Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2015

L'actualité des socialistes du 9 au 22 février (mise à jour)

A la une

Francetvinfo - Rechute de popularité pour Hollande et Valls

Après le bond spectaculaire du mois de janvier, le chef de l'Etat et son Premier ministre voient leur cote de popularité reculer en février, selon un sondage publié dans "Le journal du dimanche".

22 février

Slate - Le choc brutal des légitimités économique et démocratique

Sur la loi Macron comme en Grèce se joue un affrontement entre les engagements pris devant les électeurs et les contraintes extra-politiques, entre les promesses et le savoir économique.

Le Lab - Comment Razzy Hammadi tente d'expliquer sa proposition d'interdire aux députés socialistes de voter contre un texte du gouvernement

Razzy Hammadi ne veut pas revivre le psychodrame de la loi Macron. Et pour cela, le député de Seine-Saint-Denis a une proposition simple: interdire aux députés PS de voter contre les textes du gouvernement. Une mesure que l'élu verrait bien être intégrée au "règlement du parti" lors du congrès de Poitiers, comme il le confiait au Figaro jeudi . Problème ? Cela n'est pas vraiment compatible avec la Constitution qui stipule dans son article 27 que "tout mandat impératif est nul" et que le "droit de vote des membres du Parlement est personnel." Vendredi 20 février, l'ancien président du MJS a donc été obligé de mettre un peu d'eau dans son vin.

Le Lab - Hospitalisé à New York, Arnaud Montebourg donnera bien sa conférence à Princeton lundi 23 février

Is it a plane ? Is it a bird ? No, it's Arnaud Montebourg. Qu'on se le dise : ce n'est pas un miroir, fut-il gigantesque, qui va empêcher l'ancien ministre de l'Économie de faire ce qu'il lui plait. Arnaud Montebourg sera donc bien à Princeton lundi 23 février pour donner une conférence. Ce qui n'était pas garanti.

Le Lab - Comment les socialistes ont essayé de gagner la voix de Thomas Thévenoud sur la loi Macron

Le gouvernement de Manuel Valls n'était pas prêt à tout pour faire voter la fameuse loi Macron. Pas question, par exemple de devoir l'adoption à un député centriste ou UMP. Mais l'exécutif se serait quand même bien accommodé de la voix de Thomas Thévenoud.

L'Obs - Six Français sur dix pensent que le PS va imploser après la loi Macron

Six Français sur dix pensent que le Parti socialiste va imploser, à la suite des divisions nées du débat sur la loi Macron, selon un sondage Odoxa pour CQFD et iTELE publié vendredi.

DNA - Élections départementales : de 30 à 40 départements pourraient basculer

Entre trente et quarante départements, sur 101, semblent susceptibles de basculer à droite lors des élections départementales des 22 et 29 mars.

21 février

Libé - Frondeurs: ressentiment et interrogations chez les socialistes

Le coup d’éclat des «frondeurs» sur la loi Macron a laissé des traces profondes de ressentiment chez plusieurs socialistes qui, pour certains, vont jusqu’à prôner l’exclusion pure et simple de ces députés rebelles.

Cette solution radicale de l’exclusion n’a toutefois pas les faveurs d’importantes personnalités socialistes, qui reconnaissent cependant que le PS doit observer une plus stricte discipline majoritaire.

Europe 1 - Pour Valls, le 49-3 est la faute de… Cambadélis

L’exécutif veut tirer les leçons de "l'épisode 49.3". Et surtout comprendre comment il en est arrivé à être contraint d'utiliser cette arme constitutionnelle pour faire passer la loi Macron. Selon les informations d'Europe 1, un homme est particulièrement dans le viseur de Manuel Valls : Jean-Christophe Cambadélis. Le premier secrétaire du parti socialiste est clairement accusé de ne pas avoir fait son job.

Politique.net - Le cadeau caché de la loi Macron : une réduction d'impôts de 900 millions d'euros pour les plus riches

Difficile de s'y retrouver dans la loi Macron, car il y a tout et n'importe quoi : libéralisation du transport de car, travail le dimanche, révision des modalités de licenciement, financement des entreprises, etc. Mais il y a un article de loi injustement méconnu : il s'agit de l'article 34 sur l'allègement de la fiscalité des actions gratuites.

LCP - Thierry Mandon : les frondeurs « ne peuvent pas avoir des responsabilités » au PS

Le secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat et à la Simplification était l’invité de Parlement hebdo sur Public Sénat et LCP-AN ce vendredi. Interrogé sur les « frondeurs » du PS qui ont contraint Manuel Valls à avoir recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution pour passer en force sur la loi Macron, il a appelé à une forme de sanction

Les Echos - "Loi Macron" : et maintenant ?

Le texte a été adopté en première lecture à l'Assemblée au prix d'un recours douloureux à l'article 49-3. Il doit maintenant être examiné par le Sénat avant de subir l'épreuve de la seconde lecture au Palais-Bourbon. Dans quelles conditions ?

20 minutes - Motion de censure: «L’UMP est dans une obsession de revanche»

INTERVIEW C'est ce qu'estime Pouria Amirshahi, député PS des Français établis à l'étranger, et frondeur qui ne votera pas la motion de censure ce jeudi...

20 février

LCP - Hamon (PS) ne votera "évidemment" pas la motion de censure

Un des porte-voix de l'aile gauche du PS, Benoît Hamon, a dit jeudi qu'il ne voterait "évidemment" pas la motion de censure dans l'après-midi, estimant toutefois que la politique économique et budgétaire du gouvernement "échoue".

Le Point - 49.3 : le fossé se creuse entre PS et frondeurs

Les députés frondeurs n'excluent plus un changement de Premier ministre, tandis que le président du groupe Bruno Le Roux les appelle à "se ressaisir".

Le président de l'Assemblée appelle au rassemblement des socialistes après le traumatisme causé par le recours à l'article 49-3.

Slate - Derrière le 49-3 se cache le congrès du PS

Les grandes déclarations des uns et des autres sur la question du travail le dimanche ne servent que d’éblouissement idéologique alors que les choses importantes se passent dans les sombres coulisses: combien de voix chaque «motion» récoltera en juin? Qui mettra la main sur Solferino?

Le Figaro - Michèle Delaunay : « Le gouvernement a cédé au lobby du tabac »

INTERVIEW - Pour la députée PS de la Gironde et cancérologue, l'adoption d'un nouveau mode de calcul de la taxe du tabac résulte de la pression des cigarettiers et des buralistes.
 
 
DÉCRYPTAGE Anticipant une nouvelle vague UMP et la montée du FN, le PS craint également des alliances naissantes à sa gauche.

L'Obs - "Tout cela va se payer" : les députés dans la zone de turbulences

Au PS, frondeurs et partisans du texte d'Emmanuel Macron ont, sans surprise, campé sur leur position ce mercredi. Du pain béni pour l'opposition.

Boursorama - La loi Macron creuse les divisions du PS avant son congrès par Elizabeth Pineau

PARIS, 18 février (Reuters) - Le Parti socialiste sort plus divisé que jamais de la crise politique liée à la loi Macron, à quatre mois d'un congrès interne qui s'annonce aussi orageux que les récents débats entre le gouvernement et une partie de sa majorité.

19 février

Le Lab - Après le 49.3, les députés frondeurs appellent du pied François Hollande à changer de Premier ministre

Malgré l'annonce du gouvernement de recourir à l'article 49.3 et le fait que la loi Macron sera donc -vraisemblablement- adoptée, tout ne semble pas perdu pour les députés PS frondeurs qui espèrent encore faire plier l'exécutif sur sa ligne économique. Quitte à ce que cela entraîne le départ de Manuel Valls. Le changement de Premier ministre? "C'est une option" confirme Christian Paul, invité sur LCI, mercredi 18 février.

Libé - Loi Macron, Aubry «regrette qu'on n'ait pas continué à discuter»

Les réactions politiques sont nombreuses au lendemain de la décision du Premier ministre d'avoir recours à l'article 49.3 de la Constitution pour faire passer la loi Macron.

Huffington Post - Emmanuel Macron et le 49.3: la méthode du novice mise en échec par "le mur de la vieille politique"

"Ce n'est pas un politique." "Il n'a pas encore tous les codes du milieu." Ces déclarations de ténors socialistes pour parler d'Emmanuel Macron avant le début de l'examen de sa loi prennent désormais un sens nouveau. Au lendemain de la décision de Manuel Valls de passer en force, via le 49.3, c'est bien de l'échec du jeune ministre de l'Economie dont il est question.

Le Monde - Après Macron et Valls, François Hollande justifie le recours au 49-3

Après Emmanuel Macron et Manuel Valls, c'est au tour de François Hollande de justifier le recours à l'article 49-3 pour le projet de loi Macron.

Marianne - Loi Macron : mais pourquoi Valls a-t-il choisi le passage en force ?

Manuel Valls vient donc d'annoncer qu'il utilise le mécanisme du 49-3 pour faire passer la loi Macron. Une surprise puisque les pronostics sur les votes étaient plutôt positifs. Une mauvaise nouvelle pour l'exécutif s'il envisageait de jouer la carte du rassemblement...

Hufington Post - Emmanuel Macron n'a pas sa carte de membre du Parti socialiste

Il a poursuivi ce qui devait être le service après-vente de sa loi. Après le 20 heures de France 2 mardi soir, Emmanuel Macron était sur RMC et BFMV ce jeudi matin. Mais le ministre de l'Economie en est réduit dans les deux cas à justifier le passage en force du gouvernement pour faire adopter son texte. "C'est un acte de responsabilité, pas d'autorité", a-t-il tenté de faire croire.

FranceTVinfo - La fracture profonde de la majorité

Au lendemain du passage sans vote de la loi Macron à l'Assemblée, la division est bien marquée entre le gouvernement de Manuel Valls et les dissidents de gauche, notamment socialistes.

Huffington Post - Loi Macron : les députés frondeurs menacés d'exclusion du PS

Au lendemain du recours à l'article 49-3 de la Constitution, certains défenseurs de la loi Macron l'ont mauvaise. En témoignent les menaces formulées par Stéphane Le Foll ou encore Bruno Le Roux à l'encontre des frondeurs qui ont poussé l'exécutif à faire passer en force le texte d'Emmanuel Macron.

Huffington Post - Motion de censure: les frondeurs ont-ils réfléchi au coup d'après?

.... Pas question en effet pour un seul frondeur de joindre sa voix à celle de l'opposition, pas plus que pour les élus écologistes. "Ne perdez pas votre temps avec ça, il n'y aura aucun frondeur qui la votera, la motion de censure", éludait dès mercredi Laurent Baumel qui ne préfère pas réagir aux menaces d'exclusion de la part du gouvernement.

L'Humanité - Les députés de gauche cherchent une parade au 49-3

Après le coup de force de mardi, la tension n’est pas retombée et le fossé ouvert à gauche est loin d’être comblé entre les deux lignes qui mettent aux prises un gouvernement minoritaire et des députés cherchant à faire respecter le Parlement. Au cœur des débats, le vote sur la motion de censure, prévu cet après-midi.

Les Echos - Pascal Perrineau : « On s’éloigne de plus en plus de ce qu’a été le hollandisme de 2012 »

Professeur à Sciences-Po, le politologue Pascal Perrineau tire les enseignements du recours au 49-3 sur la loi Macron, et met en garde la classe politique : « L’opinion est inquiète et même en colère ».

Le Monde, Les décodeurs - Pourquoi la motion de censure a très peu de chances de passer

Découlant logiquement de l'utilisation de l'alinéa 3 de l'article 49 de la Constitution, l'Assemblée votera, jeudi 19 février, une motion de censure contre le gouvernement. Déposée par l'Union pour un mouvement populaire (UMP) et l'Union des démocrates et indépendants (UDI), celle-ci a très peu de chances de passer. La motion de censure, si elle est approuvée, entraîne la démission du gouvernement. Jamais cependant une motion de censure n'a été adoptée après l'utilisation du 49-3.

Slate - Loi Macron: lors de la dernière utilisation du 49-3, François Hollande avait condamné un «coup de force»

Pour la première fois sous le quinquennat de François Hollande, le gouvernement a décidé, ce mardi 17 février, d'avoir recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution sur la loi Macron. Cet article autorise le gouvernement à faire adopter un texte sans vote, le seul moyen de l’empêcher étant le vote d’une motion de censure par la majorité absolue des députés dans les 24 heures.

La Tribune - Loi Macron : Valls dégaine le "49-3" pour faire passer le texte en force

Inquiet de ne pas avoir de majorité, Manuel Valls a décidé d'utiliser l'article 49-3 pour faire passer la loi Macron

18 fevrier

INFO LCI. La loi Macron sera-t-elle votée ? Conseil des ministres exceptionnel à l'Elysée

Le Premier ministre a déclaré mardi matin devant les députés socialistes qu'à ce stade, le projet de loi Macron "ne passe pas" le cap du vote de l'Assemblée, ont rapporté plusieurs parlementaires à l'AFP. Selon nos informations, un conseil des ministres exceptionnel doit avoir lieu à 14h30 à l'Elysée.

Le JDD - Manuel Valls craint un rejet de la loi Macron

A quelques heures du vote prévu à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Manuel Valls a affirmé mardi matin devant les députés PS qu'à ce stade, "la loi Macron ne (passait) pas". Une partie des frondeurs socialistes envisage en effet de voter contre le texte du ministre de l'Economie, de même qu'une grande majorité des députés écologistes et des élus Front de gauche.

15, 16 et 17 février

Libé - Benoît Hamon (PS) votera contre la loi Macron

L’ancien ministre et député socialiste Benoît Hamon a annoncé dimanche qu’il voterait «contre» la loi Macron, regrettant que le gouvernement n’ait pas introduit dans le texte un plancher minimum de compensations pour les travailleurs du dimanche.

Le lab - Soutien à la loi Macron ? Arnaud Montebourg dément appeler à vote pour, ses proches s'abstiendront

Non, Arnaud Montebourg ne s'est pas rangé parmi les soutiens de la loi Macron, qui doit être votée ce mardi 17 février à l'Assemblée. Un écho du Parisien relayait des propos de l'ancien ministre appelant les députés socialistes à voter le texte. Auprès du Lab, l'ancien ministre dément cette déclaration. Ce qu'avait souligné ce matin Benoît Hamon sur France Inter.

RTL - Hamon tacle Cambadélis, Valls le recadre : un mini congrès PS avant l'heure

LE DÉCODEUR POLITIQUE - En 24 heures, les piques lancées entre Benoît Hamon et Manuel Valls ont donné un avant-goût du congrès socialiste qui se tiendra en juin

Le JDD - Loi Macron : Hamon et les frondeurs font de la résistance

L'ancien ministre Benoît Hamon comme plusieurs députés frondeurs devraient voter mardi contre la loi Macron. Une position qui agace au plus haut point l'exécutif.

Libé - Loi Macron : la pêche aux voix in extremis

Après des semaines de débat, l’adoption définitive du texte a lieu ce mardi. Le nombre de votes contre côté PS s’annonce inédit.

L'Obs - Valls "sous influence juive" : BHL dénonce une "phrase immonde"

Répondant à une question de Jean-Jacques Bourdin, l'ancien ministre PS Roland Dumas a provoqué un tollé en affirmant que Manuel Valls était "probablement" sous "influence juive".

Le Monde - Départementales : les écologistes préfèrent s’allier au Front de gauche

Chez les écologistes, la constitution des listes pour les élections départementales a relevé du travail de dentelle. Dans ce parti décentralisé, chaque région, voire chaque département, a eu toute latitude pour décider de sa stratégie d’alliance et du nom de ses candidats. Dans de nombreux départements, les choix se sont même faits canton par canton, ce qui peut donner un résultat en apparence confus.
 

Le député PS "frondeur" Laurent Baumel souhaite que le système politique français se rééquilibre au profit du parlement, ce qui permettrait, à ses yeux, la suppression du droit de dissolution et de l'article 49/3. Dans une interview à L'Obs publiée aujourd'hui, l'élu d'Indre-et-Loire parle de "monarchie républicaine sans contre-pouvoirs parlementaires". Il déplore une "relégation des parlementaires au profit des cabinets ministériels", ce qui "coupe le pouvoir des réalités sociales".

Challenges - Travail dominical: "un recul démocratique" selon Hidalgo

C'est la dernière ligne droite pour le projet de loi Macron à l'Assemblée Nationale. Le débat se focalise sur la réforme du travail dominical, contre laquelle la maire de Paris s'insurge

RTL -Travail le dimanche : Macron dit non aux frondeurs

Agitant la menace de ne pas voter la loi, les députés PS "frondeurs" ont appelé Emmanuel Macron au "compromis politique" ce samedi.

Libé - Travail dominical: les frondeurs appellent Macron au «compromis», celui-ci dit non

Les députés PS «frondeurs» ont appelé samedi Emmanuel Macron au «compromis politique» sur le travail le dimanche, menaçant de ne pas voter son projet de loi mardi, mais le ministre a rejeté tout «compromis de façade» pour «rallier des voix».

Libé - Loi Macron: match en vue sur le volet social

Tout le monde attend le match gouvernement-frondeurs qui devrait se jouer ce week-end sur les bancs de l’Assemblée nationale. En jeu, les discussions sur le volet social du projet de loi pour l’activité, la croissance et l’égalité des chances économiques du ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Réforme des licenciements collectifs, allégement des sanctions applicables en cas d’entrave au fonctionnement des institutions représentatives du personnel, réforme prud’homale et mise en place d’un barème des indemnités de licenciement: les sujets de désaccord s’annoncent nombreux avant le vote global, mardi après-midi. Sans oublier l’enjeu du travail dominical qui divise la majorité.

Libé - Loi Macron : les frondeurs réduits à suivre le mouvement

Malgré des interventions visant à attaquer le projet de loi, les députés PS contestataires pèseront peu dans la balance lors du vote.

Libé - La caution de deux «frondeurs» sur le travail dominical

Le chef de file des députés PS, Bruno Le Roux, les appelle ses «super-héros». Sa «carte maîtresse» pour emporter la pleine adhésion des socialistes lors du vote du projet de loi Macron le 17 février. C’est que Stéphane Travert et Denys Robiliard, rapporteurs thématiques des deux chapitres du texte les plus polémiques à gauche - l’ouverture des commerces le dimanche et la réforme du droit de licenciement économique -, sont étiquetés «frondeurs».

FranceTVinfo - Loi Macron : feu vert au travail du dimanche

En France, le texte sur le travail du dimanche va être assoupli et étendu. L'article du projet de loi Macron a été voté par les députés ce samedi 14 février.

Le Parisien - Les ministres bâillonnés pour le congrès du PS

Pour éviter les couacs, Matignon a donné l'ordre aux ministres de ne pas signer de contribution en vue du congrès du PS, en juin. Des consignes qui agacent.

Le Parisien - PS : le coup de force de Cambadélis

Jean-Christophe Cambadélis fait plus que jamais figure de favori pour garder la tête du PS. L'actuel patron des socialistes dévoile ce matin la liste de ses soutiens en vue du congrès prévu en juin à Poitiers (Vienne). Selon nos informations, pas moins de 270 parlementaires le rejoignent.

12, 13 et 14 février

Boursier.com - Les cotes de François Hollande et Manuel Valls retombent

Un mois après les attentats de Paris, François Hollande et Manuel Valls perdent respectivement 5 et 6 points dans le baromètre Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio.

L'Express - Le régime des intermittents introduit dans la loi au printemps

Paris, 11 fév 2015 - Le Premier ministre Manuel Valls a précisé mercredi que le régime spécifique des intermittents du spectacle serait inscrit dans la loi "rapidement, dès la mi-2015", probablement dans le projet de loi de modernisation du dialogue social présenté au printemps.

Le Lab - Quand Hollande, Moscovici et Pellerin faisaient l’école buissonnière à la Cour des comptes

La Cour des comptes dévoile ce mercredi 11 février son traditionnel rapport public annuel, diagnostic redouté de la gestion de la dépense publique en France. L’occasion de se pencher sur les jeunes années passées à la Cour des comptes par François Hollande et d’autres figures de la majorité issues de l’institution fondée par Napoléon Ier.

Les Echos - Départementales : dans les Bouches-du-Rhône, Guérini mène toujours le bal à gauche

L’ex-homme fort du Parti socialiste, qui n’a pas perdu son influence sur la gauche départementale, se présente à Marseille.
 
 
RECONVERSION BIS - Selon l’AFP, l’ancien ministre de l’Economie et du Redressement productif va donner des cours de macroéconomie à Princeton, une prestigieuse université américaine du New Jersey du 16 au 26 février.

Le Monde - Les députés ne pourront plus acheter leur permanence avec leur indemnité

Un pas de plus vers le contrôle. Mercredi 18 février, en recevant le rapport des députés-questeurs en charge des finances du Palais-Bourbon, le bureau de l’Assemblée nationale devrait prendre une décision radicale concernant l’IRFM, cette « indemnité représentative de frais de mandat » dont dispose chaque député. D’un montant de 5 770 euros bruts mensuels, elle s’ajoute à la rémunération nette des élus et est régulièrement l’objet de critiques et de polémiques car elle n’est soumise à aucun contrôle et non imposable. Plusieurs députés se sont déjà fait attraper la main dans le sac, utilisant cette somme normalement réservée à leurs frais professionnels pour des cadeaux ou des voyages personnels. Si le président (PS) de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a déjà fait baisser de 10 % cette indemnité dès le mois de juin 2012, des anomalies persistent dans son utilisation.

L'Express - Congrès du PS: qui défiera vraiment Jean-Christophe Cambadélis?

Par la pluie de textes déposés en amont du Congrès du PS, les socialistes manifestent plus leur envie de débat que de changement de tête. Mais si les départementales se passaient mal, qui pourrait monter au créneau pour briguer le poste de premier secrétaire du parti?

11 février

Le Dauphiné Libéré - Jean-Christophe Cambadélis : « Il y a un risque d’éclatement du PS»

Dans une interview à paraître demain dans notre journal, Jean-Christophe Cambadélis n’exclut pas le risque d’éclatement du parti socialiste, dont il est le Premier secrétaire

Le JDD - Trois ministres se risquent aux départementales

Peu de membres du gouvernement mèneront campagne. Cinq d’entre eux ont un mandat départemental, mais seuls Patrick Kanner, André Vallini et Ségolène Neuville se représentent.

Le Figaro - À Marseille, Manuel Valls tourne la page des attentats

Le déplacement de deux jours du premier ministre dans la Cité phocéenne s'est déroulé dans une ambiance tendue, bien loin de l'état d'esprit des manifestations du 11 janvier.

L'Obs - Barbier devant les députés PS: "cette victoire est collective"

Le socialiste Frédéric Barbier, qui a remporté dimanche face au FN la législative partielle dans le Doubs, a salué mardi devant les députés de son groupe une "victoire collective", a constaté une journaliste de l'AFP.

L'Express - Congrès du PS: à quoi joue Martine Aubry avec sa contribution?

Martine Aubry n'a pas signé la contribution de Jean-Christophe Cambadélis, en amont du Congrès de Poitiers. Pire: la maire de Lille a déposé sa propre contribution. Mais elle n'en est pas encore à vouloir reprendre la tête du PS.
 
Le JDD - Karine Berger : "La gauche a le devoir absolu de réhabiliter l'impôt citoyen"

INTERVIEW – La députée socialiste, Karine Berger, se dit "choquée" par l'affaire des Swissleaks, qui met en lumière un vaste système de fraude fiscale via la banque HSBC. Membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale et secrétaire national du PS à l'Economie, elle redoute les conséquences de ce nouveau scandale.

10 février

Le Figaro - Sondage : après l'embellie post-Charlie Hebdo, François Hollande replonge

La hausse spectaculaire du président de la République dans les sondages aura été de courte durée selon le baromètre Ipsos-Le Point.

Le Monde - Quand Jean-Christophe Cambadélis cible Bruno Le Maire

Bruno le Maire, l’homme le « plus dangereux » à l’UMP ? C’est en tout cas l’avis de Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS. Dimanche, sur Radio J, le premier secrétaire, au lendemain du conseil national de l’UMP, a également estimé que Nicolas Sarkozy « fait flop », Alain Juppé « fait toc ».

Le Monde, Les décodeurs - Le PS ne fait pas plus « monter le FN » que ce dernier fait « gagner le PS »

C'est devenu un classique, à droite, pour justifier une défaite ou évoquer une bataille électorale impliquant le FN et le PS : les renvoyer dos à dos. C'est ce qu'a fait Brice Hortefeux, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, à propos de l'élection partielle du Doubs, remportée sur le fil par le PS. 

Le Monde - Travail le dimanche : Hidalgo conditionne son soutien aux nouvelles zones

La maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), s'est dite ouverte, lundi 9 février, à la création de zones touristiques internationales à Paris, prévues par le volet sur le travail du dimanche de la loi Macron. L'édile a cependant conditionné ce soutien à la condition que le dernier mot revienne aux élus locaux plutôt qu'à l'Etat.

Le Point - Législative dans le Doubs : le PS l'emporte d'une courte tête

Le socialiste Frédéric Barbier est élu : il obtient 51,43 % des voix contre 48,57 % à la candidate du Front national Sophie Montel.

Le Parisien - Législative dans le Doubs : Frédéric Barbier (PS), le discret laboureur

... Frédéric Barbier, 54 ans, cadre d'Electricité réseau distribution France (ERDF), est un homme de terroir d'un naturel prudent. Vice-président du conseil général du Doubs depuis 2011, cet enfant du pays (il est né à Audincourt et a grandi à Pont-de-Roide, dont il a été premier adjoint au maire) est propulsé au Palais-Bourbon en 2012 en tant que suppléant de Pierre Moscovici, nommé ministre de l'Economie.

9 février

Marianne - PS : à l'approche du congrès, alerte au tripatouillage !

Le PS réunit son Conseil national ce samedi. A cinq mois du prochain congrès, la tension monte d'un cran entre les différentes sensibilités du parti. En cause, le flou artistique qui règne autour du nombre exact d'adhérents ainsi que des suspicions de "ménages de printemps" qui seraient en cours au sein de certaines fédérations. Entre la direction et l'aile gauche, c'est désormais à couteaux tirés...

L'Obs - Le Foll pointe une "radicalisation de droite" de la nouvelle génération UMP

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a pointé dimanche "une nouvelle génération" à l'UMP positionnée "sur une radicalisation de droite", citant Laurent Wauquiez et Bruno Le Maire.

Huffington Post - Jean-Christophe Cambadélis déplore que les juifs de France soient assimilés à Israël et les musulmans à Daech

Même s'il ne met pas "sur le même plan" l’État hébreu et Daech, Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS, a déploré dimanche 08 février que l'on assimile les juifs à Israël et les musulmans à l'organisation État islamique.

 
ÉCLAIRAGE - Le parti se lance dans une longue campagne afin que ses militants désignent leur prochain premier secrétaire.
 
Pour le numéro un du PS, Nicolas Sarkozy "fait flop", Alain Juppé "fait toc", et le "plus dangereux" à l'UMP, c'est Bruno le Maire.

15/02/2015

Claude Bartolone: «Il n'y a pas d'avenir à la gauche du PS» par Mediapart


Claude Bartolone: «Il n'y a pas d'avenir à la... par Mediapart

08/02/2015

Claude Bartolone "Sans union la gauche peut être éliminée dans 500 cantons" par Mediapart


Claude Bartolone "Sans union la gauche peut... par Mediapart

29/01/2015

Indemnités des élus: "on va changer le système" déclare Claude Bartolone


Indemnités des élus: "on va changer le système... par BFMTV

24/01/2015

L'actualité des socialistes du 19 au 25 janvier (mise à jour)

A la une

Public Sénat - Après les attentats, le congrès du PS est-il « fini » ?

Suite aux attentats, certains socialistes pensent qu’il ne sera plus possible pour l’aile gauche du PS de contester la ligne économique de François Hollande et Manuel Valls. A l’aile gauche, si on n’enterre pas encore le congrès du mois de juin, on parle de « dispute apaisée »…

Slate - Syriza, une chance pour Hollande

Evidemment, les soutiens français les plus évidents de la gauche radicale grecque sont plutôt Cécile Duflot, Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon. Mais, si le parti d'Alexis Tsipras accède au pouvoir, Hollande pourrait se retrouver dans la position qu’il adore: celle du médiateur et du conciliateur entre deux orientations extrêmes, celui qui fait la synthèse.

24 et 25 janvier

Europe 1 - Attentats : Aubry félicite Hollande et Valls

La maire de Lille, d'habitude critique vis-à-vis de l'exécutif, a estimé vendredi que François Hollande "était un chef d'Etat au plein sens du terme".

Libé - Rouges et verts mettent leurs «espoirs» en «chantiers»

A la gauche du PS, ça bouge. Après avoir soutenu les Grecs de Syriza lundi soir à Paris et avoir redoublé de bonnes intentions depuis cet été, le temps des travaux pratiques semble venu.

Dans un appel intitulé «Chantiers d’espoir» et publié sur Mediapart, plusieurs responsables politiques, associatifs, syndicaux et intellectuels ont annoncé jeudi vouloir «construire […] et élaborer une alternative politique, sociale et écologiste», «susciter des rencontres, partout en France, pour tracer un nouveau chemin».

Mediapart - Chantiers d’espoir

« Mettre un coup d’arrêt à l’avancée de la droite et de l’extrême droite », revivifier les « valeurs d’égalité et de liberté » et « faire émerger une alternative à gauche porteuse d’une politique, citoyenne, féministe, écologiste et solidaire »: c'est le projet porté par l'appel « Chantiers d'espoir », construit par des animateurs du mouvement social, militants syndicaux, associatifs, altermondialistes, féministes, des représentants nationaux d’Europe EELV, du Front de Gauche…

Le site Web de Chantiers d'espoir

Libé - A la gauche du PS, l'espoir en «chantiers»

Dans un appel publié par Mediapart, 500 personnalités politiques, associatives, syndicales et intellectuelles appellent à «construire une alternative». Duflot et Mélenchon compris.

23 janvier

Europe 1 - BCE : une (discrète) satisfaction pour Hollande

BONNE NOUVELLE - Le chef de l'Etat militait pour une relance monétaire au niveau européen. Mais il devrait se garder de tout triomphalisme, le sujet étant un point de crispation avec l'Allemagne.

L'Obs - Morale, laïcité, bénévolat... Ce que propose Najat Vallaud-Belkacem pour l'école

Renforcement de la formation des professeurs, cours d'éducation aux médias... Le gouvernement dévoile une batterie de mesures pour réaffirmer les valeurs républicaines à l'école.

Le Monde - « Apartheid » : Valls appelle Sarkozy à « penser à la France »

« Dans ces moments-là, ceux qui gouvernent et ceux qui hier ont gouverné, doivent être grands, pas petits. » Manuel Valls a répondu, jeudi 22 janvier, à Nicolas Sarkozy, qui l’avait accusé d’avoir commis une « faute » en parlant d’« apartheid ». Le premier ministre a également reproché à l’ex-président de vouloir « briser l’esprit [d’unité nationale] du 11 janvier ».

Le Monde - Valls veut lutter contre la « ghettoïsation et la ségrégation »

Manuel Valls a déclaré, jeudi 22 janvier, que la lutte contre la « ghettoïsation » dans les quartiers pauvres passait par une « politique du peuplement ». Le premier ministre s’exprimait à Matignon en introduction des mesures annoncées par sa ministre de l’éducation dans le cadre de la « grande mobilisation » déclenchée après les tueries des 7, 8 et 9 janvier à Paris et à Montrouge.

L'Obs - Dans le Doubs, les attentats parisiens rebattent les cartes de la campagne électorale

Des tracts FN sur le "péril islamiste", des militants PS qui espèrent surfer sur le regain de popularité de François Hollande: dans le Doubs, appelé à pourvoir le 1er février le siège de député de Pierre Moscovici parti à Bruxelles, les attentats de Paris ont rebattu les cartes d'une élection très ouverte.

Lyon Capitale - Régionales 2015 : Collomb dément vouloir écarter Queyranne

Selon Le Progrès, le maire de Lyon chercherait à évincer le président de l’actuel conseil régional de sa propre succession. Gérard Collomb dément l’information.

Le Monde - Manuel Valls annonce la création de 2680 postes pour lutter contre le terrorisme

Un renforcement des moyens humains et matériels : c’est l’essentiel de la réponse apportée mercredi 21 janvier par l’exécutif, deux semaines jour pour jour après la tuerie de Charlie Hebdo, en matière de lutte antiterroriste. Le premier ministre a annoncé un budget de 425 millions d’euros sur trois ans en matériel. Avec le coût du personnel, l’enveloppe devrait se monter à 736 millions d’euros d’ici 2017, dont 246 millions pour 2015 Le président l’avait confié à ses proches, ces derniers jours : « L’attitude de la droite, illustrée par ce que faisait Sarkozy, c’est : un événement, une loi. La gauche, elle, explique qu’il n’y a qu’à appliquer les textes. J’entends pour ma part être pragmatique : ce qu’il faut, c’est corriger, améliorer. » 

Libé - Le PS face aux douze travaux de Macron

Le nombre de dimanches ouvrés demeure le principal point de division entre élus socialistes.

Avec prudence mais détermination. Larvée la semaine dernière, l’offensive de la majorité contre la loi «pour la croissance et l’activité», dite loi Macron, s’organise en vue de son examen dans l’hémicycle à partir de lundi.

22 janvier

Libé - Valls dénonce un «apartheid territorial, social et ethnique» en France

.... Il a fait du «parler vrai» sa marque de fabrique. Manuel Valls, en adressant mardi ses vœux à la presse, en a apporté une nouvelle preuve. Après les attentats des 7, 8 et 9 janvier, le Premier ministre a dressé le portrait d’une partie de la France où sévit, selon lui, «l’apartheid territorial, social et ethnique». Dans son discours distribué à la presse quelques minutes plus tôt, ce mot chargé d’histoire est venu coiffer celui de «relégation périurbaine et de ghettos». Auxquels «s’additionnent les discriminations quotidiennes, parce qu’on n’a pas le bon nom de famille, la bonne couleur de peau ou bien parce que l’on est une femme».

Libé - Hollande opposé au retour de la «peine d’indignité nationale»

La mesure défendue par la droite, et un temps envisagée comme l'une des pistes pour lutter contre le terrorisme, ne devrait pas figurer dans les annonces du Premier ministre ce mercredi.

Libé - La photo trompeuse d’une gauche «Syriza» à la française

.... Et que dire des socialistes présents... Il s’en est fallu de très peu pour que Guillaume Balas, eurodéputé proche de Benoît Hamon et pourtant très critique avec les «politiques d’austérité imposées» par la Commission européenne, ne soit sifflé par une partie de la salle. S’il a reçu des applaudissements, on a entendu certains militants présents se moquer de lui. Ils n’ont plus aucune confiance dans les responsables politiques tenant le poing et la rose. Même s’ils leur apportent des preuves de leur rédemption.

L'Obs - Anne Hidalgo (PS) veut créer une carte du citoyen parisien

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) a dévoilé mercredi une batterie de mesures destinées à conforter le vivre-ensemble, parmi lesquelles la création d'une "carte du citoyen de Paris", deux semaines après les attentats qui ont ensanglanté Paris.

Libé - Cazeneuve défend Taubira, attaquée par la droite

Pas d'unité nationale qui tienne entre l'UMP et la garde des Sceaux. Alors que la droite plaide pour un durcissement dans le contexte post-attentats, le ministre de l'Intérieur a vanté la sévérité de la politique pénale.

Bondy Blog - Bariza Khiari : "les musulmans sont dans une injonction contradictoire"

Sénatrice (PS) de Paris depuis 2004, Bariza Khiari se dit “farouchement républicaine et sereinement musulmane”. Peu sollicitée par les médias depuis les attentats qui ont frappé Paris la semaine dernière, elle confie ses frustrations, ses colères, mais aussi ses espoirs dans une société plus égalitaire où les citoyens auraient envie de “faire ensemble”. Entretien réalisé en marge d’une conférence sur la liberté d’expression à l’Unesco.

21 janvier

Le Monde - L’« apartheid » en France ? Pourquoi les mots de Manuel Valls marquent une rupture

Manuel Valls avait déjà parlé de « ghetto » et de « ségrégation », voire d’« apartheid ». C’était en 2005, et il n’était alors que maire d’Evry (50 000 habitants) et socialiste en rupture idéologique avec son parti sur les enjeux d’intégration et de sécurité. Dix ans plus tard, à l’occasion de ses vœux à la presse, mardi 20 janvier, c’est le premier ministre qui parle. Avec des mots inédits pour qualifier la situation des quartiers sensibles en France, une semaine après les attaques terroristes qui ont fait 17 morts. Pour décrire la gravité de la situation des quartiers français, Manuel Valls parle publiquement de « ghettos » et d’« apartheid territorial, social, ethnique » – chaque mot compte, et le dernier plus que les autres dans un pays où la question ethnique demeure un tabou politique et intellectuel.

Europe 1 - Filippetti pointe le "sentiment de ségrégation" en France

La députée socialiste et ancienne ministre de la Culture était l'invitée du Club de la presse, mardi sur Europe 1.

Le Point - Loi Macron : les députés PS frondeurs jugent le texte "pas votable en l'état"

Les députés socialistes frondeurs vont défendre des amendements à la loi Macron, pour des améliorations notamment sur le travail dominical, le texte n'étant "pas votable en l'état" pour eux, ont indiqué mardi leurs animateurs. "Il n'y aurait rien de pire que les attentats terroristes arrêtent le débat au sein de la gauche. Nous espérons que la période permettra un débat de plus grande qualité", a déclaré Jean-Marc Germain, une semaine avant le début de l'examen dans l'hémicycle du projet de loi sur la croissance et l'activité.

Les Echos - L'exécutif va lancer « l'acte II de la refondation de l'école »

François Hollande présente aujourd'hui ses voeux au monde éducatif.
Manuel Valls promet « des propositions immédiates » et « une méthode ».

Libé - Départementales: «fierté» retrouvée des candidats PS après les attentats, selon Poignant

Bernard Poignant, conseiller de François Hollande, a affirmé mardi qu’il y avait une «fierté» retrouvée des candidats socialistes aux départementales après la gestion des attentats par l’exécutif, affirmant que le PS ne connaîtrait pas de débâcle lors du scrutin.

Boursier.com - "Jouer l'échec de la gauche qui gouverne n'est pas la solution" prévient Stéphane Le Foll

Les élections législatives se tiendront dimanche en Grèce, et en France, plusieurs personnalités politiques se sont mobilisées lundi soir... Jean-Luc Mélenchon, du parti de gauche, Pierre Laurent, le patron du parti communiste et Cécile Duflot, l'ancienne ministre de l'Ecologie étaient parmi eux, réunis en meeting à Paris pour soutenir le parti Syriza, favori des sondages. Ils se sont présentés comme une alternative à gauche, réclamant un changement de politique et d'équipe gouvernementale...

Libé - Syriza esquisse une «alternative» en France

Lors d’un meeting de soutien à Paris lundi soir, Cécile Duflot et l’aile gauche du PS ont fait tribune commune avec Mélenchon et les communistes pour soutenir les Grecs de Syriza. Une première depuis 2012.

20 janvier

Le Point - Baromètre Ipsos/"Le Point" - Hollande deux fois plus populaire que le mois dernier !

Tous les acteurs de la marche républicaine profitent d'un rebond de popularité. Et au premier chef, François Hollande et son Premier ministre.

Le Lab - Jean-Christophe Cambadélis sur Nicolas Sarkozy : "Il me connaît depuis le 1er jour"

PASSION ARCHIVE - Non, décidément Jean-Christophe Cambadélis ne veut pas lâcher Nicolas Sarkozy. Après avoir proposé plusieurs fois un débat entre eux deux, le premier secrétaire du Parti socialiste avait tenté de joindre le président de l'UMP le 7 janvier, jour de l'attentat à Charlie Hebdo. En vain, puisque l'ancien président, finalement joint par Manuel Valls lui-même, avait rétorqué : "Je ne connais pas Monsieur Cambadélis".

LCP - Loi Macron : les députés proposent entre 0 et 12 dimanches travaillés

La commission spéciale chargée d’étudier le projet de loi a ajusté, la nuit dernière, les dispositions concernant le travail dominical. Les députés ont modifié dimanche soir, en commission spéciale, les dispositions de la loi Macron concernant le travail dominical. Finalement, les maires pourront fixer de 0 à 12 dimanches travaillés chaque année pour les commerces de leur villes.
 
 
Le premier secrétaire du PS, qui appelle à «maintenir l’esprit du 11 janvier», estime par contre que Marine Le Pen «ne se nourrit que de la division nationale».

Le Figaro - Sénat: les collèges resteront aux départements

Les collèges resteront de la compétence des départements, le Sénat ayant refusé aujourd'hui de les transférer aux régions comme le prévoyait le gouvernement dans son projet de loi de Nouvelle organisation territoriale de la République. Devant l'opposition frontale des sénateurs, le gouvernement a préféré retirer un amendement qu'il avait déposé pour rétablir sa version initiale, alors que la commission des lois du Sénat avait décidé de maintenir la gestion actuelle des collèges par les départements, tout en donnant la possibilité de les transférer aux métropoles.

Europe 1 - Cambadélis n'est pas opposé à l'idée d'une "indignité nationale"

Le premier secrétaire du PS n'a "pas d'a priori" sur cette proposition émise par l'UMP pour punir les terroristes.

Libé - Hollande: «La vie doit continuer mais rien ne sera plus comme avant»»

Le Président, de retour dans son fief de Tulle pour les vœux, appelle à la cohésion du pays et veut que «la vie reprenne sa place», une semaine après les attentats qui ont touché la France.

Libé - Hollande à la recherche d'un nouvel équilibre

Le Président, dont l'action a été saluée durant les dix jours d'émoi qui ont suivi les attentats, entre dans une autre phase. Son défi est de montrer que «la vie continue» sans tourner la page trop vite.

19 janvier

Le Monde - Michel Rocard : « Il n'y a pas lieu de remettre en cause la politique d'immigration »

Michel Rocard, ancien premier ministre socialiste (1988-1991), met en garde dans une interview au Journal du dimanche, dimanche 18 janvier, contre toute remise en cause de la politique d'immigration en France après les attentats en  région parisienne de la semaine dernière 

Le JDD - Rocard : "On ne peut pas mettre des barbelés à toutes nos frontières"

INTERVIEW - L’ex-Premier ministre socialiste, Michel Rocard, évoque pour le JDD les suites des attentats de la semaine dernière. Il pense notamment que le FN aurait dû trouver sa place dans la marche républicaine. Extraits de l'entretien à paraître dimanche.

Le Figaro - Le PS craint de voir se rallumer la guerre des gauches

«Dans ces moments-là, il ne faut pas trop faire de politique…» Patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis cherche à préserver «l'esprit du 11 janvier» et ce, «le plus longtemps possible». Dimanche sur Europe 1-i-Télé-Le Monde, le député de Paris a ainsi salué «un certain nombre de propositions qui ont été faites dans un esprit constructif» par l'UMP. Avec une mise en garde: «Notre débat national a tendance à culpabiliser tout le monde (…), un jour les quartiers, puis l'école, puis les musulmans.»

Libé - Travail dominical des élus sur la loi Macron

Réforme . Le texte du ministre de l’Economie reste un sujet d’inquiétude pour certains députés de gauche.

20 minutes - Loi Macron: Premier compromis sur le travail le dimanche

Au travail le dimanche pour discuter… du travail le dimanche. C’est le sort réservé aux députés membres de la commission spéciale de l’Assemblée nationale pour examiner  le projet de loi Macron. Mais ils ne seront pas venus pour rien car un compromis a été trouvé entre la majorité socialiste, opposée au travail dominical, et Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie.

Le Figaro - Claude Bartolone : « Pas de loi de circonstance » contre le terrorisme

Claude Bartolone ne «veut pas de loi de circonstance (…), pas de loi slogan» pour lutter contre le terrorisme. Invité dimanche soir du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro», le président de l'Assemblée nationale a rappelé qu'une loi pour renforcer la lutte contre le terrorisme avait été adoptée le 14 novembre 2014, dont les décrets d'application vont être publiés. «Toute loi a besoin d'être évaluée», a insisté le député PS de Seine-Saint-Denis, qui a ajouté qu'il y avait «besoin de moyens supplémentaires pour le renseignement».

La question très controversée du travail dominical est discutée par les députés.

Les députés de la commission spéciale sur la loi Macron ont commencé ce samedi à minuit à s'attaquer à la réforme des règles d'ouverture des commerces le dimanche, un point très controversé au sein de la gauche. Les députés se sont limités à une discussion générale et commenceront à étudier les amendements ce dimanche matin.

19/01/2015

Le Debrief du "Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI" de Claude Bartolone du dimanche 18 janvier


Le Debrief du "Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI... par rtl-fr

Claude Bartolone, invité du "grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI" dimanche 18 janvier 2015 (2)


Claude Bartolone, invité du "grand Jury RTL/ Le... par rtl-fr

Claude Bartolone, invité du "Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI" du dimanche 18 janvier 2015 (1)


Claude Bartolone, invité du "Grand Jury RTL/ Le... par rtl-fr

13/01/2015

Claude Bartolone: L'invité de Ruth Elkrief - 12/01


Claude Bartolone: L'invité de Ruth Elkrief - 12/01 par BFMTV

28/12/2014

L'actualité des socialistes du 22 au 28 décembre (mise à jour)

A la une

Le Monde, Les décodeurs  - La loi Macron respecte-t-elle les promesses de François Hollande?

Présenté en conseil des ministres le 10 décembre, le projet de loi « pour la croissance et l'activité" porté par le ministre de l'économie Emmanuel Macron clive la majorité : trop libérale pour l'aile gauche des "frondeurs", "fourre-tout" pour  le Premier secrétaire du Parti Socialiste Jean-Christophe Cambadélis… Mais où se situe-t-elle par rapport au programme de campagne de François Hollande ?

Pour savoir si la loi Macron est dans l'esprit de ce programme socialiste, Lui Président a classé les principales propositions du texte en fonction de leur conformité - ou non - à ce dernier.

Libé - PS : Cambadélis et Bartolone accordent leurs violons électoraux

ENQUÊTE Le patron de Solférino et le président de l’Assemblée nationale, associés depuis 2007, préparent activement une grande alliance pour le congrès du PS de Poitiers, début juin. Objectif : recentrer le gouvernement à gauche. Certains y voient déjà un verrouillage du parti.

28 décembre

France Info - Catastrophe de Liévin : Manuel Valls rend hommage au monde ouvrier

Le Premier ministre était présent samedi aux commémorations de l'accident de mine du 27 décembre 1974 dans le Pas-de-Calais. Manuel Valls a profité de ce moment de recueillement pour saluer et renouer avec le monde ouvrier "qui a bâti la France".

26 et 27 décembre

Libé - Pourquoi Hollande a arrêté la méthode Coué

LIBÉ ANTICRISE Le Président s’est voulu positif en arrivant à l’Elysée, pour ne pas «ajouter de la crise à la crise». Quitte à perdre en crédibilité.

Libé - Noël : Matignon offre des éléments de langage pour les repas de famille

Le gouvernement a publié sur son site internet à l’occasion des fêtes de fin d’année un bingo »#RepasDeFamille», destiné à «casser les idées reçues» sur des grands thèmes d’actualité - travail du dimanche, impôts, mariage pour tous... - mais aussi et surtout à promouvoir l’action gouvernementale.

Le Figaro - L'année 2015 de François Hollande et du PS vue par Thomas Guénolé

Le politologue Thomas Guénolé a imaginé le scénario de l'année 2015 pour le PS et pour François Hollande. Celle-ci s'annonce cauchemardesque.

L'Obs - Maurel (PS): les socialistes ne voteront pas la loi Macron "en l'état"

Emmanuel Maurel, secrétaire national du PS et membre de l'aile gauche du parti, prévoit que les députés socialistes "voteront majoritairement contre" la loi Macron "si elle est maintenue en l'état, et réclame "une réorientation profonde du quinquennat".

Le Figaro - Parti socialiste : hollandais et vallsistes se mobilisent

«L'année qui s'achève fut sans doute la pire que le Parti socialiste ait connue sur le plan électoral depuis 1993, avec trois défaites successives aux élections municipales, européennes et sénatoriales.» Ce constat, ce sont des socialistes qui l'ont eux-mêmes dressé. Précisément, une quarantaine de premiers secrétaires fédéraux du PS. Pas des frondeurs, loin de là. Ils sont majoritairement hollandais

BFMTV - Pour François Hollande, 2015 sera l'année de la reconquête

François Hollande a poursuivi son opération reconquête des Français au terme d'une année difficile mais jugée utile pour la suite du quinquennat. Et le président de la République, en déplacement à Saint-Pierre-et-Miquelon ce mercredi, se tourne désormais vers l'avenir, le regard tourné sur 2017 et la prochaine présidentielle.

Le Monde, Les décodeurs - Transparence de la vie politique : Macron, ses millions, et les autres

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a publié vendredi dernier les déclarations d'intérêts et de patrimoine des derniers entrants au gouvernement, ainsi que les rectifications de certains anciens.

Paul Alliès - Jours tranquilles à Solférino: l'édifiante histoire d'un non-débat sur les institutions

 

Jean-Christophe Cambadélis vient de boucler la feuille de route tracée lors de son arrivée à la tête du PS, en avril dernier: affirmer une direction "virile" capable de protéger l'appareil d'un parti entré dans une des plus graves crises de son histoire. Le  Conseil national du 13 décembre a adopté un rapport définissant un "parti 2.0, ouvert à tous les Français et qui sait les associer et les solliciter pleinement dans son fonctionnement" .

La réalité est aux antipodes de ces généreuses perspectives. Malgré les annonces vibrionnantes, l'appareil n'en finit pas de se fermer comme une huitre avant un soir de réveillon. En témoigne très concrètement l'édifiante histoire du débat sur " la réforme des institutions ". On la résume ici telle que vécue en temps réel.

24 et 25 décembre

Le Monde - Congrès du PS : les partisans de Hollande tentent une démonstration de force

Les partisans de François Hollande commencent à se compter en vue du prochain congrès du Parti socialiste qui se tiendra à Poitiers, en juin 2015. Dans une tribune publiée sur le site de Libération, lundi 22 décembre, 41 premiers secrétaires fédéraux (les responsables départementaux du PS), fidèles au chef de l’Etat, lancent un appel au « rassemblement » et à l’« unité » en vue de cette échéance.
 
Le JDD - Hollande, déjà la tête à 2015

Après douze mois douloureux, François Hollande ne s'accorde pas vraiment de répit pour les fêtes de fin d'année. Dès les premiers jours de 2015, il multipliera les cérémonies officielles et déplacements.

Le Monde - Manuel Valls « craint » que les chiffres du chômage de novembre « ne soient pas bons »

Manuel Valls « craint » que les chiffres du chômage de novembre, rendus publics mercredi 24 décembre, « ne soient pas bons ». Invité au micro d'Europe 1 mardi, le premier ministre a déclaré :

« Nous avons connu encore au mois de novembre des destructions d'emplois, des faillites d'entreprises. Avec un niveau de croissance aussi faible que celui que nous avons connu en 2014, (…) il ne faut malheureusement pas s'attendre, je le crains, à une bonne nouvelle. »

Libé - La bras droit de Huchon rêve de sa grande couronne

Marie-Pierre de La Gontrie, vice-présidente PS de la région Ile-de-France, vise la place de son patron, qui concourt pour un quatrième mandat.

France 3 - Pesticides : utilisation en hausse en 2013

C’est un rapport remis par le député Ps Meurthe-et-Mosellan Dominique Potier qui l’affirme. Après un mieux en 2012, l'utilisation des pesticides agricoles en France s'est accrue de 9,2% en 2013. Manuel Valls demande un nouveau plan.

22 et 23 décembre
 

Ce fut le coup de tonnerre politique de l’été. Le 26 août 2014, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon sont éjectés du gouvernement suite à leur attaque concertée contre les orientations économiques de François Hollande la veille à Frangy-en-Bresse. Depuis, l’ancien patron de Bercy et l’ex-ministre de l’Education nationale sont revenus à plusieurs reprises sur le déroulé des évènements qui ont conduit à leur éviction par Manuel Valls.

Ce dernier, au contraire, n’avait pas encore livré sa version des faits. C’est désormais chose faite, dans un livre du journaliste Jean-Pierre Bédéï, Sur proposition du Premier ministre… (L’Archipel), à paraître en janvier 2015.
 
 
Libération publie ce lundi un sondage qui témoigne de l'engouement d'une partie des sympathisants de gauche pour le maire de Bordeaux. Pour Christophe Bouillaud, cette popularité résulte de la «droitisation» de ses adversaires à l'UMP.
 
 Christophe Bouillaud est professeur agrégé de science politique à l'Institut d'Études politiques de Grenoble depuis 1999, agrégé de sciences sociales (1988), ancien élève de l'Ecole normale supérieure.
 
 
Après l’ex-première secrétaire du PS, Martine Aubry, qui a qualifié le projet de loi Macron de « régression » concernant le travail du dimanche, c’est au tour de Pierre Joxe, autre forte personnalité socialiste, d’attaquer.
 
Le JDD - La taxe à 75% d’Hollande vit ses dernières heures

La taxe sur le haut revenu, mesure étendard pensée par François Hollande pendant la dernière présidentielle, n’existera plus à partir du 1er janvier 2015. Cet impôt avait connu une mise en œuvre chaotique : retoquée par le Conseil constitutionnel, elle a été finalement transformée en impôt sur les entreprises employant des hauts revenus.

Le Monde - Marseille : le député PS Henri Jibrayel mis en examen pour abus de confiance

Le député socialiste des quartiers nord de Marseille, Henri Jibrayel, a été mis en examen, vendredi 19 décembre, pour abus de confiance et prise illégale d’intérêts. Le juge d’instruction marseillais Valéry Muller n’a pas sollicité de levée d’immunité parlementaire, aucune mesure coercitive n’étant envisagée.

Le JDD - Elections : la gauche envisage le pire pour 2015

Les départementales des 22 et 29 mars, les régionales de l’automne : les experts du PS s’attendent à une "annus horribilis".D'abord, la première joue. Ensuite seulement, après la claque de mars avec les départementales, ils penseront à tendre l'autre joue. Cette fois pour les régionales. L'année 2015 s'avance et, électoralement, "ça va être un massacre", confie l'un des spécialistes ès élections de la majorité. "La gauche va perdre 40 départements. Il en restera entre 16 et 20 pour le PS, un à deux pour les radicaux de gauche, un pour le PC", estime un membre de la direction du PS, qui craint que l'Aisne, le Vaucluse et le Var ne basculent du côté du FN