Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2015

Gérard Filoche - CPA, la grande réforme sociale du quinquennat ? Compte personnel d’activité contre Sécurité sociale professionnelle

.... Manuel Valls annonce maintenant pour le 1er janvier 2017 ce qui devrait être, selon lui, “la grande réforme sociale du quinquennat » : un “compte personnel d’activités” sous forme d’une carte à puce ad vitae qui regrouperait divers « comptes » individualisés acquis tout au long de la vie professionnelle.  Compte personnel de formation, compte pénibilité, compte épargne temps, compte chômage rechargeable, compte jours enfants malades, compte congés parentaux, compte portage d’assurances complémentaires. Etc.

Près de 14 ou 18 comptes sont imaginés et énumérés, bien qu’ils soient aussi imprécis dans leur définition, les uns que les autres : un « droit à l’accompagnement »,  un droit au bilan professionnel, un droit à l’obtention de « briques de compétence », un droit à un « bouquet de services » sur mesure et individualisé,  un droit à une « deuxième chance »

“L’idée de ce nouveau « compte personnel d’activité » – selon ses services de presse -   le « CPA », (il va falloir s’habituer à cet acronyme), c’est de pouvoir mettre tout ça dans un seul compte, qui suivrait le salarié du début à la fin de sa carrière. Même s’il change plusieurs fois d’employeur. Même s’il passe du privé au public ou inversement. Et il est même question de pouvoir convertir des points d’un compte à un autre. Par exemple transformer des heures de compte épargne temps en heures de formation.”

Lire la suite
______________________
______________________

21/10/2015

Les Inrocks - Pourquoi la gauche est en train de totalement disparaître

Philosophe préoccupé par la question de la violence, Marc Crépon se désole de la perte des idéaux de la gauche. Dans son livre” La gauche, c’est quand ?”, il dresse l’inventaire de tous les reniements et abandons des valeurs fondatrices dont la gauche de gouvernement n’a que faire. Face à cette dégradation, le philosophe invite à réinvestir et repenser les valeurs historiques de la gauche, afin que le mot lui-même ait encore un sens.

Philosophe lucide et inquiet – lucide face au tragique de la condition humaine, inquiet sur l’absence de révolte que cette condition même suscite dans l’espace politique contemporain -, Marc Crépon entremêle dans son travail de recherche des réflexions inactuelles, puisées dans l’histoire de la pensée, et des considérations indexées sur l’écoute attentive de ce qui tremble dans notre époque. Comme si l’une des manières de penser l’état dégradé de l’actualité consistait à se raccrocher aux modes de résistance que les écrivains et philosophes ont inventés au fil du temps. Résister à la violence du monde, c’est déjà la décrire, écrire ce qu’elle a d’insupportable, esquisser des voies possibles pour échapper à ses effets répétés. Comme il le souligne dans un nouvel essai, écrit avec Frédéric Worms, La Philosophie face à la violence, la vocation de la philosophie est précisément d’éclairer le refus de “s’accommoder des multiples formes de violence qui divisent le monde”.

Lire la suite
______________________
______________________

23:21 Publié dans Réflexions | Tags : marc crépon | Lien permanent

Myriam El Khomri : "On pourrait laisser à l’entreprise la question du fractionnement des congés"


Myriam El Khomri : "On pourrait laisser à l... par franceinter

Réforme du Code du travail : Myriam El Khomri répond aux questions des auditeurs du 7/9


Réforme du Code du travail : Myriam El Khomri... par franceinter

Observatoire des inégalités - 3,5 millions de mal-logés : de quoi parle-t-on au juste ?

19 octobre 2015 - 3,5 millions de personnes sont jugées mal logées par la Fondation Abbé Pierre. 610 000 n’ont pas de domicile personnel, 85 000 vivent dans une habitation de fortune toute l’année. Article extrait du Centre d’observation de la société.


3,5 millions de personnes sont mal-logées en France, selon la Fondation Abbé Pierre dont l’estimation est réalisée à partir de différentes enquêtes qui s’échelonnent sur plusieurs années [1]. Du sans domicile fixe au jeune qui revient habiter chez ses parents, en passant par le couple qui vit avec son enfant dans un studio, le mal-logement regroupe trois dimensions très différentes : la qualité de l’habitat, sa taille et le fait d’en être ou non titulaire.

Premièrement, être mal-logé, c’est vivre dans un habitat de très mauvaise qualité : 2,3 millions de personnes sont concernées. 85 000 occupent durablement un « logement » de fortune selon l’expression de l’Insee, soit une tente, un mobile-home, une cabane. La Fondation Abbé Pierre y ajoute 52 000 personnes qui font partie des gens du voyage mais ne disposent pas d’aire aménagée. A ces très mal-logés, il faut additionner les 2,1 millions de personnes vivent dans un logement inconfortable. Il s’agit d’abord des logements insalubres ou qui menacent de tomber en ruine, 1 % du total des logements, soit 272 000 logements qui hébergent environ 600 000 personnes. En complément, le logement d’1,5 million de personnes compte au moins deux défauts parmi les suivants : installation de chauffage insuffisante, mauvaise isolation, infiltrations d’eau, électricité non conforme, absence d’installation sanitaire ou de coin cuisine.

Lire la suite
_____________________________
_____________________________

00:05 Publié dans Analyses | Tags : observatoire des inégalites | Lien permanent

20/10/2015

Bruno Le Roux, invité politique (19.10.15)


Bruno Le Roux, invité politique (19.10.15) par radioclassique

Observatoire des inégalités - La misère persiste en France, l’un des pays les plus riches au monde

16 octobre 2015 - La France compte deux millions de personnes vivant avec moins de 667 euros par mois, 3,5 millions de mal-logés et 3,9 millions de bénéficiaires de l’aide alimentaire. La grande pauvreté persiste en France.


Qui vit dans la grande pauvreté en France ? L’Observatoire des inégalités fait le point à l’occasion de la journée de la misère. Du seuil de pauvreté monétaire aux mal-logés en passant par les titulaires de minima sociaux, plusieurs méthodes permettent d’estimer l’étendue du phénomène [1].

En France, deux millions de personnes vivent avec au mieux 667 euros par mois pour une personne seule, soit le seuil à 40 % du niveau de vie médian, selon l’Insee (données 2013) [2]. Pour elles, il est quasiment impossible notamment de se loger dignement sans compter sur l’aide d’autrui, de parents ou d’amis.

Quatre millions doivent se contenter de minima sociaux (plus de six millions si l’on comprend les conjoints et les enfants), selon le ministère des Affaires sociales (données 2013) [3]. Si l’allocation adulte handicapé ou le minimum vieillesse atteignent 800 euros mensuels, le montant du RSA socle est de 524 euros pour une personne, 1 100 euros pour un couple avec deux enfants au 1er septembre 2015 [4]. De trop faibles revenus pour vivre, qui contraignent là aussi à faire appel à la famille, aux amis, aux associations ou à quelques petits boulots non déclarés.

Lire la suite
____________________
____________________

12:36 Publié dans Analyses | Tags : observatoire des inégalités | Lien permanent

Christophe Borgel(Ps): « Ce référendum génère la remobilisation de la gauche »


Christophe Borgel(Ps): « Ce référendum génère... par rfi

09:20 Publié dans Vidéo | Tags : borgel, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

Gérard Filoche soutient Laura Pfeiffer

00:07 Publié dans Vidéo | Tags : filoche, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

19/10/2015

Le Billet de Sophia Aram : "Taxe tampon"


Le Billet de Sophia Aram : "Taxe tampon" par franceinter

21:55 Publié dans Humour | Tags : sophie aram | Lien permanent