Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2016

Gérard Filoche: "Il se prend pour qui Manuel Valls? Pour Poutine?"


Gérard Filoche: "Il se prend pour qui Manuel... par BFMTV

10:00 Publié dans Vidéo | Tags : filoche, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

21/04/2016

L'actualité des socialistes du 1er au 7 avril

A LA UNE

Paul Alliès - Ce qui reste des ruines

Il ne sera pas question ici de Palmyre mais de l'état de notre régime politique. L’abandon de la révision constitutionnelle a réjoui tous ceux qui ont dénoncé depuis quatre mois la dangerosité de sa portée. Il en ressort une bonne nouvelle: la dévaluation de la « parole présidentielle »; et une mauvaise: le maintien d’une panoplie réduisant les libertés, la démocratie et l’Etat de droit.
 
 
Dans le cadre des révélations de l’affaire des « Panama papers », nous avons reçu le magistrat et vice-président d’Anticor, Eric Alt, qui a répondu à vos questions dans notre live.
 
Le premier secrétaire du Parti socialiste défend l’équilibre trouvé sur la loi Travail. Il appelle François Hollande à faire la pédagogie du quinquennat
 
Libé - Se mettre du côté de celles qui n’ont pas le choix, Par Martine STORTI, Présidente de Féminisme et géopolitique
 
Le port du voile et la «mode islamique» doivent pouvoir être critiqués. Si pour certaines, c’est un acte volontaire, il peut aussi signifier pour d’autres enfermement et ségrégation entre les sexes.
 
REFLEXIONS
 
 
Apparu dans les années 2000 dans le monde anglo-saxon, le terme revient dans le débat pour obliger à repenser un système essoufflé. Philosophes et historiens en discutent la pertinence.
 
 
Le capitalisme est devenu un capitalisme de rentiers, nous explique dans ce livre Philippe Askenazy  en lien avec le développement de la propriété immobilière, d’une part, de la propriété intellectuelle, d’autre part, et d’une dévalorisation du travail des « moins qualifiés », qui constitue l’un des principaux mécanismes qui vient alimenter les rentes que les plus favorisés tirent des premières.
 
 
Chercheur en science politique au Cevipol et membre de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès, Gaël Brustier a beaucoup travaillé sur les «indignados» espagnols et sur le débouché Podemos. Samedi, il était place de la République au milieu des «noctambules» parisiens.
 

Manuel Valls a donné le ton de la prochaine campagne présidentielle. « Bien sûr, a-t-il affirmé, il y a l’économie et le chômage, mais l’essentiel, c’est la bataille culturelle et identitaire ». Je tiens, à l’opposé, que c’est cette conviction qui a fait le lit du Front national et qui voue la gauche française au désastre.

PANAMA PAPERS
 
 
Lors d’une réunion consacrée aux « Panama papers » à l’Elysée, mardi 5 avril, François Hollande a pris la décision de réintégrer le Panama dans la liste noire française des Etats et territoires non coopératifs. Quand ce retour sera-t-il effectif ?
 
"Les sociétés en Europe" dont les agissements frauduleux ont été révélés par les Panama Papers "seront poursuivies", a promis jeudi le président François Hollande, à l'issue d'un conseil des ministres franco-allemand à Metz.
 
 
En réaction au scandale planétaire des « Panama papers », Pierre Moscovici, le commissaire européen à l’économie et à la fiscalité, a annoncé mercredi 6 avril, devant un petit groupe de journalistes, qu’il voulait mettre en chantier « une véritable liste noire, européenne, commune, des paradis fiscaux, et ce dans les six mois. Dans les six mois, nous devons être en mesure d’avoir établi les critères pour l’établissement d’une telle liste » a précisé l’ex-ministre français de l’économie du gouvernement Ayrault.
 
PRIMAIRE
 

Selon RTL, François Hollande a validé la date de l'éventuelle primaire de la gauche. Si le scrutin a lieu, il se déroulera les 4 et 11 décembre.

Le Roux (PS) : "Le Parti socialiste désignera un candidat pour aller à la primaire de la gauche"

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale met la pression sur les partenaires du PS pour organiser une primaire ouverte à gauche, avec comme préalable, la désignation du candidat représentant les socialistes.

 
Le Parti socialiste et Europe Écologie-Les Verts doivent préciser samedi 9 avril leur position sur une participation à une primaire de la gauche. La question de la candidature de François Hollande mine toutefois le processus de désignation d’un candidat commun
 
 
Voilà qui ne va pas plaire aux quelques soutiens de François Hollande qui croient encore très fort aux chances de leur champion pour 2017. Bien sûr la présidentielle n'aura lieu que dans un an et prédire la fin de l'actuel chef de l'Etat est prématuré. Mais les Français, y compris les sympathisants de gauche, ont un avis tranché: le président de la République doit céder la place à l'issue de son mandat.
 

Le député PS Christian Paul a une nouvelle fois plaidé mercredi pour l'organisation d'une primaire à gauche en vue de 2017, la jugeant "possible" et "indispensable", alors que le Conseil national du PS doit se prononcer sur le sujet samedi.

Le Figaro - Primaire à gauche : Cambadélis ne veut qu'un seul candidat socialiste

Dans l'hypothèse d'une primaire à gauche, le premier secrétaire du Parti socialiste souhaite éviter la multiplication des candidatures au sein de son parti, au bénéfice de François Hollande.

Le Monde - Daniel Cohn-Bendit : « Le fossé entre la gauche et les écologistes ne cesse de grandir »

Dans un entretien au Monde, l’ancien député écologiste Daniel Cohn-Bendit exprime son « pessimisme » quant à la tenue d’une primaire réunissant la gauche et les écologistes.

NUIT DEBOUT

La commission Démocratie s’est donné rendez-vous à 16 heures, place de la République à Paris, mercredi 20 avril. Sous un grand soleil, les militants se retrouvent pour discuter de la construction des « outils démocratiques » de Nuit debout. Et ce n’est pas tâche aisée : avant même de lancer la réunion, le rappel de l’ordre du jour provoque déjà des débats. Doit-on prendre le temps de tout réexpliquer aux « nouveaux » qui n’étaient pas là la veille ? « Cela me paraît très compliqué, cette discussion… », soupire déjà un participant.
 
Il est 21 heures, place de la République, mardi 5 avril – pardon, « mardi 36 mars », comme on dit ici. Le soir a commencé à envelopper la petite foule de Nuit debout. L’assemblée générale, commencée trois heures plus tôt, se poursuit. François Ruffin, le réalisateur de Merci patron !, le documentaire à l’origine du mouvement, doit intervenir dans le cadre d’un débat mais patiente depuis un moment.
 
 
Mercredi #37 mars, ils étaient encore des centaines à défendre la convergence des luttes sur une place de la République trempée par la pluie. Création d’une webradio, chants en l’honneur des pompiers venus sauver un lampadaire mais aussi propositions concrètes d’actions : chacun veut, à sa manière, prolonger le mouvement.
 
 
Son nom a émergé sur les réseaux sociaux le soir du dimanche 3 avril, à la faveur d’une retransmission en direct de #NuitDebout : Rémy Buisine, 25 ans, a réuni jusqu’à 80 000 internautes simultanément pour suivre le flux vidéo de son téléphone portable, alors qu’il déambulait place de la République, à Paris, occupée depuis quelques jours par des militants indignés. Lundi soir, ils étaient encore près de 60 000 à suivre ses images du rassemblement nocture sur l’application Periscope.
 
La flamme est intacte, l’espoir immense, et tout parait possible cette nuit aux 200 à 300 jeunes gens encore regroupés place de la République, après trois jours de débats et d’occupation. Il a beau être une heure du matin et une pluie fine a beau jouer les trouble-fête, ils n’ont pas envie de déserter un lieu symbolique qu’ils considèrent désormais comme le leur
 
PS
 
 
L'opération de rajeunissement à la tête du Parti socialiste voulue par Jean-Christophe Cambadélis est marquée par une sortie des proches de Martine Aubry.

Le Point - PS : les militants quittent peu à peu le navire

De nombreuses fédérations socialistes font face à une hémorragie de militants. La politique du gouvernement, jugée par certains trop libérale, est en cause.

Libé - Deux ans après son élection à Paris, Hidalgo, une voix qui compte plus à gauche?

Anne Hidalgo tire à vue, contre le diesel, la loi travail, après la déchéance de nationalité, le travail dominical. Au nom des Parisiens qui l’ont élue il y a deux ans, la maire PS cultive une petite musique pouvant en faire une voix comptant davantage à gauche.

Dans le livre L'homme qui ne voulait pas être roi, à paraître mercredi et écrit par la journaliste du JDD Cécile Amar, Jacques Delors revient, à 90 ans, sur ses années passées au gouvernement et à la tête de la Commission européenne. Avec quelques "résonances" entre hier et aujourd'hui.

Le député socialiste René Dosière redoute "une véritable bérézina aux législatives" et "le plus mauvais résultat de la Ve République" pour le PS, si la gauche perd la présidentielle, "hypothèse qui paraît la plus probable", dans une interview au Figaro de samedi.

A la veille du lancement de l’Alliance populaire, censée fédérer la gauche, le Parti socialiste n’arrive plus à s’accorder sur des positions communes. Malgré l’habileté de son patron, redoutable manoeuvrier.

Le Lab - Jean-Christophe Cambadélis ne veut pas adhérer au mouvement d'Emmanuel Macron car il est "résolument de gauche"

Il le répète pour ceux qui n'auraient pas forcément compris : Jean-Christophe Cambadélis n'est pas particulièrement fan d'Emmanuel Macron. Ni de ses idées, ni de sa démarche, la création de son mouvement En marche, annoncée mercredi 6 avril, à Amiens.

LAICITE

Le Figaro - Valls : le salafisme est «en train de gagner la bataille» de l'islam en France

Invité à clôturer une journée de conférences organisée par «Le Sursaut», le premier ministre a également jugé que «le voile (n'était) pas un objet de mode, (mais) un asservissement de la femme».

Le Point - Voile islamique : attention à ne pas fracturer la société, prévient Cambadélis

"Il n'y a pas d'interdiction et chacun a le droit de vivre comme il l'entend. Il faut être respectueux de la diversité", estime le premier secrétaire du PS.

 
Les députés ont commencé, mardi 5 avril, à retoucher le projet de loi El Khomri sur la réforme du code du travail. Un millier d’amendements ont été déposés, et les discussions en commission des affaires sociales doivent se poursuivre jusqu’à la fin de la semaine. Le texte, déjà remanié par le gouvernement à la suite des importantes critiques à l’égard de la première mouture, doit ensuite être examiné en séance à l’Assemblée nationale, à partir du 3 mai.

L'Obs - Laïcité : je suis contre les cours de religion en Alsace-Moselle. Ce système est archaïque

En Alsace-Moselle, l'enseignement religieux est toujours au programme. Pour mettre fin à ce système, un collectif composé d'organisations laïques et d'instances éducatives a lancé un appel. Philippe Derrien, parent d'élève et administrateur de la FCPE du Bas-Rhin explique cette démarche.

Le Figaro - Pour des assises nationales de la laïcité

Alors que l'islamisme prospère dans certains quartiers avec la complicité clientéliste de certains hommes politiques, Laurence Marchand-Taillade estime qu'il est urgent de rétablir la laïcité.

Le Parisien - «Le voile est insupportable» pour la romancière iranienne Chahdortt Djavann

La romancière iranienne emprisonnée à 13 ans en Iran pour avoir refusé de porter le voile, a réagi à la polémique sur la mode islamique. «Le voile est insupportable», estime Chahdortt Djavann, qui a fui l'Iran pour se réfugier en France. Invitée d'Europe 1 mercredi matin, l'essayiste a dénoncé le piège des islamistes.

ACTUALITES

Le Monde - Valls juge « absurde » le « ni droite ni gauche » du nouveau mouvement de Macron

« C’est rafraîchissant. » Le patron du Medef, Pierre Gattaz, a salué jeudi 6 avril l’annonce par Emmanuel Macron du lancement d’un nouveau mouvement politique, baptisé En marche !. « J’aime bien l’initiative d’Emmanuel Macron. Je trouve que c’est rafraîchissant, que ça permet de sortir de la politique politicienne », a dit le patron des patrons sur France Inter.
 
 
Moins d’une semaine après l’abandon des projets d’introduction dans la Constitution de la déchéance de nationalité et de l’état d’urgence, l’Assemblée nationale a expédié mardi 5 avril dans la soirée l’examen d’une autre réforme constitutionnelle. Deux heures et demie auront suffi à la petite vingtaine de députés présents dans l’Hémicycle pour débattre du projet renforçant l’indépendance du parquet. Le texte prévoit d’inscrire dans la Constitution une pratique que les gardes des sceaux successifs respectent depuis 2009, à savoir nommer les magistrats du parquet « sur avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature ».
 
 
Le président François Hollande a procédé, mercredi 6 avril, à de premiers arbitrages financiers en vue d’honorer la promesse, faite après les attentats terroristes de novembre 2015, de relever l’effort de défense du pays.

L'Obs - Temps de parole des candidats, parrainages : quand le PS verrouille la présidentielle Par Thomas Guénolé, Politologue

Les règles de l'élection présidentielle pourraient bientôt changer. Jeudi 24 mars, deux propositions de loi ont été adoptées par l'Assemblée nationale pour "moderniser le scrutin". Elles prévoient une modification de la collecte des 500 parrainages et la fin de la règle d'égalité des temps de parole dans les médias audiovisuels. Un bond en arrière, pour notre chroniqueur Thomas Guénolé.

 
Najat Vallaud-Belkacem a affirmé, mercredi 6 avril sur France 2, que le ministère de l’éducation nationale envisageait de changer le système d’ouverture des établissements scolaires « hors contrat », pour passer d’une simple déclaration à une autorisation.

Le Monde - Quand Hollande passe pour un opposant à la déchéance de nationalité

François Hollande a accordé un long, long entretien au tabloïd allemand Bild, presque entièrement consacré à la crise migratoire en Europe, aux attentats terroristes qui ont eu lieu en France et en Belgique et à la relation entre son pays et l'Allemagne. "L’afflux de réfugiés a réveillé les crispations et les replis. Et le terrorisme a fait ressurgir des peurs et des interrogations", résume le président français.

Le Monde - Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : l’affrontement Valls-Royal

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes continue de semer la confusion au sein même du gouvernement. Il donne lieu, en l’occurrence, à une opposition entre le premier ministre, Manuel Valls, et la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, rajoutant encore à la cacophonie sur ce dossier éminemment sensible, qui empoisonne l’Etat depuis plusieurs années.

 

17/04/2016

Community organizing : le pouvoir du collectif - Samedi soir dimanche matin le debat (16/04/2016)

Avec : Gérard FILOCHE, Ancien inspecteur du travail
Philippe CREVEL, Economiste et directeur du cercle de l’épargne
Xavier DENAMUR, Restaurateur
Jeanne DEMOULIN, Sociologue
Mathieu ILUNGA, Leader d’organisation - Alliance citoyenne Grenoble
Nora HAMADI


Community organizing : le pouvoir du collectif... par publicsenat

16:55 Publié dans Débat | Tags : filoche, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

07/04/2016

L'actualité des socialistes du 25 au 31 mars

A LA UNE

CNRS - Quelles élections pour une meilleure démocratie , par Yves Sintomer

Généralisation des primaires, possibilité de voter pour plusieurs partis, tirage au sort… Pour remédier à la crise de légitimité dont souffre le système électoral français, nous aurions tout à gagner, selon le sociologue Yves Sintomer, à nous inspirer d’expériences démocratiques passées ou en vogue ailleurs dans le monde.

Depuis le début des années 1960 et les débuts de l’élection au suffrage universel du président de la République, la France n’a pas changé fondamentalement les règles qui déterminent la façon d’élire les représentants et de prendre des décisions. Notre système repose sur quatre piliers. D’une part, les partis pèsent d’un poids déterminant dans la sélection des candidats, dans les scrutins uninominaux comme dans les scrutins de liste. D’autre part, chacune des élections (présidentielles, législatives, sénatoriales, européennes, régionales, départementales, municipales, d’agglomération) se déroule selon une procédure propre. Troisièmement, le président est élu directement, et non par le Parlement, il n’est pas une simple autorité morale et domine complètement l’exécutif tout en n’ayant pas à se soucier d’un contre-pouvoir parlementaire (sauf en cas de cohabitation). Enfin, la sélection des responsables politiques se fait par l’élection et, pour l’essentiel, seuls les élus sont habilités à prendre les décisions politiques, disposant qui plus est d’un mandat « libre » – ils n’ont pas à respecter leurs promesses électorales ou la volonté de leurs électeurs.

Le Monde - Loi travail : « La jeunesse a amorcé un vrai débat, qui sort de l’idéologie »

Patrick Cingolani est professeur de sociologie à l’université Paris Diderot. Il est l’auteur de Ré­volutions précaires (Ed. La Découverte, 2014), qui soulignait le potentiel émancipateur de nouvelles expériences du travail.

REVENU DE BASE

Observatoire des inégalités - Revenu de base pour tous : une fausse bonne idée

15 mars 2016 - La mise en place d’un revenu de base n’est pas soutenable si l’on veut qu’il soit d’un niveau acceptable. Le point de vue de Denis Clerc, économiste et fondateur d’Alternatives Economiques.

Le revenu de base a le vent en poupe. Certes, les appellations diffèrent – allocation universelle, revenu inconditionnel, dividende social… –, mais elles désignent toutes le même objectif : fournir à chacun un revenu mensuel lui permettant de vivre, même s’il n’a pas d’autre revenu, et de vivre mieux s’il en a un. James Meade, un économiste anglais du siècle dernier, disait : « un revenu non pas pour exister, mais parce qu’on existe ». Ce partage égalitaire séduit bien sûr la gauche justement en raison du fait que chacun pèse le même poids dans ce partage, au contraire de la règle capitaliste qui rétribue chacun en fonction de ce qu’il est censé apporter. Mais il séduit aussi les milieux libéraux parce qu’il permettrait de supprimer nombre d’aides sociales, donc de rompre avec « l’assistanat », et inciterait chacun à se prendre en charge pour compléter ce revenu de base, au lieu de compter sur la société pour obtenir quelque amélioration de son sort. Enfin, il séduit une bonne partie du reste de la société parce que chacun le voit comme un supplément tombant du ciel, et bon à prendre en période de difficultés. Le présent article vise à mettre à jour les nombreux pièges que recèle cette idée de revenu de base.

JEAN-PIERRE LE GOFF

Libé - Le tripartisme est-il démocratique ? Par Laurent Joffrin

Dans son dernier ouvrage, Hervé Le Bras décrypte les cartes électorales et déjoue, une fois de plus, nombre d’idées préconçues, entre autres sur le FN.

Le Figaro - Jean Pierre Le Goff : «L'impuissance politique est enrobée dans les bons sentiments»

Terrorisme, révolte dans la jeunesse, campagne antiraciste absurde, Europe impuissante, le titre du dernier livre de Jean-Pierre Le Goff, Malaise dans la démocratie, est plus que jamais approprié à la situation actuelle. Le sociologue et philosophe fait le point pour FigaroVox.

Jean-Pierre Le Goff est un philosophe, écrivain et sociologue français. Son dernier livre Malaise dans la démocratie vient de paraître chez Stock

L'un, le sociologue Jean-Pierre Le Goff, publie "Malaise dans la démocratie" (Stock) ; l'autre, l'historien du communisme Roger Martelli signe "L'identité, c'est la guerre" (LLL). A l'heure où les Français s'interrogent sur les fondements de leur communauté de destin, ils se posent la question : "Comment reconstruire du commun?"

LOI TRAVAIL

Public Sénat - Loi travail : 1,2 million de manifestants selon les syndicats, 390.000 selon la police

Les concessions du gouvernement sur le projet de loi travail n'ont pas calmé la colère: selon les organisateurs, 1,2 million de manifestants ont défilé jeudi dans toute la France pour réclamer le retrait d'un texte jugé trop libéral, lors d'une mobilisation émaillée de violences.

Lyon Capitale - Manifestation Loi travail, pour un nouveau modèle de société

Prévue depuis le début du mois comme la journée phare de la mobilisation par l'intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires), la manifestation contre la loi Travail a rassemblé environ 12 000 personnes à Lyon selon la préfecture et 30 000 selon les syndicats. Travailleurs, jeunes et retraités ne manquent pas d'idées pour tourner la page du socialisme façon Hollande.

Dans le cortège parisien, travailleurs du privé, fonctionnaires, professions libérales, chômeurs, jeunes et retraités ont défilé côte à côte sous une pluie battante contre le projet de loi sur le travail, quand bien même tous ne sont pas concernés. Candy, jeune fonctionnaire, est ainsi venue « pour soutenir les travailleurs, l’avenir du travail et celui des jeunes. J’ai un fils, je ne veux pas qu’il connaisse ça plus tard ».
 

Potentiellement porteur de certains progrès pour Laurent Berger, le leader de la CFDT, opération de dérégulation très risquée pour le professeur de droit Pascal Lokiec, même modifié, le projet de loi travail ne fait pas l’unanimité. Débat.

Mediapart - Loi sur le travail: jusqu’au bout de la déchéance! 20 février 2016 | Par Laurent Mauduit

Durant son quinquennat, François Hollande aura dynamité le code du travail avec plus de violence que tous les gouvernements de droite réunis depuis trois décennies. Il aura aussi tourné le dos à l'histoire et aux valeurs de la gauche. La rupture dans la politique sociale est aussi spectaculaire qu'elle l'est en matière de libertés publiques.

L'Humanité - Opération désintox à l’Agora de l’Humanité

Sur le thème « Le travail défend ses droits », quatre invités ont rétabli jeudi quelques vérités sur le projet El Khomri : Pascal Lokiec, professeur de droit social, Gérard Filoche, inspecteur du travail, Danièle Linhart, sociologue, et Jean-Christophe Le Duigou, économiste, ancien dirigeant de la CGT.

Maintenant la gauche - Projet de loi Travail : Augmentation du temps de travail ; Baisse des salaires; Facilitation des licenciements ; Précarisation des salariés

Le projet de loi intitulé « Nouvelles libertés et nouvelles protections pour les entreprises et les actifs », révèle une redoutable cohérence.
Au prétexte de valoriser la négociation collective, de donner plus de souplesse aux entreprises et d’apporter de « nouvelles protections » aux salariés, il répond en réalité à trois exigences constantes du MEDEF : augmenter la durée du travail, baisser les salaires et faciliter les licenciements.
Les moyens d’y parvenir sont une atteinte frontale à la hiérarchie des normes, l’organisation d’une mise à l’écart du juge, et un contournement des organisations syndicales, suspectés (à juste titre) d’être des obstacles à cette précarisation programmée.
Au demeurant, ce projet de loi, loin de le simplifier, complexifie considérablement le code du travail.

PATRICK KANNER

Libé - L’impasse du communautarisme Par Alain Duhamel

Entre pression migratoire et montée de l’extrême droite, la France semble avoir de plus en plus de difficultés à définir une politique de l’immigration.

L'Obs - 100 Molenbeek en France, vraiment ? Les quartiers mystère de Patrick Kanner

En ce dimanche pascal, l’invité du Grand Rendez-Vous sur Europe 1 a dérogé à son habituelle onctuosité. Pressé à quatre reprises par la journaliste du "Monde" Françoise Fressoz, qui lui demandait combien il y avait de Molenbeek en France, Kanner a fini par évoquer "une centaine de villes, qui présentent des similitudes potentielles avec ce qui s’est passé" dans la cité belge.

Le Point - Kanner et les "Molenbeek" en France : Valls en partie d'accord

Le Premier ministre estime qu'"une centaine" de quartiers français présentent des "similitudes" avec le quartier bruxellois réputé être un fief djihadiste.

FranceTVinfo - Des "Molenbeek" en France ? Cambadélis critique vertement Kanner

Les propos de Patrick Kanner agitent la gauche. Alors que le ministre socialiste de la Ville a estimé, dimanche 27 mars, qu'"une centaine de quartiers en France" présentaient "des similitudes potentielles avec Molenbeek", commune bruxelloise à la réputation de fief jihadiste, plusieurs ténors du PS lui ont sèchement répondu.

RTL - "Molenbeek en France" : "Patrick Kanner a eu le mérite de dire les choses telles qu'elles sont", assure François Pupponi

Une semaine après les attentats de Bruxelles du 22 mars, Patrick Kanner, le ministre de la Ville, a estimé qu'il y avait une centaine de quartiers en France qui ont des "similitudes" avec Molenbeek. Au micro de RTL, François Pupponi, député-maire de Sarcelles (Seine-Saint-Denis) a donné raison au membre du gouvernement de Manuel Valls. "Oui ils ont raison. Ils décrivent une situation, ils décrivent surtout un risque. On s’aperçoit qu'il y a en France des quartiers où les choses peuvent se passer de la même manière."

Causeur - Honneur à Patrick Kanner! D’avoir osé parler des «Molenbeek français»

Monsieur Patrick Kanner, l’actuel ministre de la Ville, vient d’apporter un magnifique démenti au livre d’Élisabeth Lévy, La Gauche contre le réel. Il reconnaît qu’il y a en France « une centaine de quartiers » qui présentent « des similitudes potentielles avec Molenbeek ». Et ce ministre fait partie d’un gouvernement de gauche. Cela nous confirme qu’il y a dans ce gouvernement des gens capables de retirer les œillères de la gauche bien-pensante.

PRIMAIRE

Libé - Accords et désaccords sur la primaire à gauche

Si le «peuple de gauche» semble séduit par l'idée d'une primaire, l'organisation de ce scrutin est loin d'être acquise en raison de différends entre le PS et les autres partis, notamment les Verts et le PCF.

France Info - Une primaire de gauche début décembre

Les frondeurs du PS, les écologistes et les communistes visent la première quinzaine de décembre pour organiser leur primaire avec ou sans le Parti socialiste.

"La primaire est à portée de main", se réjouit le député socialiste de la Nièvre, Christian Paul. Le chef de file des frondeurs a convenu d’une date avec ses amis d’Europe écologie-Les Verts (EELV) et du Parti communiste français (PCF) "la première quinzaine de décembre, c’est la date idéale".

L'Obs - "Merci pour ce changement", le réquisitoire de Lienemann contre Hollande

Sénatrice PS de Paris, à l'aile gauche du parti, Marie-Noëlle Lienemann publie aux Editions du Moment, un brûlot contre la politique menée par Hollande depuis 2012. "L'Obs" en publie quelques extraits.

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris et classée à gauche du Parti socialiste, publie le 31 mars un livre réquisitoire contre François Hollande, Merci pour ce changement ! (Editions du Moment), dans lequel elle demande que son parti organise des primaires pour désigner son candidat à la présidentielle. Elle s’y porte d’ores et déjà candidate.
 

Dans l'hypothèse d'une candidature d'Alain Juppé à la présidentielle, le chef de l'État ne recueillerait que 14 % d'intentions de vote.

LAICITE

Yahoo Actualités - Polémique sur les vêtements islamiques développés par des marques occidentales

Les marques occidentales peuvent-elles développer des vêtements islamiques ? Le débat a enflammé les esprits mercredi, la ministre des Droits des femmes qualifiant d'"irresponsable" cette stratégie, tandis que des musulmans jugeaient "stigmatisante" cette polémique, commentée jusque dans les milieux de la mode.

Marianne- Après sa conférence à Bordeaux, Tariq Ramadan se pose une nouvelle fois en victime

Très décrié en France pour ses propos ambiguës sur les juifs, les homosexuels ou sur ses positions concernant la laïcité, le théologien et idéologue Tariq Ramadan donnait une conférence à Bordeaux samedi 26 mars, malgré les protestations du maire Alain Juppé. Il en a une nouvelle fois profité pour se plaindre d'être "diabolisé".

Ikhwan Info - Tariq Ramadan fait enfin son « coming out »

Tariq Ramadan reconnait avoir rejoint l’Union mondiale des savants musulmans (UMSM)*.  Une organisation sur la liste des organisations terroristes des Emirats Arabes Unis. L’Union mondiale des savants musulmans est dirigé par le sulfureux théologien des Frères Musulmans : Youssef Al Qaradawi.

L'homme, recherché par Interpol, est un « savant » antisémite, homophobe, auteur d’une fatwa autorisant à mener des attentats suicide. Une fatwa que l'on retrouve sur plusieurs sites du Hamas. Youssef Al Qaradawi a aussi réclamé la destruction de mausolées chiites et  justifié l'assassinat de personnalités comme Mouammar Kadhafi  et Saïd Ramadan Al Boutih. 

ESPAGNE

Libé - Espagne : socialistes et Podemos renouent les négociations pour former un gouvernement

Les socialistes et Podemos (gauche radicale) ont annoncé mercredi à Madrid la reprise de négociations en vue de former un gouvernement qui chasserait la droite du pouvoir en Espagne, alors qu’ils n’ont plus que quelques semaines pour éviter de nouvelles élections.

DECHEANCE DE NATIONALITE

Libé - Abandon de la déchéance: «Hollande, c’est l’amateurisme et le chaos»

Alors que François Hollande et ses soutiens socialistes attribuent à «une partie de l'opposition» l'abandon de la révision de la constitution, le parti Les Républicains leur renvoie la responsabilité de cet «échec». D'autres en revanche se félicitent de cette décision

Le Figaro - Déchéance de nationalité : un abandon en six actes

François Hollande a annoncé mercredi qu'il renonçait à intégrer la déchéance de nationalité dans la Constitution. Retour en six dates sur le parcours de ce texte controversé, véritable serpent de mer de l'exécutif.

Le Figaro - Déchéance de nationalité : amère victoire pour la gauche radicale

Frondeurs du PS, écologistes et Front de gauche, opposés à la déchéance de nationalité, imputent l'échec de la révision constitutionnelle à François Hollande.

Libé - Cambadélis : «Nous présentons nos excuses aux Français»

Mercredi, le premier secrétaire du PS a accusé la droite de ne pas avoir rendu possible la révision constitutionnelle. Une décision qui donne le sourire aux frondeurs.

04/03/2016

Gérard Filoche (PS): « le droit du travail a été érigé pour résister aux exigences des entreprises »


Gérard Filoche (PS): « le droit du travail a... par rfi

13:32 Publié dans Vidéo | Tags : filoche, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

17/01/2016

L'actualité des socialistes du 4 au 17 janvier (mise à jour)

A la une

Le Lab - Les frondeurs du PS dézinguent "l’alliance populaire" voulue par Cambadélis, "singulière pour ne pas dire solitaire"

Presque toute la gauche fantasme de voir émerger un "Podemos à la française". Et chaque rêveur espère en être à l’origine. Face à la crise et aux divisions que traverse le PS, Jean-Christophe Cambadélis a annoncé une grande initiative : la constitution d’une grande "alliance populaire" pour dépasser les partis. Mais cette initiative semble mal barrée, surtout en pleine polémique à gauche sur la déchéance de nationalité qui a mis le patron du PS dans l’embarras.

15, 16 et 17 janvier

Libé - Comment fracturer sa majorité en cinq jours

En choisissant d’inclure la déchéance de nationalité dans le projet de réforme de la Constitution, Hollande a créé la surprise. Récit.

Libé - «Un CDI pour les chômeurs de longue durée ? Une utopie réaliste»

Le député PS Laurent Grandguillaume, dont la proposition de loi «Territoires zéro chômage» a été votée mercredi soir par le Sénat, veut qu'on réinvestisse dans la création d’emploi le coût évité en prestations sociales.

Pas assez d’élus dans l’hémicycle, et voilà une mesure rencontrant l’opposition à la fois du gouvernement et du groupe socialiste à l’Assemblée adoptée. Les députés ont voté jeudi 14 janvier une proposition de loi écologiste qui supprime la publicité dans les programmes de France Télévisions pour les enfants de moins de 12 ans, ainsi que durant les quinze minutes qui les précèdent et qui les suivent
 

En tentant d'éviter une primaire à François Hollande, le Parti socialiste se retrouve empêtré dans son propre règlement intérieur.

Huffington Post - Comment la primaire peut être imposée au PS par voie judiciaire

Créer un appel d'air? Là résidait certainement la volonté des signataires du manifeste pour une primaire des gauches. Il faudra cependant une force plus intense pour imposer au PS d'organiser des primaires qui gênent aux entournures. La voix du juge se révèlera idéale en la matière.

Challenges - Trois membres de l'aile gauche du PS appellent à un plan de relance de 12 mds d'euros

Dans une lettre ouverte à l'exécutif et au premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, Emmanuel Maurel et Jérôme Guedj, membres du Bureau national, l'instance dirigeante du Parti Socialiste, ainsi que l'économiste Daniel Vasseur, considèrent qu'un tel plan est susceptible de "faire reculer réellement le chômage". Cette croissance de plus de 2% se répartirait entre les 1,5% prévu et le 0,9% "supplémentaire induit par ce plan".

Le Figaro - Primaire : Cambadélis renvoie la balle vers la gauche de la gauche

C'est l'autre débat de ce début d'année qui agite la gauche. Après la passe d'armes autour de la déchéance de nationalité, la question de l'organisation d'une primaire à gauche pour désigner le candidat à la prochaine présidentielle suscite de nombreux échanges. Mardi, lors de ses vœux à la presse, le premier secrétaire du PS a posé ses conditions quant à une éventuelle participation de son parti à ce scrutin réclamé lundi par une cinquantaine de personnalités dans Libération. Et à renvoyé la balle vers la gauche de la gauche, qui soutient avec plus ou moins d'enthousiasme l'initiative, à l'exception du Parti de gauche, fermement opposé.

Public Sénat - Cambadélis ouvert à une "primaire de la refondation", pas "de la contestation"

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, s'est déclaré mardi ouvert à une "primaire de la refondation", tout en soulignant que "le PS ne se sent pas concerné" par "une primaire de la contestation" qui se limiterait "à la gauche de la gauche".

13 et 14 janvier

RFI - Gérard Filoche (PS): "Un culot monstre de M. Gattaz, d'oser réclamer l'assouplissement du contrat de travail !"

Gérard Filoche, membre du bureau national du PS, ancien inspecteur du travail est l'invité du matin sur RFI. Auteur du livre Vive l’entreprise ? Le Code du travail en danger, il revient à partir de 7h50 au micro d'Arnaud Pontus sur le plan pour l’emploi, la rencontre entre les partenaires sociaux et l'appel pour une primaire à gauche.

Libé - Casse-tête sur la déchéance pour le groupe PS à l’Assemblée

Même si le sujet n'est pas à l'ordre du jour, il planera au-dessus de la réunion de groupe ce mardi.

Boursier - Le PS cherche une solution sur la déchéance de nationalité

PARIS (Reuters) - Le groupe socialiste de l'Assemblée nationale a chargé mardi le président de la commission des Lois de trouver une solution sur l'épineux problème de la déchéance de nationalité proposée par le gouvernement, qui divise profondément la gauche.

Le Point - Christian Paul (PS) sur la primaire : "En 2016, tout est ouvert !"

Le chef de file des frondeurs du PS Christian Paul ne ferme pas la porte à une primaire. Une réponse se prépare à la gauche du PS.

11 et 12 janvier

Huffington Post - Pourquoi une primaire de toute la gauche a très peu de chance d'être organisée avant 2017

"Pas impossible mais peu probable." La réaction de Jean-Christophe Cambadélis à la proposition de primaire ouverte à toute la gauche proposée par une trentaine de personnalités résume assez bien la situation à 15 mois de l'élection présidentielle. Dans Libération, intellectuels et personnalités (Daniel Cohn-Bendit, Thomas Piketty, Michel Wieviorka ou Vikash Dhorassoo) lancent lundi 11 janvier un appel pour que le candidat de la gauche et des écologistes en 2017 soit désigné à l'issue d'une primaire.

Le Lab - François Hollande reconnaît qu’il pourrait être contraint de participer à une "primaire de toute la gauche"

L’année 2016, qui sera placée sous le signe de la primaire (de la droite et du centre), avait commencé par un rappel malicieux d’un député PS : la primaire est inscrite dans les statuts du parti de la rue de Solférino. Fort de cette base "juridique" et de la demande persistante et régulière de la gauche du PS, un collectif, derrière notamment Daniel Cohn-Bendit, plaide ce lundi 11 janvier pour une primaire de toute la gauche, dans un appel publié dans Libération.

Boursorama - Primaire des gauches : le PS peu enthousiaste, Mélenchon ne veut plus de Hollande

L' appel et la pétition lancés lundi pour organiser une «primaire des gauches et des écologistes» en vue de la présidentielle de 2017 ont été accueillis fraîchement par le PS et l'hypothèse a été refusée tout net par Jean-Luc Mélenchon. 

Le Figaro - L'intérêt d'une grande primaire pour le PS : se débarrasser de François Hollande

Pour Thomas Guénolé, le débat au PS pour ou contre la grande primaire masque en réalité le retour en force du clivage entre la gauche du « Oui » et la gauche du « Non » au programme économique européen d'austérité.

France Info - Retour de l'idée d'une primaire pour "l'autre gauche"

Depuis le 23 décembre, la gauche est en ébullition sur la question de la déchéance de nationalité. Le projet d'une primaire ouverte refait surface : François Hollande déçoit et certains sont à la recherche d'un candidat alternatif pour incarner la gauche.

Le Monde - Les socialistes pris au piège du débat sur la déchéance de nationalité

Comment sortir d’un tel guêpier ? Les socialistes ne parviennent pas à s’extraire du débat imposé par François Hollande sur la déchéance de la nationalité pour les Français condamnés pour terrorisme. La mesure finalement maintenue par le président de la République dans le cadre du projet de loi de révision constitutionnelle ne passe toujours pas auprès de ses troupes. Alors que l’examen du texte doit débuter à l’Assemblée nationale le 3 février, l’affaire vire au véritable casse-tête politique et juridique pour l’exécutif et la majorité.
 

L'année 2016 est « année Mitterrand » avec ce 8 janvier le vingtième anniversaire de sa mort et, le 26 octobre, le centième anniversaire de sa naissance. Décryptage avec Rémi Lefebvre, professeur en science politique.

Mais 2016, c'est surtout la dernière année de mandat de François Hollande avant la Présidentielle. Comment, dans une situation de confusion politique et intellectuelle, alors que le PS traverse une crise profonde, le chef de l'Etat pense-t-il pouvoir tirer sa carte du jeu ? Rémi Lefebvre décrypte.

8 et 9 et 10 janvier

Francetvinfo - Pourquoi Taubira reste au gouvernement malgré ses désaccords avec l'exécutif

Déchéance de nationalité, travail dominical... La ministre de la Justice affiche souvent sa différence face à la politique menée par l'exécutif. Pourtant, elle ne compte pas lâcher son poste. Francetv info vous explique pourquoi.

Europe 1 - Les quadras du PS racontent leur François Mitterrand

20 ans après la mort de François Mitterrand, ces quadragénaires députés ou ministres du PS ont confié à Europe 1 le souvenir qu’ils gardent du premier président socialiste de la Ve République.

Le Figaro - Que reste-t-il du mitterrandisme au PS ?

Solférino s'apprête à rendre une série d'hommages à l'ancien président de la République, figure tutélaire du parti. L'ancien chef de l'État est régulièrement cité, mais son héritage s'effrite.

Europe 1 - Déchéance de nationalité : Martine Aubry rassemble les opposants PS

La maire de Lille tente de se poser en figure de proue des socialistes opposés à la mesure controversée. D'autres travaillent sur un dispositif de compromis, l'indignité nationale.

Manuel Valls et François Hollande s’apprêtent à faire face à la fronde d'élus socialistes la plus importante depuis le début du quinquennat. Le sujet qui fâche reste la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français et condamnés pour terrorisme. La fronde va commencer ce soir, lors du bureau national du Parti socialiste, rue de Solférino. Si l’on en croit un pointage informel réalisé au sein du PS, plus des trois quarts des membres du bureau national - l’équivalent de l’assemblée du parti - sont opposés à cette mesure. Plus de 60% des députés y sont également opposés.

6 et 7 janvier

Libé - L'«embarras» des socialistes sur la «déchéance pour tous»

Lors du bureau national du parti lundi soir, beaucoup de responsables PS se sont exprimés contre le projet d'extension de cette mesure, tout en acceptant l'idée de trouver une alternative.

Libé - Déchéance : Mandon en soutien

Le secrétaire d’état à l’Enseignement supérieur, Thierry Mandon, a défendu, sur RFI, la proposition du chef de l’Etat d’inscrire dans la Constitution la déchéance de nationalité des condamnés pour terrorisme : «Le président de la République a raison. Il cherche à susciter et réveiller le sentiment d’appartenance des Français à la nation.»

Le Figaro - Hamon craint que le quinquennat Hollande devienne «le meilleur succès de la droite»

En plein débat à gauche sur la déchéance de nationalité, le député PS des Yvelines s'alarme de voir sa famille politique s'éloigner de ses fondamentaux, dans les idées comme dans les mots.

Le JDD - Déchéance de nationalité : comment le PS peut s'en sortir?

Lundi soir, le Parti socialiste tient son premier bureau national de 2016. Et le sujet - polémique - de la déchéance de nationalité risque d'animer la soirée. 

4 et 5 janvier

Boursorama - Cambadélis (PS): l'élargissement de la déchéance de nationalité "pas indigne"

Le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a jugé lundi "discutable" mais "pas indigne" la réforme de la déchéance de nationalité voulue par François Hollande et a évoqué plusieurs pistes d'évolution du texte, dont l'indignité nationale ou une déchéance appliquée "à tous les Français, pas seulement aux binationaux".

Le Parisien - Présidentielle 2017 : un député PS relance le débat sur une primaire à gauche

Petit message du Nouvel an à l'adresse de François Hollande. Jean-Patrick Gille, député PS d'Indre-et-Loire, s'est fendu d'un rappel, ce samedi via son compte Twitter. Celui de l'article 5.3.1 des statuts du PS : «Le candidat à la présidence de la République est désigné aux travers de Primaires citoyennes ouvertes.» Façon de souligner, confie l'élu socialiste au Parisien.fr, qu'«il n'est pas évident que François Hollande sera le prochain candidat du PS à la présidentielle». Il insiste : «Ce n'est écrit nulle part!»

Le Lab - 14 parlementaires PS montent au créneau pour défendre la déchéance de nationalité

Voilà la cavalerie. Légère quand même la cavalerie. Alors que selon certains décomptes, plus de 60 parlementaires socialistes se sont déjà exprimés publiquement contre la déchéance de nationalité, que plusieurs ministres sont sur la même ligne (n’est-ce pas Christiane Taubira ?), voilà qu’une grosse poignée de députés et sénateurs PS montent au créneau pour défendre la déchéance de nationalité portée par François Hollande (et qui l’a répété durant ses vœux du 31 décembre).

Le JDD - La tribune de 14 parlementaires PS qui volent au secours de Hollande

INDISCRET - 14 députés et sénateurs défendent dans le JDD la position adoptée par le président de la République et le Premier ministre sur la déchéance de nationalité.

13/01/2016

Gérard Filoche : "Un culot monstre de M. Gattaz, d'oser réclamer l'assouplissement du contrat de travail !"


Gérard Filoche : "Un culot monstre de M... par rfi

13:00 Publié dans Vidéo | Tags : filoche, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

11/12/2015

L'actualité des socialistes du 30 novembre au 13 décembre (mise à jour)

Prochaine mise à jour dimanche soir

A la une

Lyon Mag - Le PS et la stratégie du scorpion

Meeting de fin de campagne pour Queyranne.

9 décembre. Ninkasi Gerland. 20h30. Cécile Cukierman, sénatrice du Parti Communiste est à la tribune pour dire qu’elle aurait voulu faire dès le départ l’union avec Queyranne. Jean-Charles Kholhaas vient ensuite, qui sous-entend qu’il aurait bien voulu ne pas la faire du tout, cette union. Mais c’est le moment de l’unité. Il y Najat Vallaud-Belkacem aussi. Calme et souriante. Elle a 5 minutes. Elle est arrivée pile à temps dans la voiture de Didier Vullierme, le numéro 7 sur la liste de Queyranne et secrétaire de section du PS de Villeurbanne. Je passe là-dessus.

11, 12 et 13 décembre

L'Obs - Le PS en Nord-Pas-de-Calais, une chute aux sources anciennes

Lille (AFP) - Une nouvelle fois lourdement défaite dimanche dernier, la gauche dans le Nord-Pas-de-Calais paie le prix de ses errements locaux mais surtout l'addition de la crise industrielle qu'elle a prise de plein fouet, selon des analystes et militants de la région.

Libé - Cambadélis sort sa plume pour câliner les socialistes retirés (ou pas)

Dans un courrier dont Libération a obtenu copie, le patron du PS s'adresse aux militants socialistes qui n'auront pas d'élus régionaux. Et fait comme si, dans l'Est, ils avaient suivi la consigne

Il est « en deuil », abattu. Quatre jours après le premier tour des élections régionales, qui a vu le Front national (FN) remporter 40,6 % des voix en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Emmanuel Cau est venu signer un dernier papier, « vider » son ordinateur, dire au revoir à ceux qui sont encore là. La décision du PS de retirer ses listes dans cette région pour faire barrage au FN a scellé son sort

Le JDD - Régionales : les derniers sondages avant le second tour

La droite face au FN dans le Nord et en Paca, le duel Pécresse-Bartolone en Ile-de-France, la triangulaire dans le Grand Est... Voici les principaux points chauds du second tour des élections régionales dimanche.

Elections régionales en France: un second tour extrêmement serré

Le second tour des élections régionales approche en France et la campagne électorale se termine ce vendredi 11 décembre. Après ses résultats imposants du premier tour, le FN est évidemment au coeur de toutes les discussions. Dans de nombreuses régions, des triangulaires verront s'affronter les candidats de la droite, de la gauche et du FN

Boursorama - Claude Bartolone maintient ses propos contre Valérie Pécresse

PARIS (Reuters) - Claude Bartolone, candidat socialiste aux élections régionales en Ile-de-France, a déclaré vendredi qu'il ne retirait "rien" de ses attaques contre son adversaire de droite Valérie Pécresse, qualifiée d'avocate de "la race blanche".

La chef de file des listes Les Républicains-UDI-MoDem entend porter plainte pour "injure aggravée" après que le président de l'Assemblée l'a accusée dans L'Obs de tenir les "mêmes propos que le FN".

Francetvinfo - Régionales : la polémique Bartolone, Pécresse et "race blanche" en six actes

Le candidat PS en Ile-de-France accuse son adversaire de faire la "danse du ventre aux électeurs du FN". Valérie Pécresse envisage de porter plainte pour "injure aggravée".

Les Inrocks - Pourquoi le FN a franchi un cap grâce aux élections régionales

Au lendemain du premier tour des élections régionales, cinq politologues tenaient une conférence sur les “Radicalités politiques” de la Fondation Jean-Jaurès. Ils ont livré à un parterre de journalistes leurs analyses sur l’installation durable du FN dans le paysage politique français.

10 décembre

France 3 - Christian Paul, le chef de file des frondeurs PS, demande un "nouvel agenda politique"

Christian Paul, député de la Nièvre et chef de file des députés frondeurs du PS, a appelé à "réunir la gauche" et à définir après les régionales "un nouvel agenda politique qui rende ce rassemblement possible".

Le Figaro - Régionales : le «barrage républicain» laisse les frondeurs du PS sceptiques

Le «barrage républicain» passe mal à la gauche du Parti socialiste. Prôné au soir des résultats par Jean-Christophe Cambadélis, puis par Manuel Valls lundi soir, le désistement de la liste socialiste au profit de la droite pour contrer le FN en Paca, Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Grand-Est, créé un malaise chez les frondeurs. «Il ne faut pas confondre résistance et capitulation», estime Jean-Pierre Blazy, député-maire socialiste de Gonesse (Val-d'Oise). Parfois classé frondeur, le député appelle à soutenir Jean-Pierre Masseret qui a refusé de se retirer dans l'Est, ouvrant la voie à une victoire du frontiste Florian Philippot dimanche prochain. «Pour faire barrage au FN, il faut opposer une résistance de gauche perceptible par les électeurs dans les actes», préconise Blazy. Il appele plutôt à «résister» en tenant «les engagements de campagne de 2012 du candidat François Hollande» et en obtenant «un arrêt des politiques d'austérité en Europe qui fabriquent du chômage».

Europe 1 - Le retour des frondeurs

Manuel Valls qui croyait s’être débarrassé des frondeurs va devoir de nouveau compter avec eux.

Le retour des frondeurs c’est maintenant puisqu’ils vont se réunir dimanche après-midi et interviendront dans le débat dès dimanche soir à l’occasion des résultats des régionales pour réclamer un changement dans la politique gouvernementale.

9 décembre

Francetvinfo - TRIBUNE. "Le front républicain, une capitulation" : le coup de gueule du socialiste Gérard Filoche

Gérard Filoche estime que battre le FN ne peut pas passer par une alliance entre la gauche et la droite. "Seule une gauche qui croit en la gauche, et fait une politique de gauche, peut nous sauver du désastre", martèle-

Challenges - Comment les choix du PS contribuent à faire monter le FN

Le PS actuel n'a-t-il pas sa part de responsabilité dans la montée du vote FN et de ses idées dans la société? Le politologue Fabien Escalona, spécialiste des gauches européennes à Sciences Po Grenoble, répond par l'affirmative.

Les Inrocks - “Le PS est dans une logique d’auto-destruction”

Au lendemain des élections régionales, le chercheur Rémi Lefebvre dépeint un Parti socialiste qui ne séduit plus les milieux populaires, enfermé dans des “luttes stériles” et un “entre-soi groupusculaire”.

Le Monde - Elections régionales : comment en est-on arrivé là ?

Editorial du « Monde ». Après sa percée aux élections européennes de 2014 (25 % des voix), confirmée aux départementales de mars 2015, le Front national poursuit donc sa marche en avant. Au premier tour des régionales, dimanche 6 décembre, le parti d’extrême droite a réalisé une performance totalement inédite. Non seulement il a recueilli 27,83 % des suffrages sur le plan national et devancé à la fois l’union des droites Républicains-UDI-MoDem (27,33 %) et les listes socialistes (23,26 %), mais il arrive en tête dans six des treize grandes régions métropolitaines et se trouve en position de force pour l’emporter en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, voire en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

7 et 8 décembre

Francetvinfo - Régionales : quelle stratégie pour le PS, région par région ?

Au lendemain du premier tour, certains accords sont déjà scellés et des candidatures enterrées. Mais les partis ont jusqu'à mardi 18 heures pour déposer leurs listes définitives.

20 Minutes - Régionales 2015: Le PS du Rhône appelle à voter Queyranne pour la première fois, Collomb reste muet

ELECTIONS Jusque-là, la fédération départementale du PS n'avait jamais apporté son soutien au président socialiste de Rhône-Alpes, en raison de divisions internes...

20 Minutes - Régionales 2015: Après le retrait de la liste PS dans le Nord, le désarroi des militants

POLITIQUE Certains militants du PS et sympathisants de gauche ont du mal à comprendre le désistement de Pierre de Saintignon…

Le Monde - Elections régionales : un résultat médiocre pour le PS au premier tour

Avec 22 % à 23 % des voix selon les instituts de sondages, le Parti socialiste se place en troisième position du premier tour des élections régionales, derrière le FN et Les Républicains. Un résultat médiocre, qui confirme, voire amplifie les estimations de votes dans les derniers jours de la campagne. Largement décrochée face à l’extrême droite dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en PACA, les socialistes se retrouvent dans une situation politiquement compliquée alors qu’au même moment, électoralement, le PS est en situation de se maintenir et peut-être de l’emporter au second tour dans plusieurs autres régions.

Europe 1 - Régionales : Cambadélis annonce le retrait des listes PS en Paca et dans le Nord

Le député de Paris a annoncé que le PS allait tout faire pour faire barrage au FN dans ces deux régions.

Marine Le Pen et Marion Maréchal – Le Pen sont dans une position idéale pour s’imposer dans le Nord-Pas-de-Calais et en Paca, après leurs très bons scores au premier tour des régionales. Mais Jean-Christophe Cambadélis entend tout faire pour faire barrage au FN.

20 Minutes - Régionales 2015: 34% des jeunes ont voté Front national

EXCLUSIF C 'est 4 points de plus que la moyenne nationale, selon un sondage Harris Interactive pour «20 Minutes»..

Le FN est le grand vainqueur du premier tour des régionales. Le parti de Marine Le Pen a séduit près de 30 % des électeurs au niveau national. Chez les jeunes, le score est encore plus impressionnant. Selon une enquête exclusive* de Harris Interactive pour 20 Minutes, 34 % des 18-30 ans ont voté pour le Front national au premier tour. Le Parti socialiste (et alliés) arrive loin derrière à 22 %, la droite et le centre (LR-UDI-MoDem) à 19 %, et les listes Front de Gauche-EELV à 12 %.

Challenges - Régionales: entre défaite et espoir de victoire(s), le paradoxe du PS

La gauche sort du premier tour dans une situation paradoxale. Malgré un faible score de 36% des voix, elle peut cependant espérer gagner entre 3 et 6 régions au second tour. Un phénomène dû au score du FN et au mode de scrutin.

 
Un Front national en tête, mais dans des proportions plus importantes qu’escompté par les instituts de sondage, des Républicains dont la victoire annoncée sera forcément ternie par cette poussée de l’extrême droite et des socialistes en chute libre : le premier tour des élections régionales, dimanche 6 décembre, semble avoir confirmé, mais également amplifié les estimations réalisées par les instituts de sondage dans les derniers jours de la campagne.

Le Figaro - Face au FN, le PS choisit le «barrage républicain» contre l'avis de ses candidats

Dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en Paca et dans le Grand Est, le Front national est en tête, les socialistes en troisième position. La direction du PS a demandé aux candidats de se retirer.

Francetvinfo - Elections régionales : sans surprise, le PS en difficulté à l'issue du premier tour

La gauche, qui avait remporté la quasi-totalité des régions en 2010, s'est effondrée, dimanche. Elle devrait toutefois conserver certains bastions.

Le JDD - Régionales : le PS en bonne position en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes

REGIONALES 2015 - La grande région du Sud-Ouest rassemblant l'Aquitaine, le Limousin et Poitou-Charentes est l'une des deux seules avec la Bretagne où le PS termine en tête du premier tour. Avec 31,5% des voix, la liste d'Alain Rousset devance nettement la droite de Virgine Calmels (25,9%) et le FN (22,8%).

Boursorama - Le candidat du PS en PACA écarte tout désistement face au FN

PARIS (Reuters) - Le candidat du PS en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Christophe Castaner, a écarté dimanche tout désistement au profit de la droite face au Front national dont la liste menée par Marion Maréchal-Le Pen a obtenu plus de 41% des voix au premier tour des élections régionales

Impôt sur le revenu et CSG : le Sénat rejette l'amendement Ayrault

Cet amendement propose de baisser la CSG sur les bas revenus.

Le Sénat a rejeté vendredi l'amendement au projet de loi de finances 2016 de l'ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault adopté par les députés. Cet amendement amorce une progressivité de la CSG. Il pourrait toutefois être à nouveau introduit en nouvelle lecture à l'Assemblée nationale où il avait suscité en première lecture de profondes critiques d'une partie des socialistes et de fortes réserves du gouvernement.

6 décembre

Boursorama - Régionales: le PS maintient le mystère sur ses intentions pour le second tour

Le PS, en mauvaise posture dans la plupart des régions, entretient soigneusement le mystère sur ses intentions pour le deuxième tour des régionales, réservant sa réponse pour dimanche soir, et assurant toutefois qu'il fera tout pour faire barrage au Front national.

Le Monde - Elections régionales : le FN en tête des intentions de vote au premier tour dans 6 régions

A quelques jours du scrutin, le Front national est en tête des intentions de vote au premier tour des élections régionales des 6 et 13 décembre, dans le total agrégé au plan national ainsi que dans six régions sur douze (hors Corse et outre-mer).

De quelque façon que l’on prenne ce très vaste sondage, le poids de l’extrême droite et sa progression sont les principaux enseignements de la première vague de l’enquête Ipsos/Sopra Steria pour le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) et Le Monde, réalisée par Internet du 20 au 29 novembre auprès d’un échantillon de 23 061 personnes.

4 et 5 décembre

Le Figaro - Déchéance de nationalité : les réticences de Martine Aubry

L'inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité pour les djihadistes binationaux nés en France fait débat au Parti socialiste. Annoncée par le président de la République lors de son discours devant le Congrès de Versailles, la mesure irrite la majorité. Dernier exemple en date, la sortie ce jeudi de Martine Aubry sur BFM-TV et RMC. «Je ne suis pas sûre que ce soit très efficace. On ne modifie pas des textes aussi importants pour faire bien ou pour faire plaisir ou donner l'impression que l'on va plus loin», a déclaré la maire PS de Lille.

Le Monde - Refusons l’extension de la déchéance de la nationalité ! Par Patrick Weil et Jules Lepoutre

Après que François Hollande a déclaré au Congrès du 16 novembre vouloir « pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ou un acte de terrorisme, même s’il est né français, je dis bien “même s’il est né français” dès lors qu’il bénéficie d’une autre nationalité », voilà que le gouvernement demande au Conseil d’Etat s’il n’est pas nécessaire de modifier la Constitution pour mettre en œuvre la proposition du président. La réponse est doublement : Non ! Non, juridiquement, et non politiquement au sens le plus noble du terme.

Boursorama - Régionales: Cambadélis (PS) appelle les Français à une "participation massive"

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a lancé jeudi un appel à une "participation massive" des Français, avant le premier tour des régionales dimanche.

 "L'enjeu du premier tour, ce n'est pas le score du FN mais la participation (...) Dimanche, allez voter! (...) Transformez la journée de dimanche en une manifestation civique puisque nous ne pouvons manifester", a souligné le responsable PS dans une déclaration lue devant la presse.

Francetvinfo - Régionales : Valls invoque le "patriotisme" pour appeler au vote PS

Le Premier ministre faisait jeudi son seul et unique meeting, pour soutenir la candidature de Claude Bartolone à Paris.

Le Parisien - Lanceurs d’alerte : un député PS veut une agence nationale de l'alerte

Yann Galut, député (PS) du Cher spécialiste de la lutte contre la fraude fiscale, dépose ce matin à l’Assemblée nationale une proposition de loi relative à la protection des lanceurs d’alerte. Il a été le rapporteur de la loi de lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière de 2013. 

2 et 3 décembre

Metro - Déchéance de nationalité : gros cas de conscience au PS

TROUBLE - Au lendemain des attentats, François Hollande a annoncé une mesure visant à déchoir de leur nationalité des individus liés au terrorisme dans le cas où ils seraient binationaux, y compris s'ils sont nés en France. Le projet, soumis à l'expertise du Conseil d'Etat, crée de sérieux remous à gauche. Et un peu aussi à droite. Voici pourquoi.

Boursorama - Régionales: maintien ou pas ? Le PS fera connaître sa décision dimanche soir

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis fera connaître la position du parti sur l'éventuel maintien de ses listes au second tour des régionales dès dimanche soir, a-t-on appris auprès de plusieurs sources au PS mercredi.

"Le Bureau national se réunira à 21H30 (dimanche), Jean-Christophe Cambadélis s'exprimera à l'issue. Il fixera la ligne", a indiqué un cadre du PS. "Un vote du BN" devrait "asseoir sa position", a-t-il ajouté.

Boursorama - Régionales: le PS n'envisage ni retrait ni fusion au 2e tour dans le Grand Est

Le candidat socialiste dans le Grand Est Jean-Pierre Masseret n'envisage "ni retrait, ni fusion" avec la droite au second tour des élections régionales, a-t-il déclaré mercredi lors d'un débat avec les autres têtes de liste de la région.

Boursorama - Régionales : En Bourgogne-Franche-Comté, Montebourg mouille le maillot pour la liste PS

Bien qu'en réserve de la vie publique, l'ancien ministre de l'Économie effectue ce mercredi un déplacement de campagne dans le Jura et le Doubs pour soutenir la tête de liste du PS en Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay.

Bond de popularité pour le président de la République. La cote de François Hollande a augmenté de 22 points en un mois pour atteindre 50 % d’opinions positives, son meilleur score depuis juillet 2012, selon le tableau de bord IFOP/Fiducial pour Paris Match et Sud Radio réalisé après les attentats du 13 novembre et publié mardi 1er décembre.

Europe 1 - Régionales : l’impossible équation du PS face au FN

Dans les régions où le Front national peut l’emporter, le Parti socialiste est déchiré entre fusion avec la droite, retrait pur et simple ou maintien de sa liste. Et aucune solution n’est satisfaisante. 

La Tribune - Régionales Île-de-France : en retard, le PS jette ses dernières forces dans la bataille.

Les lieutenants de campagne de Claude Bartolone dénoncent la « dérive droitière » de la candidate LR-UDI-MoDem, Valérie Pécresse, et tentent de la mettre face à ses contradictions.

L'Obs - Régionales: Cambadélis qualifie de "fait majeur" la prise de position de la Voix du Nord

Le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a salué lundi soir la prise de position de la Voix du Nord contre Marine Le Pen aux régionales dans le Nord-pas-de-Calais/Picardie, la qualifiant de "fait majeur".

30 novembre et 1er décembre

France 3 - Sondage. Match serré entre Wauquiez et Queyranne

Un sondage sorti ce dimanche 29 novembre confirme "un match extrêmement serré", dixit BVA, entre le Président de la Région Rhône-Alpes sortant, Jean-Jack Queyranne, et son opposant Laurent Wauquiez.

Le sondage dans le détail

Boursorama - Régionales: pour Cambadélis (PS), le FN est "surcoté"

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, a jugé dimanche que le Front national était "surcoté" dans les sondages, qui ne mesurent pas le vote frontiste mais la "peur" des Français à l'approche des élections régionales des 6 et 13 décembre.

Le Huffington Post - FN et Républicains au coude-à-coude et PS largué aux élections régionales selon des sondages

Les Républicains (LR) et le Front National (FN) font jeu égal au premier tour des élections régionales du 6 décembre avec chacun 28% des intentions de vote, loin devant le Parti socialiste (22%), selon un sondage Ifop publié par le Journal du Dimanche ce 29 novembre. "Il n'y a pas d'effet électoral post-attentat", souligne l'hebdomadaire.

Le JDD - Notre sondage avant les régionales : la droite et le FN au coude à coude

46% des électeurs ont l’intention de voter aux élections des 6 et 13 décembre. Le FN progresse. A gauche, il n’y a pas d’effet électoral post-attentats.

Libé - Contre le FN, la droite lorgne les voix PS

Dans leurs régions respectives, Xavier Bertrand et Christian Estrosi tablent sur un désistement des socialistes avant le second tour.

01/11/2015

L'actualité des socialistes du 19 octobre au 2 novembre (mise à jour)

A la une

France Inter - La fin des frondeurs ?

Y a-t-il encore des frondeurs à l'Assemblée nationale? Jamais, ils n'ont été aussi discrets... Faut-il y voir la fin d'un mouvement, et surtout, une victoire de Manuel Valls qui - face à eux - n'a jamais cédé ?

France Info - Le député PS Pouria Amirshahi lance le "Mouvement commun"

Il a voté contre le budget 2016 mardi dernier, ce qui pourrait lui valoir une exclusion de son parti. Le 8 novembre, le député socialiste des Français de l'étranger participera à la naissance d'un nouveau collectif militant.

Son constat : la défaillance des gouvernants, "incapables de faire face aux possédants". Ses mots d'ordre : "radicalité démocratique" et "sincérité". Le 8 novembre, à la Parole errante à Montreuil, le député socialiste des Français de l'étranger Pouria Amirshahi lancera le Mouvement commun.

29, 30, 31 octobre et 1er et 2 novembre

Rue 89 - Des socialistes du Rhône prédisent la défaite de Jean-Jack Queyranne et le lâchent

La guerre des places sur les listes du candidat socialiste aux élections régionales fait rage. Le journal le Progrès annonce ce mercredi plusieurs départs de la liste Nouveau Rhône du candidat socialiste Jean-Jack Queyranne -le quotidien se trompant sur le nombre de colistiers : ils sont en fait 4 au lieu des 6 annoncés (Jules Joassard, Jean-Henri Soumirieu, Michèle Brun-Piguet et Rafi Nakas).

C’est Jules Joassard, conseiller municipal à Sérézin-du-Rhône, qui est le plus déçu : il s’attendait à être tête de liste et n’a finalement obtenu que la troisième place. Qu’il a donc choisie de ne pas prendre.

Slate - Maintien, retrait ou fusion des listes au second tour des régionales: qui pense quoi au PS?

Voici les déclarations de dix ténors du PS et d’un ministre «anonyme» sur la stratégie électorale socialiste au second tour des élections régionales de décembre.

Au second tour des régionales, et face à un risque élevé dans certaines régions, comme dans le Nord-Pas-De-Calais-Picardie ou en Provence-Alpes-Côte d’Azur, de voir le Front national remporter les élections, quelle attitude doit adopter le Parti socialiste? La majorité se déchire actuellement sur cette question, hésitant entre un maintien des listes, un «Front républicain» classique (se retirer au second tour pour laisser plus de chances au parti de Nicolas Sarkozy de remporter la mise) ou une fusion des listes. Pour y voir plus clair sur «qui pense quoi?» à Solférino, voici les déclarations de dix ténors du PS et d’un ministre «anonyme», classées en trois catégories

Libé - Comment le PS s’est englué dans le front républicain

Fin juin, nous écrivions déjà qu’«en étant clairs aujourd’hui» sur leur attitude dans l’entre-deux tours pour faire barrage au FN - maintien ? retrait ? fusion ? - «les chefs de file PS n’auront plus à répondre à cette question durant la campagne. Ils pourront se concentrer sur leur projet, seule chance de ne pas finir troisième». On y est : après avoir réussi, grâce à l’astuce d’un référendum baroque, à imposer la question de l’unité de la gauche dans le débat des régionales, la direction du PS voulait enclencher la deuxième étape de sa campagne : celle de son programme. Raté. Les mauvais sondages s’accumulant dans les régions à risque FN (Paca, Nord-Pas-de-Calais-Picardie), les médias n’ont cessé d’interroger le moindre socialiste sur sa position sur le second tour.

Public Sénat - Régionales : le front républicain sème la confusion au PS

En ouvrant la porte au Front républicain pour barrer la route au FN, Manuel Valls relance un débat qui divise aujourd’hui le PS. Si les élus du Nord-Pas-de-Calais-Picardie ne veulent pas en entendre parler, la sénatrice des Bouches-du-Rhône Samia Ghali ne dit pas non. A droite, le sénateur LR de l’Aisne Antoine Lefèvre défend l’idée et se dit même favorable à une « coalition gauche/droite ».

Le JDD - Front républicain : le PS renvoie la balle à la droite

Au Parti socialiste, l’idée d’un front républicain au second tour face au FN fait son chemin. En coulisses, des ténors du parti attendent désormais des gages des Républicains.

26, 27 et 28 octobre

Ouest-France - Elections régionales. Le PS a adopté sa stratégie pour décembre

Ce lundi soir, le bureau national du Parti Socialiste s'est réuni pour mettre au point une stratégie pour sa campagne des élections régionales, sous la houlette de Cambadélis.

Le bureau national du PS a adopté ce lundi soir sa stratégie pour la campagne des régionales, Jean-Christophe Cambadélis lançant une mise en garde contre toute hypothèse concernant le second tour, a indiqué à l'AFP Corinne Narassiguin, porte-parole du PS.

Le Parisien - Parti socialiste européen : le cadeau de Cambadélis à Tsipras

Entre Syrisa et le PS français, tout va désormais pour le mieux. Pourtant, l'idylle avait plutôt mal commencé. Lors de l'arrivée au pouvoir à Athènes du «parti de la gauche radicale», le 25 janvier 2015, les socialistes français étaient plutôt inquiets.

Le JDD - Au PS, bientôt la fin des frondeurs?

L'heure n'est plus à la fête. Après avoir vu leurs effectifs fondre de moitié, les frondeurs sont gagnés par un certain spleen. Dans le Parisien, ils sont plusieurs à annoncer que le mouvement décline.

23, 24 et 25 octobre

Slate- Les candidats PS aux régionales ont le choix entre l'inconnu et le trop connu

Pour garder leurs régions, les candidats socialistes doivent jouer les équilibristes: défendre leur bilan ou leur programme local sans trop parler de François Hollande. Problème: le président est souvent plus connu que les candidats.

Huffington Post - Jean-Christophe Cambadélis s'énerve contre "Le Monde" qu'il accuse de vouloir "faire la peau au PS"

Que choisira de faire le Parti socialiste aux régionales dans les zones où le FN arrivera en tête des sondages et que son candidat se classera en troisième position derrière Les Républicains?

La gauche décidera-t-elle d'"aider la droite ou favoriser le FN?". C'est la question que se pose en Une samedi 24 octobre Le Monde. Une interrogation qui n'est apparemment pas du goût de Jean-Christophe Cambadélis.

Boursorama - Régionales : le FN en force dans les sondages, une majorité de régions à droite

Le Front national proche de la victoire dans le nord et en PACA, la droite qui rafle les deux tiers des régions et le PS qui perd la plupart de ses bastions : à six semaines du 1er tour des régionales, les sondages prédisent un nouveau désaveu cinglant pour l'exécutif.

Trois principaux enseignements de cette première vague d'enquêtes. Le FN confirme sa poussée et Marine Le Pen peut clairement l'emporter en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, la droite et le centre devraient s'imposer dans au moins sept régions et le PS et ses alliés, en net recul, conserveraient trois de leurs fiefs.

Boursorama - Air France: "pas de dialogue social réel", jugent des députés PS après une rencontre de l'intersyndicale

Il n'y a "pas de dialogue social réel" à Air France, ont jugé jeudi des députés socialistes après une rencontre avec l'intersyndicale, qui sera auditionnée tout comme la direction de la compagnie aérienne prochainement à l'Assemblée nationale.

Huffington Post - Philippe Kaltenbach, sénateur PS, condamné à un an de prison ferme pour corruption

Le sénateur PS Philippe Kaltenbach a été condamné à deux ans d'emprisonnement, dont un ferme, pour corruption passive, jeudi 22 octobre, par le tribunal correctionnel de Nanterre, ainsi qu'à une inéligibilité de 5 ans et 20.000 euros d'amende.

L'Obs - Face au FN, le PS préfère les calculs aux valeurs

D'un côté, Hollande sonne le tocsin contre le FN. De l'autre, des élus socialistes de poids laissent entendre qu'il faut en finir avec le front républicain. Un double discours au mieux hypocrite, au pire irresponsable.

21 et 22 octobre

20 minutes - Vote du budget 2016: Pourquoi la fronde socialiste s’essouffle

Le vent de fronde est-il retombé ? L’Assemblée nationale a adopté mardi la première partie du budget de l’Etat. Le vote a été obtenu avec une majorité légèrement plus large que l’année précédente et une fronde réduite de moitié. 18 « frondeurs » PS se sont abstenus mardi contre 39 en octobre 2014. 20 Minutes dresse 4 raisons de l’affaiblissement du mouvement avec l’historien Jean Garrigues.

Rue 89 - Référendum du PS : « L’objectif n’était pas un chiffre ! »

On a enfin des précisions sur le « référendum » organisé par les socialistes sur la question de l’unité de la gauche aux régionales : les chiffres annoncés sont des estimations. Et ce n’était pas un « vote », mais un « ovni ».

Lors de la préparation de notre article sur le « référendum » organisé par les socialistes à la fin de la semaine dernière sur l’envie de voir la gauche unie pour les régionales, les cadres du parti, chargés de la logistique, nous avaient promis des réponses, mais seulement ce mardi. De vive voix.

Nous les avons donc rencontrés pendant près d’une heure et demie pour une explication de texte, dans un café à deux pas de Solférino.

Libé - Le tandem Ayrault-Muet et l’exécutif ne se lâchent plus

L’exécutif ne prend pas à la légère l’amendement Ayrault introduisant une dose de progressivité de la CSG. Loin de là. Si le débat autour de cet amendement signé par 137 députés PS a été reporté au 12 novembre, les ministres et François Hollande sont à l’écoute de ses deux auteurs. Et dieu sait qu’ils ne sont pas chauds pour mettre en place ce dispositif dès 2016. Mardi dernier, le député Pierre-Alain Muet a rencontré le ministre des Finances, Michel Sapin, et son secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert. Rebelote le soir, en présence de l’ex-Premier ministre. Entre-temps, Muet, reçu à l’Elysée avec d’autres parlementaires, en a touché un mot à Hollande. Lequel s’est ensuite entretenu avec Ayrault lors d’un déplacement à Saint-Nazaire. Quatre entrevues en une journée : «On ne peut pas dire qu’on a été mal traités», admet Pierre-Alain Muet.

Le JDC- Le député PS Christian Paul s'abstient sur le volet du Budget 2016 consacré aux recettes

..... 247 députés ont voté contre et 32, dont 18 socialistes (ils étaient 39 l'an dernier), se sont abstenus. Parmi ces derniers, le député PS de la Nièvre Christian Paul, qui a justifié son choix par les mots suivants :  "Le budget ne répond pas à la crise économique, au chômage de masse et aux inégalités des territoires".

Le secrétaire national du Parti de Gauche Alexis Corbière a publié un enregistrement compromettant où Julien Dray qualifie les deux ténors du Parti socialiste de "manipulateurs" et de "fainéants".

Metro - Ce député PS frondeur qui votera contre le budget du gouvernement

RÉBELLION - Alors que les députés de l'aile gauche du PS hésitent entre voter ou s'abstenir sur le projet de budget du gouvernement mardi, l'un d'eux va plus loin. Pouria Amirshahi votera contre, nous indique son entourage.

Le Parisien - Référendum PS : les frondeurs écrivent à Cambadélis pour regretter «un coup de pub»

Des parlementaires fondeurs socialistes, dont Christian Paul, Benoît Hamon et Marie-Noëlle Lienemann, ont écrit à Jean-Christophe Cambadélis au lendemain des résultats du référendum sur l'unité aux régionales.

Libé, Désontox - Taubira, le laxisme, la justice : une semaine d'intox

Prison, récidive, peines planchers... Désintox revient sur une semaine de débat à propos du laxisme de la justice, et relève huit intox. Dans les deux camps.

19 et 20 octobre

Le Monde - Régionales : le PS présente son programme national

Campagne locale, mais programme national. La direction du Parti socialiste a présenté lundi 20 octobre la liste des mesures que tous les candidats aux élections régionales devront défendre sur le terrain, en plus de leurs engagements personnels. Lors de la réunion hebdomadaire du bureau national, Christophe Borgel, le responsable des élections à Solférino, a détaillé les promesses de campagne qui ont été élaborées au sein du comité de campagne qui réunit l’ensemble des têtes de liste des 13 régions. La plupart d’entre elles sont issues des programmes des différents candidats à travers le pays.
 
 
Lors de sa conférence avec les partenaires sociaux, lundi, François Hollande s’est posé en défenseur du dialogue social en vue de 2017. Avec qui, contre qui et avec quels moyens ? Eléments de réponse.
 

Au son de sa voix, on sent qu’il est atterré. Alexis Braud a organisé la primaire présidentielle écologiste en 2011. C’est lui qui avait dénoncé les dysfonctionnements du vote électronique lors de la primaire de l’UMP, avant les municipales, en 2013 à Paris. Cette fois, c’est au tour des socialistes :

« Il n’y a pas de raisons que le PS ne mange pas s’il fait aussi n’importe quoi. »

L’élu écolo vient de poster un courrier adressé à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Il y dénonce les conditions d’organisation du référendum voulu par Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste.

Libé - Dray et Mélenchon se castagnent à coups de vieux dossiers
Jean-Luc Mélenchon et Julien Dray : une histoire sans fin. Elle est née à la fin des années 80. François Mitterand, le président de la République, file une circonscription dans l’Essonne à Julien Dray : le territoire de Jean-Luc Mélenchon. Les deux hommes s’allient politiquement, malgré leurs différences et une sorte de rivalité. Les années passent. Des hauts, des bas. A l’aube des années 2000, ils se séparent. Depuis, ils se guettent de loin. Ces derniers jours, ils ont repris le contact de manière un peu particulière. Histoire en deux épisodes.

22/10/2015

Gérard Filoche - CPA, la grande réforme sociale du quinquennat ? Compte personnel d’activité contre Sécurité sociale professionnelle

.... Manuel Valls annonce maintenant pour le 1er janvier 2017 ce qui devrait être, selon lui, “la grande réforme sociale du quinquennat » : un “compte personnel d’activités” sous forme d’une carte à puce ad vitae qui regrouperait divers « comptes » individualisés acquis tout au long de la vie professionnelle.  Compte personnel de formation, compte pénibilité, compte épargne temps, compte chômage rechargeable, compte jours enfants malades, compte congés parentaux, compte portage d’assurances complémentaires. Etc.

Près de 14 ou 18 comptes sont imaginés et énumérés, bien qu’ils soient aussi imprécis dans leur définition, les uns que les autres : un « droit à l’accompagnement »,  un droit au bilan professionnel, un droit à l’obtention de « briques de compétence », un droit à un « bouquet de services » sur mesure et individualisé,  un droit à une « deuxième chance »

“L’idée de ce nouveau « compte personnel d’activité » – selon ses services de presse -   le « CPA », (il va falloir s’habituer à cet acronyme), c’est de pouvoir mettre tout ça dans un seul compte, qui suivrait le salarié du début à la fin de sa carrière. Même s’il change plusieurs fois d’employeur. Même s’il passe du privé au public ou inversement. Et il est même question de pouvoir convertir des points d’un compte à un autre. Par exemple transformer des heures de compte épargne temps en heures de formation.”

Lire la suite
______________________
______________________