Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2013

Les trois temporalités de la crise - Les économistes atterrés - Cédric Durand


Les trois temporalités de la crise - Les... par Les-economistes-atterres

18:17 Publié dans Réflexions | Lien permanent

André Orléan aux Economiques de Turgot (2012) - Première partie - les origines de la financiarisation


André Orléan aux Economiques de Turgot (2012... par leseconomiquesdeturgot

13:08 Publié dans Réflexions | Tags : orlean | Lien permanent

16/08/2013

Rencontres 2012 de l'Idies : introduction de Daniel Lenoir


Rencontres 2012 de l'Idies : introduction de... par alternativeseconomiques

18:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Lien permanent

Le Point : La France de 2025 vue par les ministres

Le président a laissé un devoir de vacances à ses ministres : "Décrivez votre vision de la France en 2025". "Le Point" a relevé les copies de 5 ministères.

La question était à peu près la suivante : "Exposez votre vision de la France en 2025. Vous avez un mois." Le 19 août, donc, à l'occasion du séminaire gouvernemental de rentrée, le maître François Hollande ramassera les copies. Tous les élèves-ministres devront avoir pondu quelques feuillets pour dire, dans leur domaine, ce que sera devenu notre pays. Évidemment, chacun s'est donné le beau rôle dans cet exercice, que Le Point a pu consulter en exclusivité. Mais chacun l'a fait à sa manière. Pierre Moscovici (ou, plus vraisemblablement, quelques surdiplômés qui peuplent Bercy) a rendu une copie à son image - sérieuse, étayée, scolaire. Pas mal de chiffres, quelques notes très optimistes - le plein emploi sera sans doute atteint, le pays aura "recouvré sa souveraineté budgétaire"... - et des idées intéressantes. Moscovici met ainsi en garde contre une chimère, celle de copier le modèle allemand et de "chercher, à grand renfort d'argent public, à reconstruire une industrie perdue". Bercy prévient en effet que le modèle industriel allemand, "sans doute idéal à court terme (...), ne correspondra plus à l'état de l'économie mondiale dans dix ans". Les grands pays émergents, dit le devoir de Bercy, seront beaucoup moins consommateurs de biens d'équipement, ce qu'ils sont aujourd'hui. La France doit donc "privilégier des segments plus hauts".

Lire la suite
__________________________________________________________________
__________________________________________________________________

13:23 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Non Fiction - Faut-il sacrifier l'UE pour sortir de la crise ?

Résumé : Cet essai collectif est un pavé dans la mare, qui prétend concilier un engagement socialiste et internationaliste avec un appel à la subversion des institutions européennes existantes. Au-delà de ce parti pris assumé, les analyses qu’il contient interpellent toutes les gauches quant à leurs stratégies de sortie de crise.
 
"Âmes sensibles européistes, s’abstenir". Tel pourrait être le bandeau accompagnant cet essai, dont le titre provocateur ne laisse guère de doute, il est vrai, sur le degré d’exaspération qu’il suscitera auprès des lecteurs favorables à l’intégration européenne. S’il est en réalité peu probable qu’un tel public se jette sur ce livre coordonné par l’économiste hétérodoxe Cédric Durand, d’autres, partageant pourtant un univers idéologique a priori plus proche, pourraient aussi être désarçonnés par ce mot d’ordre un peu rude qui s’affiche à la couverture du livre. Pour éviter toute incompréhension, la lecture de l’ouvrage est donc à leur conseiller. Sans forcément adhérer à toutes les analyses qu’ils croiseront en chemin, ils seront au moins rassurés sur les intentions internationalistes de l’auteur, qui considère qu’un projet alternatif réduit à l’Etat-nation serait une "impasse". Au risque pour ce dernier de se mettre cette fois-ci à dos une gauche plus souverainiste, et d’être par conséquent pris entre deux feux dans l’espace pourtant réduit de la gauche radicale, comme en attestent les récents échanges entretenus par Durand avec Jacques Sapir puis Etienne Balibar
 
Lire la suite
___________________________________________________________
___________________________________________________________
 

10:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

15/08/2013

Abcdaire atterrés - DEFLATION par Philippe Légé


Abcdaire atterrés - DEFLATION par Philippe Légé par Les-economistes-atterres

16:14 Publié dans Réflexions | Tags : economistes atterres | Lien permanent

Huffington Post - Crise de l'oeuf : pourquoi il y a trop d'oeufs sur le marché

 

CRISE DE L’ŒUF - Stéphane Le Foll marche sur des œufs, littéralement. Alors qu'il doit rencontrer les représentants de la filière avicole aujourd'hui, ceux-ci dénoncent le prix trop bas de l'œuf, qui ne leur permettrait pas de joindre les deux bouts. En guise de protestation, un collectif informel d'éleveurs bretons a détruit près de 400.000 œufs, entre le 6 et le 10 août, lors d'actions coups de poing dans différentes communes du Finistère et des Côtes d'Armor.

Si ce gaspillage a choqué l'opinion, les producteurs ont néanmoins atteint leur but: attirer l'attention du gouvernement sur leur sort. La préfecture de Bretagne accueillera mardi 13 août, une réunion à laquelle le ministre doit assister le ministre l'Agriculture, mais les éleveurs ont d'ores-et-déjà prévenu: si aucune décision n'est prise, la guerre des œufs va continuer.

Lire la suite
____________________________________________________________
____________________________________________________________

06:47 Publié dans Réflexions | Lien permanent

14/08/2013

Sénat : Table ronde sur l'économie du film français


SEANCE,Table ronde sur l'économie du film français par publicsenat

13:11 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Frédéric Lordon & André Orléan : Comment penser et représenter la crise

10:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : lordon, orlean | Lien permanent

13/08/2013

Libé - Prisons : osons suspendre les incarcérations

Par MICHEL FIZE Sociologue, CNRS, délégué national du Mouvement unitaire progressiste (MUP)

La décision du parquet de Chartres, le 2 août, de faire «libérer sans délai» trois condamnés à des peines de deux et trois mois d’emprisonnement ferme qui venaient d’être arrêtés à Dreux (Eure-et-Loir), au motif que la maison d’arrêt de Chartres était «pleine», est, incontestablement, une courageuse et juste décision. Décision qui d’ailleurs, n’est pas en contradiction flagrante avec la circulaire Taubira du 19 septembre 2012, prévoyant un aménagement de peine pour le condamné à moins de deux ans d’emprisonnement s’il n’est pas récidiviste et moins d’un an s’il l’est. Mais replaçons cette décision dans son contexte. Au 1er juillet, les prisons françaises comptaient 68 569 détenus pour une capacité «opérationnelle» de 57 325 places, soit un taux d’occupation d’environ 120%, selon les statistiques mêmes de l’administration pénitentiaire (taux plus élevé encore dans certains établissements : par exemple 150% à Nantes-Carquefou, 160% à Fresnes et… 240% à Nîmes).

Lire la suite
_________________________________
_________________________________ 

18:47 Publié dans Réflexions | Lien permanent