Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2017

L'actualité des socialistes du 12 au 18 mai (revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

Huffington Post, Chloé Morin Directrice de l'Observatoire de l’opinion de la Fondation Jean-Jaurès- Le Parti socialiste a-t-il encore une place dans le paysage politique français?

La question de l'avenir du Parti socialiste s'est en réalité posée dès le soir du premier tour de la présidentielle.

Le premier tour de la campagne présidentielle a donné le coup d'envoi d'une recomposition politique souhaitée par le Président de la République Emmanuel Macron, d'une ampleur sans doute inédite dans l'histoire politique récente. Pour la première fois, les candidats des deux partis de gouvernement totalisent moins de 30% des voix au premier tour (pour mémoire, Lionel Jospin et Jacques Chirac avaient fait 36,06% à eux deux en 2002). Derrière les polémiques qui agitent les députés des deux "ex-partis de gouvernement" depuis le soir du second tour sur la ligne à suivre, c'est la question de l'espace politique que le PS et LR sauront conserver ou non, et donc de leur utilité politique et de leur avenir, qui est désormais posée. A ce titre, les élections législatives de juin vont revêtir une importance cruciale.

Slate, Gaël Brustier - Emmanuel Macron et Edouard Philippe construisent l’opposition de gauche

Emmanuel Macron élu et son Premier ministre Edouard Philippe nommé, le système partisan de la Ve République apparaît en voie d’effondrement, nous assistons à une mutation plus ou moins rapide des différentes familles politiques. La gauche ne fait pas exception.

Léon Trotski disait que «la révolution avance sous les coups de fouet de la contre-révolution». Emmanuel Macron, élu président de la République après avoir été ministre de François Hollande, a nommé Edouard Philippe, proche d’Alain Juppé, membre de l’UMP et de LR, successeur du très chiraquien Antoine Rufenacht à la mairie du Havre. Chacun incarne, à sa manière, les élites du pouvoir de la Ve République, issues de sa technostructure et partageant les grandes orientations du régime. En première ligne dans son sauvetage, ils sont aussi ceux qui, sous les coups de fouet de la politique qu’ils entendent mener, peuvent sauver la gauche de la déroute et faire avancer la gauche d’après. Insoumis, écologistes, communistes et socialistes, tous peuvent profiter du front ouvert par Emmanuel Macron à droite de l’échiquier politique. 

GOUVERNEMENT

Les décodeurs du Monde - Age, parité, renouvellement : à quoi ressemble le premier gouvernement de l’ère Macron ?

Vingt-deux personnes, dont 11 hommes et 11 femmes : le premier ministre, Edouard Philippe, a fait connaître, mercredi, son équipe gouvernementale.

Le président et son premier ministre, Edouard Philippe (Les Républicains), ont dévoilé, mercredi 17 mai, la composition de la première équipe gouvernementale du quinquennat. Lorsqu’il était candidat, Emmanuel Macron avait promis un gouvernement paritaire et ouvert sur la société civile. Pari en partie tenu
 
 
Le seul mot qui importe dans l’intitulé du ministère de Nicolas Hulot, c’est «solidaire», et ce fut sans doute une condition, sémantique pour commencer, de son risque. Ministre de la Transition écologique et solidaire: pas seulement l’action écologique, donc, mais l’idée qu’elle ne saurait être déconnectée d’une transformation sociale, sous peine d’être rejetée et inapplicable. C’est le seul sujet de Hulot, et sa seule inadéquation possible, dans une équipe droitière et libérale: non pas l’inadaptation à un univers politique qui ne serait pas le sien  –considérations du vieux monde– mais une affaire de conviction: Hulot est le ministre le plus à gauche du gouvernement, sans doute son seul ministre de gauche, au sens le plus simple du terme; pensant que la crise environnementale ne se sépare pas de la crise du libéralisme, et que c’est la logique de l’accumulation capitaliste qui doit être dynamitée, si l’on veut donner à l’humanité une chance de survie; considérant que l’urgence première, en France, est celle de l’égalité, sans laquelle rien ne tiendrait.
 
 
Nommée secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes jeudi, Marlène Schiappa s’en prenait en 2014 à la loi interdisant les signes religieux ostensibles à l’école. Emmanuel Macron estime pourtant dans son programme que cette interdiction "fait l’objet d’un large consensus" et "doit donc être maintenue".
 
MACRON
 
 
Crédité de 45 % de confiance auprès des Français selon le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio Classique, Emmanuel Macron prend ses fonctions à l’Elysée, avec une cote inférieure à tous ses prédécesseurs. Même chose pour son Premier ministre.
 

Pour le politologue Jérôme Sainte-Marie, Emmanuel Macron rassemble libéralisme économique et libéralisme culturel, satisfaisant un bloc élitaire qui se sent menacé. Entretien.

Vous affirmiez quelques jours avant le second tour que la bourgeoisie avait trouvé son candidat en Emmanuel Macron. Dans le même temps, celui-ci a été considéré comme le rempart de la République face à l’extrême droite. Qui a gagné dimanche dernier ? La bourgeoisie ou la République ?

Jérôme Sainte-Marie C’est en effet ce que j’ai dit même si je suis un peu sorti de mon rôle ! (Rires.) Commençons par le contenu idéologique de l’offre d’Emmanuel Macron, qui est très clair : il s’agit de la réunification de tous les libéralismes, le libéralisme économique et le libéralisme culturel.

The Conversation, Speranta Dumitru - Qu’est-ce que le libéralisme égalitaire ? Comprendre la philosophie de Macron

Loin d’être un amas d’idées de droite et de gauche, le programme de Macron relève d’un courant d

e pensée cohérent connu sous le nom de « libéralisme égalitaire ».

On oublie souvent qu’Emmanuel Macron a été philosophe avant d’être fonctionnaire d’État, banquier et ministre. Son travail d’édition philosophique lui a valu, il y a 17 ans, les remerciements de Paul Ricœur dans la préface de La mémoire, l’histoire et l’oubli, un livre particulièrement dense.

L'Humanité - “Macron n’a fait qu’assumer ce qui était en germe au PS”

Nicolas Framont, sociologue qui s’est intéressé au parcours du candidat Macron, analyse la passation de pouvoir qui a eu lieu ce dimanche comme une continuité entre les deux hommes. Le second, toutefois, plus “décomplexé”. Entretien. 

LEGISLATIVES

A trois semaines du premier tour des législatives, la dynamique se confirme en faveur du mouvement du président, dans LégiTrack, le sondage hebdomadaire OpinionWay-ORPI réalisé pour « Les Echos » et Radio classique..... Le sondage OpinionWay-ORPI réalisé pour « Les Echos » et Radio classique (voir ci-dessous) crédite la République en marche (LREM) de 27 % des intentions de vote au niveau national, contre 20 % pour la droite comme pour le FN, loin devant La France insoumise (14 %) et le PS (11 %).

Enquête Harris Interactive – Indeed pour LCP : Intentions de vote pour les élections législatives de 2017 (

Enquête réalisée en ligne du 9 au 11 mai 2017. Échantillon de 1 012 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus comprenant un échantillon de 941 inscrits sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e) et vote au 1er tour de l’élection présidentielle de 2017 pour les intentions de vote.

Lyon Mag - Législatives : Nathalie Perrin-Gilbert soutenue par Queyranne dans la 2ème circonscription du Rhône

Lors d’une soirée de militants et d’élus PS, Jean-Jack Queryanne est venu apporter son soutien à Nathalie Perrin-Gilbert.

A un mois des élections législatives, plusieurs personnalités du PS ont souhaité apporter leur soutien à Nathalie Perrin-Gilbert, afin de garder la 2ème circonscription de Lyon à gauche.  Parmi elles, Jean-Jack Queyranne, ancien ministre et président de la région Rhône-Alpes, a salué « son tempérament, son courage, ses convictions de gauche. À l’assemblée nationale, elle fera entendre une parole forte et libre. » Il annonce son élection comme « un gage de pluralisme citoyen dont notre ville a bien besoin. »

BFMTV - Législatives: entre recyclés et recalés, quelle part du PS chez En Marche?

Si plusieurs membres du Parti Socialiste ont émis le souhait de rejoindre les rangs d'Emmanuel Macron, peu ont finalement franchi le pas. Selon des sources à En Marche et au PS, entre 70 et 100 députés PS sortants ont sollicité l'étiquette du parti d'Emmanuel Macron, mais seule une pincée à été acceptée.

En Marche, usine à "recycler" du PS comme l'en accusent ses adversaires? Le parti d'Emmanuel Macron a certes investi plus d'une vingtaine de députés sortants de gauche, mais il fait valoir que beaucoup de postulants socialistes ont été recalés.

Huffington Post - Législatives 2017: Mélenchon étrille les "crevards" du PS et la "tambouille de recyclage" du "président Macron"

Lors de la convention législative de son mouvement, le chef de file de la France insoumise s'est posé en adversaire numéro un du président.

"Méluche" repart à l'attaque. Ayant laissé passer le temps du deuil d'une victoire présidentielle qu'il croyait à portée de main, Jean-Luc Mélenchon a livré un brûlant discours de remobilisation ce samedi 13 mai devant ses candidats aux législatives réunis en convention à Villejuif, en région parisienne. Défendant le "gouvernement des braves gens" qu'il espère imposer au "président Macron" s'il parvient à remporter les prochaines élections, le chef de file de la France insoumise a tiré à boulets rouges contre les couacs des investitures En Marche! et le double-jeu de certains socialistes tentés par un ralliement à la majorité présidentielle.

 

24/05/2017

Législatives 2017 : "Le PS, c'est cinquante nuances de rose", pour Alba Ventura


Législatives 2017 : "Le PS, c'est cinquante... par rtl-fr

Les 4 vérités - Manuel Valls


Les 4 vérités - Manuel Valls par telematin

L'actualité des socialistes du 12 au 18 mai (revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

Huffington Post, Chloé Morin Directrice de l'Observatoire de l’opinion de la Fondation Jean-Jaurès- Le Parti socialiste a-t-il encore une place dans le paysage politique français?

La question de l'avenir du Parti socialiste s'est en réalité posée dès le soir du premier tour de la présidentielle.

Le premier tour de la campagne présidentielle a donné le coup d'envoi d'une recomposition politique souhaitée par le Président de la République Emmanuel Macron, d'une ampleur sans doute inédite dans l'histoire politique récente. Pour la première fois, les candidats des deux partis de gouvernement totalisent moins de 30% des voix au premier tour (pour mémoire, Lionel Jospin et Jacques Chirac avaient fait 36,06% à eux deux en 2002). Derrière les polémiques qui agitent les députés des deux "ex-partis de gouvernement" depuis le soir du second tour sur la ligne à suivre, c'est la question de l'espace politique que le PS et LR sauront conserver ou non, et donc de leur utilité politique et de leur avenir, qui est désormais posée. A ce titre, les élections législatives de juin vont revêtir une importance cruciale.

Slate, Gaël Brustier - Emmanuel Macron et Edouard Philippe construisent l’opposition de gauche

Emmanuel Macron élu et son Premier ministre Edouard Philippe nommé, le système partisan de la Ve République apparaît en voie d’effondrement, nous assistons à une mutation plus ou moins rapide des différentes familles politiques. La gauche ne fait pas exception.

Léon Trotski disait que «la révolution avance sous les coups de fouet de la contre-révolution». Emmanuel Macron, élu président de la République après avoir été ministre de François Hollande, a nommé Edouard Philippe, proche d’Alain Juppé, membre de l’UMP et de LR, successeur du très chiraquien Antoine Rufenacht à la mairie du Havre. Chacun incarne, à sa manière, les élites du pouvoir de la Ve République, issues de sa technostructure et partageant les grandes orientations du régime. En première ligne dans son sauvetage, ils sont aussi ceux qui, sous les coups de fouet de la politique qu’ils entendent mener, peuvent sauver la gauche de la déroute et faire avancer la gauche d’après. Insoumis, écologistes, communistes et socialistes, tous peuvent profiter du front ouvert par Emmanuel Macron à droite de l’échiquier politique. 

GOUVERNEMENT

Les décodeurs du Monde - Age, parité, renouvellement : à quoi ressemble le premier gouvernement de l’ère Macron ?

Vingt-deux personnes, dont 11 hommes et 11 femmes : le premier ministre, Edouard Philippe, a fait connaître, mercredi, son équipe gouvernementale.

Le président et son premier ministre, Edouard Philippe (Les Républicains), ont dévoilé, mercredi 17 mai, la composition de la première équipe gouvernementale du quinquennat. Lorsqu’il était candidat, Emmanuel Macron avait promis un gouvernement paritaire et ouvert sur la société civile. Pari en partie tenu
 
 
Le seul mot qui importe dans l’intitulé du ministère de Nicolas Hulot, c’est «solidaire», et ce fut sans doute une condition, sémantique pour commencer, de son risque. Ministre de la Transition écologique et solidaire: pas seulement l’action écologique, donc, mais l’idée qu’elle ne saurait être déconnectée d’une transformation sociale, sous peine d’être rejetée et inapplicable. C’est le seul sujet de Hulot, et sa seule inadéquation possible, dans une équipe droitière et libérale: non pas l’inadaptation à un univers politique qui ne serait pas le sien  –considérations du vieux monde– mais une affaire de conviction: Hulot est le ministre le plus à gauche du gouvernement, sans doute son seul ministre de gauche, au sens le plus simple du terme; pensant que la crise environnementale ne se sépare pas de la crise du libéralisme, et que c’est la logique de l’accumulation capitaliste qui doit être dynamitée, si l’on veut donner à l’humanité une chance de survie; considérant que l’urgence première, en France, est celle de l’égalité, sans laquelle rien ne tiendrait.
 
 
Nommée secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes jeudi, Marlène Schiappa s’en prenait en 2014 à la loi interdisant les signes religieux ostensibles à l’école. Emmanuel Macron estime pourtant dans son programme que cette interdiction "fait l’objet d’un large consensus" et "doit donc être maintenue".
 
MACRON
 
 
Crédité de 45 % de confiance auprès des Français selon le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio Classique, Emmanuel Macron prend ses fonctions à l’Elysée, avec une cote inférieure à tous ses prédécesseurs. Même chose pour son Premier ministre.
 

Pour le politologue Jérôme Sainte-Marie, Emmanuel Macron rassemble libéralisme économique et libéralisme culturel, satisfaisant un bloc élitaire qui se sent menacé. Entretien.

Vous affirmiez quelques jours avant le second tour que la bourgeoisie avait trouvé son candidat en Emmanuel Macron. Dans le même temps, celui-ci a été considéré comme le rempart de la République face à l’extrême droite. Qui a gagné dimanche dernier ? La bourgeoisie ou la République ?

Jérôme Sainte-Marie C’est en effet ce que j’ai dit même si je suis un peu sorti de mon rôle ! (Rires.) Commençons par le contenu idéologique de l’offre d’Emmanuel Macron, qui est très clair : il s’agit de la réunification de tous les libéralismes, le libéralisme économique et le libéralisme culturel.

The Conversation, Speranta Dumitru - Qu’est-ce que le libéralisme égalitaire ? Comprendre la philosophie de Macron

Loin d’être un amas d’idées de droite et de gauche, le programme de Macron relève d’un courant d

e pensée cohérent connu sous le nom de « libéralisme égalitaire ».

On oublie souvent qu’Emmanuel Macron a été philosophe avant d’être fonctionnaire d’État, banquier et ministre. Son travail d’édition philosophique lui a valu, il y a 17 ans, les remerciements de Paul Ricœur dans la préface de La mémoire, l’histoire et l’oubli, un livre particulièrement dense.

L'Humanité - “Macron n’a fait qu’assumer ce qui était en germe au PS”

Nicolas Framont, sociologue qui s’est intéressé au parcours du candidat Macron, analyse la passation de pouvoir qui a eu lieu ce dimanche comme une continuité entre les deux hommes. Le second, toutefois, plus “décomplexé”. Entretien. 

LEGISLATIVES

A trois semaines du premier tour des législatives, la dynamique se confirme en faveur du mouvement du président, dans LégiTrack, le sondage hebdomadaire OpinionWay-ORPI réalisé pour « Les Echos » et Radio classique..... Le sondage OpinionWay-ORPI réalisé pour « Les Echos » et Radio classique (voir ci-dessous) crédite la République en marche (LREM) de 27 % des intentions de vote au niveau national, contre 20 % pour la droite comme pour le FN, loin devant La France insoumise (14 %) et le PS (11 %).

Enquête Harris Interactive – Indeed pour LCP : Intentions de vote pour les élections législatives de 2017 (

Enquête réalisée en ligne du 9 au 11 mai 2017. Échantillon de 1 012 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus comprenant un échantillon de 941 inscrits sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e) et vote au 1er tour de l’élection présidentielle de 2017 pour les intentions de vote.

Lyon Mag - Législatives : Nathalie Perrin-Gilbert soutenue par Queyranne dans la 2ème circonscription du Rhône

Lors d’une soirée de militants et d’élus PS, Jean-Jack Queryanne est venu apporter son soutien à Nathalie Perrin-Gilbert.

A un mois des élections législatives, plusieurs personnalités du PS ont souhaité apporter leur soutien à Nathalie Perrin-Gilbert, afin de garder la 2ème circonscription de Lyon à gauche.  Parmi elles, Jean-Jack Queyranne, ancien ministre et président de la région Rhône-Alpes, a salué « son tempérament, son courage, ses convictions de gauche. À l’assemblée nationale, elle fera entendre une parole forte et libre. » Il annonce son élection comme « un gage de pluralisme citoyen dont notre ville a bien besoin. »

BFMTV - Législatives: entre recyclés et recalés, quelle part du PS chez En Marche?

Si plusieurs membres du Parti Socialiste ont émis le souhait de rejoindre les rangs d'Emmanuel Macron, peu ont finalement franchi le pas. Selon des sources à En Marche et au PS, entre 70 et 100 députés PS sortants ont sollicité l'étiquette du parti d'Emmanuel Macron, mais seule une pincée à été acceptée.

En Marche, usine à "recycler" du PS comme l'en accusent ses adversaires? Le parti d'Emmanuel Macron a certes investi plus d'une vingtaine de députés sortants de gauche, mais il fait valoir que beaucoup de postulants socialistes ont été recalés.

Huffington Post - Législatives 2017: Mélenchon étrille les "crevards" du PS et la "tambouille de recyclage" du "président Macron"

Lors de la convention législative de son mouvement, le chef de file de la France insoumise s'est posé en adversaire numéro un du président.

"Méluche" repart à l'attaque. Ayant laissé passer le temps du deuil d'une victoire présidentielle qu'il croyait à portée de main, Jean-Luc Mélenchon a livré un brûlant discours de remobilisation ce samedi 13 mai devant ses candidats aux législatives réunis en convention à Villejuif, en région parisienne. Défendant le "gouvernement des braves gens" qu'il espère imposer au "président Macron" s'il parvient à remporter les prochaines élections, le chef de file de la France insoumise a tiré à boulets rouges contre les couacs des investitures En Marche! et le double-jeu de certains socialistes tentés par un ralliement à la majorité présidentielle.

 

21/05/2017

L'actualité des socialistes du 12 au 18 mai (revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

Huffington Post, Chloé Morin Directrice de l'Observatoire de l’opinion de la Fondation Jean-Jaurès- Le Parti socialiste a-t-il encore une place dans le paysage politique français?

La question de l'avenir du Parti socialiste s'est en réalité posée dès le soir du premier tour de la présidentielle.

Le premier tour de la campagne présidentielle a donné le coup d'envoi d'une recomposition politique souhaitée par le Président de la République Emmanuel Macron, d'une ampleur sans doute inédite dans l'histoire politique récente. Pour la première fois, les candidats des deux partis de gouvernement totalisent moins de 30% des voix au premier tour (pour mémoire, Lionel Jospin et Jacques Chirac avaient fait 36,06% à eux deux en 2002). Derrière les polémiques qui agitent les députés des deux "ex-partis de gouvernement" depuis le soir du second tour sur la ligne à suivre, c'est la question de l'espace politique que le PS et LR sauront conserver ou non, et donc de leur utilité politique et de leur avenir, qui est désormais posée. A ce titre, les élections législatives de juin vont revêtir une importance cruciale.

Slate, Gaël Brustier - Emmanuel Macron et Edouard Philippe construisent l’opposition de gauche

Emmanuel Macron élu et son Premier ministre Edouard Philippe nommé, le système partisan de la Ve République apparaît en voie d’effondrement, nous assistons à une mutation plus ou moins rapide des différentes familles politiques. La gauche ne fait pas exception.

Léon Trotski disait que «la révolution avance sous les coups de fouet de la contre-révolution». Emmanuel Macron, élu président de la République après avoir été ministre de François Hollande, a nommé Edouard Philippe, proche d’Alain Juppé, membre de l’UMP et de LR, successeur du très chiraquien Antoine Rufenacht à la mairie du Havre. Chacun incarne, à sa manière, les élites du pouvoir de la Ve République, issues de sa technostructure et partageant les grandes orientations du régime. En première ligne dans son sauvetage, ils sont aussi ceux qui, sous les coups de fouet de la politique qu’ils entendent mener, peuvent sauver la gauche de la déroute et faire avancer la gauche d’après. Insoumis, écologistes, communistes et socialistes, tous peuvent profiter du front ouvert par Emmanuel Macron à droite de l’échiquier politique. 

GOUVERNEMENT

Les décodeurs du Monde - Age, parité, renouvellement : à quoi ressemble le premier gouvernement de l’ère Macron ?

Vingt-deux personnes, dont 11 hommes et 11 femmes : le premier ministre, Edouard Philippe, a fait connaître, mercredi, son équipe gouvernementale.

Le président et son premier ministre, Edouard Philippe (Les Républicains), ont dévoilé, mercredi 17 mai, la composition de la première équipe gouvernementale du quinquennat. Lorsqu’il était candidat, Emmanuel Macron avait promis un gouvernement paritaire et ouvert sur la société civile. Pari en partie tenu
 
 
Le seul mot qui importe dans l’intitulé du ministère de Nicolas Hulot, c’est «solidaire», et ce fut sans doute une condition, sémantique pour commencer, de son risque. Ministre de la Transition écologique et solidaire: pas seulement l’action écologique, donc, mais l’idée qu’elle ne saurait être déconnectée d’une transformation sociale, sous peine d’être rejetée et inapplicable. C’est le seul sujet de Hulot, et sa seule inadéquation possible, dans une équipe droitière et libérale: non pas l’inadaptation à un univers politique qui ne serait pas le sien  –considérations du vieux monde– mais une affaire de conviction: Hulot est le ministre le plus à gauche du gouvernement, sans doute son seul ministre de gauche, au sens le plus simple du terme; pensant que la crise environnementale ne se sépare pas de la crise du libéralisme, et que c’est la logique de l’accumulation capitaliste qui doit être dynamitée, si l’on veut donner à l’humanité une chance de survie; considérant que l’urgence première, en France, est celle de l’égalité, sans laquelle rien ne tiendrait.
 
 
Nommée secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes jeudi, Marlène Schiappa s’en prenait en 2014 à la loi interdisant les signes religieux ostensibles à l’école. Emmanuel Macron estime pourtant dans son programme que cette interdiction "fait l’objet d’un large consensus" et "doit donc être maintenue".
 
MACRON
 
 
Crédité de 45 % de confiance auprès des Français selon le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio Classique, Emmanuel Macron prend ses fonctions à l’Elysée, avec une cote inférieure à tous ses prédécesseurs. Même chose pour son Premier ministre.
 

Pour le politologue Jérôme Sainte-Marie, Emmanuel Macron rassemble libéralisme économique et libéralisme culturel, satisfaisant un bloc élitaire qui se sent menacé. Entretien.

Vous affirmiez quelques jours avant le second tour que la bourgeoisie avait trouvé son candidat en Emmanuel Macron. Dans le même temps, celui-ci a été considéré comme le rempart de la République face à l’extrême droite. Qui a gagné dimanche dernier ? La bourgeoisie ou la République ?

Jérôme Sainte-Marie C’est en effet ce que j’ai dit même si je suis un peu sorti de mon rôle ! (Rires.) Commençons par le contenu idéologique de l’offre d’Emmanuel Macron, qui est très clair : il s’agit de la réunification de tous les libéralismes, le libéralisme économique et le libéralisme culturel.

The Conversation, Speranta Dumitru - Qu’est-ce que le libéralisme égalitaire ? Comprendre la philosophie de Macron

Loin d’être un amas d’idées de droite et de gauche, le programme de Macron relève d’un courant d

e pensée cohérent connu sous le nom de « libéralisme égalitaire ».

On oublie souvent qu’Emmanuel Macron a été philosophe avant d’être fonctionnaire d’État, banquier et ministre. Son travail d’édition philosophique lui a valu, il y a 17 ans, les remerciements de Paul Ricœur dans la préface de La mémoire, l’histoire et l’oubli, un livre particulièrement dense.

L'Humanité - “Macron n’a fait qu’assumer ce qui était en germe au PS”

Nicolas Framont, sociologue qui s’est intéressé au parcours du candidat Macron, analyse la passation de pouvoir qui a eu lieu ce dimanche comme une continuité entre les deux hommes. Le second, toutefois, plus “décomplexé”. Entretien. 

LEGISLATIVES

A trois semaines du premier tour des législatives, la dynamique se confirme en faveur du mouvement du président, dans LégiTrack, le sondage hebdomadaire OpinionWay-ORPI réalisé pour « Les Echos » et Radio classique..... Le sondage OpinionWay-ORPI réalisé pour « Les Echos » et Radio classique (voir ci-dessous) crédite la République en marche (LREM) de 27 % des intentions de vote au niveau national, contre 20 % pour la droite comme pour le FN, loin devant La France insoumise (14 %) et le PS (11 %).

Enquête Harris Interactive – Indeed pour LCP : Intentions de vote pour les élections législatives de 2017 (

Enquête réalisée en ligne du 9 au 11 mai 2017. Échantillon de 1 012 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus comprenant un échantillon de 941 inscrits sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e) et vote au 1er tour de l’élection présidentielle de 2017 pour les intentions de vote.

Lyon Mag - Législatives : Nathalie Perrin-Gilbert soutenue par Queyranne dans la 2ème circonscription du Rhône

Lors d’une soirée de militants et d’élus PS, Jean-Jack Queryanne est venu apporter son soutien à Nathalie Perrin-Gilbert.

A un mois des élections législatives, plusieurs personnalités du PS ont souhaité apporter leur soutien à Nathalie Perrin-Gilbert, afin de garder la 2ème circonscription de Lyon à gauche.  Parmi elles, Jean-Jack Queyranne, ancien ministre et président de la région Rhône-Alpes, a salué « son tempérament, son courage, ses convictions de gauche. À l’assemblée nationale, elle fera entendre une parole forte et libre. » Il annonce son élection comme « un gage de pluralisme citoyen dont notre ville a bien besoin. »

BFMTV - Législatives: entre recyclés et recalés, quelle part du PS chez En Marche?

Si plusieurs membres du Parti Socialiste ont émis le souhait de rejoindre les rangs d'Emmanuel Macron, peu ont finalement franchi le pas. Selon des sources à En Marche et au PS, entre 70 et 100 députés PS sortants ont sollicité l'étiquette du parti d'Emmanuel Macron, mais seule une pincée à été acceptée.

En Marche, usine à "recycler" du PS comme l'en accusent ses adversaires? Le parti d'Emmanuel Macron a certes investi plus d'une vingtaine de députés sortants de gauche, mais il fait valoir que beaucoup de postulants socialistes ont été recalés.

Huffington Post - Législatives 2017: Mélenchon étrille les "crevards" du PS et la "tambouille de recyclage" du "président Macron"

Lors de la convention législative de son mouvement, le chef de file de la France insoumise s'est posé en adversaire numéro un du président.

"Méluche" repart à l'attaque. Ayant laissé passer le temps du deuil d'une victoire présidentielle qu'il croyait à portée de main, Jean-Luc Mélenchon a livré un brûlant discours de remobilisation ce samedi 13 mai devant ses candidats aux législatives réunis en convention à Villejuif, en région parisienne. Défendant le "gouvernement des braves gens" qu'il espère imposer au "président Macron" s'il parvient à remporter les prochaines élections, le chef de file de la France insoumise a tiré à boulets rouges contre les couacs des investitures En Marche! et le double-jeu de certains socialistes tentés par un ralliement à la majorité présidentielle.

 

03/05/2017

Marianne - Législatives : le PS empêtré dans ses candidatures macronistes et socialistes

A Solférino, on pense déjà aux élections législatives. Et on fait preuve d'une grande créativité pour éviter de se fâcher avec les équipes d'Emmanuel Macron et les socialistes tentés par l'aventure En Marche.

Passé l'émoi suscité par la qualification de Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle, le PS pense aux législatives. Etape simple si la candidate du FN est élue, véritable nœud gordien pour Solférino en cas d'élection d'Emmanuel Macron. "Si Le Pen gagne, la bulle Macron explose pour les législatives et le PS marche d'un seul pas pour être dans l'opposition. Par contre si c'est Macron… Aujourd'hui, on ne peut pas partir sur une stratégie précise", résume un cadre du parti.

Lire la suite
___________________
___________________

02/05/2017

PS - Le Parti socialiste réunira ses candidats aux législatives le 9 mai à Paris

29 avril 2017

Le Lab d’Europe 1 annonçant que la campagne des élections législatives serait dirigée par cinq hommes, publie une information sans fondement.

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean Christophe Cambadélis, a indiqué sur France info le 27 avril que le Parti socialiste n’attendrait pas un congrès pour marquer un renouvellement et un renouveau.

C’est le mardi 9 mai lors d’une réunion à Paris, avec l’ensemble des candidats aux élections législatives, que le Parti socialiste présentera sa nouvelle plateforme, ses nouveaux candidats et sa nouvelle organisation de campagne.

D’ici là, les socialistes restent mobilisés pour faire battre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

Le JDD - Chez les socialistes, le chaos après le KO

Manuel Valls d’un côté, Benoît Hamon de l’autre. Aux deux extrémités du Parti socialiste existe la tentation de bâtir autre chose, ailleurs. Écologistes et hamonistes parlent déjà de "construire une maison commune"

.... Certes, dès dimanche dernier, Hamon a appelé à voter Macron mais il l'a aussi qualifié d'"adversaire" politique. Les hamonistes seront donc, si Macron est élu, dans l'opposition. Pour faire vivre leur espace politique, Hamon et les écologistes d'EELV travaillent à un label commun pour les législatives. "Le principe est acté", chuchote un des piliers de cette aventure. Ils pourraient même aller plus loin. 

Lire la suite
_________________
_________________

30/04/2017

Huffington Post - Emmanuel Macron refusera toute coalition avec le Parti socialiste ou Les Républicains s'il est élu président

Le candidat d'En Marche! tacle, dans une interview au Figaro, l'attitude de Baroin et Cambadélis, soupçonnés de calcul politique.

"L'objectif que je fixe est clair: obtenir aux législatives une majorité absolue qui soit une majorité présidentielle", a déclaré Emmanuel Macron dans cette interview mise en ligne vendredi soir. "Il n'y aura pas de coalition avec les deux grands partis existants, ni avec LR ni avec le PS. Mais dans les temps qui arrivent, il y aura une refondation de la vie politique qui verra des socialistes et des Républicains me rejoindre individuellement", a estimé le candidat d'En Marche!

Lire la suite
__________________
__________________

19/04/2017

Marianne - Législatives : le PS veut-il protéger En Marche à coups d'écolos ?

Aux législatives, le PS a accepté d'investir huit écolos... contre des députés macronistes, jusqu'alors socialistes. Une manière de protéger En Marche. Les dirigeants d'EELV s'en contentent toutefois, conscients d'être face à un contexte pas vraiment porteur...

Le Parti socialiste s'apprêterait-il à duper ses partenaires écologistes au profit d'Emmanuel Macron ? Selon Le Parisien de ce lundi 17 avril, l'accord entre le PS et EELV, signé le 11 mars dernier, prévoit l'octroi de 42 circonscriptions aux écologistes, dont 23 dans lesquelles un député de gauche a été élu en 2012. Sauf que dans huit d'entre elles*, le candidat écolo aura face à lui un député sortant, anciennement socialiste, désormais macroniste..

Lire la suite
____________________
____________________

12/03/2017

L'Express - Présidentielle: l'accord PS-EELV est-il (déjà) en train de prendre l'eau?

Alors que la campagne de Benoît Hamon patine, ses remuants alliés écologistes tentent un forcing sur les investitures pour les élections législatives. Une attitude qui déplait au Parti socialiste.

Fidèles à eux-mêmes, les écologistes posent quelques petits soucis au candidat socialiste à l'élection présidentielle. Deux semaines après avoir scellé un accord programmatique avec Benoît Hamon, la direction d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) cherche à valider ce week-end, à l'occasion de son conseil fédéral, les 45 investitures promises pour les élections législatives. Un coup de force qui, comme le rapporte Le Figaro, n'est pas au goût du PS, qui préfère temporiser et se soucier avant tout de la campagne de son candidat, qui a du mal à prendre son élan. 

Lire la suite
__________________
__________________

12/01/2017

Législatives : Pierre Laurent (PCF) enterre tout accord avec Mélenchon

Les candidats communistes et France insoumise pourraient se présenter les uns contre les autres en juin prochain.

Les élections législatives s’annoncent comme un désastre à la gauche du PS. Alors qu’un conseil national du Parti communiste aura lieu, samedi, pour entériner les candidatures aux législatives, Pierre Laurent, son secrétaire national a affirmé qu’un accord entre la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et le PCF n’avait pas lieu d’être. Autrement dit, que les communistes et les « Insoumis » se présenteront les uns contre les autres dans la France entière, rendant de fait quasi impossible toute victoire…

Dans le supplément CommunisteS, encarté dans l'Humanité du 11 janvier mais édité par le PCF (consultable ici), le journaliste et historien Gérard Streiff rapporte ainsi les propos du numéro un du PCF lors d’une rencontre des secrétaires fédéraux du parti, le 4 janvier, place du Colonel-Fabien :

Lire la suite
________________
________________