Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2018

Jean-Marie Harribey - 120 000 fonctionnaires priés de partir… où ?

Le 1er février 2018, le gouvernement a annoncé son intention de réformer de fond en comble la fonction publique, notamment en supprimant 120 000 emplois publics d’ici la fin du quinquennat. Au nom de la baisse des dépenses publiques de 3 points de PIB, d’une « gestion contemporaine » de l’action publique et d’une réorganisation « comme le font les entreprises », dixit le président.

Posons quelques questions de simple logique, pour ne pas dire de bon sens. La première qui vient à l’esprit est : où iront ces ex-fonctionnaires répondant à l’aimable invitation de déguerpir ? Est-ce que les emplois privés existent pour les accueillir sur le champ ? Pendant l’année 2017, alors que le retour de la croissance économique à 1,9 % a été fêté dans tous les médias, les 250 000 emplois créés n’ont entrainé pratiquement aucun recul du chômage et les emplois non pourvus sont restés au même point (les estimations vont de 200 000 à 330 000). Cela veut donc dire qu’il n’y a aujourd’hui pas de grande place pour intégrer les fonctionnaires reconduits à la porte.

Lire la suite
____________________
____________________

04:40 Publié dans Analyses | Tags : harribey, fonctionnaire | Lien permanent

17/03/2016

L'Humanité - Sommes-nous guettés par une crise financière majeure ?

Avec Henri Sterdyniak, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), Yves Dimicoli, commission économique du PCF et Jean-Marie Harribey, maître de conférences en économie.

La finance nous menace par Henri Sterdyniak, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)

Le capitalisme financier contemporain se caractérise par la domination de la finance spéculative. Des masses énormes de capitaux sont à la recherche d’une forte rentabilité. Les marchés financiers génèrent en permanence des bulles, des emballements inexplicables, de brutaux mouvements de capitaux, des évolutions extravagantes des cours de Bourse et des taux de change ; ceux-ci sont suivis de krachs financiers, de périodes d’affolement, puis de pessimisme rampant. Les marchés sont foncièrement cyclothymiques et autoréalisateurs. Sur les marchés libéralisés et ultraliquides, la finance surréagit aux chocs économiques, ce qui les amplifie. Elle vit des fortes instabilités qu’elle génère. D’une certaine façon, l’économie est toujours sous la menace d’une grave crise financière.

Lire la suite
_____________________
_____________________

18:00 Publié dans Analyses | Tags : harribey, sterdyniak | Lien permanent

27/01/2015

Jean-Marie Harribey - De Frankfort à Athènes : qui change vraiment ?

La Banque centrale européenne a annoncé le 22 janvier dernier un programme d’assouplissement monétaire (quantitative easing en anglais), dans le but, dit-elle, d’arrêter la spirale déflationniste et de faire repartir la croissance économique. La plupart des commentateurs ont applaudi : « elle fait ce qu’il faut » (titre de l’éditorial du Monde du 24 janvier 2015). L’annonce est intervenue trois jours avant les élections législatives en Grèce, décisives pour ce pays et peut-être aussi pour toute l’Europe. Trois jours avant, mais sept ans trop tard. Mieux vaut tard que jamais ? Oui si certaines conditions étaient remplies. Or, ce n’est pas le cas. À quoi et à qui va servir la création de monnaie envisagée par la BCE ? La BCE a-t-elle fait tout ce qu’il fallait ? Pourquoi la Grèce continue-t-elle d’être la cible des flèches austéritaires ?

Lire la suite
_____________________
_____________________

18:01 Publié dans Réflexions | Tags : harribey | Lien permanent

18/07/2014

Jean-Marie Harribey, Alternatives Economiques : Supprimons la coupe du monde de l’équilibre budgétaire public

Commençons par une petite histoire imaginaire, mais plus vraie que nature. Le pays A (comme Allemagne) a décidé la semaine dernière de bâtir le budget 2015 de son État à l’équilibre, c’est-à-dire de supprimer totalement le déficit budgétaire. Ce pays A a par ailleurs un excédent commercial extérieur. Dans le même temps, un second pays F (comme France, mais c’est un pur hasard) aura l’an prochain un déficit budgétaire et un déficit commercial extérieur. Dans cette petite histoire que nous contons, il n’existe que deux pays au monde : A et F. Et donc qui ne commercent qu’entre eux. Obligatoirement, l’économie A dégage une capacité de financement égale au besoin de financement de l’économie F. Cette obligation résulte de l’équilibre comptable de la somme des flux engendrés par tous les agents économiques, tant privés que publics. Que sont tous ces flux pour comprendre pourquoi le modèle A s’impose comme dominant F et donc le monde ?

Lire la suite
_______________________
_______________________

06/07/2014

Jean-Marie Harribey - La productivité est en panne

On le sait depuis une trentaine d’années, la productivité du travail progresse beaucoup moins vite qu’avant quand on regarde une économie dans son ensemble. Plusieurs facteurs expliquent certainement ce ralentissement. Parmi eux : le décalage dans le temps entre l’introduction des nouvelles techniques et leur influence, la faiblesse des innovations véritables, et la tertiarisation des économies. Sur ce dernier point, la productivité du travail augmente beaucoup plus lentement dans beaucoup de services que dans l’industrie ou dans l’agriculture industrielle, et comme la part des services est devenue prépondérante dans la valeur ajouté globale, l’augmentation moyenne de la productivité du travail décline.

Lire la suite
__________________________
__________________________

21:00 Publié dans Réflexions | Tags : harribey | Lien permanent

30/08/2013

Alternatives Economiques - Retraites : l’alternative existe

Le Premier Ministre a tranché en faveur d’une réforme des retraites qui va plus vite (ce sera exécuté en quelques jours), plus loin (la durée de cotisation augmentera encore) et plus fort (au nom de la justice) que celle de ses prédécesseurs. C’est la Blitzkrieg contre les retraites. Tous les acteurs sont abasourdis. Le Medef fait semblant d’être mécontent, c’est dire ! Et les syndicats risquent d’avaler globalement la couleuvre. On va donc crier une fois de plus dans le désert : pourtant, l’alternative existe en ce qui concerne le financement, la conception du travail et ses finalités.

Lire la suite
____________________________________________
____________________________________________

10:36 Publié dans Réflexions | Tags : harribey | Lien permanent