Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2016

Le Monde - A un mois de la primaire à gauche, les candidats contraints à la trêve

Les équipes des candidats misent sur une campagne éclair de trois semaines à partir de janvier.

Il y aura peu de campagne à Noël. Les candidats à la primaire de La Belle Alliance populaire n’ont guère d’autre choix que de faire une pause à l’occasion de la trêve des confiseurs. Un choix dicté par le calendrier, mais qui n’est pas simple alors que le premier tour du scrutin, le 22 janvier 2017, se tient dans un mois à peine.

Toutes les écuries en conviennent, mieux vaut s’éloigner des tribunes alors que les citoyens s’apprêtent à se retrouver en famille. « Les Français ne vont plus avoir la tête à la primaire. Il est normal pour nous de nous poser et de faire un break », explique le député Olivier Dussopt, porte-parole de Manuel Valls. « On va faire une pause autour de Noël, ça ne sert à rien de saturer l’espace médiatique et politique à ce moment-là », abonde son collègue Mathieu Hanotin, directeur de campagne de Benoît Hamon.

Lire la suite
___________________
___________________

Arnaud Montebourg président de la République : quelles conséquences ?

Arnaud Montebourg, chantre du «Made in France», est l'un des favoris de la gauche pour 2017. Mais à quoi ressemblerait la France présidée par celui qui souhaite notamment une refondation des institutions ?

Prendre le pouvoir pour redresser la France. L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, en ballotage favorable dans les sondages de la Primaire de la gauche face à François Hollande et Benoît Hamon, veut tout changer. Démocratie, Economie, Europe... tout y passe, ou presque. Revue de détails de ce que serait la France gouvernée par l'homme de Saône-et-Loire.

Lire la suite
___________________
___________________

29/12/2016

Encadrer les salaires des patrons : Montebourg recycle la promesse de Hollande, mais est-ce réalisable ?

RÉMUNÉRATION - Arnaud Montebourg confirme dans son programme mis en ligne mardi sa volonté d'encadrer la rémunération des grands patrons en les obligeant, lorsqu'ils décident de s'augmenter, à augmenter leurs salariés dans la même proportion. En 2012, François Hollande avait aussi eu l'idée de légiférer sur les entreprises privées. Son projet avait fait long feu.

Lire la suite
_____________
_____________

Le Figaro - Cafés interdits aux femmes : accusé de déni, Hamon se justifie

LE SCAN POLITIQUE - Invité à commenter des scènes filmées par France 2 démontrant l'absence de mixité dans certains établissements de banlieue, le candidat à la primaire a relativisé.

C'est un reportage qui a beaucoup fait couler d'encre. Diffusé la semaine dernière sur France 2, il montre les l'absence de mixité dans certains cafés de banlieue, comme dans un établissement de Sevran (Seine-Saint-Denis). «On est à Sevran, on n'est pas à Paris. T'es dans le 93 ici. C'est des mentalités différentes, c'est comme au bled», commente le gérant du café dans le sujet.

Lire la suite
___________________
___________________

France Inter, Renaud Dély - 2017: la fin du PS?

A l’approche des fêtes, une grande peur qui commence à planer sur le Parti Socialiste pour l’année prochaine.

Et cette angoisse se résume en une question à la fois simple et assez cruciale: et si 2017 était la dernière année ? Et si 2017 marquait la fin du PS. Alors, vous me direz, on peut sûrement vivre après le Parti socialiste. D’autant qu’on a déjà vécu, et plutôt pas mal, avant… Il n’empêche que ce serait quand même un sacré événement politique. Parce que le PS n’est plus tout jeune. Dans sa forme actuelle, il a quand même bientôt 46 ans. Il est né, ou plutôt il a ressuscité, en juin 1971, lors du fameux congrès d’Epinay marqué par la prise du pouvoir de François Mitterrand. Depuis, avec ses congrès, ses courants, ses déchirements et ses motions de synthèse, le parti socialiste, c’est un véritable art de vivre.

Lire et écouter la suite
_____________________
_____________________

28/12/2016

Le Monde - Primaire à gauche : Gérard Filoche et Fabien Verdier déboutés

La primaire de la gauche se jouera bien entre sept candidats, Gérard Filoche et Fabien Verdier ayant été déboutés par le tribunal de grande instance.

Les socialistes Gérard Filoche et Fabien Verdier, qui contestaient leur éviction de la primaire de la gauche, ont été déboutés, a annoncé mercredi 27 décembre la haute autorité des primaires. Cette décision « constitue une validation judiciaire [du] travail » de la haute autorité pour des primaires citoyennes, a réagi son président Thomas Clay.
 
Lire la suite
________________
________________

Le Monde - François Hollande accorde une grâce totale à Jacqueline Sauvage, libérable immédiatement

Ses filles avaient déposé une demande de « grâce totale », une semaine après le rejet en appel de sa demande de libération conditionnelle, le 2 décembre.

Condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent, Jacqueline Sauvage bénéficie d’« une remise gracieuse du reliquat de sa peine d’emprisonnement », qui « met fin immédiatement à sa détention », a annoncé l’Elysée mercredi 28 décembre dans un communiqué.
 
Lire la suite
_______________
_______________

France Info - Pourquoi la primaire de gauche pourrait se jouer... très à gauche !

Comme pour la primaire de droite, sept postulant-e-s sont en lice dans la primaire de gauche. Comme à droite, une seule femme est sur la ligne de départ. Et comme à droite, sauf le respect qui est dû à deux anciennes ministres, aucune chance pour elle de l'emporter : Nathalie Kosciusko-Morizet était "trop à gauche" dans la primaire de droite, Sylvia Pinel est trop "Radical de gauche", parti qu'elle préside, dans cette primaire... du PS.

Ce n'est pas faire injure aux deux candidats des partis écologistes-croupions - François de Rugy, fondateur du parti "Ecologistes !", et Jean-Luc Bennahmias, président du Front démocrate - que d'envisager pour eux une sortie, sans tambour ni trompette, dès le premier tour de cette primaire dite de "la Belle Alliance populaire" (BAP). Rugy et Bennahmias sont promis à des scores aussi marginaux que celui de Pinel.

Lire la suite
_________________
_________________

La Croix - Arnaud Montebourg, franc-tireur de la gauche

LES CANDIDATS À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE (2/7). Adepte des coups d’éclats, l’ancien ministre de l’économie et du redressement productif a mené un parcours solitaire au PS. Avec son « projet France », il se positionne comme un candidat anti-système et anti-austérité.

Les 10 et 11 décembre derniers, Arnaud Montebourg a fait une incursion en Algérie. Un déplacement destiné à lui donner une stature de présidentiable qui lui a également permis d’évoquer avec « émotion » ses origines. Son ascendance algérienne par sa mère, Leïla Ould-Cadi, est sans doute l’un des aspects les moins connus du pedigree de l’ancien ministre de l’économie, qui se définit volontiers comme « arabo-morvandiau ». Des origines mêlées et modestes – son grand-père paternel était boucher à Autun – qu’il a choisi d’assumer après les avoir longtemps occultées. Au point qu’il n’était pas rare qu’on accole à son nom une particule toute aristocratique.

Lire la suite
___________________
___________________

27/12/2016

Libé - Edouard Martin : «Benoît Hamon n'est pas le vilain gaucho qui est contre tout»

L'eurodéputé, proche d'Arnaud Montebourg avec qui il avait planché sur le dossier Florange, explique pourquoi il a choisi de soutenir Benoît Hamon, dont il apprécie le projet social et le discours sur le travail.

On appelle ça une belle prise. L'eurodéputé socialiste, l’ancien syndicaliste et l’un des visages de la lutte pour sauver Florange a décidé de soutenir Benoît Hamon lors de la primaire de la Belle alliance populaire (BAP). Alors que ces dernières années, il affichait une certaine proximité avec Arnaud Montebourg. Edouard Martin explique son choix à Libération.

Lire la suite
________________
________________