Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2015

L'actualité des socialistes du 22 au 30 août (mise à jour)

A la une

«Libération» en direct de La Rochelle

Alors que les Verts implosent et qu'au PS, les frondeurs et les réformateurs se divisent, retrouvez nos trois reporters, ainsi que notre photographe en direct de l'université d'été du PS, qui se tient jusqu'à dimanche à La Rochelle.

Le Figaro - L'université d'été du PS en direct

LE SCAN POLITIQUE/EN DIRECT - Suivez en direct la rentrée des socialistes à La Rochelle.

30 août

Le Monde - A La Rochelle, Manuel Valls lance la bataille contre le « bloc réactionnaire » en vue de 2017

Manuel Valls a mouillé la chemise, au propre comme au figuré. Le premier ministre, une heure durant et la chemise blanche trempée de sueur, a livré dimanche 30 août un discours de clôture de l’université d’été du PS à La Rochelle dont la nouveauté n’était pas dans des annonces particulières – il n’y en a eu aucune – mais dans sa tonalité.

Le JDD - Réforme fiscale : Jean-Marc Ayrault veut faire "bouger les lignes"

Depuis l'université d'été du PS à La Rochelle, Jean-Marc Ayrault a appelé samedi le gouvernement à mettre en place une vraie réforme fiscale, allant plus loin que le simple prélèvement à la source. L’ancien Premier ministre a écrit à ce sujet un livre avec le député socialiste Pierre-Alain Muet.

Le Monde - A La Rochelle, Manuel Valls appelle à l’union avec les écologistes pour les régionales

Manuel Valls a opté pour un discours énergique à l’occasion de la clôture de l’université du PS, dimanche 30 août à La Rochelle, sous un soleil de plomb. Un discours plutôt réussi dans la forme, mais sur le fond, aucune annonce ni nouveauté. Le premier ministre s’est appliqué à défendre le cap de sa politique, a appelé à l’union des gauches pour les élections régionales et est revenu sur la crise migratoire à laquelle doit faire face l’Europe.

Le Premier ministre a livré un discours habité en clôture de l'université d'été de la Rochelle, portant sur les migrants, le droit du travail, la politique économique, les régionales et la cohésion au sein du PS.

L'Express - Manuel Valls à La Rochelle: la réforme pour le code du travail, pas pour les 35h

En une heure de discours, Manuel Valls a balayé en clôture de l'université du PS tous les sujets du moment, de la polémique Macron au drame des migrants, du FN aux régionales.

Boursorama - La Rochelle : Valls appelle au «volontarisme» et à la «constance»

«Il y a un, pour la première fois comme Premier ministre, je concluais cette université dans cette ville où nous nous retrouvons toujours avec plaisir.» C'est par les sentiments que Manuel Valls a attaqué ce dimanche son discours de clôture du traditionnel rendez-vous des socialistes à La Rochelle (Charente-Maritime). L'an dernier en effet, malgré des coups d'éclats pendant le week-end, le chef du gouvernement avait réussi à séduire les militants et se faire généreusement applaudir. Cette fois encore, Manuel Valls, chemise largement trempée de sueur, a misé sur l'assurance que le gouvernement respectait les valeurs traditionnelles du Parti socialiste et recherchait la «constance» et «l'humanité» dans son action, contrairement à «l'opposition» prête à «adopter tous les points de vue» car «pressée de revenir au pouvoir

Libé - Valls : «le code du travail est si complexe qu’il est devenu inefficace»

Lors du discours de clôture de l'université d'été du PS à La Rochelle, le Premier ministre a ouvert la voie à une réforme du code du travail.

Libé - Non, Manuel Valls n'a pas giflé un militant socialiste hier soir à La Rochelle

Une rumeur courait samedi sur le vieux port, selon laquelle le Premier ministre, agacé par les sifflets des jeunes socialistes lors du dîner de clôture, en aurait agressé un physiquement.

LCP - EN DIRECT LA ROCHELLE, DERNIÈRE JOURNÉE- Cambadélis et l’unité la gauche : "Quand on est confronté au FN, on ne plaisante pas avec ça !"

Le Point - Migrants : "Nous ne resterons pas indifférents", promet Cambadélis

Face à la crise migratoire, le premier secrétaire du Parti socialiste appelle à une grande conférence mondiale pour "traiter le problème".

Le Parisien - Sondage : les sympathisants PS préfèrent Macron à Cambadélis

.... L'image «désastreuse» du PS. D'après notre sondage Odoxa, 76% des Français ont une mauvais image du Parti socialiste. 86% d'entre eux ne le trouvent pas «innovant», ni adapté aux évolutions du monde (74%), ni rassembleur (84%). Ils estiment que ce parti n’est pas utile à la vie politique française (63%), n’incarne pas bien les idées de la gauche (61%), ne défend pas bien les classes populaires (72%), ni les classes moyennes (80%) et, plus globalement n’est pas proche des gens (78%).

Dans ce sondage Odoxa pour "Le Parisien", le gouvernement prend aussi une claque. 69% des sondés le jugent "inefficace économiquement".

REPORTAGE / REPLAY - À La Rochelle, des jeunes militants et des dirigeants du PS en sont presque venus aux mains lors d'un dîner en marge de l'université d'été du parti.

La Tribune - La Rochelle : Valls tente de rassembler un PS en quête d'union

Sifflé par certains jeunes militants socialistes qui ont crié "Macron, démission !" et "Taubira à Matignon" lors du dîner samedi soir, Manuel Valls conclut ce dimanche les travaux de l'université d'été du PS, marquées, à trois mois de la dernière consultation électorale du quinquennat, par les efforts du parti pour faire oublier les "fragmentations" de la gauche.

France Info - 35h : Manuel Valls sifflé par de jeunes socialistes à La Rochelle

C'est le Premier ministre qui clôturera ce dimanche à la mi-journée l'université d'été du PS à La Rochelle. Ce samedi, le Premier ministre a occupé le terrain et tout allait très bien jusqu'au banquet des militants au cours duquel des jeunes socialistes ont bruyamment critiqué Emmanuel Macron et l'ont sifflé.

Le Parisien - Les jeunes socialistes chahutent Valls et huent Macron

Attendu ce dimanche pour conclure l'université d'été du PS à La Rochelle (Charente-Maritime), Manuel Valls va tenter d'apaiser le parti, divisé sur la politique menée par le gouvernement. Samedi soir, certains jeunes socialistes n'ont pas hésité à huer le Premier ministre à l'occasion du dîner de clôture de ces trois journées de travaux. Selon le récit fait par l'envoyé spécial de France Info, un jeune militant s'est notamment levé pour crier «Les 35h on s’est battu pour les avoir on se battra pour les garder», 48 heures après la sortie controversée d'Emmanuel Macron sur le sujet. Puis très vite, plusieurs tables se mettent à crier : «Macron démission», «Taubira présidente», irritant le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis et Manuel Valls.

Libé - La Rochelle : Taubira entre ovations, ferveur, et espérance

A l'université d'été des socialistes, la ministre de la Justice était invitée à parler République et liberté. Son discours, résolument de gauche, a été longuement applaudi.

Le Monde - Entre le PS et EELV, le débat tourne au vinaigre à La Rochelle

Pour mesurer la largeur du gouffre qui sépare aujourd’hui écologistes et socialistes, il fallait assister, samedi 29 août à La Rochelle, au débat organisé dans le cadre de l’Université d’été du PS sur le bilan de l’accord électoral de 2012 entre le PS et EELV. Le thème sentait le soufre, l’affiche aussi. D’un côté Jean-Marie Le Guen, le ministre des relations avec le Parlement, classé à la droite du PS et pourfendeur régulier des écologistes. De l’autre David Cormand, le numéro 2 d’EELV, défenseur de la stratégie d’autonomie électorale et ardent contempteur de la politique socialiste. Dans le rôle d’arbitre des élégances, mais qui ne le resteront pas longtemps, Olivier Faure et Eva Sas, respectivement députés PS et EELV. Le casting semblait trié sur le volet pour que la situation dérape.
 
 
À près de trois mois des élections régionales, la question des migrants est un sujet délicat pour les socialistes, réunis en université d’été jusqu’à dimanche 30 août.

L'Express - Manuel Valls à La Rochelle: "Il faut savoir où l'on va" et "gouverner ferme"

Manuel Valls n'a pas hésité à manier le symbole sur le trois-mâts L'Hermione, dont il a tenu "ferme" le gouvernail le temps d'une visite et de quelques phrases sur le PS, la France et le gouvernement.

 
Selon le président de l'Assemblée nationale, le remaniement gouvernemental dû au départ de François Rebsamen interviendra "au plus tard le 14 septembre".

29 août

La Croix- Le PS face au défi d’une nouvelle alliance majoritaire

Les questions de ligne politique et d’alliances perturbent des débats prévus sur les enjeux climatiques, les crises européennes et « la République ».

L’université d’été du Parti socialiste a ouvert ses portes à La Rochelle vendredi 28 juin, peu avant 15 heures, pour trois jours de débats placés sous tension, une nouvelle fois.

Boursorama - Macron: "iconoclaste" ou "poisson-pilote de Valls" pour la presse

La mise en cause des 35 heures par le ministre de l'Economie devant le Medef jeudi a pimenté l'ouverture de l'université d'été du PS vendredi à La Rochelle, pour les éditorialistes Emmanuel Macron est soit "iconoclaste" soit "poisson-pilote de Valls".

La Charente Libre - La Rochelle: le PS perdu dans ses propres courants

L’université d’été du Parti Socialistea débuté ce vendredi à La Rochelle. Reportage au cœur d’un parti divisé sur le bilan de François Hollande. Et à la recherche d’un souffle nouveau dans l’optique de 2017. 

L'Express - Université d'été du PS: les élections régionales en ligne de mire

La grande rentrée politique du PS a lieu ce week-end à La Rochelle avec comme objectif de recoller les morceaux d'un parti fragmenté en prévision d'élections régionales qui s'annoncent compliquées.

France Inter Un jour en France de Bruno Duvic : Wanted: Recherche militant socialiste!

Le Monde  - Université d’été du PS : Cambadélis ne veut pas « tomber dans tous les pièges et les provocations »

Ne pas « tomber dans tous les pièges et les provocations ». Jean-Christophe Cambadélis a balayé, vendredi 28 août, les déclarations d’Emmanuel Macron sur les 35 heures qui ont volé la vedette au Parti socialiste pour l’ouverture de son université d’été.

Cbanque - Pacte de responsabilité : Cambadélis évoque « une piste » pour un « compromis » avec le gouvernement

Jean-Christophe Cambadélis a évoqué vendredi une « piste » pour trouver un « compromis » avec le gouvernement sur les aides encore à venir aux entreprises par le Pacte de responsabilité, objet de frictions entre le PS et Matignon, en proposant de les orienter vers les entreprises qui embauchent.

Boursorama - 35 heures : Cambadélis aura une "franche et amicale" explication avec Macron

Soucieux de ne pas alimenter la polémique sur les propos d'Emmanuel Macron, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a appelé les socialistes à rester "calmes, sereins" et à ne pas tomber "dans tous les pièges". Mais il aura une "amicale et franche" discussion avec le ministre de l'Économie.

Les Inrocks - L’université d’été du PS s’ouvre dans une véritable cacophonie politique

Entre les propos d’Emmanuel Macron sur les 35 heures et la crise se profilant chez les Verts, la traditionnelle université d’été du PS à La Rochelle s’ouvre ce vendredi dans une agitation certaine.

Le Monde - Alliances et écologie au menu de l’université d’été du Parti socialiste

L’université d’été du PS s’ouvre vendredi 28 août à La Rochelle sur le thème « agir en commun ». Une vingtaine de ministres et secrétaires d’Etat, une large partie de la direction du parti et près de quatre mille militants seront réunis pour trois jours de débats, au lendemain des rentrées politiques des frondeurs (aile gauche) et des réformateurs (aile droite) du parti. Ils auront pour toile de fond les difficiles alliances aux régionales de décembre avec les partenaires de gauche.
 
Le Monde publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadélis que vous pouvez retrouver en cliquant ici ou lire ci-dessous: - See more at: http://www.cambadelis.net/2015/08/28/il-est-temps-de-redonner-a-la-gauche-son-supplement-dame-entretien-au-monde/#sthash.HatmUyYc.dpuf
 

INTERVIEW - A la veille de l’ouverture des universités d’été du Parti socialiste à La Rochelle, les "frondeurs" se sont réunis jeudi à Marennes (Charente-Maritime), à quelques kilomètres de là. Le député Christian Paul, chef de file de la motion B lors du dernier congrès, revient sur l’objectif de ces journées en cette "rentrée de la dernière chance".

Libé - Collomb au secours de Macron sur les 35 heures

Membre des réformateurs, l’aile droite du Parti socialiste, le maire de Lyon a tenté vendredi matin sur France 2 de défendre le ministre de l’Economie après ses propos sur les 35 heures. «Ce qu’il dit, en fait, c’est que pendant toute une période, on a cru que pour pouvoir résoudre le problème du chômage, il fallait partager le travail. Or on s’aperçoit que ça ne marche pas.» Le sénateur du Rhône s’appuie sur les chiffres du chômage pour justifier son propos et affirme qu’il faut «faire en sorte que beaucoup plus de gens puissent travailler».

France 3 - Et si G. Collomb remplaçait le ministre du travail ?

Gérard Collomb a ardemment défendu ce matin sur France 2 la politique actuelle du gouvernement et les réformes engagées par le ministre de l'Economie. Il s'est par ailleurs affiché à Bordeaux aux côtés d'Emmanuel Macron. Serait -il candidat au poste laissé vacant par le ministre du travail ?

Charente Libre - À Marennes, les frondeurs du PS ne la ferment pas

«Nous pensions réunir 250 à 300militants, nous sommes bien davantage.»

Constat de Suzanne Tallard, députée socialiste de la circonscription de Rochefort et locale de l’étape à Marennes où se tient jusqu’à ce vendredi midi un rassemblement à l’initiative des frondeurs du PS.

France Info - La Rochelle : quelle ligne politique pour le Parti socialiste ?

C’est un PS fort divisé qui se retrouve à La Rochelle cette année pour ses universités d’été, de vendredi à dimanche. Les "frondeurs" se sont imposés depuis plusieurs mois à la gauche du PS, tandis que les "réformateurs" à droite du parti haussent le ton. Deux ailes d’un même parti, deux visions différentes de l’action à mener. Comment le PS en est-il arrivé là, sous ce quinquennat ?

20 minutes - La Rochelle: Cinq choses à savoir sur l’université d’été du Parti socialiste

Réunion de famille à La Rochelle. Les socialistes se réunissent de vendredi à dimanche pour leur traditionnelle université d’été. Près de 4.000 militants, une vingtaine de ministres et les cadres du parti se retrouvent dans la cité rochelaise dans un contexte délicat. Le cap « social-libéral » maintenu par le gouvernement continue de crisper l’aile gauche du parti. 20 Minutes vous dit tout sur ce rassemblement.

L'Expansion - Polémique sur les 35 heures: Manuel Valls recadre Emmanuel Macron

Devant les patrons, le ministre de l'Economie s'est fendu d'une phrase assassine sur les 35 heures, fustigeant la gauche "qui a cru que la France pourrait aller mieux en travaillant moins". Manuel Valls lui a répondu en fermant la porte à toute réforme sur le sujet. 

28 août

Le Parisien - 35 heures : recadré par Valls, Macron tente de corriger le tir

Un rétropédalage en règle. Emmanuel Macron a transmis une courte déclaration à l'AFP pour préciser sa pensée : il ne visait pas les 35 heures lorsqu'il a parlé des « fausses idées » de la gauche devant des chefs d'entreprise réunis à l'université d'été du Medef. « Je ne parlais pas des 35 heures mais du rapport au travail. Il en faut plus, pas moins. C'est le plus beau combat de la gauche, car le travail, c'est le moteur de l'émancipation individuelle », écrit-il.

Le Monde - Jean-Marc Ayrault : « Le temps de la réforme fiscale est venu »

A la veille de l’université d’été du PS à La Rochelle, l’ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault et le député socialiste Pierre-Alain Muet, ancien conseiller économique de Lionel Jospin, publient un livre intitulé Pour un impôt juste, prélevé à la source (Editions Jean-Jaurès, 70 p., 6 €). Ils regrettent que les annonces de baisses d’impôt du gouvernement de Manuel Valls ne s’inscrivent pas dans un projet cohérent de la fiscalité. « Il faut remettre toutes les mesures conjoncturelles en cohérence avec une vision de long terme », expliquent-ils.

Le Monde - Les « frondeurs »  du PS dénoncent « la petite musique libérale » du gouvernement

... Les « frondeurs » grondent, mais comme à leur habitude, ne rompent pas. Leurs camarades de Podemos ou de Syriza peuvent bien vanter les mérites de la « recomposition » politique, pas question pour eux de quitter le PS pour tenter de construire une nouvelle force alternative avec les écologistes ou le Front de gauche. « Le temps d’une recomposition politique à gauche n’est pas venu, même si je ne peux pas dire de quoi sera faite la gauche des trois prochaines années », répond Christian Paul. Pas de rupture, mais la poursuite d’un bras de fer avec le gouvernement. « Je n’attends pas la défaite et la grande claque qui réveille parce qu’il est possible que la claque vous tue », explique Benoît Hamon.
 

À la veille de l’Université d’été du PS de La Rochelle, l’ex motion B, qui avait obtenu 30 % lors du congrès PS de Poitiers, se réunit à Marennes pour les journées de rentrée. Une étape importante dans la construction d’un projet politique.

L’ex motion B du Congrès de Potiers fait sa rentrée aujourd’hui et demain, à Marennes. À quelques kilomètres de La Rochelle et à quelques heures de l’Université d’été du PS, qui s’y tiendra ce week-end. Un moment de retrouvailles. Un moment, aussi, pour construire un projet alternatif à gauche. Entretien avec le député de la Nièvre, Christian Paul, premier signataire de la motion B.

Charente Libre - La Rochelle: la grand-messe du PS débute vendredi entre alliances et tensions

La famille socialiste se réunit de vendredi à dimanche à La Rochelle, dans un contexte délicat avec les partenaires de gauche avant les régionales et alors que le maintien du cap économique par le gouvernement continue de susciter des remous dans les rangs du parti.

Le Figaro - Boudant La Rochelle, les courants du PS font bande à part

Le traditionnel campus d'été du Parti socialiste se tiendra comme chaque année à La Rochelle, à partir de vendredi. Mais les courants minoritaires organisent, dès aujourd'hui, leurs propres rentrées politiques.

France Bleu - La Rochelle : le PS fait travailler des salariés low-cost pour son université d'été

C'est une information révélée par France Bleu La Rochelle ce jeudi. Des travailleurs détachés venus de Roumanie ont été employés par le Parti socialiste pour son université d'été cette année. Ils sont moins chers que des salariés français. Pas de quoi polémiquer dit le Parti Socialiste, car tout est légal. Le Parti socialiste a exigé la rupture du contrat.

27 août

Le Figaro - Le PS ouvre sa porte à François de Rugy

À peine claquée la porte d'Europe-Ecologie-Les Verts, voilà que celle du Parti socialiste s'ouvre pour François de Rugy. C'est le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen qui a été le premier à draguer l'ex-écologiste. «Je serais heureux qu'il puisse bientôt nous rejoindre, c'est un homme de talent», a proposé le socialiste sur RMC.

Le Figaro - Les bras de fer internes en vue des régionales minent l'unité du PS

Deux mois après un congrès sous tension, le Parti socialiste affiche une unité fragile. Ces dernières semaines, les débats autour des listes régionales n'ont pas manqué de réveiller les animosités entre les différentes motions.

Le Monde - Emmanuel Macron, persona non grata à l’université d’été du PS ?

Emmanuel Macron n’assistera pas à l’université d’été du Parti socialiste, qui se tient à compter du vendredi 28 août à La Rochelle. Selon RTL, qui révèle l’information, son cabinet avance que le ministre de l’économie n’a pas été convié à l’événement. Il ne dispose plus de carte d’adhérent à la formation politique depuis 2009, avance-t-on au PS pour justifier son absence.
 

Francis Gérard, prof d’histoire, nouveau “ patron ” du PS d’Indre-et-Loire, a comme devoir de remettre ses petits camarades au boulot, dans l’unité.

Francis Gérard n'est pas un joyeux drille. Pas là pour amuser la galerie ni renverser la table. Mais, il est structuré. Très bien organisé. Son côté prof, sans doute. A peine élu par surprise à la tête du PS pour succéder à Mickaël Cortot, il a déjà sous le coude son agenda départemental jusqu'à décembre. Dont, l'université de rentrée le 12 septembre à La Riche, la Fête de la rose, qui revient et c'est bon signe, le 4 octobre à Chambray. En attendant bien sûr, il sera sous le chapiteau PS de La Rochelle ce week-end, lui, le nouveau premier secrétaire départemental d'Indre-et-Loire, au milieu des grands fauves du parti.

Francetvinfo - Une députée PS automatiquement remplacée à l'Assemblée par sa belle-fille

La députée de Seine-Maritime Sandrine Hurel a vu sa mission temporaire, sur la politique vaccinale française, prolongée par le gouvernement. Elle est remplacée par Marie Le Vern.

Europe 1 - Comment le PS veut booster ses adhésions

ENQUETE EUROPE 1 - Le Parti socialiste fait sa rentrée ce week-end avec son université d'été à La Rochelle. A un an et demi de la présidentielle, il devra prendre à bras-le-corps une urgence : la baisse dramatique du nombre de ses adhérents. Les chiffres fluctuent selon les sources. La direction du PS revendique 130.000 membres, les plus pessimistes parlent de seulement 80.000. Quoi qu'il en soit, l'hémorragie est sévère : en décembre 2006, le PS comptait 280.000 adhérents… Le parti s'est donné un objectif ambitieux : atteindre les 500.000 militants fin 2016. Pour y parvenir, il met en place en ce moment plusieurs dispositifs qui seront tous opérationnels avant la fin de cette année.

Boursorama - Remaniement : "Ne surchargeons pas Macron" (Cambadélis)

Le successeur de François Rebsamen au ministère du Travail tarde à se faire connaître. Plusieurs noms sont avancés, notamment celui d'Emmanuel Macron qui élargirait ainsi son portefeuille ministériel. Mais pour Jean-Christophe Cambadélis, il ne faut pas "surcharger" le "talentueux" ministre de l'Économie.

Europe 1 - 2017 : Valls et Hollande seraient éliminés dès le premier tour

A moins de deux ans de la présidentielle, c'est un sondage peu réjouissant pour l'actuel couple exécutif et pour les socialistes en général. Si Manuel Valls serait un meilleur candidat pour le Parti socialiste que François Hollande à l'élection présidentielle de 2017, ils seraient tous les deux éliminés dès le premier tour, selon un sondage* Ifop pour Paris Match publié mardi.

Europe 1 - La rentrée divisée du Parti socialiste

Une fois n'est pas coutume, une rentrée sous haute tension s'annonce pour le PS. 4.000 militants sont attendus à partir de vendredi à La Rochelle pour la traditionnelle université d'été du parti. D'après le programme officiel, on parlera conférence climat, élections régionales et République. Mais en coulisses, les discussions devraient aussi tourner autour du budget 2016, qui sera discuté au Parlement cet automne. L'aile gauche du parti réclame toujours une inflexion de la politique économique du gouvernement, et notamment une réorientation des allègements de charges concédés aux entreprises vers les ménages et les collectivités locales. Pas de quoi entamer sereinement l'année.

L'Express - PS: Macron n'ira pas à La Rochelle, mais il a un plan B

Plutôt Jouy-en-Josas que La Rochelle. Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron ne se rendra pas à l'université d'été du PS qui se tient ce week-end dans la capitale charentaise, indique mardi matin RTL. Mais le locataire de Bercy participera bel et bien à la séance de clôture de l'université d'été du Medef jeudi après-midi. "Il en profitera pour rappeler aux patrons la nécessité de signer des accords dans le cadre du pacte de responsabilité", précise à L'Express son entourage. 

Les Echos - « Croissance, emploi, impôts : nous devons poursuivre les réformes »

Dans une tribune accordée aux Echos, le Premier ministre Manuel Valls décrit les quatre valeurs et les trois objectifs qui guident l'action du gouvernement.

Le Monde - A la veille de sa visite au Medef, Manuel Valls veut rassurer les patrons

A défaut de se produire une nouvelle fois sous le grand chapiteau de Jouy-en-Josas (Yvelines), où est organisé chaque année le campus patronal, c’est dansLes Echos du mardi 25 août que M. Valls délivre un message destiné à rassurer ceux qui s’inquiètent d’une éventuelle réorientation des 19 milliards d’euros d’aides promis aux entreprises pour 2016 et 2017. « A travers le pacte de responsabilité et de solidarité, l’ampleur du soutien aux entreprises ne sera pas remise en cause, écrit le premier ministre. Les entreprises ont besoin de cette visibilité pour investir et embaucher en confiance. »

26 août
 
 
À Frangy, ce dimanche 23 août, sous une pluie qui n'aura pas fait fuir le peuple de gauche venu en nombre à l'invitation d'Arnaud Montebourg (plus de mille couverts auront été servis), eut  lieu la 43eme fête de la Rose.

L'invité d'honneur était cette année, et c'est une première, un étranger : Yanis Varoufakis, l'ancien ministre grec de l'économie, qui a quitté le gouvernement Tzipras suite au dernier plan d'aide imposé par la Troïka.

Un bon poulet de Bresse et une bonne "cuvée de l'Europe " plus tard, les deux ex ministres de l'économie de France et de Grèce ont donc, devant un public attentif et malgré une météo capricieuse, expliqué à la tribune leurs positions en matière de politique européenne.

Le Point - Cambadélis à Vidalies : "Le contrôle au faciès, certainement pas"

Sécurité intérieure, terrorisme, Russie, Syrie, mais aussi Grèce et zone euro : le premier secrétaire du Parti socialiste fait sa rentrée. Interview.

 
L'université d'été du PS, qui s'ouvre vendredi à la Rochelle en présence d'une vingtaine de ministres et de 4.000 militants, s'articulera autour de trois thèmes, la conférence de Paris sur le climat (COP21), les régionales et la République, a indiqué mardi David Assouline, secrétaire chargé de sa préparation.

Libé - Christian Paul : «Nous avons perdu trop de temps, il faut changer l’intensité des réformes»

Le député de la Nièvre, chef de file des «frondeurs», appelle la gauche à mener une nouvelle politique et souhaite que soit organisée une conférence sur les dettes en Europe.

L’année dernière, ils avaient assisté à la Fête de la rose de Frangy (Saône-et-Loire). Cette année, ils n’iront pas en Bourgogne et se réuniront à Marennes (Charente-Maritime), deux jours avant l’université d’été de La Rochelle. Rencontre avec le «frondeur» Christian Paul.

24 août

Les Echos - Montebourg plaide pour une nouvelle Europe

Plaider avec force pour une autre Europe tout en n’oubliant pas d’envoyer des piques au gouvernement. A Frangy-en-Bresse, pour la 43e fête de la Rose – créée par Pierre Joxe en 1972 –, l’ancien ministre Arnaud Montebourg a lancé un vigoureux plaidoyer pour « mettre fin à l’euro oligarchique et construire l’euro démocratique » comme il l’a résumé. Mais l’ancien ministre n’a pas oublié de rappeler que c’est en ce même lieu qu’il y a un an il avait été débarqué du gouvernement pour avoir demandé une « cuvée du redressement » et une autre politique économique.
 

L’ex-ministre de l’Economie Arnaud Montebourg a affirmé qu’il rêvait «que le parti socialiste soit bien différent», même s’il en est toujours membre, dimanche lors de la fête de la rose de Frangy-en-Bresse.

Le Monde - Montebourg-Varoufakis, deux révoltés de la politique européenne à « Frangy-en-Grèce »

Le groupe de musique répète sous le chapiteau installé en plein milieu du stade communal. Les deux vedettes politiques du jour ne sont pas encore arrivées, mais les musiciens donnent de la voix sur la chanson « Les écorchés vifs » de Noir Désir. Arnaud Montebourg et Yanis Varoufakis sont eux les deux révoltés de la politique européenne. L’ancien ministre des finances grec, nouvel héros des anti-libéraux en Europe, est accueilli sous les applaudissements peu après midi à Frangy-en-Bresse, rebaptisée pour l’occasion « Frangy-en-Grèce » par son hôte
 
Le JDD - Yanis Varoufakis : "Hollande est fondamentalement coincé"

INTERVIEW - L’ex-ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, est dimanche l’invité d’Arnaud Montebourg à la Fête de la Rose de Frangy-en-Bresse.

La Tribune - Pour Varoufakis, la démocratie a été perdue en Europe

L'ancien ministre grec des Finances considère dans un entretien au JDD que les réformes demandées à la Grèce pour adopter le troisième plan d'aide vont "faire sombrer" l'économie du pays et sont "une énorme claque infligée à la démocratie européenne".

23 août

Libé - A Frangy, Montebourg et Varoufakis accueillis comme des rock-stars

L'ex-ministre Arnaud Montebourg et l'ex-ministre des Finances grec Yanis Varoufakis sont arrivés, sur les coups de midi, à Frangy-en-Bresse, à l'occasion de la 43e Fête de la rose, sous le regard éberlué de curieux venus en nombre.

Le Parisien - Fête de la rose à Frangy : Montebourg partage la vedette avec Varoufakis

Enorme bousculade à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), ce dimanche matin, pour apercevoir les vedettes du jour ! Arnaud Montebourg faisait sa rentrée politique à la traditionnelle fête de la Rose, accompagné d'un invité d'honneur, l'ancien ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, héros des frondeurs français et de l'extrême-gauche grecque.

Le Figaro - Montebourg et Varoufakis, deux trublions en vedette à Frangy

Il y a un an, sa «Cuvée du redressement» qu'il voulait envoyer à François Hollande avait tourné au vinaigre, provoquant son éviction du gouvernement. Mais depuis son départ précipité, le trublion Arnaud Montebourg, désormais en retrait de la vie politique, n'a pas perdu son sens de la transgression. Dimanche, pour la 43e Fête de la rose organisée à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), l'ancien ministre de l'Économie a invité un autre ex-ministre des Finances, le Grec Yanis Varoufakis. Économiste au fort tempérament, le député de Syriza prônait une ligne dure face à la Banque centrale européenne. Après avoir mené la vie dure aux créanciers, il avait démissionné le 6 juillet du gouvernement du premier ministre grec Alexis Tsipras, au lendemain de la victoire du non au référendum.

Boursorama - Montebourg : "On ne va pas continuer comme ça quoi!"

Dans un entretien accordé ce mercredi à l'AFP, Arnaud Montebourg affirme que son diagnostic sur la crise économique française et européenne était le bon. Un an après son départ de Bercy, il demande une nouvelle fois un changement de politique au sein de l'UE.

22 août

Libé - Fête de la rose : Montebourg-Varoufákis, l'alliance anti-austérité

Dimanche, l'ancien ministre de l'Economie effectue sa rentrée politique à Frangy-en-Bresse. La présence du très médiatique ex-ministre grec des Finances risque d'animer la journée.

Officiellement, il est toujours retiré de la vie politique. Pourtant, il dégaine le premier. Dimanche, à l’occasion de la 43Fête de la rose, Arnaud Montebourg fera comme chaque année sa rentrée dans son fief de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire). L’édition 2014, pimentée par la Cuvée du Redressement adressée à François Hollande, avait tourné au vinaigre provoquant son éviction du gouvernement. Le millésime 2015 promet d’être tout aussi explosif. L’invité d’honneur n’est autre que Yánis Varoufákis, l’ancien ministre grec des Finances, qui a démissionné au lendemain du référendum.

La Croix - Arnaud Montebourg, toujours en résistance

Aux côtés d’Arnaud Montebourg, l’ancien ministre grec des finances Yanis Varoufakis sera l’invité d’honneur de la Fête de la rose, à Frangy-en-Bresse, dimanche 23 août 2015.

Le Dauphiné Libéré - Arnaud Montebourg (presque) prophète en son pays

La venue de Yanis Varoufakis à la Fête de la Rose de Frangy agace au PS. Mais, chez lui, Arnaud Montebourg peut compter sur de nombreux soutiens.

Lorsqu’Arnaud Montebourg a dévoilé la tête d’affiche de sa Fête de la Rose, plus d’un socialiste s’est étouffé. L’homme à la marinière agace déjà à Solférino, mais son invité d’honneur, le turbulent ex-ministre grec de l’Économie Yanis Varoufakis, donne, lui, des boutons à plus d’un membre de la majorité. Même en Saône-et-Loire, fief de Montebourg, quelques voix se sont élevées pour dire leur irritation. Christophe Sirugue, député PS fidèle au gouvernement, estime : « Ce n’est plus une fête socialiste, c’est la fête des amis d’Arnaud Montebourg. »

Libé - Varoufakis et Montebourg, deux bouillonnants ex-ministres à la Fête de la rose

La Fête de la Rose de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire) accueille dimanche le bouillonnant Yanis Varoufakis, ex-ministre grec des Finances, qui viendra parler Europe et refus de l’austérité aux côtés du non moins détonnant Arnaud Montebourg, ancien ministre de l’Economie évincé il y a tout juste un an du gouvernement.

Le Figaro - Avant la Fête de la rose, Cambadélis «tend la main» à Montebourg

Pas rancunier. Même s'il adresse des critiques de plus en plus régulièrement au gouvernement auquel il a participé pendant deux ans, Arnaud Montebourg est toujours en odeur de sainteté au sein de la direction du PS. Alors que la rentrée politique s'annonce agitée, le responsable des socialistes, Jean-Christophe Cambadélis, voudrait bien voir le «turlupin de la gauche» laisser tomber sa verve contestataire et se ranger derrière les socialistes.

Huffington Post - Les ministres démissionnaires du gouvernement tirent-ils un bénéfice d'opinion? Jean-Daniel Lévy Directeur du département Politique & Opinion de Harris Interactive

Un an après la fête de la rose de Frangy en Bresse au cours de laquelle Arnaud Montebourg avait pris des positions considérées comme virulentes par l'exécutif - et ayant entrainé son départ du gouvernement - qu'en est-il du rapport des Français aux "frondeurs"? On le sait, la situation de la France sur le front de l'emploi ne s'est pas véritablement améliorée, la perception d'inégalités sociales apparait toujours manifeste et le terme "de gauche" ne qualifie que rarement l'action du gouvernement et du Président de la République.

Rue 89 - Montebourg-Varoufakis : le jeu des sept ressemblances

Les tableaux qu’on veut faire entrer de force dans de nouveaux cadres font toujours mauvais effet. C’est en substance ce que répondent les proches d’Arnaud Montebourg lorsqu’on leur demande si la venue de Yanis Varoufakis dimanche à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire) invite à l’analyse comparée.

« Ce sont deux beaux garçons », s’amuse la députée PS Cécile Untermaier. Mais elle ne manque pas de souligner que les deux anciens ministres ont « la même préoccupation » quant à « l’austérité ».

Les organisateurs de la Fête de la rose voulaient une stature européenne pour faire honneur à la « cuvée Europe ». Ils ont pensé à Cohn-Bendit. Puis ont contacté Varoufakis. De manière très « insistante » selon le Grec... Et à l’approche de l’évènement, ils s’autorisent eux-mêmes le parallèle osé. Le sénateur Jérôme Durain parle ainsi de « vraie convergence de réflexion ».

Le Figaro - La gauche alternative française se dispute Yanis Varoufakis

Il est l'idole de la gauche de la gauche française. Déjà applaudi quand il a claqué la porte du gouvernement Tsipras, en juillet, Yanis Varoufakis, le turbulent ex-ministre des Finances grec, est depuis sollicité de toutes parts. Il croule sous les invitations des leaders des partis et mouvements de la gauche alternative. S'il s'est pour l'instant réservé à Arnaud Montebourg et à sa fête de la Rose à Frangy-en-Bresse dimanche, le Parti de gauche travaille d'arrache pied pour le faire venir à la Fête de l'Humanité.

Le Point - Montebourg-Varoufakis : quand Narcisse rencontre Narcisse

L'ex-ministre grec sera l'invité d'honneur de Montebourg à la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse. Deux pros de l'esbroufe qui ne pouvaient que s'entendre.

 

11/07/2015

L'actualité des socialistes du 30 juin au 12 juillet (mise à jour)

A la une

Libé - Grèce : Tsípras a-t-il vraiment capitulé ?

Le Premier ministre grec a cédé à la plupart des exigences de Bruxelles et du FMI mais a sauvé sa tête et sans doute évité le «Grexit».

LCP - Hamon : "Je n’ai pas adhéré au PS pour plafonner les indemnités de licenciement"

Le plafonnement des indemnités de licenciement, adopté dans la loi Macron, irrite toujours l’ancien ministre de l’Éducation : "Je n’ai pas adhéré au Parti socialiste pour plafonner les indemnités des salariés quand ils sont victimes d’un licenciement abusif, en infraction avec la loi ! Cette loi n’est pas socialiste, c’est une évidence, le premier secrétaire du parti socialiste l’a dit lui-même.

11 et 12 juillet

Libé - François Hollande en coach politique

Depuis une semaine, le Président manœuvre pour éviter le Grexit, naviguant habilement entre Angela Merkel et Aléxis Tsípras. Une stratégie qui ravit sa majorité.

L'Obs - "Génération radicale" de Boutih : au placard "le rapport de droite" ?

"Caricature", "pas crédible"... Depuis sa publication, le rapport du député PS fait l'objet de critiques sur la forme comme sur le fond. Au point d'être rapidement enterré ?

Les Echos - Le PS unanime contre le «Grexit», moins sur les moyens de l’éviter

Un débat sans vote se tient mercredi à l’Assemblée. Les socialistes sont unis sur l’essentiel, même s’ils sont divisés sur la suite à donner au règlement de la crise.

Metro - PS du Nord : Bernard Roman accentue la division anti-Aubry

POLITIQUE - Ennemi politique de Martine Aubry depuis des années, Bernard Roman, député PS du Nord, a déclaré ne pas vouloir céder sa circonscription à François Lamy, candidat désigné par la maire de Lille pour lui succéder.

Le Figaro - PS : Macron en vedette de l'Université d'été des réformateurs

L'aile droite du parti se réunira le jeudi 27 août près de Bordeaux. La veille de l'Université d'été du PS, le ministre de l'Économie interviendra

Les Inrocks - Le frondeur Gérard Filoche réplique à Hollande sur sa présence à Athènes le jour du référendum

En conseil des ministres François Hollande a ironisé sur la présence de deux frondeurs à Athènes le 5 juillet. Contacté par “Les Inrocks”, l’un des deux intéressés, Gérard Filoche, lui répond.

9 et 10 juillet

Bureau national du PS du lundi 6 juillet 2015 : Intervention de Gérard Filoche

Jean-Christophe, si tu suis les conseils de Didier et Karine et que tu appelles Martin Schultz (il faut « mettre fin à l’ère » Schultz et pas à celle de Syriza, il faut respecter la démocratie quand on se dit social-démocrate) et Sigmar Gabriel (qui exige un « gouvernement de technocrates » contre le gouvernement Syriza légitimement élu), pour leur dire le désaccord du PS français sur les propos qu’ils ont tenu contre les Grecs et Syriza, prends aussi ton téléphone pour appeler Emmanuel Macron, ministre de notre gouvernement pour lui dire notre opposition à ses propos « le FN, c’est une forme de Syriza à la française, d’extrême droite ».

Le Marin - Arnaud Leroy dépose une proposition de loi qui détone 

Comme il l’avait promis, le député PS Arnaud Leroy a déposé ce 9 juillet à l’Assemblée nationale une proposition de loi sur l’économie bleue cosignée par les députés PS membres de la commission du développement durable dont le président du groupe socialiste Bruno Le Roux. Elle ouvre notamment le Rif à la grande pêche et aux lignes passagers internationales, propose de nouvelles exonérations de charges et va dans le sens des manutentionnaires pour créer un comité des investisseurs dans les ports.

France Info - Hamon : "si la Grèce sort de l'euro, c'est la désagrégation de l'Europe"

Invité de France Info ce mercredi, le député socialiste des Yvelines Benoît Hamon a comparé la sortie de la Grèce de la zone euro à un "grand vertige", un danger pour "l'avenir de l'Europe".

Benoît Hamon refuse de croire à la sortie de la Grèce de la zone euro, "car sinon c'est un grand vertige et (...) on ouvre grand la perspective d'une désagrégation de l'Europe". Pour l'ancien ministre socialiste, la position d'Alexis Tsipras et la victoire du "non" au référendum vont permettre de recentrer le débat et les négociations : "le gouvernement grec, de gauche, a réussi à remettre de la politique dans les discussions européennes, on ne parle plus seulement de comptes publics".

Du 4 au 8 juillet

Le Monde - Valls tacle Sarkozy sur ses « analyses trop rapides » de la situation grecque

Manuel Valls a critiqué mercredi à l’Assemblée nationale l’ex-président de la République, Nicolas Sarkozy, et ses « analyses trop rapides » sur la situation grecque.

L’ancien président de la République avait estimé que la Grèce s’était placée « de fait » hors de la zone euro.

Libé - Ile-de-France : Bartolone et les leçons du hollando-mitterrandisme

Pour les régionales de décembre, le candidat sait qu'il doit commencer par rassembler son parti. La composition de son équipe de campagne est donc un joli numéro de saupoudrage socialiste.

Libé - Malek Boutih dresse un tableau noir de la jeunesse

Le député de l'Essonne Malek Boutih vient de remettre un rapport sur le jihadisme, au Premier ministre Manuel Valls. Intitulé «Génération radicale», ce document caricature une jeunesse en soif de reconnaissance, radicalisée et qui banalise la violence.

L'Humanité - Réaction du Parti socialiste à l’arrêt éventuel des «Guignols de l’info»

Communiqué de Patrick Bloche, Conseiller chargé des Médias auprès du Premier secrétaire

Le Parti socialiste s'inquiète de l'éventuelle disparition des "Guignols de l'info" tant la liberté d'expression et donc de dérision est un des fondements de la démocratie.


Le Figaro - Réferendum grec: des frondeurs PS à Athènes

Deux représentants de l'aile gauche du PS, ainsi qu'une délégation du MRC, seront à Athènes pour le référendum de dimanche, afin de soutenir la gauche radicale Syriza, a-t-on appris aujourd'hui de sources concordantes. Le député PS Pascal Cherki et Gérard Filoche, membre du bureau national du Parti socialiste, ont décidé de faire le déplacement. Pascal Cherki doit prendre la parole ce soir lors d'un meeting de Syriza dans la capitale grecque.

3 juillet

Challenges - Podemos, Syriza: pourquoi la gauche française n'y arrive pas

L'ombre des dynamiteros de Syriza et de Podemos plane sur la gauche française. Pas un seul jour ne passe sans que l'un ou l'autre de ses responsables ne salue leur action ou leur modèle à grands renforts de discours ou de proclamations. Frondeurs en tous genre, communistes de toutes obédiences, écolos de toute nature, radicaux de tous poils: les voilà pour une fois réunis autour d'un même combat qui, à leurs yeux, est le seul qui puisse remettre l'Europe dans le droit chemin qui est celui de la démocratie véritable et de la prospérité retrouvée.

Le Lab - Malgré son retour dans les sondages, les ex-strauss-kahniens ne croient pas à un DSK 2017

DSK2017 - Ils ont fait sa campagne pour les primaires internes au PS en 2006...attendu désespérément  son retour en 2011 et se sont largement dispersés après l'affaire du Carlton. L'équipe du QG des Planches (du nom de la rue des planches à Paris) qui travaillait à la victoire de son champion en 2007 s'est éparpillée entre direction du PS/gouvernement/fronde et Union européenne. Alors qu'un sondage Viavoice pour Libération publié jeudi 2 juillet donne l'ex-patron du FMI 2ème personnalité de gauche préférée des Français pour la présidentielle après Manuel Valls, Le Lab a interrogé certains ex-soutiens de DSK. Pour eux, pas question de retour.

Le Figaro - Djihadisme : le cri d'alarme de Malek Boutih

Dans un rapport qu'il vient de transmettre à Manuel Valls, et que Le Figaro s'est procuré, le député PS Malek Boutih décrit «une jeunesse frustrée, prête à basculer». Il craint que la dérive islamiste en France ne se transforme en phénomène de masse.

France 3 - Marennes (17) : les frondeurs organisent leurs journées d'été avant l'Université de La Rochelle fin août

Les frondeurs du Parti Socialiste vont se retrouver à Marennes en Charente-Maritime les 27 et 28 août juste avant la traditionnelle Université d'Eté du PS à La Rochelle, le dernier week-end d'août.

2 juillet

Le Figaro - François Hollande ne décolle toujours pas

L'impopularité du chef de l'État, notamment dans son camp, ouvre un espace politique pour Dominique Strauss-Kahn, selon le baromètre TNS Sofres du mois de juillet pour le Figaro Magazine.

TF1 - Crise grecque : "Le référendum grec met l'Europe au pied de ses contradictions"

Invité de l'émission "Choisissez votre Camp" sur LCI, Alexis Buchelay, député PS des Hauts-de-Seine a déclaré : "Le référendum grec nous met au pied de nos contradictions."

Public Sénat - Bartolone qualifie de "faute" le refus allemand de négocier avec les Grecs avant le référendum

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone (PS) a qualifié jeudi de "faute" le refus de l'Allemagne de reprendre les négociations avec les...

Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone (PS) a qualifié jeudi de "faute" le refus de l'Allemagne de reprendre les négociations avec les Grecs avant la tenue dimanche du référendum sur les demandes des créanciers du pays.

Le Monde - Les frondeurs du PS vont manifester à Athènes

Plusieurs élus du Parti socialiste, membres des « frondeurs » et de la motion B au congrès de Poitiers, ont décidé d’exprimer leur soutien au peuple grec avant le référendum prévu dimanche 5 juillet. Une délégation doit se rendre à Athènes ce week-end. Parmi les élus qui devraient faire le voyage : le député de Paris Pascal Cherki, les eurodéputés de l’aile gauche du PS Emmanuel Maurel et Isabelle Thomas.
 
1er juillet
 
 
Lors de leur premier Bureau national après le congrès de Poitiers, les socialistes ont décidé lundi soir de créer trois groupes de travail.
Ils étaient tous là rue de Solférino lundi soir. Les socialistes ont tenu pendant plus de deux heures leur premier Bureau national (BN) depuis le congrès de Poitiers. Cette instance dirigeante dont la composition a été répartie en fonction du score des motions a installé trois commissions de travail sur l'Europe, l'international et la préparation du prochain budget. Objectif: établir en amont la position du parti sur les principaux sujets.
 
 
Le nouveau Bureau national du Parti socialiste, désigné à la suite du Conseil national du 20 juin, était réuni pour la première fois lundi 29 juin

Le Bureau national du Parti socialiste a fait salle comble, « une demande importante du Premier secrétaire depuis le Congrès ». La nouvelle organisation du Bureau national et du Secrétariat national y a été présentée.

Ainis, le Bureau national se tiendra désormais la veille de la réunion des groupes parlementaires, afin que les lignes soient définies au sein du Parti socialiste.

 
 
Manuel Valls s'est dit prêt à fermer des mosquées et à dissoudre des associations quand elles se montrent suspectes de complicités avec l'islamisme radical
 
 
L’accélération des événements et l’incertitude sur l’avenir de la Grèce ne doivent pas occulter que les créanciers, pendant près de quatre années, ont eu les mains libres en Grèce à travers la tutelle qu’exerçait la « troïka » [Commission de Bruxelles, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international] de facto sur toutes les réformes, entre 2011 et 2014.

Le bilan des mesures imposées à la Grèce est catastrophique sur tous les plans : loin de maîtriser la dette grecque, elles l’ont fait exploser ; loin de renouer avec la croissance, elles ont amputé le produit intérieur brut (PIB) du pays de près de 25 % ; enfin, loin de reconstruire des capacités administratives fortes, elles ont déstructuré les administrations sans s’attaquer clairement à la levée de l’impôt.

30 juin
 
 
En cette fin du mois de juin, Jean Daniel Lévy revient en exclusivité sur les derniers chiffres du baromètre Harris Interactive / Délits d’Opinion. Hollande et Valls stabilisent leur cote de confiance, dans un contexte général où les politiques voient plutôt leur cote baisser.
 
Respectmag - Hamon (PS): l’utilisation du terme « guerre de civilisation » aura des « conséquences négatives »

Le député (PS) des Yvelines Benoît Hamon a jugé lundi que l’utilisation du terme « guerre de civilisation » par Manuel Valls n’était « pas bonne » et pouvait « avoir des conséquences négatives », y compris sur « notre territoire ».
« Je ne suis pas du tout d’accord avec cette analyse du conflit », a déclaré l’ex-ministre dans une interview vidéo sur le site des Echos.fr, interrogé sur la formule utilisée par le Premier ministre après les attentats de vendredi.

 
La situation en Grèce va être « le sujet d’urgence de la semaine », explique l’Elysée, avec l’organisation dimanche 5 juillet du référendum sur le plan d’aide européen. Si François Hollande ne s’est pas entretenu durant le week-end avec le premier ministre grec, Alexis Tsipras, le chef de l’Etat a surveillé de près le risque d’un « Grexit » et la sortie du pays de la zone euro. Une réunion de travail s’est tenue dimanche en fin de journée à l’Elysée, avant un conseil restreint extraordinaire lundi 29 juin au matin.

Le Monde - Valls précise ses propos sur la « guerre de civilisation » et s’étonne qu’on lui fasse « un procès »

Critiqué pour avoir utilisé l’expression « guerre de civilisation » face au « terrorisme » islamiste lors de l’émission « Le Grand Rendez-vous » d’Europe 1, Le Monde et iTélé, le premier ministre, Manuel Valls, a tenu à préciser ses propos, s’étonnant qu’on lui fasse « un procès sur ce sujet-là ». Beaucoup y ont vu en effet une allusion au Choc des civilisations décrit par le professeur américain Samuel Huntington et repris par les néoconservateurs américains et notamment George W. Bush pour justifier la guerre en Irak.

L'Obs - Une "guerre de civilisation" ? "Certainement pas", répond Martine Aubry à Manuel Valls

L'expression de Manuel Valls passe décidément bien mal. Ce lundi soir, c'est au tour de Martine Aubry de prendre ses distances. A la question de savoir si, comme le Premier ministre, elle aurait utilisé l'expression "guerre de civilisation" après les attentats de vendredi, la maire de Lille répond : "certainement pas".

Mensquare - Valls toujours le candidat PS préféré des français pour la présidentielle

François Hollande n’a pas exclu la possibilité de se représenter à la présidentielle de 2017, mais Manuel Valls est toujours le candidat PS préféré des français.

Un nouveau sondage BVA mis en ligne ce dimanche confirme une nouvelle fois que le premier Ministre est à ce jour le candidat préféré des Français au PS, très loin devant Martine Aubry, Ségolène Royal ou encore François Hollande.

27/06/2015

L'actualité des socialistes du 22 au 29 juin (mise à jour)

A la une

Libé - Hamon: «Lutter contre le contrôle au faciès faisait partie des propositions du candidat Hollande»

Benoît Hamon, ex-ministre dans le gouvernement Ayrault devenu «frondeur», se félicite de la condamnation par la cour d'appel de Paris de la République pour «faute lourde» après la vérification d'identité abusive de citoyens par des policiers. 

Benoît Hamon revient sur la condamnation de l’Etat pour faute lourde dans des cas de contrôle au faciès. Le député PS des Yvelines porte un jugement sévère sur la politique timorée de François Hollande envers les habitants des banlieues, regrettant notamment qu’il ait renoncé à mettre en place l’attestation de contrôle d’identité. 

27 au 29 juin 

LCP - CAMBADÉLIS (PS) : "GRANDE ÉMOTION", "RESTONS UNIS"

Le Parti socialiste a fait part vendredi de sa "grande émotion" après l'attentat commis dans une usine en Isère, mais a appelé à rester "unis", à ne pas céder aux "amalgames" et à ne pas jouer "sur les peurs".

Le Figaro - Marie-Noëlle Lienemann : «S'il y a des primaires au PS, je suis prête à être candidate"

Elle souhaite porter la voix de la fronde. Agacée de voir la perspective d'une primaire à gauche en vue de 2017 s'éloigner, sans réaction de la part des frondeurs du PS,Marie-Noëlle Lienemann a décidé de sortir du bois. «Je me battrai de toutes mes forces pour qu'il y ait des primaires. S'il y en a, je suis prête à être candidate», a annoncé vendredi la sénatrice socialiste sur le plateau de Parlement Hebdo, sur Public Sénat, en partenariat avec Le Scan. «S'il y en a d'autres qui font aussi bien que moi, très bien! Mais moi je suis prête».

Le retour du trio Hollande-Valls-Cazeneuve

Comme en janvier, l'exécutif s'est réparti les rôles pour gérer la secousse d'un nouvel attentat et ne laisser aucune faille à la droite.

Slate, Eric Dupin - Le scénario à l'eau de rose de la réélection de François Hollande

Nous sommes le 8 mai 2017. François Hollande vient d'être réélu.

Palais de l'Elysée, 8 mai 2017. 

François Hollande sourit intérieurement, lové dans les bras de Julie Gayet. Le président de loin le plus impopulaire de toute la Vème République –et ceci jusqu'à la veille du scrutin– vient d'être réélu. Il songe à Napoléon qui exigeait de ses généraux: «Ayez de la chance!» Le bienheureux Hollande a toujours été auréolé d'une sacrée veine. Mais lui qui n'a jamais douté de sa nouvelle victoire a aussi su se faufiler entre les événements fortuits avec sa dextérité coutumière pour finalement l'emporter.

Délits d'opinion - A quoi ressemblent les adhérents socialistes ? (1/2)

Le cahier du CEVIPOF n°59 « Sociologie des adhérents socialistes » mené par Claude DARGENT et Henri REY constitue donc un travail à proprement parler exceptionnel, tant par la quantité de données récoltées que par son évolution dans le temps : les informations datent de 1985, 1998 et 2011.

25 et 26 juin

Le Monde - Le député frondeur Philippe Noguès quitte le Parti socialiste

Son diagnostic est sans appel : « L’espoir de transformer les choses de l’intérieur, que ce soit au sein du PS ou du groupe parlementaire à l’Assemblée, s’est peu à peu évanoui », explique au Monde Philippe Noguès, député socialiste du Morbihan. L’élu a donc pris une décision « irrévocable » : il quitte le Parti socialiste (PS) et le groupe socialiste au Palais-Bourbon. Membre du parti depuis avril 2006, élu député en juin 2012, cet ancien cadre d’une multinationale américaine de 60 ans a décidé de siéger parmi les non-inscrits à l’Assemblée.
 
BFMTV - Ecoutes de la NSA: une raison de "ne pas voter la loi sur le Renseignement", dit Christian Paul
 
"Il y a une sorte de renoncement démocratique face aux méthodes des services de surveillance et de renseignement", estime le député PS de la Nièvre Christian Paul, après les révélations de Wikileaks sur la surveillance de présidents français par la NSA
 
24 juin

Le Figaro - Régionales : le PS s'agace des velléités d'autonomie des écologistes

Dans le Nord et la région Paca, l'union de la gauche dès le premier tour semble mal embarquée. Christophe Castaner, candidat PS dans le sud-est, dénonce une «erreur» des écologistes.

L'Obs - Hollande, l'allié rêvé de Tsipras qui lui a fait faux bond

Le Premier ministre grec avait cru que le président français le soutiendrait dans ses négociations avec les créanciers. Mauvais calcul.

23 juin

Christian Paul - Mon intervention au Conseil national

Le congrès de Poitier s’est tenu il y a deux semaines, et c’est déjà très loin.

D’abord parce que les désordres de l’Europe, vu leur gravité, retiennent prioritairement l’attention. la Grèce, un peuple qui attend beaucoup des socialistes et de la France. les migrants, qui attendaient une autre vie, et qui trouvent surtourt notre honte quand ils arrivent sur le sol européen.

Libé - Dans les Hauts-de-Seine, le PS repart à zéro

Le victoire de Rémi Muzeau, à Clichy, illustre l'effondrement de la gauche non-communiste dans l'ancien fief de Charles Pasqua

22 juin

Le Monde - Yacine Chaouat, secrétaire adjoint chargé de l’intégration au PS, démissionne

Le nouveau secrétaire national adjoint du PS en charge de l'intégration, Yacine Chaouat, condamné pour violences conjugales en 2010, a déclaré dimanche au Parisien avoir présenté sa démission, 24 heures après sa nomination
 

REALPOLITIK - Depuis le congrès PS de Poitiers fin mai, Benoît Hamon s'est résolu à une chose : inutile d'appeler à des primaires à gauche incluant François Hollande en vue de 2017 car la direction du parti ne suivra pas. L'ancien ministre devenu frondeur a donc progressivement modifié son discours, contrairement à d'autres comme Aurélie Filippetti, également ex-ministre et frondeuse.

Boursorama - Le "Grexit", "un saut dans le vide" pour Cambadélis

Pour le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, une sortie de la Grèce de la zone euro ("Grexit", pour Greece et exit) serait "un saut dans le vide" avec "des conséquences dans toute la Méditerranée".

Marianne - Chaouat : "On n’a pas droit à une deuxième chance quand on est musulman"

A peine la longue liste du nouveau secrétariat du PS annoncée ce week-end par Jean-Christophe Cambadélis que l’un d’eux, Yacine Chaouat, nommé à l’Intégration républicaine, a dû donner sa démission face à la polémique naissante. Pour cause, en 2010, il avait été condamné à six mois de prison avec sursis pour violences conjugales aggravées. Lui voit dans cette décision une persécution du fait de sa confession...

23/06/2015

L'avenir et l'idée qu'on se fait de l'Europe' en jeu pour le député européen PS Emmanuel Maurel

21/06/2015

L'actualité des socialistes du 15 au 22 juin (mise à jour)

22 juin

Le Monde - Pellerin confie un « diagnostic » sur les festivals à l'ex-maire de Toulouse

La ministre de la culture Fleur Pellerin a confié, dimanche 21 juin, à l'ex-maire (PS) de Toulouse Pierre Cohen une mission visant à identifier « la réalité des problèmes » de certains festivals et les solutions que l'Etat peut y apporter.

« Je souhaitais un diagnostic très précis de la situation », a-t-elle souligné devant la presse, en marge des concerts organisés au Palais-Royal, à Paris, pour la 34e Fête de la musique.

21 juin

Huffington Post- Parti socialiste : une équipe de 78 secrétaires nationaux autour de Jean-Christophe Cambadélis

Jean-Christophe Cambadélis a présenté samedi son équipe, de près de 80 secrétaires nationaux, "rajeunie", en partie renouvelée, mais dont la plupart des postes-clés reviennent aux mêmes personnes que dans son équipe précédente.

Le Figaro - Parti socialiste : Cambadélis dévoile ses équipes de direction

Le gouvernement de «Camba» est en piste. Samedi, lors d'un conseil national du PS à l'Assemblée, le premier secrétaire du parti Jean-Christophe Cambadélis a dévoilé la composition de deux instances: le Bureau national, d'abord, où de nombreux ténors sont membres, comme Martine Aubry, ainsi que les secrétaires nationaux. Désormais, ce sont 78 dirigeants, 40 femmes et 38 femmes, qui animeront la vie du parti majoritaire au sein du secrétariat national (SN).

Le Point - Cambadélis - PS : silence dans les rangs !

En prélude à un conseil national du parti, le premier secrétaire a taclé Laurent Baumel qui a regretté le "revirement spectaculaire" de la majorité.

Le Figaro - Au PS, les poids lourds du parti placent leurs fidèles

Parmi les 33 nouveaux membres du Bureau national des adhésions figurent notamment des proches de François Hollande, de Martine Aubry ou de Laurent Fabius.

20 juin

Libé - Le «renouveau» au Parti socialiste ? Arrêtez le huis-clos !

Le «renouveau». Slogan de congrès, Jean-Christophe Cambadélis le clame dans toutes ses interventions. A Poitiers, à la tribune, ça donnait «renouveau des têtes», «renouveau des thèmes», «renouveau de [l']organisation», «renouveau des méthodes»… Un nouveau Parti socialiste promettait ainsi le premier secrétaire début juin. «Chers amis ! Chers camarades ! Je souhaite, je vous demande, que le Parti socialiste sorte de l’entre soi et se tourne vers les Français», lançait-il en clôture de son discours de congrès. Prometteur. Ambitieux. 

L'Obs - Le PS fonce droit dans le mur : je quitte un parti dans lequel je ne me reconnais plus, Par Liêm Hoang-Ngoc, Nouvelle Gauche Socialiste 

LE PLUS. Deux semaines après le congrès de Poitiers, et alors que le gouvernement Valls réaffirme son orientation social-libérale, le socialiste Liêm Hoang Ngoc a décidé de quitter un PS dans lequel il ne se reconnait plus. Ancien député au Parlement européen, économiste, il appelle à l’émergence d’une coalition à la française de la gauche radicale.

19 juin

L'Express - Que reste-t-il du congrès du PS à Poitiers?

"Rien", répond l'opposition... Mais la question taraude aussi de nombreux socialistes, alors que le trio "loi Macron-article 49.3-motion de censure" se répète ce mercredi, 10 jours seulement après le congrès du PS qui devait aplanir les tensions au sein du parti.
 

Le député PS de la Nièvre et chef de file des frondeurs a dit, devant l'Association des journalistes parlementaires, vouloir favoriser les «réponses concrètes et crédibles».

Il ne veut plus seulement «exister» mais entend désormais «innover». Invité de l'Association des journalistes parlementaires (AJP) ce mercredi, le député PS de la Nièvre, Christian Paul, a détaillé la manière dont il comptait continuer de faire vivre la fronde qu'il dirige au sein de son camp. Car après avoir d'abord émis le souhait de «tourner la page» fin mai dernier, le parlementaire a durci le ton à l'égard de l'exécutif, estimant notamment la semaine dernière, dans une interview au Figaro faisant suite au congrès de Poitiers, que Manuel Valls ne savait «ni écouter ni dialoguer».

18 juin

RTL - "Made in France" : Arnaud Montebourg est l'invité de RTL

REPLAY - L'ancien ministre du Redressement productif est l'invité de "RTL" à 8h20 pour évoquer "Vive la France", son association avec Yves Jégo (UDI) pour promouvoir le "Made in France".

France Info - Le calcul fiscal de Hollande

François Hollande respecte une de ses promesses : le prélèvement des impôts à la source est lancé ! Mais le président de la République a attendu 3 ans pour le faire et ça ne sera effectif qu’en 2018 d’où les soupçons d’arrières pensées…

TF1 - Et si Hollande était en train de gagner son pari sur le chômage ?

Les dernières prévisions de l'Unedic indiquent une inversion de la courbe du chômage pendant l'année 2016. Le président et son Premier ministre veulent y croire, enjambant la crise idéologique qui s'aggrave à gauche.

Le Point - Christian Paul (PS) : "Le Premier ministre met en danger la suite du quinquennat"

Pour faire passer la loi Macron, le gouvernement a recouru à l'article 49.3 de la Constitution. Christian Paul (PS) dénonce l'absence de concertation.

Huffington Post - Loi Macron : les frondeurs pilonnent le 49-3, le fragile équilibre de Poitiers vacille

Poitiers est-il déjà un lointain souvenir? Le gouvernement de Manuel Valls a eu beau préparer le terrain à un nouveau recours à l'article 49-3 sur la loi Macron, la décision passe décidément très mal dans les rangs des frondeurs dont la motion B a réuni près de 30% des voix au dernier congrès du Parti socialiste.

Libé - Remaniement : Valter et Pinville entrent au gouvernement

Cet «ajustement» vise à remplacer Geneviève Fioraso, partie pour raisons de santé en mars, et Carole Delga, qui est candidate aux régionales.

Libé - Liêm Hoang-Ngoc quitte le Parti socialiste

Dans un appel, l'ex-eurodéputé et économiste fonde la «Nouvelle gauche socialiste» et veut passer aux «travaux pratiques» avec le Front de gauche et les écologistes

C’était une question de temps. Ces derniers mois, on le voyait davantage aux côtés de Jean-Luc Mélenchon ou de Pierre Laurent dans les manifestations anti-austérité ou les rassemblements contre la loi Macron qu’avec ses camarades socialistes. C’est fait: Liêm Hoang-Ngoc quitte le PS. Dans un «appel» ouvert à signatures lancé sur Mediapart, l’ex-eurodéputé appelle les «déçus du PS» à se rassembler «hors du PS, dans un nouveau mouvement: la Nouvelle Gauche socialiste (NGS)».

Les acteurs de l'économie, Cécile Michaux - Loi Macron : plafonner les indemnités prud'homales est un message d’impunité aux employeurs

Le Premier ministre a fait de nouveau appel à l'article 49.3 pour faire passer sans débat ni vote la loi dite « Macron » à l'Assemblée Nationale. Après l'extension du travail dominical, c'est pour éviter tout débat sur le plafonnement des indemnités prud'homales que le gouvernement invoque cette procédure. On n'aura donc malheureusement pas l'occasion de mesurer pleinement les conséquences de cette mesure, pourtant cruciale sur le plan du droit du travail. Par Cécile Michaux, conseillère d'arrondissement (PS) de Lyon.

17 juin

Le Monde, Lui Président - La promesse oubliée : réformer la justice des mineurs

De la patience. C'est ce qu'est venue demander la garde des sceaux Christiane Taubira le 6 juin 2015 devant un parterre de juges pour enfants. Annoncée en 2012 comme le deuxième acte de sa politique pénale, après la condition pénitentiaire Promesse pas encore tenue de François Hollande, la promesse de réformer la justice des mineurs en supprimant les tribunaux correctionnels pour mineurs Promesse en doute de François Hollande est depuis renvoyée aux calendes grecques. Ce, malgré les appels répétés des associations et professionnels de la protection de l'enfance.

Libé - Manuel Valls : la démocratie ou le chômage

Pour justifier le recours à l'article 49.3, le Premier ministre a plaidé l'«efficacité».

Cinq minutes 27 secondes. C’est le temps qu’il a fallu à Manuel Valls pour justifier son nouveau recours à l’article 49-3, privant le Parlement d’un vote sur la loi Macron pour la deuxième fois en cinq mois et jouant à fond l’opinion contre la gauche.

Le JDD - Le 49.3 sur la loi Macron, volonté "d'aller vite" contre "déni de démocratie"

Dès lundi, le gouvernement avait annoncé un nouveau recours à l'article 49.3 sur la loi Macron, évitant ainsi le débat parlementaire, "qui a déjà eu lieu". Mais ce "passage en force" pour les uns, ce "déni de démocratie" pour les autres, a vivement animé la journée de mardi à l'Assemblée nationale. Récit.

Les Inrocks - A quoi servent les économistes s’ils répètent tous le même discours?

Dans leur “Manifeste pour une économie pluraliste”, des chercheurs plaident contre la “pensée orthodoxe” libérale omniprésente dans l’université et les institutions. Rencontre avec André Orléan, porte-parole de ces “hétérodoxes”, qui veulent ouvrir leur discipline aux sciences sociales et aux débats de société.

LCP - Loi Macron/49.3 : Christian Paul (frondeur PS) dénonce l’"aveu de faiblesse" du gouvernement

"C’est un aveu de faiblesse", condamne Christian Paul à l’entrée du groupe socialiste à l’Assemblée mardi, alors que le gouvernement menace de nouveau d’utiliser l’article 49.3 pour voter la loi Macron. Le député PS frondeur de la Nièvre regrette que le gouvernement n’ait pas "simplement consacré quelques heures avec les groupes parlementaires, le Premier ministre et Emmanuel Macron, pour chercher un compromis". Selon lui, l’absence d’un tel dialogue "fragilise de nouveau la majorité socialiste".

Le Figaro - Face aux frondeurs, Valls se défend d'être «le fossoyeur du quinquennat»

..... Manuel Valls, enfin, s'est adressé au chef de file des frondeurs sur un ton sévère: «Le dialogue a toujours été recherché avec le groupe, Christian Paul. Je n'ai pas pris cette décision tout seul, Christian Paul. Qu'est-ce que c'est que cette histoire qui voudrait faire de moi le fossoyeur du quinquennat du président de la République?». Le premier ministre a ajouté: «Vous croyez que vous arriverez à mettre un coin entre le président de la République et moi? Vous n'y arriverez pas». Revenant au projet Macron, Valls a ajouté: «Je veux porter un message de rapidité et d'efficacité». Puis: «Est-ce que vous pensez qu'on peut se permettre une semaine ou dix jours de combats de tranchées ici, devant le pays?». «Ma responsabilité, c'est d'avancer», a encore insisté Valls.

L'Obs - Valls, la loi Macron et le 49-3 : un coup de maître. Il piège les "frondeurs" et la droite Par auteur, chroniqueur

LE PLUS. Pour la seconde fois du quinquennat, le gouvernement va recourir à l'article 49-3 pour clore le débat sur la loi Macron. La décision a été prise par Manuel Valls, lundi 15 juin, afin de faire adopter par les députés ce texte censé doper la croissance et l'activité. Une décision stratégique habile, estime notre contributeur Roland Greuzat. Explications

16 juin

Le Lab - Loi Macron : le député PS Pascal Cherki dénonce "un délit de sale gueule politique sur les frondeurs"

QUOI MA FRONDE ? - La loi Macron 2, le retour. Cette semaine, la décriée loi sur la croissance portée par Emmanuel Macron revient à l’Assemblée nationale pour une deuxième lecture, à partir de mardi 16 juin. Avec la menace toujours plus pressante du 49-3 qui mettrait un terme à une semaine de débat et empêcherait un vote solennel, prévu le 24 juin. Malgré cela, les députés ont déposé un millier d’amendements. Et les frondeurs du PS, toujours opposés à une partie du texte malgré le congrès socialiste de Poitiers, ne désarment pas.

Public Sénat - Cambadélis (PS): Montebourg "est un planqué", pas comme Hollande

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a qualifié lundi de "planqué" l'ancien ministre Arnaud Montebourg, qui a publié une tribune incendiaire en plein congrès du PS, et défendu François Hollande et ses nombreux déplacements.

Les Echos - Pascal Cherki  Député PS de Paris

LES COMPENSATIONS SALARIALES AU TRAVAIL DU DIMANCHE : « Ce que je demande c'est qu'on paye double. Nous avons combattu Nicolas Sarkozy et son "travailler plus pour gagner plus" et nous sommes en train d'inventer le "travailler plus pour gagner à peu près pareil". Dans le travail du dimanche tel qu'il existe aujourd'hui dans la loi, les salariés sont au moins payés double. Et nous faisons une loi qui est un recul par rapport au droit du travail hérité de dix ans de droite ? Je ne suis pas d'accord. Ce n'est pas parce que vous organisez un référendum dans les entreprises que les salariés ne vont pas voter sous contrainte. »

L'Humanité - Gérard Filoche : « Plus on facilite le licenciement, plus il y a de chômage »

L’ancien inspecteur du travail Gérard Filoche, socialiste « frondeur », voit dans l’annonce de Valls la continuation de la politique néolibérale de Macron. Au détriment des droits des salariés, ses mesures ne font qu’alimenter la dérive financière des entreprises.

15 juin

Le Parisien - Germain (PS): "Les aubrystes ont leur place au gouvernement"

Le député PS des Hauts-de-Seine, Jean-Marc Germain, proche de Martine Aubry, a déclaré lundi "souhaiter que des aubryistes reviennent" au gouvernement, dans un remaniement qui "doit avoir lieu le plus vite possible".

Francetvinfo - Inverser la courbe du chômage : "Un langage technocratique un peu choquant", tacle Cambadélis

Le patron du PS a vivement critiqué la formule employée à maintes reprises par l'exécutif, mais assuré que l'objectif pouvait être atteint.

.... "Ce n'est pas comme ça qu'on parle. Les chômeurs, ce n'est pas une courbe, ce sont des hommes et des femmes." Le patron du PS a même assuré l'avoir dit au chef de l'Etat. Pour autant, le responsable socialiste l'assure : l'objectif de fond reste atteignable. "Jy crois toujours. Je pense qu'on peut y arriver."

Les Echos - Le retour de la politique « bourgétisée »

Décret sur l’encadrement des loyers, geste salarial pour les fonctionnaires : l’exécutif maintient le cap économique tout en faisant des gestes à sa gauche.

 
 

26/05/2015

Parlement’air - L’Info : Emmanuel Maurel (PS)


Parlement’air - L’Info : Emmanuel Maurel (PS) par LCP

09/05/2015

L'actualité des socialistes du 4 au 10 mai (mise à jour)

A la une

France 3 Bourgogne - Christian Paul, invité de "La voix est libre" samedi 9 mai sur France 3 Bourgogne REPLAY

Le député socialiste de la Nièvre Christian Paul était l'invité de "La voix est libre" samedi 9 mai 2015, à partir de 11h30. Il est le premier signataire de la motion B qu'il défendra lors du Congrès du PS du 5 au 7 juin prochain à Poitiers. Revoyez les deux parties de l'émission 

8, 9 et 10 mai

Le Monde - Après trois ans de Hollande, le contre-projet des frondeurs du PS

C’est leur façon de fêter les trois ans du quinquennat Hollande. En vue du congrès du PS à Poitiers du 5 au 7 juin, la motion B, qui regroupe l’aile gauche et les frondeurs du parti, a présenté mercredi 6 mai son « agenda des réformes » pour les deux ans à venir. Une sorte de contre-projet, à rebours de la politique gouvernementale, qu’ils entendent soumettre au vote des militants le 21 mai.
 
 
Le chef de la file de la motion B présentait ce matin les réformes qu'il souhaite voir appliquer avant la fin du quinquennat.

France Inter - Maxime Vaudano : « La moitié des promesses de François Hollande a été tenue »

Il y a trois ans, François Hollande remportait l'élection présidentielle. L'occasion pour le 5/7 de faire un bilan des promesses tenues (ou pas) du Président au côté de notre invitéMaxime Vaudano, co-fondateur du site luipresident.fr, journaliste au service « Les décodeurs » au journal Le Monde

Libé - En Seine-Saint-Denis, Aubry fait tourner la motion magique

La maire de Lille était invitée au Pré-Saint-Gervais, mercredi soir, pour soutenir la «motion A» de Jean-Christophe Cambadélis en vue du prochain congrès.

La Croix - Jean-Christophe Cambadélis : « Quand on veut bouger le Mammouth, l’immobilisme se met en marche »

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, était jeudi 7 mai l’invité de l’émission « Face aux chrétiens » présentée par Frédéric Mounier et coproduite par KTO. Le député de Paris répondait aux questions de Louis Daufresne (Radio Notre-Dame), Romain Mazenod (RCF) et Corinne Laurent (La Croix).

Le Point - Anne Hidalgo, reine en son royaume... et au-delà

La maire de Paris soutient la candidature du président de l'Assemblée nationale et appelle le président sortant, Jean-Paul Huchon, à faire de même.

Francetvinfo - "Le rassemblement est primordial, sans rassemblement la gauche ne peut pas gagner" annonce Marie Pierre de la Gontrie

Marie Pierre de la Gontrie était l’invitée du JT de midi. La première vice-présidente PS de la région Île-de-France, qui était candidate à l'investiture du PS pour les régionales, a annoncé son ralliement à Claude Bartolone, qui s'est déclaré candidat ce mercredi.

Lyon Capitale - Région  : nouveau bras de fer entre les écolos et Queyranne

Menacé de perdre sa majorité lors de l'adoption du contrat de plan État région de l'Ardèche, Jean-Jack Queyranne a dû plier face aux élus du groupe écologiste. En sortant en amendement à 10 millions d'euros, le président PS de la région à sauver un contrat de plan que viendra signer, lundi 11 mai, à Lyon, Manuel Valls. Retour sur une nouvelle journée de tension dans la majorité de gauche au conseil régional.

Le Figaro - Pour ses trois ans à l'Elysée, les frondeurs se rappellent au bon souvenir de Hollande

Pour fêter les trois ans de l'accession au pouvoir de François Hollande, la motion B et son premier signataire Christian Paul ont présenté mercredi leur calendrier des mesures à mettre en place d'ici la fin du quinquennat.

7 mai

Les Echos - Une majorité de Français pour la relance du pouvoir d'achat

Ils sont 51 % à juger que François Hollande devrait en faire sa priorité. Mais la nécessité de renforcer la compétitivité gagne les esprits.
 
 
Il a annoncé à la veille de la clôture des candidatures et deux semaines après avoir fermé la porte à une telle perspective qu'il se présentait finalement.

Le Monde, les décodeurs - Après trois ans de mandat, François Hollande a-t-il tenu ses promesses ?

Promesses brisées et tenues, annonces, courbes du chômage et des sondages : le site "Lui Président" vous propose de replonger dans les trois premières années du quinquennat de François Hollande.

Le Parisien - Stéphane Le Foll : «J'en veux aux frondeurs»

Alors que François Hollande est élu depuis trois ans, Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, juge que la situation s'améliore dans le pays.

Le Figaro - Cambadélis: Hollande "le glaive", Valls "le bouclier"

Jean-Christophe Cambadélis, numéro un socialiste, a jugé aujourd'hui que le côté protecteur de François Hollande serait reconnu in fine, assurant que le président est "le bouclier" et son premier ministre "le glaive". Interrogé, lors de l'émission Questions d'Info (LCP, France Info, AFP, Le Monde) sur les trois premières années du quinquennat, le Premier secrétaire a déclaré : François Hollande "a voulu une France unie pour aborder le redressement de la France sans crise sociale et sans sanction de marché. Cela nécessitait beaucoup de courage parce qu'on voulait le tirer à hue et à dia" (ndlr : à droite et à gauche).

Nextinpact - Christian Paul (PS) explique son abstention sur le projet de loi Renseignement

Le député socialiste Christian Paul, qui faisait partie des principaux opposants à la loi Hadopi, a annoncé cet après-midi qu’il s’abstiendrait lors du vote sur le projet de loi Renseignement. Une prise de position qui a grandement déçu certains internautes, et sur laquelle l’élu a bien voulu s’expliquer, dans nos colonnes.

6 mai
 
 
Si elle n'était pas au gouvernement, Christiane Taubira aurait pu manifester contre le projet de loi sur le renseignement. C'est ce qu'elle a déclaré mardi, peu après l'adoption du texte à l'Assemblée, estimant d'ailleurs qu'il pouvait encore "évoluer". "Il y a forcément des risques parce que les techniques et les technologies sont très puissantes", a constaté la ministre de la Justice sur Europe 1. "Je considère que ce débat est nécessaire et qu'il est souhaitable. (...) On a le droit de s'interroger parce qu'effectivement ça n'est pas banal."
 
Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée nationale, était l’invité de la matinale de Patrick Cohen pour défendre la loi sur le renseignement qui devrait être adoptée cet après-midi par les députés. Et pour rassurer les auditeurs sur ce texte controversé, le député de Seine-Saint-Denis a avancé un étrange argument que l'on peut résumer de la sorte : "Si vous estimez que cette loi est mal boutiquée et si vous redoutez que dans le futur le pouvoir politique en fasse mauvais usage, ne vous inquiétez pas et votez pour nous qui sommes les amis de la liberté" ! Voilà un raisonnement fulgurant...
 
Le blog de François Kalfon - Les vrais enjeux du congrès de Poitiers : l'impératif de lucidité face à la chimère du tripartisme

Parmi les enjeux masqués du congrès de Poitiers figurent en bonne place les conditions par lesquelles la gauche socialiste pourrait -malgré une impopularité persistante- gagner l'élection présidentielle. Les uns disant -ou le pensant très fort- que le tripartisme permettrait au candidat socialiste de gagner et qu'il suffirait de faire bloc derrière le président et le gouvernement sans faire de vagues en espérant sans le dire un duel face au FN au second tour; les autres (parmi lesquels je suis) considérant qu'il s'agit là d'un pari bien hasardeux. Car faute d'un diagnostic lucide et préalable sur l'adéquation entre le PS et sa base sociale, qui serait reconnu comme une forme d'aveu reçu comme tel par tous les déçus de la gauche, cet "échafaudage politique" risquerait grandement d'aboutir à une défaite supplémentaire. Celle-ci se doublant d'ailleurs d'une déroute si le candidat de la gauche était une nouvelle fois absent du second tour: un nouveau 21 avril cette fois-ci programmé en quelque sorte!

Paris Match - Hollande et Valls redressent leurs courbes

Dans le dernier tableau de bord Ifop/Fiducial pour Paris-Match et Sud-Radio, la cote de confiance du chef de l’Etat remonte d’un point (26%) alors qu’il franchit le cap des trois ans à l’Elysée. Celle de son Premier ministre repart à la hausse (+4) et atteint 49%. L'analyse de Bruno Jeudy.

 
Quelque 200 personnes, ministres proches du chef de l'Etat, parlementaires et militants, se sont réunis aujourd'hui pour un "point d'étape" après trois ans de présidence Hollande, afin d'entamer un "travail de reconquête" en vue de 2017.
 
 
Face à Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, François Hollande n'aurait aucune chance de se faire réélire si l'élection  présidentielle avait lieu aujourd'hui. Dans tous les cas de figure, son Premier ministre Manuel Valls ferait mieux.  C'est l'enseignement de notre sondage Odoxa.

Les Echos - Christian Paul : « Simplifier la vie des entreprises ne peut se faire au prix de la précarisation des droits des salariés »

Christian Paul, qui mène l'aile gauche du PS au congrès de Poitiers en juin, dévoile l'« agenda des réformes » qu'il présentera ce mercredi, jour anniversaire des trois ans de l'élection de François Hollande.

#PJLRenseignement Abstention en vue chez les frondeurs : Christian Paul (PS) prévient qu'il ne votera pas le projet de loi sur le renseignement

L'Obs - Loi sur le renseignement : les 5 dangers du texte

Le projet de loi sur le renseignement doit être voté ce mardi à l'Assemblée. Rappel des points qui soulèvent des inquiétudes.

Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée nationale, était l’invité de la matinale de Patrick Cohen pour défendre la loi sur le renseignement qui devrait être adoptée cet après-midi par les députés. Et pour rassurer les auditeurs sur ce texte controversé, le député de Seine-Saint-Denis a avancé un étrange argument que l'on peut résumer de la sorte : "Si vous estimez que cette loi est mal boutiquée et si vous redoutez que dans le futur le pouvoir politique en fasse mauvais usage, ne vous inquiétez pas et votez pour nous qui sommes les amis de la liberté" ! Voilà un raisonnement fulgurant...
 
 
Le Sénat a voté la volet de la loi Macron prévoyant l'ouverture 12 dimanches par an dans la distribution.
 
 
Le congrès du Parti socialiste est entré dans sa phase active. Benoît Hamon, ancien ministre et porte-parole de la motion de la gauche du parti, revient ici sur ses critiques de l’action du gouvernement auquel il a appartenu. Il explique aussi pourquoi il croit encore à la réussite possible du quinquennat.
 
5 mai

Le Figaro - Régionales : l'hypothèse d'une candidature de Benoît Hamon en Ile-de-France

«Benoît se pose la question de savoir s'il faut y aller ou pas», explique ce lundi dans le JDD l'un des proches de l'ancien ministre de l'Éducation, l'eurodéputé Guillaume Balas. Alors que le dépôt des candidatures pour les élections régionales de décembre prochain doit se clore jeudi, le Parti socialiste pourrait se trouver avec un nouveau candidat.

Libé - Loi renseignement : «La vie privée, et donc les libertés, sont atteintes»

Le député socialiste frondeur Pouria Amirshahi votera contre le projet de loi, mardi à l'Assemblée.

Pouria Amirshahi, député PS des Français établis hors de France dans la circonscription «Afrique du Nord et de l’Ouest», prévoit de voter contre le projet de loi sur le renseignement. Alors que l’Assemblée nationale devrait, sans surprise, adopter à une large majorité le texte défendu par le gouvernement au nom de la lutte contre le terrorisme, le «frondeur» va écrire à ses collègues députés pour exposer ses arguments.

Huffington Post, Romain Blachier - Loi renseignement: si j'étais député...

Si j'étais député et que je devais la semaine qui vient, me prononcer sur le Projet de Loi Renseignement, j'avoue que j'aurais différentes choses à examiner avant de m'exprimer un peu vite sur la question. Surtout que les principales formations politiques, à commencer par la direction du Parti Socialiste, n'ont pas joué leur rôle en prenant position. Ce qui est dommage: c'est tout de même, comme le soulignait la députée PS Karine Berger, à cela que sert un parti.

Libé - Cambadélis: le 1er mai, «un concentré de ce qui se passerait avec le FN au pouvoir»

Le 1er mai du Front national, entre brouille Le Pen père-fille, évacuation brutale des Femen et journalistes agressés, est un «concentré de ce qui se passerait si le FN arrivait au pouvoir», a estimé lundi Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS.

Le Lab - Comme Najat Vallaud-Belkacem, Jean-Christophe Cambadélis trouve que Marine Le Pen "a des côtés harpie"

C'EST CELUI QUI DIT QUI EST - Jean-Christophe Cambadélis l'affirme : il "ne soutient personne" à part le PS et n'a "pas besoin des Femen pour exprimer" le fond de sa pensée au sujet du Front national. Mais s'il lui faut dire qui, de Marine Le Pen ou des militantes féministes, incarne le mieux le qualificatif de "harpie", son choix est vite fait. Et vous ne serez pas surpris d'apprendre que c'est la présidente du parti d'extrême droite qui hérite du sobriquet.

4 mai

Le JDD - CSG : Bercy dit non à Jean-Christophe Cambadélis

INDISCRET - Bercy refuse de baisser la CSG, l'une des propositions de Jean-Christophe Cambadélis qu'il portera au prochain congrès du PS.

L'Obs, Le Plus, Karine Berger - Chômage, précarité... La gauche ne doit pas célébrer le 1er mai. Elle doit le réinventer

LE PLUS. Difficile de parler de "fête" du travail alors que le taux de chômage a atteint un nouveau record en début de semaine. En vue du congrès du PS de cet été, la députée socialiste Karine Berger est première signataire de la motion "La Fabrique". Pour elle, il est primordial de repenser la notion de "travail". Décryptage.

Le Parisien - Essonne : Guedj (PS) se sent « aussi » responsable de la défaite

La faute… au gouvernement et un peu à lui « aussi ». Ce dimanche midi, Jérôme Guedj, l’ex-président socialiste du département, est revenu sur la défaite de la gauche en Essonne où il a remis il y a un mois les clés de la présidence à l’UMP François Durovray.

05/04/2015

L'actualité des socialistes du 30 mars au 5 avril (mise à jour)

A la une

Le JDD - L'aile gauche partira groupée au congrès du PS

Malgré la rivalité entre Emmanuel Maurel et Benoît Hamon, un dirigeant assure que les "frondeurs" iraient unis au congrès du PS en juin.

Libé - Congrès PS: vers un rassemblement des plus à gauche

A une semaine du dépôt des motions pour le congrès de Poitiers, les sensibilités socialistes en désaccord avec la politique économique du gouvernement se rapprochent.

5 avril

Challenges - Les Français soutiennent la ligne social-libérale de Valls !

Le Premier ministre peut se féliciter du sondage publié par Le Journal du Dimanche, mais il démontre toute la difficulté du moment: rassembler la gauche sans changer de cap économique ...

Le Point - Hamon (PS): une "parole collective" monte à gauche

L'ex-ministre PS Benoît Hamon a affirmé jeudi qu'une "parole collective" montait à gauche, à l'approche du Congrès du PS, pour réclamer des "changements" dans la politique du gouvernement.

"Il y a beaucoup de gens qui disent la même chose. Quand on écoute aujourd'hui le diagnostic posé par Martine Aubry, Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti, Christiane Taubira dans un autre registre (...) il y a des constats qui sont les mêmes et qui sont assez simples, sauf à être totalement dans le déni et à vouloir plonger bien profond la tête dans le sable", a déclaré Benoît Hamon sur LCI et Radio Classique.

Le Monde - PS : première motion déposée avant le congrès de Poitiers

La compétition au PS est déjà sur les rails. Le courant « cohérence socialiste », mené par les quatre députés Karine Berger, Valérie Rabault, Yann Galut et Alexis Bachelay, a décidé de déposer sa propre motion pour le congrès de Poitiers du 5 au 7 juin. Ils font alliance pour l'occasion avec trois autres premiers signataires de contributions générales, Dominique Bertinotti, l'ancienne ministre de la famille, Nicolas Brien et Madeleine Ngombet.

4 avril

Libé - François Hollande fait un petit pas vers sa gauche dans l'Oise

Ce vendredi, le Président a annoncé la création d'un compte personnel d'activité. Une mesure sociale censée rassurer sa majorité avant le congrès du PS en juin, sans toutefois toucher à ses mesures phares.

Le Point - Le "compte personnel d'activité" : le geste de Hollande sur sa gauche

Le Parti socialiste a salué "une avancée importante dans le processus de sécurisation des parcours professionnels", demandé par les fidèles de Martine Aubry.

Le Monde - Hollande annonce des mesures pour favoriser l’investissement dans les PME

Après l’usine PSA de Trémery (Moselle) la semaine précédente, le président continuait inlassablement son tour de « la France qui gagne », vendredi 3 avril, dans une forge de Trie-Château (Oise). Mais en plus des traditionnelles assurances sur l’imminence d’une reprise, égrenées avec insistance depuis un mois, François Hollande y a apporté dans sa besace des annonces : des mesures destinées à favoriser l’investissement industriel dans les PME.
 

Le gouvernement préfère ne pas mettre sur la table les questions de simplification du contrat de travail et de la durée du travail. Et ce pour ne pas attiser les frictions au sein du parti socialiste en pleine préparation de son congrès.

France Bleu - Régionales : Jean-Jack Queyranne annonce sa candidature

L'actuel président de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, a annoncé officiellement sa candidature à l'investiture PS pour la présidence de la future région Rhône-Alpes Auvergne. Le président en a également profité pour répondre aux attaques de la droite, concernant notamment le financement de l'autoroute A45.

Le Monde - Pour Sapin, la reprise dépend désormais des entrepreneurs

Le ministre de l’économie Michel Sapin a déclaré, vendredi 3 avril sur RTL, qu’il est désormais de la « responsabilité du monde économique » de transformer en « décisions » et en « investissements » les « marges » qu’elles ont dégagées dans un contexte de « petite reprise » de la croissance. Jeudi, l’Insee a légèrement revu à la hausse ses prévisions et s’attend à une progression de 0,4 % du PIB au premier trimestre puis 0,3 % au deuxième.
 
S'il n'est pas tout à fait frondeur, Jean-Marc Germain, député socialiste des Hauts-de-Seine, ne désavoue pas, pour autant, le courant hostile à Manuel Valls. Sans dévoiler les intentions de celle pour qui il roule, ce proche de Martine Aubry et époux, à la ville, d'Anne Hidalgo, tire les conséquences de la déroute des socialistes. 

Le Monde - Benoît Hamon : « Il est temps que le quinquennat soit associé à une amélioration de la vie des Français »

Après Arnaud Montebourg, Cécile Duflot et même la garde des sceaux Christiane Taubira, Benoît Hamon a apporté sa contribution, jeudi 2 avril, au flot de critiques venues de gauche qui accablent le gouvernement après sa cuisante défaite aux élections départementales. « Il est temps que le quinquennat soit associé à une amélioration de la vie des Français », a déclaré sur Radio Classique et LCI l’ex-ministre de l’éducation, membre de l’aile gauche du Parti socialiste, qui a quitté le gouvernement en août 2014 sur un désaccord avec la politique menée par Manuel Valls.
 
 
Après la défaite de la gauche aux départementales, l’ex-ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique sort de son silence dans «Les Echos».
 
3 avril
 
 
Seulement huit femmes figurent parmi les 98 présidents de conseils départementaux élus jeudi. Elles n'étaient que quatre auparavant.

L'Humanité - Face à la ligne Valls, Martine Aubry passe à l’offensive

Deux jours après la déroute du PS aux élections départementales, la maire de Lille passe à la vitesse supérieure.

Les Echos - Le dilemme de Martine Aubry

La maire de Lille a huit jours pour décider si elle dépose ou non une motion au congrès du PS. En clair, si elle compose ou entre en guerre avec François Hollande.

 
La claque des départementales à peine digérée, le coup de sifflet du sprint du congrès est sifflé. Le calendrier est serré puisque le 11 avril, le Conseil national du PS entérinera les différentes motions qui feront l’objet d’un vote des militants. Un congrès prévu pour début juin qui pourrait, en cas de victoire de la ligne critique au gouvernement, obliger François Hollande à infléchir sa politique économique.

LCP - Baumel (PS) demande à Hollande des "inflexions politiques" sans "se renier"

Le député frondeur espère que le chef de l’État acceptera d’apporter des "équilibres un peu différents" après la défaite socialiste lors des élections départementales.

"Il y a un petit paradoxe à nationaliser une élection locale et ensuite, en l’ayant perdue, à dire ’je continue la même politique, je ne change pas de cap’." Laurent Baumel, le député socialiste frondeur d’Indre-et-Loire, a demandé à l’exécutif, mercredi sur le plateau de Politique Matin, "d’apporter des inflexions" à sa politique afin de la rendre plus "équilibrée", après la défaite de la gauche aux élections départementales.

Le JDD - Martine Aubry attend "des signes forts et non des vaguelettes"

Lors d'une réunion avec ses soutiens,à laquelle se sont joints une partie des frondeurs, mardi soir, la maire socialiste de Lille Martine Aubry a fortement critiqué la ligne Valls. Avec le prochain congrès du PS en ligne de mire.

Regards - Emmanuel Maurel : « Notre électorat est plus unitaire que nous »

Le frondeur Emmanuel Maurel s’attriste de voir l’exécutif mener le Parti socialiste de revers électoral en revers électoral. Mais espère lui faire changer son cap social-libéral grâce à une entente entre les différentes forces de gauche... rangées derrière le PS.

2 avril

 
INFO RTL - La maire de Lille a réuni une centaine de ses proches, au lendemain de la défaite socialiste aux départementales et a obtenu des garanties de la part du Président.

Le Figaro - Devant ses troupes, Martine Aubry lâche ses coups contre Manuel Valls

Lors d'une réunion avec ses soutiens mardi soir à l'Assemblée, la maire de Lille a fustigé la stratégie du premier ministre pour les départementales. Elle pourrait déposer sa propre motion pour le congrès du parti.

Le lab - Martine Aubry laisse planer le doute quant à sa candidature au congrès du PS

LA GRANDE INCONNUE - Ce n'est pas encore aujourd'hui que l'on connaîtra avec précision les intentions de Martine Aubry. Mais à défaut de dévoiler son jeu, la maire de Lille entretient savamment le doute. Devant ses soutiens à l'Assemblée nationale, mardi 31 mars, l'ancienne Première secrétaire du PS a en tous cas laissé planer l'éventualité d'une candidature de sa part au congrès du parti, qui se tiendra à Poitiers début juin.

France 3 - Réunion d'une centaine de parlementaires et d'élus locaux autour de Martine Aubry

La maire de Lille, Martine Aubry, a réuni mardi soir à l'Assemblée nationale ses soutiens parlementaires, ainsi que des élus locaux, pour faire le point après les départementales et avant le dépôt des motions en vue du congrès du PS, en juin à Poitiers.

Le JDD - Comment Valls a tenté de remobiliser les socialistes

Manuel Valls, qui considère avoir le soutien des Français pour rester à son poste de Premier ministre un an pile après sa nomination, s'est adressé mardi aux députés socialistes pour les convaincre d'"approfondir les réformes" sans changement de cap vers la gauche.

Le Monde - Scrutin après scrutin, Hollande perd ce qu’il a gagné

Le premier secrétaire avait tout gagné. Le président est en passe de tout perdre. Après des municipales dévastatrices, qui avaient laissé la gauche délestée de quelque 150 villes de plus de 9 000 habitants en mars 2014, le second tour des élections départementales, avec 28 départements perdus, dimanche 29 mars, a aggravé la saignée, annonçant un scrutin régional du même acabit. En décembre, François Hollande pourrait bien avoir liquidé la majeure partie des positions de pouvoir tenues par la gauche dans les collectivités territoriales. C’est sur la conquête de celles-ci qu’il avait édifié onze ans durant, à la tête du PS, la rampe de lancement de ses ambitions présidentielles.

1er avril
 
 
Alors que le Front national se targuait d'être « le premier parti de France » après les élections municipales et les européennes de 2014, la droite républicaine et ses alliés sont sortis largement victorieux des élections départementales, dont le second tour se déroulait dimanche 29 mars. A l'issue de ce scrutin local, qui peut revendiquer le titre de premier parti de France ?
 

Trois jours après la défaite du Parti socialiste aux élections départementales, Manuel Valls ne dévie pas de sa ligne politique : il faut rassembler la gauche, mais pas question de revenir sur les grandes orientations économiques décidées par son gouvernement.

Libé - Valls s'essaye à la manière pas forte

S'exprimant devant le groupe PS de l'Assemblée, deux jours après la défaite départementale, le Premier ministre n'a rien concédé sur le fond mais sans en rajouter sur la forme.

Le Monde - Départementales : la coûteuse défaite du PS

La sévère défaite de la gauche aux élections départementales risque de coûter cher au Parti socialiste. Un an après l'échec aux municipales, ce nouveau revers, dimanche 29 mars, est une nouvelle fois synonyme pour le parti au pouvoir d'un recul sur le plan local.
 
 
Au Parti socialiste, la défaite n'est pas seulement politique. Elle est aussi financière et humaine. Tous les conseillers départementaux du PS sont tenus de reverser à la fédération de leur département entre 5 % et 10 % de leur indemnité. «Entre 1400 et 2000 euros de cotisation annuelle par conseiller départemental», indique le trésorier de la Rue de Solferino, Jean-François Debat. Face au reflux, celui-ci envisage la fermeture de certaines permanences locales.
 

Candidat malheureux à la réélection dans son canton de Lons-Le-Saunier, l'ancien président socialiste du département du Jura a annoncé son retrait de la vie politique. Invité sur l’antenne de France info, Christophe Perny n’a pas mâché ses mots pour critiquer la politique de Manuel Vall

31 mars
 
 
Dans une société travaillée par les aspirations individualistes et les pulsions de repli identitaire, le vote FN ouvre une nouvelle ère politique.
 

Au lendemain du second tour des élections départementales, c’est Benoit Hamon qui a été l’un des premiers appelés à poser des mots sur les plaies, dans les différentes émissions matinales du lundi 30 mars. « C’est une défaite » a sobrement estimé l’ancien porte-parole du parti socialiste lundi matin sur RTL. « Pas besoin », pour lui, d’aller puiser dans un vocabulaire plus chargé en superlatifs. « C’est une défaite, incontestable », a juste répété Benoit Hamon, préférant sans tarder en analyser les raisons. Pour le député des Yvelines, l’explication tient dans « la division de la gauche » d’un côté, et de l’autre dans « des résultats qui se font attendre sur les questions essentielles, le pouvoir d’achat, la situation des petits retraités, l’emploi évidemment… ».
 

Emmanuel Maurel, député européen et conseiller régional d’Ile-de-France, réagit vivement aux résultats du second tour des élections départementales et à la déclaration de Manuel Valls. Pour lui, « il faut faire preuve de lucidité et avoir l’intelligence de changer de politique ».
 
30 mars
 
 
Les socialistes subissent une lourde défaite, ne conservant qu’une trentaine de départements. Face à la vague bleue, le Premier ministre promet de garder le cap.
 

L’alternance politique n’est pas qu’une abstraction. Parfois, elle se ressent physiquement. Il est 23 heures, dimanche 29 mars, dans le hall de la préfecture d’Evry. Le président sortant du conseil général, le socialiste Jérôme Guedj, arrive avec quelques proches, tandis que Georges Tron et les nouveaux élus UMP répondent aux médias et profitent du buffet. Perdants et gagnants se frôlent et se toisent. Sans un mot. « Voilà le nouveau visage de l’Essonne… », lâche un conseiller de M. Guedj en observant les nouvelles têtes et leurs sourires.
 
 
Mardi, à l'Assemblée nationale les proches de l'ex-première secrétaire du PS, doivent se retrouver pour faire un bilan du scrutin de dimanche et préparer le congrès PS.
 
Le Monde - Suivez en direct les résultats du second tour des départementales 

La droite pourrait conquérir 20 à 40 départements à l'issue du second tour, tandis que le score du FN sera guetté. A 17 heures, la participation s'élevait à 41,94 %.

Libé - Canton par canton, retrouvez tous les résultats à partir de 20 heures 
 
 
 
L'aile gauche du PS profite de la déroute de son parti aux élections départementales pour lancer un nouvel appel. Les frondeurs veulent un "contrat de rassemblement" avec l'ensemble de la gauche. Une manière de mettre la pression sur le gouvernement de Manuel Valls.
 
 
 
Ce dimanche soir, chaque parti pourra peut-être avancer, avec plus ou moins de bonne foi, des motifs de satisfaction.... Le PS a «gagné» si…Il sauve plus de vingt-cinq départements
 
 
Dans ce département à gauche depuis 1976, le second tour s'annonce très serré entre les socialistes et l'UMP.

30/03/2015

Réaction de Emmanuel Maurel (PS) sur les élections départementales 2015


[Vidéo] - Réaction de Emmanuel Maurel (PS) sur... by publicsenat

25/06/2014

Mardi politique du 24/06/2014 - Emmanuel Maurel, député européen de l’Ouest


Mardi politique du 24/06/2014 - Emmanuel Maurel... par rfi