Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2017

L'actualité des socialistes du 17 au 23 mars (Revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

France 2 - Présidentielle : revivez l'interview de Benoît Hamon sur le plateau du "20 heures" de France2

Benoît Hamon appelle à "voter pour", plutôt qu'à voter "par défaut" pour Emmanuel Macron. Il faut "mettre de côté cette logique qui consiste à se réunir derrière une candidature qui ne propose qu'une chose : poursuivre ce qui a été fait et qui a échoué déjà", déclare le candidat socialiste.

BFMTV - Une élue PS appelle son parti à repenser sa stratégie contre le FN

Sarah Proust, membre de l'équipe de campagne de Benoît Hamon, juge que le PS fait fausse route en condamnant les électeurs du Front national.

Le Monde - Vers une société hyper-industrielle ?

On entend plus souvent parler de la fin de l’industrie que de sa renaissance. En s’intéressant au renouveau du capitalisme productif, l’ingénieur et sociologue Pierre Veltz (Wikipédia) livre, dans un ouvrage très synthétique pour l’excellente collection de la République des idées, un stimulant contrepoint.

LES RETRAITES

Alternatives Economiques, Gérard Cornilleau et Henri Sterdyniak - Faut-il une nouvelle réforme de retraites ?

En 1991, le « Livre blanc sur les retraites »  avait sonné l’alarme : les régimes de retraite français couraient à la catastrophe financière du fait de leur trop grande générosité, d’un âge trop précoce de la fin d’activité, du passage à la retraite des générations nombreuses du baby-boom et de l’allongement de la durée de vie.

Depuis 1993, à l’occasion de réformes successives, les paramètres des régimes  de retraite ont été modifiés. La durée de cotisation requise pour obtenir une retraite à taux plein a été allongée de 40 à 42 ans, et passera à 43 ans en 2035 ; l’indexation des salaires pris en compte et des retraites ne se fait plus sur les salaires, mais sur les prix ; le rendement des régimes complémentaires a été progressivement diminué ; l’âge ouvrant le droit à la retraite est passé de 60 à 62 ans ; enfin les taux de cotisation ont été relevés.

L'EURO

Libé - Euro, réformer ou sortir, Par Anne-Laure Delatte, Directrice adjointe du CEPII, professeure invitée à Princeton

La monnaie unique mérite mieux qu’une défaite en rase campagne, solution prônée par les populistes. Mais un aggiornamento, loin d’être utopique, est difficile : il demande un travail politique.

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. Le mec au fur et à mesure de sa chute pour se rassurer se dit «jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien». Il y a quelques mois, un beau matin de juin, à New York, je prenais un café avec un vieux copain de thèse, de passage pour un mois à la NYU. Il était alors en contact avec un potentiel candidat à la présidentielle et participait assez activement à l’élaboration de son programme.

Alternatives Economiques, Christian Chavagneux - En cas de sortie de l’euro, le franc ne dévaluerait pas!

Une étude à paraître analyse les conséquences d’une sortie de la France de la zone euro, en faisant l’hypothèse que la monnaie unique disparaîtrait

GUILLUY

Causeur - «En 2017 ou en 2022, la France périphérique fera basculer la présidentielle»

Entretien avec le géographe social Christophe Guilluy

Faut-il encore présenter Christophe Guilluy ? Le géographe social, fin observateur de la France périphérique et théoricien de l'insécurité culturelle, voit ses analyses confirmées par les sondages. Si Marine Le Pen ne l'emportera peut-être pas dès 2017, la France périphérique finira cependant par triompher un jour ou l'autre dans les urnes face aux candidats des gagnants de la mondialisation que sont Hamon, Fillon et Macron.

HOLLANDE

Le Figaro - Laurent Bouvet : «Le quinquennat Hollande a mis fin à l'illusion de l'unité de la gauche»

Dans son dernier livre, La gauche zombie, chroniques d'une malédiction politique, Laurent Bouvet fait l'état des lieux de la gauche française cinq ans après la victoire de François Hollande, décrypte les raisons d'un échec historique et dresse des perspectives sombres.

Le Monde - Présidentielle : François Hollande livre son testament

François Hollande a défendu son bilan à Crolles, dans la banlieue grenobloise, avant de s’en prendre à l’ambiance délétère de la campagne présidentielle.

Il est enfin entré dans la campagne. Mais pour lui. Lui et son quinquennat. Lui et son bilan. Lui et sa statue, sa postérité. Pour exister, aussi, alors qu’il lui reste moins de deux mois à l’Elysée. Quoi qu’il en soit, il voulait parler. Le président de la République François Hollande a livré un vibrant plaidoyer pro domo samedi 18 mars devant plusieurs centaines d’élus et militants socialistes à Crolles (Isère), à 20 kilomètres de Grenoble, dans un gymnase fervent mais où les dernières rangées de chaises sont toutefois restées inoccupées.
 
MARTIN SCHULZ
 
 
L’ancien président du parlement européen Martin Schulz a été élu à 100 % des voix à la tête du Parti socialiste (SPD) allemand. Le nouveau chef des sociaux-démocrates apparaît comme un challenger sérieux face à Angela Merkel.
 
 
Martin Schulz a été élu ce dimanche président du SPD. Le social-démocrate a réussi une prouesse : récolter 100% des voix, du jamais vu dans l’histoire du parti qui rêve aujourd’hui de détrôner Angela Merkel lors des élections de septembre. S’immisçant dans la campagne française, le SPD a clairement affiché sa préférence pour Emmanuel Macron, un pied-de-nez au candidat du PS, son parti frère.
 
LE REVENU UNIVERSEL
 
 
Benoît Hamon a renoncé à son projet de véritable revenu universel. Celui-ci aurait conduit à augmenter de 3000 euros par an l'impôt net d'un célibataire gagnant 3000 euros par mois. Le nouveau projet du candidat ne tient pas non plus la route. Par Henri Sterdyniak, économiste, OFCE
 
EN CAMPAGNE
 
 
Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon se rendra mardi à Berlin, où il doit rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel, ainsi que Martin Schulz, président du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD).
 

Benoît Hamon a connu un début de semaine compliqué alors que son meeting de Bercy, dimanche, lui laissait penser qu'il allait relancer sa campagne. Le voilà maintenant dépassé par Jean-Luc Mélenchon dans un récent sondage.

 
Le candidat PS Benoît Hamon mise sur un écroulement d'Emmanuel Macron pour augmenter son score et passer au second tour.
 
C'est l'un des grands enjeux de ces quatre prochaines semaines : Emmanuel Macron va-t-il s'effondrer dans les sondages d'ici au premier tour de la présidentielle ? C'est en tout cas ce qu'espèrent les autres candidats pour se qualifier au second tour. Et si un effondrement de Macron se produisait, le candidat PS Benoît Hamon pourrait être l'un des grands bénéficiaires de sa chute, le leader d'En Marche !  ayant beaucoup séduit les électeurs du parti socialiste, et notamment plusieurs de ses élus.
 

Quelques heures plus tôt, après un entretien avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le socialiste était « bouleversé » par le décès d'Henri Emmanuelli.

Envoyée spéciale à Bruxelles

Comme aspiré par des vents contraires. Après un meeting réussi et un discours remarqué dimanche à Bercy, Benoît Hamon se retrouve une nouvelle fois pollué par l'actualité et les mauvaises nouvelles. Le candidat socialiste est aussitôt reparti en campagne, à Bruxelles, après sa prestation en demi-teinte sur le plateau de TF1, lundi soir.

 
En meeting à Bercy, le candidat socialiste a fait parler de lui, et même au delà de ses soutiens.
 
Celui qui veut "faire battre le cœur de la France" aura au moins réussi faire battre celui de Bercy. Car de l'avis de nombreux observateurs, et pas forcément de son bord politique, Benoît Hamon a réussi son pari, lui qui était attendu au tournant dans une campagne qui dévissait et qui voyait Jean-Luc Mélenchon accentuer la pression à son encontre.
 
 
Le candidat du Parti socialiste à la présidentielle a tenu cet après-midi son plus grand meeting de campagne, espérant décoller entre les affaires Fillon et la tentation Macron.
 
 
Dans un discours très ancré à gauche, le candidat PS a dénoncé «le parti de l'argent».

Un Bercy bondé, une marée de drapeaux, français, socialistes ou écologistes, un Benoît Hamon survolté, efficace, faisant appel aux émotions du peuple de gauche. Le candidat socialiste a réussi son pari. Il était loin d'être gagné d'avance tant il semblait avoir du mal, jusqu'ici, à imposer sa stature présidentielle avec un PS profondément divisé. À 34 jours de la présidentielle et à la veille d'un débat télévisé crucial, Benoît Hamon s'est offert une profonde respiration. Et une forme de revanche face aux critiques de son camp.

VALLS

 
L’ex-premier ministre, qui a refusé de parrainer le candidat du PS après avoir perdu la primaire de la gauche, réagit aux accusations de trahison de son camp, dans une tribune au « Journal du dimanche ».
Manuel Valls réfute en bloc les accusations de « trahison » après son refus de parrainer Benoît Hamon en vue de l’élection présidentielle et appelle à « oublier les vieux clivages » partisans, dans une tribune au Journal du dimanche ce 19 mars.
 
MACRON
 
 
Influencé par François Bayrou, le candidat d'En Marche! réactive un vieux serpent de mer qui rompt avec la ligne du gouvernement.....
 
Les jeunes devront effectuer leur service dans les trois ans suivant leur majorité, a-t-il ajouté. Quelque 600.000 jeunes hommes et femmes, encadrés par des militaires ou des gendarmes, acquerront ainsi chaque année "une expérience directe de la vie militaire, de ses savoir-faire et de ses exigences"
 

Le candidat d’En Marche ! a notamment proposé, samedi, l’instauration d’un service national universel obligatoire pour les jeunes après leurs 18 ans.

L’objectif était d’affirmer la stature présidentielle d’Emmanuel Macron sur les grands domaines régaliens par excellence que sont la défense mais aussi la politique étrangère. De par la Constitution, le président de la VRépublique est le chef des armées. « C’est une responsabilité politique sans équivalent, par ses implications morales, par les enjeux stratégiques et je dirai même historiques qu’elle recouvre », a d’entrée de jeu déclaré le candidat d’En Marche ! en présentant, samedi 18 mars à Paris, ses grandes options pour la défense et affirmant être prêt « à assumer pleinement ce rôle et celui – il en est inséparable – de responsable de la dissuasion ».
 

Emmanuel Macron livre au JDD sa vision de l’identité française et détaille ses propositions en matière de sécurité, de défense de la laïcité et de lutte contre l’islamisme.

MELENCHON
 

Le cortège de la « marche pour une VIe République » a défilé, samedi, à l’appel de Jean-Luc Mélenchon entre les places de la Bastille et de la République, à Paris.

14 heures, place de la Bastille, à Paris. La foule se masse sur le bitume, la tête du cortège de la « marche pour une VIe République », organisée par le candidat à l’élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon, sous l’étiquette La France insoumise, se forme petit à petit à l’entrée du Boulevard Beaumarchais. Les camions musique, englués dans la masse de manifestants, avancent au pas. Équipés de mégaphones, les militants dévoués à l’organisation haranguent les « insoumis ». « Je dis Fillon ! vous dites ? - Dégage ! ».
 
ABDELGHANI MERAH
 

En moins de dix jours, sept personnes tombent sous les balles de Mohamed Merah. L'homme sera ensuite abattu par le Raid.

Pour dénoncer ces crimes et l'intégrisme islamiste, son frère aîné, Abdelghani Merah, termine dimanche 19 mars à Paris une marche de deux mois dans toute la France sur le tracé de "la marche des beurs" qui s'est déroulée il y a 34 ans.

26/03/2017

L'actualité des socialistes du 17 au 23 mars (Revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

France 2 - Présidentielle : revivez l'interview de Benoît Hamon sur le plateau du "20 heures" de France2

Benoît Hamon appelle à "voter pour", plutôt qu'à voter "par défaut" pour Emmanuel Macron. Il faut "mettre de côté cette logique qui consiste à se réunir derrière une candidature qui ne propose qu'une chose : poursuivre ce qui a été fait et qui a échoué déjà", déclare le candidat socialiste.

BFMTV - Une élue PS appelle son parti à repenser sa stratégie contre le FN

Sarah Proust, membre de l'équipe de campagne de Benoît Hamon, juge que le PS fait fausse route en condamnant les électeurs du Front national.

Le Monde - Vers une société hyper-industrielle ?

On entend plus souvent parler de la fin de l’industrie que de sa renaissance. En s’intéressant au renouveau du capitalisme productif, l’ingénieur et sociologue Pierre Veltz (Wikipédia) livre, dans un ouvrage très synthétique pour l’excellente collection de la République des idées, un stimulant contrepoint.

LES RETRAITES

Alternatives Economiques, Gérard Cornilleau et Henri Sterdyniak - Faut-il une nouvelle réforme de retraites ?

En 1991, le « Livre blanc sur les retraites »  avait sonné l’alarme : les régimes de retraite français couraient à la catastrophe financière du fait de leur trop grande générosité, d’un âge trop précoce de la fin d’activité, du passage à la retraite des générations nombreuses du baby-boom et de l’allongement de la durée de vie.

Depuis 1993, à l’occasion de réformes successives, les paramètres des régimes  de retraite ont été modifiés. La durée de cotisation requise pour obtenir une retraite à taux plein a été allongée de 40 à 42 ans, et passera à 43 ans en 2035 ; l’indexation des salaires pris en compte et des retraites ne se fait plus sur les salaires, mais sur les prix ; le rendement des régimes complémentaires a été progressivement diminué ; l’âge ouvrant le droit à la retraite est passé de 60 à 62 ans ; enfin les taux de cotisation ont été relevés.

L'EURO

Libé - Euro, réformer ou sortir, Par Anne-Laure Delatte, Directrice adjointe du CEPII, professeure invitée à Princeton

La monnaie unique mérite mieux qu’une défaite en rase campagne, solution prônée par les populistes. Mais un aggiornamento, loin d’être utopique, est difficile : il demande un travail politique.

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. Le mec au fur et à mesure de sa chute pour se rassurer se dit «jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien». Il y a quelques mois, un beau matin de juin, à New York, je prenais un café avec un vieux copain de thèse, de passage pour un mois à la NYU. Il était alors en contact avec un potentiel candidat à la présidentielle et participait assez activement à l’élaboration de son programme.

Alternatives Economiques, Christian Chavagneux - En cas de sortie de l’euro, le franc ne dévaluerait pas!

Une étude à paraître analyse les conséquences d’une sortie de la France de la zone euro, en faisant l’hypothèse que la monnaie unique disparaîtrait

GUILLUY

Causeur - «En 2017 ou en 2022, la France périphérique fera basculer la présidentielle»

Entretien avec le géographe social Christophe Guilluy

Faut-il encore présenter Christophe Guilluy ? Le géographe social, fin observateur de la France périphérique et théoricien de l'insécurité culturelle, voit ses analyses confirmées par les sondages. Si Marine Le Pen ne l'emportera peut-être pas dès 2017, la France périphérique finira cependant par triompher un jour ou l'autre dans les urnes face aux candidats des gagnants de la mondialisation que sont Hamon, Fillon et Macron.

HOLLANDE

Le Figaro - Laurent Bouvet : «Le quinquennat Hollande a mis fin à l'illusion de l'unité de la gauche»

Dans son dernier livre, La gauche zombie, chroniques d'une malédiction politique, Laurent Bouvet fait l'état des lieux de la gauche française cinq ans après la victoire de François Hollande, décrypte les raisons d'un échec historique et dresse des perspectives sombres.

Le Monde - Présidentielle : François Hollande livre son testament

François Hollande a défendu son bilan à Crolles, dans la banlieue grenobloise, avant de s’en prendre à l’ambiance délétère de la campagne présidentielle.

Il est enfin entré dans la campagne. Mais pour lui. Lui et son quinquennat. Lui et son bilan. Lui et sa statue, sa postérité. Pour exister, aussi, alors qu’il lui reste moins de deux mois à l’Elysée. Quoi qu’il en soit, il voulait parler. Le président de la République François Hollande a livré un vibrant plaidoyer pro domo samedi 18 mars devant plusieurs centaines d’élus et militants socialistes à Crolles (Isère), à 20 kilomètres de Grenoble, dans un gymnase fervent mais où les dernières rangées de chaises sont toutefois restées inoccupées.
 
MARTIN SCHULZ
 
 
L’ancien président du parlement européen Martin Schulz a été élu à 100 % des voix à la tête du Parti socialiste (SPD) allemand. Le nouveau chef des sociaux-démocrates apparaît comme un challenger sérieux face à Angela Merkel.
 
 
Martin Schulz a été élu ce dimanche président du SPD. Le social-démocrate a réussi une prouesse : récolter 100% des voix, du jamais vu dans l’histoire du parti qui rêve aujourd’hui de détrôner Angela Merkel lors des élections de septembre. S’immisçant dans la campagne française, le SPD a clairement affiché sa préférence pour Emmanuel Macron, un pied-de-nez au candidat du PS, son parti frère.
 
LE REVENU UNIVERSEL
 
 
Benoît Hamon a renoncé à son projet de véritable revenu universel. Celui-ci aurait conduit à augmenter de 3000 euros par an l'impôt net d'un célibataire gagnant 3000 euros par mois. Le nouveau projet du candidat ne tient pas non plus la route. Par Henri Sterdyniak, économiste, OFCE
 
EN CAMPAGNE
 
 
Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon se rendra mardi à Berlin, où il doit rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel, ainsi que Martin Schulz, président du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD).
 

Benoît Hamon a connu un début de semaine compliqué alors que son meeting de Bercy, dimanche, lui laissait penser qu'il allait relancer sa campagne. Le voilà maintenant dépassé par Jean-Luc Mélenchon dans un récent sondage.

 
Le candidat PS Benoît Hamon mise sur un écroulement d'Emmanuel Macron pour augmenter son score et passer au second tour.
 
C'est l'un des grands enjeux de ces quatre prochaines semaines : Emmanuel Macron va-t-il s'effondrer dans les sondages d'ici au premier tour de la présidentielle ? C'est en tout cas ce qu'espèrent les autres candidats pour se qualifier au second tour. Et si un effondrement de Macron se produisait, le candidat PS Benoît Hamon pourrait être l'un des grands bénéficiaires de sa chute, le leader d'En Marche !  ayant beaucoup séduit les électeurs du parti socialiste, et notamment plusieurs de ses élus.
 

Quelques heures plus tôt, après un entretien avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le socialiste était « bouleversé » par le décès d'Henri Emmanuelli.

Envoyée spéciale à Bruxelles

Comme aspiré par des vents contraires. Après un meeting réussi et un discours remarqué dimanche à Bercy, Benoît Hamon se retrouve une nouvelle fois pollué par l'actualité et les mauvaises nouvelles. Le candidat socialiste est aussitôt reparti en campagne, à Bruxelles, après sa prestation en demi-teinte sur le plateau de TF1, lundi soir.

 
En meeting à Bercy, le candidat socialiste a fait parler de lui, et même au delà de ses soutiens.
 
Celui qui veut "faire battre le cœur de la France" aura au moins réussi faire battre celui de Bercy. Car de l'avis de nombreux observateurs, et pas forcément de son bord politique, Benoît Hamon a réussi son pari, lui qui était attendu au tournant dans une campagne qui dévissait et qui voyait Jean-Luc Mélenchon accentuer la pression à son encontre.
 
 
Le candidat du Parti socialiste à la présidentielle a tenu cet après-midi son plus grand meeting de campagne, espérant décoller entre les affaires Fillon et la tentation Macron.
 
 
Dans un discours très ancré à gauche, le candidat PS a dénoncé «le parti de l'argent».

Un Bercy bondé, une marée de drapeaux, français, socialistes ou écologistes, un Benoît Hamon survolté, efficace, faisant appel aux émotions du peuple de gauche. Le candidat socialiste a réussi son pari. Il était loin d'être gagné d'avance tant il semblait avoir du mal, jusqu'ici, à imposer sa stature présidentielle avec un PS profondément divisé. À 34 jours de la présidentielle et à la veille d'un débat télévisé crucial, Benoît Hamon s'est offert une profonde respiration. Et une forme de revanche face aux critiques de son camp.

VALLS

 
L’ex-premier ministre, qui a refusé de parrainer le candidat du PS après avoir perdu la primaire de la gauche, réagit aux accusations de trahison de son camp, dans une tribune au « Journal du dimanche ».
Manuel Valls réfute en bloc les accusations de « trahison » après son refus de parrainer Benoît Hamon en vue de l’élection présidentielle et appelle à « oublier les vieux clivages » partisans, dans une tribune au Journal du dimanche ce 19 mars.
 
MACRON
 
 
Influencé par François Bayrou, le candidat d'En Marche! réactive un vieux serpent de mer qui rompt avec la ligne du gouvernement.....
 
Les jeunes devront effectuer leur service dans les trois ans suivant leur majorité, a-t-il ajouté. Quelque 600.000 jeunes hommes et femmes, encadrés par des militaires ou des gendarmes, acquerront ainsi chaque année "une expérience directe de la vie militaire, de ses savoir-faire et de ses exigences"
 

Le candidat d’En Marche ! a notamment proposé, samedi, l’instauration d’un service national universel obligatoire pour les jeunes après leurs 18 ans.

L’objectif était d’affirmer la stature présidentielle d’Emmanuel Macron sur les grands domaines régaliens par excellence que sont la défense mais aussi la politique étrangère. De par la Constitution, le président de la VRépublique est le chef des armées. « C’est une responsabilité politique sans équivalent, par ses implications morales, par les enjeux stratégiques et je dirai même historiques qu’elle recouvre », a d’entrée de jeu déclaré le candidat d’En Marche ! en présentant, samedi 18 mars à Paris, ses grandes options pour la défense et affirmant être prêt « à assumer pleinement ce rôle et celui – il en est inséparable – de responsable de la dissuasion ».
 

Emmanuel Macron livre au JDD sa vision de l’identité française et détaille ses propositions en matière de sécurité, de défense de la laïcité et de lutte contre l’islamisme.

MELENCHON
 

Le cortège de la « marche pour une VIe République » a défilé, samedi, à l’appel de Jean-Luc Mélenchon entre les places de la Bastille et de la République, à Paris.

14 heures, place de la Bastille, à Paris. La foule se masse sur le bitume, la tête du cortège de la « marche pour une VIe République », organisée par le candidat à l’élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon, sous l’étiquette La France insoumise, se forme petit à petit à l’entrée du Boulevard Beaumarchais. Les camions musique, englués dans la masse de manifestants, avancent au pas. Équipés de mégaphones, les militants dévoués à l’organisation haranguent les « insoumis ». « Je dis Fillon ! vous dites ? - Dégage ! ».
 
ABDELGHANI MERAH
 

En moins de dix jours, sept personnes tombent sous les balles de Mohamed Merah. L'homme sera ensuite abattu par le Raid.

Pour dénoncer ces crimes et l'intégrisme islamiste, son frère aîné, Abdelghani Merah, termine dimanche 19 mars à Paris une marche de deux mois dans toute la France sur le tracé de "la marche des beurs" qui s'est déroulée il y a 34 ans.

25/03/2017

L'actualité des socialistes du 17 au 23 mars (Revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

BFMTV - Une élue PS appelle son parti à repenser sa stratégie contre le FN

Sarah Proust, membre de l'équipe de campagne de Benoît Hamon, juge que le PS fait fausse route en condamnant les électeurs du Front national.

Le Monde - Vers une société hyper-industrielle ?

On entend plus souvent parler de la fin de l’industrie que de sa renaissance. En s’intéressant au renouveau du capitalisme productif, l’ingénieur et sociologue Pierre Veltz (Wikipédia) livre, dans un ouvrage très synthétique pour l’excellente collection de la République des idées, un stimulant contrepoint.

LES RETRAITES

Alternatives Economiques, Gérard Cornilleau et Henri Sterdyniak - Faut-il une nouvelle réforme de retraites ?

En 1991, le « Livre blanc sur les retraites »  avait sonné l’alarme : les régimes de retraite français couraient à la catastrophe financière du fait de leur trop grande générosité, d’un âge trop précoce de la fin d’activité, du passage à la retraite des générations nombreuses du baby-boom et de l’allongement de la durée de vie.

Depuis 1993, à l’occasion de réformes successives, les paramètres des régimes  de retraite ont été modifiés. La durée de cotisation requise pour obtenir une retraite à taux plein a été allongée de 40 à 42 ans, et passera à 43 ans en 2035 ; l’indexation des salaires pris en compte et des retraites ne se fait plus sur les salaires, mais sur les prix ; le rendement des régimes complémentaires a été progressivement diminué ; l’âge ouvrant le droit à la retraite est passé de 60 à 62 ans ; enfin les taux de cotisation ont été relevés.

L'EURO

Libé - Euro, réformer ou sortir, Par Anne-Laure Delatte, Directrice adjointe du CEPII, professeure invitée à Princeton

La monnaie unique mérite mieux qu’une défaite en rase campagne, solution prônée par les populistes. Mais un aggiornamento, loin d’être utopique, est difficile : il demande un travail politique.

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. Le mec au fur et à mesure de sa chute pour se rassurer se dit «jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien». Il y a quelques mois, un beau matin de juin, à New York, je prenais un café avec un vieux copain de thèse, de passage pour un mois à la NYU. Il était alors en contact avec un potentiel candidat à la présidentielle et participait assez activement à l’élaboration de son programme.

Alternatives Economiques, Christian Chavagneux - En cas de sortie de l’euro, le franc ne dévaluerait pas!

Une étude à paraître analyse les conséquences d’une sortie de la France de la zone euro, en faisant l’hypothèse que la monnaie unique disparaîtrait

GUILLUY

Causeur - «En 2017 ou en 2022, la France périphérique fera basculer la présidentielle»

Entretien avec le géographe social Christophe Guilluy

Faut-il encore présenter Christophe Guilluy ? Le géographe social, fin observateur de la France périphérique et théoricien de l'insécurité culturelle, voit ses analyses confirmées par les sondages. Si Marine Le Pen ne l'emportera peut-être pas dès 2017, la France périphérique finira cependant par triompher un jour ou l'autre dans les urnes face aux candidats des gagnants de la mondialisation que sont Hamon, Fillon et Macron.

HOLLANDE

Le Figaro - Laurent Bouvet : «Le quinquennat Hollande a mis fin à l'illusion de l'unité de la gauche»

Dans son dernier livre, La gauche zombie, chroniques d'une malédiction politique, Laurent Bouvet fait l'état des lieux de la gauche française cinq ans après la victoire de François Hollande, décrypte les raisons d'un échec historique et dresse des perspectives sombres.

Le Monde - Présidentielle : François Hollande livre son testament

François Hollande a défendu son bilan à Crolles, dans la banlieue grenobloise, avant de s’en prendre à l’ambiance délétère de la campagne présidentielle.

Il est enfin entré dans la campagne. Mais pour lui. Lui et son quinquennat. Lui et son bilan. Lui et sa statue, sa postérité. Pour exister, aussi, alors qu’il lui reste moins de deux mois à l’Elysée. Quoi qu’il en soit, il voulait parler. Le président de la République François Hollande a livré un vibrant plaidoyer pro domo samedi 18 mars devant plusieurs centaines d’élus et militants socialistes à Crolles (Isère), à 20 kilomètres de Grenoble, dans un gymnase fervent mais où les dernières rangées de chaises sont toutefois restées inoccupées.
 
MARTIN SCHULZ
 
 
L’ancien président du parlement européen Martin Schulz a été élu à 100 % des voix à la tête du Parti socialiste (SPD) allemand. Le nouveau chef des sociaux-démocrates apparaît comme un challenger sérieux face à Angela Merkel.
 
 
Martin Schulz a été élu ce dimanche président du SPD. Le social-démocrate a réussi une prouesse : récolter 100% des voix, du jamais vu dans l’histoire du parti qui rêve aujourd’hui de détrôner Angela Merkel lors des élections de septembre. S’immisçant dans la campagne française, le SPD a clairement affiché sa préférence pour Emmanuel Macron, un pied-de-nez au candidat du PS, son parti frère.
 
LE REVENU UNIVERSEL
 
 
Benoît Hamon a renoncé à son projet de véritable revenu universel. Celui-ci aurait conduit à augmenter de 3000 euros par an l'impôt net d'un célibataire gagnant 3000 euros par mois. Le nouveau projet du candidat ne tient pas non plus la route. Par Henri Sterdyniak, économiste, OFCE
 
EN CAMPAGNE
 
 
Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon se rendra mardi à Berlin, où il doit rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel, ainsi que Martin Schulz, président du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD).
 

Benoît Hamon a connu un début de semaine compliqué alors que son meeting de Bercy, dimanche, lui laissait penser qu'il allait relancer sa campagne. Le voilà maintenant dépassé par Jean-Luc Mélenchon dans un récent sondage.

 
Le candidat PS Benoît Hamon mise sur un écroulement d'Emmanuel Macron pour augmenter son score et passer au second tour.
 
C'est l'un des grands enjeux de ces quatre prochaines semaines : Emmanuel Macron va-t-il s'effondrer dans les sondages d'ici au premier tour de la présidentielle ? C'est en tout cas ce qu'espèrent les autres candidats pour se qualifier au second tour. Et si un effondrement de Macron se produisait, le candidat PS Benoît Hamon pourrait être l'un des grands bénéficiaires de sa chute, le leader d'En Marche !  ayant beaucoup séduit les électeurs du parti socialiste, et notamment plusieurs de ses élus.
 

Quelques heures plus tôt, après un entretien avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le socialiste était « bouleversé » par le décès d'Henri Emmanuelli.

Envoyée spéciale à Bruxelles

Comme aspiré par des vents contraires. Après un meeting réussi et un discours remarqué dimanche à Bercy, Benoît Hamon se retrouve une nouvelle fois pollué par l'actualité et les mauvaises nouvelles. Le candidat socialiste est aussitôt reparti en campagne, à Bruxelles, après sa prestation en demi-teinte sur le plateau de TF1, lundi soir.

 
En meeting à Bercy, le candidat socialiste a fait parler de lui, et même au delà de ses soutiens.
 
Celui qui veut "faire battre le cœur de la France" aura au moins réussi faire battre celui de Bercy. Car de l'avis de nombreux observateurs, et pas forcément de son bord politique, Benoît Hamon a réussi son pari, lui qui était attendu au tournant dans une campagne qui dévissait et qui voyait Jean-Luc Mélenchon accentuer la pression à son encontre.
 
 
Le candidat du Parti socialiste à la présidentielle a tenu cet après-midi son plus grand meeting de campagne, espérant décoller entre les affaires Fillon et la tentation Macron.
 
 
Dans un discours très ancré à gauche, le candidat PS a dénoncé «le parti de l'argent».

Un Bercy bondé, une marée de drapeaux, français, socialistes ou écologistes, un Benoît Hamon survolté, efficace, faisant appel aux émotions du peuple de gauche. Le candidat socialiste a réussi son pari. Il était loin d'être gagné d'avance tant il semblait avoir du mal, jusqu'ici, à imposer sa stature présidentielle avec un PS profondément divisé. À 34 jours de la présidentielle et à la veille d'un débat télévisé crucial, Benoît Hamon s'est offert une profonde respiration. Et une forme de revanche face aux critiques de son camp.

VALLS

 
L’ex-premier ministre, qui a refusé de parrainer le candidat du PS après avoir perdu la primaire de la gauche, réagit aux accusations de trahison de son camp, dans une tribune au « Journal du dimanche ».
Manuel Valls réfute en bloc les accusations de « trahison » après son refus de parrainer Benoît Hamon en vue de l’élection présidentielle et appelle à « oublier les vieux clivages » partisans, dans une tribune au Journal du dimanche ce 19 mars.
 
MACRON
 
 
Influencé par François Bayrou, le candidat d'En Marche! réactive un vieux serpent de mer qui rompt avec la ligne du gouvernement.....
 
Les jeunes devront effectuer leur service dans les trois ans suivant leur majorité, a-t-il ajouté. Quelque 600.000 jeunes hommes et femmes, encadrés par des militaires ou des gendarmes, acquerront ainsi chaque année "une expérience directe de la vie militaire, de ses savoir-faire et de ses exigences"
 

Le candidat d’En Marche ! a notamment proposé, samedi, l’instauration d’un service national universel obligatoire pour les jeunes après leurs 18 ans.

L’objectif était d’affirmer la stature présidentielle d’Emmanuel Macron sur les grands domaines régaliens par excellence que sont la défense mais aussi la politique étrangère. De par la Constitution, le président de la VRépublique est le chef des armées. « C’est une responsabilité politique sans équivalent, par ses implications morales, par les enjeux stratégiques et je dirai même historiques qu’elle recouvre », a d’entrée de jeu déclaré le candidat d’En Marche ! en présentant, samedi 18 mars à Paris, ses grandes options pour la défense et affirmant être prêt « à assumer pleinement ce rôle et celui – il en est inséparable – de responsable de la dissuasion ».
 

Emmanuel Macron livre au JDD sa vision de l’identité française et détaille ses propositions en matière de sécurité, de défense de la laïcité et de lutte contre l’islamisme.

MELENCHON
 

Le cortège de la « marche pour une VIe République » a défilé, samedi, à l’appel de Jean-Luc Mélenchon entre les places de la Bastille et de la République, à Paris.

14 heures, place de la Bastille, à Paris. La foule se masse sur le bitume, la tête du cortège de la « marche pour une VIe République », organisée par le candidat à l’élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon, sous l’étiquette La France insoumise, se forme petit à petit à l’entrée du Boulevard Beaumarchais. Les camions musique, englués dans la masse de manifestants, avancent au pas. Équipés de mégaphones, les militants dévoués à l’organisation haranguent les « insoumis ». « Je dis Fillon ! vous dites ? - Dégage ! ».
 
ABDELGHANI MERAH
 

En moins de dix jours, sept personnes tombent sous les balles de Mohamed Merah. L'homme sera ensuite abattu par le Raid.

Pour dénoncer ces crimes et l'intégrisme islamiste, son frère aîné, Abdelghani Merah, termine dimanche 19 mars à Paris une marche de deux mois dans toute la France sur le tracé de "la marche des beurs" qui s'est déroulée il y a 34 ans.

09/03/2017

L'actualité des socialistes du 24 février au 2 mars (revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

L'Opinion - Emmanuel Maurel: «Les couleurs de la France»

« S’il faut dénoncer tout ce qui invite au repli, à l’exclusion, à l’égoïsme, voire au nationalisme et à la xénophobie, il ne faut pas négliger les tendances lourdes qu’elles révèlent : le besoin de protection, la soif de souveraineté, l’attachement à l’Etat-nation. »

Fondation Jean Jaurès - Apprendre de ses erreurs. La gauche face au Front national

Le Front national ne cesse de se renforcer. Face à lui, la gauche a-t-elle recouru aux bons outils pour le combattre, aux arguments les plus justes ? Non. Pour Sarah Proust, il est temps de l’admettre, de l’assumer et de changer de cap. Dans cet essai, elle analyse les erreurs – les errements ? – de la gauche, menant une réflexion lucide et sans tabou.

LE PS

Le Figaro - Gaël Brustier : Benoît Hamon, le chant du cygne du parti socialiste ?

FIGAROVOX/ANALYSE - L'accord entre Benoît Hamon et les écologistes a été approuvé par les électeurs. Malgré ce début d'union et son succès à la primaire, Benoît Hamon peine à acquérir une stature présidentielle par «manque de verticalité», estime Gaël Brustier.

Gaël Brustier est docteur en sciences politiques. Il est notamment l'auteur de Le Mai 68 conservateur - Que restera-t-il de la Manif pour tous? (éditions du Cerf, 2014). Son dernier livre #Nuit Debout. Que penser? vient de paraître aux éditions du Cerf.

VALEURS

Observatoire des inégalités - Valeurs : les Français soutiennent massivement les plus pauvres

Dans leur immense majorité, les Français restent solidaires des plus pauvres et soutiennent les politiques sociales. La stigmatisation des « assistés », la « fin de la compassion » ou la « pauvrophobie » ne sont le fait que d’une minorité. Une analyse du Centre d’Observation de la société.

Que pensent les Français [1] de la pauvreté et des personnes pauvres ? Le plus souvent, les discours publics oscillent entre misérabilisme (en hiver surtout) et stigmatisation des « assistés », ces allocataires de minima sociaux ou d’allocations chômage qui profitent de la vie sans rien faire. Il existe pourtant des enquêtes d’opinion sérieuses, répétées d’année en année depuis plus de quinze ans qui permettent d’en savoir plus : le « Baromètre d’opinion », publié depuis 2000 par le ministère des Affaires sociales [2] et l’enquête « Conditions de vie et aspirations », réalisée par le Crédoc depuis 1979 [3]. Leur ancienneté permet de dépasser les effets du contexte médiatique. Elles font apparaître une population bien plus compréhensive envers les plus démunis qu’on ne l’avance souvent. Les Français n’ont en rien succombé à la « pauvrophobie », terme parfois employé pour décrire les manifestations d’hostilité envers les plus pauvres.

REVENU UNIVERSEL

La Vie des idées - Les clés d’un nouveau modèle social : La révolution du revenu universel

Tout revenu de base n’est pas bon à prendre. Ariel Kyrou et Yann Moulier Boutang, rédacteurs de la revue Multitudes, militent ici pour l’instauration d’un revenu inconditionnel et suffisant qui, en donnant un nouveau sens au travail, participe à la construction d’une société contributive.

L'ALLEMAGNE

Margot Desplanches, Le Vent se lève - Les Allemands à la recherche d’une identité perdue

Pays dont la réunification date seulement d’un quart de siècle, la question de l’identité de l’Allemagne a toujours été controversée et problématique. Depuis les invasions napoléoniennes et le Discours à la nation allemande de Johann Gottlieb Fichte jusqu’à l’Allemande ordolibérale contemporaine toujours clivée entre l’Ouest et l’ex-RDA, en passant par la déchéance nationale dans l’horreur nazie, les Allemands ont toujours été en proie à des interrogations existentielles sur leur identité. Retour sur l’anxiété identitaire allemande par Margot Desplanches, en Erasmus à Berlin.

SONDAGES

L'Obs

Paris Match

Les Echos

Les Echos - Sondage : Fillon et Hamon en difficulté à sept semaines de la présidentielle

Distancé par Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le candidat de la droite ne dépasse pas 19 % des intentions de vote dans le dernier baromètre Elabe-« Les Echos ». Le porte-drapeau du PS recule à 12,5 % et fait jeu égal avec Jean-Luc Mélenchon.

EN CAMPAGNE

Libé - Benoît Hamon, l'intime à Brest

Le candidat à la présidentielle a passé la journée de mercredi en Bretagne, sa terre natale. L'occasion pour lui de défendre les services publics et de retrouver les siens.

Mardi soir, on a quitté Jean-Luc Mélenchon, à Brest, après un meeting. Mercredi matin, on a retrouvé Benoît Hamon à La Roche Derrien, un petit patelin de Bretagne. Le socialiste était dans les parages pour défendre les services publics. Un programme chargé : cabinet médical, école, Ephad.

Boursorama - Hamon veut s'attaquer à la concentration dans les médias

PARIS (Reuters) - Le candidat du Parti socialiste Benoît Hamon a déclaré jeudi qu'il s'attaquerait à la concentration dans les médias en France s'il était élu en mai, avec une loi fixant des plafonds de détention du capital et imposant une plus grande transparence.

Lors d'un colloque de l'Udecam (Union des entreprises de conseil et achat médias), Benoît Hamon a détaillé ses propositions pour un secteur des médias confronté selon lui à des difficultés économiques et à une crise de confiance face à la défiance croissante du grand public vis-à-vis du travail des journalistes.

Le Figaro - Benoît Hamon au Salon de l'agriculture, entre curiosité et indifférence

Au contraire de ses principaux concurrents, sa visite porte de Versailles n'a déclenché ni ferveur ni colère. Le candidat laisse une nouvelle fois l'impression que la campagne se déroule sans lui.

S'il n'y avait pas des dizaines de perches et de caméras autour de lui, peu de personnes se seraient retournées sur son passage. Pendant près de huit heures jeudi, Benoît Hamon a déambulé dans les travées du Salon de l'agriculture, sans déclencher ni passion ni colère. Auprès des visiteurs et des acteurs du secteur, le socialiste a reçu un accueil plutôt bienveillant, suscitant au mieux de la curiosité, au pire de l'indifférence

Libé - Valls inquiet invite ses troupes à «rester ensemble»

L’ancien Premier ministre Manuel Valls a invité mardi soir ses troupes à «rester ensemble», mais n’a pas caché son «inquiétude» concernant l’accord conclu entre Yannick Jadot et Benoît Hamon, lors d’une réunion à l’Assemblée nationale, selon des participants.

«Je vous invite à rester ensemble et à faire en sorte que le réformisme, que j’ai porté avec vous, puisse continuer à être incarné», a déclaré M. Valls, devant quelque 300 personnes, dont environ une moitié de parlementaires, lors de sa rentrée politique un mois après sa défaite à la primaire PS élargie.

BFMTV - Manuel Valls inquiet de la ligne "écolo-gauchiste" de Benoît Hamon

Battu par Benoît Hamon, précédemment très critique de son gouvernement, à la primaire à gauche, Manuel Valls est irrité par la campagne de son rival. Il blâme l'orientation de sa ligne et lui prédit un mauvais score à la présidentielle. 

Le Monde - Benoît Hamon veut s’attaquer à la concentration des médias

Invité par les médias aux Rencontres de l’Udecam, le candidat socialiste souhaite également soutenir la création de nouveaux médias indépendants.

Invité aux Rencontres de l’Udecam, qui représente les agences médias, Benoît Hamon a pris position, jeudi 3 mars, contre la concentration des médias. Le candidat socialiste veut ainsi interdire à un groupe de détenir « plus de 40 % du capital d’une entreprise de médias » ou de « dépasser le seuil de 20 % dans plus de deux médias ».
 

Les électeurs écologistes ont approuvé l’accord conclu entre Yannick Jadot et le socialiste. Jean-Luc Mélenchon, lui, sera candidat coûte que coûte.

Un mariage et un divorce le même jour. Benoît Hamon a enfin clos le premier chapitre de sa campagne, mais à quel prix ? A moins de deux mois du premier tour de la présidentielle, le candidat socialiste a scellé, dimanche 26 février, son alliance avec l’écologiste Yannick Jadot. Mais dans le même temps, il a acté sa rupture avec l’autre candidat de la gauche critique à l’élection, l’« insoumis » Jean-Luc Mélenchon.

France Inter - Matinale Grand Format avec Benoît Hamon

Deux heures d'interview avec le candidat vainqueur de la primaire à gauche, a deux mois du premier tour de la présidentielle

MACRON

Le Monde - Programme de Macron : éducation, chômage, retraite, sécurité… les principaux points

Emmanuel Macron a présenté son programme présidentiel, ce jeudi à Paris. Le point sur les principales propositions du candidat d’En marche !

L'Obs - Macron : ne lui demandez plus le programme !

Ca y est, c'est fait, on ne pourra plus lui reprocher de ne pas en avoir ! Pas vraiment fan de l'exercice, le candidat a néanmoins sacrifié à la sacrosainte présentation de son programme.

Le Figaro - Macron: ces mesures économiques déjà existantes... ou piquées à d'autres

Emmanuel Macron vient de présenter officiellement son programme présidentiel. Certaines de ses propositions ont été reprises à d'autres candidats ou existent tout simplement déjà depuis plusieurs années.

LAICITE

France 3 - La marche du frère de Mohamed Merah passe par la Drôme

Une marche pour dénoncer le fondamentalisme religieux. C'est le but que s'est fixé Abdelghani Merah, le frère ainé du terroriste  Mohamed Merah. Le marcheur a quitté Marseille il y a quelques jours, il passait ce samedi par la Drôme avant de rejoindre Paris

Tribune Juive - Lettre ouverte à Edwy Plenel pour l’honneur de Pascal Bruckner, par Isabelle Kersimon

Oui, une certaine extrême droite en France, traditionnellement xénophobe, affichant une nostalgie vivace pour le Führer et pour le Reich, et une fascination assumée pour leurs avatars contemporains, se répand en discours immondes et pathétiques sur nos concitoyens musulmans et sur l’islam en général. Pas toute l’extrême droite, cependant.

08/03/2017

François Hollande va lancer un "restons groupés" à ses ministres


François Hollande va lancer un "restons groupés... par rtl-fr

L'actualité des socialistes du 24 février au 2 mars (revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

L'Opinion - Emmanuel Maurel: «Les couleurs de la France»

« S’il faut dénoncer tout ce qui invite au repli, à l’exclusion, à l’égoïsme, voire au nationalisme et à la xénophobie, il ne faut pas négliger les tendances lourdes qu’elles révèlent : le besoin de protection, la soif de souveraineté, l’attachement à l’Etat-nation. »

Fondation Jean Jaurès - Apprendre de ses erreurs. La gauche face au Front national

Le Front national ne cesse de se renforcer. Face à lui, la gauche a-t-elle recouru aux bons outils pour le combattre, aux arguments les plus justes ? Non. Pour Sarah Proust, il est temps de l’admettre, de l’assumer et de changer de cap. Dans cet essai, elle analyse les erreurs – les errements ? – de la gauche, menant une réflexion lucide et sans tabou.

LE PS

Le Figaro - Gaël Brustier : Benoît Hamon, le chant du cygne du parti socialiste ?

FIGAROVOX/ANALYSE - L'accord entre Benoît Hamon et les écologistes a été approuvé par les électeurs. Malgré ce début d'union et son succès à la primaire, Benoît Hamon peine à acquérir une stature présidentielle par «manque de verticalité», estime Gaël Brustier.

Gaël Brustier est docteur en sciences politiques. Il est notamment l'auteur de Le Mai 68 conservateur - Que restera-t-il de la Manif pour tous? (éditions du Cerf, 2014). Son dernier livre #Nuit Debout. Que penser? vient de paraître aux éditions du Cerf.

VALEURS

Observatoire des inégalités - Valeurs : les Français soutiennent massivement les plus pauvres

Dans leur immense majorité, les Français restent solidaires des plus pauvres et soutiennent les politiques sociales. La stigmatisation des « assistés », la « fin de la compassion » ou la « pauvrophobie » ne sont le fait que d’une minorité. Une analyse du Centre d’Observation de la société.

Que pensent les Français [1] de la pauvreté et des personnes pauvres ? Le plus souvent, les discours publics oscillent entre misérabilisme (en hiver surtout) et stigmatisation des « assistés », ces allocataires de minima sociaux ou d’allocations chômage qui profitent de la vie sans rien faire. Il existe pourtant des enquêtes d’opinion sérieuses, répétées d’année en année depuis plus de quinze ans qui permettent d’en savoir plus : le « Baromètre d’opinion », publié depuis 2000 par le ministère des Affaires sociales [2] et l’enquête « Conditions de vie et aspirations », réalisée par le Crédoc depuis 1979 [3]. Leur ancienneté permet de dépasser les effets du contexte médiatique. Elles font apparaître une population bien plus compréhensive envers les plus démunis qu’on ne l’avance souvent. Les Français n’ont en rien succombé à la « pauvrophobie », terme parfois employé pour décrire les manifestations d’hostilité envers les plus pauvres.

REVENU UNIVERSEL

La Vie des idées - Les clés d’un nouveau modèle social : La révolution du revenu universel

Tout revenu de base n’est pas bon à prendre. Ariel Kyrou et Yann Moulier Boutang, rédacteurs de la revue Multitudes, militent ici pour l’instauration d’un revenu inconditionnel et suffisant qui, en donnant un nouveau sens au travail, participe à la construction d’une société contributive.

L'ALLEMAGNE

Margot Desplanches, Le Vent se lève - Les Allemands à la recherche d’une identité perdue

Pays dont la réunification date seulement d’un quart de siècle, la question de l’identité de l’Allemagne a toujours été controversée et problématique. Depuis les invasions napoléoniennes et le Discours à la nation allemande de Johann Gottlieb Fichte jusqu’à l’Allemande ordolibérale contemporaine toujours clivée entre l’Ouest et l’ex-RDA, en passant par la déchéance nationale dans l’horreur nazie, les Allemands ont toujours été en proie à des interrogations existentielles sur leur identité. Retour sur l’anxiété identitaire allemande par Margot Desplanches, en Erasmus à Berlin.

SONDAGES

Paris Match

Les Echos

Les Echos - Sondage : Fillon et Hamon en difficulté à sept semaines de la présidentielle

Distancé par Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le candidat de la droite ne dépasse pas 19 % des intentions de vote dans le dernier baromètre Elabe-« Les Echos ». Le porte-drapeau du PS recule à 12,5 % et fait jeu égal avec Jean-Luc Mélenchon.

EN CAMPAGNE

Libé - Benoît Hamon, l'intime à Brest

Le candidat à la présidentielle a passé la journée de mercredi en Bretagne, sa terre natale. L'occasion pour lui de défendre les services publics et de retrouver les siens.

Mardi soir, on a quitté Jean-Luc Mélenchon, à Brest, après un meeting. Mercredi matin, on a retrouvé Benoît Hamon à La Roche Derrien, un petit patelin de Bretagne. Le socialiste était dans les parages pour défendre les services publics. Un programme chargé : cabinet médical, école, Ephad.

Boursorama - Hamon veut s'attaquer à la concentration dans les médias

PARIS (Reuters) - Le candidat du Parti socialiste Benoît Hamon a déclaré jeudi qu'il s'attaquerait à la concentration dans les médias en France s'il était élu en mai, avec une loi fixant des plafonds de détention du capital et imposant une plus grande transparence.

Lors d'un colloque de l'Udecam (Union des entreprises de conseil et achat médias), Benoît Hamon a détaillé ses propositions pour un secteur des médias confronté selon lui à des difficultés économiques et à une crise de confiance face à la défiance croissante du grand public vis-à-vis du travail des journalistes.

Le Figaro - Benoît Hamon au Salon de l'agriculture, entre curiosité et indifférence

Au contraire de ses principaux concurrents, sa visite porte de Versailles n'a déclenché ni ferveur ni colère. Le candidat laisse une nouvelle fois l'impression que la campagne se déroule sans lui.

S'il n'y avait pas des dizaines de perches et de caméras autour de lui, peu de personnes se seraient retournées sur son passage. Pendant près de huit heures jeudi, Benoît Hamon a déambulé dans les travées du Salon de l'agriculture, sans déclencher ni passion ni colère. Auprès des visiteurs et des acteurs du secteur, le socialiste a reçu un accueil plutôt bienveillant, suscitant au mieux de la curiosité, au pire de l'indifférence

Libé - Valls inquiet invite ses troupes à «rester ensemble»

L’ancien Premier ministre Manuel Valls a invité mardi soir ses troupes à «rester ensemble», mais n’a pas caché son «inquiétude» concernant l’accord conclu entre Yannick Jadot et Benoît Hamon, lors d’une réunion à l’Assemblée nationale, selon des participants.

«Je vous invite à rester ensemble et à faire en sorte que le réformisme, que j’ai porté avec vous, puisse continuer à être incarné», a déclaré M. Valls, devant quelque 300 personnes, dont environ une moitié de parlementaires, lors de sa rentrée politique un mois après sa défaite à la primaire PS élargie.

BFMTV - Manuel Valls inquiet de la ligne "écolo-gauchiste" de Benoît Hamon

Battu par Benoît Hamon, précédemment très critique de son gouvernement, à la primaire à gauche, Manuel Valls est irrité par la campagne de son rival. Il blâme l'orientation de sa ligne et lui prédit un mauvais score à la présidentielle. 

Le Monde - Benoît Hamon veut s’attaquer à la concentration des médias

Invité par les médias aux Rencontres de l’Udecam, le candidat socialiste souhaite également soutenir la création de nouveaux médias indépendants.

Invité aux Rencontres de l’Udecam, qui représente les agences médias, Benoît Hamon a pris position, jeudi 3 mars, contre la concentration des médias. Le candidat socialiste veut ainsi interdire à un groupe de détenir « plus de 40 % du capital d’une entreprise de médias » ou de « dépasser le seuil de 20 % dans plus de deux médias ».
 

Les électeurs écologistes ont approuvé l’accord conclu entre Yannick Jadot et le socialiste. Jean-Luc Mélenchon, lui, sera candidat coûte que coûte.

Un mariage et un divorce le même jour. Benoît Hamon a enfin clos le premier chapitre de sa campagne, mais à quel prix ? A moins de deux mois du premier tour de la présidentielle, le candidat socialiste a scellé, dimanche 26 février, son alliance avec l’écologiste Yannick Jadot. Mais dans le même temps, il a acté sa rupture avec l’autre candidat de la gauche critique à l’élection, l’« insoumis » Jean-Luc Mélenchon.

France Inter - Matinale Grand Format avec Benoît Hamon

Deux heures d'interview avec le candidat vainqueur de la primaire à gauche, a deux mois du premier tour de la présidentielle

MACRON

Le Monde - Programme de Macron : éducation, chômage, retraite, sécurité… les principaux points

Emmanuel Macron a présenté son programme présidentiel, ce jeudi à Paris. Le point sur les principales propositions du candidat d’En marche !

L'Obs - Macron : ne lui demandez plus le programme !

Ca y est, c'est fait, on ne pourra plus lui reprocher de ne pas en avoir ! Pas vraiment fan de l'exercice, le candidat a néanmoins sacrifié à la sacrosainte présentation de son programme.

Le Figaro - Macron: ces mesures économiques déjà existantes... ou piquées à d'autres

Emmanuel Macron vient de présenter officiellement son programme présidentiel. Certaines de ses propositions ont été reprises à d'autres candidats ou existent tout simplement déjà depuis plusieurs années.

LAICITE

France 3 - La marche du frère de Mohamed Merah passe par la Drôme

Une marche pour dénoncer le fondamentalisme religieux. C'est le but que s'est fixé Abdelghani Merah, le frère ainé du terroriste  Mohamed Merah. Le marcheur a quitté Marseille il y a quelques jours, il passait ce samedi par la Drôme avant de rejoindre Paris

Tribune Juive - Lettre ouverte à Edwy Plenel pour l’honneur de Pascal Bruckner, par Isabelle Kersimon

Oui, une certaine extrême droite en France, traditionnellement xénophobe, affichant une nostalgie vivace pour le Führer et pour le Reich, et une fascination assumée pour leurs avatars contemporains, se répand en discours immondes et pathétiques sur nos concitoyens musulmans et sur l’islam en général. Pas toute l’extrême droite, cependant.

05/03/2017

L'actualité des socialistes du 24 février au 2 mars (revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

L'Opinion - Emmanuel Maurel: «Les couleurs de la France»

« S’il faut dénoncer tout ce qui invite au repli, à l’exclusion, à l’égoïsme, voire au nationalisme et à la xénophobie, il ne faut pas négliger les tendances lourdes qu’elles révèlent : le besoin de protection, la soif de souveraineté, l’attachement à l’Etat-nation. »

Fondation Jean Jaurès - Apprendre de ses erreurs. La gauche face au Front national

Le Front national ne cesse de se renforcer. Face à lui, la gauche a-t-elle recouru aux bons outils pour le combattre, aux arguments les plus justes ? Non. Pour Sarah Proust, il est temps de l’admettre, de l’assumer et de changer de cap. Dans cet essai, elle analyse les erreurs – les errements ? – de la gauche, menant une réflexion lucide et sans tabou.

LE PS

Le Figaro - Gaël Brustier : Benoît Hamon, le chant du cygne du parti socialiste ?

FIGAROVOX/ANALYSE - L'accord entre Benoît Hamon et les écologistes a été approuvé par les électeurs. Malgré ce début d'union et son succès à la primaire, Benoît Hamon peine à acquérir une stature présidentielle par «manque de verticalité», estime Gaël Brustier.

Gaël Brustier est docteur en sciences politiques. Il est notamment l'auteur de Le Mai 68 conservateur - Que restera-t-il de la Manif pour tous? (éditions du Cerf, 2014). Son dernier livre #Nuit Debout. Que penser? vient de paraître aux éditions du Cerf.

VALEURS

Observatoire des inégalités - Valeurs : les Français soutiennent massivement les plus pauvres

Dans leur immense majorité, les Français restent solidaires des plus pauvres et soutiennent les politiques sociales. La stigmatisation des « assistés », la « fin de la compassion » ou la « pauvrophobie » ne sont le fait que d’une minorité. Une analyse du Centre d’Observation de la société.

Que pensent les Français [1] de la pauvreté et des personnes pauvres ? Le plus souvent, les discours publics oscillent entre misérabilisme (en hiver surtout) et stigmatisation des « assistés », ces allocataires de minima sociaux ou d’allocations chômage qui profitent de la vie sans rien faire. Il existe pourtant des enquêtes d’opinion sérieuses, répétées d’année en année depuis plus de quinze ans qui permettent d’en savoir plus : le « Baromètre d’opinion », publié depuis 2000 par le ministère des Affaires sociales [2] et l’enquête « Conditions de vie et aspirations », réalisée par le Crédoc depuis 1979 [3]. Leur ancienneté permet de dépasser les effets du contexte médiatique. Elles font apparaître une population bien plus compréhensive envers les plus démunis qu’on ne l’avance souvent. Les Français n’ont en rien succombé à la « pauvrophobie », terme parfois employé pour décrire les manifestations d’hostilité envers les plus pauvres.

REVENU UNIVERSEL

La Vie des idées - Les clés d’un nouveau modèle social : La révolution du revenu universel

Tout revenu de base n’est pas bon à prendre. Ariel Kyrou et Yann Moulier Boutang, rédacteurs de la revue Multitudes, militent ici pour l’instauration d’un revenu inconditionnel et suffisant qui, en donnant un nouveau sens au travail, participe à la construction d’une société contributive.

L'ALLEMAGNE

Margot Desplanches, Le Vent se lève - Les Allemands à la recherche d’une identité perdue

Pays dont la réunification date seulement d’un quart de siècle, la question de l’identité de l’Allemagne a toujours été controversée et problématique. Depuis les invasions napoléoniennes et le Discours à la nation allemande de Johann Gottlieb Fichte jusqu’à l’Allemande ordolibérale contemporaine toujours clivée entre l’Ouest et l’ex-RDA, en passant par la déchéance nationale dans l’horreur nazie, les Allemands ont toujours été en proie à des interrogations existentielles sur leur identité. Retour sur l’anxiété identitaire allemande par Margot Desplanches, en Erasmus à Berlin.

SONDAGES

Paris Match

Les Echos

Les Echos - Sondage : Fillon et Hamon en difficulté à sept semaines de la présidentielle

Distancé par Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le candidat de la droite ne dépasse pas 19 % des intentions de vote dans le dernier baromètre Elabe-« Les Echos ». Le porte-drapeau du PS recule à 12,5 % et fait jeu égal avec Jean-Luc Mélenchon.

EN CAMPAGNE

Libé - Benoît Hamon, l'intime à Brest

Le candidat à la présidentielle a passé la journée de mercredi en Bretagne, sa terre natale. L'occasion pour lui de défendre les services publics et de retrouver les siens.

Mardi soir, on a quitté Jean-Luc Mélenchon, à Brest, après un meeting. Mercredi matin, on a retrouvé Benoît Hamon à La Roche Derrien, un petit patelin de Bretagne. Le socialiste était dans les parages pour défendre les services publics. Un programme chargé : cabinet médical, école, Ephad.

Boursorama - Hamon veut s'attaquer à la concentration dans les médias

PARIS (Reuters) - Le candidat du Parti socialiste Benoît Hamon a déclaré jeudi qu'il s'attaquerait à la concentration dans les médias en France s'il était élu en mai, avec une loi fixant des plafonds de détention du capital et imposant une plus grande transparence.

Lors d'un colloque de l'Udecam (Union des entreprises de conseil et achat médias), Benoît Hamon a détaillé ses propositions pour un secteur des médias confronté selon lui à des difficultés économiques et à une crise de confiance face à la défiance croissante du grand public vis-à-vis du travail des journalistes.

Le Figaro - Benoît Hamon au Salon de l'agriculture, entre curiosité et indifférence

Au contraire de ses principaux concurrents, sa visite porte de Versailles n'a déclenché ni ferveur ni colère. Le candidat laisse une nouvelle fois l'impression que la campagne se déroule sans lui.

S'il n'y avait pas des dizaines de perches et de caméras autour de lui, peu de personnes se seraient retournées sur son passage. Pendant près de huit heures jeudi, Benoît Hamon a déambulé dans les travées du Salon de l'agriculture, sans déclencher ni passion ni colère. Auprès des visiteurs et des acteurs du secteur, le socialiste a reçu un accueil plutôt bienveillant, suscitant au mieux de la curiosité, au pire de l'indifférence

Libé - Valls inquiet invite ses troupes à «rester ensemble»

L’ancien Premier ministre Manuel Valls a invité mardi soir ses troupes à «rester ensemble», mais n’a pas caché son «inquiétude» concernant l’accord conclu entre Yannick Jadot et Benoît Hamon, lors d’une réunion à l’Assemblée nationale, selon des participants.

«Je vous invite à rester ensemble et à faire en sorte que le réformisme, que j’ai porté avec vous, puisse continuer à être incarné», a déclaré M. Valls, devant quelque 300 personnes, dont environ une moitié de parlementaires, lors de sa rentrée politique un mois après sa défaite à la primaire PS élargie.

BFMTV - Manuel Valls inquiet de la ligne "écolo-gauchiste" de Benoît Hamon

Battu par Benoît Hamon, précédemment très critique de son gouvernement, à la primaire à gauche, Manuel Valls est irrité par la campagne de son rival. Il blâme l'orientation de sa ligne et lui prédit un mauvais score à la présidentielle. 

Le Monde - Benoît Hamon veut s’attaquer à la concentration des médias

Invité par les médias aux Rencontres de l’Udecam, le candidat socialiste souhaite également soutenir la création de nouveaux médias indépendants.

Invité aux Rencontres de l’Udecam, qui représente les agences médias, Benoît Hamon a pris position, jeudi 3 mars, contre la concentration des médias. Le candidat socialiste veut ainsi interdire à un groupe de détenir « plus de 40 % du capital d’une entreprise de médias » ou de « dépasser le seuil de 20 % dans plus de deux médias ».
 

Les électeurs écologistes ont approuvé l’accord conclu entre Yannick Jadot et le socialiste. Jean-Luc Mélenchon, lui, sera candidat coûte que coûte.

Un mariage et un divorce le même jour. Benoît Hamon a enfin clos le premier chapitre de sa campagne, mais à quel prix ? A moins de deux mois du premier tour de la présidentielle, le candidat socialiste a scellé, dimanche 26 février, son alliance avec l’écologiste Yannick Jadot. Mais dans le même temps, il a acté sa rupture avec l’autre candidat de la gauche critique à l’élection, l’« insoumis » Jean-Luc Mélenchon.

France Inter - Matinale Grand Format avec Benoît Hamon

Deux heures d'interview avec le candidat vainqueur de la primaire à gauche, a deux mois du premier tour de la présidentielle

MACRON

Le Monde - Programme de Macron : éducation, chômage, retraite, sécurité… les principaux points

Emmanuel Macron a présenté son programme présidentiel, ce jeudi à Paris. Le point sur les principales propositions du candidat d’En marche !

L'Obs - Macron : ne lui demandez plus le programme !

Ca y est, c'est fait, on ne pourra plus lui reprocher de ne pas en avoir ! Pas vraiment fan de l'exercice, le candidat a néanmoins sacrifié à la sacrosainte présentation de son programme.

Le Figaro - Macron: ces mesures économiques déjà existantes... ou piquées à d'autres

Emmanuel Macron vient de présenter officiellement son programme présidentiel. Certaines de ses propositions ont été reprises à d'autres candidats ou existent tout simplement déjà depuis plusieurs années.

LAICITE

France 3 - La marche du frère de Mohamed Merah passe par la Drôme

Une marche pour dénoncer le fondamentalisme religieux. C'est le but que s'est fixé Abdelghani Merah, le frère ainé du terroriste  Mohamed Merah. Le marcheur a quitté Marseille il y a quelques jours, il passait ce samedi par la Drôme avant de rejoindre Paris

Tribune Juive - Lettre ouverte à Edwy Plenel pour l’honneur de Pascal Bruckner, par Isabelle Kersimon

Oui, une certaine extrême droite en France, traditionnellement xénophobe, affichant une nostalgie vivace pour le Führer et pour le Reich, et une fascination assumée pour leurs avatars contemporains, se répand en discours immondes et pathétiques sur nos concitoyens musulmans et sur l’islam en général. Pas toute l’extrême droite, cependant.

04/03/2017

L'actualité des socialistes du 24 février au 2 mars (revue de presse hebdomadaire)

A LA UNE

L'Opinion - Emmanuel Maurel: «Les couleurs de la France»

« S’il faut dénoncer tout ce qui invite au repli, à l’exclusion, à l’égoïsme, voire au nationalisme et à la xénophobie, il ne faut pas négliger les tendances lourdes qu’elles révèlent : le besoin de protection, la soif de souveraineté, l’attachement à l’Etat-nation. »

Fondation Jean Jaurès - Apprendre de ses erreurs. La gauche face au Front national

Le Front national ne cesse de se renforcer. Face à lui, la gauche a-t-elle recouru aux bons outils pour le combattre, aux arguments les plus justes ? Non. Pour Sarah Proust, il est temps de l’admettre, de l’assumer et de changer de cap. Dans cet essai, elle analyse les erreurs – les errements ? – de la gauche, menant une réflexion lucide et sans tabou.

LE PS

Le Figaro - Gaël Brustier : Benoît Hamon, le chant du cygne du parti socialiste ?

FIGAROVOX/ANALYSE - L'accord entre Benoît Hamon et les écologistes a été approuvé par les électeurs. Malgré ce début d'union et son succès à la primaire, Benoît Hamon peine à acquérir une stature présidentielle par «manque de verticalité», estime Gaël Brustier.

Gaël Brustier est docteur en sciences politiques. Il est notamment l'auteur de Le Mai 68 conservateur - Que restera-t-il de la Manif pour tous? (éditions du Cerf, 2014). Son dernier livre #Nuit Debout. Que penser? vient de paraître aux éditions du Cerf.

VALEURS

Observatoire des inégalités - Valeurs : les Français soutiennent massivement les plus pauvres

Dans leur immense majorité, les Français restent solidaires des plus pauvres et soutiennent les politiques sociales. La stigmatisation des « assistés », la « fin de la compassion » ou la « pauvrophobie » ne sont le fait que d’une minorité. Une analyse du Centre d’Observation de la société.

Que pensent les Français [1] de la pauvreté et des personnes pauvres ? Le plus souvent, les discours publics oscillent entre misérabilisme (en hiver surtout) et stigmatisation des « assistés », ces allocataires de minima sociaux ou d’allocations chômage qui profitent de la vie sans rien faire. Il existe pourtant des enquêtes d’opinion sérieuses, répétées d’année en année depuis plus de quinze ans qui permettent d’en savoir plus : le « Baromètre d’opinion », publié depuis 2000 par le ministère des Affaires sociales [2] et l’enquête « Conditions de vie et aspirations », réalisée par le Crédoc depuis 1979 [3]. Leur ancienneté permet de dépasser les effets du contexte médiatique. Elles font apparaître une population bien plus compréhensive envers les plus démunis qu’on ne l’avance souvent. Les Français n’ont en rien succombé à la « pauvrophobie », terme parfois employé pour décrire les manifestations d’hostilité envers les plus pauvres.

REVENU UNIVERSEL

La Vie des idées - Les clés d’un nouveau modèle social : La révolution du revenu universel

Tout revenu de base n’est pas bon à prendre. Ariel Kyrou et Yann Moulier Boutang, rédacteurs de la revue Multitudes, militent ici pour l’instauration d’un revenu inconditionnel et suffisant qui, en donnant un nouveau sens au travail, participe à la construction d’une société contributive.

L'ALLEMAGNE

Margot Desplanches, Le Vent se lève - Les Allemands à la recherche d’une identité perdue

Pays dont la réunification date seulement d’un quart de siècle, la question de l’identité de l’Allemagne a toujours été controversée et problématique. Depuis les invasions napoléoniennes et le Discours à la nation allemande de Johann Gottlieb Fichte jusqu’à l’Allemande ordolibérale contemporaine toujours clivée entre l’Ouest et l’ex-RDA, en passant par la déchéance nationale dans l’horreur nazie, les Allemands ont toujours été en proie à des interrogations existentielles sur leur identité. Retour sur l’anxiété identitaire allemande par Margot Desplanches, en Erasmus à Berlin.

SONDAGES

Paris Match

Les Echos

Les Echos - Sondage : Fillon et Hamon en difficulté à sept semaines de la présidentielle

Distancé par Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le candidat de la droite ne dépasse pas 19 % des intentions de vote dans le dernier baromètre Elabe-« Les Echos ». Le porte-drapeau du PS recule à 12,5 % et fait jeu égal avec Jean-Luc Mélenchon.

EN CAMPAGNE

Le Figaro - Benoît Hamon va publier un livre sur sa vision de la France

Ce manifeste d'une centaine de pages, intitulé Pour la génération qui vient, sera dans les librairies en fin de semaine prochaine.

C'est l'étape incontournable de tout présidentiable. Benoît Hamon, qui pensait déjà à la publication d'un livre pendant la primaire, a pris la plume pour développer sur une centaine de pages sa vision de la France pour l'élection présidentielle. Intitulé Pour la génération qui vient, ce manifeste, publié aux éditions des Équateurs, sera dans les librairies en fin de semaine prochaine, au prix de 9 euros.

Le Figaro - Dans une lettre, Cambadélis menace d'exclusion les élus qui parrainent Macron

Dans son courrier, révélé par Le Figaro, le patron de Solférino dit «regretter profondément» la décision de ses «camarades». Il leur adresse une dernière mise en garde avant le Bureau national de mardi.

Le couperet est tombé. Alors que le Conseil constitutionnel a commencé à recueillir les parrainages des candidats à la présidentielle vendredi dernier, plusieurs élus socialistes ont franchi le Rubicon et décidé de soutenir Emmanuel Macron. Une ligne rouge que le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, les avait pourtant invités à ne pas franchir, en les menaçant de sanctions.

Libé - Benoît Hamon, l'intime à Brest

Le candidat à la présidentielle a passé la journée de mercredi en Bretagne, sa terre natale. L'occasion pour lui de défendre les services publics et de retrouver les siens.

Mardi soir, on a quitté Jean-Luc Mélenchon, à Brest, après un meeting. Mercredi matin, on a retrouvé Benoît Hamon à La Roche Derrien, un petit patelin de Bretagne. Le socialiste était dans les parages pour défendre les services publics. Un programme chargé : cabinet médical, école, Ephad.

Boursorama - Hamon veut s'attaquer à la concentration dans les médias

PARIS (Reuters) - Le candidat du Parti socialiste Benoît Hamon a déclaré jeudi qu'il s'attaquerait à la concentration dans les médias en France s'il était élu en mai, avec une loi fixant des plafonds de détention du capital et imposant une plus grande transparence.

Lors d'un colloque de l'Udecam (Union des entreprises de conseil et achat médias), Benoît Hamon a détaillé ses propositions pour un secteur des médias confronté selon lui à des difficultés économiques et à une crise de confiance face à la défiance croissante du grand public vis-à-vis du travail des journalistes.

Le Figaro - Benoît Hamon au Salon de l'agriculture, entre curiosité et indifférence

Au contraire de ses principaux concurrents, sa visite porte de Versailles n'a déclenché ni ferveur ni colère. Le candidat laisse une nouvelle fois l'impression que la campagne se déroule sans lui.

S'il n'y avait pas des dizaines de perches et de caméras autour de lui, peu de personnes se seraient retournées sur son passage. Pendant près de huit heures jeudi, Benoît Hamon a déambulé dans les travées du Salon de l'agriculture, sans déclencher ni passion ni colère. Auprès des visiteurs et des acteurs du secteur, le socialiste a reçu un accueil plutôt bienveillant, suscitant au mieux de la curiosité, au pire de l'indifférence

Libé - Valls inquiet invite ses troupes à «rester ensemble»

L’ancien Premier ministre Manuel Valls a invité mardi soir ses troupes à «rester ensemble», mais n’a pas caché son «inquiétude» concernant l’accord conclu entre Yannick Jadot et Benoît Hamon, lors d’une réunion à l’Assemblée nationale, selon des participants.

«Je vous invite à rester ensemble et à faire en sorte que le réformisme, que j’ai porté avec vous, puisse continuer à être incarné», a déclaré M. Valls, devant quelque 300 personnes, dont environ une moitié de parlementaires, lors de sa rentrée politique un mois après sa défaite à la primaire PS élargie.

BFMTV - Manuel Valls inquiet de la ligne "écolo-gauchiste" de Benoît Hamon

Battu par Benoît Hamon, précédemment très critique de son gouvernement, à la primaire à gauche, Manuel Valls est irrité par la campagne de son rival. Il blâme l'orientation de sa ligne et lui prédit un mauvais score à la présidentielle. 

Le Monde - Benoît Hamon veut s’attaquer à la concentration des médias

Invité par les médias aux Rencontres de l’Udecam, le candidat socialiste souhaite également soutenir la création de nouveaux médias indépendants.

Invité aux Rencontres de l’Udecam, qui représente les agences médias, Benoît Hamon a pris position, jeudi 3 mars, contre la concentration des médias. Le candidat socialiste veut ainsi interdire à un groupe de détenir « plus de 40 % du capital d’une entreprise de médias » ou de « dépasser le seuil de 20 % dans plus de deux médias ».
 

Les électeurs écologistes ont approuvé l’accord conclu entre Yannick Jadot et le socialiste. Jean-Luc Mélenchon, lui, sera candidat coûte que coûte.

Un mariage et un divorce le même jour. Benoît Hamon a enfin clos le premier chapitre de sa campagne, mais à quel prix ? A moins de deux mois du premier tour de la présidentielle, le candidat socialiste a scellé, dimanche 26 février, son alliance avec l’écologiste Yannick Jadot. Mais dans le même temps, il a acté sa rupture avec l’autre candidat de la gauche critique à l’élection, l’« insoumis » Jean-Luc Mélenchon.

France Inter - Matinale Grand Format avec Benoît Hamon

Deux heures d'interview avec le candidat vainqueur de la primaire à gauche, a deux mois du premier tour de la présidentielle

MACRON

Le Monde - Programme de Macron : éducation, chômage, retraite, sécurité… les principaux points

Emmanuel Macron a présenté son programme présidentiel, ce jeudi à Paris. Le point sur les principales propositions du candidat d’En marche !

L'Obs - Macron : ne lui demandez plus le programme !

Ca y est, c'est fait, on ne pourra plus lui reprocher de ne pas en avoir ! Pas vraiment fan de l'exercice, le candidat a néanmoins sacrifié à la sacrosainte présentation de son programme.

Le Figaro - Macron: ces mesures économiques déjà existantes... ou piquées à d'autres

Emmanuel Macron vient de présenter officiellement son programme présidentiel. Certaines de ses propositions ont été reprises à d'autres candidats ou existent tout simplement déjà depuis plusieurs années.

LAICITE

France 3 - La marche du frère de Mohamed Merah passe par la Drôme

Une marche pour dénoncer le fondamentalisme religieux. C'est le but que s'est fixé Abdelghani Merah, le frère ainé du terroriste  Mohamed Merah. Le marcheur a quitté Marseille il y a quelques jours, il passait ce samedi par la Drôme avant de rejoindre Paris

Tribune Juive - Lettre ouverte à Edwy Plenel pour l’honneur de Pascal Bruckner, par Isabelle Kersimon

Oui, une certaine extrême droite en France, traditionnellement xénophobe, affichant une nostalgie vivace pour le Führer et pour le Reich, et une fascination assumée pour leurs avatars contemporains, se répand en discours immondes et pathétiques sur nos concitoyens musulmans et sur l’islam en général. Pas toute l’extrême droite, cependant.

02/03/2017

L'actualité des socialistes du 17 au 26 février (revue de presse hebdomadaire)

L'UNITE

L'Obs - Hamon - Mélenchon : un dîner et un constat d'échec

Les deux candidats actent qu'ils ne parviendront pas à unir la gauche au premier tour de la présidentielle.

L'union avec les écologistes, c'est fait. Benoît Hamon et Yannick Jadot se sont retrouvés dimanche en fin d'après-midi pour sceller leur entente dès le premier tour de la présidentielle. L'accord entre les candidats a été très largement approuvé par les militants d'EELV.

Le JDD - Montebourg et Peillon rejoignent la (grande) équipe de Hamon

Le candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon a dévoilé la suite de son équipe de campagne, en nommant une "gouvernance politique" d'une soixantaine de membres... Sont présents deux de ses anciens adversaires à la primaire, Arnaud Montebourg et Vincent Peillon.

Diacritik - Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se sont longuement vus vendredi soir en plein Paris

Avoir un agenda chargé et contrariant, ne leur permettant pas de pouvoir songer à se rencontrer avant lundi, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se sont rencontrés avant-hier soir, vendredi 24 février, au cœur de Paris assez longuement. Les Gauches commenceraient-elles à s’unir ?

Le Monde - Présidentielle : les électeurs écologistes approuvent à près de 80 % l’accord entre Hamon et Jadot

Les deux hommes devraient se voir pour sceller leur accord ce dimanche à 17 heures au QG de campagne de M. Hamon.

France Info - Election présidentielle : ce que contient l'accord conclu entre Yannick Jadot et Benoît Hamon

Invité de France 2 jeudi soir, l'écologiste a annoncé qu'il retirait sa candidature à l'élection présidentielle, au profit du socialiste Benoît Hamon.

Libé - Jadot rallie Hamon et c’est enfin la petite union de la gauche

EE-LV devrait approuver d'ici la fin du week-end le retrait de son candidat en faveur du socialiste, annoncé ce jeudi soir. En échange, les projets de Notre-Dame-des-Landes et de Bure seraient enterrés et une quarantaine de circonscriptions dévolues aux écologistes.

MACRON

Alternatives Economiques - Présidentielle : Le contre-sens d’Emmanuel Macron

Le 24 février, Emmanuel Macron a rendu public le cadrage macroéconomique de son programme présidentiel à l’occasion d’un entretien à notre confrère Les Echos. Il y annonce en particulier vouloir baisser les dépenses publiques de 60 milliards d’euros par an en cinq ans par rapport à la trajectoire tendancielle de ces dépenses. Cela représente un nouveau recul de l’ordre de 3 points de PIB après celui du même ordre déjà intervenu sous le quinquennat de François Hollande (sous l’inspiration d’Emmanuel Macron) dans le cadre du Pacte de responsabilité. A supposer que ces coupes soient réalisées progressivement chaque année (12 milliards la première année, 24 la seconde... 60 la cinquième), cela représente une baisse cumulée de 180 milliards d’euros des dépenses publiques sur l’ensemble d’un quinquennat.

Le Monde - Des économistes jugent l’équilibre du projet d’Emmanuel Macron

Ils l’attendaient avec impatience, après des semaines de mesures égrenées et de propositions lancées. Certains économistes reconnaissent pour la plupart des qualités de forme au cadrage budgétaire du programme d’Emmanuel Macron : « C’est un travail rigoureux, habile », apprécie Mathieu Plane, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), et cheville ouvrière du cadrage économique d’Arnaud Montebourg lors de la primaire à gauche, en janvier. « [M. Macron] réfléchit à une réallocation des ressources avec à la fois une hausse de l’investissement public et une réduction des dépenses. Cela donne un rôle actif à l’Etat. Il n’y a pas cette idée que la sphère publique est uniquement une contrainte pour l’économie », souligne Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis AM.

Slate, Eric Dupin - Les quatre malentendus que recouvre le succès d'Emmanuel Macron

Le favori des sondages est auréolé d'une image trop belle pour être vraie. Il serait, à la fois, le candidat de la société, de la nouveauté, de la vision et de l'empathie. A y regarder d'un peu plus près, le tableau est pourtant bien différent.

À un peu plus de deux mois du premier tour, Emmanuel Macron apparaît comme le favori de l'élection présidentielle, si l'on en croit les sondages. Un peu comme Alain Juppé et Manuel Valls faisaient figure de futurs vainqueurs de la primaire de leur camps respectifs pendant la campagne.

Jean Gadrey - Les bulles des sondages, le trappeur, l’indien et Macron

On doit à l’ami Frédéric Lordon, au cours d’une conférence-débat récente à HEC (intégrale ici), une intéressante formule à propos de la « bulle » d’opinions favorables dont bénéficie pour l’instant Emmanuel Macron, personnage comparé à une « tomate hydroponique élevée totalement hors sol… une bouffonnerie sondagière-médiatique ». La question se pose toutefois, cher Frédéric, de savoir si cette bulle, car c’en est bien une, éclatera avant ou après les élections, ce qui peut changer bien des choses.

REVENU UNIVERSEL

BFMTV - Piketty affirme pouvoir "mettre en place" le revenu universel en France

Thomas Piketty, économiste et soutien du candidat socialiste Benoît Hamon, était l'invité ce dimanche de BFM Politique. Il est revenu sur son projet de création d'un "parlement de la zone euro" et s'est exprimé sur le coût du revenu universel.

POLICE

La Croix - Entre la police et la population, une confiance à construire

Dans une large étude publiée sous le titre « De la police en démocratie », le sociologue Sebastian Roché revient sur les relations entre la police et la population en France, qui manifestent un manque de confiance et une crise de légitimité.

« Explorer la confiance et la légitimité qu’inspire la police » : tel est l’enjeu du livre de Sebastian Roché, sociologue spécialiste de la police, intitulé « De la police en démocratie » (1). Cette étude très riche évalue ces deux notions dans le temps et par rapport à nos voisins européens.

Le Monde, Les décodeurs - Contrôles d’identité : les jeunes 7 fois plus contrôlés que le reste de la population

Selon une étude réalisée par le Défenseur des droits, 80 % des jeunes se disant noirs ou arabes ont été contrôlés lors des cinq dernières années.

« Nous ne sommes pas en face d’un fait divers, nous ne sommes pas en face d’une affaire judiciaire, c’est un fait de société » : le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a réagi lundi 13 février à l’affaire d’Aulnay-sous-Bois, dont il a été saisi dès le 3 février.

PORTRAIT

Le Monde - Julia Cagé, Madame économie de Benoît Hamon

La jeune économiste s’engage pour l’élection présidentielle, avec Agathe, sa sœur jumelle, et Thomas Piketty, son mari, aux côtés du candidat socialiste.

Julia Cagé, 33 ans, partage avec sa sœur jumelle, Agathe Cagé, une enfance marseillaise et une admission simultanée à l’École normale supérieure, temple des élites intellectuelles à la française. Agathe, énarque, a conseillé la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Julia, elle, est enseignante-chercheuse à Sciences Po après avoir obtenu son doctorat à Harvard. Elle a épousé l’économiste vedette Thomas Piketty en 2014
 
DEMOCRATIE
 
 
Ce professeur de Stanford expérimente une méthode de sondages délibératifs : il sélectionne des centaines de personnes représentatives de la population pour débattre de la gestion du surplus de neige au Japon ou de l’adhésion du Danemark à la zone euro. Et ainsi être au plus près de la parole citoyenne.

INTERNATIONAL

Le Vent se lève - Que retenir de Vistalegre II, le congrès de Podemos ?

Ce week-end avait lieu à Madrid le très attendu Vistalegre II, le deuxième congrès de Podemos. Les résultats du vote des inscrits ont renforcé le leadership de Pablo Iglesias sur l’organisation, au détriment de son numéro 2 Iñigo Errejón. Cet article revient sur cet événement fondamental dans l’histoire du jeune parti, le contexte dans lequel il s’est tenu et les enjeux qu’il dessine pour les années à venir.

L'Humanité - Équateur. La révolution citoyenne, ou la « décennie gagnée »

Les Équatoriens élisent ce dimanche leurs président et députés. Lenin Moreno, aspirant aux plus hautes fonctions de l’État, entend approfondir les politiques d’inclusion sociale et avancées économiques de son prédécesseur, Rafael Correa.

ESPOIR

Libé - Aux intellectuels démissionnaires et désabusés, Par Marc Crépon, Directeur du département de philosophie de l’ENS Paris

Pour certains prophètes de malheur, les totalitarismes du XXe siècle et la situation actuelle interdiraient tout espoir de progrès moral et politique. Oui, la marche de l’histoire est chaotique, mais ça n’est pas une raison pour abandonner le combat de la pensée et l’action.

EN CAMPAGNE

Libé - Hamon, la campagne en flottant

L'accord avec les écologistes en poche, le candidat socialiste veut désormais renouer avec ce qui avait fait sa force dans la primaire à gauche : le «contre-pied».

Dimanche 29 janvier. Benoît Hamon est au cinquième étage de la Maison de Mutualité, à Paris. Son monde l’entoure. L’ambiance des grands soirs : champagne et accolades. Le socialiste vient de rafler la primaire de la Belle Alliance populaire. Le tout après une campagne à la va-vite. Des jeunes, des salles bondées à travers le pays… Le député des Yvelines a réussi en quelques semaines à créer un mouvement autour de sa candidature. Un scénario imprévu.

Ouest-France - Hamon accepte de rencontrer Mélenchon... et les autres à gauche

Le candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon a répondu ce vendredi favorablement à la demande de rencontre « dimanche ou lundi » formulée par Jean-Luc Mélenchon. Il propose d'y d'y associer son allié écologiste Yannick Jadot, et les communistes alliés du candidat de La France insoumise.

Libé - Chez Hamon et Mélenchon, des entourages si proches, si loin

Les entourages des deux candidats à la présidentielle ont très longtemps milité ensemble au PS et se pratiquent depuis des années. Une clé de compréhension des relations compliquées entre le socialiste et le représentant de la «France insoumise».

 
Le candidat d’Europe Ecologie-Les Verts a salué l’« accord formidable » passé avec le candidat socialiste. Lequel sera soumis au vote des militants EELV.
Le candidat à la présidentielle d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Yannick Jadot, a annoncé jeudi 23 février au journal télévisé de France 2 qu’il retirait sa candidature à la présidentielle au profit de celle du socialiste Benoît Hamon, avec lequel il a passé « un accord formidable ».

Boursier - Hamon face aux crispations d'une gauche déboussolée par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - En engageant un dialogue avec les Verts et les communistes sans chercher à séduire les tenants de la ligne social-démocrate du PS, Benoît Hamon campe sur un cap "à gauche toute" dans l'espoir de ramener à lui des électeurs pour l'heure déboussolés.

Europe 1 - Hamon souhaite des législatives anticipées au cours de son quinquennat

Le candidat socialiste, qui plaide pour l'écriture d'une nouvelle Constitution avant la fin du quinquennat, souhaite que des élections législatives suivent "immédiatement" sa mise en oeuvre. 

Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, a plaidé vendredi pour qu'une VIe République soit "mise en oeuvre avant la fin du quinquennat" s'il est élu, provoquant ainsi "de nouvelles élections" législatives.

Le Monde - Benoît Hamon enclenche le mode participatif avec le lancement de son conseil citoyen

Alors que le candidat du PS à la présidentielle s’est prêté à un exercice de questions-réponses lors d’une réunion publique à Blois, mardi, l’appel à candidatures pour son conseil citoyen a été ouvert.

Impliquer les électeurs dans sa campagne, telle est la volonté répétée de Benoît Hamon. Il l’a concrétisé en inaugurant un long exercice de questions-réponses lors d’une réunion publique à Blois mardi 21 février, à l’ouverture des inscriptions pour son « conseil citoyen ».
 

Pour son premier «Agora live», meeting en forme de questions-réponses avec intervenants tirés au sort, le candidat PS à la présidentielle en a profité pour recaler sa position sur la loi Travail et donné rendez-vous à Mélenchon au 1er tour de la présidentielle.

SILICONISATION

 
 
Grâce aux développements sans cesse accélérés de l'intelligence artificielle, les Gafa sont à l'origine d'une marchandisation de la vie et du dessaisissement de la décision humaine, affirme le philosophe Éric Sadin, auteur d'un essai au vitriol contre la Silicon Valley et son rêve transhumaniste : « La silicolonisation du monde ». Propos recueillis par Ivan Best et Sylvain Rolland
 
INTERNET
 
 
Pour le professeur de droit à Harvard et penseur du net, il y a urgence à reconstruire des espaces communs de discussion.
 
C'est avec une certaine inquiétude que Lawrence Lessig observe comment Internet est à la fois un outil fantastique et ce qui a renforcé la crise démocratique. Professeur de droit à Harvard, constitutionnaliste réputé, Lawrence Lessig est l'un des premiers penseurs du web. Dès les années 1990, il a réfléchi aux liens entre Internet et la démocratie. C'est à lui que l'on doit les licences "creative commons" (pour la mise à disposition d'oeuvres en ligne). Et la publication, en 2000, d'un texte devenu classique de la littérature numérique "Code is law" [“le code, c’est la loi"]. Il y expliquait qu'avec la numérisation de nos sociétés, le programme informatique était amené à faire loi. 16 ans, plus tard les algorithmes sont partout dans nos vies.
 
 

01/03/2017

L'actualité des socialistes du 17 au 26 février (revue de presse hebdomadaire)

L'UNITE

L'Obs - Hamon - Mélenchon : un dîner et un constat d'échec

Les deux candidats actent qu'ils ne parviendront pas à unir la gauche au premier tour de la présidentielle.

L'union avec les écologistes, c'est fait. Benoît Hamon et Yannick Jadot se sont retrouvés dimanche en fin d'après-midi pour sceller leur entente dès le premier tour de la présidentielle. L'accord entre les candidats a été très largement approuvé par les militants d'EELV.

Le JDD - Montebourg et Peillon rejoignent la (grande) équipe de Hamon

Le candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon a dévoilé la suite de son équipe de campagne, en nommant une "gouvernance politique" d'une soixantaine de membres... Sont présents deux de ses anciens adversaires à la primaire, Arnaud Montebourg et Vincent Peillon.

Diacritik - Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se sont longuement vus vendredi soir en plein Paris

Avoir un agenda chargé et contrariant, ne leur permettant pas de pouvoir songer à se rencontrer avant lundi, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se sont rencontrés avant-hier soir, vendredi 24 février, au cœur de Paris assez longuement. Les Gauches commenceraient-elles à s’unir ?

Le Monde - Présidentielle : les électeurs écologistes approuvent à près de 80 % l’accord entre Hamon et Jadot

Les deux hommes devraient se voir pour sceller leur accord ce dimanche à 17 heures au QG de campagne de M. Hamon.

France Info - Election présidentielle : ce que contient l'accord conclu entre Yannick Jadot et Benoît Hamon

Invité de France 2 jeudi soir, l'écologiste a annoncé qu'il retirait sa candidature à l'élection présidentielle, au profit du socialiste Benoît Hamon.

Libé - Jadot rallie Hamon et c’est enfin la petite union de la gauche

EE-LV devrait approuver d'ici la fin du week-end le retrait de son candidat en faveur du socialiste, annoncé ce jeudi soir. En échange, les projets de Notre-Dame-des-Landes et de Bure seraient enterrés et une quarantaine de circonscriptions dévolues aux écologistes.

MACRON

Alternatives Economiques - Présidentielle : Le contre-sens d’Emmanuel Macron

Le 24 février, Emmanuel Macron a rendu public le cadrage macroéconomique de son programme présidentiel à l’occasion d’un entretien à notre confrère Les Echos. Il y annonce en particulier vouloir baisser les dépenses publiques de 60 milliards d’euros par an en cinq ans par rapport à la trajectoire tendancielle de ces dépenses. Cela représente un nouveau recul de l’ordre de 3 points de PIB après celui du même ordre déjà intervenu sous le quinquennat de François Hollande (sous l’inspiration d’Emmanuel Macron) dans le cadre du Pacte de responsabilité. A supposer que ces coupes soient réalisées progressivement chaque année (12 milliards la première année, 24 la seconde... 60 la cinquième), cela représente une baisse cumulée de 180 milliards d’euros des dépenses publiques sur l’ensemble d’un quinquennat.

Le Monde - Des économistes jugent l’équilibre du projet d’Emmanuel Macron

Ils l’attendaient avec impatience, après des semaines de mesures égrenées et de propositions lancées. Certains économistes reconnaissent pour la plupart des qualités de forme au cadrage budgétaire du programme d’Emmanuel Macron : « C’est un travail rigoureux, habile », apprécie Mathieu Plane, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), et cheville ouvrière du cadrage économique d’Arnaud Montebourg lors de la primaire à gauche, en janvier. « [M. Macron] réfléchit à une réallocation des ressources avec à la fois une hausse de l’investissement public et une réduction des dépenses. Cela donne un rôle actif à l’Etat. Il n’y a pas cette idée que la sphère publique est uniquement une contrainte pour l’économie », souligne Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis AM.

Slate, Eric Dupin - Les quatre malentendus que recouvre le succès d'Emmanuel Macron

Le favori des sondages est auréolé d'une image trop belle pour être vraie. Il serait, à la fois, le candidat de la société, de la nouveauté, de la vision et de l'empathie. A y regarder d'un peu plus près, le tableau est pourtant bien différent.

À un peu plus de deux mois du premier tour, Emmanuel Macron apparaît comme le favori de l'élection présidentielle, si l'on en croit les sondages. Un peu comme Alain Juppé et Manuel Valls faisaient figure de futurs vainqueurs de la primaire de leur camps respectifs pendant la campagne.

Jean Gadrey - Les bulles des sondages, le trappeur, l’indien et Macron

On doit à l’ami Frédéric Lordon, au cours d’une conférence-débat récente à HEC (intégrale ici), une intéressante formule à propos de la « bulle » d’opinions favorables dont bénéficie pour l’instant Emmanuel Macron, personnage comparé à une « tomate hydroponique élevée totalement hors sol… une bouffonnerie sondagière-médiatique ». La question se pose toutefois, cher Frédéric, de savoir si cette bulle, car c’en est bien une, éclatera avant ou après les élections, ce qui peut changer bien des choses.

REVENU UNIVERSEL

BFMTV - Piketty affirme pouvoir "mettre en place" le revenu universel en France

Thomas Piketty, économiste et soutien du candidat socialiste Benoît Hamon, était l'invité ce dimanche de BFM Politique. Il est revenu sur son projet de création d'un "parlement de la zone euro" et s'est exprimé sur le coût du revenu universel.

POLICE

La Croix - Entre la police et la population, une confiance à construire

Dans une large étude publiée sous le titre « De la police en démocratie », le sociologue Sebastian Roché revient sur les relations entre la police et la population en France, qui manifestent un manque de confiance et une crise de légitimité.

« Explorer la confiance et la légitimité qu’inspire la police » : tel est l’enjeu du livre de Sebastian Roché, sociologue spécialiste de la police, intitulé « De la police en démocratie » (1). Cette étude très riche évalue ces deux notions dans le temps et par rapport à nos voisins européens.

Le Monde, Les décodeurs - Contrôles d’identité : les jeunes 7 fois plus contrôlés que le reste de la population

Selon une étude réalisée par le Défenseur des droits, 80 % des jeunes se disant noirs ou arabes ont été contrôlés lors des cinq dernières années.

« Nous ne sommes pas en face d’un fait divers, nous ne sommes pas en face d’une affaire judiciaire, c’est un fait de société » : le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a réagi lundi 13 février à l’affaire d’Aulnay-sous-Bois, dont il a été saisi dès le 3 février.

PORTRAIT

Le Monde - Julia Cagé, Madame économie de Benoît Hamon

La jeune économiste s’engage pour l’élection présidentielle, avec Agathe, sa sœur jumelle, et Thomas Piketty, son mari, aux côtés du candidat socialiste.

Julia Cagé, 33 ans, partage avec sa sœur jumelle, Agathe Cagé, une enfance marseillaise et une admission simultanée à l’École normale supérieure, temple des élites intellectuelles à la française. Agathe, énarque, a conseillé la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Julia, elle, est enseignante-chercheuse à Sciences Po après avoir obtenu son doctorat à Harvard. Elle a épousé l’économiste vedette Thomas Piketty en 2014
 
DEMOCRATIE
 
 
Ce professeur de Stanford expérimente une méthode de sondages délibératifs : il sélectionne des centaines de personnes représentatives de la population pour débattre de la gestion du surplus de neige au Japon ou de l’adhésion du Danemark à la zone euro. Et ainsi être au plus près de la parole citoyenne.

INTERNATIONAL

Le Vent se lève - Que retenir de Vistalegre II, le congrès de Podemos ?

Ce week-end avait lieu à Madrid le très attendu Vistalegre II, le deuxième congrès de Podemos. Les résultats du vote des inscrits ont renforcé le leadership de Pablo Iglesias sur l’organisation, au détriment de son numéro 2 Iñigo Errejón. Cet article revient sur cet événement fondamental dans l’histoire du jeune parti, le contexte dans lequel il s’est tenu et les enjeux qu’il dessine pour les années à venir.

L'Humanité - Équateur. La révolution citoyenne, ou la « décennie gagnée »

Les Équatoriens élisent ce dimanche leurs président et députés. Lenin Moreno, aspirant aux plus hautes fonctions de l’État, entend approfondir les politiques d’inclusion sociale et avancées économiques de son prédécesseur, Rafael Correa.

ESPOIR

Libé - Aux intellectuels démissionnaires et désabusés, Par Marc Crépon, Directeur du département de philosophie de l’ENS Paris

Pour certains prophètes de malheur, les totalitarismes du XXe siècle et la situation actuelle interdiraient tout espoir de progrès moral et politique. Oui, la marche de l’histoire est chaotique, mais ça n’est pas une raison pour abandonner le combat de la pensée et l’action.

EN CAMPAGNE

Libé - Hamon, la campagne en flottant

L'accord avec les écologistes en poche, le candidat socialiste veut désormais renouer avec ce qui avait fait sa force dans la primaire à gauche : le «contre-pied».

Dimanche 29 janvier. Benoît Hamon est au cinquième étage de la Maison de Mutualité, à Paris. Son monde l’entoure. L’ambiance des grands soirs : champagne et accolades. Le socialiste vient de rafler la primaire de la Belle Alliance populaire. Le tout après une campagne à la va-vite. Des jeunes, des salles bondées à travers le pays… Le député des Yvelines a réussi en quelques semaines à créer un mouvement autour de sa candidature. Un scénario imprévu.

Ouest-France - Hamon accepte de rencontrer Mélenchon... et les autres à gauche

Le candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon a répondu ce vendredi favorablement à la demande de rencontre « dimanche ou lundi » formulée par Jean-Luc Mélenchon. Il propose d'y d'y associer son allié écologiste Yannick Jadot, et les communistes alliés du candidat de La France insoumise.

Libé - Chez Hamon et Mélenchon, des entourages si proches, si loin

Les entourages des deux candidats à la présidentielle ont très longtemps milité ensemble au PS et se pratiquent depuis des années. Une clé de compréhension des relations compliquées entre le socialiste et le représentant de la «France insoumise».

 
Le candidat d’Europe Ecologie-Les Verts a salué l’« accord formidable » passé avec le candidat socialiste. Lequel sera soumis au vote des militants EELV.
Le candidat à la présidentielle d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Yannick Jadot, a annoncé jeudi 23 février au journal télévisé de France 2 qu’il retirait sa candidature à la présidentielle au profit de celle du socialiste Benoît Hamon, avec lequel il a passé « un accord formidable ».

Boursier - Hamon face aux crispations d'une gauche déboussolée par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - En engageant un dialogue avec les Verts et les communistes sans chercher à séduire les tenants de la ligne social-démocrate du PS, Benoît Hamon campe sur un cap "à gauche toute" dans l'espoir de ramener à lui des électeurs pour l'heure déboussolés.

Europe 1 - Hamon souhaite des législatives anticipées au cours de son quinquennat

Le candidat socialiste, qui plaide pour l'écriture d'une nouvelle Constitution avant la fin du quinquennat, souhaite que des élections législatives suivent "immédiatement" sa mise en oeuvre. 

Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, a plaidé vendredi pour qu'une VIe République soit "mise en oeuvre avant la fin du quinquennat" s'il est élu, provoquant ainsi "de nouvelles élections" législatives.

Le Monde - Benoît Hamon enclenche le mode participatif avec le lancement de son conseil citoyen

Alors que le candidat du PS à la présidentielle s’est prêté à un exercice de questions-réponses lors d’une réunion publique à Blois, mardi, l’appel à candidatures pour son conseil citoyen a été ouvert.

Impliquer les électeurs dans sa campagne, telle est la volonté répétée de Benoît Hamon. Il l’a concrétisé en inaugurant un long exercice de questions-réponses lors d’une réunion publique à Blois mardi 21 février, à l’ouverture des inscriptions pour son « conseil citoyen ».
 

Pour son premier «Agora live», meeting en forme de questions-réponses avec intervenants tirés au sort, le candidat PS à la présidentielle en a profité pour recaler sa position sur la loi Travail et donné rendez-vous à Mélenchon au 1er tour de la présidentielle.

SILICONISATION

 
 
Grâce aux développements sans cesse accélérés de l'intelligence artificielle, les Gafa sont à l'origine d'une marchandisation de la vie et du dessaisissement de la décision humaine, affirme le philosophe Éric Sadin, auteur d'un essai au vitriol contre la Silicon Valley et son rêve transhumaniste : « La silicolonisation du monde ». Propos recueillis par Ivan Best et Sylvain Rolland
 
INTERNET
 
 
Pour le professeur de droit à Harvard et penseur du net, il y a urgence à reconstruire des espaces communs de discussion.
 
C'est avec une certaine inquiétude que Lawrence Lessig observe comment Internet est à la fois un outil fantastique et ce qui a renforcé la crise démocratique. Professeur de droit à Harvard, constitutionnaliste réputé, Lawrence Lessig est l'un des premiers penseurs du web. Dès les années 1990, il a réfléchi aux liens entre Internet et la démocratie. C'est à lui que l'on doit les licences "creative commons" (pour la mise à disposition d'oeuvres en ligne). Et la publication, en 2000, d'un texte devenu classique de la littérature numérique "Code is law" [“le code, c’est la loi"]. Il y expliquait qu'avec la numérisation de nos sociétés, le programme informatique était amené à faire loi. 16 ans, plus tard les algorithmes sont partout dans nos vies.