Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ps - Page 3

  • Le meilleur de 2021 - Slate - Derrière l'hypothétique destin présidentiable d'Anne Hidalgo, le déclin du Parti socialiste, Gaël Brustier — 17 août 2021

    En imposant la maire de Paris comme candidate à l'élection présidentielle de 2022, Olivier Faure organise un appareil électoral centralisé et réduit, sans toutefois espérer gagner.

    Le premier secrétaire du Parti socialiste (PS) semble avoir choisi, avant tout vote des militants à jour de cotisation (mais combien sont-ils?) la candidate du PS à l'élection présidentielle d'avril prochain: Anne Hidalgo, actuelle maire de Paris, en prise avec deux sujets majeurs –l'état de Paris et les JO de 2024. Indiquons tout de suite que, avec un certain esprit de responsabilité, elle ne pourrait faire des JO de Paris une réussite si aux yeux du monde, la principale organisatrice de l'événement sportif ne récoltait que 8% ou 9% au premier tour.

    Lire la suite
    ____________________________
    ____________________________

  • Fondation Jean Jaurès - Héritiers de l’avenir : Laurent Fabius

    La Fondation recueille les témoignages de celles et ceux qui furent les principaux acteurs de l’histoire du Parti socialiste, les réunissant sous un titre emprunté à Pierre Mauroy, « Héritiers de l’avenir ». Cette collection constitue une source précieuse de compréhension des enjeux et des débats qui ont traversé la gauche depuis cinquante ans. Retrouvez l’entretien avec Laurent Fabius, ancien Premier ministre, ancien président de l’Assemblée nationale, par Émeric Bréhier, ancien député, directeur de l’Observatoire de la vie politique de la Fondation Jean-Jaurès.  Laurent Fabius, qui est président du Conseil constitutionnel depuis 2016, fut notamment Premier ministre de François Mitterrand (1984-1986), président de l’Assemblée nationale à deux reprises (1988-1992 ; 1997-2000), ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie (2000-2002) et ministre des Affaires étrangères (2012-2016). Il revient dans cet entretien avec Émeric Bréhier sur son itinéraire au sein du Parti socialiste et son ancrage électoral en Seine-Maritime.

    Engagé en 1974 après la défaite de François Mitterrand, il s’inscrit dans la section socialiste du 6e arrondissement de Paris. Il collabore en 1976 avec Robert Badinter à la rédaction de l’ouvrage collectif Libertés, libertés préfacé par François Mitterrand, dont il devient après cela directeur de cabinet. En 1978, il succède à Tony Larue comme député de Seine-Maritime, au Grand-Quevilly, qui devient son fief militant et électoral. Du congrès de Metz à la génération des « sabras », du courant fabiusien au sein du Parti socialiste au référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe en 2005, Laurent Fabius retrace près de cinquante ans de son itinéraire politique. Pour conclure, il revient sur le rôle éminent du Conseil constitutionnel dans notre démocratie et l’évolution de sa place dans nos institutions, notamment après la révision constitutionnelle de 2008 qui introduit la question prioritaire de constitutionnalité (QPC).

  • La Dépêche - Présidentielle 2022 : pour Anne Hidalgo et Christiane Taubira, Noël sera déterminant

    Le bras de fer entre Christiane Taubira et Anne Hidalgo va se poursuivre durant les fêtes. Chacune des candidates espère rallier l’autre à sa cause avant la mi-janvier.

    Certes, elle va respecter la trêve des confiseurs et rentrer quelques jours à Cayenne. Le déplacement de ce mardi à Cergy était le dernier de l’année. Mais pour Christiane Taubira, ces vacances n’en seront pas vraiment. L’ancienne ministre a déjà, entre Noël et le jour de l’an, 4 à 10 visioconférences prévues chaque jour afin de préparer son programme, de finaliser la constitution de ses équipes de campagne mais aussi de continuer à discuter avec les autres candidats en lice.

    Lire la suite
    _______________________
    _______________________

  • La revue de presse du 10 au 17 décembre

    L'entretien de la semaine : De la difficulté de prédire les crises : à quoi sert l'économie ? Avec Robert Boyer

    LA PRIMAIRE POPULAIRE

    La Primaire Populaire du 27 au 30 janvier 2022

    Nous voterons pour désigner le ou la candidate à la présidentielle capable de rassembler pour faire gagner l’écologie, la démocratie et la justice sociale.

    Signez l’appel : plus nous serons nombreux et nombreuses,  plus nous donnerons de poids à ce vote !

    Rejoignez-nous :  https://primairepopulaire.fr/

    Le Figaro - À gauche, la société civile se mobilise en faveur de la Primaire populaire

    Le philosophe Patrick Viveret et l'économiste Claude Alphandéry doivent publier sous peu une invitation au rassemblement de la gauche et des écologistes. De nombreux signataires se joignent à eux.

    Grand résistant, syndicaliste, figure tutélaire de la gauche et de l'économie sociale et solidaire, Claude Alphandéry, aujourd'hui âgé de 98 ans, s'est associé au philosophe Patrick Viveret pour appeler la gauche et les écologistes à se ressaisir en vue de la présidentielle. Dans un texte sur le point d'être publié, a appris Le Figaro, et signé par de nombreuses personnalités de la vie associative, économique, culturelle, tous appellent l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon, l'écologiste Yannick Jadot et le communiste Fabien Roussel à accepter de participer à la Primaire populaire en janvier prochain. Objectif : ne présenter qu'un seul candidat au premier tour, le 10 avril prochain.

    PRESIDENTIELLE

    Le JDD - Présidentielle : Jadot, Hidalgo… Ce qu'ils répondent à Taubira

    La gauche parviendra-t-elle à trouver un accord de rassemblement après la proposition de Christiane Taubira? Les principaux candidats ont répondu à l'ancienne garde des Sceaux. Et le chemin semble mince.

    Libé - Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo propose un débat télévisé et un vote entre candidats de gauche

    Public Sénat - Primaire à gauche : « Anne Hidalgo ne pouvait plus supporter le supplice chinois des sondages », explique Patrick Kanner

    Au lendemain de la surprenante proposition d’Anne Hidalgo d’organiser une primaire afin de désigner une candidature commune à gauche, le patron des sénateurs socialistes, Patrick Kanner croit encore à ses chances d’aboutir. « Sans candidature commune, le destin de la gauche, c’est non seulement la défaite, c’est l’humiliation ». Interview.

    Politis - La gauche et la question de l’unité

    La panique semble s’être emparée d’Anne Hidalgo, dont les sondages ne décollent pas. Son problème est moins la division de la gauche que le fardeau hérité de Valls et de Hollande. Un bilan avec lequel elle n’a pas rompu.

    Quelle voix mystérieuse venue d’ailleurs a interpellé Anne Hidalgo le 8 décembre, lui ordonnant d’aller, séance tenante, sauver la gauche ? Qui ? François Mitterrand ? Léon Blum ? Un appel du destin, en tout cas, assez puissant pour convaincre la candidate socialiste, qui était en chemin pour La Rochelle, de descendre du train à la première halte, et de faire demi-tour pour aller dire sur TF1 l’exact contraire de ce qu’elle avait affirmé le matin même sur France 2. Entendons-nous, ce n’est évidemment pas son invitation à une primaire de la gauche qui laisse pantois, mais l’impression d’improvisation et d’incohérence que donne cet épisode.

    Libé - Primaire à gauche : Jadot a appelé Hidalgo pour lui dire «non»

    Pris de court par la proposition d’Anne Hidalgo, le candidat écolo a décroché son téléphone ce mardi soir pour lui signifier de vive voix son refus d’organiser une primaire à gauche en amont de l’élection présidentielle. Sa ligne reste la même : oui au rassemblement, mais derrière lui.

     
    Appelant à l’union, les électeurs de gauche marseillais et briochins s’agacent des multiples candidatures de Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot ou Anne Hidalgo. Seule l’hypothèse Taubira fait l’unanimité.
     
    Et les électeurs dans tout ça ? Sur les marchés de Marseille et de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), deux villes où le rassemblement de la gauche a permis de l’emporter aux dernières élections municipales, les sympathisants s’interrogent, s’agacent, et veulent encore, pour certains, croire à une possible union des forces, voire à l’arrivée d’une femme providentielle, capable de mettre tout le monde d’accord : Christiane Taubira.

    Huffington Post - Présidentielle 2022: À Perpignan, Hidalgo se rebiffe et défend son "rêve" d'union

    Offensive, pugnace... la maire de Paris a haussé le ton ce dimanche à Perpignan. Un discours pour l'union et contre les extrêmes qui aura conquis ses soutiens, élus ou militants.

    POLITIQUE - Comment dit-on “j’ai fait un rêve” en catalan? Il ne manquait que cela à Anne Hidalgo ce dimanche 12 décembre pour définitivement faire chavirer le Palais des Congrès de Perpignan.

    Il est 15h50 quand la candidate socialiste à l’élection présidentielle prend place dans l’arrière de cette salle aux fauteuils bleus, vers l’entrée des artistes. Elle patiente quelques minutes, écoute Carole Delga conclure son discours, et la voilà qui entre dans l’auditorium Charles Trenet où l’attendent quelque 1000 militants et autant de drapeaux tricolore, arc-en-ciel ou écolos.

     
    Près de 200 personnes se sont rassemblées samedi à Paris pour réclamer une union de la gauche pour l’élection présidentielle. Galvanisées par le soutien d’Anne Hidalgo cette semaine, elles exhortent les autres candidats à prendre leurs responsabilités.
    «Ecoutez bien, Yannick et Jean-Luc, c’est oui ou bien c’est non !» Vianney Louvet, membre du bureau de la Primaire populaire, s’époumone sur le refrain de la chanson d’Angèle, sur la scène montée pour l’occasion, place de la République à Paris. Environ 200 personnes, surtout des jeunes, dansent face à lui ce samedi après-midi. Ils sont venus soutenir, dans la capitale comme dans plusieurs villes de France, ce mouvement citoyen qui s’est donné pour ambition d’unir la gauche pour la présidentielle. Vaste programme.
     
    SONDAGES

    Challenges - Sondage: Pécresse installe le duel avec Macron pour la présidentielle

    SONDAGE EXCLUSIF - Dans notre dernier baromètre Harris Interactive, la candidate de la droite se propulse au second tour. Et passe à l’offensive contre le président de la République.

    La dynamique est bel et bien lancée. Un peu plus d’une semaine après avoir été investie par Les Républicains, Valérie Pécresse poursuit sa percée spectaculaire dans notre baromètre Harris Interactive. La présidente du conseil régional d’Ile-de-France gagne encore 3 points au premier tour du scrutin, à 17% des intentions de vote. "A droite, le paysage politique est maintenant stabilisé, analyse Jean-Daniel Lévy, directeur délégué d’Harris Interactive. Désormais, Les Républicains ont un chef derrière lequel se ranger, ce qui enclenche incontestablement cette ascension."

     
    Un sondage OpinionWay publié ce mercredi et conduit les 8 et 9 décembre derniers a sondé les intentions de vote des Français pour le tour de la présidentielle. La candidate désignée par la droite apparaît en bonne place pour se qualifier pour la seconde manche, au détriment de Marine Le Pen. Christiane Taubira, dont les ambitions sont évoquées depuis le début du mois, ne décolle pas quant à elle.

    L'institut OpinionWay a dévoilé un nouveau sondage ce mercredi. L'étude, conduite en ligne les 8 et 9 décembre derniers auprès d'un panel de 962 de nos concitoyens, explore leurs intentions de vote à cinq mois du premier tour de la présidentielle.

    MONTEBOUG

    Paul Alliès - Arnaud Montebourg. Vingt ans après

    Ce mercredi 8 décembre est le jour du 20ème anniversaire de la fondation de la Convention pour la 6ème République, à l’Assemblée Nationale par Arnaud Montebourg, alors député. C’est l’occasion d’une analyse de la campagne qu’il fait, depuis sa candidature à la prochaine élection présidentielle, annoncée à Clamecy le 4 septembre dernier.

    LE PARLEMENT

    Fondation Jean Jaurès - Plaidoyer pour un Parlement renforcé. 25 propositions concrètes pour rééquilibrer les pouvoirs

    Si le Parlement est le lieu du débat démocratique, un carcan de règles l’empêche pourtant de jouer pleinement son rôle. Convaincue que les citoyens veulent un renforcement de la démocratie représentative, Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République de l’Assemblée nationale, formule des propositions pour lui redonner souffle.

    Préfacé par le président de l’Assemblée nationale, ce rapport ouvre un cycle de publications qui ont vocation à proposer des pistes d’amélioration des institutions de la Ve République.

    LAICITE

    Selon l'Ifop, 65 % des lycéens musulmans placent l'islam au-dessus des lois de la République

    Selon une étude de l'Ifop pour la Licra, 47 % des lycéens déclarent avoir assisté à des revendications religieuses au sein de leur établissement. Ceux qui sont scolarisés dans les zones d'éducation prioritaires y sont particulièrement confrontés. Parmi les apprentissages les plus contestés : l'éducation sexuelle et les questions d'égalité hommes-femmes, et les cours de natation.

    INTEGRISME

    Télérama - Chassée par les cathos intégristes, Anna von Hausswolff trouve refuge au temple

    Empêchée de jouer dans une église de Nantes puis à Saint-Eustache, dans le 1er arrondissement de Paris, la musicienne suédoise a pu finalement se produire le 9 décembre… dans le temple protestant de l’Étoile, dans le 17e arrondissement. On y était.

    Une intense ovation, des hourras émus, même un furtif bain de foule. À la fin, c’est donc l’art qui gagne. Après quarante-huit heures d’une étrange controverse, Anna von Hausswolff s’est bien produite à Paris ce jeudi 9 décembre, devant des spectateurs enthousiastes et solidaires rassemblés en nombre dans l’église protestante unie de l’Étoile, dans le 17e arrondissement.

    COP 26

    IDDRI - De la COP 26 au Sommet Afrique-Europe : accepter de regarder en face les asymétries critiques ou mettre en péril le partenariat naissant

    La COP 26 et les réunions du G20 semblent avoir passé avec succès le test de la coopération globale, dans une période où les conflits et les tensions sont sévères en d’autres lieux. Il ne faudrait toutefois pas que les importants progrès réalisés au sein de ces deux dispositifs occultent l’ampleur de la défiance entre les pays les moins avancés et les pays industrialisés, défiance que Glasgow pourrait même avoir exacerbée. Le futur Sommet Union africaine (UA)-Union européenne (UE), qui se tiendra en février prochain, sera le premier test international concernant la capacité à résoudre, du moins en partie, les points les plus critiques à l’origine d’un tel niveau de méfiance. Les déséquilibres et asymétries critiques, qui compromettent toutes les conversations et négociations entre les deux continents, doivent être regardés en face et débattus, ce qui s’avère impossible dans les cadres politiques officiels. C’est dans cette optique que Ukama, la plateforme Afrique-Europe des penseurs de la durabilité, a été lancée le 25 novembre par l‘Iddri, afin d’identifier les questions les plus importantes qui pourraient faire échouer le partenariat UA-UE, et de proposer un espace sûr et indépendant afin de débattre de ces questions et de progresser sur la voie de leur résolution. Il s’agit d’une condition essentielle pour concrétiser le potentiel en matière de synergies et d’apprentissage mutuel entre les deux continents.

    FRET FERROVIAIRE

    LVSL - La longue agonie du fret ferroviaire

    Le 22 octobre dernier, le premier ministre inaugurait en grande pompe la reprise du train des primeurs : le Perpignan-Rungis. Après deux ans de suspension, ce retour fait écho aux mesures annoncées le 27 juillet pour relancer le fret ferroviaire. Cette initiative semble pourtant déjà s’inscrire dans une longue liste de plans de relance qui n’ont pas donné les effets escomptés. Alors, comment expliquer ce déclin du fret ferroviaire ?

    En 1827, la première ligne de chemin de fer ne transportait pas des voyageurs mais des marchandises. Avec seulement 18 kilomètres de voies, la ligne de Saint-Étienne à Andrézieux, tractée par des chevaux, servait à transporter de la houille depuis le port fluvial. Le transport de marchandises par train s’est ensuite développé de manière exponentielle au travers de compagnies privées. En 1882, la France possède alors la plus forte densité de chemin de fer au monde avec 26 000 km de voies. Les marchandises sont échangées dans des halles adjacentes aux gares, avant que le trafic ne soit peu à peu séparé des voyageurs.

    AUXIETTE

    Les Echos - Disparition : Jacques Auxiette, ce socialiste qui aimait l'industrie

    L'industrie, Notre-Dame-des-Landes, le ferroviaire et l'Erika furent les grands combats de celui qui fut, de 2004 à 2015, l'unique prés Lyon ident de gauche à la région des Pays de la Loire.

    Les hommages, à gauche comme à droite, n'ont pas manqué pour saluer Jacques Auxiette, ancien président socialiste de la région Pays de Loire, décédé vendredi à 81 ans. Professeur de mathématiques, proviseur du lycée Mendès France à La Roche-sur-Yon, ce Vendéen d'adoption devint maire de cette ville qui fut, de 1977 à 2004, un îlot socialiste dans un département très à droite.

    PS

    Europe 1 - Stéphane Le Foll : «Il faut un nouveau parti socialiste après la présidentielle»

    Invité au micro de Jean-Pierre Elkabbach ce matin sur Europe 1, Stéphane Le Foll, maire socialiste du Mans et ancien ministre d'Agriculture, a estimé que le PS n'existait plus et qu'il était nécessaire de penser à la création d'un nouveau parti socialiste après l'élection présidentielle. 

    LYON

    Rue 89 Lyon - Qui est le vrai patron à Lyon ?

    [Du foie gras au Sytral] Les élus siégeant dans l’opposition, au sein de la Métropole de Lyon, s’escriment depuis quasi le début du mandat à démontrer que le président du conseil, l’écologiste Bruno Bernard, se comporte comme un tyran, qui plus est doté de pouvoirs immenses.

    Jusque là, les invectives et javelots lancés dans sa direction ont tendance à se perdre dans la nature. Pourquoi si peu d’écho ? Sans doute parce que cette collectivité comme la fonction de son président restent terriblement méconnues et que, de son côté, Bruno Bernard n’en fait guère la promotion.

    Rue 89 Lyon - A Lyon, le choix du privé pour fuir le collège public de secteur

    Dans la métropole de Lyon, de nombreux parents tentent d’éviter le collège public du quartier en lui préférant un collège privé, au détriment de la mixité sociale.

    Georges Clémenceau, Garbiel Rosset, Jean de Verrazane, Victor Schoelcher, Elsa Triolet… Autant de collèges publics de la métropole de Lyon dont le nom revient souvent dans la bouche des parents d’élèves. Devant les écoles primaires, ils et elles échangent leurs astuces pour contourner la carte scolaire des collèges et envoyer leurs rejetons dans un établissement à la meilleure réputation.

    Certain·es décident ainsi d’inscrire leur enfant en spécialité musique ou d’en faire un gamin bilingue pour obtenir une affectation dans un collège particulier de la métropole de Lyon. D’autres utilisent carrément l’adresse d’un membre de la famille qui habite dans un autre quartier.

  • Olivier Faure dans @Backseat

    Olivier Faure était l'invité de @Jean Massiet, Usul, Léa Chamboncel et @Gaspard G dans #Backseat sur #Twitch. À retrouver en intégralité !

  • RFI - G. Siry: «Le PS va continuer à faire en sorte qu'une primaire de gauche puisse se tenir en janvier»

    L’invitée du matin de ce lundi 20 décembre 2021 est Gabrielle Siry, maire-adjointe du 18e arrondissement de Paris et porte-parole du Parti socialiste.

  • Ouest-France - PORTRAIT. Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo, la candidate qui est là où on ne l’attend pas

    La candidate socialiste à l’élection présidentielle secoue la gauche avec sa proposition de primaire. Retour sur le parcours d’une femme politique, maire de Paris depuis 2014, habituée des critiques et des railleries, qui s’est souvent retrouvée là où on ne l’attendait pas.

    Enfin, on parle d’elle ! La candidate socialiste Anne Hidalgo, a créé la surprise en appelant, le 8 décembre, à une primaire de la gauche. Même si c’est par le mépris que les Jadot et Mélenchon y ont répondu, la proposition a, au moins, pour vertu, de relancer le débat sur une candidature unique pour l’élection présidentielle. La candidate socialiste aurait aimé porter ce rassemblement, et y croyait encore récemment. Pragmatique, face à une gauche émiettée avec sept candidats, elle s’est finalement résolue à proposer cette primaire, dont elle sait qu’elle a peu de chance de sortir vainqueur. Voilà qui vient remuer et même pimenter une campagne qui déroulait jusque-là son fil dans une certaine discrétion.

    Lire la suite
    ___________________
    ___________________

  • Politis - La gauche et la question de l’unité

    La panique semble s’être emparée d’Anne Hidalgo, dont les sondages ne décollent pas. Son problème est moins la division de la gauche que le fardeau hérité de Valls et de Hollande. Un bilan avec lequel elle n’a pas rompu.

    Quelle voix mystérieuse venue d’ailleurs a interpellé Anne Hidalgo le 8 décembre, lui ordonnant d’aller, séance tenante, sauver la gauche ? Qui ? François Mitterrand ? Léon Blum ? Un appel du destin, en tout cas, assez puissant pour convaincre la candidate socialiste, qui était en chemin pour La Rochelle, de descendre du train à la première halte, et de faire demi-tour pour aller dire sur TF1 l’exact contraire de ce qu’elle avait affirmé le matin même sur France 2. Entendons-nous, ce n’est évidemment pas son invitation à une primaire de la gauche qui laisse pantois, mais l’impression d’improvisation et d’incohérence que donne cet épisode.

    Lire la suite
    __________________________
    __________________________

  • Europe 1 - Stéphane Le Foll : «Il faut un nouveau parti socialiste après la présidentielle»

    Invité au micro de Jean-Pierre Elkabbach ce matin sur Europe 1, Stéphane Le Foll, maire socialiste du Mans et ancien ministre d'Agriculture, a estimé que le PS n'existait plus et qu'il était nécessaire de penser à la création d'un nouveau parti socialiste après l'élection présidentielle. 

    Lire la suite
    _______________________
    _______________________