Web Analytics

compteur

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

harribey - Page 2

  • Non Fiction - Echapper au trou noir (Harribey)

    Jean-Marie Harribey, après avoir rappelé les impasses dans lesquelles se trouve le capitalisme, propose un ensemble d’orientations à adopter pour en sortir.

    Jean-Marie Harribey (Maître de conférences honoraire en économie et membre des économistes atterrés) a coprésidé de 2006 à 2009 l'association Attac. Il copréside son conseil scientifique depuis 2014. Il a créé et anime aujourd’hui la revue Les Possibles. Il se réclame dans son dernier ouvrage, Le trou noir du capitalisme (le bord de l’eau, 2020), qui est une somme imposante, des travaux de Karl Marx, de Karl Polanyi, de John Maynard Keynes ou encore de Michał Kalecki. Il dresse un tableau critique du capitalisme contemporain et de l'impasse dans laquelle celui-ci se trouve depuis de nombreuses années, et propose un ensemble d’orientations qui constituerait une voie de bifurcation dans laquelle l’humanité devrait s’engager d’urgence, selon lui.

    Lire la suite
    _____________________
    _____________________

  • JM Harribey - "Réhabiliter le travail, instituer les communs et socialiser la monnaie" Jean-Marie Harribey

    Conférence/débat avec Jean-Marie HARRIBEY, économiste, membre du Conseil scientifique d'Attac, autour de son dernier livre publié aux éditions du Bord de l'eau, "Le trou noir du capitalisme. Pour ne pas y être aspiré, réhabiliter le travail, instituer les communs et socialiser la monnaie", (Le Bord de l’eau, 2020, 298 p., 20 €), animée par Matthieu MONTALBAN, économiste, Université de Bordeaux.

  • Rappel : Jean-Marie Harribey - La vie au ralenti, journal d'un confiné (41) : Harpagon, le retour, 26/04/2020

    26 avril 2020, quarante-et-unième jour de confinement.

    Harpagon, le retour.

    Se pourrait-il que s’ouvre aujourd’hui une nouvelle quarantaine ? L’opposition s’avive entre scientifiques très réticents devant l’idée d’un déconfinement rapide à partir du 11 mai, surtout pour les écoles, et forces économiques pressées de reprendre leurs activités. La crainte d’une deuxième vague de la pandémie explique la réticence des épidémiologistes et virologues. Si elle devait se concrétiser, la paralysie de l’économie se poursuivrait pendant de longues semaines, sinon mois. Que font les gouvernements ? À voir leur attitude lors des réunions des ministres européens de l’économie et des finances, le moins qu’on puisse dire est qu’ils en sont toujours à compter leurs sous. «Ma cassette, ma chère cassette ! » crient tous les Harpagons des Pays-Bas, du Danemark, de la Finlande, de la Suède, de l’Autriche et de l’Allemagne.

    Lire la suite
    ___________________
    ___________________

  • Jean-Michel Harribey - J’aurais pu habiter au 150 avenue de la Convention citoyenne sur le climat 

    Peut-on revenir sur la seule proposition que les citoyens conventionnalistes sur le climat ont finalement rejetée : diminuer la durée légale du travail à 28 heures hebdomadaires sans perte de salaire d'ici 2030 ? Appelons cette proposition : la 150e.

    Si l’on en croit les informations sur le déroulé de la Convention, la 150ea suivi un long processus de discussion et ce n’est qu’à la toute fin du parcours qu’elle a été écartée. Je pense que le fait qu’elle ait été, semble-t-il, discutée longuement est positif. Le temps de travail est un élément du débat sur la construction d’un mode de développement soutenable, tant sur le plan social qu’écologique.

    Lire la suite
    _________________
    _________________

  • Jean-Marie Harribey - La preuve de la RTT par le chômage partiel

    Dans la dernière semaine du confinement, les forces patronales sont montées au créneau pour exprimer leur revendication essentielle de toujours : augmenter le temps de travail ; et en vouant aux gémonies leur cauchemar perpétuel : la réduction du temps de travail. Aux déclarations martiales du Medef et de l’Institut Montaigne [1] se sont ajoutées celles de la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (iFRAP) encore plus précises : « Débloquer le temps de travail hebdomadaire, débloquer les heures supplémentaires, repousser l’âge de départ à la retraite. Tout simplement nous retrousser les manches pour reconstruire notre économie. Cela ne fera pas peur aux Français qui sont volontaires pour travailler si leurs syndicats ne leur mettent pas des bâtons dans les roues avec des demandes exorbitantes. En temps normal, la France perd plus de 100 milliards de valeur ajoutée en faisant travailler moins, et moins longtemps ses salariés. »[2] Pour que tout soit clair : « Le gros avantage [de l’allongement jusqu’à 60 heures de travail hebdomadaires prévu par le gouvernement] est que les entreprises des secteurs essentiels et leurs dirigeants pourront appliquer ces nouvelles règles sans accord collectif préalable et donc de manière unilatérale et immédiate. »[3]

    Lire la suite
    _________________
    _________________

  • Blog Alternatives Economiques - Capitalovirus, Jean-Marie Harribey, 16/03/2020

    « Ils n’en mouraient pas tous, mais tous étaient frappés […] / voyons sans négligence/ L’état de notre conscience ». [1]

    Ce qu’il y a d’amusant ou de terrifiant avec les crises, c’est qu’elles surviennent toujours d’un point inattendu. Regardons quelques décennies en arrière. En 1973, c’était, disait-on, une crise pétrolière, c’est-à-dire la faute aux producteurs de pétrole pour signifier, xénophobie oblige, la faute aux Arabes. Mais on laissait dans l’ombre l’éclatement du système monétaire international deux ans auparavant et la crise de rentabilité du capital depuis le milieu des années 1960, d’abord aux États-Unis, puis partout ailleurs.

    Lire la suite
    __________________
    __________________

  • Jean-Marie Harribey - La retraite n'est pas une dette

    Une rumeur circule : la retraite serait une « dette sociale ». Une rumeur ne repose en général sur aucun fait avéré et est une pure construction idéologique, au sens de fausse conscience. Celle-ci n’échappe pas à la règle. Et elle a son corollaire : cette prétendue dette sociale serait parallèle à la dette écologique. Ces deux assertions sont des non-sens. Malheureusement, elles circulent, jusque dans les cercles très critiques.

    Les pensions de retraite respectent un contrat social  – un engagement politique – entre les générations. Mais elles ne sont pas un transfert dans le temps d’une dette. Elles sont toujours un prélèvement sur la valeur ajoutée par les travailleurs actifs, donc sur la production courante. Et elles ne peuvent être que cela, même dans le cas d’un système par capitalisation, via des canaux financiers non solidaires. Les pensions de retraite sont en tout temps une part du PIB et du PIN (et donc du revenu intérieur net). Parler alors de dette sociale est une transposition dans le champ des retraites d’un langage financier qui n’a rien à y faire, sauf à embrouiller la compréhension et y introduire une délégitimation pernicieuse à une époque où le mot d’ordre néolibéral est de diminuer toutes les dépenses publiques et sociales. Et la petite musique sur la dette publique tourne et agit comme une lobotomie.

    Lire la suite
    _________________
    _________________

  • Le blog de Les Économistes Atterrés - Profession: Haut Commissaire à la tromperie sociale

    Jean-Marie Harribey, membre du collectif d'animation des Economistes atterrés, dénonce les entourloupes de Jean-Paul Delevoye, Haut Commissaire à la réforme des retraites, prononcées ce jeudi 21 mars sur l'antenne de France Inter.
     
    Le Haut Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, était invité ce matin 21 mars sur France Inter. Il a lancé le printemps des entourloupes en fleurs. Pendant la semaine précédente, la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, avait laissé entendre que le gouvernement réfléchissait pour reculer à nouveau l’âge légal de départ à la retraite au-delà de 62 ans. Et elle avait argué que « je suis médecin, je vois que la durée de vie augmente d’année en année », affirmation fausse puisque l’espérance de vie plafonne depuis quelques années.
     
    Lire la suite
    __________________
    __________________

  • Jean-Marie Harribey - État d'urgence ou urgence d'État ?

    En trois semaines le mouvement des Gilets jaunes a pris une double envergure. Il s’est élargi dans toute la France, jusque dans les moindres petites villes, au point de rassembler de très larges fractions des classes populaires. Et, malgré l’expression de revendications contradictoires, la palette de celles-ci recouvre un grand nombre de points de rupture avec les politiques de tous les gouvernements, ceux du passé et l’actuel. En effet, nous payons les pots cassés de 40 ans de capitalisme néolibéral et de politiques d’austérité pour les pauvres et de largesses immenses pour les riches. Parti de l’augmentation du prix des carburants, le mouvement des Gilets jaunes s’empare du salaire minimum, de l’éventail des salaires, du droit à la retraite et de l’iniquité fiscale, à l’intérieur de laquelle figure la question de la fiscalité écologique qui ne peut être séparée de son impact social. Par dessus tout émerge une exigence de renouvellement démocratique.

    Lire la suite
    ___________________
    ___________________

  • Sélection été : Jean-Marie Harribey, 120 000 fonctionnaires priés de partir… où ? (03/02/2018)

    Le 1er février 2018, le gouvernement a annoncé son intention de réformer de fond en comble la fonction publique, notamment en supprimant 120 000 emplois publics d’ici la fin du quinquennat. Au nom de la baisse des dépenses publiques de 3 points de PIB, d’une « gestion contemporaine » de l’action publique et d’une réorganisation « comme le font les entreprises », dixit le président.

    Posons quelques questions de simple logique, pour ne pas dire de bon sens. La première qui vient à l’esprit est : où iront ces ex-fonctionnaires répondant à l’aimable invitation de déguerpir ? Est-ce que les emplois privés existent pour les accueillir sur le champ ? Pendant l’année 2017, alors que le retour de la croissance économique à 1,9 % a été fêté dans tous les médias, les 250 000 emplois créés n’ont entrainé pratiquement aucun recul du chômage et les emplois non pourvus sont restés au même point (les estimations vont de 200 000 à 330 000). Cela veut donc dire qu’il n’y a aujourd’hui pas de grande place pour intégrer les fonctionnaires reconduits à la porte. À la porte de nulle part. Et cela continuera, car, sans réduction du temps de travail, la productivité horaire du travail progressant presque au même rythme que la production, il y a peu de marges de manœuvre pour créer un nombre d’emplois suffisant.

    Lire la suite
    __________________
    __________________

  • Jean-Marie Harribey - Karl Marx, Charles Dumont et Édith Piaf : « rien de rien » ou la réalisation monétaire de la production capitaliste

    La publication du livre La monnaie, un enjeu politique que j'ai présenté ici le 20 février 2018 sous le titre « La monnaie est un enjeu politique » a été suivie de nombreux commentaires qu'ont reçus les auteurs (J.-M. Harribey, E. Jeffers, J. Marie, D. Plihon, J.-F. Ponsot). Deux points délicats émergent des interrogations : le mécanisme de la création de monnaie, et pourquoi la création de monnaie est une nécessité logique ? Le court texte ci-dessous replonge dans l'histoire de la théorie de la valeur et de la monnaie, afin de comprendre la réalisation monétaire de la production capitaliste.

    On cite souvent Quesnay et Marx avec raison comme des précurseurs des tableaux d’échanges inter-industriels de la comptabilité nationale. En particulier, Marx, dans le Livre II du Capital, dresse ce qu’il appelle les schémas de la reproduction.

    En reproduction simple, il démontre que la condition de l’équilibre entre demande globale et offre globale est que la demande de biens de production en provenance de la section qui produit les biens de consommation (II) soit égale à la valeur ajoutée nette (salaires + plus-value) de la section qui produit les biens de production

    Lire la suite
    _____________________
    _____________________