Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2017

Marianne - Droit d'inventaire Eduardo Rihan-Cypel : "Le PS a été victime de sa paresse intellectuelle"

Ancien député PS battu aux législatives, Eduardo Rihan-Cypel tire un bilan sévère de l’effondrement des socialistes et prévient : "On peut assister à l'extinction de l'espèce socialiste".

Pourquoi les socialistes ont-ils été balayés, à la présidentielle puis aux législatives ?

C’est le résultat de toute notre oeuvre. Le spectacle meurtrier de nos divisions a été fatal. Certaines mesures et décisions prises, notamment à la fin du quinquennat, étaient en contradiction avec des symboles puissants de la gauche : la déchéance de nationalité et la loi Travail ont été des fautes politiques qui ont ruiné toutes nos chances de victoire. Il y a eu également une forme d’arrogance au pouvoir, qui s’est illustrée par le spectacle des egos permanents.

Lire la suite
____________________
____________________

L'express - Carvounas (PS): Macron se rend compte qu'"il a tous les pouvoirs"

Paris - Le député PS Luc Carvounas a estimé jeudi qu'Emmanuel Macron ne cherchait "pas à humilier" son Premier ministre en parlant devant le Congrès avant sa déclaration de politique générale, mais qu'il avait surtout compris "plus vite que ses prédécesseurs qu'il a tous les pouvoirs".

"Il ne va pas humilier le Premier ministre, on l'a déjà vu dans tous les quinquennats, le président de la République, c'est le patron, et il rappelle de temps à autre à son Premier ministre qu'il est le patron", a expliqué le député du Val-de-Marne sur LCI. 

Lire la suite
_________________
_________________

29/06/2017

Lyon Mag - À Lyon, “on est plus chez Collomb que chez En marche”

Laminé à la présidentielle et aux législatives, le Parti socialiste lyonnais est en perdition. La faute à un Gérard Collomb tout-puissant qui, un temps socialiste, a entrainé tous ouailles avec lui vers le parti d'Emmanuel Macron.

Ce n'est un secret pour personne. La République en marche a obtenu coup sur coup deux victoires politiques cinglantes. Même si l'abstention a atteint des records pour cette présidentielle et les législatives qui ont suivi, le jeune parti d'Emmanuel Macron est parvenu à écraser toute concurrence.

Lire la suite
__________________
__________________

28/06/2017

Le Monde - Thierry Solère, député « Macron compatible », hérite d’un poste réservé à l’opposition

Le député de Boulogne-Billancourt, LR « constructif », a été élu questeur face à Eric Ciotti, le candidat LR. Un ultime règlement de comptes à droite....

Le président du groupe Nouvelle Gauche (ex-PS), Olivier Faure, a lui dénoncé le « jeu » du groupe LRM, qui veut « l’hégémonie sur toutes les questions ». Au sein même de la majorité, un élu, juriste, s’inquiète : « Les droits parlementaires, ce sont des droits absolus, ils ne méritent aucune transaction. »
 
Lire la suite
__________________
__________________

Le Figaro - Olivier Faure : «Un congrès ? Une humiliation pour le premier ministre»

Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale s'est inquiété du «rapport exclusif du président de la République à l'opinion». Pour lui, si Emmanuel Macron venait à s'exprimer devant le Parlement avant Edouard Philippe, la situation ferait de ce dernier «un simple répétiteur».

Après le «collaborateur» François Fillon, le «répétiteur» Edouard Philippe? La possibilité pour le chef de l'État de réunir le Congrès de Versailles à la veille du discours de politique générale du premier ministre donne des angles d'attaque à l'opposition. Invité lundi matin sur CNEWS, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale Olivier Faure a ainsi parlé d'une «humiliation» pour Edouard Philippe si Emmanuel Macron le devançait au Parlement.

Lire la suite
___________________
___________________

Le Figaro - Partir ou être écartés... rue de Solférino, les socialistes macronistes poussés vers la sortie

Depuis quelques jours, les départs d'élus du Parti socialiste se multiplient. Quand ce n'est pas de leur fait, les personnalités socialistes qui ont voté pour Emmanuel Macron à la présidentielle sont écartés.

Déjà fragilisé par ses mauvais résultats à la présidentielle et aux législatives, le Parti socialiste s'est lancé dans une chasse aux sorcières à l'endroit de ceux qui ont soutenu Emmanuel Macron. Des cadres de la rue de Solférino ont reçu dernièrement des missives pour les informer qu'ils étaient écartés des instances du parti. A l'image d'Amine El-Khatmi, élu du Vaucluse: «J'ai donc appris via un SMS assez minable de Karine Berger (ex-députée PS, NDLR) que j'étais exclu des instances nationales du PS pour avoir appelé à voter Macron», a-t-il indiqué sur Twitter.

Lire la suite
__________________
__________________

27/06/2017

Le Monde - Manuel Valls quitte le Parti socialiste et rejoint le groupe LRM à l’Assemblée

L’ancien premier ministre siégera comme député apparenté au groupe La République en marche, après un vote à mains levées mardi matin du groupe dirigé par Richard Ferrand. 

L’ancien premier ministre Manuel Valls a annoncé, mardi 27 juin sur RTL, qu’il « quitte le Parti socialiste » et qu’il compte siéger « dans la majorité » durant la prochaine législature alors que les députés font leur entrée à l’Assemblée nationale à 15 heures. Dans la foulée de cette annonce, le groupe de La République en marche au Palais-Bourbon a voté, à mains levées, pour que l’ancien maire d’Evry soit apparenté au groupe majoritaire.
 
Lire la suite
_______________________
_______________________

15:42 Publié dans Article du jour | Tags : valls, lrm, politique, actualite | Lien permanent

26/06/2017

Le Figaro - Bouvet : « Que des universitaires défendent Houria Bouteldja est un crime contre l'esprit »

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - En réaction à un article de Jean Birnbaum sur les dérives de l'antiracisme, une vingtaine d'intellectuels a pris la défense, dans une tribune du Monde parue le 20 juin, de Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la République citée par Birnbaum. Laurent Bouvet réagit à cette affaire.

Lire la suite
__________________
__________________

Libé - Le PS choisit «l’opposition», même dans l’abstention

Réunis en conseil national, les responsables socialistes ont clairement pris leur distance avec l’exécutif mais gardent la porte ouverte à une abstention de leurs députés lors du vote de confiance. Un choix (aussi) tactique.

..... Le Parti socialiste vient de connaître deux des pires défaites électorales de son histoire. Et pourtant, réunis ce samedi en conseil national - parlement du parti - à quelques pas de l’Assemblée où les députés macronistes se réunissaient le même jour en séminaire, les socialistes en sont sortis avec - presque - l’unanimité sur leur position vis-à-vis du nouveau pouvoir. 

Lire la suite
__________________
__________________

24/06/2017

Le Monde - Des proches d’Arnaud Montebourg veulent ramener le PS vers la gauche

Dans une tribune, plusieurs dizaines de socialistes appellent à « tourner le dos à la dérive libérale » du Parti socialiste.

L’objectif est clair : profiter de la reconstruction du Parti socialiste pour le ramener vers la gauche. A la veille d’un conseil national qui doit entériner le fait que le PS entre dans l’opposition au gouvernement, les anciens soutiens d’Arnaud Montebourg, derrière François Kalfon et Yann Galut, ont publié un long texte ayant pour ambition d’« inventer la gauche nouvelle ».
 
Lire la suite
________________
________________