Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2019

Le Parisien - Européennes : furieux, des élus socialistes suspendent leur cotisation

Samedi, le parti à la rose a désigné l’essayiste Raphaël Glucksmann, qui n’est pas au PS, pour diriger sa liste. Une décision que beaucoup ne digèrent pas.

Samedi, le conseil national du PS a voté massivement (128 pour, 5 contre) pour que le philosophe Raphaël Glucksmann, cofondateur de Place Publique, conduise la liste « socialiste » aux Européennes. Et pourtant, Olivier Faure, le Premier secrétaire du PS, à l’initiative de cette opération inédite, doit s’attendre à des lendemains difficiles. Selon nos informations, de nombreux socialistes, notamment des sénateurs, s’apprêtent à faire la grève de leurs cotisations au parti. Tout au moins jusqu’au 26 mai, date du scrutin en France.

Lire la suite
__________________
__________________

Alternatives Economiques - Podcast : Pourquoi la panne de croissance de l’Allemagne va durer

La chronique éco de Marc Chevallier, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques, est à retrouver tous les mardis dans la matinale du 5-7 de France Inter, à 6 h 45. Vous pouvez écouter celle du 12 mars ci-dessous.

L’Allemagne a révisé ses prévisions de croissance à la baisse. Le moteur économique de la zone euro est en train de caler ?

Ecouter la suite
___________________
___________________

20:50 Publié dans Audio | Tags : alternatives economiques | Lien permanent

Le Vent se lève - « Le néolibéralisme est imbibé de catégories darwiniennes » – Entretien avec Barbara Stiegler

Évoluer dans un monde qui change, s’adapter à un environnement qui est en mutation permanente… d’où viennent ces métaphores biologiques qui imprègnent le discours dominant ? Barbara Stiegler, professeure de philosophie à l’université de Bordeaux-Montaigne, tente de répondre à cette énigme dans son dernier livre publié aux éditions Gallimard, Il faut s’adapter ! Elle s’intéresse aux controverses qui parcouraient la pensée libérale dans les années 1930, à l’époque où l’on débattait de l’héritage de Darwin dans les sciences sociales. Aux origines du néolibéralisme contemporain, on trouve un penseur dont l’influence a été considérable sur le siècle passé : Walter Lippmann. Entretien réalisé par Wonja Ebobisse et Vincent Ortiz, retranscrit par Hélène Pinet.

Lire la suite
________________
________________

17:30 Publié dans Analyses | Tags : barbara stiegler | Lien permanent

Paul Jorion - Raphaël Glucksmann : "Si tu le bâtis, ils viendront !"

11:50 Publié dans Vidéo | Tags : jorion, glucksmann, europeennes | Lien permanent

Observatoire des inégalités - Comment l’élitisme social est maquillé en élitisme républicain

L’élitisme du système scolaire français favorise les enfants de diplômés. Leurs parents, de droite comme de gauche, défendent une école qui fonctionne à leur profit. Le point de vue de Jean-Paul Delahaye, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire.

Notre école fonctionne plutôt bien pour 70 à 75 % des élèves. La moitié des élèves âgés de 15 ans comptent même parmi les meilleurs élèves du monde selon les évaluations internationales Pisa [1] de l’OCDE. Il faut s’en réjouir. Mais il faut dans le même temps observer le grand écart qui existe entre les résultats de ceux qui réussissent, le plus souvent issus des classes moyennes et favorisées, et les difficultés lourdes rencontrées aux mêmes évaluations par le quart des jeunes de la même génération, issus pour la plupart des milieux populaires. On le sait, la France est l’un des pays où l’origine sociale pèse le plus sur les destins scolaires. Notre élitisme est tout sauf républicain, il est essentiellement un élitisme social qui ne veut pas dire son nom. Cette injustice sociale qui est à l’œuvre au sein de l’éducation nationale ne date pas d’aujourd’hui. Notre système éducatif n’a jamais vraiment été programmé pour faire réussir tous les élèves. L’échec scolaire massif des enfants des milieux populaires n’est pas un accident, il est inhérent au système éducatif français qui a été conçu pour trier et pour sélectionner les meilleurs, ce qu’il fait très bien.

Lire la suite
________________
________________

08:41 Publié dans Tribune | Tags : observatoire des inégalités | Lien permanent