Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2013

France Culture : Perspectives économiques à l'horizon 2014

Invité(s) :
Patrick Artus, directeur de la Recherche et des Etudes de Natixis, professeur à l'Ecole Polytechnique Nicolas Baverez, historien et économiste
Benjamin Coriat, professeur de sciences économiques à l'Université Paris 13 et co-président du collectif des Économistes Atterrés
Olivier Pastré, professeur d'économie à Paris VIII
Xavier Timbeau, directeur du Département Analyse et Prévision OFCE

00:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

14/09/2013

Alain Touraine - L'après-social, séance du 5 octobre 2012

Alain TOURAINE, directeur d’études à l’EHESS, et fondateur du CADIS (Centre d’analyse et d’intervention sociologiques, UMR 8039, CNRS/EHESS) en partenariat avec le Collège d’études mondiales de la FMSH, animera un séminaire exceptionnel de 5 séances sur ses recherches en cours sur L’APRÈS-SOCIAL.

L’idée de société post-industrielle a été repensée comme l’ère de la communication (cf. Manuel Castells). Mais on peut faire l’hypothèse que nous vivons une mutation plus profonde, marquée par la séparation complète de systèmes (en particulier le capitalisme financier) et d’acteurs (qui engagent directement le sujet), également non sociaux. Donc le social, comme processus de transformation de ressources économiques ou culturelles en normes et en formes d’organisation tend à disparaître.

Nous partirons d’une description directe de cette nouvelle ère, qui est à la fois post-sociale et post-historique avant de proposer à la discussion les notions de sujet, de modernité et modernisations et de mouvements sociaux (tels qu’ils existent dans l’ère post-sociale. Une discussion générale des thèmes présentés et de celui de l’après-sociologie (qui les accompagne nécessairement aura lieu dans une dernière séance le vendredi 16 novembre).

Le séminaire s'est déroulé sur 6 séances, les vendredis de 11h à 13h. Coordination : Christelle Ceci-Nuñez, CADIS, EHESS.
Intervenant(s) : . Alain TOURAINE - EHESS - Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, France, CADIS - Centre d'analyse et d'intervention sociologiques Alain TOURAINE est directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et fondateur du Centre d'Analyse et d'Intervention Sociologiques (CADIS).

22:58 Publié dans Réflexions | Tags : alain touraine | Lien permanent

OFCE : Chocs, chômage et ajustement, les limites de l’union monétaire européenne

11 septembre 2013

Par Christophe Blot

Dans un article paru en 2013 dans Open Economies Review[1], C. A. E. Goodhart et D. J. Lee comparent les mécanismes de sortie de crise aux Etats-Unis et en Europe. S’appuyant sur une comparaison de la situation de trois Etats (l’Arizona, l’Espagne et la Lettonie) confrontés à un krach immobilier et à une récession, les auteurs explorent les raisons de la divergence croissante observée entre les pays de la zone euro, divergence qui ne se retrouve pas aux Etats-Unis. Leur analyse s’appuie sur les critères de zones monétaires optimales permettant aux membres d’une union monétaire de s’ajuster en cas de choc négatif, et ainsi d’éviter une divergence pérenne de leur taux de chômage lors d’un ralentissement ou d’un recul de l’activité. Si la Lettonie ne fait pas formellement partie d’une union monétaire[2], sa monnaie est cependant restée solidement ancrée à l’euro pendant la crise. Ainsi, aucun des Etats étudiés par Goodhart et Lee n’a eu recours à une dévaluation nominale pour absorber les chocs financiers et réels auxquels ils ont été confrontés. Ils concluent que si l’Arizona a mieux absorbé les chocs que l’Espagne, c’est à la fois en raison de la plus grande solidarité fiscale qui existe entre les Etats des Etats-Unis et de la plus forte intégration du système bancaire américain qui contribue à amortir les chocs spécifiques à chaque Etat.

Lire la suite
________________________________________________________________
________________________________________________________________

22:58 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

Les dangers de l'accord de commerce Union européenne - Etats-Unis / Aurélie Trouvé

14:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Lien permanent

13/09/2013

Fondation Jean Jaurès - Europe. Pour un second souffle

Pour sauver et réorienter l’Europe, le député européen Henri Weber propose des réformes concrètes pour surmonter la crise des dettes souveraines et du système bancaire, pour retrouver une croissance forte et durable et pour démocratiser l’Union européenne.

I - REPARER LES VICES DE CONSTRUCTION INITIAUX

Pour sauver l’euro et l’intégrité de la zone euro, un Mécanisme européen de stabilisation (MES) a été mis en place, les missions de la Banque centrale européenne ont été élargies, une Opération de refinancement à long terme d’une durée de trois ans a vu le jour, un projet d’Union bancaire a été adopté, un processus d’Union budgétaire a été engagé sur cinq ans pour veiller à la stricte application du Pacte de stabilité et de croissance. Mais les réformes réalisées depuis 2010 ne réparent pas les vices de construction initiaux de l’euro et de la zone euro que sont l’absence d’une Banque centrale européenne complète, l’absence d’un gouvernement économique et la faiblesse structurelle du budget européen, limité dans le meilleur des cas à 1,24 % du revenu national brut (RNB) de l’Union.

Lire la suite
__________________________________________________
__________________________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : henri weber | Lien permanent

Regards - La longue marche du salaire minimum

Barack Obama a créé la surprise en déclarant vouloir augmenter le salaire minimum. Institué en Nouvelle- Zélande en 1894, ce droit s’est étendu à la majeure partie des pays industrialisés et au-delà. Critiqué par les néolibéraux, il semble connaître un nouvel engouement dans des pays aussi différents que l’Allemagne, les Etats- Unis ou la Chine. Décryptage.

Lire la suite
_______________________________________________________
_______________________________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Christian Chavagneux - G20 et paradis fiscaux : 3 pas en avant, un oubli et un gros bémol

Le communiqué final du G20 de Saint-Pétersbourg valide politiquement trois avancées extrêmement fortes dans la lutte contre les paradis fiscaux. Mais un oubli et un gros bémol viennent gâcher la fête.

Ne boudons pas notre plaisir. Le communiqué final du G20 valide trois choix politiques très forts dans la lutte internationale contre les paradis fiscaux qui feront de 2013 une année de référence. Si les promesses sont tenues.

Les batailles autour de l’échange automatique
Il y a d’abord l’engagement de faire de l’échange automatique d’informations fiscales le nouveau standard mondial. Toute personne qui engage des transactions financières à incidence fiscale à l’étranger verra le fisc de son pays d’origine automatiquement informé. Plutôt que de demander à chaque pays de réviser bilatéralement ses conventions fiscales avec tous ses pays partenaires, l’OCDE doit développer les principes d’un standard mondial d’ici février 2014 et avoir réglé les problèmes techniques de sa mise en œuvre pour juin 2014.

Lire la suite
________________________________________________
________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : chavagneux | Lien permanent

12/09/2013

Les économistes atterrés : Au secours! La taxe carbone revient

Rédigé par Gilles Rotillon le Jeudi 5 Septembre 2013

Après la commission De Perthuis sur la fiscalité écologique, l’idée d’une taxe carbone refait surface et on peut dire qu’elle tombe bien mal dans un contexte où chacun, à commencer par le ministre du budget, renchérit sur le « ras-le-bol » fiscal qui frappe nos concitoyens. Ségolène Royal, quant à elle, parle d’impôt punitif et demande à ce qu’on imite ce qu’elle a si bien fait dans sa région, qui, comme chacun sait, est un véritable paradis écologique. Les grands médias reprennent en cœur ce refrain d’une fiscalité insupportable et punitive et répètent à l’envi que sans croissance nous ne pourrons rien, que sans consommation, il n’y aura pas de croissance et que les impôts tuent la consommation et réduisent l’incitation pour l’État à réduire ses dépenses, accentuant ainsi l’insupportable dette publique. La cause est entendue et la messe est dite, il faut donc baisser les dépenses de l’État, pour baisser la dette publique tout en baissant les impôts pour stimuler la consommation et relancer la croissance. Et ceux qui osent dire non seulement le contraire (là, la folie les guette) mais simplement remettre en cause l’un des enchaînements ci-dessus est vilipendé au nom du réalisme et du monde qui bouge.

Lire la suite
______________________________________________________
______________________________________________________

18:30 Publié dans Réflexions | Tags : economistes atterrés | Lien permanent

Alternatives économiques - Les entreprises ne sont pas écrasées d'impôts

Certes, la part de la valeur ajoutée des entreprises consacrée aux impôts et cotisations sociales patronales est remontée ces dernières années, de 23,8 % en 2010 à 25,4 % en 2012. Pour autant, cette part est toujours inférieure de 0,5 point à ce qu’elle était en 2006.

Lire la suite
________________________________________________
________________________________________________

13:02 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Alternatives économiques - Matraquage fiscal ? Un rééquilibrage plutôt

La hausse des impôts progressifs sur le revenu et le capital mise en œuvre par le gouvernement de gauche n'a rien d'un « matraquage », puisqu'ils reviennent en réalité à leur niveau de 2000, avant les baisses d'impôts massives consenties essentiellement en faveur des ménages aisés.

Lire la suite
_____________________________________________________
_____________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent