Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2016

Atelier "L'avenir du Travail" - 1ère partie

Lors des journées d'été de la motion B "à gauche pour gagner !" à La Rochelle, il était proposé plusieurs ateliers le samedi 10 septembre 2016 après-midi.
Cette vidéo est la première partie de l'atelier "L'avenir du travail", où débattaient Etienne Colin - avocat en droit social -, Fanélie Carrey-Comte - députée socialiste de Paris -, Anthony Gratacos - chef d'entreprise -, et Emmanuel Dockès - professeur de droit du travail.


Atelier "L'avenir du Travail" - 1ère partie par agauchepourgagner

Intervention d'Arnaud Montebourg à La Rochelle le 11 septembre 2016


Intervention d'Arnaud Montebourg à La Rochelle... par agauchepourgagner

17/09/2016

Intervention de Gérard Filoche aux Journées d'été AGPG à La Rochelle le dimanche 11 septembre 2016


Intervention de Gérard Filoche aux Journées d... par agauchepourgagner

Intervention de Marie-Noëlle Lienemann aux Journée d'été AGPG à La Rochelle


Intervention de Marie-Noëlle Lienemann aux... par agauchepourgagner

Intervention de Christian Paul aux Journées d'été AGPG de La Rochelle le 11 septembre 2016


Intervention de Christian Paul aux Journées d... par agauchepourgagner

16/09/2016

Intervention de Benoît Hamon aux Journées d'été d'AGPG à La Rochelle le 11 septembre 2016


Intervention de Benoît Hamon aux Journées d'été... par agauchepourgagner

26/03/2016

A Gauche pour gagner : L'avenir du travail

A Gauche, pour Gagner ! - L'Avenir du Travail
 
 
Désarmer le droit du travail n’a rien de moderne, au contraire. Nous y voyons plutôt un fatalisme déjà dépassé, sans principes, ni ambition face au chômage de masse que la crise de 2008 et les politiques macroéconomiques étouffant la reprise ont propulsé à plus de 10%.

La démarche imposée par la loi « Travail » n’a rien de celles que doit revendiquer la social-démocratie. Elle n’a pas construit le compromis social de grande ampleur dont notre pays a tant besoin. Influencée par les lobbys patronaux, elle se contente d’un accord à la sauvette avec une part seulement des partenaires sociaux.

Elle s’est même évadée des règles élémentaires de la démocratie sociale que le Président de la République avait désignée comme l’une des marques de ce quinquennat. Le cheminement unanimement décrié de ce projet de loi en fait une réforme unilatérale, sans concertation préalable sérieuse sur les points durs, ni négociation à aucune des principales étapes. La brutalité sous-jacente et la menace toujours présente de l’usage de l’article 49-3 sont inacceptables pour le Parlement et le Parti socialiste. Là comme ailleurs, la forme en dit beaucoup sur le fond.

Nous avons souhaité aller beaucoup plus loin que la simple critique. Elle est aisée, à la veille du conseil des ministres ! Les motifs sont nombreux, car ce texte est dangereux.

Nous proposons ici une autre réforme. Ambitieuse pour tous, pour les salariés comme pour les entreprises. Nous n’ignorons pas les attentes des entreprises en matière de formation professionnelle, de meilleure lisibilité du code du travail. Mais l’esprit de réforme, ce n’est pas de céder aux discours des puissants, mais plutôt de construire ensemble les protections adaptées aux formes nouvelles de l’économie.

« Le problème n’est pas tant de réformer un code que de restaurer la confiance dans le projet de société pour lequel les réformes sont engagées » (Daniel Cohen)

Document à télécharger ici

20/12/2015

Communiqué AGPG : « Alliance populaire : attention au risque de dépolitisation, de confusion et d'illusion »

Il aurait été préférable qu'au lendemain des élections régionales, les énergies se concentrent sur la recherche de politiques nouvelles pour lutter contre le chômage de masse, redonner confiance aux classes populaires et à la jeunesse, remailler avec un Plan République des territoires urbains et ruraux en sécession. C'est ainsi que nous devrons endiguer la nouvelle avancée du Front national et éviter l'irréparable. Nous ferons très prochainement des propositions.

Mais dès cette semaine, il est plutôt question de nouvelles alliances.
La tentation de coalition entre la droite et la gauche n'est pas née le 13 décembre ; elle connaît néanmoins une étonnante actualité. Nous la croyons dangereuse. Non pas qu'il soit impossible de trouver des points d'accord sur des sujets opérationnels, nous le faisons dans nos collectivités quand l'intérêt général l'exige. Mais chacun mesure le risque de dépolitisation, de confusion et d'illusion que cela implique. Au fond, seuls l'affaiblissement de la gauche et l'affadissement de son projet semblent donner corps à cette hypothèse.

L'initiative unilatérale et sans concertation du Premier Secrétaire interpelle. Sans débat préalable au Bureau National il tente d'engager notre Parti en oubliant que l'union ne se décrète pas et qu'un nouveau compromis politique à Gauche serait d'abord nécessaire. Sa première responsabilité devrait pourtant être d'ouvrir un dialogue constructif, dans un premier temps dans le Parti et ensuite dans notre camp, la Gauche. Sa seconde responsabilité devrait également être de faire respecter les positions du Parti ce qui n'a pas toujours été le cas sur le budget, sur la loi Macron, sur le droit du travail ou sur la déchéance de nationalité.

Nous pensons, pour notre part, qu'il est plus que temps de renouer avec la « Grande Gauche », celle de la victoire de 2012 ou des municipales de Paris – et de nombreuses communes. Pour cela, il est essentiel de s'inscrire dans le fil des engagements de la présidentielle. Nous continuerons de démontrer que cette direction n'est pas vaine.


D'ores-et-déjà, ce terrain est investi, par exemple, par Gauche Avenir et par le Mouvement commun, qui ont résolument pris le parti de s'adresser aux citoyens sans pour autant mépriser les partis politiques de toute la gauche.

Au fond, depuis 2002, et encore ces derniers mois, nous rêvons tous d'un nouveau Parti socialiste. Est-ce le même ? Ce sera l'une des questions brûlantes de 2016.

Car l'on éprouvera durant cette année notre capacité d'être ensemble au sein du PS, de voir émerger un seul candidat à l'élection présidentielle, de ne pas renoncer aux primaires. Et surtout, notre volonté de trouver le bon agenda politique.


En attendant, l'initiative du Premier secrétaire pose plus de questions qu'elle n'en résout. Sur son opportunité immédiatement après les élections régionales qui appelaient une tout autre ambition pour le pays. Sur les orientation et les partenaires, pour ne pas diluer ce que nous sommes dans un rassemblement sans colonne vertébrale.

Nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d'année en attendant de nous retrouver dès la rentrée.

17/10/2015

Emmanuel Maurel: «La division de la gauche, naît de la déception»


Emmanuel Maurel: «La division de la gauche... par rfi

16/07/2015

Communiqué de presse de A Gauche pour Gagner – Suite au vote du Parlement

Le 15 juillet, 2015

Mais nous savons qu’exiger de la Grèce un tel prix pour rester dans l’Euro change radicalement le contenu du projet européen : mise sous tutelle d’un parlement souverain par des instances non élues, maintien de la peine d’endettement perpétuel sans qu’une perspective de restructuration de la dette ne soit sérieusement envisagée …  

Ces derniers jours, c’est un camp qui a voulu en vaincre un autre sur le terrain essentiel de la démocratie et du respect dû à chaque peuple. La brutalité des créanciers restera longtemps dans les mémoires…

Nous sommes solidaires de la démarche politique engagée par le gouvernement grec, et nous avons bien conscience que nous ne pouvons nous substituer aux Grecs eux-mêmes.

Nous savons aussi que la « feuille de route » imposée à Alexis Tzipras, en dépit de ses propositions et de sa démarche de réhabilitation de l’Etat, contient un ultimatum commandé par l’Eurogroupe aux grecs, et qu’il est faux de nommer accord. Le premier ministre grec lui-même d’ailleurs le qualifie de mauvais, reflète un rapport de force très inégal et de soutiens insuffisants, ces derniers jours ayant montré à la face du monde combien la France manquait d’appuis dans les discussions en cours.

Nous ne saurions entraver le courage des grecs et de son gouvernement et donc ne rejetterons pas ce qu’il a lui-même accepté, même contraint.

Mais nous ne saurions valider une pédagogie de la force, anti-démocratique et anti-européenne. Nous ne pouvons entériner le fait que le projet européen se résumerait désormais à l’équation suivante : sortir de l’euro ou accepter des logiques d’austérité économique et de violation démocratique qui sont, on le sait, en réalité mortifères pour l’Europe.

Si les positions au sein de l’Union européenne n’ont pas rendu possible aujourd’hui une autre issue pour la Grèce, il nous faut œuvrer à ce que d’autres chemins puissent se dessiner demain pour qu’à l’avenir, les positions défendues ces derniers jours par la France trouvent d’autres appuis.

C’est le sens de notre vote aujourd’hui sur l' »accord », que nous l’ayons approuvé ou non : signifier que les conditions imposées par l’Eurogroupe n’entraînent pas la fin de la tentative démocratique portée par Alexis Tzipras, mais bien le commencement d’un autre rapport de force européen ; constituer un utile relais à toutes celles et ceux qui, dans de nombreux pays, au-delà de l’Espagne et de la Grèce, aspirent à une autre perspective.

Enfin, à travers l’accord sur la Grèce, c’est clairement la question de la réorientation européenne qui est aujourd’hui posée. Si les peuples n’ont pas d’autres perpectives que des politiques punitives, nous devons nous reposer la question du sens et des objectifs de l’engagement européen. Une remise à plat est indispensable. C’’est elle qu’il faut exiger désormais.

Que reste-t-il de notre ambition d’une Europe démocratique, sociale et indépendante ?

Notre Europe n’est pas celle que nous voyons voir venir demander l’impossible remboursement d’une dette qui étouffe, après des années passées à sacrifier les emplois et l’industrie. 

Notre Europe n’est pas celle des égoïsmes intransigeants de quelques-uns. Notre Europe n’est pas celle qui favorise la montée du Front National en France ou de l’Aube dorée en Grèce, par la poursuite d’une politique d’austérité absurde.

Le Président de la République a esquissé une piste : celle de la consolidation et de la démocratisation de la gouvernance de la zone euro. Nous sommes disponibles, toujours constructifs, pour contribuer à cette réorientation. Elle signifie un nouveau modèle de développement économique, une ambition écologique véritable et la reformulation de son projet politique aujourd’hui vampirisé par des dogmes et des traités injustes, hors de réel cadre démocratique.

C’est vers cet avenir pour l’Europe que nous devons aujourd’hui nous tourner.