Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2017

Libé - Comment Benoît Hamon prépare l'après

L'ex-candidat PS à la présidentielle quitte le groupe PS à la région et lance une grande consultation avec son nouveau mouvement.

Un genre de faux départ. Depuis qu’il a claqué la porte de Solférino, Benoît Hamon a un peu de mal à se faire entendre. On l’a croisé à la Fête de l’humanité, lors des manifestations pour s’opposer aux ordonnances sur la loi travail. Mais ce n’est pas simple face aux cordes vocales de la France insoumise. En même temps - expression à la mode - l’ancien socialiste n’a pas joué des coudes. Il compte ses mots et se fait rare dans les médias.

Lire la suite
__________________
__________________

Le JDD - Ile-de-France : Hamon et neuf autres élus expliquent pourquoi ils quittent le groupe PS

TRIBUNE - Dix élus PS de la Région Ile-de-France, dont Benoît Hamon, expliquent pourquoi ils quittent leur groupe pour fusionner avec celui des écologistes.

Les socialistes franciliens se déchirent. Benoît Hamon et neuf autres conseillers régionaux d’Ile-de-France* confirment dimanche dans le JDD qu’ils claquent la porte du groupe PS à la Région – l’amputant ainsi de plus d’un quart de ses effectifs – pour rejoindre le groupe Europe Ecologie-Les Verts. Le premier passera de 37 à 27 élus, le second de 13 à 23. Il changera d’ailleurs de nom, mélangeant les mots "écologiste" et "social". En revanche, ce nouveau groupe étoffé restera présidé par Mounir Satouri (EELV). Les dix socialistes dissidents, emmenés par Roberto Romero – ancien codirecteur de campagne de Benoît Hamon pendant la primaire de la gauche –, comptent dans leurs rangs Sandrine Grandgambe, première secrétaire de la fédération PS des Yvelines, Fanélie Carrey-Conte, ancienne députée du 20e, ou encore Hella Kribi-Romdhane, ex-porte-parole du candidat PS à l’Elysée.

Voici la tribune des dix élus socialistes que le JDD publie en exclusivité.

Lire la suite
___________________
___________________

08/10/2017

Jean-Christophe Cambadélis se moque du départ de Benoît Hamon du PS : "Il est parti tout seul, sans ses copains"

Fin septembre, Jean-Christophe Cambadélis avait avoué que la langue de bois, c’était son job de Premier secrétaire du Parti socialiste (et son "tendre drame"). Mais maintenant qu'il n'est plus à la tête du PS, il a du temps à rattraper.

Ainsi, après avoir bien balancé sur François Hollande dans son livre Chronique d’une débâcle (éditions L’Archipel), Jean-Christophe Cambadélis réserve ses cartouches suivantes pour Benoît Hamon.

Lire la suite
___________________
___________________

07/10/2017

Conseil régional d'Île-de-France : Benoît Hamon s'allie aux écologistes

L'ex-candidat PS à la présidentielle, Benoît Hamon, quitte le groupe socialiste à la région Île-de-France et s'associe aux écologistes.

Benoît Hamon a peut-être trouvé la solution pour contrer Valérie Pécresse au conseil régional d'Île-de-France. L'ex-candidat PS à la présidentielle va constituer un nouveau groupe avec les écologistes au sein du conseil régional, a-t-on appris vendredi auprès du groupe et de l'entourage de Benoît Hamon. Le nouveau groupe devrait tenir une conférence de presse lundi en présence de l'ancien ministre socialiste.

Lire la suite
_________________
_________________

Europe 1 - PS : Cambadélis pour une direction collégiale à trois ou quatre après le Congrès

L'ancien premier secrétaire du PS est pour une direction collégiale restreinte à la tête du PS, composée de "trois ou quatre personnes, pas plus". 

L'ancien premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis s'est dit favorable jeudi à la mise en place à la faveur du Congrès de 2018 d'une "direction collégiale restreinte" de trois ou quatre personnes à la tête du Parti socialiste. "Moi je suis pour une direction collégiale restreinte", et "beaucoup plus resserrée" que celle qui est aujourd'hui à la tête du parti, "trois, quatre (personnes), pas plus", a déclaré Jean-Christophe Cambadélis, invité de l'émission L'Épreuve de vérité de Public Sénat.

Lire la suite
____________________
____________________

06/10/2017

Les Inrocks - Portrait de Boris Vallaud, le dernier socialiste ?

Sur les ruines du Parti socialiste, rares sont les personnalités à émerger. Parmi elles, le tout nouveau député des Landes Boris Vallaud. Entre la bataille contre la loi travail et la recomposition socialiste, l'avenir du mari de Najat Vallaud-Belkacem s'annonce chargé.

On a dû batailler un long moment avant que Boris Vallaud accepte notre demande d'entretien. Le nouveau député de la 3e circonscription des Landes, étiqueté "Nouvelle Gauche" n’y était pas forcément enclin. "Je comble un vide", répète-t-il à l’envi dans les nombreux articles que lui a consacrés la presse ces dernières semaines.

Lire la suite
__________________
__________________

05/10/2017

Le JDD - PS : 28 questions pour une direction à 28

Le Parti socialiste vient d'acter le départ de son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, pour une direction collégiale de 28 personnes. D'ici à la "refondation" du mouvement, on s'est donc posé 28 questions sur l'avenir du parti.

Une "refondation" pour tirer un trait sur les échecs de 2017 et relancer un parti devenu moribond. Le PS a entamé ce week-end une nouvelle étape de sa reconstruction qui doit le mener jusqu'à un nouveau congrès. A sa tête depuis 2014, Jean-Christophe Cambadélis a officiellement quitté ses fonctions de premier secrétaire du Parti socialiste. C'est désormais une direction collégiale, déjà installée en juillet, qui va assurer la transition. Mais une direction avant tout pléthorique… puisqu'elle est composée de 28 membres. L'occasion pour nous de questionner l'avenir de la famille socialiste à travers 28 questions.

Lire la suite
_________________
_________________

04/10/2017

RTL - Parti socialiste : comment tente-t-il de se relever après la débâcle ?

DÉCRYPTAGE - Samedi 30 septembre, le Conseil national a donné les clefs du Parti à la rose à une direction collégiale.

Il y a cinq ans, il était majoritaire à tous les échelons de la vie politique française. Les pétales du Parti socialiste ont depuis perdu de leur éclat. 2017 a été le point d'orgue d'une série de désillusions. Plongé dans les eaux profondes de l'impopularité, François Hollande a déclaré forfait avant la présidentielle et la ligne de Benoit Hamon, en contradiction avec la logique de gauche de gouvernement défendue par les ténors en place, n'a convaincu ni le parti, ni les électeurs.

Lire la suite
____________________
____________________

Rue 89 - L’Université Lyon 2 annule son colloque sur l’islamophobie

Une journée sur le thème « Lutter contre l’islamophobie, un enjeu d’égalité » devait se tenir le 14 octobre prochain. Mais face à la polémique, la présidence de l’Université Lyon 2 a préféré annuler le colloque.

Ce n’est pas le premier colloque sur l’islamophobie qui devait se tenir à l’université Lyon 2.
Une première journée d’étude avait été organisée en partenariat avec l’Institut supérieur d’Etude des religions et de la laïcité (ISERL) le 5 mars 2016. Le thème était « Islamophobie, le poids des mots, la réalité des maux ». À l’époque, nulle polémique.

Un an et demi plus tard, la chaire « Égalité, Inégalité, Discriminations » de l’Institut d’Etude du Travail (IETL) devait organiser la suite de ce premier colloque le 14 octobre prochain, sous le thème « Lutter contre l’islamophobie, un enjeu d’égalité? ».

Lire la suite
____________________
____________________

11:45 Publié dans Article du jour | Tags : islamisme | Lien permanent

03/10/2017

RTL - Parti socialiste : l'histoire du pot de départ raté de Jean-Christophe Cambadélis

RÉCIT - Lundi 2 octobre, Jean-Christophe Cambadélis a tenu son dernier Bureau politique du Parti socialiste en tant que secrétaire général. Un pot de départ avec ses amis socialistes était ensuite prévu.

C'est définitivement la fin d'une ère pour le Parti socialiste. Lundi 2 octobre, Jean-Christophe Cambadélis, le secrétaire général du Parti socialiste sur le départ, se trouvait rue de Solférino avec des proches. À l'issue du Bureau politique hebdomadaire, ils se sont retrouvés dans la salle Marie-Thérèse Eyquem. Une tradition, raconte Le Figaro.

Lire la suite
___________________
___________________