Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2013

Paul Jorion : "Il faut supprimer la spéculation"


Paul Jorion : "Il faut supprimer la spéculation" par Challenges

18:30 Publié dans Réflexions | Tags : jorion | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Dépenses publiques : des comparaisons piégées

Les services publics représentent une part plus importante des dépenses en France que dans la plupart des pays voisins. Dérive ou choix légitime ? Une analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du magazine Alternatives Economiques.


Etat, collectivités locales et autres administrations publiques françaises dépensent chaque année l’équivalent de 56 % du produit intérieur brut (PIB), selon les données 2011 d’Eurostat. Un chiffre qui classe notre pays au deuxième rang de l’Union européenne, derrière le Danemark (57,6 %), et 6,5 points de PIB au-dessus de la moyenne de la zone euro (49,5 %). Mais que veulent vraiment dire ces chiffres ? Ils ne sont pas le signe que nos services publics coûtent plus cher qu’ailleurs, mais que, pour l’essentiel, notre pays a opté pour une réponse collective et moins inégalitaire aux besoins sociaux, quand d’autres laissent faire le marché. Ainsi, plus de la moitié de cet écart provient du système de retraite, qui prend en France la forme d’un service public.

Lire la suite
__________________________________________________________
__________________________________________________________

La Vie des Idées : Définir le libéralisme, un enjeu politique

Dans la volumineuse anthologie des textes libéraux qu’ils ont réunis, A. Laurent et V. Valentin avancent une définition univoque du libéralisme, afin de l’opposer frontalement au socialisme et de rejeter toute tentative de synthèse entre les deux. C’est par là, selon eux, que le débat politique pourra éviter les consensus illusoires.

Recensé : Alain Laurent et Vincent Valentin (dir.), Les penseurs libéraux, Paris, Les Belles Lettres, 2012, 920 p., 29 €.

Les penseurs libéraux est une anthologie composée par Alain Laurent et Vincent Valentin, deux auteurs reconnus pour leurs travaux sur le sujet [1]. Comme tout recueil refusant de se réduire à une compilation fourre-tout, celui-ci tire sa qualité du fait que le choix des textes y est guidé par une réflexion théorique. Ce que les auteurs entendent par libéralisme est en effet l’objet d’une élaboration précise, exprimée avec clarté dans un riche appareil critique.

Lire la suite
________________________________________________________________
________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : la vie des idees | Lien permanent

27/09/2013

La république des idées - Le Mystère français par Hervé Le Bras & Emmanuel Todd

La France ne se sent pas bien. Pour comprendre son mal, nous l’avons passée au scanner de la cartographie la plus moderne. Cent vingt cartes permettent d’observer, renaissant sans cesse, la diversité des mœurs françaises

Lire la suite
_____________________________________________
_____________________________________________

France Info - Emmanuel Todd explique les mystères français

Emmanuel Todd, démographe et historien, figure intellectuelle présent dans le paysage français depuis deux dizaines d'années. On dit qu'il a prévu la fin du système soviétique en 89, et le printemps arabe il y a deux ans.

Fallait-il une nouvelle réforme des retraites ? François Hollande vient de répondre deux fois non. Non ! parce que les incertitudes économiques, l’absence d’urgence financière le risque de coalition des oppositions rendaient à ses yeux inutile une réforme censée régler tous les problèmes à l’horizon 2020. Non ! parce que la réforme structurelle de longue portée qui s’attaque à la racine du problème, qui aboutit à un équilibre soutenable de long terme et qui donne à Bruxelles les garanties demandées au risque de déclencher un conflit social majeur est contraire à sa culture politique. Alors qu’a t-il fait ? Un plan de financement lacunaire, riche en habiletés techniques, au confluent des lignes rouges syndicales mais dont le principal mérite est d’avaliser les réformes passées.

Ses choix ont été salués par un concert immédiat d'approbations molles, d'oppositions peu convaincues et d’appels en catimini à la mobilisation. La mère de toutes les réformes, celle qui était susceptible, selon Rocard, de faire sauter dix gouvernements devient ainsi un non événement.

Comment un tel résultat a t-il été atteint ? Par une combinaison habile d’actions et de discours permettant l’escamotage progressif du problème, la neutralisation des diverses oppositions syndicales et patronales et, grâce à la mise en scène du thème de la pénibilité, de l’adhésion des élus de gauche.

- See more at: http://www.telos-eu.com/fr/reforme-des-retraites-un-double-non.html#sthash.gNZv33HH.dpuf

_________________________________________________________ _________________________________________________________

18:30 Publié dans Réflexions | Tags : republique des idees | Lien permanent

Libé - La croissance peut-elle nous sauver ? Thomas Piketty directeur d’études à l’EHESS et professeur à l’Ecole d’économie de Paris.

Est-il bien raisonnable de miser sur le retour de la croissance pour régler tous nos problèmes ? Certes, il est toujours préférable d’avoir 1% de croissance de la production et du revenu national plutôt que 0%. Mais il est temps de réaliser que cela ne résoudra pas l’essentiel des défis auxquels les pays riches doivent faire face en ce début de XXIe siècle.

La production peut croître pour deux raisons : du fait de la croissance de la population, et du fait de la croissance de la production par habitant, c’est-à-dire de la productivité. Au cours des trois derniers siècles, la production mondiale a progressé en moyenne de 1,6% par an, dont 0,8% par an au titre de la population et 0,8% au titre de la production par habitant.

Lire la suite
_______________________________________________________
_______________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : piketty | Lien permanent

26/09/2013

Libé - Peut-on être «président des entreprises» et socialiste ?

Donc, depuis le dimanche 15 septembre, François Hollande est le «président des entreprises». Et puisque le même François Hollande se définit toujours comme «socialiste», il convient de se demander si le premier est totalement compatible avec le second. Ou dit autrement, une politique de l’offre qui se fixe comme objectif d’améliorer les marges des entreprises peut-elle encore être estampillée socialiste ? Et si oui, à quelles conditions ? Si on se pose la question, c’est qu’en économie, on assimile volontiers l’offre à la droite et la demande à la gauche. Non sans raison

Lire la suite
_________________________________________________________ _________________________________________________________

Huffington Post - Dessine-moi un circuit: l'économie circulaire au service d'un nouveau modèle de développement

Par , Maître de conférence à SciencesPo sur le développement durable, Co-fondateur de CliMates

La Conférence environnementale commence ce vendredi 20 septembre 2013. Au programme, s'inscrit une table ronde sur l'économie circulaire. Plusieurs rapports estiment d'immenses gains économiques de ce nouveau modèle et reconnaissent que notre puits de matières premières n'est pas sans fond. L'économie circulaire est un modèle peu coûteux qui offre des résultats positifs autant sur le plan environnemental que social, applicable en France et à travers l'Europe. Ainsi, espère-t-on qu'elle dépasse enfin son statut de nouveau concept à la mode pour devenir un pilier d'une stratégie de croissance durable et de la politique environnementale de la nation.

Lire la suite
_____________________________________________________
_____________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : economie circulaire | Lien permanent

25/09/2013

Le Huffington Post - L'annonce de la Fed a surpris les experts: la crise n'est pas finie, Bernanke continue de soutenir l'économie

ÉCONOMIE - Ce devait être la décision la plus importante depuis les sauvetages financiers de 2008. La Réserve fédérale (Fed) devait annoncer qu'elle appuyait sur la pédale de frein, en annonçant le début du repli de sa politique monétaire ultra accommodante. Au lieu des 85 milliards de dollars déboursés chaque mois pour fluidifier l’économie depuis un an, les experts attendaient une réduction à 75 voire 70 milliards. La fin d'une politique mise en place pour la crise, et donc la fin de la crise.

Et bien il faudra attendre! A la surprise générale, Ben Bernanke, le patron de la Fed, est arrivé avec de mauvaises nouvelles sous le bras. La Réserve fédérale américaine a en effet annoncé mercredi qu'elle maintenait son soutien exceptionnel à la reprise en attendant "plus de preuves d'une amélioration soutenue avant d'ajuster le rythme de ses achats". Du coup, le bilan vertigineux de la banque centrale va continuer de grimper. Encore et encore.

Lire la suite
_____________________________________________
_____________________________________________

20:37 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Le Monde - Oui, il faut une taxe sur le diesel !

Par Barbara Romagnan (Députée du Doubs) et Guillaume Balas (membre du Bureau national du Parti socialiste)

Ce sont les énergies fossiles qui saignent la France et les ménages. A quelques jours des arbitrages de la Conférence Environnementale, les esprits s'échauffent, et le débat recule. Attendus depuis près d'un an, ceux-ci devront être à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux auxquels doit faire face la France.

Ménages et entreprises françaises paient pourtant chaque jour une facture énergétique qui s'aggrave. Quand 88% du déficit commercial français est creusé par les importations de pétrole, c'est le bilan économique de la France qui en est lourdement affecté. Quand les cours du pétrole explosent, ce sont les salariés devant prendre leur voiture pour aller travailler qui en font les frais. Ce sont nos entreprises qui font le choix entre payer ou embaucher. Ce sont bien les citoyens qui en paient le prix. Et pas n'importe lesquels.

Lire la suite
____________________________________________________________
____________________________________________________________

24/09/2013

Libé - Les grandes villes russes s’opposent

Par Marie Mendras Chercheure au CNRS. Dirige l’Observatoire de la Russie au Centre d’études et de recherches internationales de Sciences-Po.

Vladimir Poutine sort affaibli des élections locales et régionales du 8 septembre.

La Russie des très grandes villes a défié le pouvoir aux élections locales et régionales du 8 septembre. En dépit de pressions exercées par les administrations, de nombreux électeurs se sont tournés vers les candidats d’opposition. A Ekaterinbourg, capitale de l’Oural et quatrième ville de Russie, l’opposant Evgueni Roïzman, du parti Plateforme civique, a battu le candidat du Kremlin. A Moscou, 27% des votants selon les résultats officiels, 30 à 33% selon les estimations des observateurs, ont voté pour le plus farouche opposant à Vladimir Poutine. C’est un résultat remarquable pour Alexis Navalny, condamné le 17 juillet à cinq ans de prison pour des délits invraisemblables, et qui a fait campagne cet été en liberté conditionnelle, dans l’attente du verdict de la Cour d’appel.

Lire la suite
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________

22:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent