Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2019

Le Vent se lève - L’Argentine des artivistes : quand l’art reprend la rue

Alors que le gouvernement argentin de Mauricio Macri vient d’accueillir en grande pompe le G20 en Argentine, incitant les habitants de Buenos Aires à partir en week-end[1] tout en militarisant la ville[2], des artistes refusent de quitter la place publique et l’investissent par leurs masques, leurs mots, leurs cris et leurs corps, s’inscrivant en faux depuis plusieurs mois déjà contre cette manifestation. Ce sont, ici, les activistes de la Fuerza Artística de Choque Comunicativo[3] ; là, ceux de Fin de UN Mundo[4], deux collectifs parmi les plus médiatisés. Mais ils ne sont pas les seuls et ce genre d’actions ne date pas d’hier. Tant pour dénoncer les crimes de la dictature que pour porter les revendications du féminisme, en passant par le souci de rendre visible la lutte des travailleurs de la culture, praticiens de l’art et citoyens lambda se rejoignent, à travers les époques et au détour des rues, pour de retentissants happenings. Retour sur la truculente mouvance de l’artivisme argentin et sur ses manifestations actuelles.

Lire la suite
___________________
___________________

22:30 Publié dans Analyses | Lien permanent

OFCE - Pour une régulation économique des contrats courts sans contraindre les entreprises, en préservant l’assurance chômage par Bruno Coquet et Eric Heyer

L’OFCE et la Délégation du Sénat pour les entreprises ont récemment publié un rapport ayant trait à l’opportunité et aux moyens de réguler l’usage des contrats courts. La première partie dessine le cadre économique et dresse un bilan du développement des contrats courts en France au cours des trente dernières années, puis met en évidence les déterminants de leur usage croissant. La seconde partie tire les conséquences de cette segmentation du marché du travail du point de vue de l’assurance chômage, et montre qu’il est nécessaire de réguler l’usage des contrats courts avec des instruments économiques, respectueux des mécanismes de marché. Ces travaux éclairent les nouvelles négociations des règles de l’assurance chômage engagées par les partenaires sociaux, à la demande du gouvernement.

Lire la suite
___________________
___________________

17:36 Publié dans Analyses | Tags : ofce | Lien permanent

Libé - AU PS, le pari du RIP pour rétablir l’ISF

Sans attendre l’hypothétique mise en place du référendum d’initiative citoyenne (RIC), le PS s’est saisi d’un outil existant depuis la réforme constitutionnelle de 2008 et entré en vigueur en 2015 pour tenter de rétablir l’impôt sur la fortune (ISF). Il s’agit du référendum d’initiative partagée (RIP), qui nécessite la signature de 185 parlementaires - il en manquerait 26 - pour pouvoir déposer une proposition de loi visant à contraindre le gouvernement à organiser une telle consultation

Lire la suite
_______________
_______________

Le discours de l'inventaire

Le Monde - « Je ne veux rien laisser sous le tapis » : Olivier Faure fait un inventaire implacable de la présidence Hollande

Alors que se profilent les élections européennes, le premier secrétaire du PS a rappelé les « trahisons » envers les électeurs socialistes.

Les badges donnés à l’entrée du siège du Parti socialiste à Ivry (Val-de-Marne) annonçaient la couleur : « Devoir d’inventaire ». Comme un revival de l’année 1995, quand Lionel Jospin, alors candidat PS à la présidentielle, réclamait ce même impératif pour le bilan du septennat de François Mitterrand, en déclarant « n’est-ce pas cela l’attitude de la raison (…) de l’esprit critique et de l’esprit de progrès ? »

Libé - Olivier Faure étrille le quinquennat de François Hollande

Le premier secrétaire du PS a reproché les réformes «sans projet de société vraiment explicite» du président socialiste et parle de «trahisons» concernant la déchéance de nationalité et la loi travail.

.... En avril 2018, après sa nomination, Olivier Faure, un socialiste pas très connu du grand public qui a fait ses dents dans l’ombre des éléphants, avait prévenu son monde : l’inventaire du quinquennat de François Hollande sera réalisé afin de se reconstruire, retrouver une crédibilité aux yeux des militants et des autres familles de gauche. Comprendre : le futur est impossible sans régler les histoires du passé. Il n’a pas fait semblant.

La Croix - Le PS juge sévèrement le quinquennat Hollande

Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure a dressé lundi 28 janvier l’inventaire du quinquennat de François Hollande. Il a regretté « une absence de vision » et de renouvellement de la pensée face aux mutations du monde.

Vingt mois après le départ de François Hollande de la présidence de la République, le PS a tiré ses propres leçons du pouvoir. Un inventaire tardif mais « indispensable » aux yeux du premier secrétaire Olivier Faure, qui a prononcé lundi 28 janvier au soir un discours devant une cinquantaine de personnes au nouveau siège du parti, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Europe 1 - Faure revient sur le quinquennat Hollande, fustigeant absence de "vision" initiale et "trahison" finale

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a dressé lundi soir un inventaire sans concession du quinquennat de François Hollande, appelant une nouvelle fois en conclusion de son discours à l'unité de la gauche, à quelques mois des européennes.

Olivier Faure a dressé lundi soir à Ivry-sur-Seine l'inventaire du quinquennat de François Hollande, fustigeant "l'absence de vision" initiale de l'ancien président de la République et la dérive d'un pouvoir qui est sorti de son "socle de valeurs".

Le Point - PS : le réquisitoire d'Olivier Faure contre le quinquennat de François Hollande

Depuis Ivry-sur-Seine, lundi, le premier secrétaire du PS a notamment fustigé l'absence de « vision » initiale de l'ancien président.

Olivier Faure n'y est pas allé par quatre chemins. Le premier secrétaire du Parti socialiste (PS) a dressé, lundi soir à Ivry-sur-Seine, l'inventaire du quinquennat de François Hollande, fustigeant « l'absence de vision » initiale de l'ancien président de la République et la dérive d'un pouvoir qui est sorti de son « socle de valeurs ». Pour M. Faure, l'ancien chef de l'État n'a pas su proposer aux Français un « projet de société vraiment explicite », mettant en oeuvre des « solutions sans vision apparente ».

Les Echos - PS : Faure tourne la page Hollande et fustige son bilan

Olivier Faure a dressé un inventaire sans concession du quinquennat de l'ancien président socialiste, fustigeant son « absence de vision » et une trahison sur le socle des valeurs.

Faire table rase du passé pour se reconstruire. A quelques mois des élections européennes, Olivier Faure, patron du Parti socialiste, a dressé un inventaire particulièrement sévère du quinquennat de François Hollande à l'Elysée. L'actuel Premier secrétaire du Parti socialiste, avait déjà eu des mots sévères contre Hollande dans le coeur de l'été,  le qualifiant de « champion du déni » et le rendant coresponsable des 6 % obtenus par Benoit Hamon en avril 2017.

Le Parisien - Européennes : au PS, les couteaux sont tirés et Olivier Faure contesté

Plusieurs ténors du parti sortent du bois pour dénoncer la stratégie du premier secrétaire, très critiqué en interne, en vue du scrutin du 26 mai.

Les jours d’Olivier Faure à la tête du Parti socialiste seraient-ils déjà comptés ? Élu en avril dernier, un an après le marasme de la présidentielle et des législatives, le député de Seine-et-Marne ne fait toujours pas l’unanimité au sein de ses troupes. Pis ! Les langues se délient et les armes s’aiguisent. Au point que certains, en coulisses, n’hésitent plus désormais à évoquer « l’après Faure ».

_______________________________

DISCOURS DU PREMIER SECRÉTAIRE OLIVIER FAURE « DEVOIR D’INVENTAIRE » Lundi 28 janvier 2019

Chers ami.e.s, cher.e.s camarades,

Merci pour votre présence ce soir. Les uns ici, à notre siège d’Ivry, les autres, sur les réseaux sociaux, pour tirer ensemble les enseignements de nos années au pouvoir. Il s’appuie sur le travail engagé dans nos fédérations, par la fondation Jean Jaurès, par le secrétariat national autour d’Isabelle This-Saint-Jean. Cet exercice démocratique est inédit. Souvent évoqué, jamais réalisé. D’ailleurs, ceux qui nous pressent de l’accomplir ne l’ont jamais pratiqué pour eux-mêmes…


1- Un inventaire nécessaire

J’entends bien les prudents me dire que cet inventaire serait inutile, voire impossible. Tirer les leçons du quinquennat, comprendre pourquoi d’autres ont réussi à convaincre là où nous avons échoué, reconnaître des erreurs, des impensés… Ce seraient là des sujets à ce point sensibles, éruptifs, polémiques, qu’il faudrait renoncer ?

Ce sera toujours trop tôt ou trop tard pour ceux qui n’en veulent pas. Toujours trop peu pour les autres. Alors pourquoi prendre le risque d’un inventaire qui ne satisfera ni les plus radicaux qui exigent l’abjuration, ni ceux qui y voient un exercice superflu de pénitents ?

Pourquoi ne pas faire comme toujours ? Comme toujours, c’est-à-dire parier sur l’oubli, la réévaluation progressive, l’usure accélérée de ceux qui nous ont succédé.

Je veux vous le dire clairement, ce n’est pas mon état d’esprit. Je ne veux rien laisser sous le tapis. Au fond de moi, cet inventaire, je le sais indispensable. Ce regard porté sur nous-mêmes par nous-mêmes est
2
davantage qu’une introspection. Il est la base à partir de laquelle notre dialogue peut et doit reprendre maintenant avec les Français. Il est la condition nécessaire pour renouer des liens de confiance.

Je veux dire à nos concitoyens que nous les avons entendus : « Nous ne sous-estimons pas la distance, et souvent la rupture, que vous avez souhaité marquer avec nous. Et parce que notre volonté est de vous retrouver, il faut commencer par nous expliquer ».

2- Pourquoi invite-t-on la gauche et les écologistes au pouvoir ?

Faire l’inventaire, c’est d’abord se rappeler pourquoi les Français nous ont portés au pouvoir. Pourquoi invite-t-on la gauche et les écologistes à gouverner ?

La gauche est, depuis Jaurès, « la République jusqu’au bout ». Jusqu’au bout de sa promesse humaniste de lutte contre toute forme d’asservissement et pour plus de justice. La gauche porte cette exigence de vie meilleure pour tous, qui implique de mener des transformations profondes de l’ordre social.

De la gauche et des écologistes, on n’attend pas ce que l’on attend des conservateurs ou des libéraux. On n’attend pas seulement qu’ils gèrent mieux le système, mais qu’ils se confrontent aux lobbys, aux puissants, à l’inertie technocratique qui figent la société, pour imposer une humanité plus libre, plus démocratique, plus écologique et plus juste.

A la gauche démocratique, on demande de porter le citoyen au pouvoir, de rendre à chacune et à chacun le contrôle de sa vie. De rendre ce monde plus vivable et plus humain. De préserver tout à la fois les biens communs et de rendre à chacun les clés de son destin.

3- Des attentes, au-delà du projet

Avons-nous répondu à cette attente ?

a) une absence de vision

En 2012 le contrat passé avec les Français avait pour mot d’ordre "le changement, c'est maintenant". Le "changement", sans autre forme de définition, renvoyait à une ambition trop floue et trop large, dont chacun pouvait tirer ses priorités de l’action à mener.

Sans projet de société vraiment explicite, sans définition claire des objectifs, chaque réforme a été perçue comme une action isolée et limitée dans ses impacts. Chaque mesure adoptée a été vécue comme le point final de nos ambitions.

Lors de la campagne présidentielle de 2017, notre candidat Benoît Hamon, a – à l’inverse – cherché à affirmer une vision. Mais les réponses apportées sont apparues si décalées sur le plan conceptuel et si peu calées sur les conditions de leur mise en oeuvre, que l’ensemble a été jugé aventureux aux yeux des Français.

Des solutions sans vision apparente, pour le quinquennat. Une vision sans solutions réalistes, pour le candidat. Dans les deux cas, les impasses ont pesé sur la perception de notre action et alimenté une distance croissante, puis la rupture.

a) La social-démocratie européenne n’a pas su se renouveler

Cette panne de récit ne nous est pas propre. En effet, à quelques exceptions près, nous subissons partout en Europe des revers de fortune. Nous vivons depuis trop longtemps sur nos acquis considérables. Pendant des décennies, la gauche européenne a forgé un modèle unique au monde : assurance chômage, assurance maladie, retraites, droits sociaux, droits des travailleurs, congés payés, éducation gratuite, droits des
4
minorités, libertés publiques, droits des femmes… Nous étions le relais naturel des luttes sociales, leur débouché politique.

Parmi les explications à cette perte d’influence, il en est une qui domine : nous n’avons pas su renouveler notre projet dans le cadre d’une économie globalisée. Nous sommes apparus impuissants à réaliser l’Europeprovidence, après avoir été les promoteurs d’Etats-providence. Après avoir porté la volonté de « changer la vie », nous avons donné l’impression que c'était la vie qui nous avait changés.

a) l’émergence de nouvelles forces politiques

Symétriquement, d’autres forces politiques ont émergé, ayant pour point commun le « dégagisme ». Chacune a donné le sentiment – je ne parle que de sentiment, pas de réalité - de conjuguer une vision à des solutions et de répondre à la question de la mondialisation.

En France, trois offres ont progressé lors de l’élection présidentielle : • Celle de l’extrême-droite avec une vision, celle de la France éternelle, et des solutions : la préférence nationale, le retour des frontières, la sortie de l’euro et l’exclusion des étrangers. • Celle du parti des Insoumis avec une vision, celle de la VIème République, et une solution, la désobéissance européenne. • Celle de la République des marcheurs alliant la promesse d’une « startup Nation » à une solution, la libération du potentiel créatif de notre pays.

Il ne s’agit évidemment pas de reprendre ces offres à notre compte, mais de comprendre que sans projet de société clair, notre capacité à fédérer et à entraîner s’est réduite. Prisonniers du quotidien, sans projets moteurs, sans horizon défini, nous avons laissé l’optimisme changer de camp.

Le mythe d’un âge d’or auquel il faudrait revenir, ou la promesse libérale du veau d’or, renvoyant à l’idée d’une France capable de se hisser au premier rang dans la mondialisation, ont emporté l’imaginaire de nos concitoyens
5
en quête de sens.

Sans réaffirmation de notre volonté de transformation nous ne sommes plus perçus que comme des sociaux-libéraux…


4. Nous avons répondu aux questions d’hier mais pas à celles de demain


a) nous avons fait bouger certaines lignes

Pourtant au pouvoir, nous avons fait bouger certaines lignes.

L’action menée l’a été avec engagement et sincérité. Et cette action - il n’est pas inutile de le rappeler - nous avons dû la conduire dans un contexte particulièrement difficile.

François Hollande, comme les gouvernements successifs dirigés par JeanMarc Ayrault, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, ont tenu la barre alors que les crises et les périls s’invitaient de toutes parts.

Pardon pour cette liste à la Prévert qui va suivre, mais je voudrais citer quelques-unes des mesures qui ont égrené le quinquennat en les rétablissant dans une cohérence qui ne leur a pas toujours été donnée :

Nous avons œuvré pour un monde plus sûr : • C’est la France qui a permis d'éviter la sortie de la Grèce de la zone Euro, • C'est la France qui a porté les valeurs de l’Europe en se portant aux côtés des populations africaines menacées par le fanatisme de l'Islam radical, • C'est la France qui a cherché à fixer des lignes rouges au « boucher de Damas », • C’est la France qui a réuni le monde entier à Paris pour célébrer le droit universel à la liberté d'expression après l'assassinat de la rédaction de
6
Charlie Hebdo. • C’est François Hollande qui a su conserver la cohésion, l’unité, la fraternité quand notre pays, secoué par les attentats, semblait si proche de l’implosion.

Nous avons fait du climat une urgence et de l’écologie une priorité • avec la loi de transition énergétique, et la COP 21 qui a débouché sur l’Accord de Paris,

Nous avons bâti de nouvelles protections : • Nous avons porté la retraite à 60 ans pour les carrières longues; • Nous avons mis en route le tiers payant généralisé, augmenté les minimas sociaux, mis en œuvre un plan pauvreté, créé le compte pénibilité pour permettre aux salariés usés par le travail de partir plus tôt, créé les droits rechargeables à l'assurance chômage, un droit au répit pour les aidants, • Nous avons remboursé à 100% l’IVG et assuré la gratuité de la contraception pour les mineures… • ouvert 40 000 places d’hébergement d’urgence supplémentaires.

Face à l’évolution de la famille, nous avons instauré de nouveaux droits individuels • Nous avons voté le mariage pour tous • Aidé les familles monoparentales avec la garantie des impayés de pensions alimentaires

Nous avons approfondi la démocratie • En mettant en œuvre le non-cumul des mandats, en créant la haute autorité pour la transparence de la vie publique et le parquet financier

Nous avons fait de la jeunesse une priorité • Nous avons mis le pied à l’étrier de 300 000 jeunes en emplois d’avenir, créé la garantie jeunes, • Fait de l’éducation le premier budget de la Nation, tenu la promesse de
7
créer 54.000 postes dans l’Education nationale qui ont permis d’alléger le nombre d’élèves par classe dans tous les niveaux… • Instauré un service civique universel qui permet à des volontaires de 16 à 25 ans de s’engager…

Nous avons renforcé la sécurité des Françaises et des Français • En édifiant des zones de sécurité prioritaires • En créant près de 9000 postes de policiers et de gendarmes,

Nous avons réintroduit de la justice fiscale • Rétabli l’ISF dans sa plénitude, imposé au même barème les revenus du capital et ceux du travail, supprimé les premières tranches de l’impôt sur le revenu, et inversement créé une tranche supérieure à 45%.

De tout cela nous n’avons pas à rougir. De tout cela nous sommes fiers !

Et pourtant... Une fois encore, nous n’avons pas échappé à cette malédiction : la gauche fait un petit tour au pouvoir et puis s’en va.

Qu’avons-nous donc manqué pour que les Français nous manquent à ce point?

b) le monde a bougé plus vite que nous

Le monde a changé plus vite que nous. Et nous avons répondu aux angoisses d’hier sans prendre la dimension de celles d’aujourd’hui. Donné le sentiment de mettre des pansements sur des hémorragies. Nous sommes apparus comme incapables d’incarner une réelle alternative au libéralisme mondialisé, une protection face aux nouvelles menaces.

Nous vivons à l’heure des grandes mutations :

Numérique, écologique, financière, identitaire, migratoire. L’économie des plateformes, la précarisation d’une partie du salariat, l’urgence climatique, le désordre géopolitique, l’émergence du terrorisme islamiste, les
8
déplacements de population… Rien de tout cela ne nous a échappé.

Nous avons écrit. Beaucoup. Parlé. Encore davantage. Mais nous nous sommes insuffisamment préparés à faire face à ces défis. La conduite du changement suppose plus que des groupes d’experts, l’écriture de propositions et leur validation par l’élection. Cela suppose de faire partager un diagnostic, de s’appuyer sur d’autres forces, dans le monde syndical, la sphère intellectuelle. Cela suppose de mobiliser la société toute entière. Nous ne l’avons pas fait.

Quand en janvier 2012 François Hollande déclare « mon véritable adversaire c’est le monde la finance », il convainc. La formule synthétise une aspiration à un monde plus juste, plus humain, plus vivable. Un monde où l’argent ne fixe plus seul et sans contrôle les règles d’un jeu qui fait trop de perdants.

Mais au delà de l’exercice rhétorique, magnifiquement interprété, il y avait un formidable levier de mobilisation électorale, plus qu’il n’y avait un projet de transformation.

La vérité c’est qu’en 2017, nous n’étions préparés qu’à apaiser les douleurs les plus saillantes, pas à répondre aux mutations sourdes. Nous n’avions pas préparé le terrain pour créer les rapports de force utiles à la réalisation de transformations structurelles.

Tout le reste en découle, le manque de lisibilité de notre démarche et de notre projet, le raidissement dans l’exercice du pouvoir et ses erreurs, la crise profonde de notre vie collective et de notre pratique politique.


En réalité, lorsque la gauche arrive au pouvoir en 2012, son logiciel daté déjà. La plupart de nos réponses ont été forgées au début du quinquennat Sarkozy et souvent inspirées des mesures déjà prises sous le gouvernement de Lionel Jospin.

9
Le Parti socialiste n’a pas pris la mesure de l’alerte du 21 avril 2002. Les victoires aux élections locales entre 2004 et 2010 nous ont plongé dans une trompeuse euphorie et les congrès du PS se sont succédé en multipliant les affrontements personnels et les manœuvres désastreuses.

Les outrances, les erreurs, la personnalité clivante de Nicolas Sarkozy ont ouvert la perspective d’une victoire possible et nous ont exonérés de toute remise en cause exigeante.

Les primaires ont transféré, hors du parti, c’est-à-dire hors de tout travail collectif, la production du projet.

Au final nous avons à la fois intériorisé les institutions de la Vème République et implicitement faite nôtre la théorie du balancier : le pouvoir revient à la gauche réformiste quand la droite républicaine devient impopulaire. Nous nous sommes satisfaits de peu, convaincus que les Français se contenteraient d’une gauche modérée pour éviter une droite dure et libérale.

Alors que la société se transformait, se fragilisait, nous n’avons pas actualisé notre pensée. Nous n’avons pas su affronter les nouveaux clivages : société ouverte contre société fermée qui s’est imposé dans toutes les démocraties occidentales. Nous avons laissé s’aggraver le clivage rural/urbain/péri-urbain dans nos politiques publiques, ces territoires qui jaillissent dans l’actualité à l’occasion de la crise des gilets jaunes. Ce mouvement n’exprime pas un refus de l’impôt, mais réagit à une inégalité objective. A pression fiscale équivalente, le fait d’habiter en périphérie n’ouvre pas aux mêmes services.

Les Français ont vu une préférence donnée à l’occupation du pouvoir plutôt qu’à son exercice effectif au service d’un projet de transformation.

5- Les ruptures

a) l’incompréhension
10

Privés ainsi du sens de notre action, le CICE est apparu comme un premier revirement. En 2012, la croissance est en berne, le chômage endémique, le déficit très inquiétant, les taux de marge des entreprises sont parmi les plus faibles d’Europe. Cette faiblesse interdit l’investissement et menace notre compétitivité et donc l’emploi.

Les choix qui sont alors pris correspondent à la volonté de préserver ce qu’il reste de croissance et de renforcer notre compétitivité industrielle. Mais quand apparaît, fin 2012, le Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi, il n’a été ni annoncé, ni négocié avec la majorité, encore moins expliqué aux Français. Pourtant, par son montant, il absorbe une très large part de notre capacité à agir.

Ce fut un débat manqué. C’eût pourtant été un débat utile ; précieux même. Il aurait permis de poser les termes d’une politique nécessaire de rattrapage de compétitivité.

Chacun connaît la suite : cette politique de désinflation compétitive n’a pas connu le succès attendu pour plusieurs raisons. Elle a été menée simultanément par nos concurrents internationaux et Européens, ce qui a immédiatement réduit la portée de cette stratégie. La croissance mondiale a chuté de moitié par rapport à la décennie précédente, ce qui n’a pas permis de trouver sur le marché extérieur l’oxygène attendu. Le financement du CICE a en revanche pesé sur la demande et donc sur le dynamisme économique. Enfin les entreprises ont profité de la mesure pour reconstituer leurs marges, mais ont faiblement répercuté ces baisses de cotisations dans leurs prix de vente.

Le défaut des mesures générales et inconditionnelles est de ne pas distinguer les situations. Ce qui est valable dans une entreprise ne l’est pas forcément pour toutes. Nous avons manqué une belle occasion de revivifier le dialogue social alors qu’il eut été si précieux de prescrire une obligation de négocier annuellement pour déterminer, entreprise par entreprise, l’usage du CICE. Ici l’emploi, ailleurs la formation ou le renouvellement de l’appareil productif…

Pas ou peu discutée, amplifiée par le pacte de responsabilité, avec des résultats qui ne sont devenus sensibles qu'en fin de parcours, cette
11
"politique de l'offre", inédite venant d'un pouvoir de gauche, a été vite assimilée à une politique en faveur des patrons alors qu'elle visait les entreprises, c'est-à-dire l'emploi, la formation, l'investissement, la recherche. Pour se convaincre de la différence, il suffit d'ailleurs de se référer à la politique fiscale du gouvernement Macron. Ce sont les actionnaires qui sont destinataires de sa politique, là où nous, nous visions les entreprises !

Privés du sens de notre action, nos concitoyens ont très tôt exprimé leur "ras-le-bol fiscal". Peu importait que le taux marginal de l'impôt sur le revenu des plus riches ait été relevé à 45%, que la fiscalité du capital ait été alignée sur celle du travail. Le partage de l'effort n'a pas compensé la suppression de la demi-part des veuves, ni l’entrée dans l’impôt de contribuables jusqu’ici exonérés. Ces décisions avaient été prises dans la dernière année du quinquennat Sarkozy, mais nous furent attribuées et vinrent s'ajouter à la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires.

"Le redressement dans la justice" est vite apparu comme un mantra sans contenu réel.

b) l’occasion manquée

Il y a eu ensuite l’occasion manquée de la remise à plat fiscale, levier indispensable de la lutte contre les inégalités.

L’actualité de la crise des gilets jaunes nous rappelle combien notre pays demeure sensible à l’injustice notamment fiscale. La complexité du système, son hypocrisie, ses incohérences, ses injustices, ont affaibli l’adhésion à l’impôt.

A l’automne 2013 l’annonce d’une remise à plat fiscale est saluée par l’ensemble de la majorité.

Le lancement du chantier fiscal, en concertation avec les partenaires sociaux, les collectivités locales, les citoyens, offrait l’opportunité unique à la gauche de transformer le système en le rendant plus lisible, plus juste, et plus favorable à l’emploi.

12
Il y a été mis prématurément fin au moment du départ, début 2014, de Jean-Marc Ayrault.

La volonté exprimée ultérieurement par le groupe socialiste de substituer à la prime d’activité un taux dégressif de CSG n’a pas été accueillie plus favorablement par le pouvoir exécutif.

Il est toujours facile de réécrire l’Histoire, mais il y avait matière - à travers la remise à plat fiscale et la CSG dégressive - à retrouver le peuple des petits revenus qui nous a largement abandonné. La suppression de deux premières tranches de l’impôt sur le revenu en fin de parcours a tenté d’atténuer le divorce avec la classe moyenne. Mais le temps perdu ne se rattrape pas, les occasions manquées non plus.

c) la trahison

Ces derniers mois, je me suis fait interpeller régulièrement par des concitoyens : « monsieur le député, vous n’avez pas fait tout ce que vous aviez promis. Bon, vous n’êtes pas les premiers. Mais ce n’est pas ça que je vous reproche le plus. Là, vous avez même fait le contraire de ce que nous espérions en votant pour vous ! Vous nous avez trahis » !

Je ne surprendrai personne si je vous dis que les deux exemples invariablement cités sont la déchéance de nationalité et la loi travail.

La déchéance de nationalité est restée comme une blessure profonde. Nous avons entamé le quinquennat avec l’engagement de donner le droit de vote aux étrangers, nous l’avons achevé avec un débat sur la déchéance de nationalité ! La condamnation des terroristes était évidemment unanime et la sanction aurait pu l’être aussi. Mais pas celle-là. Inexplicable, car elle distinguait les Français selon leurs origines. Comment prétendre rassembler les Français en commençant par les distinguer?

Cette dernière année fut particulièrement douloureuse. Après cet épisode, le gouvernement s’est lancé dans une réforme du code du travail bâclée. Les partenaires sociaux n’avaient été consultés que sur une partie des mesures. Et pour couronner le tout, le passage en force à l’Assemblée fut annoncé avant même que les débats ne commencent…

13
La brutalité de la méthode est venue contredire frontalement notre identité. La social-démocratie n’est pas un socialisme dilué dans le libéralisme. C'est l'acceptation de compromis, mais sur la base d'un rapport de force que l'on construit. C'était la marque du début du quinquennat avec les grandes conférences sociales.

Le renforcement des outils de la négociation collective aurait pu réunir le monde syndical et la gauche politique. Mais le gouvernement a donné le sentiment de céder à la vulgate du MEDEF, licencier plus facilement et moins cher. Quitte à plier ses propres parlementaires. La loi travail a ancré l’idée d’un pouvoir insensible aux mobilisations sociales, droit dans ses bottes, avec deux pieds droits.

La loi travail comme la déchéance de nationalité ont laissé des traces durables auprès de ces millions de Français qui nous avaient accompagnés jusque-là. La confiance est un sentiment fragile. Elle exige de ne jamais être trompée. Tous les événements qui surgissent lors d’un quinquennat ne peuvent être prévus, mais la confiance suppose que les réactions du pouvoir soient prévisibles. En prenant les Français à revers, nous sommes devenus insaisissables. En sortant de notre socle de valeurs, nous avons perdu notre fiabilité.

d) Les comportements

Mes chers camarades, La confiance repose aussi sur le sentiment d’être dirigés par une majorité cohérente. Lorsque des socialistes se succèdent sur les plateaux de télévision pour se porter une contradiction qui relève du débat interne, lorsque le fait majoritaire n’est plus respecté, lorsqu’une partie des députés envisage de déposer une motion de censure contre son propre gouvernement avec le soutien implicite de la droite, comment demander aux Français de nous confier plus longtemps le pouvoir ?

Je veux bien faire crédit à chacun qu’il ait agi selon sa conscience, selon ce qu’il croyait juste au regarde de ses convictions mais enfin… commencer l’examen d’une loi en menaçant sa majorité de l’usage du 49. 3, répondre pour les autres par une motion de censure, illustre l’absence de volonté évidente de faire ensemble.
14

Il ne s’agit pas de refaire le match entre légitimistes et frondeurs. Ce match, nous l’avons déjà perdu ensemble. Nous devons nous interroger sur nos pratiques et nos comportements. L’égocentrisme et le refus du compromis menacent toutes les entreprises collectives. Dans ce jeu de rôle permanent, où chacun fronde tour à tour, il n’y a qu’une issue : la défaite.

e) la nature de nos institutions

Au delà, c’est la nature même de nos institutions qui doit être interrogée. La prééminence démesurée du rôle du chef de l’Etat conduit à l’effacement du Parlement. Quand la logique est poussée à son extrémité, Jupiter règne seul sur une armée de robots. Avec pour conséquence sa déconnection progressive et l’organisation d’un face-à-face délétère avec l’opinion. Les régimes parlementaires n’interdisent pas les crises, mais l’obligation faite aux Premiers ministres, chanceliers, présidents de gouvernement chez nos voisins européens, de maintenir un dialogue permanent avec leurs majorités ne les affaiblissent pas. C’est même un argument de poids dans les discussions européennes, dont Angela Merkel n’a cessé d’user.

6. Cinq enseignements des cinq années au pouvoir

Mes chers amis, faire l’inventaire est un exercice difficile. Cet inventaire, nous le devions aux militants, à la gauche, aux Français. Je m’y étais engagé lors de notre congrès d’Aubervilliers. Depuis j’ai lu les contributions nombreuses, entendu ce que beaucoup avaient à nous dire. Cet inventaire, j’ai tenté de le faire en préservant la froide objectivité qui s’impose. J’ai essayé de choisir et de combiner les bons critères. Faire un inventaire c’est toujours comparer et confronter : les valeurs au réel, les promesses aux actes et les discours à leurs résultats.

Mais, au fond, pourquoi faisons-nous cet inventaire ? Pour essayer de dire le vrai ? Les historiens y pourvoiront. Pour essayer de juger ce bilan ? Il est forcément contrasté, on vient de le voir. Mais surtout le juge de paix - c’està-dire les Français – ont déjà tranché.
15

Cet inventaire nous le faisons pour préparer la suite. Le vrai sujet de cet inventaire, c’est l’avenir d’une ambition. Oui, la gauche est une ambition, qui prend le réel et les injustices par le col. Cette ambition doit demeurer. On le voit, le risque est là, présent, d’un débat politique qui s’enferme dans un duel entre la nouvelle droite incarnée par LREM et l’extrême droite de Madame Le Pen.

Pour que cet inventaire soit utile il doit conduire à de véritables changements. J’en propose cinq qui répondent à cinq enseignements de ces cinq années :

1. Nous avons manqué d’ambition et donc de vision. Nous avons été paralysés par la technocratie. Nous nous sommes rassurés en endossant les habits des bons gestionnaires. Nous avons évoqué des « boites à outils » pour inverser des « courbes »… Mais la gauche est d’abord un système de valeur, une fenêtre sur le rêve d’un monde plus juste. Un combat. La gauche est d’abord une indignation face à l’injustice. Retrouvons nos racines en assumant une radicalité démocratique, une colère constructive !

2. Nous n’avons pas suffisamment pris les idées au sérieux. La gauche est le parti des idées, des idées neuves, des idées folles ! Qu’on y repense : les congés payés, la retraite, le salaire minimum, les 35 heures… Rien ne relevait de l’évidence. Il a fallu en faire tomber des résistances. La gauche c’est le refus de la pensée unique !

Cela suppose de renouer avec les intellectuels et les chercheurs, d’aller à l’étranger, d’écouter ceux qui pensent différemment et d’anticiper les grandes mutations pour les maîtriser. Cela suppose de gamberger sans cesse, de rêver encore et de se dire : « pourquoi pas » ? Refusons les œillères, retrouvons le goût des nouvelles frontières !


16
3. Nous avons négligé les territoires. En 2012, nous détenions une immense majorité des collectivités locales. Nous ne leur avons pas fait confiance. Les dotations ont baissé. La réforme territoriale n’a pas répondu à l’attente d’une nouvelle étape de décentralisation. Pourtant, sur de très nombreux sujets, les bonnes volontés et les bonnes idées siégeaient dans nos régions, départements et communes… Nos collectivités sont des pépinières. Au delà des élus, nos concitoyens demandent à être associés. Toutes les initiatives de budgets participatifs, ont montré la maturité de nos concitoyens. Fédéralisons le fonctionnement de notre parti et notre exercice du pouvoir, faisons le pari d’une démocratie collaborative !

4. Nous n’avons pas assez associé l’ensemble de la gauche à nos décisions et à nos actions. Nous aurions dû œuvrer à un rassemblement au delà de nous-mêmes, sortir des cadres institutionnels, construire dans un dialogue permanent avec le monde syndical, associatif, les ONG, les citoyens. Ouvrons-nos portes et nos fenêtres pour penser et conduire le changement avec toutes les forces qui y sont prêtes ! 5. Nous n’avons pas mené la bataille culturelle. A ne pas imposer nos critères, nous avons implicitement accepté d’être jugés sur ceux de nos adversaires libéraux. Le combat pour la planète est aujourd’hui central. Indissociable du combat social et démocratique, il est un formidable levier pour reprendre en main notre destin collectif. La social-écologie doit plus que jamais être notre combat !


J’achève mon propos par un dernier changement. Celui-là ne nous concerne pas seuls. Il s’adresse à l’ensemble des forces de gauche, écologistes et pro-européennes. N’abîmons pas nos combats communs par nos égoïsmes.

Oui, la gauche est un système de valeurs. Mais il y a une valeur qui a un rôle particulier car elle permet justement d’être fidèle à toutes les autres,
17
car elle permet l’expression de toutes les autres : c’est l’unité. L’unité, c’est la clé de la transformation sociale : sans unité, pas de traduction de nos valeurs en actes ! Il n’y a pas de gauches irréconciliables.

Les libéraux sont En Marche. L’extrême droite s’organise. Et au même moment, les progressistes se divisent ! Je ne m’y résous pas ; je ne m’y résoudrai jamais. C’est le sens même de notre renaissance que de travailler à celle de la gauche toute entière.

Conclusion.

Mes chers amis,

Il y a pire que la défaite, il y a le défaitisme. De la défaite, on apprend. Du défaitisme, on meurt. Ce soir c’est un inventaire, pas un testament. Ce soir une page se tourne, mais l’Histoire continue.

Aux Françaises et aux Français que l’injustice révolte, que le changement climatique inquiète, que l’égalité met en mouvement, qui veulent s’engager dans le débat démocratique, je dis : nous nous sommes tellement manqués. Nous devons maintenant nous retrouver !

Vive la gauche, vive la République et vive la France !

L'actualité des socialistes du 18 au 24 janvier

PS

Le Monde - Au PS, un nouveau siège, mais toujours pas d’alliés

Le Parti socialiste a présenté vendredi ses vœux à la presse, le premier événement organisé dans le nouveau siège d’Ivry-sur-Seine.

Les lieux sont tout beaux, tout neufs. Et les cartons pas tous déballés. On sentirait presque la peinture en train de sécher sur les murs... Le Parti socialiste a présenté, vendredi 18 janvier, ses vœux à la presse, le premier événement organisé dans le nouveau siège d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), un an après la vente de l’hôtel particulier du 7e arrondissement de Paris qu’il occupait depuis plus de trente ans.

France 24 - Le PS en quête d'un référendum sur l'ISF

Le Parti socialiste espère déposer une proposition de loi visant à aboutir à un référendum d’initiative partagée pour rétablir l’impôt sur la fortune (ISF). Première étape à franchir : réunir 185 signatures de parlementaires.

Ce n’est pas le référendum d’initiative citoyenne réclamé par les Gilets jaunes, mais on s’en approche légèrement. Le Parti socialiste doit encore convaincre 29 parlementaires pour pouvoir déposer sa proposition de loi de référendum d’initiative partagée (RIP) visant à rétablir l’impôt sur la fortune (ISF). Y parvenir tiendrait de l’exploit tant la mise en place d’un tel référendum ressemble à une course d’obstacles.

OXFAM

Libé - En 2018, 26 personnes possèdent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de l’humanité

A deux jours de l'ouverture du Forum économique mondial de Davos, Oxfam publie son rapport annuel sur l'état des inégalités, qui pointe du doigt la responsabilité d'une fiscalité déséquilibrée et injuste.

Alors que débute une semaine chargée pour les grandes fortunes, avec la réception ce lundi à Versailles par Emmanuel Macron de 150 chefs d’entreprises français et étrangers et la levée de rideau mardi du rendez-vous de l’élite mondiale qu’est le Forum économique mondial de Davos, les contempteurs d’un libéralisme à tous crins contre-attaquent. Oxfam publie ce dimanche soir son rapport annuel sur l’état des inégalités mondiales, qui détaille leur emballement croissant.

Télérama - Oxfam s’est trompé, les inégalités sont un bienfait pour l’humanité

Lundi dernier, les meilleurs économistes de LCI et de BFMTV décryptaient les rapports publiés par Oxfam et Attac, deux officines d’extrême gauche notoirement altermondialistes et anticapitalistes. Ils en ont brillamment démontré l’inanité. Car l’extrême fortune des plus riches milliardaires est naturellement proportionnelle à leur incommensurable génie. En outre, elle bénéficie à (presque) toute l’humanité.

ATTAC

La rapport  : https://urlz.fr/8IyK

Observatoire des multinationales - Davos, ou comment les multinationales tentent de faire oublier leur impact désastreux

À l’occasion de Davos et du sommet « Choose France » organisé par Emmanuel Macron à Versailles avec 150 patrons de multinationales, un rapport d’Attac en partenariat avec l’Observatoire des multinationales rappelle à quel point les pratiques actuelles du CAC40 – et au-delà – nuisent gravement à la planète et à la société. Et font obstacle à toute action ambitieuse en termes de justice sociale, fiscale et climatique.

Nouveau rapport d’Attac : « Les grandes entreprises françaises : un impact désastreux pour la société et la planète ! »

Attac France, en partenariat avec l’Observatoire des multinationales, publie ce rapport qui synthétise le véritable bilan des entreprises du CAC 40 en matière de justice sociale, justice écologique et justice fiscale.

A l’occasion du Forum économique mondial de Davos 2019 et de la deuxième édition du « Choose France summit », Attac France fait une série de propositions concrètes lesquelles, si elles étaient mises en œuvre par les pouvoirs publics, contribueraient à répondre aux exigences de justice sociale, fiscale et climatique, aujourd’hui portées par la majorité de la population.

Dans ce rapport il est révélé qu’entre 2010 et 2017 : les impôts versés par les entreprises du CAC 40 ont baissé de 6,4 % en valeur absolue, alors que leurs bénéfices cumulés ont augmenté de 9,3 % et les dividendes versés aux actionnaires de 44 % en valeur absolue également sur la même période, tandis que leurs effectifs en France ont baissé de 20 %.

DEMOCRATIE INTERACTIVE

Fondation Jean Jaurès - Démocratie interactive : pour un grand débat

Avec les « gilets jaunes », c’est sans doute la première fois depuis longtemps en France qu’un mouvement, social en apparence, est aussi clairement politique. C’est aussi la première fois que le cadre institutionnel et même constitutionnel est aussi directement et aussi fortement impliqué dans des revendications. Ces circonstances exceptionnelles contraignent tous les acteurs à réagir, à critiquer, à proposer dans le cadre du grand débat national. Jacques Lévy, professeur à l’École polytechnique fédérale de Lausanne et à l’Université de Reims et membre du rhizome Chôros, livre ici une analyse critique de la « démocratie directe » et formule des propositions pour la mise en place d’une véritable démocratie interactive.

I - La démocratie directe contre le politique : ce que nous dit la Suisse

Il existe plusieurs alternatives à la démocratie représentative. La démocratie directe n’est pas représentative, mais elle n’est pas non plus participative car elle est la plus radicalement délibérative. La Suisse est, de loin, le pays du monde où la démocratie directe occupe le rôle le plus central dans le système politique. Elle présente une expérience historique originale qui mérite d’être analysée avec précision.

POPULISME

La Vie des idées - Peut-on défendre le populisme ? À propos de : Chantal Mouffe, Pour un populisme de gauche, Albin Michel

Le populisme, explique Ch. Mouffe dans un manifeste, est une stratégie pour conquérir le pouvoir qui consiste à opposer le peuple aux élites afin de lutter contre l’hégémonie néolibérale. Mais cette stratégie tourne délibérément le dos à tous les principes qui ont construit la démocratie moderne.

Chantal Mouffe, professeure au département de sciences politiques et de relations internationales à l’université de Westminster, propose, dans le prolongement de ses écrits, une synthèse de (qui est en même temps une variation sur) ses principales thèses. Elle n’en est pas à son coup d’essai, car elle travaille sur la question du populisme depuis les années 1980 dans le sillage des réflexions qu’elle a pu mener avec Ernesto Laclau.

France Info - Chantal Mouffe, philosophe : "La France vit une situation populiste".

Chantal Mouffe, philosophe et auteure de "Pour un populisme de gauche", était ce matin l'invitée de Gilles Bornstein dans l'instant politique.

Libé, Laurent Joffrin - Les dangereux affects de Chantal Mouffe

La philosophe prône un populisme de gauche, fondé sur la conquête de l’hégémonie culturelle et la construction d’un peuple. Une idéologie qui frôle la démagogie ?

Ce livre est un manuel : celui du parfait petit Mélenchon. Sous une forme résumée et pédagogique, on y trouve le raisonnement théorique et pratique qui sous-tend la stratégie de La France insoumise (LFI). Philosophe politique, professeure à l’Université de Westminster à Londres, Chantal Mouffe est la principale théoricienne du «populisme de gauche». Avec son compagnon Ernesto Laclau, universitaire post-marxiste argentin (aujourd’hui décédé), elle a longuement étudié les mouvements populistes d’Amérique latine, le péronisme notamment. Leur livre commun, Hégémonie et stratégie socialiste, a servi de base théorique au mouvement espagnol Podemos, dont La France insoumise s’est largement inspirée.

REGULATION

Fondation Jean Jaurès - Pour une régulation économique internationale démocratique

Que pourrait – et devrait – être une régulation démocratique ? L’ancien ministre algérien Smaïl Goumeziane rappelle que le phénomène des « gilets jaunes » s’inscrit dans le contexte de la mondialisation néolibérale dont il examine la signification et les conséquences économiques, environnementales, politiques et sociales.

Au-delà des revendications immédiates, disparates et parfois contradictoires qu’il exprime, le mouvement dit des « gilets jaunes » est le signe, le plus récent, d’un mal profond qui touche l’ensemble des sociétés depuis l’avènement, puis la domination, de la mondialisation au cours des trente dernières années. Un mouvement qui, à bien des égards, est le « petit frère » des mouvements sociaux de type « émeutier » en vogue dans bien des pays pauvres, ou encore des « printemps arabes » qui ont fleuri, il y a quelques années, au sud de la Méditerranée. Car la misère, les questions de dignité et le déficit démocratique n’ont pas de frontières. Ils sont, eux aussi, mondialisés.

RURALITE

 
En 2005 Nicolas Renahy a montré que les changements socio-économiques des dernières décennies, loin de ne concerner que les zones urbaines, ont aussi bouleversé le monde rural, ses classes populaires et en particulier sa jeunesse ouvrière. Retour sur l’enquête et sur ses principaux résultats.
 
Sociologue, Nicolas Renahy est directeur de recherche au département sciences sociales de l’INRA et directeur du CESAER (Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux). Il a notamment publié Les Gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale (La Découverte, 2005), Sociologie des classes populaires contemporaines (écrit avec Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant et Olivier Masclet, Armand Colin, 2015), et récemment dirigé Mondes ruraux et classes sociales (avec Ivan Bruneau, Gilles Laferté et Julian Mischi, EHESS, 2018) et Le Laboratoire des sciences sociales. Histoires d’enquêtes et revisites (avec G. Laferté et Paul Pasquali, Raison d’Agir, 2018).
 
JEAN GADREY
 
 
Bon d’accord, d’autres commentateurs vont aussi être recalés à cette épreuve, mais raison de plus pour les recadrer, eux et leur président. Je cite ce dernier : « Nous dépensons en fonctionnement et en investissement pour notre sphère publique plus de la moitié de ce que nous produisons chaque année. ». Je ne sais pas si Macron énonce délibérément une « fake news » pour enfumer ceux qui l’écoutent, ou s’il y croit vraiment. Mais le système de formation et de déformation des élites est tel qu’on ne peut même pas exclure qu’on lui ait enseigné cette ânerie à l’ENA et qu’il la répète en boucle en même temps que ses petites phrases sur « le pognon de dingue ».
 
 
Emmanuel Macron n’est pas le seul à enchaîner des inepties économiques (voir mon billet précédent). Benjamin Griveaux fait partie de ses meilleurs disciples. La dernière de ses formules choc remonte à son « grand entretien » du 7 janvier matin sur France Inter (vers 19 minutes 30) : « Toutes les autres grandes démocraties occidentales, en mettant de côté l’Espagne et le Portugal, ont réglé le problème du chômage de masse, toutes. Nous sommes les seuls à avoir un taux de chômage à 9 % quand tous les autres sont entre 4 et 6 % ».Emmanuel Macron n’est pas le seul à enchaîner des inepties économiques (voir mon billet précédent). Benjamin Griveaux fait partie de ses meilleurs disciples. La dernière de ses formules choc remonte à son « grand entretien » du 7 janvier matin sur France Inter (vers 19 minutes 30) : « Toutes les autres grandes démocraties occidentales, en mettant de côté l’Espagne et le Portugal, ont réglé le problème du chômage de masse, toutes. Nous sommes les seuls à avoir un taux de chômage à 9 % quand tous les autres sont entre 4 et 6 % ».
 
PODEMOS
 
 
Jeudi dernier a eu lieu un coup de tonnerre dans la politique espagnole. Íñigo Errejón, ex bras droit de Pablo Iglesias et cerveau de la stratégie populiste à l’origine des campagnes innovantes de Podemos, a annoncé par une lettre aux madrilènes qu’il allait se présenter sous le label Más Madrid aux élections de la communauté de Madrid – l’équivalent de la région -, en binôme avec Manuela Carmena, actuelle maire de Madrid et tête de liste aux élections municipales de mai prochain. La réaction de Pablo Iglesias ne s’est pas fait attendre. Il a annoncé qu’une liste de Podemos sera présente face à celle d’Íñigo Errejón, mais pas face à celle de Manuela Carmena. Pablo Etchenique a appelé Errejón à démissionner de son mandat de député national, ce qu’il vient de faire ce lundi. Retour sur les causes et les conséquences du dernier épisode d’un conflit politique larvé qui menace d’emporter le parti avec lui.
 
LES CLASSES POPULAIRES
 
 
La classe ouvrière n’est plus, la France populaire se fragmente entre classes moyennes et précarisation croissante. Ce nouvel ouvrage de la collection Vie des idées - Puf dresse une cartographie fine et vivante d’un milieu en pleine recomposition qui tente de faire face, individuellement et collectivement, aux inégalités sociales.
 
Ce livre étudie les classes populaires à travers des prismes variés (travail et emploi, trajectoires résidentielles, conditions de revenus, pratiques culturelles, ressorts moraux). Il a pour but de dresser une cartographie des classes populaires, en repartant du constat de leur différenciation. L’éclatement du monde ouvrier, scindé entre d’une part des strates qui se rapprochent des classes moyennes ou, à tout le moins, de leurs échelons inférieurs que sont les professions intermédiaires, et d’autre part des groupes qui s’enfoncent dans la précarité voire la pauvreté, a été un élément décisif du désarmement identitaire et politique du groupe.
 
ISLAM
 
 
Alors que se lance le campus numérique crée par la Fondation de l'islam de France, son président se dit prêt à collaborer avec Macron, à certaines conditions.
 
"Sapere aude!" : "Ose savoir !" Voici la devise latine que l'on peut lire sur la page d'accueil du nouveau campus numérique lancé par la Fondation de l'islam de France (FIF) le mois dernier. La référence à Horace et aux lumières kantiennes n'est pas un hasard, puisque le site s'appelle "Campus Lumières d'Islam" et est dédié à la connaissance scientifique de la deuxième religion de France.
 

ROSA

Fondation Jean Jaurès- Les choix de Friedrich Ebert

Le 19 janvier 1919 porte toutes les ambiguïtés de la République de Weimar et du rôle qu’y joua la social-démocratie allemande. Quelques jours à peine après la répression sanglante de la révolution spartakiste, dont Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht furent les victimes, les élections à l’Assemblée constituante consacrèrent la prééminence du SPD avec 38 % des voix, et ouvrirent la voix à l’élection de Friedrich Ebert à la présidence de la République le 11 février. Cent ans après, Emmanuel Jousse revient sur le parcours de Friedrich Ebert, les enjeux de cette période et ses implications ultérieures pour la social-démocratie allemande.

L'Humanité - Rosa Luxemburg, dialogues avec Jaurès et Lénine

Tribune libre par Jean-Numa Ducange, maître de conférences en histoire à l’université de Rouen.

Avant de devenir une des principales animatrices des spartakistes, Rosa Luxemburg fut une des figures de la social-démocratie allemande et de l’Internationale socialiste d’avant 1914. Dans ce cadre, elle eut de rudes confrontations avec un des principaux dirigeants du socialisme français, Jean Jaurès. Le républicanisme de ce dernier lui a toujours semblé suspect, contraire à l’idée qu’elle se faisait du mouvement ouvrier, qui devait ne jamais manquer de souligner sa distance par rapport à tout ce qui pouvait l’intégrer à l’État. Luxemburg publia notamment un compte rendu très critique de l’Armée nouvelle, qu’elle voyait comme une réforme trop modérée là où il aurait fallu défendre un antimilitarisme sans concession. Malgré ces divergences profondes, leurs socialismes se retrouvent à la veille de la guerre pour combattre le péril qui approche.

Le Vent se lève - Berlin, 15 janvier 1919 : socialistes et nationalistes assassinaient Rosa Luxemburg

Il y a cent ans, le 15 Janvier 1919, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht étaient assassinés à Berlin. Le mouvement révolutionnaire, qui constituait l’avant-garde du pacifisme en Allemagne, était ainsi décapitéLa jeune République allemande, née en novembre 1918 des cendres de la Première Guerre Mondiale, était dirigée par des sociaux-démocrates. Hostiles aux mouvements révolutionnaires, ils font appel aux troupes militaires et para-miliaires dirigées par des officiers d’extrême-droite pour écraser les foyers de révolte. Les « corps francs », lâchés sur Berlin, mènent une répression sanglante.