Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2017

Stéphane Troussel - Ces 3 impératifs qui décideront du sursis ou du sursaut du PS

Chaque militant socialiste devrait être capable de répondre en quelques mots à deux questions simples: pourquoi nous engageons-nous? Pour qui nous engageons-nous?

En juin 1971, c'est en Seine-Saint-Denis, à Épinay, qu'est né le Parti socialiste. En avril prochain, c'est à Aubervilliers cette fois, que se jouera sa survie.

Clin d'œil de l'histoire, c'est encore dans les quartiers populaires que s'écrira l'avenir des socialistes. Car si ce congrès n'est pas celui du sursaut, il ne sera que celui du sursis.

J'ai décidé de rester au Parti socialiste mais la vieille maison, cette fois-ci, ne pourra pas se contenter d'un ripolinage de façade.

Lire la suite
____________________
____________________

06/12/2017

L'Opinion - Stéphane Troussel: «Au PS, je ne veux pas qu’on exclut» ceux partis avec Benoît Hamon

Président socialiste du département de la Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel annonçait en novembre dernier sa décision de ne pas verser à la CAF les 40 millions d’euros nécessaires au paiement du RSA. « Les 100 000 allocataires de Seine-Saint-Denis percevront leur RSA mensuel et ce sera le cas en décembre et en janvier », indique-t-il. « Mais je ne rembourserai pas à la CAF d’autant plus que le gouvernement vient d’annoncer qu’il renouvellerait un fond d’urgence pour les départements en difficulté mais avec un chiffre deux fois moins important que les années précédentes », déclare Stéphane Troussel.

19/05/2017

Stéphane Troussel (PS): «Le gouvernement Philippe est libéral et dérégulateur»


Stéphane Troussel (PS): «Le gouvernement... par Lopinionfr

18/12/2016

Stéphane Troussel (PS): «Il n’y a pas de candidat naturel ou légitime dans la primaire de la gauche»


Stéphane Troussel (PS): «Il n’y a pas de... par Lopinionfr

Les candidatures à la primaire de la gauche sont closes, la Haute autorité dévoilera le nom des candidats retenus samedi. Si pour l’heure, ils sont neuf à avoir déposés leurs parrainages, combien seront-ils sur la ligne de départ ? Les candidatures de Gérard Filoche et Fabien Verdier pourraient ne pas être validées, faute de soutiens suffisants. Pour Stéphane Troussel, « rien n’est écrit dans cette primaire ». Le Président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis (93), l’affirme : « il n’y a aucun candidat qui s’impose. Il n’y a pas de candidat naturel ou légitime ». « J’ai deux critères : la cohérence des idées et la crédibilité ainsi que la capacité à rassembler la gauche et les écologistes », indique celui qui appelait à une candidature de Christiane Taubira.