Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2017

Le Monde - Hamon et Valls : deux conceptions de la laïcité Attaqué par le camp Valls, Benoît Hamon a réagi au « procès » qui lui est fait sur de prétendues ambiguïtés

« Ce n’est pas moi qui aie une version dévoyée de la laïcité. » Le ton monte entre les deux rivaux de la primaire à gauche, à quelques jours du second tour. Attaqué par le camp Valls, Benoît Hamon a réagi mardi 24 janvier, dans la matinale de RFI, au « procès » qui lui est fait sur de prétendues ambiguïtés en matière de laïcité.

« On me fait le procès de quoi ? D’être élu de banlieue, d’être confronté à la réalité de ce communautarisme que je combats, autrement que par des mots. »

M. Hamon a indiqué qu’il éviterait « ce terrain de la spectacularisation de la vie politique » sans manquer, toutefois, de rappeler à son adversaire que « c’est le Conseil d’Etat qui lui a rappelé ce qu’était la loi sur le burkini quand il s’est porté au secours des maires interdisant le burkini ».

Lire la suite
_________________
_________________

Lutte Ouvriere - Le piège de la « lutte contre l’islamophobie »

Une politique de construction de fronts pour « lutter contre l’islamophobie » est de plus en plus défendue par une partie de l’extrême gauche. Au point de perdre tout repère de classe, et d’user de démagogie vis-à-vis de l’islam politique.

Le débat sur cette question s’est amplifié avec les différentes affaires de jeunes filles voilées à l’école, à partir de 1989, et surtout après la loi de 2004 sur l’interdiction du voile à l’école. Il s’est poursuivi avec la polémique sur l’interdiction du voile intégral dans l’espace public, adoptée en 2010.

Depuis les attentats de 2015 et 2016, cette question a pris de l’ampleur. Par exemple, le lamentable épisode de l’affaire du burkini a remis en lumière, l’été dernier, la façon dont les politiciens de droite comme de gauche sont prêts à faire feu de tout bois pour détourner l’attention de l’opinion des problèmes essentiels du moment, par démagogie électorale.

Cette récupération de la question du voile, de la burqa ou du burkini par des politiciens qui se moquent de l’oppression des femmes et ne sont laïcs que lorsqu’ils parlent de l’islam, est choquante. C’est une campagne raciste.

Pour autant, en tant que militants communistes, nous sommes aussi des adversaires résolus de toutes les religions et de toute oppression, et l’actuelle campagne ne doit pas faire perdre aux révolutionnaires toute boussole.

Lire la suite
____________________
____________________

16:12 Publié dans Article du jour | Tags : islamophobie, laicite | Lien permanent

26/01/2017

Valls et Hamon au défi du rassemblement post-primaire

Après leur dernier bras de fer sur leurs projets présidentiels, Manuel Valls a jugé jeudi que rassembler les socialistes derrière Benoît Hamon serait difficile, même si la fracture esquissée en début de semaine semble désormais surmontable.

Invité du journal de 20h de TF1, Benoît Hamon a assuré qu'il ferait, s'il est désigné dimanche vainqueur de la primaire, "tous les gestes nécessaires" pour unir la gauche, au-delà du Parti socialiste, afin de préserver les chances de figurer au second tour de l'élection présidentiel du printemps.

Lire la suite
_________________
_________________

France 24 - Non, le Parti socialiste n’est pas mort

Depuis les résultats du premier tour de la primaire de la gauche, la presse semble unanime pour enterrer le Parti socialiste. Mais pour l’historien Christian Delporte, cette condamnation est largement "prématurée".

À en croire les quotidiens français publiés depuis le début de la semaine, les lecteurs ont eu la triste surprise de découvrir l’acte de décès du Parti socialiste. Le parti de "Mitterrand, celui d'Épinay, capable de rassembler autour d'un programme commun, est mort dimanche après une longue agonie", a écrit Jean-Marie Montali dans Le Parisien, en faisant référence au résultat du premier tour de la primaire de la gauche qui verra s'opposer, pour le second tour, les deux franges du parti, avec le social-écologiste Benoît Hamon d’un côté et le social-libéral assumé Manuel Valls de l’autre.

Lire la suite
_________________
_________________

25/01/2017

France Inter - Manuel Valls : un chemin (pavé d’embûches) vers l’Elysée

La route de Manuel Valls vers l’Elysée connait quelques virages serrés depuis son passage à Matignon. La primaire à gauche, pour le Catalan, pourrait devenir une voie sans issue.

Manuel Valls a longtemps eu l’allure d’un jeune homme pressé. Encarté socialiste dès sa majorité, avant même d’obtenir la nationalité française (il est né à Barcelone d’un peintre artiste-peintre catalan et d’une mère suisse), le jeune étudiant en histoire sera très tôt disciple de Michel Rocard, avant de devenir attaché parlementaire.

Lire la suite
_________________
_________________

La Tribune - Taxer le travail des robots : quand l’Europe rejoint Hamon sur le revenu universel Par Nathalie Devillier

Personnalité électronique, taxes pour les entreprises ayant recours à l’intelligence artificielle… tout y est, et bien plus encore… Sommes-nous prêts à légiférer dans ce domaine ? Par Nathalie Devillier, Professeur de droit, Grenoble École de Management (GEM)

Le rapport de l'eurodéputée Mady Delvaux concernant les règles de droit civil sur la robotique a été adopté par la commission juridique du Parlement européen le 12 janvier dernier. Taxer le travail des robots et de leur offrir un statut légal, le débat est maintenant lancé.

Lire la suite
____________________
____________________

Ouest France - Benoît Hamon : "J’invite Manuel Valls à la sobriété"

À la veille du débat qui opposera Benoît Hamon et Manuel Valls, mercredi 25 janvier, Ouest-France s’est entretenu avec le nouveau favori.

Manuel Valls, finaliste de la primaire PS face à Benoît Hamon, a refusé ce mardi matin de répondre à la question du soutien à son adversaire si celui-ci remportait l’élection, arguant qu'« il mène campagne pour gagner ». Hamon lui répond sèchement :

Lire la suite
_________________
_________________

L'Obs - Primaire: fracture ouverte au Parti socialiste

La tension est encore montée d'un cran mardi entre les finalistes de la primaire élargie du PS, Manuel Valls lâchant ses coups contre Benoît Hamon, notamment sur la question de la laïcité, à la veille du débat télévisé de l'entre-deux-tours.

Alors que l'incertitude autour du chiffre exact de participation au premier tour -toujours pas publié mardi après-midi- continue d'alimenter les soupçons, les deux candidats ont singulièrement haussé le ton, aggravant la fracture ouverte au PS entre l'aile gauche, incarnée par M. Hamon, et l'aile droite de M. Valls.

Lire la suite
__________________
__________________

24/01/2017

Le Monde - Benoît Hamon, le frondeur arrivé en première position

Le député des Yvelines, arrivé en tête du premier tour de la primaire, a voulu se démarquer dans cette campagne en revendiquant son ancrage à gauche.

Au soir du premier tour de la primaire à gauche, le dimanche 22 janvier, Benoît Hamon prend la parole à son QG de campagne. « En me plaçant en tête, vous avez adressé un message clair d’espoir et de renouveau, le désir d’écrire une nouvelle page » déclare-t-il après avoir eu un mot pour chacun de ses concurrents. L’ex-ministre de François Hollande est arrivé en première position du scrutin avec 36,35 % des voix.
 
Lire la suite
___________________
___________________

La double surprise Hamon 23 janvier 2017 / par Hervé Kempf (Reporterre)

La victoire de Benoît Hamon au premier tour de la primaire socialiste est une surprise. Mais tout autant l’est son engagement écologique, qu’il place en « priorité politique absolue ». L’enjeu est maintenant la recomposition de la gauche, et d’éviter une concurrence mortifère avec Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot.

La primaire de La belle alliance populaire aura, contre toute attente, créé deux surprises. La première, on le sait, c’est l’arrivée en tête de Benoît Hamon, que beaucoup ne percevaient, il y a encore quelques semaines, que comme un challenger estimable, mais secondaire par rapport aux « poids lourds » Valls et Montebourg. Ce qui reste de force parmi les militants d’un parti socialiste exsangue a donc remis la barre à gauche, et placé le plus jeune des candidats en mesure de porter ses couleurs dans la présidentielle.

Lire la suite
____________
____________