Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2017

PS - Présentation des ordonnances Macron-Pénicaud devant le conseil des Ministres

Le Parti Socialiste a rencontré la plupart des syndicats représentatifs des salariés durant le mois de septembre et a entendu leurs analyses et leurs commentaires sur les ordonnances Macron-Pénicaud visant à modifier le code du travail.
 
Ce qui ressort de ces échanges est clair : l’application des ordonnances ne bénéficiera pas aux travailleurs. Le Parti Socialiste maintient son opposition contre ces ordonnances.
 
Cette volonté de bouleverser le code du travail n’apportera aucune solution nouvelle dans la lutte contre le chômage, ni aucun progrès social pour les salariés.
 
Non, faciliter les licenciements n’améliorera pas la condition des travailleurs.
 
Non, prévoir le coût d’un licenciement abusif, à travers le plafonnement des indemnités prud’homales, n’améliorera pas la condition des travailleurs.
 
Non, exclure les syndicats des négociations dans les petites et moyennes entreprises n’améliorera pas la condition des travailleurs.
 
Par ailleurs, les ordonnances ne répondent pas aux besoins réels des entreprises. Elles n’ont pas besoin de pouvoir licencier plus facilement pour recruter mais de carnets de commande remplis et d’une relance de l’investissement productif et de l’innovation.
 
Enfin, ces ordonnances sont archaïques. Elles ne tiennent pas compte de la mutation des formes de travail et oublient les victimes de l’ubérisation croissante. Elles n’apportent rien non plus à la sécurisation des parcours professionnels, initiée par la gauche et laissée à l’abandon pour le gouvernement d’Edouard Philippe.
 
Pour toutes ces raisons, le Parti Socialiste appelle le gouvernement à se ressaisir, à écouter les syndicats, à organiser de nouvelles concertations et à revoir sa copie.

15/09/2017

Libé - DESINTOX Non, le rôle de la branche n'est pas préservé par la réforme Pénicaud

Selon les ordonnances, la branche ne sera compétente que sur un nombre limité de sujets. Sur tous les autres thèmes, l'accord d'entreprise, désormais, primera. En mieux comme en pire.
 
La branche préservée par les ordonnances Pénicaud, voire renforcée, selon certains commentateurs ? C’est la petite musique qui bourdonne autour du nouveau tripatouillage du code du travail. «Il y a de grandes carences, notamment le fait qu’on n’a pas inversé la hiérarchie des normes. C’est toujours la branche qui va s’imposer à l’entreprise», disait ainsi Eric Ciotti, député LR, en début de semaine sur BFMTV. 
 
Lire la suite
_____________________
_____________________

14/09/2017

PS - Ordonnances Macron-Pénicaud : le Parti Socialiste a rencontré la CGT aujourd’hui

13 septembre 2017

Le Parti Socialiste continue son travail d’écoute au sujet des ordonnances sur le code du travail.

Après avoir rencontré, mercredi 6 septembre dernier, les représentants de la CFDT puis, vendredi 8 septembre, les représentants de l’UNSA, le député de Seine-et-Marne Olivier Faure, président du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée Nationale, a accueilli une délégation de la direction de la CGT.

La prochaine rencontre aura lieu vendredi 15 septembre avec les représentants de FO.

Le Parti socialiste, respectueux de l’indépendance syndicale, continuera d’apprécier l’ensemble des commentaires et des initiatives que prendront les organisations au sujet des ordonnances Macron-Pénicaud.

13/09/2017

Alternatives Economiques : Ordonnances travail : "trois miettes pour les salariés, ça ne fait pas un quignon !"

Mais à quoi sont supposées servir les ordonnances réformant en profondeur le code du travail ? Alternatives Économiques s'invite chez Arrêt sur images pour en débattre.

Alternatives Economiques - Dossier spécial La nouvelle loi travail décryptée

Un pas de plus va être franchi vers la flexibilité du marché du travail. Le gouvernement a dévoilé le 31 août le contenu des ordonnances qui vont modifier le code du travail. Une réforme contestée, mais aussi technique et très dense. Afin de décrypter les enjeux des bouleversements en cours, Alternatives Economiques vous propose une compilation des articles que nous avons publiés ces derniers jours à propos des différents volets de cette réforme.

Lire la suite
__________________
__________________

Slate - Code du travail: comment Hollande a lancé la révolution Macron

Sans la loi portée par Myriam El Khomri sous le quinquennat Hollande, la marche aurait été trop haute pour faire passer la réforme du code du Travail voulue par Emmanuel Macron.

Les contempteurs de François Hollande qui soutiennent aujourd’hui la politique d’Emmanuel Macron ont vite oublié que, sans la loi portée par Myriam El Khomri dans le gouvernement de Manuel Valls, la réforme du code du travail à laquelle la ministre Muriel Pénicaud et le chef du gouvernement Edouard Philippe ont travaillé tout l’été n’aurait pas pu être menée. N’en déplaise aux laudateurs du président qui se complaisent encore dans le Hollande-bashing, la loi Travail de 2016 a ouvert la voie aux ordonnances qui doivent être adoptées le 22 septembre et introduiront cette réforme. Sans cette première étape, la marche aurait été trop haute pour que la concertation menée avec les syndicats eût pu être menée sans éviter le clash.

Lire la suite
_________________
_________________

Les décodeurs du Monde - Les questions que vous vous posez sur la réforme du code du travail

La réforme du code du travail est un projet complexe, qui suscite de nombreux commentaires et interprétations. Que contient le texte ? Qu’est-ce qui va changer pour les salariés français ? Les Décodeurs proposent de répondre aux questions les plus fréquentes des lecteurs
 
Lire la suite
__________________
__________________

L'Obs - Code du Travail : entre 223.000 et 400.000 manifestants pour le premier jour de mobilisation

Emmanuel Macron a fait face, ce mardi 12 septembre, à la première mobilisation sociale de son quinquennat avec un appel à des grèves et manifestations partout en France lancé par des syndicats qui dénoncent, en ordre dispersé, la réforme du Code du Travail comme une "régression sociale".

Lire la suite
____________________
____________________

12/09/2017

Alternatives Economiques - LOI TRAVAIL Les vraies leçons de l’étranger

La cause est entendue : avec les ordonnances présentées la semaine dernière par Muriel Pénicaud, la France va enfin se (re)mettre à l’heure européenne et engager les réformes du marché du travail grâce auxquelles ses voisins ont pu s’extirper de la crise. Mais quelles réformes ont-ils mené exactement ?

Des réformes au long cours

Un récent dossier de la Revue de l’Ires rappelle que nos voisins n’ont pas attendu 2008 pour flexibiliser leur marché du travail. Ces réformes s’étalent souvent sur une trentaine d’années. En Espagne, par exemple, c’est en 1988 que sont prises les premières mesures de flexibilisation de l’emploi, « autant pour répondre aux besoins des entreprises dans une économie de plus en plus ouverte que pour contourner les règles contraignantes de fonctionnement du marché du travail issues de la période franquiste ». La France elle-même n’est pas en reste, l’économiste Anne Fretel rappelant que selon les données de la Commission Européenne, sur la seule période 2000-2017, ce ne sont pas moins de 170 réformes du marché du travail qui ont été menées dans l’Hexagone.

Lire la suite
________________
________________

11/09/2017

Luc Carvounas (PS) : "Nous soutenons tous les mouvements syndicaux qui s'opposent aux ordonnances"

Luc Carvounas, l'un des 29 rescapés du PS à l'Assemblée nationale, est l'invité de Yaël Goosz à J-1 de la mobilisation contre la réforme du Code du travail. 

.... "Les choses sont très claires", assure le député du Val-de-Marne, rappelant que son groupe -le Groupe Nouvelle Gauche- a "voté à l'unanimité contre les ordonnances" réformant le Code du travail, le 13 juillet, à l'Assemblée nationale. "Nous sommes contre et nous allons encore le redire", lors du vote de la loi de ratification, précise-t-il. "Nous, le Parti socialiste, soutenons tous les mouvements syndicaux qui s'opposent aux ordonnances Macron-Pénicaud."

Lire la suite
_____________________
_____________________

06/09/2017

Reuters - Martine Aubry étrille Macron et Muriel Pénicaud

PARIS (Reuters) - L‘ancienne ministre socialiste du Travail Martine Aubry a dénoncé mercredi le “retour en arrière” social d‘Emmanuel Macron qu‘elle accuse de précariser les salariés et d‘imposer une politique d‘austérité à la France.

La maire de Lille, qui ne s’était pas exprimée publiquement depuis l’élection du nouveau chef de l‘Etat, n‘a pas été tendre non plus avec la ministre du Travail Muriel Pénicaud, qui a porté les ordonnances de la réforme du Code du travail et fut à ses côtés conseillère pour la formation lorsqu‘elle occupait les fonctions de ministre du Travail, de l‘Emploi et de la formation professionnelle (1991-1993).

Lire la suite
_________________
_________________

07/08/2017

L'Humanité - Révélation. Les petites affaires des macroniens issus du groupe Danone

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, n’est pas la seule en cause dans le scandale des plus-values réalisées par les dirigeants de la multinationale. Où l’on découvre que plusieurs administrateurs ont fait partie des équipes du candidat Macron.

L’examen dans le détail des publications de Danone montre que le scandale Pénicaud n’affecte pas que l’ancienne DRH du groupe. La quasi-totalité du comité de direction est impliquée, bénéficiant au total de près de 5 millions d’euros de plus-values. Récapitulons l’affaire.

Lire la suite
_________________
_________________

09:39 Publié dans Article du jour | Tags : penicaud, macron, danone | Lien permanent

02/08/2017

Jean Claude Mailly dénonce la plus-value boursière de Muriel Pénicaud de plus d’un million d’euros

10:37 Publié dans Vidéo | Tags : mailly, penicaud | Lien permanent

01/08/2017

Muriel Pénicaud disqualifiée par son affaire de stock options ? "C'est évident" pour Delphine Batho