Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2016

Terra Nova - Brexit : les opportunités d'une Europe sans Royaume-Uni

Après le référendum de 24 juin 2016 où les Britanniques se sont prononcés pour une sortie de l'Union Européenne, Pénélope Debreu analyse les défis qui, après ce vote, émergent pour le Royaume-Uni et l'Union Européenne.

Synthèse

Le référendum britannique est un choc : comment ce pays a-t-il pu voter contre ses intérêts ? Au-delà de la stupeur et de l'incompréhension, il nous faut identifier les défis qui, après le vote, émergent pour le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Le premier enjeu est la crise profonde, sociale, politique et constitutionnelle, que traverse le Royaume-Uni, comme bon nombre de pays européens. Comme d'autres avant lui, ce vote exprime un choix du repli et de la fermeture. Partout en Europe, la crainte de l'ouverture est à l’œuvre, y compris en France. S’il est une leçon à retenir de ce vote britannique, c’est que l'Union européenne devient la victime expiatoire de cette profonde crise du politique. Or adhérer à l’idée européenne, c’est plus que jamais partager les valeurs d’une société ouverte et universaliste, respectueuse des histoires et identités différentes.

Le deuxième enjeu est l'avenir de la relation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Ici, il s'agira d'une négociation entre des intérêts britanniques et européens plus ou moins convergents. Mais une chose est sûre : les options pour le Royaume-Uni sont très limitées. Quel que soit le modèle choisi, le retour à une certaine souveraineté est incompatible avec des concessions européennes. Inversement, toute tentative de préserver certains éléments de l’acquis passera par un renoncement douloureux aux mensonges colportés pendant la campagne du référendum.

Le troisième enjeu est celui de l'avenir de l'Union européenne à 27. A l’approche du soixantième anniversaire du Traité de Rome en mars 2017, l’heure est venue, enfin et même dans des circonstances dramatiques, de porter le regard sur les soixante prochaines années. S'atteler aux défis du XXIème siècle, c'est donner à l'Union européenne le projet de réguler la mondialisation car seul le poids d’une Europe unie et renforcée dans ses moyens d’action peut réussir à en faire changer le cours.

Pour cela, l’Union Européenne doit répondre à quatre crises : la crise de gouvernance économique européenne et l'absence de contrôle du capitalisme financier mondial ; la crise des ressources naturelles et l’urgence de la transition énergétique ; la crise de la protection et de la gestion des frontières, qui met en exergue l’absence de politique migratoire commune ; et enfin, les menaces pour la sécurité intérieure, comme la menace terroriste mondiale, contre lesquelles les moyens nationaux sont structurellement insuffisants.

Si ce débat stratégique n'est pas mené au plus vite, ou s'il échoue, alors devront être envisagées de nouvelles formes d'intégration différenciée. Pour sauver l’essentiel, l’Europe aurait alors à réduire son périmètre, au moins temporairement, ceux qui le souhaitent participant à des coopérations renforcées pour gérer ensemble leur énergie, leurs frontières et donc l’immigration, et leur sécurité intérieure.

C’est à ces arbitrages existentiels que doivent désormais procéder les dirigeants européens. Et c’est à y prendre part activement, courageusement, que devra s’atteler le prochain président de la République française. C'est donc de candidats profondément ambitieux et réformateurs pour la France et pour l'Europe dont la campagne présidentielle de 2017 aura besoin. Se présenter au suffrage des électeurs en laissant croire que les enjeux d'avenir pour la France et l’Europe sont différents relèverait de la même supercherie dramatique que celle qui a mené au Brexit.

Lire la suite
___________________
___________________

16:41 Publié dans Analyses | Tags : terra nova | Lien permanent

07/01/2016

Terra Nova - Quelle ambition pour l'Union de l'énergie ? Un projet politique à la croisée des chemins

A l’image du projet européen, la politique européenne de l’énergie est en crise. Les résultats en demi-teinte de l’ouverture des marchés de l’énergie, les bouleversements technologiques et les tensions géopolitiques ont semé le doute sur ce que doit et ce que peut faire une politique européenne de l’énergie.

Pourtant, un grand projet énergétique pourrait redonner une nouvelle impulsion à l’intégration européenne. Les réalités physiques des systèmes énergétiques créent des solidarités de fait entre pays européens, tout comme la prise de conscience partagée entre citoyens européens de l’impératif de la transition énergétique. Et la voie européenne apparaît aussi la meilleure pour assurer notre sécurité d’approvisionnement ou pour garder la maîtrise technologique dans ce secteur en mutation.

Pour autant, le projet d’Union de l’énergie qui a percé sur la scène politique européenne en avril 2014 n’a pas donné lieu jusqu’ici à des propositions à la hauteur des attentes soulevées. La Commission européenne s’est contentée de rappeler, en février 2015, l’ensemble des politiques et mesures en cours ou prévues, sans réelle hiérarchisation des actions, et surtout sans état des lieux honnête des échecs passés. Or, la politique de construction du marché intérieur de l’énergie n’a pas permis de concilier les objectifs de libéralisation et de transition énergétique, laquelle induit un changement de paradigme majeur, d’une production centralisée basée sur des énergies fossiles vers un système plus décentralisé basé sur des énergies renouvelables intermittentes au coût marginal de production quasi nul. Les dysfonctionnements de marché posent des problèmes importants pour les investissements de long terme, les tensions entre Etats membres sur la manière de gérer la transition énergétique s’accentuent et les questions d’équité sociale face aux coûts de cette transition se font de plus en plus pressantes.

Lire la suite
__________________
__________________

18:05 Publié dans Analyses | Tags : terra nova | Lien permanent

01/11/2015

Terra Nova - Une majorité de Français souhaite des réformes progressives de la protection sociale

A l’occasion du 70e anniversaire de la Sécurité sociale et alors que la protection sociale fait face à de nombreux défis (financement, vieillissement de la population, chômage de masse, recomposition des familles, changements sur le marché du travail fragilisant la protection des personnes au statut précaire, etc.) le CREDOC a mené, à la demande de Terra Nova et de l'Institut Montparnasse, laboratoire d'idées fondé par la MGEN, une enquête sur l’évolution du regard porté par les Français sur leur système de protection sociale.

Fondée sur 2000 entretiens réalisés en face-à-face, cette enquête montre que dans l’esprit de nos concitoyens, la protection sociale est d’abord associée à un accès aux soins pour tous. Elle souligne également qu'une large partie d'entre eux pense que notre système de protection sociale doit être réformé, mais de façon progressive et sans bouleverser ses fondamentaux. Près d’un Français sur deux se dit cependant préoccupé par la capacité du système de protection sociale à financer les retraites, une proportion qui a doublé en l’espace de vingt ans. D'une manière générale, la préoccupation de nos concitoyens pour les retraites et la dépendance a nettement augmenté, alors même que leur préoccupation pour la pauvreté semble avoir décliné. Le versement de certaines aides à tous (et notamment des prestations familiales) est parfois remis en cause. La place des acteurs publics est incontestée. Mais l’étude montre également un intérêt de 38 % de la population pour l’action d’acteurs privés à but non-lucratif (mutuelles, institutions de prévoyance).

Lire la suite
____________________
____________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : terra nova | Lien permanent

06/09/2015

Le Débat Eco : "La réforme du droit du travail"


Le Débat Eco : "La réforme du droit du travail" par franceinter

10:00 Publié dans Vidéo | Tags : terra nova, droit du travail | Lien permanent

05/09/2015

L’économiste Gilbert Cette : "Le code du travail est inefficace et peu protecteur"


L’économiste Gilbert Cette : "Le code du... par FranceInfo

21:00 Publié dans Vidéo | Tags : cette, terra nova, droit du travail | Lien permanent

04/09/2015

Que dit le rapport Terra Nova ?


Que dit le rapport Terra Nova ? par FranceInfo

10:00 Publié dans Analyses | Tags : terra nova | Lien permanent

14/06/2015

Terra Nova - Grand Paris et Aix-Marseille-Provence : pour des métropoles performantes et citoyennes, Note Par le pôle Ville de Terra Nova.

Le pôle Ville de Terra Nova soutient des métropoles ambitieuses pour Paris et Aix-Marseille. Cette fabrique de la métropole doit s’inscrire dans un processus collectif d’innovation et d’expérimentation qui couvre tous les domaines de la production urbaine à des échelles géographiques élargies. Cette étude explore de nombreux défis qui y sont associés. 

Synthèse 

Le 1er janvier 2016, deux nouvelles grandes métropoles verront le jour : la Métropole du Grand Paris et la Métropole Aix-Marseille-Provence. Elles complèteront la carte des métropoles françaises créées en 2015 pour répondre aux nombreux défis auxquels font face les plus grandes villes. L’enjeu pour les agglomérations de Paris et d’Aix-Marseille est de gagner en performance économique, mais pas seulement : elles doivent aussi conduire des politiques fortes pour lutter contre les nombreuses inégalités qui maillent leurs territoires et pour s’engager dans une véritable transition écologique. L’émergence de la métropole doit s’inscrire dans un processus collectif d’innovation et d’expérimentation qui couvre tous les domaines de la production urbaine à des échelles géographiques élargies. Aménagement, mobilité, logement, développement économique, culture : les défis sont nombreux.  
 
Lire la suite
________________________
________________________

20:40 Publié dans Point de vue | Tags : terra nova | Lien permanent

13/06/2015

Terra Nova - Retenue à la source : le choc de simplification à l'épreuve du conservatisme administratif, Note Par Marc Wolf, Romain Perez.

Le prélèvement à la source est à nouveau en débat. Mais loin de se contenter d'explorer seulement les bénéfices d'une telle mesure, cette étude de Terra Nova offre une réponse aux obstacles techniques souvent évoqués pour ne pas favoriser sa mise en oeuvre.  

Synthèse 

Le débat sur le prélèvement à la source (PAS) de l'impôt sur le revenu a déjà plus d’une décennie. Il a été de nouveau évoqué le 20 mai par le Ministre des finances, Michel Sapin. S’il constitue une mesure plébiscitée par les contribuables et annoncée par les gouvernements successifs, le PAS tarde cependant à voir le jour.

 
De multiples difficultés sont effet évoquées par l'administration fiscale pour justifier le blocage de cette réforme attendue. La présente étude fait le point sur les arguments du débat et souhaite convaincre de l’utilité d’une réforme. Mais il s’agit surtout de montrer le chemin pour résoudre ces réelles difficultés techniques de mise en œuvre.
 
Lire la suite
_______________________
_______________________

14:21 Publié dans Analyses | Tags : terra nova | Lien permanent

29/05/2015

Comprendre en 5 min l'étude Terra Nova "Retenue à la source", par Romain Perez


Comprendre en 5 min l'étude Terra Nova "Retenue... par terranova

13:36 Publié dans Analyses | Tags : terra nova | Lien permanent

18/05/2015

Comprendre en 5 minutes l'étude Terra Nova " Baisse des prix du pétrole" Antoine Guillou


Comprendre en 5 minutes l'étude Terra Nova... par terranova

00:05 Publié dans Analyses | Tags : terra nova | Lien permanent