Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2013

Libé - Robert Shiller «La Bourse n'a jamais reflété l'économie»

Spécialiste reconnu des marchés financiers, professeur à l'université de Yale, Robert Shiller est l'auteur, en mars 2001, d'un livre prémonitoire intitulé Irrational Exuberance. Il explique en quoi la Bourse, loin de refléter l'économie, est par nature une machine qui s'emballe.

Lire la suite
__________________________________________________________
__________________________________________________________

Challenges - Qui est Robert Shiller, le nouveau prix Nobel d’économie ?

PORTRAIT- Le spécialiste des "bulles financières", professeur à Yale, a été distingué avec Eugène Fama et Lars Peter Hansen

Il a une tête d’acteur américain et de jolies formules: "le monde n’est pas élégant au sens des mathématiciens". Mais Robert Shiller, 67 ans, n’est ni héros de série ni poète. Licencié en lettres de l’université de Michigan, docteur de l’Institut des technologies de Massachussets (MIT) en 1972, il est professeur d’économie à Yale depuis 1982. Ce qui le passionne ce sont les marchés financiers et leur folle irrationalité.
___________________________________________________
___________________________________________________

16:05 Publié dans Réflexions | Tags : robert shiller | Lien permanent

Libé, Bruno Amable - Qui ressent le ras-le-bol du «socialisme de l’offre» ?

Nous sommes en 1986, un candidat PS aux élections législatives est interrogé sur une chaîne de télévision régionale. Il se présente en Corrèze, département qui compte 30% d’ouvriers. Une entreprise locale, la Paumellerie électrique, est menacée. Les salariés s’inquiètent et souhaitent une intervention du pouvoir socialiste, mais rien ne se passe. «Alors, vous ne faites rien, finalement ?» demande le journaliste. Mais l’Etat ne peut pas tout faire répond le candidat, seize ans avant Lionel Jospin. Le rôle du pouvoir est de procurer des subventions, poursuit-il, pas de se transformer en gestionnaire. «Il est certain que les chefs d’entreprise sont, aujourd’hui comme avant, compétents en matière d’emploi. Il n’y en a pas d’autres», assène-t-il à ses interlocuteurs.

Lire la suite
_______________________________________________________________
_______________________________________________________________

13:06 Publié dans Réflexions | Tags : bruno amable, francois hollande | Lien permanent

Le Monde - Débat › Rythme scolaire, la réforme ratée du gouvernement ?

Rythme scolaire, la réforme ratée du gouvernement ?

Le passage de quatre jours à quatre jours et demi de classe, réforme appliquée dès cette rentrée dans une école sur cinq et qui doit être généralisée en septembre 2014, provoque de vifs débats. Alors que l’ensemble des partenaires (parents, professeurs, collectivités territoriales, etc.) y semblait favorable, les failles de sa mise en œuvre au niveau local suscitent réserves, rejet et plus rarement l’adhésion. Réels cafouillages ou démagogie ?
 
Lire la suite
________________________________________________
________________________________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Lien permanent

19/10/2013

Tour d'Europe des Economistes atterrés

Les Économistes Atterrés et Euro-pen (European Progressives Economists Network) sont deux collectifs d’économistes l’un français et l’autre européen.

Euro-pen
European Progressive Economists Network

A l’initiative des économistes atterrés français, un réseau européen d’économistes progressistes a vu le jour en novembre 2012 à Florence. Actuellement, Euro-pen couvre 9 pays européens. Il est constitué d’Econosphères (Belgique), de Sbilanciamoci (Italie), d’Economuestra (Espagne), The Transnational Institute, Critical Political Economy Network, Economists against austerity (GB) et les réseaux européens Euromemorandum et Transform !.

Ces économistes sont convaincus que la majorité des politiques économiques menées depuis trois décennies et plus particulièrement depuis la crise ouverte en 2008 ne font que dégrader la situation économique, sociale et écologique de l’Europe. Fondées sur le courant théorique dominant en sciences économiques, elles ont comme point commun essentiel de supposer qu’une plus grande concurrence sur les marchés (des biens, des services, financiers, du travail, des droits à polluer…) est l’unique moyen d’améliorer la situation dans son ensemble. Nous pensons en revanche que pour rétablir la situation financière des administrations publiques, créer des emplois de qualité pour tous et engager immédiatement la transition écologique, d’autres politiques sont nécessaires. Elles ont pour but de privilégier une répartition des richesses plus équitable et la fin de la domination des marchés financiers sur le financement des entreprises et des États européens.

Lire la suite
_________________________________________
_________________________________________

21:03 Publié dans Réflexions | Tags : economistes atterrés | Lien permanent

Bourdin Direct : Martin Hirsch


Bourdin Direct: Martin Hirsch - 17/10 par BFMTV

16:00 Publié dans Réflexions, Vidéo | Tags : martin hirsch | Lien permanent

Pourquoi il faut lire Robert C. Allen : Global Economic History : A Very Short Introduction [1]

7 octobre 2013

par Guillaume Daudin (Professeur des Universités à Paris-Dauphine, chercheur associé à l’OFCE)

Robert C. Allen (né en 1947) est professeur d’histoire économique à l’Université d’Oxford depuis 2002. Il a soutenu sa thèse en 1975 à l’Université d’Harvard. Il a travaillé sur des sujets très divers et a reçu de nombreux prix pour ses publications. Son livre British Industrial Revolution in Global Perspective a été nommé « Livre de l’année » par The Economist et Times Literary Supplement en 2009. Ses recherches portent sur de nombreux aspects de l’histoire économique du développement : les salaires réels, les progrès de l’agriculture, les sources du progrès technique, les effets de l’impérialisme et le développement durable. Il est un acteur central dans le débat sur l’origine des divergences de développement au sein de l’Europe : il défend une position originale qui insiste sur l’importance de la base matérielle (au sens de Marx) et des choix politiques plutôt que sur celle du reste de la superstructure (culture, institutions, lois…).

Lire la suite
______________________________________________________
______________________________________________________

10:00 Publié dans Réflexions | Tags : ofce | Lien permanent

18/10/2013

Christophe Robert : "L'exclusion bancaire est une réalité"


Christophe Robert : "L'exclusion bancaire est... par franceinter

16:00 Publié dans Réflexions | Tags : fondation abbe pierre | Lien permanent

Les Echos - Cinq ans après Lehman, on cherche toujours la prospérité Par Joseph Stiglitz

Avec 27 millions d'Européens au chômage et 22 millions d'Américains sans emploi à temps complet, le discours ambiant sur la sortie de crise est presque indécent. Et les risques d'un nouveau choc sont toujours là.

En 2008, lorsque la banque d'investissement Lehman Brothers a fait faillite, déclenchant la pire crise financière mondiale depuis la Grande Dépression, les causes en étaient évidentes aux yeux de la majorité des observateurs. Un système financier démesuré et dysfonctionnel, ayant mal réparti le capital et, plutôt que de gérer les risques, les ayant engendrés. La déréglementation financière et l'argent facile avaient suscité des prises de risque inconsidérées. La politique monétaire à elle seule allait se révéler insuffisante pour relancer l'économie, même si l'argent de plus en plus facile a permis d'éviter l'effondrement complet du système financier. Aussi a-t-il fallu s'appuyer davantage sur la politique budgétaire en passant par une hausse des dépenses publiques.

Lire la suite
________________________________________________________
________________________________________________________

00:05 Publié dans Réflexions | Tags : stiglitz | Lien permanent

17/10/2013

Observatoire des inégalités - Chasse aux Roms : une arme politique à double tranchant

27 septembre 2013 - A quelques mois d’élections municipales et en pleine crise économique, le bouc-émissaire est trouvé. Il rassemble contre lui l’opposition et une partie de la majorité. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


A quelques mois d’élections municipales et en pleine crise économique, le bouc-émissaire est trouvé : les Roms. Ceux-ci rassemblent contre eux l’opposition et une partie de la majorité. La presse se libère et publie une « carte des Roms ». Le ministre de l’intérieur Manuel Valls souligne que « seule une minorité de Roms souhaite s’intégrer » et le chef de l’Etat n’y trouve rien à redire. Dans quelques jours, après qu’un vaste relais ait été donné à ces propos, un sondage viendra confirmer que 99 % des Français ne veulent plus de Roms dans leur jardin. [1] Pourtant, il n’est pas certain que la démagogie soit si payante que cela à terme.

Qui sont les « Roms » ? Les groupes mis en cause – expulsables car étrangers en situation irrégulière - sont environ 20 000, originaires de Roumanie, de Bulgarie et d’autres pays d’Europe de l’Est. Comment un si petit groupe de population démuni pourrait-il mettre en péril notre société ? Dans l’opinion, ce sont bien l’ensemble des « groupes tsiganes » qui sont visés. Ils comptent environ 400 000 personnes en France. Le problème, c’est qu’ils sont le plus souvent tout à fait Français, depuis des générations et rassemblent des populations aux origines et aux modes de vie très différents…

Lire la suite
________________________________________________________
________________________________________________________

16/10/2013

Leonarda, collégienne kosovare expulsée : Valls conduit la même politique que Guéant

Par 
RESF

C'est une tribune du Réseau éducation sans frontières (RESF) sur MediaPart qui a rendue publique l'histoire. Une collégienne kosovare de 15 ans a été arrêtée lors d'une sortie scolaire pour être expulsée de France avec sa famille. Au PS, les critiques sont vives contre Manuel Valls. Pour Richard Moyon, membre de RESF, il y a de quoi.

Lire la suite
________________________________________________
________________________________________________

22:48 Publié dans Réflexions | Tags : resf | Lien permanent