Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2017

Les décodeurs du Monde - L’exécutif fixe le cap, l’hommage à Simone Veil… Les infos de la semaine à retenir

Après les discours d’Emmanuel Macron, devant le Congrès, et d’Edouard Philippe, devant l’Assemblée, Nicolas Hulot a présenté son « plan climat ».

Priorités fixées par le président de la République devant le Congrès à Versailles, le « plan climat » de Nicolas Hulot, la ministre du travail, Muriel Pénicaud, fragilisée… Voici notre tour d’horizon de l’actualité des sept derniers jours.
 
Lire la suite
___________________
___________________

15:47 Publié dans Article du jour | Tags : decodeurs | Lien permanent

La Vie - Recadrage maçonnique sur Twitter pour la secrétaire d'État Marlène Schiappa

Sur le réseau social Twitter, une empoignade publique sur la laïcité et le féminisme entre deux personnalités manifestement francs-maçonnes est significative des tensions qui parcourent les obédiences humanistes.

Une polémique de plus ? Alors que la nouvelle secrétaire d'État à l'Égalité femme-homme, Marlène Schiappa, avait déjà à son palmarès depuis sa nomination il y a à peine un mois une controverse dans Libération avec Alain Finkielkraut, c'est cette fois sur Twitter qu'elle fait parler d'elle. Invitée à l'Assemblée générale du Centre national d'information sur les Droits des femmes et des familles, le 28 juin dernier, Marlène Schiappa a eu ce tweet : « Nos politiques publiques d'égalité femmes hommes doivent être adaptées à la spécificité de chaque territoire. » Une petite phrase d'apparence anodine, caractéristique du néo-féminisme dont se revendique la secrétaire d’État, et qui lui a valu une volée de bois vert de la part des féministes universalistes

Lire la suite
___________________
___________________

11:50 Publié dans Article du jour | Tags : schiappa | Lien permanent

Les Inrocks - Benoît Hamon pourra-t-il exister sans le PS ?

En lançant son “Mouvement du 1er-Juillet” (M1717) samedi, et en quittant le PS, Benoît Hamon a fait un grand pas en avant dans la reconstruction de la gauche. Reste à savoir s’il n’était pas au bord du gouffre.

Il est 18h35, samedi 1er juillet sur la pelouse de Reuilly (XIIe arrondissement de Paris), quand une phrase de Benoît Hamon, prononcée au bout de 50 minutes de discours, provoque une explosion de joie dans la foule venue assister au lancement de son “Mouvement du 1er-Juillet” (M1717) : “J’ai décidé de quitter le Parti socialiste”.

Lire la suite
______________________
______________________

Le Monde - Affaire Business France : la pression sur la ministre du travail augmente d’un cran

Le parquet de Paris a annoncé, vendredi, l’ouverture d’une information judiciaire pour « favoritisme et recel de favoritisme », dans ce dossier

Le 28 juin, Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, avait exhorté les journalistes à « ne pas affaiblir » la ministre du travail, Muriel Pénicaud, en pleine réforme du code du travail, à travers leurs révélations sur l’affaire Business France. Une critique en règle du travail d’investigation conduit par la presse, reprise par le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, dans son discours du 3 juillet à Versailles, dénonçant une « recherche incessante du scandale ».
 
Lire la suite
____________________
____________________

Le Parti socialiste se dote d'une direction collégiale pléthorique

Le parti va être dirigé par 28 personnes, dont de nombreux proches de François Hollande et de Jean-Christophe Cambadélis. Et un partisan de Benoit Hamon.

Le PS va désormais être dirigé par une direction collégiale constituée de 28 membres, dont un noyau dur de 16 personnes, selon le vote samedi du Conseil national du parti.

Cette direction sera donc organisée autour d'un noyau dur de 16 personnes, huit femmes et huit hommes, auquel s'ajouteraient des membres de droit, des porte-parole, un conseil des territoires, selon l'entourage de Jean-Christophe Cambadélis, le patron démissionnaire.

Lire la suite
___________________
___________________

08/07/2017

20 minutes - Parti socialiste: «La gauche se trouve ailleurs dorénavant»

Sympathisants d’un PS en sale état, ils naviguent entre désillusions et espoir d’un renouveau…

C’est la désillusion finale et les lendemains qui déchantent pour le Parti socialiste. Jamais depuis sa création en 1969, le PS n’avait connu une défaite si cuisante à la présidentielle et aux législatives. Abîmé par l’impopularité du quinquennat Hollande, rongé par les divisions entre légitimistes et frondeurs, le parti est en lambeaux.

La démission tardive du premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, les départs successifs de Valls et de Hamon, l’un pour rejoindre la majorité présidentielle, l’autre pour créer son mouvement dans l’espoir de refonder la gauche, n’ont rien arrangé

Lire la suite
___________________
__________________

Le Monde - Le Parti socialiste à l’heure de la refondation

Le parti se réunit samedi en conseil national. Chassé de l’Elysée après le quinquennat Hollande, réduit à une trentaine de députés à l’Assemblée, le PS d’Epinay se sait arrivé à un tournant.

Réuni en conseil national samedi 8 juillet, le Parti socialiste va se donner une nouvelle direction collégiale d’une quinzaine de membres placée sous le signe du renouvellement.

Chassé de l’Elysée après le quinquennat de François Hollande, réduit à une trentaine de députés à l’Assemblée nationale et pris en étau entre La République en marche et La France insoumise, le PS d’Epinay se sait arrivé à un tournant.

Lire la suite
_________________
_________________

Le JDD - Quitter ou non le PS? Les proches de Benoît Hamon refusent de choisir

En annonçant qu'il quittait le PS pour lancer son "mouvement du 1er juillet", Benoît Hamon a laissé ses amis socialistes désarçonnés. Même si ces derniers ont unanimement salué la démarche, très peu d'entre eux ont osé quitter à leur tour le parti.

"J'ai décidé de quitter le Parti socialiste." Pour les hamonistes, c'est un vrai coup de tonnerre qui s'est abattu samedi dernier sur la pelouse de Reuilly à Paris. Très peu d'entre eux avaient en effet été mis dans la confidence de la décision de Benoît Hamon de claquer la porte du Parti socialiste. Considérant que le parti où il militait depuis pourtant plus de trente ans avait "peut-être fait son temps", l'ancien candidat à la présidentielle a annoncé la création de son propre mouvement : le "mouvement du 1er juillet", sur lequel il compte bien s'appuyer pour occuper une place centrale dans la refondation de la gauche.

Lire la suite
____________________
____________________

Paris Match - Le casse tête de la nouvelle direction du PS

Samedi 8 juillet, la nouvelle direction du Parti socialiste (PS) sera désignée à l’issue d’une réunion à huit clos, alors que ce parti s'est émietté depuis les législatives.

Le drapeau est à terre. Et personne au PS n’est encore en mesure de le ramasser sur un champ de bataille dévasté : submergés par la vague En marche ! des derniers mois, les socialistes n’ont plus ni leader ni même, à en croire certains de ses anciens dirigeants, de raison d’être. C’est dire l’ampleur de la tâche qui attend la nouvelle direction qui doit être désignée ce samedi 8 juillet à l’issue d’une réunion à huit clos du conseil national, « le Parlement » des socialistes, dans un hôtel parisien. En ruine, le PS repart donc de zéro. Ou presque. Et personne ne se fait la moindre illusion. « Ce sera très long, ca va prendre des années », confie sans détours Matthias Fekl, l’ancien ministre de l’Intérieur symbole de cette génération François Hollande battue en juin dernier dans les urnes.

Lire la suite
__________________
__________________

Libé - Un PS en quête de renouvellement change de tête

Le changement, c'est maintenant ! Réuni en Conseil national ce samedi, le Parti socialiste s'est donné une nouvelle direction collégiale. Chassé de l’Elysée après le quinquennat de François Hollande, réduit à une trentaine de députés à l’Assemblée et pris en étau entre la République en marche et la France insoumise, le PS d’Epinay se sait arrivé à un tournant. Le premier secrétaire et figure emblématique du parti Jean-Christophe Cambadélis en a tiré les conséquences en annonçant son départ au soir du second tour des élections législatives. 

Lire la suite
____________________
____________________