Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2017

Edmond Maire définit l'autogestion

02:47 Publié dans Histoire, Vidéo | Tags : edmond maire, autogestion | Lien permanent

17/04/2017

Lénine, une autre histoire de la révolution russe - ARTE

En faisant revivre pas à pas la, ou plutôt les révolutions de 1917, de février à octobre, ce documentaire tissé d'archives exceptionnelles montre un Lénine ballotté par la puissance des événements, bien loin de sa légende.

Le 23 février 1917 (8 mars dans le calendrier grégorien), à Petrograd, capitale de l'Empire russe, c'est une manifestation féminine qui amorce la chute du régime. Au lendemain de grandes grèves ouvrières, l'annonce de rationnements supplémentaires dus à la guerre, mais aussi à l'incurie des autorités, jette dans la rue les femmes des faubourgs, qui, au terme d'une marche de six kilomètres, fusionnent avec un convoi de suffragettes réclamant le droit de vote dans une atmosphère de "jour de fête". Le lendemain, 24 février, des masses d'ouvriers en grève chantant "la Marseillaise" envahissent le centre-ville en passant sur la Neva gelée. C'est le début d'une insurrection populaire qui prend de court tous les militants révolutionnaires russes et qui, en quelques jours, la garnison de la capitale se joignant aux insurgés, fait tomber la dynastie tricentenaire des Romanov. Le 2 mars 1917, à la demande de son état-major, Nicolas II abdique en faveur de son frère Michel, qui refuse le trône. Avec à sa tête le prince Gueorgui Lvov et le très populaire député socialiste Alexandre Kerenski, un gouvernement provisoire est chargé de gérer, en concertation avec le Soviet de Petrograd, les incertitudes d'une révolution qui se répand comme une traînée de poudre et la guerre qui se poursuit contre l'Allemagne. À Zurich, Vladimir Ilitch Oulianov, alias Lénine, le dirigeant exilé des Bolcheviks, un groupuscule marginal au sein du Parti ouvrier social-démocrate, ne prend pas la mesure de ce qui se passe dans son pays…
Déchaînement
Des prémices de la révolution de février à l'insurrection d'octobre, décidée et menée avec succès par un Lénine qui, à rebours de sa légende, a longtemps été ballotté, comme tout le monde, par la puissance des événements, Cédric Tourbe, avec l'historien Marc Ferro et le politologue Michel Dobry, restitue pas à pas l'extraordinaire enchaînement des faits, ou plutôt leur déchaînement. Remarquablement limpide, leur récit commente de formidables archives, qui permettent au sens propre de voir vivre la Russie de 1917 et advenir la révolution. Porté également par les voix de deux témoins éloquents, le socialiste révolutionnaire Nicolas Soukhanov et la journaliste française Marilye Markovitch, le film montre ainsi en détail comment Lénine parvient in extremis à remporter la mise. Il réussit aussi à faire partager l'énergie bouillonnante, euphorique, explosive, de ce moment où le peuple le plus nombreux et le plus opprimé du monde occidental ne remet pas seulement en cause l'autocratie, mais toute forme d'autorité.

Documentaire de Cédric Tourbe (France, 2015, 1h35mn) ARTE

14:46 Publié dans Histoire | Tags : lenine | Lien permanent

16/04/2017

Ni Dieu ni maitre - Une histoire de l'anarchisme (2/2) - ARTE

Du manifeste fondateur de Proudhon (1840) à la chute de Barcelone (1939), cette fresque documentaire fait revivre la richesse foisonnante d'un mouvement multiforme, montrant combien l'anarchisme continue d'irriguer tout le champ des luttes sociales et politiques. Second volet : La mémoire des vaincus (1911-1945).

Pourquoi l'anarchisme est-il perçu aujourd'hui comme marginal ? Comment expliquer que, alors que ses combats et ses mots d'ordre libertaires et égalitaires ont largement contribué à écrire l'histoire des luttes sociales et des révolutions, et qu'ils résonnent aujourd'hui avec une force nouvelle, leurs origines aient été à ce point oubliées ? Cette passionnante fresque documentaire, qui retrace pour la première fois les débats et les événements clés de l'histoire de l'anarchisme sur un siècle, de 1840 à la Seconde Guerre mondiale, explicite en partie le paradoxe. D'une part, les pouvoirs que les anarchistes ont toujours défiés, parfois la bombe à la main, sont largement parvenus, par la répression et la propagande, à museler ou discréditer leur pensée. D'autre part, la diversité étonnante d'un mouvement d'envergure mondiale, mais qui a refusé avec constance tout embrigadement derrière un chef ou une doctrine, a contribué à occulter, dans la mémoire collective, son rôle pionnier dans les conquêtes sociales et sociétales, de la journée de huit heures à l'émancipation des femmes. De Paris à Chicago, de Tokyo à Mexico, de Saint-Pétersbourg à Barcelone, Tancrède Ramonet redonne vie à cette richesse foisonnante, à travers l'évocation de ses principales figures, le récit d'une dizaine de spécialistes et à de très belles archives, notamment photographiques.
2. La mémoire des vaincus (1911-1945)
Au sortir de la Première Guerre mondiale, dans une Europe exsangue, l'anarchisme semble avoir perdu l'essentiel de son influence. Mais les révolutions mexicaine (1910), puis russe (février 1917), ont vu appliquer ses mots d'ordre à une échelle jusque-là inédite, même si l'échec de la première, et la prise du pouvoir par les bolcheviks à Saint-Pétersbourg, ont rejeté à nouveau parmi  des vaincus des milliers de ses militants. Dans cet entre-deux guerres où, très vite, les totalitarismes fascistes et soviétique se font face, il l'anarchisme reste fort en Amérique. En 1927, l'exécution des deux militants Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti suscite une immense réprobation des deux côtés de l'Atlantique. Puis, au printemps 1936, l'élection en Espagne d'un gouvernement de Front populaire va permettre aux anarchistes d'écrire, notamment en Catalogne, l'une des pages les plus marquantes de leur histoire, avant d'être écrasés dans la tourmente de la guerre civile.

Documentaire de Tancrède Ramonet (France, 2012, 1h12mn) ARTE

14:43 Publié dans Histoire | Tags : anarchisme | Lien permanent

02/04/2017

La Vie des Idées - Les oubliés du roman national À propos de : Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, La Découverte

L’histoire populaire de la France que conte Michelle Zancarini-Fournel est celle de figures individuelles et de combats politiques souvent occultés. Comblant nos « failles mémorielles », elle suggère aussi une autre narrativité.

Recensé : Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, La Découverte, 2016, 1008 p., 28 €.

H. Zinn, l’auteur d’Une histoire populaire des États-Unis d’Amérique, considérait l’écriture de l’histoire comme un moyen d’éveiller les consciences et de susciter l’action. Il fixait pour ce faire à l’histoire populaire, qu’il appelle aussi « radicale », cinq objectifs politiques majeurs : aiguiser notre sensibilité au destin des victimes ; dénoncer les prétentions des gouvernements à la neutralité ou à la bienfaisance, et l’idéologie qui brouille notre lucidité ; préserver de l’oubli les moments qui ont montré la possibilité d’une vie meilleure, mais aussi les trahisons des leaders révolutionnaires. Ces objectifs, H. Zinn entendait les atteindre en redonnant, à côté de l’histoire officielle écrite par les dominants, une voix aux oubliés.

Lire la suite
______________________
______________________

20:45 Publié dans Histoire | Tags : zancarini-fournel | Lien permanent

15/02/2017

L'Obs - De Jaurès à Valls et Hamon : un siècle de controverses socialistes

PASSÉ-PRÉSENT. Rassurons l'électeur de gauche, après la primaire : cette famille politique a toujours été minée par les divisions et les incertitudes doctrinales.

Un cycle se termine", a dit Manuel Valls le soir de sa défaite à la primaire de la gauche – c’est-à-dire, ont expliqué les commentateurs, le cycle commencé en 1971 au congrès d’Epinay. Cette fin de période se transformera-t-elle en fin tout court pour une formation que l’on dit en panne idéologique, et menacée par un schisme entre gauche de gouvernement et gauche de proposition ?

Lire la suite
_______________________
_______________________

09/02/2017

France Inter, La marche de l'histoire - La gauche divisée en quatre : la présidentielle de 1969

1969 : bousculé par les mouvements de mai, le général De Gaulle est battu lors du référendum qu'il avait lui-même proposé. A gauche, plusieurs candidats sont prêts à lui succéder.

Nous sommes encore dans l’ombre portée de mai 68. Le général de Gaulle a été bousculé par le mouvement de la jeunesse, et par l’immense grève qui l’a accompagné. Puis moins d’un an après, voilà qu’il est battu, par 52% des suffrages, au referendum qu’il avait proposé. Il démissionne, et s’inscrit alors dans les étranges lucarnes le visage bonhomme et néanmoins inquiet du président du Sénat qui va assurer l’interim.

Lire et écouter la suite
______________________
______________________

22:23 Publié dans Histoire | Tags : jean lebrun | Lien permanent

04/12/2016

Télérama - “La République n’est pas une forme politique épuisée”, Olivier Christin, directeur du CEDRE

Sujette à nombreux malentendus, elle voit parfois ses idéaux galvaudés ou détournés… La République et ses valeurs seraient-elles en danger ? Olivier Christin, historien et directeur du tout nouveau Centre européen des études républicaines, nous rappelle les enjeux contemporains du républicanisme.

Hier, les quatre millions de votants au premier tour de la primaire du parti Les Républicains ont bel et bien signé : « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre ». Mais au-delà de l'appartenance partisane, les valeurs républicaines ne devraient-elles pas être les mêmes pour tous les citoyens ? Une question politique parmi d'autres qui résonne fortement alors qu'est lancé cette semaine le CEDRE, le Centre européen des études républicaines, issu d'un rapport remis à Francois Hollande : « La République, c'est un mouvement, c'est une construction, c'est une passion. Une passion généreuse. Une passion rationnelle. Une passion rassembleuse. Avec toujours le refus radical de la fatalité », dixit le Président…

Lire la suite
____________________
____________________

20:40 Publié dans Histoire | Tags : christin, republique | Lien permanent

13/11/2016

La Vie des Idées - Le maquis du Vercors et les raisons d’État À propos de : Paddy Ashdown (avec la collaboration de Sylvie Young), La Bataille du Vercors. Une amère victoire, Gallimard

Les résistants du maquis du Vercors, selon Paddy Ashdown, ont été sacrifiés sur l’autel d’une stratégie nationale et internationale qui leur échappait totalement. L’ancien officier de marine s’interroge aussi sur l’opposition entre une armée de métier protégeant l’ordre établi et une défense nationale composée de volontaires en armes.

Recensé : Paddy Ashdown (avec la collaboration de Sylvie Young), La Bataille du Vercors. Une amère victoire, traduit de l’anglais par Rachel Bouyssou, Paris, Gallimard, 2016, 490 p., 27,5 €.

Cela mérite d’être souligné en ces temps où la révision malveillante sert si souvent de marchepied à la négation, Paddy Ashdown ne communie pas dans La Bataille du Vercors avec les tenants de la nouvelle doxa consistant à minorer, sinon à ridiculiser, la Résistance intérieure française [1]. Il se montre également sans concession pour les principaux responsables de la tragédie qui officient alors à Londres, Alger ou Washington. Dans une perspective globale, une ample documentation est mobilisée : archives publiques françaises, témoignages, sans oublier les travaux universitaires les mieux documentés (la dette envers Gilles Vergnon est justement reconnue [2]).

Lire la suite
___________________
___________________

20:40 Publié dans Histoire | Tags : vie des idees | Lien permanent

11/11/2016

La Vie des Idées - Les envoyés de Staline À propos de : Brigitte Studer, The Transnational World of Cominternians, Palgrave Macmillan

Que fut l’Internationale Communiste ? Pas une conspiration pour exporter la Révolution par tous les moyens, montre Brigitte Studer à partir de nouvelles archives. En remettant au premier plan les trajectoires de hommes qui l’incarnèrent, l’histoire qu’elle en propose éclaire certains aspects du stalinisme.

Recensé : Brigitte Studer, The Transnational World of Cominternians, Palgrave Macmillan, 2015, 227 p.

Voici un petit ouvrage, particulièrement dense, sur les Kominterniens, ces communistes de tout pays, acteurs de l’Internationale Communiste (IC), ou Komintern, fondée à l’appel de Lénine en 1919 et dissoute par Staline en 1943. Brigitte Studer évalue leur nombre total à près de 10 000, qui sont soit à Moscou, dans l’appareil, soit en mission à l’étranger. Sur un sujet longtemps maltraité (au double sens du terme), l’ouvrage devrait devenir une référence pour toux ceux qu’intéresse l’énigme du communisme au XXe siècle.

Lire la suite
___________________
___________________

20:40 Publié dans Histoire | Tags : la vie des idees | Lien permanent

15/10/2016

Le Monde - Six moments-clés du quinquennat vus des coulisses de l’Elysée

Gérard Davet et Fabrice Lhomme, journalistes au Monde, ont réalisé soixante entretiens avec le chef d’Etat français, du 3 avril 2012 – avant son élection – au 25 juillet 2016. Chaque rencontre s’est déroulée selon un protocole strict, avec des conditions acceptées dès le départ par le président : ses conseillers ne seraient pas présents, tous les entretiens seraient enregistrés et aucun propos ne serait relu ni modifié avant publication. Le Monde a choisi six moments forts du quinquennat, appuyé à chaque fois sur un document. Un livre, Un président ne devrait pas dire ça…, est publié le 12 octobre chez Stock.
 
Lire la suite
___________________
___________________

09:30 Publié dans Histoire | Tags : davet, lhomme, hollande | Lien permanent