Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2017

Non Fiction - Pour une anthropologie de la ville

[vendredi 21 juillet 2017]
 
Qu'est-ce qui forme 'la ville', en tant qu’espace vécu, commun et partagé, mais aussi divers et clivé ?

Conceptualiser l’urbain semble un exercice de plus en plus périlleux: le brouillage des catégories de réflexion est le reflet de la transformation actuelle des structures urbaines et sociales qui semblent être de moins en moins pérennes. Il n’a ainsi jamais été aussi complexe de définir ce qu’est la ville. Michel Agier – dont les principales recherches portent sur la mondialisation, les questions de mobilité, de migrations et d’exils – souhaite apporter son éclairage d’anthropologue sur la ville. Dans cet ouvrage à portée conceptuelle, mais inspiré de ses travaux empiriques autour de territoires en marge qu’il nomme des "brouillons de ville" (favelas, camps...), il entend non pas essentialiser la ville et figer cet objet d’analyse mais appréhender ce qui "fait ville" aujourd’hui et cela, par ses marges. Comprendre ce qui "fait ville" est aussi un moyen de politiser l’agir urbain et se donner les moyens de revendiquer un droit à la ville. Qu’est-ce qui fait ville aujourd’hui d’un point de vue pratique et théorique   ? Comment la ville, c’est-à-dire la communauté, se construit ? Qu’est qui fonde la possibilité d’une anthropologie de la ville ? "Par quel processus ce que l’on appelle ‘la ville’ se forme en tant qu’espace vécu, commun, partagé, même si ce partage est fait de diversité et de désaccords ?"   En filigrane de ces interrogations se pose la question suivante : pourquoi la ville ne fait-elle plus société ?

Lire la suite
___________________
___________________

20:45 Publié dans Article du jour | Tags : michel agier | Lien permanent

Ouest France - Emmanuel Macron : la fin de l’état de grâce

Trois mois après son accession à l’Élysée, Emmanuel Macron dévisse dans les sondages. Une chute vertigineuse, comparée à celle de Nicolas Sarkozy ou François Hollande, qui fait suite aux cafouillages de l’été.

Lire la suite
________________
________________

05/08/2017

L'Obs - "Belle Alliance populaire" : la facture très salée made in PS

"Marianne" révèle les détails d'une partie de la facture réglée par le PS pour organiser une convention début décembre.

Le 3 décembre dernier, Jean-Christophe Cambadélis et sa très proche équipe avaient mis sur pied une convention nationale au Paris Event Center, porte de la Villette à Paris. Ce grand raout était censé lancer officiellement la saison politique du PS avec en ligne de mire l'organisation des primaires et l'objectif assumé de "fédérer la gauche" pour la présidentielle. Manque de bol, François Hollande avait renoncé à se représenter deux jours plus tôt et la "Belle Alliance populaire", qui sentait déjà le réchauffé, s'était soldée par un bide.

Lire la suite
__________________
__________________

03/08/2017

L'Obs - "Toute ma vie est celle d'une révoltée" : quand Jeanne Moreau s'entretenait avec Stéphane Hessel

La comédienne Jeanne Moreau est morte à l'âge de 89 ans. En 2012, "L'Obs" avait organisé une rencontre inédite entre l'icône du cinéma français et l'auteur Stéphane Hessel.

 
Lire la suite
_________________
_________________

20:45 Publié dans Article du jour | Tags : hessel, jeanne moreau | Lien permanent

Le Monde - Le Parti socialiste tenté par la vente de son siège de Solférino

Selon « Le Canard enchaîné », la mise en vente de l’hôtel particulier du PS pourrait être annoncée à la fin d’août. La direction du parti ne le dément qu’à demi-mot.

Vendra, vendra pas ? Le Parti socialiste (PS) entretient le flou sur l’avenir de son siège historique, sis au 10 de la rue de Solférino, dans le très chic 7e arrondissement de Paris, après que Le Canard enchaîné a fait état, mercredi 2 août, de sa vente prochaine. Selon l’hebdomadaire satirique, l’annonce de cette mise en vente « sera faite officiellement lors du séminaire de rentrée de la direction du PS, du 23 au 26 août ».
 
Lire la suite
____________________
____________________

Batho reproche à Cambadélis d'être toujours à la tête du PS

Jean-Christophe Cambadélis a présenté une direction collégiale. En attendant son installation à la rentrée, le premier secrétaire démissionnaire reste en poste. Ce qui agace la députée PS.

Il avait annoncé sa démission dès le soir du second tour des élections législatives. Six semaines plus tard, Jean-Christophe Cambadélis est toujours là. Certes, il a présenté entre-temps une direction collégiale -une vingtaine de membres- qui prendra effet en septembre. Mais la démarche irrite l'ancienne ministre Delphine Batho, qui a fait part de ses interrogations mardi sur LCI

Lire la suite
___________________
___________________

02/08/2017

L'Obs - Le Parti socialiste va vendre son siège de la rue de Solférino

L'hôtel particulier occupé par les socialistes depuis 1980 vaudrait 40 millions d'euros, révèle le "Canard Enchaîné".

Le Parti socialiste à Solférino, c'est bientôt fini. Après la débâcle de son candidat Benoît Hamon (6,5%) à la présidentielle et l'élection d'à peine 34 députés lors des législatives, le parti à la rose va devoir céder son siège historique situé au 10 rue de Solférino, dans le très chic VIIe arrondissement de Paris, révèle le "Canard Enchaîné" dans son édition du mercredi 2 août. 

Lire la suite
__________________
__________________

31/07/2017

Slate, Gaël Brustier - Podemos et les socialistes espagnols, alliance tactique ou première pierre d’une refondation européenne?

Le PSOE a fait le choix d’une alliance avec Podemos, malgré ou contre ses chefs historiques. Podemos choisit de s’inscrire dans une logique d’accès potentiellement rapide aux responsabilités gouvernementales. Si le gouvernement Rajoy est en ligne de mire, c’est le projet européen qui sera immanquablement questionné.

L'un existe depuis moins de quatre ans, l'autre a été un des partis historiques de la transition démocratique espagnole dans les années 1970-1980. Le mouvement de gauche radicale Podemos et le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) viennent de faire chacun un pas en direction de l’autre en convenant de la création d’une instance de débat entre les deux formations.

Lire la suite
__________________
__________________

12:00 Publié dans Article du jour | Tags : podemos, psoe | Lien permanent

Le Figaro - Céline Pina : « La leçon de liberté des Algériennes en bikini »

En Algérie, de nombreuses femmes se réunissent pour réclamer la tolérance quant au fait de porter un bikini sur la plage. Céline Pina voit dans cette mobilisation un exemple pour toutes les femmes contraintes de cacher leur corps.

Lasses d'être harcelées et insultées pour le seul crime d'oser enfiler un bikini, à Annaba, en Algérie, sur la plage de Seraidi, des femmes s'organisent pour venir en groupe à la plage afin de porter un maillot-de-bain sans que cela ne les mette en danger. Ces femmes luttent ainsi contre une police des mœurs insidieuse qui se met en place, tandis que les autorités choisissent de détourner le regard. Ne pouvant être protégées par le pouvoir politique, elles n'ont que leur nombre et leur mobilisation pour tenter de faire accepter cette simple liberté.

Lire la suite
_________________
_________________

08:31 Publié dans Article du jour | Tags : celine pina, islamisme | Lien permanent

30/07/2017

Les Echos - Olivier Faure : « Macron n’est pas Jupiter, c’est Janus »

Olivier Faure Président du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée nationale

Député de Seine-et-Marne et président du groupe Nouvelle Gauche à l'Assemblée, le socialiste Olivier Faure fustige les dix premières semaines d' Emmanuel Macron à la tête de l'Etat. « Le double langage a remplacé la langue de bois. Ce n'est pas Jupiter, c'est Janus. Le dieu du 'en même temps' », raille-t-il, estimant que « rien de la promesse de rénovation n'est tenu ».

Lire la suite
__________________
__________________