Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2013

Paul Ariès : «Il faut un pacte social plus protecteur et émancipateur»

INTERVIEW

A l’approche des municipales, l’écrivain et politologue Paul Ariès, objecteur de croissance revendiqué, appelle les gauches à réhabiliter la gratuité dans les services publics. Pour un «bien-vivre» à la française.

Remettre la gratuité au cœur de notre pacte social. Et d’abord à l’échelle municipale. Que cette gratuité concerne les transports publics, les services funéraires, l’eau vitale ou le stationnement urbain. Et qu’elle s’adresse à tous… Politologue et écrivain, Paul Ariès appelle les gauches à s’engager dans ce processus de réappropriation. Directeur du mensuel les Z’indigné(e)s, cet objecteur de croissance revendiqué organise le 26 octobre à Grigny (Rhône) le 3e Forum national de la désobéissance citoyenne sur le thème «Soixante-dix ans après le programme du Conseil national de la Résistance, quels nouveaux jours heureux ?» Il a publié l’an passé le Socialisme gourmand, le bien-vivre, un nouveau projet politique (La Découverte).

Lire la suite
____________________________________________________________
____________________________________________________________

16:05 Publié dans Réflexions | Tags : paul aries, aries | Lien permanent

Le Monde - Roms : et si on appuyait les coopérations des acteurs locaux ?

Par Hubert Julien-Laferrière (Vice-president du grand Lyon)

Depuis le début de la législature le gouvernement et les élus locaux sont régulièrement interpellés sur la question des populations Roms présentes sur le territoire français. Ces derniers jours, le débat s'est accéléré. Et tout le monde s'accorde pour dire que la solution de long terme ne pourra venir que des pays d'origine, Roumanie et Bulgarie principalement, dans lesquels elles ont été trop longtemps ostracisées

Dans le cadre de mon mandat de vice-président délégué à la coopération, le Grand Lyon a engagé une coopération avec la ville de Tinca au Nord-Ouest de la Roumanie, d'où sont issus un certain nombre de Roms roumains présents sur l'agglomération lyonnaise. Une ville qui compte 8000 habitants dont près d'un tiers sont des Roms.

Lire la suite
_____________________________________________________
_____________________________________________________

30/09/2013

Jean Gadrey - Attali, du positif au négatif et au nul

Pas si facile de porter un regard critique faisant la part du positif, du négatif ou du nul, dans le rapport de Jacques Attali sur « l’économie positive ». Mon ami Jean-Marie Harribey a dégainé vite et fort sur son blog. Je partage largement ses critiques, appuyées sur des citations très significatives du rapport. Mais il n’y a peut-être pas que cela à retenir. Je complète donc à ma façon.

J’avais commencé à rédiger ce billet sur un mode très critique. Je le terminerai également sur ce mode. Mais, en relisant le rapport, il m’est apparu qu’on pouvait envisager du tri sélectif… Cela s’explique probablement par la diversité des contributeurs, dont certains, minoritaires, liés à l’économie solidaire (la vraie), ont tiré dans un sens « positif » (à mes yeux), alors que d’autres, plus nombreux, l’ont infléchi dans un sens carrément opposé. D’où un rapport invertébré sans vision globale autre que purement discursive : l’invocation sympathique du long terme, de l’altruisme (mais lequel ?), etc.

Lire la suite
_________________________________________________
_________________________________________________

14:33 Publié dans Réflexions | Tags : jean gadrey, attali | Lien permanent

Jean-Marie Harribey - Économie positive, économie circulaire, ça fonctionne ou ça tourne en rond ?

Plusieurs nouveaux concepts font fureur en ce moment : l’économie de la fonctionnalité, l’économie circulaire, depuis quelques années déjà, et l’économie positive, depuis trois jours, qui englobe les premières. Et l’éclectique Jacques Attali a compris la leçon de Carrefour : positiver. À moins qu’il ne se soit inspiré du milliardaire américain John Mackey, promoteur du conscious capitalism, mais qui considère que les syndicats dans l’entreprise sont un herpès, ainsi que le rapporte Le Monde magazine du 28 septembre 2013. Attali s’est donc saisi de ce gadget pour en faire un rapport, « Pour une économie positive », remis à grand renfort de trompettes radiophoniques avant-hier matin

Lire la suite
_____________________________________________________
_____________________________________________________

14:30 Publié dans Réflexions | Tags : jean-marie harribey | Lien permanent

Le Monde - Stratégie nationale de santé : vers un nouveau modèle

Par Claude Leicher (Médecin et président du syndicat de généralistes français MG France)

Le gouvernement a présenté le 23 septembre dernier sa Stratégie nationale de santé. Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, et Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, ont détaillé un programme qui découle pour l'essentiel du rapport du Comité des sages présidé par Alain Cordier. Il vise en premier lieu à réorganiser le système de santé à partirdes soins de santé primaires, en équipe, autour du médecin généraliste traitant qui joue un rôle moteur dans l'organisation du parcours de soins des patients. Il propose également de favoriser l'accès aux soins en généralisant le tiers payant chez le médecin traitant. Il engage une politique volontariste axée sur la prévention et la réduction des inégalités sociales de santé. Enfin, il entend développer la filière universitaire de formation de médecine générale.

Lire la suite
__________________________________________________
__________________________________________________ 

13:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

29/09/2013

La Vie des Idées - Peut-on fixer le prix du futur de la planète ?

Comment comparer les coûts actuels d’une action de protection de l’environnement avec les coûts futurs des conséquences de l’inaction ? Christian Gollier propose une approche scientifique de cet arbitrage intertemporel entre coûts et bénéfices.

Recensé : Christian Gollier, Pricing the Planet’s Future : The Economics of Discounting in an Uncertain World, Princeton, 2012, 248 p.

Dans son dernier livre, Pricing the planet’s future, Christian Gollier revient sur le vieux problème économique du choix d’un taux d’actualisation pour sélectionner des projets d’investissement sur le long terme. Face à une décision de ce type, on recourt fréquemment à l’analyse coûts-bénéfices qui consiste à faire la somme des coûts et des bénéfices impliqués par le projet d’investissement. Mais comme ces coûts Ct et ces bénéfices Bt se réalisent en général à des dates, t, différentes, ils sont pondérés par un facteur 1/(1 + r)t, qui décroît avec le temps et où r est le taux d’actualisation. Plus r est grand, moins les composantes d’une date éloignée ont d’importance, le taux r indiquant implicitement ce que vaut un euro à une date t quelconque par rapport à un euro en t-1. Ainsi, actualisé à 5%, un euro dans un an est égal à 1/1,05 euros aujourd’hui, soit environ 0,95 euros qui est la valeur actualisée de un euro dans un an. Au final, on sélectionnera le projet si sa valeur actualisée nette, égale à la somme des [Bt — Ct]/(1 + r)t pour chaque date t, est positive. Le taux d’actualisation est donc utilisé par les économistes pour calculer la valeur que l’on donne aujourd’hui au futur.

Lire la suite
________________________________________________
________________________________________________

20:40 Publié dans Réflexions | Tags : la vie des idées | Lien permanent

Libé - France 2025 : l’enfance doit être au cœur des politiques publiques

Juliette MEADEL directrice de Terra Nova

Plus nous attendons pour intervenir auprès des enfants défavorisés, plus le coût pour la société sera élevé pour corriger à l'avenir les inégalités. Les recherches démontrent les effets positifs d'une politique publique menée dès le plus jeune âge.

Lire la suite
______________________________________________________
______________________________________________________

18:05 Publié dans Réflexions | Tags : terra nova, meadel | Lien permanent

Observatoire des inégalités : La pauvreté en France

La France compte entre 4,9 et 8,8 millions de pauvres selon la définition adoptée... Depuis 2002, le nombre de personnes concernées a augmenté d’un million.


L’état des lieux :

La France comptait 4,9 millions de pauvres en 2011 [1] si l’on fixe le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian et 8,8 millions de pauvres si l’on utilise le seuil de 60 % du niveau de vie médian (voir notre définition ci-dessous). Dans le premier cas, le taux de pauvreté est de 8 %, dans le second de 14,4 %. En 2011, le seuil de pauvreté situé à 60 % du revenu médian, pour une personne seule, est de 983 euros mensuels, celui à 50 % de 819 euros.

Lire la suite
______________________________________________________
______________________________________________________

Non Fiction : De la crise économique au monde post social

Résumé : Dans un ouvrage dense et magistral, Alain Touraine ouvre une nouvelle ère sociologique et historique, celle de l'"après social".

Le dernier ouvrage d’Alain Touraine, intitulé "la fin des sociétés", est présenté par l’éditeur comme "le couronnement théorique de (son) œuvre". C’en est un incontestablement, et dans tous les sens de cette expression. D’abord au sens architectural du terme, puisque cet ouvrage vient parfaire l’édifice d’une œuvre sociologique abondante et stimulante qui a permis à son auteur d’acquérir une véritable aura internationale, en particulier en Amérique Latine. C’est aussi un couronnement au sens de l’achèvement puisqu’en ré-abordant nombre de ses apports théoriques, l’ouvrage prend des allures testamentaires. C’est enfin un couronnement pour l’un des concepts-clés de l’œuvre du sociologue, c’est-à-dire "le Sujet". C’est en tout cas ce concept qui constitue le principal lègue que Touraine nous transmet et qui permettra encore de nombreuses analyses sociologiques à sa suite.

Car le Sujet ne peut être mis au jour, identifié et déchiffré avec les méthodes empiriques d’une sociologie positiviste. Il est avant tout un "principe non social", un point de départ originaire se fondant et se créant lui-même, et non un point d’arrivée.
Le monde est atteint d’une des plus graves crises économique et financière de son histoire depuis celle de 1929. Cette crise constitue le point de départ de l’ouvrage afin d’en proposer une analyse non économique dont les causes sont pourtant économiques. Pour A. Touraine, cette crise est la manifestation d’une rupture déjà à l’œuvre à la fin des années 1920 entre le capitalisme financier et l’économie industrielle. S’atteler à la compréhension des racines de cette crise implique d’aller au-delà de l’analyse économique pour la caractériser sociologiquement et mettre en perspective les transformations historiques de longue durée. Loin d’opposer l’économie et la sociologie, Touraine s’efforce au contraire de rénover profondément l’analyse sociologique pour la rendre capable de penser ce qu’il appelle "l’après social" et la "fin des sociétés".

Lire la suite
__________________________________________________
__________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : alain touraine | Lien permanent

Le Monde - Les Français ploient-ils sous l'impôt ?

Le projet de loi de finances 2014 ravive la polémique sur la "pause" et le "ras-le-bol fiscal". Les classes moyennes sont-elles victimes ou bénéficiaires de la hausse d'impôts?

A lire sur ce sujet

Fiscalité : "Plus de transparence, Monsieur Hollande !"
Le fond de la pensée du président, c'est qu'il existe un niveau d'opacité optimal dans lequel il vaut mieux maintenir le système, pense Camille Landais, professeur à la London School of Economics and Political Science.
 
Les avis convergent sur les mesures à prendre en termes de politique fiscale : élimination des niches, impôts sur la consommation pour financer la politique sociale... Or, aucune de ces mesures n’a été menée à bien, explique l'économiste Elie Cohen.
 
Le consentement à l'impôt est le coeur de la théorie politique moderne. C'est la pierre angulaire de l'Etat démocratique, la preuve que nous ne vivons pas sous le joug d'une tyrannie, estime Mathieu Laine, enseignant à Sciences Po.
 
Par les revenus ou les dépenses, il est possible de dire que les classes moyennes se situent entre les 10 % les plus aisés et les 10 % les moins aisés, estime le professeur Julien Damon.
 
Les nombreuses personnes nouvellement assujetties à l’impôt vont devoir faire face à la complexité du système, affirme le sociologue Alexis Spire.

00:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent