Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2015

Départementales : Christophe Borgel appelle à l'unité de la gauche pour le second tour


Départementales : Christophe Borgel appelle à l... by publicsenat

17:23 Publié dans Vidéo | Tags : borgel, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

23/03/2015

Conférence de presse Christophe Borgel du 23 mars 2015


Conférence de presse Christophe Borgel du 23... by PartiSocialiste

21:00 Publié dans Vidéo | Tags : borgel, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

31/05/2014

L'actualité des socialistes du 26 mai au 1er juin (mise à jour)

A la une

Pour soutenir l'appel des 100.... la page Facebook

Page officielle de l'Appel des 100. Parlementaires et responsables socialistes, engagés pour une politique de gauche juste et efficace.

Laurent Baumel : « Sommes-nous morts pour rien? ou pourquoi les députés socialistes se mobilisent »

Le 30 mars 2014, le socialisme municipal s’est effondré en France dans des proportions inattendues et colossales qu’on peine encore à mesurer. L’attention s’est portée sur l’implacable statistique des «155 villes » de plus de 9 000 habitants tombées dans l’escarcelle de la droite et ses conséquences en chaîne sur la direction des grandes communautés urbaines du pays.

Pouria Amirshahi – « Frondeurs » : qui sommes-nous, que voulons-nous ?

ENTRETIEN À POLITIS
Pouria Amirshahi est l’un des « frondeurs » qui n’ont pas voté le pacte de stabilité défendu par Manuel Valls. Il explique sa démarche. Ils ont été 41 députés socialistes à s’abstenir, le 29 avril à l’Assemblée. Un désaveu pour le nouveau Premier ministre et pour François Hollande. Simple avertissement ou amorce d’une contestation durable ? Pouria Amirshahi penche pour la seconde hypothèse.

29, 30, 31 mai et 1er juin

Libé - Duflot et Royal réunies autour de Raoni

Le chef amazonien est l'invité mardi d'une conférence sur le climat organisée par Claude Bartolone à l'Assemblée.

Le Monde - Hollande chez les Bleus, un président en quête d'une France qui gagne

Quoi de mieux qu'une visite présidentielle aux Bleus, en cette période post-déroute électorale et pré-Coupe du monde, pour tenter de se requinquer ? Sans doute faut-il y voir les effets du 4 à 0 sans bavure infligé à la Norvège, mardi soir en match amical, conjugués à ceux des 13,98 % recueillis pas le PS aux européennes, mais force est de constater que François Hollande, ces jours-ci, manifeste un intérêt renouvelé pour la France qui gagne : celle du football.

Le Figaro - François Hollande élude la question de sa candidature en 2017

Le président aurait confié à des proches rester «froid» et «indifférent» face au sondage selon lequel seuls 3% des Français le préféreraient comme candidat socialiste à sa propre succession en 2017.

LCP - "Colère" de Cambadélis contre la presse et "une partie" de la classe politique

La presse et "une partie" de la classe politique sont "irresponsables" en ces temps de "crise politique majeure", a accusé mercredi le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, interrogé sur la désaffection des Français à l'égard de François Hollande.

Le Monde - Hollande et Valls ne fléchissent pas face aux députés PS frondeurs

François Hollande a répondu depuis Bruxelles, mardi 27 mai, aux élus socialistes de l'Assemblée réclamant une inflexion à gauche après la débâcle de la majorité aux Européennes. Plus tôt dans la journée, une partie d'entre eux avaient également eu une discussion avec le premier ministre Manuel Valls, venu s'exprimer devant le groupe de l'Assemblée.

Huffington Post, Laurent Baumel - La gauche sait-elle tirer les leçons de son Histoire?

"Peuples et gouvernements n'ont jamais rien appris de l'Histoire" a écrit Hegel. S'il n'est pas toujours aisé, en effet, de tirer des leçons réelles du passé, chaque génération devrait au moins être capable de tirer les leçons de sa propre histoire.

Alors la gauche au pouvoir vient de subir une nouvelle défaite cuisante, on peut se demander si ce n'est pas précisément cette capacité-là qui lui manque.

Paul Alliès - RompreLe résultat des élections européennes mais surtout les réactions de François Hollande et Manuel Valls qui les ont suivies amènent à une conclusion: l'exécutif n'entend plus rien et n'est plus à même de reconstruire une quelconque histoire de la gauche d'ici 2017. Il faut donc rompre avec une politique comme avec un système politique qui peuvent nous conduire à un "désastre obscur".

28 mai

Le Parisien - Devant Valls, des députés de la majorité évoquent «un problème Hollande»

Rien ne va plus au . Les députés socialistes ont accusé fortement le coup mardi du choc des européennes  et l'ont fait savoir au Premier ministre Manuel Valls qui les rencontrait ce matin à l'.

Le Monde - Qui est responsable de la montée du FN ?

La première place du Front national aux élections européennes du 25 mai marque une rupture dans la vie politique française. Quelles sont les responsabilités des partis traditionnels dans cette déroute ? Après l'avoir diabolisé dans les années 1980, les médias n'ont-ils pas contribué à banaliser le FN des années 2010 ? L'UMP survivra-t-elle à cette percée frontiste ? Comment le PS peut-il encore éviter la perspective d'un 21 avril 2017 ? Comment réduire la fracture entre les perdants et les gagnants de la mondialisation ?

Le Monde - Rythmes scolaires : le décret Hamon a-t-il ouvert la boîte de Pandore?

Certaines ne cachent pas leur enthousiasme, d'autres se perdent dans les justifications. Dans les villes candidates à un « assouplissement » de la réforme des rythmes scolaires, comme le permet pour trois ans de « décret Hamon », le soulagement se fait entendre, même si l'embarras demeure.

Public Sénat - Les députés socialistes accusent le choc des européennes

Les députés socialistes ont accusé fortement le coup mardi du choc des européennes avec un FN en tête, exprimant leurs inquiétudes aiguës devant Manuel...

Les députés socialistes ont accusé fortement le coup mardi du choc des européennes avec un FN en tête, exprimant leurs inquiétudes aiguës devant Manuel Valls et allant, pour l'un d'eux, jusqu'à évoquer un "problème" François Hollande.

Le Nouvel Obs, Renaud Dély - Hollande n'a plus aucune chance pour 2017. Qui pourra sauver la gauche ?

Le chef de l’Etat ne sera pas en mesure de se représenter en 2017. La gauche doit se mettre en quête du candidat qui pourra résister à la menace Le Pen.

27 mai

Libé - François Hollande : «L’Europe, elle est devenue illisible, j’en suis conscient»

VERBATIM Le Président s'est exprimé ce lundi soir lors d'une brève allocution télévisée.

Libé - Européennes : Hollande admet la claque, mais garde le cap

Le Président s'est exprimé lundi soir, au lendemain des élections européennes qui ont vu la victoire du FN. Sa «ligne de conduite» ne déviera pas.

Le blog de Françoise Fressoz - Le président sans cartouche 

En l'écoutant  lundi 26 mai faire sa déclaration aux Français dans le cadre du journal de 20 heures, on comprenait pourquoi toute la journée le président de la République avait hésité à parler.

Que pouvait-il annoncer à son peuple qui, dans la foulée des élections municipales, venait de lui infliger une nouvelle gifle électorale ? Rien et c’est tout le problème.

Les Echos - PS : les « hollandais » sonnés, les frondeurs à l'offensive

Les députés PS sont de plus en plus nombreux à appeler le président à ralentir le rythme de réduction du déficit.

C'est un parlementaire proche de François Hollande qui avoue : « Je ne comprends pas ce qu'on fait. A ce train, on va arriver dans la même situation que Chirac en 1997, à devoir dissoudre » l'Assemblée. C'est un autre parlementaire, toujours un fidèle du chef de l'Etat, qui s'inquiète : « Le président peut bien prendre des initiatives, rien ne passera. Le vote FN devient normal pour certains. L'UMP ne va pas bien, mais, pour le moment, ce n'est pas elle qui est disqualifiée pour le second tour de la présidentielle. »

Le Monde - Européennes : pourquoi le 25 mai est plus grave que le 21 avril

Analyse. Mesurons l'ampleur du séisme politique des élections européennes en France : le 25 mai 2014 est bien plus grave que le 21 avril 2002. Pour trois raisons. D'abord parce que la victoire historique du FN dans un scrutin national ne provoque pas de réaction collective, comme si l'encéphalogramme démocratique restait désespérément plat, là où le 21 avril avait conduit une partie de la société française, notamment de sa jeunesse, à sortir dans la rue et la gauche à se battre pour permettre la victoire de Jacques Chirac contre Jean-Marie Le Pen.

Le Monde - Européennes : 5 enseignements du scrutin passés inaperçus

Après les réactions à chaud, les résultats détaillés des élections européennes fournis par le ministère de l'intérieur permettent de tirer de nouveaux enseignements sur le scrutin du 25 mai.

Le Point - Hollande-Valls : le commando fiscal

Au lendemain du séisme électoral, ils ont recours à la bonne vieille ficelle de la baisse des impôts. Au risque de se contredire et de se répéter.

Les Echos - Le doute s'accroît un peu plus au sommet de l'Etat sur la présidentielle de 2017

Après la déroute de dimanche, les soutiens de François Hollande s'interrogent sur ses chances de se succéder à lui-même.

Toulouse Info - Débâcle du PS aux européennes : Pour Christophe Borgel, « c’est tout d’abord une défaite de l’Europe »

Ce dimanche, le Parti Socialiste a fait le plus mauvais score aux élections européennes de son histoire et n'a pu que constater la vague bleue marine qui a déferlée dans le pays mais aussi en Midi-Pyrénées. Christophe Borgel, député de de Haute-Garonne et secrétaire national chargé des élections du Parti Socialiste, revient sur cet échec électoral et sur l'avenir du PS.

Les Echos - François Hollande ou le quinquennat bloqué

Sur le plan institutionnel, le scrutin européen ne change rien. François Hollande a été élu pour cinq ans et poursuit son mandat. Mais politiquement, la situation devient intenable, ou presque.

Les Echos - Européennes : le PS a été plus boudé par les salariés du privé que par ceux du public

Ce n’est pas le vote fonctionnaire qui a manqué aux socialistes lors des élections européennes mais celui des salariés du privé.

Direct Matin - Cambadélis (PS) : l'Europe doit "se concentrer sur l'essentiel"

Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS, a vu dans les résultats aux élections européennes un "message clair" qui est que "l'Europe doit de manière urgente se concentrer sur l'essentiel", l'emploi et la croissance verte.

26 mai

Le JDD - La triste victoire d’Edouard Martin

REPORTAGE - C’est avec la rage de voir le FN en pôle position en France comme dans sa circonscription aux élections européennes qu’Edouard Martin obtient son ticket pour Bruxelles. Récit d’une soirée triste et amère pour l’ancien leader syndicaliste de Florange.

Le Nouvel Obs - Européennes: Hollande veut limiter les dégâts au lendemain de la victoire du FN

Sévèrement désavoué dimanche lors des élections européennes qui ont vu le triomphe du Front national, François Hollande va tenter, dès lundi matin, de tirer avec Manuel Valls les leçons d'un choc électoral qui ébranle la France et l'Europe.

La Tribune - "Il faut de nouvelles baisses d'impôts" (Manuel Valls)

Le Premier ministre estime nécessaire de baisser la fiscalité. Il s'exprime au lendemain de la défaite électorale aux élections européennes pour la majorité.

France Info - Européennes : "Des leçons doivent être tirées" (Elysée)

Après le succès du FN et la déroute du PS dimanche soir, François Hollande réunira Manuel Valls et plusieurs ministres lundi à 08h30. "Des leçons doivent être tirées" de cet "événement majeur", a indiqué l'Elysée. Les européennes sont "un choc", "un séisme" a déclaré le Premier ministre qui a décrit un moment "très grave" pour l'Europe et la France.

Huffington Post - Résultats européennes 2014: le PS et l'exécutif sous le choc cherchent les solutions

Choc, séisme... Ce dimanche soir, dans la bouche des socialistes beaucoup de mots rappelaient ceux prononcés le 21 avril 2002 quand Lionel Jospin avait été éliminé du second tour de la présidentielle. A nouveau troisième d'une élection nationale, le PS subit une seconde déconvenue, deux mois après son camouflet des municipales.

13/10/2013

Christophe Borgel : La primaire socialiste à Marseille est "un enjeu national"


La primaire socialiste à Marseille est "un... par rtl-fr

12:44 Publié dans Vidéo | Tags : borgel, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

20/06/2013

Christophe Borgel défend la loi sur le non cumul des mandats


Christophe Borgel défend la loi sur le non... par GroupeSRC

10:00 Publié dans Vidéo | Tags : borgel, ps, parti socialiste, politique, actualite | Lien permanent

26/05/2013

L'actualité des socialistes du 20 au 26 mai (mise à jour)

A la une :

Le Monde (abonnés) - L'offensive discrète d'Arnaud Montebourg au sein du PS

Longtemps, Arnaud Montebourg a dit préférer le noble combat des idées aux viles manœuvres d'appareil. Il semblerait que ce ne soit plus tout à fait le cas. Le ministre du redressement productif a décidé d'organiser ses soutiens afin de peser davantage dans la famille socialiste et de ne plus apparaître comme une de ses figures, certes forte, mais isolée.

25 et 26 mai

Le Monde - Salaire des patrons : la promesse de Hollande qui a fait long feu

Le candidat Hollande s'était beaucoup engagé sur la limitation des rémunérations les plus élevées. Taxe à 75 % sur les plus hauts salaires, fin des stock-options, limitation des bonus, plafonnement des rémunérations des dirigeants des entreprises publiques et encadrement de celles des patrons d'entreprises privées : en période de crise économique et de défiance vis-à-vis des classes dirigeantes, le sujet était porteur.

Le Figaro - Transparence : le PS toujours rétif

L'affaire Cahuzac n'en finit pas de faire des vagues. Le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et sa majorité, au sujet de la publication des déclarations de patrimoine des élus. Un grand nombre de parlementaires de gauche refusent d'être «jetés en pâture» à l'opinion et redoutent les «effets pervers» de la publication intégrale de leur patrimoine, susceptible selon eux de «porter atteinte» à leur vie privée.

L'Express - Entre Hollande et l'aile gauche du PS, la rupture est-elle consommée après Leipzig?

Hommage aux réformes Schröder en Allemagne, renoncement à une loi sur les salaires des grands patrons: en moins de 24 heures, le gouvernement s'est mis à dos les représentants de l'aile gauche du PS, déjà très remontés. 

Les Echos - Rémunérations des patrons : Moscovici apporte des précisions

La décision du ministre de l’Economie de renoncer à légiférer pour limiter les salaires des dirigeants d’entreprise a été saluée par l’UMP, regrettée par une partie du PS et dénoncée par le PC et le FN.

Le Parisien - Bercy renonce à limiter les salaires des grands patrons

Le a finalement préférer l'«autorégulation exigente» à la loi. Régulièrement annoncé depuis l'élection de François Hollande, le projet de loi sur la rémunération des grands patrons ne verra finalement pas le jour.

24 mai

Le Monde (abonnés) - François Hollande, socialiste ou social-démocrate ?

Harlem Désir, le premier secrétaire du Parti socialiste, a participé, mercredi 22 mai à Leipzig, à une table ronde sur "la justice sociale au coeur du combat social-démocrate aujourd'hui". Jeudi 23 mai, François Hollande prononcera un discours à l'occasion du 150e anniversaire du SPD, le Parti social-démocrate allemand. Le PS qui, aussi loin que l'on remonte – par exemple au temps de François Mitterrand et de Willy Brandt –, a toujours eu des relations plutôt conflictuelles avec son cousin germain, ayant du mal à accepter qu'il ait rompu avec le marxisme, serait-il devenu social-démocrate ?

Libé - A l'anniversaire du SPD, Hollande loue les réformes de Gerhard Schröder

A Leipzig où le parti social-démocrate allemand fête ses 150 ans, le président français a salué «des choix courageux pour préserver l'emploi, pour anticiper les mutations industrielles».

Le Monde - A Leipzig, Hollande loue les réformes menées en Allemagne

Le président français a fait l'éloge des réformes du marché du travail menées en Allemagne par l'ancien chancelier social-démocrate Gerhard Schröder, jeudi 23 mai, à Leipzig, lors de la réunion du Parti social-démocrate allemand (SPD) qui célèbre ses cent cinquante ans, en présence de la chancelière Angela Merkel.

Libé - «Plus le PS fait comme le SPD en Allemagne, moins il est socialiste»

Récit Le Front de gauche et Die Linke, les deux formations française et allemande de la gauche radicale étaient réunies en colloque ce jeudi à Paris. Et dressent des parallèles entre la politique de Hollande avec le «démantèlement social» allemand.

Libé - Les primaires PS sous haute surveillance à Marseille et Aix

Une Haute autorité a été créée pour donner confiance en la validité du scrutin en vue des municipales de 2014, dans un département où la fédération PS a été placée sous tutelle.

Le JDD - Les anciens présidents bientôt interdits de Conseil constitutionnel?

Une proposition de loi émanant des députés PS enregistrée à l’Assemblée vise à "parachever la mutation" du Conseil constitutionnel en "véritable Cour constitutionnelle". Principal changement proposé : les anciens présidents de la République ne siégeraient plus dans l’institution.

Le Parisien - Primaires à Marseille: Borgel (PS) regrette d'avoir fermé la porte au MoDem

Christophe Borgel, secrétaire national du aux , regrette d'avoir fermé la porte, sans discussion, au , qui souhaitait participer aux primaires citoyennes de l'opposition pour les prochaines municipales à Marseille et Aix-en-Provence, ce dont l'eurodéputé Jean-Luc Bennahmias prend acte.

La Tribune - Congrès du SPD 14 La social-démocratie, un mythe bien français

Alors que François Hollande va fêter les 150 ans du SPD à Leipzig, il rechigne encore à s'avouer social-démocrate, malgré les sollicitations des analystes politiques. Pourtant, une telle « conversion sémantique » serait loin d'être la panacée.

23 mai

Le Monde - Municipales : à gauche, la bataille de Marseille est lancée

Un bandeau noir sur les yeux, cherchant son équilibre au milieu de sportifs mal voyants, Marie-Arlette Carlotti s'apprête à tirer un penalty sur un terrain dressé pour l'occasion sur le parvis des archives des Bouches-du-Rhône. Ce vendredi 18 mai, la ministre chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion est en visite officielle sur ses terres marseillaises. A la rencontre d'une association handisport, elle serre toutes les mains qui passent... "J'ai marqué ?", questionne-t-elle en enlevant son bandeau noir.

Enviscope - Jean-Jack Queyranne : L’émergence des métropoles est suicidaire pour le développement économique

Jean-Jack Queyranne, estime que l’émergence de métropoles est une mauvaise orientation. A l’heure des économies en réseaux,  laisser des métropoles centrées sur elles-mêmes aspirer le développement fait courir de graves risques, économiques et sociaux.

22 mai

France Info - L'impopularité de Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg

Le duo "infernal" de Bercy est en sursis. Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg étaient déjà dans la ligne de mire de l'Elysée à cause des couacs à répétition. Ce week-end, un sondage a révélé qu'ils sont très impopulaires.

Le Monde - Le PS demande à Sylvie Andrieux, condamnée, de se mettre "en retrait"

Après la condamnation de la députée PS des Bouches-du-Rhône Sylvie Andrieux à trois ans de prison, dont un ferme, pour détournement de fonds publics, le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, a demandé à l'élue, mercredi 22 mai au matin, de se "mettre en congé du parti le temps de la procédure en appel".

La Provence - Un an de prison ferme pour la députée PS Sylvie Andrieux

La députée socialiste des Bouches-du-Rhône Sylvie Andrieux a été condamnée à un an de prison ferme mercredi par le tribunal correctionnel de Marseille pour avoir détourné plus de 700.000 euros de subventions de la région Paca à des fins de clientélisme électoral, une peine supérieure aux réquisitions.

Télérama - La Ve République et ses monarques

Taillée en 1958 aux larges mesures du général de Gaulle, réformée à moult reprises sans que change l'essentiel (la dépossession du Parlement au profit de l'exécutif), notre bonne vieille République aurait-elle fait son temps ? C'est l'avis (parfois véhément, souvent bien argumenté) de la plupart des intervenant(e)s de ce bel exercice de vulgarisation institutionnelle, Jean-Louis Debré et Henri Guaino se retrouvant seuls à défendre assez mollement le statu quo, au nom de la stabilité du système — une qualité qui manquait cruellement à la IVe République, et qui a précipité sa chute.

PS - 21 mai 2013: l'essentiel du point-presse de David Assouline

Lors de son point presse hebdomadaire, David Assouline a évoqué les outils de lutte contre la fraude et l'évasion fiscale, la validation par le Conseil Constitutionnel et la garantie d'application du mariage pour tous, le Concert pour tous mardi soir à La Bastille et enfin la célébration à venir à Leipzig du 150e anniversaire du SPD.

Le Monde - L'ex-député PS Jean-Pierre Kucheida condamné pour abus de biens sociaux

L'ancien député-maire socialiste de Liévin (Pas-de-Calais), Jean-Pierre Kucheida, a été condamné mardi 21 mai par le tribunal correctionnel de Douai (Nord) à 30 000 euros d'amende pour abus de biens sociaux au détriment d'un bailleur social qu'il présidait, la Soginorpa.

Le Nouvel Obs - SONDAGE. 31% d'opinions positives pour François Hollande

Le président de la République perd 1 point en un mois, selon notre baromètre LH2-"Le Nouvel Observateur".

21 mai

Le Nouvel Obs - Ségolène Royal, pompier pyromane ?

Ségolène Royal est de retour et pas question que cela reste inaperçu! L'ancienne candidate à la présidentielle a sorti un livre et fait la tournée des plateaux télés et radios pour promouvoir ces portraits de personnalités qui ont fait preuve de courage et de détermination dans des moments où n'importe qui aurait baissé les bras. Ca ne vous rappelle personne?

Telos - Parti socialiste : la fuite en arrière, Gérard Grunberg, 2 mai 2013

Même pour des observateurs avertis l’évolution actuelle du parti socialiste ne peut que laisser stupéfait. Certes, il y a toujours eu dans ce parti une tendance à l’euroscepticisme contre l’Europe libérale – on disait dans les années soixante-dix l’Europe germano-américaine. Rappelons nous 2004-2005. Mais, depuis l’élection de François Hollande les choses se sont aggravées, aboutissant aujourd’hui à une situation où le Parti socialiste semble avoir abandonné toute ambition sérieuse de soutenir son propre gouvernement dans ses tentatives de réforme.

Le Nouvel Obs - De Liévin à Marseille, une lourde semaine judiciaire pour le PS

Jean-Pierre Kucheida et Sylvie Andrieux, respectivement accusés d'abus de biens sociaux et de détournement de fonds publics, seront fixés sur leur sort cette semaine.

Le Monde - Plusieurs députés PS pour l'ouverture dominicale des magasins de bricolage

Un nouveau sujet de débat vient de surgir entre le gouvernement et une partie de sa majorité parlementaire : le travail dominical. Plusieurs députés PS demandent que les magasins de bricolage aient le droit d'ouvrir le dimanche. Parmi eux, il y a Bruno Le Roux, le patron du groupe socialiste au Palais-Bourbon et élu de Seine-Saint-Denis. Leur démarche est soutenue par le président (PS) de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone. Elle embarrasse le pouvoir exécutif qui, jusqu'à présent, n'avait pas l'intention de rouvrir ce dossier sensible.

Le Monde (abonnés) - Villeneuve-sur-Lot peine à croire au retrait de Cahuzac

La maison moderne aux tuiles rouges et au crépi beige ne paie pas de mine, perdue dans les herbes hautes. Le portail est clos, les volets aussi, la boîte aux lettres ne porte pas de nom. Depuis le début de "l'affaire", en décembre 2012, Jérôme Cahuzac, qui a annoncé dimanche 19 mai dans La Dépêche qu'il "ne serait pas candidat" à l'élection législative partielle provoquée par sa démission de son mandat de député, délaisse son pied-à-terre de Pujols, commune voisine de sa circonscription de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne).

France Info - Cahuzac ne sera pas candidat. Pour mieux revenir ?

Jérôme Cahuzac a annoncé renoncer à se présenter aux législatives dans son ancien fief du Lot-et-Garonne. Serait-ce pour mieux revenir en politique ? C'est ce que subodore haut et fort l'UMP locale, mais aussi ce que redoute discrètement le PS. Et l'interview de l'ex-ministre du Budget dans La Dépêche du Midi ne dissipe pas le malaise.

20 mai

Libé - A Villeneuve-sur-Lot, l'ombre de Cahuzac sur les municipales

Les électeurs du fief politique de l'ex-ministre du Budget sont persuadés qu’il prépare son retour pour 2014 en dépit de ses ennuis judiciaires.

Libé - Lot-et-Garonne : selon le PS, la menace du FN n'est pas écartée

Le chef du Parti socialiste dans le Lot-et-Garonne estime, après la décision prise par Jérôme Cahuzac de ne pas se présenter à la législative partielle, qu’une «vraie campagne» restait à mener.
_____________________________________________________________________
_____________________________________________________________________

27/04/2013

L'actualité des socialistes du 22 au 28 avril

A la une

Le JDD - Comment le PS a adouci sa critique de Merkel

Ciblant trop Merkel, le projet de texte du PS pour sa convention Europe a été adouci. Les attaques ad hominem visant la chancelière ont disparu.L’intervention de Jean-Marc Ayrault n’y est pas pour rien. Mais le ton anti-austérité, lui, reste.

27 et 28 avril

Le JDD - Vers une "confrontation" Hollande-Merkel?

Dans un document de travail, le PS pousse François Hollande à un "affrontement démocratique" avec l'Allemagne d'Angela Merkel, jugée responsables des politiques d'austérité en Europe. Une perspective qui inquiète la droite française, qui juge déplorable les relations actuelles entre les deux pays.

Le Monde - Le PS dénonce "l'intransigeance égoïste de la chancelière Merkel"

L'Europe de la rigueur est une nouvelle fois attaquée. Après des premiers coups venus de l'aile gauche du Parti socialiste, puis, encore plus fortement, du président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, dans un entretien au Monde, c'est désormais le parti qui pointe du doigt cette Europe des conservateurs.

Le Monde - La gauche et ses vieux démons

En plaidant, comme il vient de le faire dans Le Monde, pour une "confrontation" avec l'Allemagne, là où François Hollande préfère parler de "tension amicale", Claude Bartolone remet en scène de façon spectaculaire la tentation de "l'autre politique" récurrente depuis 1983.

Public Sénat - Laurence Rossignol : « Nous sommes fiers de notre vote sur l’amnistie sociale » au Sénat

La sénatrice et porte-parole du PS Laurence Rossignol maintient son soutien à la loi d’amnistie sociale, malgré la ferme opposition du gouvernement. « Nous sommes fiers de notre vote », affirme-t-elle. Les députés PS ont pour consigne de voter contre le 16 mai. Mais plusieurs voteront pour.

Le Monde - Les promesses brisées de la présidence "normale"

Il avait promis que lui, président de la République, il ne "rencontrerai[t] pas de parlementaires de la majorité à l'Elysée". Un an à peine après le débat de l'entre-deux-tours de la présidentielle, lors duquel il avait égrené ses engagements dans une anaphore restée célèbre, François Hollande est pris à son propre piège à promesses.

Le Monde - Transparence : "Les mesures Hollande n'auraient pas permis d'éviter l'affaire Cahuzac"

Dans un chat sur LeMonde.fr, Éric Halphen, magistrat et président d'honneur d'Anticor, une association de lutte contre la corruption, estime que le contrôle des lobbies est "le problème important" de la vie parlementaire.

Libé - Hollande rentre de Chine, les rumeurs aussi

Par Grégoire Biseau, envoyé spécial en Chine, et Philippe Grangereau, correspondant à Pékin

Le chef de l’Etat avait entamé jeudi matin sa première visite dans le pays. Récit des grandes et petites histoires de ce voyage.

Le Monde - La colère du MoDem, exclu des primaires PS à Aix et Marseille

Les responsables du MoDem de Marseille ont qualifié vendredi de "totalement irrationnelle" la décision des instances locales du Parti socialiste (PS) de refuser leur participation aux primaires citoyennes de l'opposition organisées pour les prochaines municipales à Aix-en-Provence et Marseille.

Le Courrier des maires - Christophe Borgel : « Nous sommes dans une logique de rassemblement de la gauche »

Député de la Haute-Garonne, Christophe Borgel, secrétaire national du PS en charge des élections, ne craint pas l'influence du climat national sur le résultat des élections municipales.

Les Echos - Claude Bartolone veut devenir l'homme fort de la majorité

Omniprésent dans les médias, le président PS de l’Assemblée nationale entend s’imposer dans le système Hollande. Le lancement de sa croisade contre la publication du patrimoine des parlementaires au lendemain de l'intervention télévisée du chef de l’Etat sur la transparence de la vie politique avait fortement déplue au « Château ». L’interview de Claude Bartolone au « Monde » ce jeudi suscite cette remarque amusée d’un conseiller de l’Elysée : « C’est je suis prêt au cas où... » Prêt pour Matignon même si - prudent - le président PS de l’Assemblée s’en défend. «  Premier ministre, c’est pas une fonction que vous pouvez inscrire dans votre plan de carrière car votre nomination dépend totalement de la situation politique et du choix du président de la République », confiait-il fin février. Peu de gens le croiront.

26 avril

Le Figaro - Le PS veut amender la transparence de Hollande

Le projet de loi sur la moralisation de la vie politique a été adopté en Conseil des ministres. Mais il ne sera pas voté en l'état. L'initiative est sans précédent: les deux présidents PS des commissions des lois de l'Assemblée nationale et du Sénat, Jean-Jacques Urvoas et Jean-Pierre Sueur, ont publié mercredi un communiqué commun pour réaffirmer leur volonté d'élaborer «un mécanisme permettant de concilier transparence, contrôle et respect de la vie privée auquel a droit tout individu». C'est dire la méfiance des parlementaires, qui vont tout faire pour encadrer la publication de leurs déclarations de patrimoine, que le gouvernement les incite à faire.

Acteurs Publics - Scepticisme des élus locaux sur les métropoles

Les 23 et 24 avril, les sénateurs ont auditionné les élus des grandes villes de France sur le premier projet de loi de décentralisation. À la différence des parlementaires, ils ont émis des réserves sur les futures métropoles..... Même son de cloche chez les maires du Rhône. Jean-Paul Bret, édile PS de Villeurbanne, estime qu’“on rend les choses plus compliquées et moins efficaces”, alors que les parlementaires défendent la métropole lyonnaise.

Le Nouvel Obs - Amnistie sociale : Boutih veut un vote interne au PS

La loi votée au Sénat et qui n'a pas été soutenue par le gouvernement "ne peut engager automatiquement les parlementaires socialistes", estime le député de l'Essonne. 

Les Echos - Le PS referme la porte à toute amnistie sociale

Gouvernement et députés PS rejettent la proposition de loi communiste. Les tensions liées au mariage gay ont poussé l'exécutif à jouer la fermeté.

Marsactu - Au PS 13, la rénovation se résume aux primaires

Christophe Borgel et Alain Fontanel, les deux envoyés de Solférino pour assurer la tutelle du PS 13, donnaient ce jeudi une conférence de presse. Bilan : les primaires s'organisent mais la rénovation attendra.

Le Monde - Bartolone : "Nous devons envisager le deuxième temps du quinquennat"

Après s'être fortement opposé à la publication du patrimoine des députés, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, émet de nouveau des réserves sur le projet de loi sur la moralisation de la vie publique, présenté mercredi 24 avril en conseil des ministres. Il plaide également pour un rassemblement de toute la gauche et pour l'engagement du "deuxième temps" du quinquennat, plus centré sur le social.

25 avril

L'Express - Amnistie sociale: le gouvernement dit "non" après avoir dit "bravo"

Au gouvernement ou au PS comme parmi les parlementaires socialistes, l'opposition au texte sur l'amnistie sociale n'est pas aussi unanime que la majorité le souhaiterait. Exemples.

Le Monde - Hollande "abordera certainement" la question des droits de l'homme en Chine

Le président François Hollande "abordera certainement" la question des droits de l'homme au cours de sa visite en Chine jeudi et vendredi, a déclaré le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, mercredi 24 avril. "Mais il le fera avec le souci de l'efficacité et sans esprit de provocation", a-t-il précisé.

FranceTVinfo - Finalement, Hollande reçoit des parlementaires PS à l'Elysée

Lui président de la République, il ne devait pas recevoir les parlementaires de la majorité à l'Elysée. Finalement, entre l'affaire Cahuzac, le dossier moralisation de la vie politique et le contexte économique troublé, les doutes des députés socialistes sont tels que François Hollande a cédé. Selon Le Canard Enchaîné et Europe 1, mercredi 24 avril, le président a reçu une dizaine d'élus socialistes la semaine dernière au palais et devrait faire de ces "apéros du mardi" un rendez-vous régulier.

Le Monde - Affaire Cahuzac : les députés vont enquêter sur l'action du gouvernement

L'Assemblée nationale a décidé de créer une commission d'enquête sur l'action du gouvernement "entre le 4 décembre 2012 et le 2 avril 2013 dans la gestion d'une affaire qui a conduit à la démission d'un membre du gouvernement", à savoir l'affaire Cahuzac.

L'Express - Les députés et sénateurs PS veulent éviter la publication des patrimoines

Dans un communiqué, les présidents PS des commissions des Lois du Sénat et de l'Assemblée nationale appellent à concilier "transparence et respect de la vie privée". Une manière d'échapper à la publication des patrimoines. 

Tribune de Lyon - Municipales. La bourgeoisie lyonnaise tentée par le centre gauche

C’est la thèse défendue par un ouvrage qui s’appuie sur des centaines d’entretiens approfondis avec des Lyonnais. Ce qui pourrait avoir des conséquences en 2014 sur le vote dans les 2e et 6e arrondissements....

Le Monde - "Pour un choc de vérité au sein du PS, à gauche et pour la France" Par Jean-Marie Le Guen, Jean Besson, Jean-Pierre Caffet, Christophe Caresche, Jean-David Ciot, Marc Goua, Gilles Savary, Pascal Terrasse (Députés et sénateurs PS)

Nous avons été choqués par l'intervention musclée, au Conseil national du Parti socialiste, de militants d'extrême gauche qui n'ont cessé de refuser tout compromis et tout dialogue social dans leur entreprise. Et nous avons été stupéfaits de voir leurs propos véhéments, déraisonnables et de mauvaise foi contre la politique gouvernementale applaudis par une partie de l'assistance.

24 avril

Le Monde - Lancement de l'opération d'assainissement de la vie publique

Le Conseil des ministres doit déclencher mercredi 24 avril une opération "mains propres" qui ne dit pas son nom, en arrêtant une panoplie de mesures d'assainissement de la vie publique sur laquelle François Hollande joue son autorité face à la fronde des parlementaires, socialistes en tête. La transparence et le contrôle du patrimoine des responsables et la lutte contre la fraude et les paradis fiscaux forment le cœur du dispositif en préparation, trois semaines après les aveux de l'ex-ministre du budget Jérôme Cahuzac sur son compte caché à l'étranger.

Libé (abonnés) - L’exécutif affiche une petite moralisation

Fraude . Les mesures anticorruption annoncées par le Président sont insuffisantes pour certains magistrats. Par Violette Lazard
Il y a eu l’affaire Cahuzac. Puis, en chaîne, une foule d’annonces, la publication par les ministres de leur patrimoine et des grandes promesses sur la lutte judiciaire contre la corruption. Alors qu’un projet de loi sur la moralisation de la vie politique doit être présenté ce matin en Conseil des ministres, une quarantaine de magistrats spécialisés dans la lutte contre la grande délinquance financière lancent un appel au président de la République (lire p. 23).

Le JDD - Ayrault propose un deal aux députés PS

Après avoir entendu leurs frustrations la veille, Jean-Marc Ayrault s'est engagé mardi devant les députés socialistes à leur donner davantage de considération. Un geste pour lequel il a réclamé une contrepartie.

Le Monde (abonnés) - Le manifeste "anti-aile gauche" de plusieurs élus PS

Après la grogne de l'aile gauche du PS, la réaction de l'aile droite ? Une dizaine de parlementaires socialistes, dont les députés Jean-Marie Le Guen, Pascal Terrasse, Christophe Caresche ou encore le sénateur Jean-Pierre Caffet, se fendent d'une tribune acerbe sur Lemonde.fr pour plaider "un choc de vérité au sein du PS, à gauche et pour la France". Et, dans le même mouvement, fustiger ceux de leurs camarades qui ces jours-ci accentuent leur critique de la politique gouvernementale.

Le Monde (abonnés) - Bruno Le Roux, le "jeune vieux briscard" face aux turbulences du groupe PS

Ces derniers jours, un court article du Point circulait entre les mains des ministres. A lire, une "confidence" du président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, agacé de "la panique à l'Elysée", où "ils ne contrôlent plus rien !". Fidèle parmi les fidèles "hollandais", Bruno Le Roux serait-il, lui aussi, gagné par le doute? Si l'intéressé a officiellement démenti ces propos, une des nouvelles figures de l'Assemblée l'assure : "En ce moment, il tire vraiment la tronche."

Maintenant la Gauche - Retrouvez le plan de relance écologique et social

23 avril

Libé (abonnés) - Séminaire de réfection entre les députés socialistes et le gouvernement

Une journée de réflexion visait hier à ressouder des élus PS divisés sur plusieurs dossiers. Par Lilian Alemagna et Laure Bretton
Acent sur un divan. Les députés socialistes ont passé la journée d’hier en thérapie de groupe à l’Assemblée nationale - une première depuis le début du quinquennat. De quoi déballer ressentis et ressentiments après onze mois de gauche au pouvoir.

Com'c'est bizarre - Crise de popularité et menace de la rue : comment reprendre la main ?

Désormais au fond de la piscine de la popularité, François Hollande peut-il espérer un rebond automatique ? Ou doit-il craindre, au contraire, ce «mai 2013» que l’opposition appelle de ses voeux ? Si le déficit de confiance s’explique avant tout par la montée du chômage et la peur de la crise, il est désormais suffisamment prononcé pour justifier les dérapages extrémistes dans la rue.
Le président de la République (photo Reuters) pourrait utilement méditer l’expérience de deux de ses prédécesseurs, François Mitterrand et Nicolas Sarkozy, qui, confrontés à la même crise d’opinion, ont réagi par la reprise en main de l’agenda.

Le Nouvel Obs - Boutih : "Copé est dangereux pour la droite républicaine"

Après que certains élus UMP ont manifesté dimanche aux côtés de membres du FN contre le mariage pour tous, le député PS de l'Essonne analyse les fractures de la droite.

Le Nouvel Obs + - François Hollande et la politique du kilo: ce que son poids révèle de sa détermination

LE PLUS. Tout le monde se souvient d'un François Hollande mince, déterminé, candidat à la présidence de la République. Aujourd'hui chef d'État, il semblerait que l'ex-président du conseil général de la Corrèze se soucie beaucoup moins de son poids. Et si ce yo-yo des kilos en disait long sur sa politique ? Analyse du communicant Claude Posternak.

Le Monde - Au PS, un séminaire pour atténuer le mécontentement des troupes

Près de la moitié des 293 députés du groupe PS, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et "la moitié du gouvernement" ont passé la journée de lundi 22 avril à l'Assemblée nationale pour un "séminaire de réflexion" à huis clos afin de discuter de la manière dont travaillent le parti et l'exécutif. Cette rencontre, la première du type depuis l'élection de François Hollande il y a près d'un an, a lieu alors que les relations entre les parlementaires et l'exécutif sont particulièrement tendues.

L'Express - Séminaire: les députés PS avaient beaucoup de choses à dire à Ayrault

Au terme d'une journée d'échanges "francs, loyaux et lucides" avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, les élus socialistes ont le sentiment d'avoir vidé leur sac. A voir maintenant comment l'exécutif va digérer tout cela.

 
Le premier secrétaire souhaite qu'"il y ait la meilleure coordination, le débat autant que nécessaire mais l'unité dans l'action". Le Premier ministre a tendu l'oreille.

 
L’exécutif s’accroche au « sérieux budgétaire », mais l’aile gauche du parti veut du changement. Le courant « Maintenant la gauche » publie ce lundi un manifeste pour un « plan de relance écologique et social ». Ils demandent à François Hollande de changer radicalement de politique économique.
 
La ministre déléguée aux droits des femmes et porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, était l'invitée, dimanche 21 avril, de l'émission "Tous politiques" diffusée sur France Inter et dont Le Monde est partenaire. Comme chaque semaine, nous passons au crible ses propos.

Libé - L'aile gauche du PS propose un «plan de relance écologique et social»

D'un montant de 43 milliards d'euros, il permettrait selon ses auteurs d'augmenter le PIB de 3,3 points et de créer ou préserver 500 000 emplois.

L’aile gauche du PS propose un «plan de relance écologique et social pour la France et pour l’Europe» mobilisant 43 milliards d’euros en deux ans, permettant de créer ou préserver 500.000 emplois et destiné à «s’affranchir d’une certaine orthodoxie libérale et budgétariste». Ce plan d’une trentaine de pages, qui sera présenté lundi au Sénat, est signé de la sénatrice Marie-Noël Lienemann, d’Emmanuel Maurel, premier signataire de la motion de l’aile gauche au congrès de Toulouse, du député Jérôme Guedj, et des économistes Daniel Vasseur et David Cayla, tous membres du courant «Maintenant la gauche».
 
22 avril

Le JDD - La gauche du PS veut un changement de cap

EXCLUSIF JDD - En présentant lundi un programme de "relance écologique et sociale", l'aile gauche du parti plaide pour une alternative à la rigueur. 


 
INTERVIEW - Représentante de l'aile gauche du Parti socialiste, la sénatrice de Paris défend «une autre politique».

Le Monde - Le Sénat adopte le projet de loi sur l'emploi malgré un coup d'éclat des communistes

Le Sénat a adopté, dans la nuit de samedi à dimanche, le projet de loi sur l'emploi, au terme d'un débat agité. Le gouvernement avait en effet décidé d'utiliser un vote bloqué pour faire accélérer les débats ce qui a déclenché la fureur des sénateurs communistes qui ont retiré tous leurs amendements et quitté l'hémicycle.
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________