Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2016

Marianne - Primaire à gauche : les cinq techniques envisagées par le PS pour exclure Filoche et Verdier

Ce samedi 17 décembre, la Haute autorité du PS examine les dossiers des neufs candidats déclarés à la primaire. Tous revendiquent avoir réuni suffisamment de parrainages pour se présenter, mais Gérard Filoche et Fabien Verdier imaginent déjà leurs candidatures invalidées... "Marianne" vous explique comment pourrait procéder le PS pour les écarter.

"A droite, c'est une équipe de foot, plus une primaire", Jean-Christophe Camabadélis au mois de février, quand les candidats de LR se multipliaient. Finalement, il n'y a eu que sept candidats à la primaire de la droite, ce qui pourrait s'avérer… moins qu'à gauche, où neuf dépôts de candidatures ont été enregistrés ce jeudi 15 décembre. Sauf si la Haute autorité du PS refuse certains noms ce samedi, ce que plusieurs candidats imaginent déjà…

Lire la suite
________________
________________

Primaire de gauche : le PS fera sans parité

Des neuf candidats potentiels, seule Sylvia Pinel, venue du PRG, perturbe la brochette masculine. Mais Taubira, Hidalgo ou encore Aubry, appréciées des militants, ont chacune leurs raisons de ne pas se présenter.

Samedi, la presse est invitée à la maison de la Mutualité, à Paris : Thomas Clay, le président de la Haute Autorité des primaires citoyennes - organisées par le PS -, annoncera les candidats officiels. Ils sont neuf à postuler : Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate), Gérard Filoche (PS), Benoît Hamon (PS), Arnaud Montebourg (PS), Vincent Peillon (PS), Sylvia Pinel (PRG), François de Rugy (Parti écologiste, lire page 15), Manuel Valls (PS) et Fabien Verdier (PS). Ça risque d’être (très) tendu pour Filoche et Verdier. Ils n’ont pas le nombre de parrainages suffisant : 5 % des membres du Conseil national du PS, 5 % des parlementaires socialistes, 5 % des conseillers régionaux et départementaux socialistes ou 5 % des maires socialistes de villes de plus de 10 000 habitants. Du coup, la primaire devrait se jouer à sept têtes. Au programme, trois débats télés et deux tours : 22 et 29 janvier.

Lire la suite
________________________
________________________

Le Monde - Primaire à gauche : qui sont les neuf candidats déclarés ?

Ils sont neuf, dont une femme, à avoir déposé, jeudi, les parrainages nécessaires pour participer au scrutin organisé par le Parti socialiste les 22 et 29 janvier 2017.

Ils sont donc neuf, dont une seule femme, sur la ligne de départ pour la primaire à gauche organisée par le Parti socialiste (PS) les 22 et 29 janvier 2017. Les prétendants socialistes avaient jusqu’à jeudi 15 décembre, 18 heures, pour déposer les parrainages nécessaires.

Lire la suite
___________________
___________________

Arnaud Montebourg conteste « formellement » devoir 80 000 euros au PS

D’après deux sites d’information, le candidat à la primaire de la gauche aurait une dette envers le Parti socialiste, à qui il n’aurait pas versé les cotisations dues quand il était député entre 2007 et 2012.

Le candidat à la primaire de la gauche Arnaud Montebourg devrait 80 000 euros d’arriérés de cotisations au PS, selon deux articles de presse parus mercredi 14 décembre. Alors député de Saône-et-Loire et président du conseil général du département, M. Montebourg n’aurait reversé que 45 euros par an entre 2007 et 2012, contre les 6 000 euros demandés, d’après le Huffington Post. Soit 30 000 euros environ de manque à gagner pour sa fédération locale.
 
Lire la suite
___________________
___________________

15/12/2016

L'Obs - Filoche, le troll de la primaire : "Les dirigeants du PS ne veulent pas de moi"

Le socialiste affirme avoir recueilli les parrainages nécessaires pour valider sa candidature, mais redoute "qu'il y ait des embrouilles".

ne primaire "open bar". C’était la grande crainte des dirigeants socialistes. Devant le trop-plein de candidatures, Jean-Christophe Cambadélis a sifflé la fin de la récréation, le 8 décembre dernier. Exit les Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne), Sébastien Nadot (Mouvement des progressistes) et Bastien Faudot (Mouvement républicain et citoyen).

Lire la suite
_________________
_________________

Le Figaro - Valls évalue le "minimum décent" entre "800 et 850 euros"

Le candidat à la primaire organisée par le parti socialiste Manuel Valls a affiné vendredi son idée de revenu universel, préférant parler d'un "minimum décent", qu'il a évalué entre "800 et 850 euros" mensuels. "Après réflexion (...), je crois que l'idée d'un minimum décent est plus clair que la simplicité d'un revenu universel qui pourrait donner le sentiment que tout le monde va avoir un revenu, de Mme Bettencourt à celui qui est au chômage, sans travailler", a expliqué l'ancien premier ministre au micro de RMC.

Lire la suite
______________
______________

Le Point - Christian Paul : "Notre courant peut gagner la primaire !"

Le chef de file des frondeurs, rangé derrière la candidature de Montebourg, évoque la primaire de la gauche en prenant soin de ne pas diviser son courant.

Le Point.fr : Vincent Peillon a officialisé dimanche soir sa candidature à la primaire ? Que vous inspire-t-elle ?

Christian Paul : (long silence) Je pars d'un principe simple : il n'y a pas de candidature illégitime. Néanmoins, je ne pense pas que la multiplication des candidatures vienne simplifier la situation dans laquelle se trouve la gauche française à la veille de l'élection présidentielle

Lire la suite
________________________
________________________

Le Lab - Arnaud Montebourg dément être en retard de cotisations au PS

Épinglé pour ses retards de paiement (cotisations et quote-part d'élu) vis-à-vis du PS, Vincent Peillon a dénoncé une "boule puante" lancée par le camp Valls tout en assurant qu'il allait immédiatement régler son ardoise  de quelque 20.000 euros. Car tout candidat à la primaire de la BAP doit être à jour de ce côté-là s'il veut pouvoir concourir. Et si l'ancien ministre de l'Éducation nationale n'était pas le seul dans ce cas ? Arnaud Montebourg est-il concerné ?

Lire la suite
_____________________
_____________________

14/12/2016

Parti socialiste : les ardoises d'Arnaud Montebourg et de Vincent Peillon

Les deux candidats à la primaire n'ont pas payé leurs cotisations pendant des années. Si Peillon dit avoir réglé sa note, Montebourg conteste ces impayés.

« Ça commence très fort ! » Ce député est un peu abasourdi par la manière dont s'enclenche la primaire de la gauche. Si celle de la droite et du centre s'est plutôt déroulée avec fair-play, la compétition du Parti socialiste (et des radicaux de gauche) donne depuis ce mercredi un tout autre spectacle. C'est d'abord Vincent Peillon, entré en scène dimanche, qui est montré du doigt pour avoir « omis » de payer près de 20 000 euros de cotisations dues, comme tout parlementaire, au Parti socialiste (il est député européen et doit, à ce titre, verser 10 % de ses indemnités au PS chaque année). En fin d'après-midi, l'ex-ministre de l'Éducation assurait avoir réglé sa note. Il n'avait plus beaucoup de temps pour apurer la situation : les candidatures sont closes jeudi, officiellement annoncées samedi, et chaque candidat doit être à jour de cotisation pour pouvoir concourir.

Lire la suite
_____________________
_____________________

Le Monde - Arnaud Montebourg conteste « formellement » devoir 80 000 euros au PS

D’après deux sites d’information, le candidat à la primaire de la gauche aurait une dette envers le Parti socialiste, à qui il n’aurait pas versé les cotisations dues quand il était député entre 2007 et 2012.

Le candidat à la primaire de la gauche Arnaud Montebourg devrait 80 000 euros d’arriérés de cotisations au PS, selon deux articles de presse parus mercredi 14 décembre. Alors député de Saône-et-Loire et président du conseil général du département, M. Montebourg n’aurait reversé que 45 euros par an entre 2007 et 2012, contre les 6 000 euros demandés, d’après le Huffington Post. Soit 30 000 euros environ de manque à gagner pour sa fédération locale.
 
Lire la suite
________________
________________