Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2014

Les Echos - Eric Heyer (Economiste à l'OFCE) : « Il faut financer la baisse des charges par la hausse de l'activité et non par la réduction des dépenses publiques »

Faut-il mener une politique de l'offre en France ?

Le problème de la politique de l'offre est que, aujourd'hui, elle ne peut être menée qu'au détriment de la demande. Si le financement du choc d'offre se fait par la réduction des déficits publics, alors il s'agit d'un choc négatif pour la demande. Or les entreprises sont d'abord confrontées à une insuffisance de la demande. La croissance du PIB de la France est largement inférieure à sa croissance potentielle. Ensuite, quand l'Insee interroge les chefs d'entreprise pour comprendre pourquoi ils ne produisent pas plus, 67 % d'entre eux répondent que c'est en raison de la faible demande. D'ailleurs, le taux d'utilisation des capacités de production est très faible. Enfin, le fait que l'inflation soit très basse, à seulement 0,7 % l'an dernier en France, contre 2,2 % en 2012, est le symptôme d'une économie qui ne tourne pas à plein régime.

Lire la suite
________________________________________
________________________________________

23:13 Publié dans Réflexions | Tags : ofce, heyer | Lien permanent

Non Fiction : Les théories du genre – Piqûre de rappel historique

Le débat sur "la théorie du genre" prétendument enseignée à l’école est au centre de la crispation sociale et identitaire de ces derniers jours, nouveau champ de bataille des convictions émergentes que l’on pourrait cristalliser sous le drapeau de "La Manif pour Tous" ou "printemps français". Bien entendu, cette catégorisation ne rend pas justice aux différentes sources d’engagement des individus contestataires, mais il nous semble que les revendications attisent les mêmes fantasmes sur la différence des genres, la même conception de la construction sociale, et l’idée unique, étriquée, de famille.

Lire la suite
________________________________
________________________________

23:01 Publié dans Réflexions | Tags : non fiction | Lien permanent

Libé - Rouvrir la question démocratique, MANUEL CERVERA-MARZAL CHERCHEUR EN SCIENCES POLITIQUES

Il est des époques d’ouverture et d’autres de fermeture. Nous traversons actuellement une forme particulièrement sévère de ce second type. Nul ne sait où elle s’arrêtera. Mais chacun perçoit clairement les signes de son approfondissement. Fermeture des frontières de l’Europe par l’agence Frontex qui décompte un à un les centaines d’Africains morts noyés au large des côtes de Lampedusa. Fermeture d’usines et multiplication des mal nommés «plans de sauvegarde de l’emploi» ne visant dans le fond qu’à les détruire méthodiquement. Fermeture de l’espace politique chaque jour davantage privatisé entre les mains de politiciens qui n’hésitent plus à passer outre la volonté populaire. Fermeture des centres d’interruption volontaire de grossesse - 150 en dix ans - qui menace sérieusement ce droit que les femmes avaient chèrement acquis par leur lutte.

Lire la suite
______________________
______________________

23:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Les économistes atterrés - Sortir la monnaie unique de « l’ordolibéralisme » Michel Dévoluy Professeur

Peu de gens ont entendu parler de l’« ordolibéralisme ». Pourtant, cette doctrine constitue une pièce maîtresse pour comprendre les problèmes de la zone euro et envisager une sortie de la crise par le haut.

L’ordolibéralisme est un rameau de la pensée économique libérale développé en Allemagne dans l’entre-deux-guerres. L’objectif était de teinter le libéralisme de préoccupations sociales. Cette doctrine fut mise en œuvre par les chrétiens démocrates pour reconstruire l’Allemagne.

Egalement validée par le Parti socialiste allemand, cette pensée a façonné l’économie sociale de marché qui a sous-tendu le miracle allemand d’après-guerre.

Lire la suite
_________________________________
_________________________________

23:00 Publié dans Réflexions | Tags : economiste atterré | Lien permanent

Trois questions à Gérald Bronner

Lauréat du prix Sophie Barluet du CNL, du prix de la revue des Deux Mondes et du prix Procope des Lumières, Gérald Bronner ne cesse d’être récompensé pour La démocratie des crédules paru au PUF en 2013.

Spécialiste de la croyance et de la sociologie cognitive, l’ensemble de ses recherches traite de questions épistémologiques, telle la construction de la connaissance et les représentations sociales, dans une société de communication vectrice d’informations plurielles. Largement salué par la critique et le monde des sciences humaines, son dernier ouvrage pointe, entre autre, les risques du développement des théories du complot avec l’usage d’internet.

Lire la suite
________________________________________
________________________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : gérald bronner | Lien permanent

18/02/2014

Rue 89 Lyon - Les Pinçon-Charlot à Lyon : « Une Métropole, ce n’est pas forcément mauvais »

Depuis plus de vingt ans, le couple de sociologues oppose les privilégiés de la société française et ceux qu’elle a tendance à laisser de côté. Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon ont principalement « les bourgeois » en ligne de mire. Nous les avons rencontrés pendant leur marathon lyonnais du week-end : les « Pinçon-Charlot » étaient les invités de la Fête du livre de Bron ce samedi et tenaient à une conférence la veille à la bibliothèque de la Part-Dieu, suite à laquelle il se sont pliés à une séance de dédicace organisée à la librairie Le Bal des Ardents. Leur dernier ouvrage des, « La Violence des Riches – Chronique d’une immense casse sociale » (aux éditions La Découverte) analyse la « violence de classe » produite par un adversaire qui, pour eux, est loin de ne pas avoir de visage.

Lire la suite
___________________________________
___________________________________

18:00 Publié dans Réflexions | Tags : pincon-charlot | Lien permanent

OFCE : Croissance au quatrième trimestre 2013, mais …

12 février 2014

Par Hervé Péléraux

Selon l’indicateur avancé de l’OFCE, l’économie française a dû progresser de +0,5 % au quatrième trimestre 2013. Ce résultat attendu traduit l’amélioration des enquêtes de conjoncture, notable depuis environ un an. Marque-t-il pour autant le retour du PIB sur un sentier de croissance durablement plus élevé ? Il est encore trop tôt pour le dire.

L’amélioration des enquêtes de conjoncture a d’abord préfiguré l’interruption de la seconde récession intervenue au cours du premier semestre 2011. Les comptes nationaux ont ensuite validé le signal émis par les enquêtes, avec une reprise de la croissance au deuxième trimestre 2013 de +0,6 % (tableau). Le PIB s’est certes à nouveau replié au troisième trimestre (-0,1 %), mais en moyenne, sur les deux derniers trimestres, la croissance s’est établie à environ +0,2 % par trimestre, rythme de croissance encore très modéré mais positif.

Lire la suite
________________________________________
________________________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

17/02/2014

L'invité de 8h20 : Marcel Gauchet


L'invité de 8h20 : Marcel Gauchet par franceinter

23:40 Publié dans Réflexions | Tags : gauchet | Lien permanent

Interactiv' : Marcel Gauchet


Interactiv' : Marcel Gauchet par franceinter

23:30 Publié dans Réflexions | Tags : gauchet | Lien permanent

OFCE - Révision du potentiel de croissance : l’impact sur les déficits

10 février 2014

par Hervé Péléraux

Les finances publiques meurtries par la Grande Récession

Au sortir de la Grande Récession de 2008/09, le problème des finances publiques auquel allaient devoir face les gouvernements était en apparence simple, sa solution mise en avant aussi. Le jeu des stabilisateurs automatiques ainsi que les plans de relance mis en place pour contrer la récession de 2008/09 ont fortement creusé les déficits publics. Cette situation, dictée par l’urgence, était acceptable à court terme mais ne l’était pas à plus longue échéance. Elle appelait logiquement un redressement des comptes publics pour résorber les déficits et stopper la progression de l’endettement. La rigueur budgétaire à marche forcée, conduite sous les injonctions de la Commission européenne, a donc été l’instrument de politique économique activé par la quasi-totalité des pays de la zone euro.

Lire la suite
____________________________________
____________________________________

13:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent