Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2018

OFCE - Après la déclaration de Meseberg…

par Catherine Mathieu et Henri Sterdyniak

Rien n’est facile en Europe. S’il y a un certain consensus sur la nécessité d’améliorer le fonctionnement de l’UE, les projets diffèrent entre la Commission européenne, les États membres et à l’intérieur même des pays de l’UE. Sur la base du rapport des Cinq présidents de juin 2015 : Compléter l’Union économique et monétaire, la Commission propose de nouvelles avancées pour la zone euro, comme finaliser l’Union bancaire, développer l’Union des marchés de capitaux, créer de nouveaux instruments pour inciter les États membres à entreprendre des réformes structurelles ; créer une capacité de stabilisation budgétaire à l’échelle de la zone euro.

Si le projet de rénovation de l’Europe, basé sur l’impulsion du couple franco-allemand, présenté par Emmanuel Macron, en particulier dans son discours de la Sorbonne du 21 septembre 2017, a été reçu avec un grand intérêt, de grandes réserves sont aussi apparues. Beaucoup d’États membres réclament que les 27 soient traités sur un pied d’égalité ; ils rejettent tout projet accentuant les disparités entre les pays de la zone euro et les autres et tout projet créant un « groupe de rénovation » à l’intérieur même de la zone euro. L’approfondissement de l’Union économique et monétaire doit se limiter à ce « qui est nécessaire » et non s’étendre à « ce qui serait agréable d’avoir »[1]. Par ailleurs, beaucoup d’économistes ou personnalités politiques allemands, refusent toute une Europe des transferts, qui organiserait des transferts permanents, sans un montant limité voté par le Parlement allemand et sans une stricte conditionnalité.

Lire la suite
____________________
____________________

15:30 Publié dans Analyses | Tags : meseberg, macron, merkel, ofce | Lien permanent

21/05/2017

Le Monde - Le FMI enjoint à Berlin de dépenser plus d’argent

L’institution juge les excédents allemands trop élevés. Pour y remédier, elle demande au pays de baisser les impôts et d’accélérer ses investissements.

Abaisser les impôts et dynamiser les investissements. C’est ce qu’a expressément demandé le Fonds monétaire international (FMI) à Berlin, lundi 15 mai, s’en prenant de nouveau aux excédents allemands, jugés trop élevés.

Lire la suite
_________________
_________________

20:45 Publié dans Article du jour | Tags : fmi, merkel, macron | Lien permanent

28/03/2017

Le Monde - A Berlin, Benoît Hamon rencontre Angela Merkel et reçoit le soutien de Martin Schulz

A l’issue de sa rencontre avec la chancelière allemande, le candidat socialiste a souligné les convergences politiques avec la dirigeante conservatrice.

Comme François Fillon et Emmanuel Macron avant lui, Benoît Hamon a rencontré Angela Merkel, mardi 28 mars, à Berlin. A l’issue de la rencontre avec la chancelière allemande, le candidat socialiste à la présidentielle a souligné les convergences avec la dirigeante conservatrice concernant la politique de défense et la transition énergétique.
 
Lire la suite
______________________
______________________

16/09/2015

Hidalgo sur Merkel: "Elle a donné une impulsion sur la question de l’accueil des réfugiés"] Hidalgo sur Merkel: "Elle a donné une impulsion sur la question de l’accueil des réfugiés"


Hidalgo sur Merkel: "Elle a donné une impulsion... par BFMTV