Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2013

Libé, Philippe Torreton : Merci Jérôme !

Merci Jérôme !

 

Tu permets qu’on t’appelle Jérôme ? De toute façon, après ce que tu as fait, tu n’as pas vraiment le choix…

Merci Jérôme, donc, et je te jure que ce merci n’est pas une vanne, un truc au 36e degré. Grâce à toi, ce gouvernement va peut-être enfin mener une politique de gauche. En effet, à la débandade absolue de la confiance des Français pour leur Président et leur Premier ministre, tu viens d’ajouter une preuve tout aussi absolue qu’ils avaient raison de ne pas avoir confiance, puisque le duo de pointe de l’exécutif français t’avait confié en toute simplicité (ou en toute complicité ?) le budget du pays. Il voyait en toi l’homme idéal pour faire voter le collectif budgétaire, pour rédiger les lettres de cadrage, pour écrire le projet de loi de finances. Toi l’évadé, toi le chirurgien qui as su tisser des liens si rémunérateurs avec l’industrie pharmaceutique. Toi qui, grâce à tes copains d’extrême droite, te faisais ouvrir un petit compte en Suisse histoire de ne pas participer totalement à la solidarité nationale (c’est le décadrage budgétaire?)

Lire la suite
_______________________________________________________________________
_______________________________________________________________________

12:18 Publié dans Réflexions | Tags : torreton, cahuzac | Lien permanent

Libé - L’économie dans sa tour d’ivoire

Par Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Membres des Economistes atterrés

Il faut le dire d’emblée, l’économie enseignée à l’université fut historiquement plutôt favorable aux idées confortant les positions sociales et l’ordre bien établis. Mais l’avènement du capitalisme néolibéral approfondit cette tendance jusqu’à un point caricatural. Toute pensée dissidente ou simplement distante par rapport à la théorie libérale néoclassique fut écartée : le keynésianisme fut relégué dans les placards lorsque la dérégulation financière s’imposa et tout le marxisme fut banni en même temps que s’écroulèrent le mur de Berlin et les pays prétendument socialistes.

Lire la suite
______________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : economistes atterres | Lien permanent

08/04/2013

Alternatives Economiques - Faire de nécessité vertu, Sandra Moatti

Alternatives Economiques n° 323 - avril 2013

Malgré une croissance atone, il est possible d'améliorer le bien-être de la population. Pour cela, il faut apprendre à partager : le travail, les revenus, les biens…

En France, on court après la croissance depuis quarante ans. Sans elle, pas de promesse qui tienne. Le retour au plein-emploi ? Bien sûr… à condition que la croissance soit au rendez-vous. Le pouvoir d'achat ? La croissance, toujours. L'équilibre des comptes publics ? Encore la croissance… Et pour cause, une croissance vigoureuse serait le moyen le plus simple pour atteindre tous ces objectifs.

Lire la suite
_________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Lien permanent

07/04/2013

En direct de Mediapart : le débat Stiegler - Todd

Bernard Stiegler, auteur de Pharmacologie du Front national, et Emmanuel Todd, auteur avec Hervé Le Bras de Le Mystère français, ont débattu du risque Front national en France.


En direct de Mediapart : le débat Stiegler - Todd par Mediapart

16:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : stiegler, todd, mediapart | Lien permanent

Terra Nova - Conférence Printemps de l'économie "A-t-on vraiment besoin de croissance" animée par C.Chavagneux, avec D.Meda et X.Timbeau


Conférence Printemps de l'économie "A-t-on... par terranova

14:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : terra nova | Lien permanent

06/04/2013

Antoine Peillon sur France Inter

Antoine Peillon est l'invité de la matinale de France Inter,.
Journaliste, il est l'auteur de "Ces 600 milliards qui manquent à la France". (Seuil)


Antoine Peillon par franceinter

23:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Lien permanent

Non Fiction - La Région-providence

Résumé : Entre l'Etat et la commune, l'expace régional reste un objet politique mal identifié et en recherche de légitimité.

Le fait régional est multiple en Europe, avec des variantes institutionnelles ou administratives fortes. En France, il est issu de la tradition républicaine, une tradition confrontée à l’évolution de la légitimité des régions depuis dix ans. Spécialiste de la question des pouvoirs locaux, Romain Pasquier publie Pouvoir régional, Mobilisations, décentralisation et gouvernance en France . Il interroge avec intelligence ce pouvoir régional en insistant sur le double contexte de la construction européenne et de la crise de l’Etat-Nation. Sa réflexion embrasse la question de l’aménagement du territoire mais aussi du pouvoir dans ce nouvel espace politique en construction à travers trois axes. L’axe institutionnel des rapports de l’Etat vers la région, celui des mobilisations régionales vers l’Etat, et enfin l’axe de la gouvernance par les régions des problèmes locaux abandonnés par l’Etat. Le résultat est un néo-régionalisme, conséquence d’une reterritorialisation des intérêts économiques et sociaux locaux.
 
Lire la suite
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
 

20:50 Publié dans Réflexions | Lien permanent

Le Monde - Rétablir une meilleure éthique et un choc de transparence Par Agnès Verdier-Molinié (Directeur de la Fondation iFRAP)

Que serait une vraie République irréprochable aux élus vertueux comme nous le promettent avec brio ceux qui briguent nos suffrages ?

Il est plus que temps de prendre de la hauteur pour se prémunir des quatre conflits d'intérêts majeurs identifiés par la commission Jospin : public-privé, public-politique, privé-politique et public-public. Voici ici six propositions pour rétablir à la fois une meilleure éthique et le choc de transparence dont la vie politique a besoin.

Première proposition : par devoir de neutralité, quitter définitivement la fonction publique quand on est élu au Parlement ou qu'on exerce des fonctions d'envergure nationale (maire des plus grandes villes de France, président du conseil général ou régional...). A l'inverse, autoriser les agents locaux à se présenter pour des mandats locaux comme le font les britanniques.

Lire la suite
_____________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________

18:47 Publié dans Réflexions | Lien permanent

En direct de Mediapart : Syrie, deux ans après

Joseph Confavreux et Caroline Donati, journaliste et collaboratrice régulière de Mediapart, ont reçu Chamsy Sarkis, président de l'Association de soutien aux médias libres (ASML), une association franco-syrienne créée fin 2011 qui soutient le travail des journalistes citoyens en Syrie, Nora Benkorich, chercheuse à la chaire d'Histoire contemporaine du Collège de France, et Fadi Dayoub, membre du bureau humanitaire des Comités locaux de coordination.


En direct de Mediapart : Syrie, deux ans après par Mediapart

18:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : mediapart | Lien permanent

Le Monde - Cahuzac, symptôme de la collusion entre monde des affaires et direction de l'Etat

Par Sandra Demarcq, Pierre Khalfa, Francis Parny, Willy Pelletier (Membres de la Fondation Copernic)

L'indignation face à "l'affaire Cahuzac" est justifiée. Elle ne représente pourtant que la face émergée d'un immense iceberg. Sa faute est individuelle, certes inexcusable. Elle témoigne d'une inconscience révélatrice à l'égard de la conception qu'un homme d'Etat devrait se faire de sa fonction. Mais cette faute procède d'une dérive collective des élites au pouvoir ; une dérive de longue durée. Car de quoi Cahuzac est-il le symptôme ? De l'indifférenciation entretenue entre les affaires de l'Etat, publiques s'il en est, et les affaires privées de l'industrie et de la haute finance. Cette collusion entre monde des affaires et direction de l'Etat et le positionnement interchangeable du personnel politique et des managers privés sont devenus affaire courante, que ce soit à droite ou à gauche depuis que cette dernière s'est convertie pour partie aux logiques néolibérales dominantes.

Lire la suite
_______________________________________________________________________________
_______________________________________________________________________________

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : cahuzac | Lien permanent