Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2015

Le Figaro - «Déclaration des droits des citoyennes» : le ridicule tuera-t-il la République?

L'association féministe Zéromacho a adapté à la mixité la Déclaration des droits de l'homme de 1789. Pour Laurent Bouvet, cette vision anti-historique et anti-humaniste présente le risque de ne plus permettre de considérer l'humanité comme une seule entité.

Lire la suite
_____________
_____________

16:06 Publié dans Point de vue | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

28/03/2015

Les forces politiques et le malaise identitaire français Laurent Bouvet

21:42 Publié dans Réflexions | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

27/03/2015

Laurent Bouvet : "Nous sommes tous traversés par des identités multiples"

17:30 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

21/03/2015

Les forces politiques et le malaise identitaire français Laurent Bouvet

15:46 Publié dans Vidéo | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

05/03/2015

Peuple émancipé, Laurent Etre - Comment répondre en progressiste à l’insécurité culturelle ?

Dans son dernier livre, L’insécurité culturelle (Fayard, 2015), le politologue Laurent Bouvet plaide pour la prise en compte de l’impact de la mondialisation sur les perceptions, le ressenti des classes populaires. Frappées de plein fouet par l’insécurité économique et sociale, celles-ci seraient aussi affectées culturellement, plongées dans un «malaise identitaire». Pour remédier à cette situation, Laurent Bouvet en appelle à un «républicanisme du «commun» ; à la fois au sens de bien commun et au sens d’habituel, de quotidien sinon de banal».

La perspective peut sembler abstraite ; sa convocation n’en est pas moins nécessaire dans un contexte de fragmentation accélérée de la société sous les effets des multiples revendications identitaires, instrumentalisées par diverses forces politiques (Laurent Bouvet évoque bien sûr d’abord le FN, mais aussi «différentes composantes de la droite et de la gauche «classiques»»).

Lire la suite
________________________
________________________

04/03/2015

Laurent Bouvet : "En période de crise, le rapport à l'Autre est plus compliqué"

27/02/2015

Le Comptoir - Laurent Bouvet : « Recréer du commun, c’est se remettre à faire de la politique »

Laurent Bouvet est professeur de science politique à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines et directeur de l’Observatoire de la vie politique de la Fondation Jean-Jaurès. Il a récemment publié « L’Insécurité culturelle – Sortir du malaise identitaire français » (éditions Fayard). Dans cet ouvrage, le politologue tente d’expliquer le malaise des classes populaires françaises sous l’effet de la mondialisation et leurs traductions électorales (notamment la percée du Front national).

Le Comptoir : Karl Marx et Friedrich Engels écrivaient que l’« insécurité perpétuelle » est ce qui distingue « l’époque bourgeoise de toutes les précédentes »[i]. La résolution du problème de l’insécurité – qu’elle soit « culturelle », « sociale » pour reprendre l’expression  du sociologue Robert Castel, ou au sens strict – peut-elle faire l’économie de la critique du capitalisme comme « fait social total » ?

Laurent Bouvet : Certainement pas. L’insécurité culturelle, telle que je l’analyse dans mon livre, renvoie précisément aux conditions actuelles du capitalisme et des rapports de forces qu’il induit dans une société comme la nôtre.

Lire la suite
_______________________
_______________________

22/02/2015

L'actualité des socialistes du 9 au 22 février (mise à jour)

A la une

Francetvinfo - Rechute de popularité pour Hollande et Valls

Après le bond spectaculaire du mois de janvier, le chef de l'Etat et son Premier ministre voient leur cote de popularité reculer en février, selon un sondage publié dans "Le journal du dimanche".

22 février

Slate - Le choc brutal des légitimités économique et démocratique

Sur la loi Macron comme en Grèce se joue un affrontement entre les engagements pris devant les électeurs et les contraintes extra-politiques, entre les promesses et le savoir économique.

Le Lab - Comment Razzy Hammadi tente d'expliquer sa proposition d'interdire aux députés socialistes de voter contre un texte du gouvernement

Razzy Hammadi ne veut pas revivre le psychodrame de la loi Macron. Et pour cela, le député de Seine-Saint-Denis a une proposition simple: interdire aux députés PS de voter contre les textes du gouvernement. Une mesure que l'élu verrait bien être intégrée au "règlement du parti" lors du congrès de Poitiers, comme il le confiait au Figaro jeudi . Problème ? Cela n'est pas vraiment compatible avec la Constitution qui stipule dans son article 27 que "tout mandat impératif est nul" et que le "droit de vote des membres du Parlement est personnel." Vendredi 20 février, l'ancien président du MJS a donc été obligé de mettre un peu d'eau dans son vin.

Le Lab - Hospitalisé à New York, Arnaud Montebourg donnera bien sa conférence à Princeton lundi 23 février

Is it a plane ? Is it a bird ? No, it's Arnaud Montebourg. Qu'on se le dise : ce n'est pas un miroir, fut-il gigantesque, qui va empêcher l'ancien ministre de l'Économie de faire ce qu'il lui plait. Arnaud Montebourg sera donc bien à Princeton lundi 23 février pour donner une conférence. Ce qui n'était pas garanti.

Le Lab - Comment les socialistes ont essayé de gagner la voix de Thomas Thévenoud sur la loi Macron

Le gouvernement de Manuel Valls n'était pas prêt à tout pour faire voter la fameuse loi Macron. Pas question, par exemple de devoir l'adoption à un député centriste ou UMP. Mais l'exécutif se serait quand même bien accommodé de la voix de Thomas Thévenoud.

L'Obs - Six Français sur dix pensent que le PS va imploser après la loi Macron

Six Français sur dix pensent que le Parti socialiste va imploser, à la suite des divisions nées du débat sur la loi Macron, selon un sondage Odoxa pour CQFD et iTELE publié vendredi.

DNA - Élections départementales : de 30 à 40 départements pourraient basculer

Entre trente et quarante départements, sur 101, semblent susceptibles de basculer à droite lors des élections départementales des 22 et 29 mars.

21 février

Libé - Frondeurs: ressentiment et interrogations chez les socialistes

Le coup d’éclat des «frondeurs» sur la loi Macron a laissé des traces profondes de ressentiment chez plusieurs socialistes qui, pour certains, vont jusqu’à prôner l’exclusion pure et simple de ces députés rebelles.

Cette solution radicale de l’exclusion n’a toutefois pas les faveurs d’importantes personnalités socialistes, qui reconnaissent cependant que le PS doit observer une plus stricte discipline majoritaire.

Europe 1 - Pour Valls, le 49-3 est la faute de… Cambadélis

L’exécutif veut tirer les leçons de "l'épisode 49.3". Et surtout comprendre comment il en est arrivé à être contraint d'utiliser cette arme constitutionnelle pour faire passer la loi Macron. Selon les informations d'Europe 1, un homme est particulièrement dans le viseur de Manuel Valls : Jean-Christophe Cambadélis. Le premier secrétaire du parti socialiste est clairement accusé de ne pas avoir fait son job.

Politique.net - Le cadeau caché de la loi Macron : une réduction d'impôts de 900 millions d'euros pour les plus riches

Difficile de s'y retrouver dans la loi Macron, car il y a tout et n'importe quoi : libéralisation du transport de car, travail le dimanche, révision des modalités de licenciement, financement des entreprises, etc. Mais il y a un article de loi injustement méconnu : il s'agit de l'article 34 sur l'allègement de la fiscalité des actions gratuites.

LCP - Thierry Mandon : les frondeurs « ne peuvent pas avoir des responsabilités » au PS

Le secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat et à la Simplification était l’invité de Parlement hebdo sur Public Sénat et LCP-AN ce vendredi. Interrogé sur les « frondeurs » du PS qui ont contraint Manuel Valls à avoir recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution pour passer en force sur la loi Macron, il a appelé à une forme de sanction

Les Echos - "Loi Macron" : et maintenant ?

Le texte a été adopté en première lecture à l'Assemblée au prix d'un recours douloureux à l'article 49-3. Il doit maintenant être examiné par le Sénat avant de subir l'épreuve de la seconde lecture au Palais-Bourbon. Dans quelles conditions ?

20 minutes - Motion de censure: «L’UMP est dans une obsession de revanche»

INTERVIEW C'est ce qu'estime Pouria Amirshahi, député PS des Français établis à l'étranger, et frondeur qui ne votera pas la motion de censure ce jeudi...

20 février

LCP - Hamon (PS) ne votera "évidemment" pas la motion de censure

Un des porte-voix de l'aile gauche du PS, Benoît Hamon, a dit jeudi qu'il ne voterait "évidemment" pas la motion de censure dans l'après-midi, estimant toutefois que la politique économique et budgétaire du gouvernement "échoue".

Le Point - 49.3 : le fossé se creuse entre PS et frondeurs

Les députés frondeurs n'excluent plus un changement de Premier ministre, tandis que le président du groupe Bruno Le Roux les appelle à "se ressaisir".

Le président de l'Assemblée appelle au rassemblement des socialistes après le traumatisme causé par le recours à l'article 49-3.

Slate - Derrière le 49-3 se cache le congrès du PS

Les grandes déclarations des uns et des autres sur la question du travail le dimanche ne servent que d’éblouissement idéologique alors que les choses importantes se passent dans les sombres coulisses: combien de voix chaque «motion» récoltera en juin? Qui mettra la main sur Solferino?

Le Figaro - Michèle Delaunay : « Le gouvernement a cédé au lobby du tabac »

INTERVIEW - Pour la députée PS de la Gironde et cancérologue, l'adoption d'un nouveau mode de calcul de la taxe du tabac résulte de la pression des cigarettiers et des buralistes.
 
 
DÉCRYPTAGE Anticipant une nouvelle vague UMP et la montée du FN, le PS craint également des alliances naissantes à sa gauche.

L'Obs - "Tout cela va se payer" : les députés dans la zone de turbulences

Au PS, frondeurs et partisans du texte d'Emmanuel Macron ont, sans surprise, campé sur leur position ce mercredi. Du pain béni pour l'opposition.

Boursorama - La loi Macron creuse les divisions du PS avant son congrès par Elizabeth Pineau

PARIS, 18 février (Reuters) - Le Parti socialiste sort plus divisé que jamais de la crise politique liée à la loi Macron, à quatre mois d'un congrès interne qui s'annonce aussi orageux que les récents débats entre le gouvernement et une partie de sa majorité.

19 février

Le Lab - Après le 49.3, les députés frondeurs appellent du pied François Hollande à changer de Premier ministre

Malgré l'annonce du gouvernement de recourir à l'article 49.3 et le fait que la loi Macron sera donc -vraisemblablement- adoptée, tout ne semble pas perdu pour les députés PS frondeurs qui espèrent encore faire plier l'exécutif sur sa ligne économique. Quitte à ce que cela entraîne le départ de Manuel Valls. Le changement de Premier ministre? "C'est une option" confirme Christian Paul, invité sur LCI, mercredi 18 février.

Libé - Loi Macron, Aubry «regrette qu'on n'ait pas continué à discuter»

Les réactions politiques sont nombreuses au lendemain de la décision du Premier ministre d'avoir recours à l'article 49.3 de la Constitution pour faire passer la loi Macron.

Huffington Post - Emmanuel Macron et le 49.3: la méthode du novice mise en échec par "le mur de la vieille politique"

"Ce n'est pas un politique." "Il n'a pas encore tous les codes du milieu." Ces déclarations de ténors socialistes pour parler d'Emmanuel Macron avant le début de l'examen de sa loi prennent désormais un sens nouveau. Au lendemain de la décision de Manuel Valls de passer en force, via le 49.3, c'est bien de l'échec du jeune ministre de l'Economie dont il est question.

Le Monde - Après Macron et Valls, François Hollande justifie le recours au 49-3

Après Emmanuel Macron et Manuel Valls, c'est au tour de François Hollande de justifier le recours à l'article 49-3 pour le projet de loi Macron.

Marianne - Loi Macron : mais pourquoi Valls a-t-il choisi le passage en force ?

Manuel Valls vient donc d'annoncer qu'il utilise le mécanisme du 49-3 pour faire passer la loi Macron. Une surprise puisque les pronostics sur les votes étaient plutôt positifs. Une mauvaise nouvelle pour l'exécutif s'il envisageait de jouer la carte du rassemblement...

Hufington Post - Emmanuel Macron n'a pas sa carte de membre du Parti socialiste

Il a poursuivi ce qui devait être le service après-vente de sa loi. Après le 20 heures de France 2 mardi soir, Emmanuel Macron était sur RMC et BFMV ce jeudi matin. Mais le ministre de l'Economie en est réduit dans les deux cas à justifier le passage en force du gouvernement pour faire adopter son texte. "C'est un acte de responsabilité, pas d'autorité", a-t-il tenté de faire croire.

FranceTVinfo - La fracture profonde de la majorité

Au lendemain du passage sans vote de la loi Macron à l'Assemblée, la division est bien marquée entre le gouvernement de Manuel Valls et les dissidents de gauche, notamment socialistes.

Huffington Post - Loi Macron : les députés frondeurs menacés d'exclusion du PS

Au lendemain du recours à l'article 49-3 de la Constitution, certains défenseurs de la loi Macron l'ont mauvaise. En témoignent les menaces formulées par Stéphane Le Foll ou encore Bruno Le Roux à l'encontre des frondeurs qui ont poussé l'exécutif à faire passer en force le texte d'Emmanuel Macron.

Huffington Post - Motion de censure: les frondeurs ont-ils réfléchi au coup d'après?

.... Pas question en effet pour un seul frondeur de joindre sa voix à celle de l'opposition, pas plus que pour les élus écologistes. "Ne perdez pas votre temps avec ça, il n'y aura aucun frondeur qui la votera, la motion de censure", éludait dès mercredi Laurent Baumel qui ne préfère pas réagir aux menaces d'exclusion de la part du gouvernement.

L'Humanité - Les députés de gauche cherchent une parade au 49-3

Après le coup de force de mardi, la tension n’est pas retombée et le fossé ouvert à gauche est loin d’être comblé entre les deux lignes qui mettent aux prises un gouvernement minoritaire et des députés cherchant à faire respecter le Parlement. Au cœur des débats, le vote sur la motion de censure, prévu cet après-midi.

Les Echos - Pascal Perrineau : « On s’éloigne de plus en plus de ce qu’a été le hollandisme de 2012 »

Professeur à Sciences-Po, le politologue Pascal Perrineau tire les enseignements du recours au 49-3 sur la loi Macron, et met en garde la classe politique : « L’opinion est inquiète et même en colère ».

Le Monde, Les décodeurs - Pourquoi la motion de censure a très peu de chances de passer

Découlant logiquement de l'utilisation de l'alinéa 3 de l'article 49 de la Constitution, l'Assemblée votera, jeudi 19 février, une motion de censure contre le gouvernement. Déposée par l'Union pour un mouvement populaire (UMP) et l'Union des démocrates et indépendants (UDI), celle-ci a très peu de chances de passer. La motion de censure, si elle est approuvée, entraîne la démission du gouvernement. Jamais cependant une motion de censure n'a été adoptée après l'utilisation du 49-3.

Slate - Loi Macron: lors de la dernière utilisation du 49-3, François Hollande avait condamné un «coup de force»

Pour la première fois sous le quinquennat de François Hollande, le gouvernement a décidé, ce mardi 17 février, d'avoir recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution sur la loi Macron. Cet article autorise le gouvernement à faire adopter un texte sans vote, le seul moyen de l’empêcher étant le vote d’une motion de censure par la majorité absolue des députés dans les 24 heures.

La Tribune - Loi Macron : Valls dégaine le "49-3" pour faire passer le texte en force

Inquiet de ne pas avoir de majorité, Manuel Valls a décidé d'utiliser l'article 49-3 pour faire passer la loi Macron

18 fevrier

INFO LCI. La loi Macron sera-t-elle votée ? Conseil des ministres exceptionnel à l'Elysée

Le Premier ministre a déclaré mardi matin devant les députés socialistes qu'à ce stade, le projet de loi Macron "ne passe pas" le cap du vote de l'Assemblée, ont rapporté plusieurs parlementaires à l'AFP. Selon nos informations, un conseil des ministres exceptionnel doit avoir lieu à 14h30 à l'Elysée.

Le JDD - Manuel Valls craint un rejet de la loi Macron

A quelques heures du vote prévu à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Manuel Valls a affirmé mardi matin devant les députés PS qu'à ce stade, "la loi Macron ne (passait) pas". Une partie des frondeurs socialistes envisage en effet de voter contre le texte du ministre de l'Economie, de même qu'une grande majorité des députés écologistes et des élus Front de gauche.

15, 16 et 17 février

Libé - Benoît Hamon (PS) votera contre la loi Macron

L’ancien ministre et député socialiste Benoît Hamon a annoncé dimanche qu’il voterait «contre» la loi Macron, regrettant que le gouvernement n’ait pas introduit dans le texte un plancher minimum de compensations pour les travailleurs du dimanche.

Le lab - Soutien à la loi Macron ? Arnaud Montebourg dément appeler à vote pour, ses proches s'abstiendront

Non, Arnaud Montebourg ne s'est pas rangé parmi les soutiens de la loi Macron, qui doit être votée ce mardi 17 février à l'Assemblée. Un écho du Parisien relayait des propos de l'ancien ministre appelant les députés socialistes à voter le texte. Auprès du Lab, l'ancien ministre dément cette déclaration. Ce qu'avait souligné ce matin Benoît Hamon sur France Inter.

RTL - Hamon tacle Cambadélis, Valls le recadre : un mini congrès PS avant l'heure

LE DÉCODEUR POLITIQUE - En 24 heures, les piques lancées entre Benoît Hamon et Manuel Valls ont donné un avant-goût du congrès socialiste qui se tiendra en juin

Le JDD - Loi Macron : Hamon et les frondeurs font de la résistance

L'ancien ministre Benoît Hamon comme plusieurs députés frondeurs devraient voter mardi contre la loi Macron. Une position qui agace au plus haut point l'exécutif.

Libé - Loi Macron : la pêche aux voix in extremis

Après des semaines de débat, l’adoption définitive du texte a lieu ce mardi. Le nombre de votes contre côté PS s’annonce inédit.

L'Obs - Valls "sous influence juive" : BHL dénonce une "phrase immonde"

Répondant à une question de Jean-Jacques Bourdin, l'ancien ministre PS Roland Dumas a provoqué un tollé en affirmant que Manuel Valls était "probablement" sous "influence juive".

Le Monde - Départementales : les écologistes préfèrent s’allier au Front de gauche

Chez les écologistes, la constitution des listes pour les élections départementales a relevé du travail de dentelle. Dans ce parti décentralisé, chaque région, voire chaque département, a eu toute latitude pour décider de sa stratégie d’alliance et du nom de ses candidats. Dans de nombreux départements, les choix se sont même faits canton par canton, ce qui peut donner un résultat en apparence confus.
 

Le député PS "frondeur" Laurent Baumel souhaite que le système politique français se rééquilibre au profit du parlement, ce qui permettrait, à ses yeux, la suppression du droit de dissolution et de l'article 49/3. Dans une interview à L'Obs publiée aujourd'hui, l'élu d'Indre-et-Loire parle de "monarchie républicaine sans contre-pouvoirs parlementaires". Il déplore une "relégation des parlementaires au profit des cabinets ministériels", ce qui "coupe le pouvoir des réalités sociales".

Challenges - Travail dominical: "un recul démocratique" selon Hidalgo

C'est la dernière ligne droite pour le projet de loi Macron à l'Assemblée Nationale. Le débat se focalise sur la réforme du travail dominical, contre laquelle la maire de Paris s'insurge

RTL -Travail le dimanche : Macron dit non aux frondeurs

Agitant la menace de ne pas voter la loi, les députés PS "frondeurs" ont appelé Emmanuel Macron au "compromis politique" ce samedi.

Libé - Travail dominical: les frondeurs appellent Macron au «compromis», celui-ci dit non

Les députés PS «frondeurs» ont appelé samedi Emmanuel Macron au «compromis politique» sur le travail le dimanche, menaçant de ne pas voter son projet de loi mardi, mais le ministre a rejeté tout «compromis de façade» pour «rallier des voix».

Libé - Loi Macron: match en vue sur le volet social

Tout le monde attend le match gouvernement-frondeurs qui devrait se jouer ce week-end sur les bancs de l’Assemblée nationale. En jeu, les discussions sur le volet social du projet de loi pour l’activité, la croissance et l’égalité des chances économiques du ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. Réforme des licenciements collectifs, allégement des sanctions applicables en cas d’entrave au fonctionnement des institutions représentatives du personnel, réforme prud’homale et mise en place d’un barème des indemnités de licenciement: les sujets de désaccord s’annoncent nombreux avant le vote global, mardi après-midi. Sans oublier l’enjeu du travail dominical qui divise la majorité.

Libé - Loi Macron : les frondeurs réduits à suivre le mouvement

Malgré des interventions visant à attaquer le projet de loi, les députés PS contestataires pèseront peu dans la balance lors du vote.

Libé - La caution de deux «frondeurs» sur le travail dominical

Le chef de file des députés PS, Bruno Le Roux, les appelle ses «super-héros». Sa «carte maîtresse» pour emporter la pleine adhésion des socialistes lors du vote du projet de loi Macron le 17 février. C’est que Stéphane Travert et Denys Robiliard, rapporteurs thématiques des deux chapitres du texte les plus polémiques à gauche - l’ouverture des commerces le dimanche et la réforme du droit de licenciement économique -, sont étiquetés «frondeurs».

FranceTVinfo - Loi Macron : feu vert au travail du dimanche

En France, le texte sur le travail du dimanche va être assoupli et étendu. L'article du projet de loi Macron a été voté par les députés ce samedi 14 février.

Le Parisien - Les ministres bâillonnés pour le congrès du PS

Pour éviter les couacs, Matignon a donné l'ordre aux ministres de ne pas signer de contribution en vue du congrès du PS, en juin. Des consignes qui agacent.

Le Parisien - PS : le coup de force de Cambadélis

Jean-Christophe Cambadélis fait plus que jamais figure de favori pour garder la tête du PS. L'actuel patron des socialistes dévoile ce matin la liste de ses soutiens en vue du congrès prévu en juin à Poitiers (Vienne). Selon nos informations, pas moins de 270 parlementaires le rejoignent.

12, 13 et 14 février

Boursier.com - Les cotes de François Hollande et Manuel Valls retombent

Un mois après les attentats de Paris, François Hollande et Manuel Valls perdent respectivement 5 et 6 points dans le baromètre Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio.

L'Express - Le régime des intermittents introduit dans la loi au printemps

Paris, 11 fév 2015 - Le Premier ministre Manuel Valls a précisé mercredi que le régime spécifique des intermittents du spectacle serait inscrit dans la loi "rapidement, dès la mi-2015", probablement dans le projet de loi de modernisation du dialogue social présenté au printemps.

Le Lab - Quand Hollande, Moscovici et Pellerin faisaient l’école buissonnière à la Cour des comptes

La Cour des comptes dévoile ce mercredi 11 février son traditionnel rapport public annuel, diagnostic redouté de la gestion de la dépense publique en France. L’occasion de se pencher sur les jeunes années passées à la Cour des comptes par François Hollande et d’autres figures de la majorité issues de l’institution fondée par Napoléon Ier.

Les Echos - Départementales : dans les Bouches-du-Rhône, Guérini mène toujours le bal à gauche

L’ex-homme fort du Parti socialiste, qui n’a pas perdu son influence sur la gauche départementale, se présente à Marseille.
 
 
RECONVERSION BIS - Selon l’AFP, l’ancien ministre de l’Economie et du Redressement productif va donner des cours de macroéconomie à Princeton, une prestigieuse université américaine du New Jersey du 16 au 26 février.

Le Monde - Les députés ne pourront plus acheter leur permanence avec leur indemnité

Un pas de plus vers le contrôle. Mercredi 18 février, en recevant le rapport des députés-questeurs en charge des finances du Palais-Bourbon, le bureau de l’Assemblée nationale devrait prendre une décision radicale concernant l’IRFM, cette « indemnité représentative de frais de mandat » dont dispose chaque député. D’un montant de 5 770 euros bruts mensuels, elle s’ajoute à la rémunération nette des élus et est régulièrement l’objet de critiques et de polémiques car elle n’est soumise à aucun contrôle et non imposable. Plusieurs députés se sont déjà fait attraper la main dans le sac, utilisant cette somme normalement réservée à leurs frais professionnels pour des cadeaux ou des voyages personnels. Si le président (PS) de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a déjà fait baisser de 10 % cette indemnité dès le mois de juin 2012, des anomalies persistent dans son utilisation.

L'Express - Congrès du PS: qui défiera vraiment Jean-Christophe Cambadélis?

Par la pluie de textes déposés en amont du Congrès du PS, les socialistes manifestent plus leur envie de débat que de changement de tête. Mais si les départementales se passaient mal, qui pourrait monter au créneau pour briguer le poste de premier secrétaire du parti?

11 février

Le Dauphiné Libéré - Jean-Christophe Cambadélis : « Il y a un risque d’éclatement du PS»

Dans une interview à paraître demain dans notre journal, Jean-Christophe Cambadélis n’exclut pas le risque d’éclatement du parti socialiste, dont il est le Premier secrétaire

Le JDD - Trois ministres se risquent aux départementales

Peu de membres du gouvernement mèneront campagne. Cinq d’entre eux ont un mandat départemental, mais seuls Patrick Kanner, André Vallini et Ségolène Neuville se représentent.

Le Figaro - À Marseille, Manuel Valls tourne la page des attentats

Le déplacement de deux jours du premier ministre dans la Cité phocéenne s'est déroulé dans une ambiance tendue, bien loin de l'état d'esprit des manifestations du 11 janvier.

L'Obs - Barbier devant les députés PS: "cette victoire est collective"

Le socialiste Frédéric Barbier, qui a remporté dimanche face au FN la législative partielle dans le Doubs, a salué mardi devant les députés de son groupe une "victoire collective", a constaté une journaliste de l'AFP.

L'Express - Congrès du PS: à quoi joue Martine Aubry avec sa contribution?

Martine Aubry n'a pas signé la contribution de Jean-Christophe Cambadélis, en amont du Congrès de Poitiers. Pire: la maire de Lille a déposé sa propre contribution. Mais elle n'en est pas encore à vouloir reprendre la tête du PS.
 
Le JDD - Karine Berger : "La gauche a le devoir absolu de réhabiliter l'impôt citoyen"

INTERVIEW – La députée socialiste, Karine Berger, se dit "choquée" par l'affaire des Swissleaks, qui met en lumière un vaste système de fraude fiscale via la banque HSBC. Membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale et secrétaire national du PS à l'Economie, elle redoute les conséquences de ce nouveau scandale.

10 février

Le Figaro - Sondage : après l'embellie post-Charlie Hebdo, François Hollande replonge

La hausse spectaculaire du président de la République dans les sondages aura été de courte durée selon le baromètre Ipsos-Le Point.

Le Monde - Quand Jean-Christophe Cambadélis cible Bruno Le Maire

Bruno le Maire, l’homme le « plus dangereux » à l’UMP ? C’est en tout cas l’avis de Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS. Dimanche, sur Radio J, le premier secrétaire, au lendemain du conseil national de l’UMP, a également estimé que Nicolas Sarkozy « fait flop », Alain Juppé « fait toc ».

Le Monde, Les décodeurs - Le PS ne fait pas plus « monter le FN » que ce dernier fait « gagner le PS »

C'est devenu un classique, à droite, pour justifier une défaite ou évoquer une bataille électorale impliquant le FN et le PS : les renvoyer dos à dos. C'est ce qu'a fait Brice Hortefeux, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, à propos de l'élection partielle du Doubs, remportée sur le fil par le PS. 

Le Monde - Travail le dimanche : Hidalgo conditionne son soutien aux nouvelles zones

La maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), s'est dite ouverte, lundi 9 février, à la création de zones touristiques internationales à Paris, prévues par le volet sur le travail du dimanche de la loi Macron. L'édile a cependant conditionné ce soutien à la condition que le dernier mot revienne aux élus locaux plutôt qu'à l'Etat.

Le Point - Législative dans le Doubs : le PS l'emporte d'une courte tête

Le socialiste Frédéric Barbier est élu : il obtient 51,43 % des voix contre 48,57 % à la candidate du Front national Sophie Montel.

Le Parisien - Législative dans le Doubs : Frédéric Barbier (PS), le discret laboureur

... Frédéric Barbier, 54 ans, cadre d'Electricité réseau distribution France (ERDF), est un homme de terroir d'un naturel prudent. Vice-président du conseil général du Doubs depuis 2011, cet enfant du pays (il est né à Audincourt et a grandi à Pont-de-Roide, dont il a été premier adjoint au maire) est propulsé au Palais-Bourbon en 2012 en tant que suppléant de Pierre Moscovici, nommé ministre de l'Economie.

9 février

Marianne - PS : à l'approche du congrès, alerte au tripatouillage !

Le PS réunit son Conseil national ce samedi. A cinq mois du prochain congrès, la tension monte d'un cran entre les différentes sensibilités du parti. En cause, le flou artistique qui règne autour du nombre exact d'adhérents ainsi que des suspicions de "ménages de printemps" qui seraient en cours au sein de certaines fédérations. Entre la direction et l'aile gauche, c'est désormais à couteaux tirés...

L'Obs - Le Foll pointe une "radicalisation de droite" de la nouvelle génération UMP

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a pointé dimanche "une nouvelle génération" à l'UMP positionnée "sur une radicalisation de droite", citant Laurent Wauquiez et Bruno Le Maire.

Huffington Post - Jean-Christophe Cambadélis déplore que les juifs de France soient assimilés à Israël et les musulmans à Daech

Même s'il ne met pas "sur le même plan" l’État hébreu et Daech, Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS, a déploré dimanche 08 février que l'on assimile les juifs à Israël et les musulmans à l'organisation État islamique.

 
ÉCLAIRAGE - Le parti se lance dans une longue campagne afin que ses militants désignent leur prochain premier secrétaire.
 
Pour le numéro un du PS, Nicolas Sarkozy "fait flop", Alain Juppé "fait toc", et le "plus dangereux" à l'UMP, c'est Bruno le Maire.

20/02/2015

Philitt - Entretien avec Laurent Bouvet : « L’exacerbation des figures identitaires est d’abord une construction des élites. »

Laurent Bouvet est professeur de science politique à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Il revient pour PHILITT sur son dernier ouvrage, L’insécurité culturelle (Fayard, 2015), dans lequel il dresse l’état des lieux des malaises identitaires qui bouleversent la société française.

Lire la suite
___________________
___________________

23:28 Publié dans Réflexions | Tags : laurent bouvet | Lien permanent

17/02/2015

Libé - Laurent Bouvet: «Nous sommes dans le déni de l’insécurité culturelle»

Pour Laurent Bouvet, professeur de sciences politiques à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, refuser de parler d'«insécurité culturelle» constitue un déni de réalité.

Le concept fait débat. Dans son dernier ouvrage, l’Insécurité culturelle (Fayard, paru en janvier), le politologue Laurent Bouvet explique que ce sentiment qui traverse la société française ne se résumerait pas seulement à un malaise opposant «petits Blancs déclassés» et nouvelles générations issues de l’immigration. Face à la mondialisation et à la crise économique, les uns comme les autres peuvent se sentir abandonnés, estime l’auteur. Mais pour certains intellectuels, parler d’«insécurité culturelle» revient à nourrir les peurs identitaires et, in fine, à faire le lit du FN. Déni de réalité, leur répond Laurent Bouvet.

Lire la suite
_______________________
_______________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : laurent bouvet | Lien permanent