes sensibilités socialistes. Le décryptage de Vincent Giret.

19/02/2017

Huffington Post - Benoît Hamon peut compter sur Bill Gates pour défendre sa proposition de taxer les robots

Le milliardaire et philanthrope américain estime lui aussi qu'il est nécessaire de taxer les machines pour financer les emplois non rentables.

C'est ce qu'on appelle un soutien inespéré. En déplacement au Portugal où il veut tirer tous les enseignements de la gauche plurielle qui dirige le pays, Benoît Hamon peut se réjouir d'avoir trouvé un nouveau partisan à sa proposition très décriée de taxer les robots pour financer son revenu universel. Et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit du milliardaire et co-fondateur de Microsoft, Bill Gates. Une personnalité mondialement respectée pour ses activités philanthropiques et connue pour son soutien inlassable en faveur de l'innovation.

Lire la suite
_____________________
_____________________